Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Autopsie d’un drame - Sarah VAUGHAN

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

11 #AvisPolar
7 enquêteurs
l'ont vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Jess, mère au foyer, fait preuve d’une grande dévotion envers ses trois enfants, qu’elle chérit et protège à tout prix. C’est du moins la façon dont Liz, son amie depuis dix ans, la perçoit. Mais le doute s’installe lorsque Jess se rend aux urgences pédiatriques où travaille Liz. Dans ses bras, sa fille Betsey, âgée de dix mois, présente tous les signes d’un traumatisme crânien. Jess, d’ordinaire si soucieuse du bien-être de sa famille, semble étrangement distante et peu concernée par la situation, et ses explications ne collent pas avec la blessure de l’enfant. Liz s’interroge sur les réelles motivations de son amie. Pourquoi a-t-elle attendu aussi longtemps avant de se rendre à l’hôpital ? S’agit-il vraiment d’un accident, comme elle l’affirme ? Un drame psychologique brillamment tissé qui sonde les enjeux de la maternité, de l’amitié et interroge ce qui nous lie ou nous sépare.

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

Vos #AvisPolar

  • Alex-Mot-à-Mots 5 octobre 2021
    Autopsie d’un drame - Sarah VAUGHAN

    J’ai pris plaisir à découvrir les personnages de femmes mères de famille, leurs problèmes avec leurs enfants. (Cela m’a rappelé des souvenirs).

    J’aurais aimé toutefois que l’arrière-plan du récit soit moins détaillé et que l’auteure face plus de place à la psychologie de ses personnages. J’ai eu comme l’impression qu’elle n’osait pas s’en approcher de trop prêt, préférant décrire le décor.

    Ce roman a le mérite de parler de la maltraitance sur enfants et de donner une explication qui ne se focalise pas sur une mère inapte.

    L’image que je retiendrai :

    Celle des bébés qui pleurent tout le temps et qui rende la mère impuissante.

    https://alexmotamots.fr/autopsie-dun-drame-sarah-vaughan/

  • mouffette_masquee 2 juillet 2021
    Autopsie d’un drame - Sarah VAUGHAN

    Résumé : Liz est médecin aux urgences pédiatrique. Quand son amie Jess débarque un soir avec sa fille Betsey, 10 mois, qui souffre d’un traumatisme crânien, elle sent rapidement que quelque chose cloche. En effet, Jess est une "mère parfaite : mère au foyer, elle est totalement dévouée à sa famille. Pourtant ce soir-là, quand Liz tente de comprendre comment le bébé s’est blessé, Jess reste évasive, ne semblant pas prendre la mesure de la gravité de la situation. Pourquoi a-t-elle attendu aussi longtemps avant d’amener sa fille aux urgences ? Ne serait-elle pas aussi parfaite qu’elle semble l’être ? Liz va tenter de comprendre ce qui a pu se passer, même si Jess se mure dans un silence inquiétant.

    Mon avis : Nous plongeons ici dans un roman chorale dont le suspense va crescendo, au fil des révélations. Et évidemment, plus on en sait, pire c’est. Les chapitres sont partagés entre Liz, Jess et Ed (le mari de Jess), et nous faisons également des sauts dans le passé, afin de comprendre comment tout ce petit monde s’est connu et a évolué au fil des ans. J’ai été happée très rapidement par cette intrigue, dont le dénouement est inattendu, et que j’ai beaucoup aimé. Mais ça a été une lecture assez difficile pour moi : la maltraitance infantile m’est difficilement supportable, d’autant plus quand les propres parents sont concernés. C’est donc les larmes aux yeux et une rage sourde qui m’ont accompagnée jusqu’à la dernière page. J’ai ressenti des sentiments contradictoires pour Jess, que j’ai détesté et qui en même temps me peinait énormément ; j’avais peur pour elle, avec elle. C’est un personnage très complexe, avec ses failles profondes qu’elle tente de cacher à tout prix. Car dans cette affaire, comme dans la vie, le jugement des autres peut être terrible.

  • Bill 1er juillet 2021
    Autopsie d’un drame - Sarah VAUGHAN

    La première fois que j’ai entendu parler de Sarah Vaughan, c’était par de grandes affiches publicitaires pour ’Anatomie d’un scandale’ qui ornaient les librairies d’aéroports l’année dernière. Puis les encarts publicitaires dans les pages "livres" de mes journaux et finalement les panneaux sur les bus ou abribus ... Je m’étais rapidement procuré ce livre dans une de mes médiathèques, et je l’avais dévoré d’une traite.

    Alors, quand j’ai vu que NetGalleyFrance proposait ’Autopsie d’un drame’, je me suis inscrite sur le site et j’ai tentée ma chance !
    Quelques minutes plus tard ma demande était acceptée, je téléchargeais le livre et j’entamais sa lecture !

    Comme pour le précédent, je l’ai lu d’une traite.

    On suis quatre amies, enceintes en même temps de leur premier enfant, les années passent, les enfants grandissent. Celles qui ont conservé une activité professionnelle arrêtent de procréer après le deuxième enfant, mais Jess en a un troisième, une petite fille, Betsey, après deux garçons.

    Un soir, Jess arrive à l’hôpital où Liz est pédiatre, Betsey, bizarre dans les bras. L’enfant a vomi, pleure et a un comportement anormal. le fait d’être amies empêche Liz de traiter Betsey, dont ses collègues détectent une fracture du crâne et donc soupçonnent aussitôt un cas de maltraitance et contacte la police.

    Le récit de Jess est confus et empli d’incohérences, elle sera rapidement interdite d’être seule avec ses enfants, la machine médico-policièro-sociale est en route pour mettre au jour ce qui s’est réellement passé ce soir là.

    Dans le même temps, Liz, (re)découvre auprès de sa mère mourante, un fait divers familial de son enfance.

    Un roman qui met au jour les difficultés d’être une mère parfaite, d’assurer au mieux la gestion de trois enfants en bas âge (ou pas), en l’absence d’un conjoint trop pris par son travail, la non détection des dépressions post-partum et l’auto-exigence de celles qui se veulent des mères parfaites !

    Un roman qui m’a happée et que je n’ai pas posé jusqu’au moment d’en découvrir la dernière ligne !

    Merci à NetGalleyFrance et aux Editions Préludes de me l’avoir mis à disposition !

    #Autopsiedundrame #NetGalleyFrance

  • Namg Namg 24 juin 2021
    Autopsie d’un drame - Sarah VAUGHAN

    Le nouveau roman de Sarah Vaughan est comme toujours efficace, ici on a deux personnages principaux : Liz et Jess. Elles ont été très amies depuis les cours d’accouchement de leur première grossesse puis se sont éloignées.

    Liz est pédiatre à l’hôpital, elle retrouve Jess aux urgences quand elle vient amener sa petite dernière Betsie. Liz trouve son ancienne amie différente, fuyante et a un doute quand elle lui explique la manière dont la petite s’est fait mal. Elle le signale à son chef de service. L’engrenage est en marche. Une enquête se met en route pour savoir comment Betsie est tombée.

    On alterne l’enquête de 2018 sur la fillette et la famille de Jess composée de Ed son mari toujours ultra occupé et ses 2 garçons, des allers-retours dans le passé, quand elles se sont rencontrées, quand Jess a dû faire face à cette dernière grossesse 1 an plus tôt. On passe dans la tête des différents personnages et on essaye de comprendre si les apparences sont trompeuses ou non. J’ai aimé cette construction qui permet de reconstituer peu à peu les circonstances de l’accident, de mieux comprendre les réactions des personnages.

    Ce roman est également une réflexion sur la maternité, le couple, les bouleversements qu’un enfant engendre, la perception de la femme dans la société. Jess est vue par ses amies comme la femme et la mère parfaite qui gère tout et qui n’a pas besoin d’aide. Comment dire qu’on va mal quand tout le monde loue votre efficacité ? Liz à l’inverse se sent toujours gauche, notamment dans son boulot et essaye de faire les choses au mieux. 2 visions du couple, de la famille s’oppose.

    L’alternance de temporalité, la construction chorale rend le récit de plus en plus prenant. Au-delà de la maternité, on voit aussi l’importance du travail des soignants, les injonctions que la société fait à une femme : aimer son enfant, tout assumer, ne pas avouer son mal être. L’auteur joue habilement entre la psyché de Liz, ses peurs, ses angoisses, son incapacité à dire ce qu’elle ressent, son ambivalence parfois et la vie de Liz. Liz qui elle aussi lutte contre son passé, sa mère et qui va aussi aller plonger profondément en elle.

    J’ai aimé la profondeur psychologique des personnages, les rebondissements, le fait qu’elle ne juge pas ses personnages, qu’elle montre comment on peut être dépassé, être prisonnier de ses propres craintes. J’ai apprécié le personnage de Ed qui se révèle peu à peu dans l’histoire en prenant conscience qu’il n’a pas toujours été là pour sa femme. J’ai adoré le personnage de Liz pédiatre compétente qui doute, maman imparfaite et amie dévouée qui fait tout pour arranger les choses. Elle est le fil rouge et bienveillant de cette histoire, qui essaye de comprendre ce qu’elle n’a pas vu et de renouer les fils de son amitié avec Jess.

    Un polar original qui ne va pas là où on l’attend et qui décortique bien les rouages de la parentalité et de l’ère du soupçon qui régit notre société. Donc, partez à la découverte d’autopsie d’un drame pour voir l’envers du décor de la maternité.

  • Alexandra Thiry 28 mai 2021
    Autopsie d’un drame - Sarah VAUGHAN

    Liz et Jess sont amies depuis la naissance de leur 1er enfant. La maternité qui les a reprochée à fini par les éloigner lorsque Jess a donné naissance à son 3eme enfant.
    Un jour, Liz reçoit la petite dernière de son amie aux urgences. Victime d’un grave traumatisme crânien. La maman est stressée, hésitante. Tous les signes de maltraitance. Les services sociaux doivent être avertis.

    Découverte de l’autrice avec ce roman que j’ai vraiment apprécié. Il traite des difficultés que l’on peut ressentir en tant que mère. La pression, la charge mentale et même la solitude.

    Ce que je trouve intéressant également c’est le thème des phobies d’impulsion. Très honnêtement avant ma lecture je ne savais même pas mettre un nom sur ce phénomène. Méconnu et pourtant très répandu. Ces pensées parasites qui ruinent la vie en apparence parfaite de cette femme. Ca touche et ça questionne. La surface lisse peut parfois cacher des malaises profonds.

    Écrit en alternance du point de vue des différents protagonistes, avec des différentes temporalités, l’histoire se construit au fur et à mesure et les pièces du puzzle s’emboîtent.

  • FloChavy 15 mai 2021
    Autopsie d’un drame - Sarah VAUGHAN

    « Autopsie d’un drame » est le roman de ma première rencontre avec Sarah Vaughn.
    Jusqu’ici ses précédents romans ne m’ont jamais tentée.
    Mais comme en lisant la quatrième de couverture le sujet m’a paru intéressant et aussi parce j’avais envie de comprendre pourquoi les livres de cette auteure suscitent un tel engouement je me suis lancée.
    Et en effet, ce livre a beaucoup d’un best-seller.
    C’est un thriller qui annonce un suspense presque insoutenable.
    L’intrigue est plutôt bien ficelée jusqu’à un certain point.
    Les sujets abordés sont nombreux et d’actualité.
    Et bien que les sujets soient « correctement » traités, l’écriture devient rapidement un enchaînement de phrases stéréotypées.
    Tout en restant fluide et plaisante la lecture de ce livre ne m’as pas convaincue du talent d’écriture de l’auteure.
    Cela étant dit je pense qu’il peut toutefois devenir un parfait « roman de plage ».

    Je remercie Netgalley France et les éditions Préludes pour cette lecture.

  • Matildany 25 avril 2021
    Autopsie d’un drame - Sarah VAUGHAN

    Postulat de départ : Liz travaille comme médecin pédiatrique dans un hôpital à Londres. Jess, une de ses amies, débarque aux urgence avec sa plus jeune enfant, Betsey, 10 mois. Il s’avère rapidement que l’enfant souffre d’un traumatisme crânien. Chute, négligence, maltraitance ?
    Devant l’incertitude, et l’attitude distante de la mère, le mécanisme de protection de l’enfance se met en place : une assistante sociale et la police enquêtent.
    Entre sa culpabilité d’avoir peut-être empiré la situation et sa conscience professionnelle, Liz se heurte aux réactions de sa famille et leurs amis communs.
    Un roman choral, sur Liz, Jess et son mari Ed, on revient sur leur rencontre aux cours d’accouchement, sur l’évolution de leur rôle de mère, entre fatigue, inquiétude, et satisfactions familiales...
    Comme souvent dans un thriller psychologique, le doute est maintenu sur les actes de chacun, les personnages réfléchissent intensément, agissent parfois de manière peu crédible, ..ou se font une montagne d’un fait qui prend des proportions démesurées...je l’ai trouvé un peu long par moment, il y a une insistance sur certains ressentis, qui plombent la lecture.
    Par contre, il met bien en exergue l’obsession et la pression d’être la mère idéale, la déception de soi après un accouchement difficile, l’état émotionnel perturbé par le manque de sommeil...tout ce qui fait de la maternité une lutte au détriment de soi.

    https://instagram.com/danygillet

  • LesRêveriesd’Isis 23 mars 2021
    Autopsie d’un drame - Sarah VAUGHAN

    Je découvre Sarah Vaughan avec ce titre, et ce ne sera sans doute pas mon dernier roman d’elle. Le titre de ce livre m’a beaucoup intriguée. Autopsie d’un drame laisse entendre que tout l’enjeu du livre sera de comprendre comment la catastrophe est arrivée et non de savoir si nous pouvons y échapper. Pas de course contre la montre, a priori, mais une quête de sens et de vérité. Ce cheminement claironné dès le titre m’a séduite, avant même que je ne sache si j’avais raison de voir tout cet implicite ici.

    Ce roman est construit sur une double alternance : alternance des points de vue et alternance des époques. Cela permet de créer une intrigue vraiment captivante et de faire les rappels nécessaires sur les liens entre les personnages, sans créer de lourdeur puisque les chapitres restent relativement courts. Nous découvrons donc l’histoire telle qu’elle est vécue par Jess et Liz – avec qui nous faisons connaissance par la même occasion. Le roman s’ouvre sur cette amitié et sur ce nœud également puisque nous commençons sur un drame et sur l’arrivée aux urgences. Tous les liens entre les personnages que nous découvrirons graviteront donc autour de la maternité ou de la petite enfance. Cette narration permet aussi de mettre en place lentement et sûrement les choses. A travers la subjectivité de chacun, l’autrice nous dévoile des doutes, des amertumes, des petits secrets, des tourments intenses, toutes ces petites choses qui nous habitent mais que nous taisons, par honte ou par gêne. Ces choix stylistiques permettent non seulement de créer une vraie tension romanesque qui amène le lecteur à douter lui aussi, mais également de préparer un renversement de situation des plus savoureux à la fin. Alors que nous croyons avoir toute l’histoire et que la tension retombe, nous découvrons dans les quarante dernières pages qu’il y avait encore un secret – tapi profondément – et, finalement, cette révélation est encore plus glaçante que ne l’était la première. Cela nous maintient dans le flou jusqu’à la fin puisque les versions des uns contredisent celle des autres et qu’il faut du temps pour démêler cet imbroglio.

    J’ai beaucoup aimé les personnages tels qu’ils nous sont présentés. Aucune de ces mères n’est pleinement en accord avec elle-même. Toutes doutent, espèrent bien faire, gardent au plus profond d’elle un regret, une terreur inavouable et dévorante. La peur de ne pas être une assez bonne mère, la peur de faire du mal à son enfant, la peur d’être moins bien que la copine, un passé faits de fantômes et de culpabilité… Chacune déploie des stratégies complexes pour masquer ses sentiments profonds et pour sembler la meilleure mère possible. Les personnages créés sont donc éminemment humains et touchants du plus profond de leur détresse. Alors, bien entendu, ils ne nous émeuvent pas tous à égale hauteur.

    Sarah Vaughan ne s’arrête pas aux mères, ici, tout l’entourage est passé au crible : les pères, leur soutien ou leur absence, les mots des amies, ceux qui rassurent et ceux qui font douter. Le but est de montrer tout ce qui a concouru à la situation actuelle de Betsey, et tous ont une part de responsabilité d’une certaine façon.

    J’ai beaucoup aimé Liz qui essaie de conjuguer vie de famille et vie professionnelle, dévorée aussi par une mère assez peu maternelle, hantée par les traumatismes de son enfance. D’ailleurs, à l’occasion de ce drame, c’est sa propre enfance qui revient comme un écho puissant. Les souvenirs de Liz se ravivent, sa mère si bourrue et taciturne, se laissera aller à quelques confidences – qui changeront beaucoup de choses. Jess est bien évidemment très touchante : sa souffrance, sa détresse morale est palpable dès les premières lignes. Mais ce n’est que dans le troisième tiers du roman que nous prenons la pleine mesure des causes de tout cela. Mel et Charlotte sont davantage en arrière plan et pourtant, elles ont aussi un sacré rôle à jouer : l’une malheureuse dans sa vie de famille, l’autre à la vie parfaite – en apparence du moins- . Ce thriller domestique sort donc du cercle de la famille au sens strict et touche aussi à la sphère amicale : connaissons-nous vraiment nos amis ? Sommes-nous à même d’être objectifs et de voir leurs failles ? Et s’il était plus facile de dérailler et de commettre l’irréparable que nous ne le pensions ? Et, bien évidemment, la question de la dépression post-partum est ici évoquée, travaillée, sans jugement ni propos culpabilisants. On envisage comment la maternité peut devenir une souffrance au lieu du plein bonheur espéré, on évoque le tabou aussi qui l’entoure et la honte des femmes qui en souffrent. Sarah Vaughan évoque ce sujet avec justesse et délicatesse – sans pour autant masquer les conséquences terribles qui peuvent exister. Il y a beaucoup de sensibilité, de retenue et de pudeur dans la façon d’écrire sur la souffrance de ces jeunes mères.

    Ainsi, ce thriller est excellent : la tension est bien là, constamment nourrie par un doute dévorant, un doute contagieux qui nous empêche, nous lecteurs, de prendre du recul. La plume est addictive et captivante, le ton juste est trouvé pour évoquer un sujet délicat et les renversements de situations sont savoureux et glaçants. Arrivés au terme du roman, nous sommes étonnés et en même temps, nous pouvons relire la scène inaugurale différemment et nous rendre compte que cette entrée en matière a aussi eu son rôle dans le roman.

    https://lesreveriesdisis.com/2021/03/23/autopsie-dun-drame-sarah-vaughan/

  • celine85 17 mars 2021
    Autopsie d’un drame - Sarah VAUGHAN

    Jess amène sa fille Betsey âgée de 10 mois à l’hôpital. C’est Liz une de ses amies qui l’examine. Après examen, la petite souffre d’un traumatisme crânien. L’explication de la mère sur la manière dont s’est déroulé l’accident ne tient pas et elle a mis du temps pour se rendre à l’hôpital. Comme le prévoit la procédure en cas de suspicion de maltraitance, une enquête est ouverte. Liz ne sait plus quoi penser car pour elle Jess est l’image de la mère attentionnée qui prend soin et protège ses enfants mais là son comportement lui semble étrange. Que c’est il réellement passé ?

    Une histoire qui touche forcement le lecteur car elle aborde le doute sur un cas de maltraitance d’enfant. J’ai trouvé qu’elle manquait un peu d’intensité. On se pose la question de ce qui s’est passé mais l’attente de connaitre la vérité n’a pas été insoutenable pour ma part. le twist final a été le bienvenue.

  • Le Monde de Marie 11 mars 2021
    Autopsie d’un drame - Sarah VAUGHAN

    Une lecture très forte et pas toujours facile à lire. Elle a un côté réaliste très fort et j’ai ressenti une profonde empathie pour les divers protagonistes. J’ai vécu cette lecture, j’ai été terrifiée par les actes, j’ai eu l’appréhension de connaître la vérité et en même temps j’avais ce besoin intense de savoir.

    Les personnages sont très bien travaillés et la problématique de la dépression post-natale abordée avec beaucoup de justesse. La maternité, un sujet qui me touche parce que je suis moi-même maman de trois enfants et tout comme, Jess, il y a une belle différence d’âge entre mon aînée et mes deux plus jeunes. J’ai eu le coeur gros et j’ai retenu mon souffle durant toute ma lecture.

    Une histoire qui tient son lecteur d’une mains de fer et va le surprendre à de nombreuses reprises. C’est captivant mais aussi horrifiant. On ressent la détresse et on a peur de ce qu’elle pourrait avoir engendré. Les pensées évoquées sont elles aussi terrifiantes et les vérités très difficiles à encaisser.

    Une maternité difficile alors même que la volonté d’être une bonne mère est bien présente. C’est parfois compliqué à comprendre tant certains passages sont très durs. Outre la détresse de la mère, on y découvre aussi celle des enfants, les premières victimes de ce mal. Mais également, celle des proches qui s’en veulent de n’avoir rien vu.

    Une lecture qui nous montre à quel point il est primordial d’être certain à cent pour cent de vouloir un enfant avant de le concevoir et que, malgré toute la bonne volonté du monde, il est aussi loin d’être évident d’être une bonne mère.

    Un récit difficile et percutant que je n’oublierais pas de sitôt tant je l’ai trouvé réaliste, émouvant et terrifiant.

  • Saveur Littéraire 11 mars 2021
    Autopsie d’un drame - Sarah VAUGHAN

    Tout juste sorti et déjà entre mes mains ! Un grand et chaleureux merci aux éditions Préludes et à Babelio, et sa Masse Critique privilégiée ! Autopsie d’un drame, de Sarah Vaughan, n’est pas son premier roman, mais c’est ma première rencontre avec l’auteure, et quoi de mieux pour faire connaissance qu’un thriller psychologique qui promet de fortes émotions ?

    Démarrage en douceur, le temps de savoir où on va : Liz travaille aux urgences hospitalières et s’occupe des tout petits et des enfants. C’est l’occasion pour Sarah Vaughan de nous mettre au parfum sur les dysfonctionnements d’un secteur en crise, que ce soit en Angleterre ou ailleurs. Tension, à la limite de la saturation, les urgences et leurs personnels sont maltraités, et c’est ainsi que s’ouvre le premier acte du drame, sur des incertitudes et une fatigue extrême. Et cette fois, la première impression ne sera pas la bonne : moi qui grommelais un peu contre Liz, j’ai été amenée à revoir ma vision ! Mais on va le voir, impossible de camper sur ses positions à la fin du livre.

    Le drame : Betsey, la fille de Jess et Ed, nécessite des soins urgents. Malheur, elle souffre d’un traumatisme crânien, et l’alarme est déclenchée pour une suspicion de maltraitance. Et à nous, profanes, cette rapidité nous semblera peut-être exagérée aux premiers abords, avant qu’on se reprenne : quel soulagement de savoir qu’il y a des procédures en cas de doute, et qu’elles peuvent être déployées rapidement, mine de rien ! C’est qu’on ignore comment ça se passe… Nous voici confrontés à chacune de ses étapes à partir de la prise en charge de la petite Betsey, aux côtés de Jess et Ed, ses parents, mais aussi Liz, leur amie, et d’autres personnes qui font régulièrement leurs apparitions tout au long des pages. Pas mal de noms, mais chacun sait se faire reconnaître, un plus.

    Autopsie d’un drame se divise entre les yeux de plusieurs personnages, et à différentes époques, aussi on a peut-être l’impression de patauger un peu au début, jusqu’à s’habituer à ce dépaysement. C’est donc tout simplement que le lecteur se retrouve face à des sons de cloche opposés, qui posent les enjeux et donnent chacun un morceau de puzzle pour reconstituer le drame. Individus taraudés par le doute, comment ne pas les suivre ? Leur vision évolue en même temps que la nôtre, et s’il faut un peu de temps pour apprécier quelques têtes, on savoure toute leur justesse et leurs nuances arrivé à la dernière page. Rien n’est simple, les apparences sont trompeuses et on aurait tort de juger sur les premières interactions.

    Sarah Vaughan nous offre un thriller hautement psychologique où elle peint la vie d’une famille et de leur cercle proche avec humanité et profondeur, en les décortiquant et en les laissant montrer leurs failles, qu’ils soient avec les autres ou en privé. Ne vous attendez pas à de l’action pure, à des scènes de disputes terribles, à des interrogatoires brutaux, même s’il y a effectivement une enquête de police. L’action se situe entièrement dans la tension instillée admirablement à travers les doutes et les aveux de chaque personnage, qu’il s’agisse de Liz ou Jess, d’Ed ou de Janet, ou les autres.

    Injustice, culpabilité, maternité. Tels sont les mots murmurés dans ces pages, tandis que l’on fait son chemin avec des esprits rongés. Je ne parlerais pas d’ambiance claustrophobie, plutôt une sensation oppressante. Impossible de rester stoïque devant le drame qui se déroule sous nos yeux. La maternité n’est pas qu’une joie absolue ou des nuits de sommeil endiablées par les cris d’un bébé. Et Sarah Vaughan se saisit du sujet avec sensibilité et justesse, encore une fois, en creusant à travers une panoplie de personnages différents. Il ne s’agit pas uniquement de faire la lumière sur les événements qui ont conduit à l’hospitalisation de Betsey, mais aussi de mesurer l’implication et le rôle de chaque membre d’une famille, et le cercle proche, la complémentarité de toute cette sphère.

    Autopsie d’un drame ne manque pas de rythme puisqu’on tourne les pages furieusement, pour dérouler les actes du drame. Porté par l’écriture immersive de Sarah Vaughan, ce thriller psychologique vaut clairement le détour ! On a frôlé le coup de cœur, frôlé… quelques remarques m’auront fait sortir de l’action ou lever les yeux au ciel, mais rien de bien grave, c’est surtout très subjectif ! Peut-être tomberez-vous sur LE coup de cœur ? Et encore une fois, un très grand merci aux personnes qui m’ont laissé découvrir ce roman un peu avant l’heure !

    (https://saveurlitteraire.wordpress.com/2021/03/10/129-autopsie-dun-drame-sarah-vaughan/)

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.