Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Anatomie d’un scandale - Sarah Vaughan

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

3 #AvisPolar
0 enquêteur
l'a vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Kate vient de se voir confier l’affaire de sa vie, celle qui accuse l’un des hommes les plus proches du pouvoir d’un terrible crime. Kate doit faire condamner James Whitehouse. Sophie adore son mari, James. Elle est prête à tout pour l’aider et préserver sa famille. Sophie doit trouver la force de continuer comme avant.
Comme avant, vraiment ? Quels sombres secrets dissimule le scandale, et à quel jeu se livrent réellement ces deux femmes et cet homme ?

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

  • Acheter sur Cultura

Vos #AvisPolar

  • genli 23 juillet 2020
    Anatomie d’un scandale - Sarah Vaughan

    J’ai découvert cette auteure avec ce troisième roman dont le titre m’a accrochée par ce qu’il laissait entendre : l’écorçage, pièce après pièce, d’un système...
    Et de fait nous ne sommes pas déçus car l’auteure décortique le système judiciaire anglais et dessine pas à pas la psychologie et les motivations des divers personnages impliqués dans l’affaire jugée : le viol présumé de l’assistante parlementaire d’un homme politique en vue dont elle était la maîtresse, et ce autour de la question majeure du consentement.
    Nous suivons le procès et la vie des protagonistes en 2016, tout en revenant régulièrement dans leur passé commun, en 1992, pendant une année universitaire où les destins de cinq d’entre-eux se sont liés.
    En effet trois personnages dominent le roman : Kate, l’avocate de la plaignante ; James, l’accusé ;Sophie sa femme. Trois personnages secondaires importants les accompagnent : Tom, le premier ministre,ami intime de James avec qui il a fait les 400 coups pendant leur vie estudiantine, Ali (Alison), la seule amie de Kate, rencontrée aussi à l’université, et enfin Olivia, l’assistante parlementaire de James, qui porte plainte pour viol.
    1992 est l’année universitaire clé où se rencontrent les cinq premiers protagonistes de l’histoire. Sophie, James et Tom sont issus de la haute bourgeoisie anglaise et se comportent comme si tout leur était dû ; Kate (Holly) et Ali (Alison) sont elles issus des classes populaires et ne doivent leur acceptation à Oxford qu’à la qualité exceptionnelle de leur travail récompensé par une bourse d’études.
    Tout au long du roman nous découvrons, pas à pas, l’histoire de chacun d’entre-eux, ce qui éclaire peu à peu le procès en cours.
    Les secrets, les blessures, les doutes de chaque personnage,révélés au fur et à mesure, créent une atmosphère sombre et une addiction efficace car cette quête de la vérité nous pousse à ne pas interrompre la lecture...
    Une histoire bien ficelée donc, instructive sur les arcanes de la justice, et au ton juste sur la difficulté de témoigner d’un viol.

  • M Ar Tin 13 juin 2020
    Anatomie d’un scandale - Sarah Vaughan

    J’ai beaucoup aimé retrouver la plume de Sarah Vaughan, c’est une auteure que je suis depuis ses débuts. 
    Une jolie plume, des personnages qui marquent les esprits et un thème très actuel. 

    Cette fois ci c’est un thriller psychologique et domestique qu’elle nous offre à lire. 
    Les protagonistes évoluent dans les hautes sphères de la politique britannique et le thème traité fait écho à l’actualité et le mouvement me too.

    La plume de Sarah Vaughan est toujours aussi addictive et prenante. 
    Elle distille avec une grande intelligence les indices au compte goutte.
    On tourne les pages avec avidité afin de connaître le fin mot de l’histoire. 
    Une histoire qui fait froid dans le dos et que l’on sait vécue par certaines femmes dans le monde que l’on vit.

    Un plaisir de lecture comme toujours avec cette auteure mais aussi un texte qui dénonce les abus de certains hommes qui se croient tout permis.

  • Aude Lagandré 6 octobre 2019
    Anatomie d’un scandale - Sarah Vaughan

    « Le consentement sexuel » est l’accord volontaire qu’une personne donne à son ou sa partenaire au moment de participer à une activité sexuelle. Une personne doit clairement exprimer son accord au moment de participer à cette activité sexuelle. Elle peut le faire par ses paroles, son comportement ou les deux.

    James Whitehouse est un homme brillant dont la carrière a connu une évolution fulgurante. Sous-secrétaire d’état, membre clé du gouvernement, proche du Premier ministre depuis leurs études à Oxford, il est marié à Sophie, également ex-étudiante d’Oxford. Douze années d’un mariage quasi sans nuages avant une phrase, prononcée dans l’urgence « J’ai merdé dans les grandes largeurs » : James entretient une relation extra-conjugale avec l’une de ses assistantes, Olivia. Leur dernière rencontre, dans un ascenseur, amorcera un procès médiatiquement très suivi : il évoque une ultime relation sexuelle s’apparentant à un « au-revoir », elle l’accuse de viol. L’affaire est confiée à Kate, avocate militante pour le droit des femmes, déterminée à démêler le vrai du faux et à faire condamner James. C’est sans compter sur la détermination de Sophie, qui tentera de préserver son équilibre familial, ses enfants, et son mariage.

    La justice est évidemment au coeur de ce roman. De justice idéalisée incarnée par le personnage de Kate, le roman bascule vers une justice fonctionnant à coups de « petits arrangements entre amis » dont les enjeux sont tout sauf la vérité. L’important est de s’en sortir. Pour s’en sortir, rien de plus essentiel que les amitiés construites lors d’études supérieures dans les congrégations d’étudiants dont les personnalités se regroupent plus tard au sein d’alumni. Quand les arcanes du pouvoir sont étroitement liés à des cadavres dans des placards d’étudiants, rien de devient plus primordial que l’entraide « corporate ». Il y a une vraie dimension politique dans ce roman, mais ne vous effrayez pas, c’est léger et sans matraquage intempestif.

    C’est paradoxal, mais qui dit justice, dit mensonge. Une autre façon de présenter les choses, une adaptation de sa propre vérité, une façon déformée et plus arrangeante d’aborder les choses. Le début du roman semble très clair, les faits énoncés limpides : voici un homme accusé de viol par une ex-amante frustrée d’avoir été larguée comme une vieille chaussette. Mis au pied du mur, il est dans l’obligation d’en parler à sa femme et de raconter… les rencontres, le sexe, les paroles, les gestes. Pour se défendre, Olivia se tourne vers Kate, une femme qui a fait de la cause des femmes son premier combat, une passionnaria militante lassée de « cette violence sexuelle quotidienne », qui ne supporte pas que les victimes soient bafouées et les coupables en liberté, mais qui sait aussi, combien la vérité se manipule.

    Voici un roman traitant de viol dans lequel je n’ai pas été spontanément du côté des femmes : un comble ! Mon intime conviction n’a vacillé qu’à 1/3 du récit. La force de l’auteur est de nous montrer que l’histoire personnelle de chacun, les blessures du passé, et l’extrême connaissance de son conjoint dans l’intimité peuvent faire naître un doute nécessaire et salvateur. Savourez le portrait de Sophie : son intime conviction d’épouse la pousse à prendre la défense de son mari, mais sa connaissance de l’homme dans la sphère privée et intime, fait vaciller ses certitudes, et du coup les vôtres.

    Sarah Vaughan embarque son lecteur dans un camp puis dans l’autre, avec un certain brio. Le doute est magistralement distillé dans ce thriller politico-judicaire. Il prend tout son sens quand preuve est faite que les protagonistes ne sont pas qui ils paraissent être. Ainsi, un homme politique, physiquement attractif, charismatique, intelligent peut-il cacher un être abject qui n’a aucun respect pour les femmes et assoit son pouvoir bien au-delà de la sphère privée ? Une avocate brillante qui a fait du droit des femmes une de ses priorités absolues, peut-elle avoir des raisons plus profondes pour faire condamner un homme qui détient le pouvoir ? Une épouse, amoureuse, admirative de la carrière de son mari, dévouée, peut-elle ressentir un doute en face de l’homme qu’elle croit si bien connaître, justement parce qu’elle le connaît si bien ? Sarah Vaughan nous propose un véritable jeu de faux semblants où derrière les masques, se cachent des visages très éloignés des premières impressions. Grâce à des personnages hauts en couleur, elle développe le caractère éminemment psychologique de trois protagonistes clés à travers les années. Il y a le temps de la mise en accusation et du procès, mais aussi de passionnants retours en arrière sur les années étudiantes des personnages. La construction du roman avec ces apartés permet l’évolution de l’état d’esprit du lecteur et la compréhension du passé apporte des éléments indispensables pour appréhender les objectifs de chacun.

    Dans ce microcosme d’ambition et de pouvoir, il est essentiel de sauver la face, même si cela engendre quelques compromis avec la vérité.

    J’ai été littéralement happée par ce roman, très actuel, qui met en lumière les failles d’un système judiciaire et montre combien il est facile de s’arranger avec la vérité. Tout est une question de mots, de façon de présenter les choses et du charisme de la personne qui les prononce. « Vous pouvez gagner, même si la plupart des preuves jouent contre vous, du moment que votre argumentation est meilleure. »

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.