Les meilleurs livres de serial killers, jour 3 : L’Assassin qui est en moi de Jim Thompson

Aujourd’hui, troisième volet : on quitte les grands inspirateurs historiques pour rencontrer les tueurs en série modernes, qui vont effrayer et fasciner les lecteurs. Et à ce jeu-là, on peut prêter au roman L’Assassin qui est en moi (The Killer inside me en VO) de Jim Thompson, paru en 1952, un rôle prépondérant, qui va fortement influencer les créations à venir…

L’histoire :

Lou Ford, shérif adjoint séduisant et populaire de 29 ans dans une petite ville du Texas, nous raconte son parcours : il a beau représenter l’ordre et la loi, c’est un psychopathe très malin qui, sous couvert de normalité, cache une seconde vie dérangée et des instincts meurtriers implacables. On suit dans ses pas son itinéraire criminel pour se venger d’une vieille histoire de famille…

Pourquoi ce livre est important :

De fait quasiment anecdotique (cela arrive et on le raconte de l’extérieur), le crime sériel devient le sujet central d’un roman ; son principal instigateur, le serial killer devient le personnage clé du récit. Il horrifie et fascine, créé un sentiment d’attraction/répulsion qui est l’une des clefs du succès du polar. Le côté réaliste du personnage, son intelligence méthodique, son nihilisme le rapprochent du lecteur, créé un sentiment d’empathie malsain et, d’une certaine manière, transforment le lecteur en monstre ou en mieux en voyeur. Le polar moderne est né…

Ce qu’il faut retenir (pour briller en société) :

1. Lou Ford est l’un des premiers criminels vu de l’intérieur, le contrat de lecture s’en trouve modifié : avec le sentiment d’identification propre au roman, l’assassin, c’est nous !

2. Le shérif Ford est un personnage typique de roman noir : les valeurs traditionnelles sont remises en question de manière habile et les apparences sont trompeuses. Le nihilisme de l’assassin l’ancre profondément dans son époque, fait de doutes.

3. Le père de Jim Thompson était... shérif ! Vous avez dit « Tuer le père » ? Plus sérieusement, le père de l’auteur mourut avant que ce dernier ne puisse honorer une promesse, ce qui le marqua à vie.

4. 4. Thompson fut assez peu reconnu de son vivant, et l’est devenu grâce aux adaptations de ses œuvres au cinéma… et à la reconnaissance de son talent en France, notamment chez ses éditeurs Marcel Duhamel à la Série Noire puis François Guérif chez Rivages/Noir) et les fans de polar.

5. La fin du roman est… pour le moins ambigüe. Et vous qu’en avez-vous compris ?


Tous les meilleurs livres de serial killers : https://www.bepolar.fr/Les-meilleurs-livres-de-serial-killers

Galerie photos

spip-slider

Votre commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.