Dans l’ombre - Arnaldur Indridason

Notez
Notes des internautes
2
commentaires
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!
Notez
Notes des internautes

Résumé :

Un représentant de commerce est retrouvé dans un petit appartement de Reykjavik, tué d’une balle de Colt et le front marqué d’un "SS’ en lettres de sang. Rapidement les soupçons portent sur les soldats étrangers qui grouillent dans la ville en cet été 1941.
Deux jeunes gens sont chargés des investigations : Flovent, le seul enquêteur de la police criminelle d’Islande, ex-stagiaire à Scotland Yard, et Thorson, l’Islandais né au Canada, désigné comme enquêteur par les militaires parce qu’il est bilingue.

L’afflux des soldats britanniques et américains bouleverse cette île de pêcheurs et d’agriculteurs qui évolue rapidement vers la modernité. Les femmes s’émancipent. Les nazis, malgré la dissolution de leur parti, n’ont pas renoncé à trouver des traces de leurs mythes et de la pureté aryenne dans l’île. Par ailleurs on attend en secret la visite d’un grand homme.

Les multiples rebondissements de l’enquête dressent un tableau passionnant de l’Islande de la "Situation’, cette occupation de jeunes soldats qui sèment le trouble parmi la population féminine. Ils révèlent aussi des enquêteurs tenaces, méprisés par les autorités militaires mais déterminés à ne pas se laisser imposer des coupables attendus.
Dans ce roman prenant et addictif, le lecteur est aussi fasciné par le monde qu’incarnent les personnages que par l’intrigue, imprévisible.

Vos avis

  • 1001histoires 5 octobre 2017
    Dans l’ombre - Arnaldur Indridason

    Dans l’ombre : trilogie des ombres, tome 1. Publié en 2015 sous le titre original de "þýska huísð". Parution en France le 2 février 2017.

    Arnaldur Indridason s’attaque au roman policier historique ! L’Histoire a toujours été présente dans l’oeuvre de cet auteur comme par exemple dans les enquêtes d’Erlendur, mais il s’agissait plutôt d’un passé récent. Dans cette trilogie, l’auteur franchit le pas et place ses personnages durant la Seconde Guerre mondiale.

    Août 1941. L’Islande est l’objet de toutes les convoitises, l’île occupe une position stratégique au milieu de l’Océan Atlantique. On y parle d’invasion par l’armée allemande qui réalise des vols de reconnaissance depuis la Norvège et traque les bateaux de pêche islandais avec ses sous-marins. Avant la guerre, il y avait eu une tentative de conquête idéologique de l’Islande par les nazis. Il y a eu des nazis islandais regroupés dans le Parti nationaliste. En sous-main, les allemands menaient des études anthropologiques sur les Islandais et "leur lien avec l’héritage ancestral germanique et les prouesses des Vikings". Ils projetaient des recherches génétiques. Une zone d’ombre dans l’Histoire islandaise.

    Août 1941. Il n’y a pas eu invasion par l’armée nazie. Les troupes britanniques sont arrivées avant d’être progressivement remplacées par les soldats américains. Cette relève explique la grande agitation régnant à Reykjavik. L’auteur parle d’occupation alliée. Les combats sont éloignés, le calme règne mais la société islandaise est perturbée : les Américains déferlent sur le pays et bouleversent une population qui dans certaines régions vivait hors du temps dans un grand dénuement et habitait encore dans des maisons de pierre ou de tourbes dont les toits enherbés prolongent les verts pâturages. A Reykjavik et dans sa région, des camps sont construits ( Camp Knox, Tripolikamp ... ) pour les militaires alliés et avec eux l’argent, les trafics, la prostitution font leur apparition. Une zone d’ombre dans l’Histoire islandaise.

    Août 1941. Un meurtre a été commis à Reykjavik. Le crime ressemble à une exécution en règle : une balle de Colt 45, l’arme la plus portée par les soldats US et sur le front du cadavre les lettres "SS" ont été tracées avec son sang. Un crime est un fait exceptionnellement rare en Islande. Arnaldur Indridason est toujours aussi habile, en quelques chapitres les zones d’ombres se multiplient : impossible d’identifier le cadavre, découverte d’une capsule de cyanure sur la scène de crime, l’occupant de l’appartement reste introuvable.

    Un meurtre est exceptionnel en Islande. Flovent de la Criminelle de Reykjavik sera-t-il à la hauteur ? Il est jeune et sans réelle expérience. Ses connaissances se limitent à trois mois de stage avec Scotland Yard à Edimbourg. Débutant passionné, il va faire preuve de rigueur, d’opiniâtreté, de détermination et d’ingéniosité. A cause du Colt 45 de l’armée US, Flovent doit faire équipe avec Thorson de la police militaire américaine. C’est un Islandais de l’Ouest, ses parents ont quitté l’Islande pour s’installer au Canada où il est né. Il parle islandais et pourra participer à l’enquête mais surtout il pourra informer le contre-espionnage des troupes d’occupation. Thorson, âgé d’à peine plus de vingt ans, est tout aussi inexpérimenté que Flovent pour mener une enquête criminelle. Les recherches de Thorson vont lui permettre de découvrir son pays d’origine, de comprendre ses compatriotes perturbés par le modernisme et de retrouver ses racines nordiques notamment lors de ses déplacements dans l’Islande profonde loin à l’Est de Reykjavik.

    J’ai été impressionné par le professionnalisme de Flovent et ému par Thorson qui découvre ses origines. En ce qui concerne l’énigme, Arnaldur Indridason est toujours aussi habile, dés les premières pages, le lecteur doute et s’interroge. Chaque découverte renforce son incertitude : s’agit-il d’une affaire d’espionnage ou d’une vengeance dont les motivations sont à trouver dans le passé de la victime ?

    http://cercle-du-polar-polaire.over-blog.com/2017/09/arnaldur-indridason.html

  • La bibliothèque de Céline 3 juillet 2018
    Dans l’ombre - Arnaldur Indridason

    Dans l’ombre est le premier tome d’une trilogie. Bien sûr, je me précipiterai pour acheter le second, dont j’ai lu un extrait.
    Pour les fans d’Erlendur, autant vous prévenir tout de suite, celui-ci n’est pas présent dans la trilogie. Depuis Etranges Rivages, nous ne savons toujours pas de ce qu’il est advenu du commissaire. Cet homme tourmenté par un passé dont il ne sait se défaire est parti quelque temps dans les fjords. Depuis, le lecteur n’a plus de nouvelles…
    L’auteur semble particulièrement apprécier cette période de l’Histoire, ce qui n’est pas mon cas. Néanmoins, en tant qu’inconditionnelle de l’auteur, je me suis lancée et je ne regrette pas ma témérité ! 😉 En plus de me laisser emporter par le côté romanesque de l’œuvre, j’ai appris un certain nombre d’éléments historiques forts intéressants dont je tairai tout ici…Je vous laisse les découvrir par vous-même.
    L’enquête est menée par un Flovent, un policier islandais. Un novice de la profession. J’avoue que celui-ci m’a parfois fait sourire. L’auteur est très habile dans le portrait qu’il brosse de lui : un néophyte de première qui n’est pas à l’aise avec le meurtre qu’il doit résoudre et qui n’est pas très adroit dans sa façon de mener les interrogatoires. Ses multiples questions sont parfois presque risibles tant elles sont nombreuses et mal formulées. A ses côtés, Thorson, un canadien d’origine islandaise, de la police militaire. Un homme, par plus expérimenté mais au savoir-faire plus prometteur. Sans doute, l’auteur saura -t-il les faire évoluer au fil des tomes en leur donnant un peu plus de consistance. J’espère également en apprendre davantage sur eux. A deux, ils vont se plonger dans les méandres des expériences nazies et dans l’Islande profonde et la misère que le pays a connu durant ces années de guerre. Quand la basse classe rencontre la haute, pourrait-être un des thèmes fondamentaux de cet opus. Quand l’Islande tranquille côtoie les complots et l’espionnage. J’avoue préférer la quiétude de l’île. Cependant, c’est avec plaisir que je me suis laissée entraîner dans cette enquête policière qui n’est qu’un prétexte à la découverte du pays sous l’occupation.
    Je ne pourrais déplorer une description de la société islandaise plus poussée car, il semblerait que ce n’est pas ce que l’auteur a voulu mettre en avant. Je vais donc sagement attendre la suite et vous quitter sur cette conclusion : bravo monsieur Indridason. Vous réussissez, par votre plume, à m’intéresser à un sujet qui n’a jamais su retenir, dans la littérature, mon attention.

Votre commentaire

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.