Les Chiens de Détroit - Jérôme Loubry

Notez
Notes des internautes
3
commentaires
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!
Notez
Votre note
Notes des internautes

Résumé :

2013, à Détroit. Cette ville qui a été la gloire de l’Amérique n’est plus qu’une ruine déserte, un cimetière de buildings.
Cette nuit-là, la jeune inspectrice Sarah Berkhamp mène le groupe d’intervention qui encercle une maison et donne l’assaut. Mais aucun besoin de violence, le suspect attend, assis à l’intérieur. Il a enlevé cinq enfants. Et il est sans doute le Géant de brume, le tueur insaisissable qui a laissé derrière lui sept petits corps, il y a quinze ans. Alors pourquoi supplie-t-il Sarah : « Aidez-moi… » ?
L’histoire s’ouvre donc avec l’arrestation du coupable. Et pourtant, elle ne fait que commencer. À Détroit, personne n’est innocent…

Vos avis

  • Root 2 juillet 2018
    Les Chiens de Détroit - Jérôme Loubry

    Simon Duggan vient d’être arrêté. Assis dans son salon, les yeux dans le vide, le Géant de brume n’a montré aucune résistance quand la police est arrivée. Stan Mitchell attendait ce moment avec une impatience douloureuse. Molosse ne lâche rien.

    En charge de l’affaire quand il a rejoint la DPD, puis mis de côté pour ses excès de violence et son goût prononcé pour la bouteille, il ne s’est jamais pardonné d’avoir laissé Duggan lui filer entre les doigts. Secondé par Sarah Berkhamp, il compte bien faire payer à ce malade les quinze années d’enfer qu’il vient de vivre. Mais il n’est pas au bout de ses peines.

    C’est bien simple : Les chiens de Détroit est mon thriller de l’année.

    J’ai été fascinée par la personnification de la ville, cette bouche béante engloutissant tout sur son passage, recrachant parfois quelques morceaux entre ses crocs jaunâtres. Les descriptions sont mélancoliques, magnifiques. Que dire des personnages ? J’ai ressenti leur détresse, leur impuissance, leurs remords. Si Stan se dévoile facilement, Sarah garde sa part de mystère jusqu’à la fin. J’aurais voulu panser leurs plaies. J’ai aimé la grande gueule du capitaine Craig, l’intégrité de Mary. Les allers-retours entre 98 et 2013 ne vous perdent pas un instant, tout se met en place lentement, et sûrement. Jusqu’à l’apothéose.

    J’ai du mal à imaginer qu’on puisse composer un tel texte, sans aucune fausse note. Ce roman est puissant, envoutant, aussi pénétrant que le vent que souffle Détroit. A vous glacer l’os. Il n’est pas seulement digne des grands : c’est un grand.

  • Ophé Lit 13 juillet 2018
    Les Chiens de Détroit - Jérôme Loubry

    « Les chiens de Détroit » de Jérôme Loubry Auteur chez Calmann-Levy.

    Peu de personnages sont aussi puissant que le géant de brume.
    Peu de flics m’auront autant marquée que Stan et Sarah.
    Peu d’ambiances sont autant ressenties sans en passer par des descriptions interminables.
    Peu de villes deviennent des personnages à part entière comme Détroit l’est dans ce roman. Une ville de Détroit qui ,après avoir connu l’âge d’or, se meurt et entraîne dans sa déchéance tous ceux qui la peuplent.
    « La déréliction générale n’avait pas épargné cette partie de la ville, d’ailleurs il n’y avait aucune raison pour cela, Sarah le savait très bien. Seulement elle regrettait que les rues de son enfance ressemblent tant à un cimetière : silencieuses, aux maisons droites et sans vie.
    Telle des stèles destinées aux géants. »

    Dans « les chiens de Détroit » il y a tout ça. Jérôme, en orfèvre des mots, m’a transporté dans son univers. Au fil de ma lecture je me suis enfoncée un peu plus dans cette chasse au Géant, et même si j’en connaissais l’issue, je n’ai pu m’empêcher de me laisser envahir par la brume, d’être glacée jusqu’aux os par cette pluie qui n’a cessé de s’abattre sur la ville comme si les pleurs des enfants disparus, assassinés et de leurs parents avaient pris vie en inondant la ville.

    J’ai été émue par les sentiments de Stan. Ses douleurs, ses blessures, son impuissance. Jérôme Loubry a d’ailleurs mis en parallèle son évolution physique et psychologique avec l’augmentation de sa colère et la conscience de ses échecs avec brio, donnant de l’épaisseur à son personnage.

    J’ai été touchée par Sarah, sa fragilité contenue derrière son physique. Une flic nymbée de mystère dont émane autant de force et d’instinct policier que le besoin d’être aimée. Un personnage là encore très fort.

    Sarah et Stan, Le Géant de Brume, des personnages qui m’ont pris dans leurs bras et enveloppés et il m’a été difficile de les quitter. J’aurais aimer leur poser des questions, leur parler tant Jérome a su leur donner une existence propre, au delà des mots.

    Si dès le début du roman on assiste à l’arrestation du Géant de brume , le récit à rebours dévoile son lot de surprises et une fois le roman clos il m’a fallu un peu de temps pour digérer les dernières lignes.

    C’est donc un roman coup de ❤️

    Au cœur d’une Détroit en pleine crise des subprimes, en proie à la désertification, des enfants disparaissent.
    Lorsque Sarah et Stan interpellent l’insaisissable tueur, ce dernier leur demande de l’aide.
    15 ans plus tôt, il avait déjà laissé derrière lui 5 petits corps, 5 petits anges déchus...

  • Ophé Lit 13 juillet 2018
    Les Chiens de Détroit - Jérôme Loubry

    Mêmes émotions !
    un coup de ❤️
    Et au passage très belle chronique !

Votre commentaire

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.