#SerialKiller : Seul le silence de Roger Jon Ellory

Les meilleurs livres de serial killers, jour 27

2007. Dans notre saga, on évoque souvent le serial killer en tant qu’enquêteur ou en se mettant à la place du criminel. Il était de temps d’explorer le tueur en série côté victimes. De ceux qui ne s’en remettent pas. On avait aperçu les souffrances vécues avec Misery de Stephen King qui, cela tombe bien, est l’un des auteurs préférés de R.J. Ellory. Avec Seul le silence, le britannique nous fait le récit d’une vie de tourments et s’offre un splendide roman cathartique.

L’histoire :

Joseph Vaughan a douze ans lorsqu’il découvre dans sa petite ville de Géorgie le corps d’une fillette assassinée. Une des premières victimes d’une longue série de crimes qui vont profondément marquer sa vie. Déjà Orphelin de père, tout semble s’écrouler autour de lui. Des années plus tard, alors que l’affaire est enfin élucidée, Joseph s’installe à New York pour tenter de devenir un écrivain célèbre et reconnu et extérioriser ses souffrances. Mais, de nouveau, les meurtres d’enfants se multiplient… Pour exorciser ses démons, Joseph part à la recherche de ce tueur qui semble vouloir le hanter.

La première phrase du roman est une citation qui donne le ton : « Ce que nous nous rappelons de notre enfance, nous nous le rappelons pour toujours - fantômes permanents, estampés, écrits, imprimés, éternellement vus. »

Pourquoi ce livre est important :

Seul le silence n’est pas un roman d’action. On suit la vie tragique de Joseph Vaughan et les névroses que lui ont causé le meurtre d’un serial killer dans son enfance, une jeune fille qu’il a, à son sens, échoué à protéger. Vous pourrez donc être agacés par certaines choses, comme le fait qu’il ressasse le nom des victimes. Mais tout ceci fait partie du style Ellory, une montée en puissance envoûtante et hypnotique, quasi religieuse. Son écriture est limpide, dense, évocatrice. Il distille inquiétude, culpabilité et soupçon et rend parfaitement l’obsession qui ronge son narrateur.

Ce style, Ellory le doit certes à son talent mais aussi à des influences littéraires évidentes, profondément inscrites dans ses réflexes d’auteur : on sait qu’il a lu à l’orphelinat et après les classiques du polar, Christie, Conan Doyle, mais aussi les feuilletonistes à la Dickens, les grands écrivains du Sud des États-Unis comme Harper Lee, Hemingway, Carson McCullers ou Faulkner. On y retrouve l’ambiance. Il possède aussi la précision maniaque du Truman Capote de De sang-froid, cet acharnement à comprendre les crimes qu’il met en scène.

Mais ce qui fait l’intérêt supérieur de ce beau roman, c’est sa dimension puissamment cathartique. Joseph Vaughan intériorise une sorte de culpabilité (« je n’ai pas su les protéger »), va consumer sa vie à tenter d’élucider le mystère, s’exiler pour échapper à ses souvenirs d’enfance (la mort de son père, la folie de sa mère, la mort qui rôde et un amour tragique), chercher la rédemption dans l’écriture. Au vu du parcours d’Ellory (cf. ci-dessous, « Ce qu’il faut retenir »), et de la citation qui débute le roman (cf. résumé), difficile de ne pas conclure que l’auteur comme son personnage sont en quête de paix intérieure. A cet égard, il n’est pas étonnant que ne soit jamais révélées les motivations du tueur...

Ce qu’il faut retenir (pour briller en société) :

1. R.J. Ellory a eu une enfance très mouvementée : son père parti avant sa naissance, sa mère décédée quand il avait 7 ans, il est placé en orphelinat par sa grand-mère, malade. À 16 ans, il abandonne ses études et retourne dans la maison familiale de Birmingham. Sa grand-mère décède malheureusement d’une crise cardiaque quelques semaines seulement après son retour. Sans moyens de subsistance, ils volent avec son frère des légumes et poulets dans un monastère et sont bientôt condamnés à 3 mois de prison pour braconnage.

2. Le côté noir d’Ellory. Au faîte de sa gloire suite à plusieurs bons romans qui connaissent le succès, l’étoile d’Ellory pâtit de deux controverses : en 2012 il est débusqué pour avoir écrit sous pseudonyme des fausses critiques sur internet, élogieuses pour lui, négatives pour d’autres auteurs (il s’est rapidement excusé pour cela) puis en 2013 est révélée son activité au sein de l’église de Scientologie. Jugez l’œuvre et l’homme séparément, dirait Proust...

3. Bluffé par l’effet créé par un livre sur un lecteur croisé par hasard, Ellory se plonge éperdument dans l’écriture, écrivant en 6 ans plus de 22 romans. Il ne sera pourtant publié que huit ans plus tard, après 600 lettres de refus en provenance de 120 éditeurs.

4. Le groupe rock Mickey 3D, connu pour son titre écologiste Respire, se serait inspiré de Seul le silence pour la chanson "Je m’appelle Joseph", extraite de l’album La Grande Evasion. Ils y font notamment chanter une petite fille, imaginant les voix entendues par Joseph dans ses cauchemars. Ellory est lui-même guitariste et a joué dans deux groupe, The Manta Rays puis The Whiskey Poets.

5. Lisez également Vendetta et Les Anonymes du même auteur !


Tous les meilleurs livres de serial killers : https://www.bepolar.fr/Les-meilleurs-livres-de-serial-killers

Galerie photos

spip-slider

Votre commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.