Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

1793

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

6 #AvisPolar
4 enquêteurs
l'ont vu/lu
2 enquêteurs
Veulent le voir/lire

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • Saz72 13 décembre 2020
    1793

    J’ai découvert ce livre avec l’instagrameuse #carolivre.
    Les duo d’enquêteur "Cardell" & "Winge" est assez originale. Le 1er ancien militaire,manchot et bagarreur et le second juriste,tuberculeux et adepte des énigmes et horloger amateur (il aime bien démonter et remonter sa montre gousset "
    Le décor est bien planté et bien décrit. Le froid et les conditions de vie nous suit durant toute l’intrigue. Au milieu de l’histoire l’entrée en scène de "Blink" & "Anna" nous détache de l’enquête un (bon) moment mais tous se relient vers le dénouement. J’ai eut du mal à comprendre toujours les lieux nommés (Trad.SWE - FR et comment le coupable a put être démasqué (par Winge). Le rythme est moins rapide que dans un scénario contemporain mais la narration est tellement passionnante qu’on oublie ça !!! En conclusion je le recommande à lire un Tome 2 "1794" est sortis en septembre 2020 et un Tome 3 "1795" est prévus

  • Oryane 9 décembre 2020
    1793

    1793, Stockholm n’est qu’un agglomérat d’îles, de lacs et de marais dont chaque quartier constitue un monde à part. Sur certains des masures abritent tant bien que mal une population pauvre vivant de petits travaux harassants, de rapines ou de commerces plus ou moins légaux. D’autres présentent des palais où une noblesse turbulente commente les rumeurs provenant de la Révolution française au cours de soirées souvent orgiaques.

    Autour du port, des trafics les plus divers sont à l’origine de bagarres permanentes qui surviennent dans les nombreuses auberges et estaminets où se côtoient les personnes les plus diverses et ou fleurissement les vices les plus innommables.

    Un soir, un ancien marin devenu auxiliaire de justice, extrait d’un marais fangeux un cadavre affreusement mutilé - sans bras, sans jambe, les orbites vides et la langue coupée. Devant l’atrocité de sa découverte, il s’adresse à un magistrat intègre et pugnace, mais gravement malade, qui se voit chargé d’une enquête à clore rapidement.

    La recherche de l’identité de la victime conduit les 2 acolytes à découvrir des situations sordides, parfois vieilles de plusieurs décennies, et à affronter des groupuscules dépravés qui ne reculent devant aucune basse œuvre.

    La vérité, enfin découverte après de multiples errances, n’est que que le fruit d’une sordide vengeance . Mais la personnalité trouble du coupable conduit le magistrat à transgresser ses propres règles.

    Roman riche et complexe, parfois touffus.

    Ceci dit, je n’ai pas trop aimé ! Trop touffu

  • jeanmid 11 septembre 2020
    1793

    Étonnant roman que ce « 1793 » . Alors que la Révolution française vit des heures mouvementées on découvre la Suède sous le prisme de sa capitale, Stockholm.
    Rien de reluisant . Bien au contraire . le peuple d’en bas survit dans des conditions effroyables . Des taudis décrépis , des ruelles sombres dans lesquelles le danger est omniprésent mais il y a pire : l’air irrespirable , un univers d’immondices, des pièces d’eau dans lesquelles croupissent déjections en tout genres , multiples déchets d’une puanteur innommable. Mais aussi le reste d’un cadavre affreusement défiguré..
    Une enquête improbable menée par un improbable duo commence alors afin de connaître l’identité de la malheureuse victime et de son assassin.
    Dans cette noirceur et cette pestilence ambiante , les duettistes ont la bonté en bandoulière et l’amour de la justice :
    - d’un côté Mickel Cardell, ancien soldat ; un gaillard solide comme un roc , revenu de la guerre avec un bras en moins mais avec la force de la persuasion chevillée au corps quand elle ne s’abîme pas dans les vapeurs des chopines d’alcool .
    - de l’autre un certain Cecil Winge , un juriste réputé , digne d’un Sherlock Holmes avant l’heure, qui compte les jours avant que la tuberculose ne l’emporte .
    En plus de la santé déclinante de Winge , le temps presse car le changement à la tête de la Police approche et avec elle le peu de marge disponible pour éclaircir cette enquête difficile dont personne ne semble se soucier . L’intelligence de l’un alliée à la force de l’autre , nos deux protagonistes vont nous faire découvrir dans leurs diverses déambulations une brochette de personnages hauts en couleur , où l’argent et l’alcool sont les meilleurs armes quand la matière grise et la puissance des muscles ne suffisent plus .

    Âmes sensibles soyez prévenues : l’auteur nous sert un style hyperréaliste , cru et sans filtre qui nous fait pénétrer la réalité de la Suède de la fin du XVIIIème siècle . Rien ne nous est épargné : ni le bruit , ni l’odeur, ni la crasse qui enveloppe ces quartiers populaires, véritables cloaques à ciel ouvert . L’horreur n’a aucune limite tant qu’il y a quelqu’un pour payer . Tout a un prix quand il faut survivre en hiver par des températures polaires. La vie est dure et les caractères sont façonnés du même bois . Grossièreté , ivrognerie , vols , meurtres sont un mode de vie quand on ne peut prétendre espérer une vie à long terme . de leur côté , les nobles et les bourgeois ont la justice pour eux : celles des hommes de pouvoir qui n’ont qu’un simple objectif : s’enrichir encore plus et trouver un remède ludique à leur ennui .
    Une merveille de polar historique qui brille par un style d’une efficacité rare , basé sur une belle brochette de quatre personnages principaux auxquels on s’attache malgré leurs faiblesses
    Au milieu de tant de noirceur et de laideur , la beauté arrive malgré tout à percer grâce à Cardell et Winge, deux anti héros dans toute leur splendeur dont l’humanité brille intensément tout au long de cette année 1793.

  • Musemania 23 août 2020
    1793

    En matière d’originalité, planter les décors de son polar à la fin du 18ème siècle est assez osé je trouve. Mêler l’Histoire et l’enquête policière n’est pas quelque chose que je retrouve habituellement dans mes lectures noires. C’est vrai que certains auteurs le font, je pense à Anne Perry par exemple, mais je suis une vraie novice en la matière.

    Me voilà envoyée en 1793 en Suède. J’y ai été transportée dans les bas-fonds de sa capitale, dans ce qu’ils ont de plus glauques et lugubres pour y mener une enquête suite à la découverte d’un tronc humain dans les fanges du fleuve baignant Stockholm.

    Si vous me suivez sur mon blog, vous savez que je suis une énorme amatrice de la littérature noire venant du Nord. Sans être experte en la matière non plus, je ne voudrais pas me la péter, je pense que je commence à doucement m’habituer aux termes et noms à consonance nordique, pour lesquels nous francophones, on se demande parfois si des voyelles ou inversement des consonnes, n’auraient pas été oubliées. Pourtant, dans le cas d’espèce, j’ai dû batailler à chacune des pages. Un conseil tout simple : accrochez-vous !

    En plus de ces petits problèmes de francophile, je dois vous avertir que le style d’écriture est réellement distinctif et bien loin de ce que je lis traditionnellement. Attention, je ne critique pas, loin de là, mais il nécessite une attention à tout moment ; pas question de se laisser distraire en même temps par autre chose, au risque de décrocher immédiatement. Cette originalité fait qu’il faut à nouveau s’accrocher mais une fois distancées ces difficultés, vous ne regretterez pas votre lecture.

    Quant à la résolution de toute l’intrigue, je peux dire que j’en ai été bluffée car je ne m’y attendais pas. Comme quoi cela fait plaisir de combattre certains achoppements pour un aussi bon résultat. Je ne pense pas que ce livre plaira à tout le monde vu ces spécificités stylistiques mais pour les amateurs de romans historiques, il a un potentiel énorme.

    Je tire mon chapeau à Rémi Cassaigne pour cette traduction qui, je me doute, a dû occasionner des heures de travail. La traduction du suédois ne doit déjà pas une mince chose à faire mais alors dans le cas présent, bravo !

    En lice pour le Prix Nouvelles Voix du Polar, sélection littérature étrangère, des éditions Pocket.

  • IsaVP 31 juillet 2020
    1793

    Qu’est-il arrivé au dénommé Karl Johan retrouvé en automne 1793 dans le lac Fatburen, au cœur de Stockholm, affreusement mutilé ?
    Chaque saison de cette année 1793 va reconstituer la genèse de ce meurtre barbare. D’abord en remontant le temps, en été puis au printemps, pour comprendre ce qui a conduit cet inconnu à être victime d’un tel acharnement puis en poursuivant, en hiver, vers un dénouement final qui conclut cette histoire.
    Deux hommes vont se charger de l’enquête, Winge, atteint de phtisie qui œuvre dans l’ombre pour la police de la ville et Cardell, un « boudin » de la garde séparée qui a perdu un bras durant la campagne de Russie.
    Le destin de Karl Johan croise la route d’Anna Stina, jeune vendeuse de fruits, dont l’histoire dramatique et passionnante est celle de nombreuses femmes de l’époque.
    Au-delà de l’enquête elle-même, ce roman est une perle historique qui, en une année, nous plonge dans l’Histoire de la Suède et nous révèle l’influence qu’à eu la Révolution Française sur ce pays.
    Nous y découvrons, la vie quotidienne des hommes et surtout celle des femmes, les batailles navales dans la mer Baltique, les complots politiques au cœur du royaume du Roi Gustav III qui vient d’être assassiné.
    Le fil de l’intrigue manque un peu de consistance et certaines scènes sont d’une trop grande violence, mais le récit est tellement réaliste et bien documenté que cela n’a pas altéré le plaisir que j’ai eu à dévorer ce polar historique.
    Les personnages, tous deux estropiés, paraissent affaiblis par la vie, mais ils sont animés par tel sens de la justice que je les ai trouvés profondément humains et attachants et j’espère bien les retrouver dans 1794, la suite de ce premier volet d’une trilogie.
    Avec une construction du récit très élaborée et un style imagé et vivant, l’auteur nous offre un roman historique passionnant, dont le côté polar ne paraît pas être ici l’essentiel.

  • myfabulousreading 30 juillet 2020
    1793

    Lu dans le cadre du prix nouvelles voix du polar.

    Ce livre, en compétition avec celui d’Ilaria Tuti, Sur le toit de l’enfer, ne m’a pas du tout fait le même effet à la lecture.

    Je l’ai trouvé très dense, difficile d’accès dès le départ. Les 150 premières pages ont été un calvaire pour que je m’imprègne de cette atmosphère...

    Non en fait, je ne suis jamais rentrée dans cette ambiance révolutionnaire, crasseuse, poisseuse, complètement décontenancée par cette intrigue dans laquelle je me suis perdue plusieurs fois ; les noms des personnages, les références historiques, je n’ai pas l’habitude de ce genre de lecture donc j’ai été clairement déboussolée. Je ne me suis pas non plus attachée aux personnages. Une lecture qui n’était donc pas faite pour moi.

    L’avantage est que le choix n’a pas été compliqué à faire !

    Par contre, que de critiques on ne peut plus plus positives j’ai pu lire à son sujet et je suppose donc qu’il pourrait vraiment plaire aux amateurs du genre...

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.