Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Fantazmë - Niko Tackian

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

6 #AvisPolar
4 enquêteurs
l'ont vu/lu
2 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

Janvier 2017, Paris, XVIIIe arrondissement. Le corps d’un homme atrocement mutilé est retrouvé dans une cave. Le commandant Tomar Khan pense d’abord à un règlement de comptes. Le genre d’affaire qui reste en suspens pendant des années, se dit-il. Mais voilà, l’ADN relevé sur les lieux a déjà été découvert sur le corps d’un dealer, battu à mort dans une cave lui aussi. Et bientôt une rumeur court dans les quartiers chauds de Paris, celle d’un tueur insaisissable, un Fantazmë, un « spectre » en albanais, qui s’en prend à la pègre.

Vos #AvisPolar

  • calyenol 28 février 2019
    Fantazmë - Niko Tackian

    Mon RDV avec le "Spectre" est terminé !
    Encore un très très bon Tackian.
    🙈
    <<< Tomar tomba à genoux...Il leva les yeux,mais ne réussit pas à apercevoir le ciel entre les branches épaisses des arbres.Puis tout disparut.>>>
    🙉
    Dans ce livre on retrouve Tomar Khan que l’on a connu via "Toxique".
    Flic du 36,d’origine Kurde,on en apprend un peu plus sur le personnage qu’est le commandant Khan.
    Un perso rentre dedans et attachant,avec une enfance pas toujours facile.
    Avec son groupe,il mène l’enquête pour faire main basse sur le Fantazmë,un tueur qui s’en prend à la pègre Albanaise.
    Une enquête sanglante,mais sans trop,qui ne nous laisse pas le temps de reprendre notre souffle.
    Mais je ne vais pas vous en dire plus puisque je sais que vous allez le lire 😉
    🙊
    Si j’avais beaucoup aimé "Toxique",j’ai adoré "Fantazmë".
    L’histoire est intense,l’intrigue bien d’actualité,les personnages gagnent en épaisseur,le rythme est au top et quand on lit le livre,on visionne en même temps.
    Le stress est présent,on s’immerge complètement.
    L’écriture de l’auteur,la construction,nous fait avaler les pages les unes après les autres et fait qu’on ne veut pas le lacher.
    Un polar captivant et addictif auquel j’aurais bien voulu quelques pages de plus.
    Que voulez-vous,quand on aime,on ne compte pas !
    Le plus dur maintenant,va être d’attendre le prochain....et la suite des aventures de Tomar 🤗

  • loauchocolat 2 mars 2019
    Fantazmë - Niko Tackian

    Fantazmë est un thriller qui arrache. C’est noir, c’est saignant, ça tue à la kalash, à l’acide, à la scie circulaire ... Accrochez-vous ! 2017, dans un Paris encore traumatisé par les attentats de 2015, un tueur insaisissable fait le ménage dans la pègre en semant derrière lui des corps atrocement mutilés.
    Dense, court, rapide, intense, noir, addictif ... dans ce thriller on retrouve avec grand plaisir, Tomar Khan, le flic ténébreux et torturé pas du tout énervant qu’on avait rencontré dans Toxique.

  • Komboloi 2 mai 2019
    Fantazmë - Niko Tackian

    Après avoir lu "toxique" du même auteur, j’avais hâte de me plonger dans une nouvelle enquête du commandant Tomar Khan.

    Petite déception pour moi. J’avais bien accroché lorsque j’ai lu "toxique" qui était un court roman policier bien écrit avec une enquête bien mené et des personnage que je prenais plaisir à suivre malgré le côté "policier torturé", espèce d’anti-héros trop souvent utilisé.

    Alors attention, je précise que "Fantazmë" reste un polar de bonne facture. L’écriture fait toujours mouche. Deux points m’ont toutefois particulièrement chagrinés :

    - L’enquête aborde de nombreux thèmes intéressants et des personnages méritant d’être développés mais ici tout est survolé. Le passé d’un des personnages sera même dévoilé en 2 malheureuses petites pages. Je comprends la volonté de faire un roman court et rythmé mais je trouve que l’histoire ne s’y prêtait pas vraiment et je suis resté sur un sentiment de frustration en me disant que sans tomber dans un excès avec un pavé de 800 pages, quelques développements supplémentaires n’auraient pas été de trop.

    - J’ai eu l’impression de faire parfois un peu du surplace dans l’évolution des personnages principaux, donc de l’équipe d’enquêteur. Certains personnages ne sont que peu, voir pas développés. Pour le personnage principal, on est sur les mêmes ressorts que lors du premier roman et on peut dire que "l’effet de surprise" est passé...

    Bon après, on retrouve quand même de nouveaux éléments intéressants que je ne citerai pas pour préserver les lecteurs désireux de découvrir ce livre.
    Je vous recommande de lire "toxique" en premier, cela me semble indispensable.

    Finalement, je peux conclure en disant que l’on a ici un polar agréable et rapide à lire, bien écrit et qui se situe dans la lignée du premier opus des enquêtes de Tomar Khan.
    L’ensemble manque toutefois de profondeur et de développement, beaucoup d’éléments intéressants apportés sont survolés. Cela m’a paru plus flagrant ici que dans le premier tome et si on ajoute à cela l’évolution des personnages qui ronronne un peu trop, cela m’a conduit à retirer une étoile par rapport à ma note du premier tome.

  • Musemania 31 mai 2019
    Fantazmë - Niko Tackian

    Que dire ? Si vous m’êtes fidèle, vous avez déjà pu vous rendre compte qu’il fait partie de mes auteurs français fétiches. Depuis que je l’avais découvert par son roman « La nuit n’est jamais complète », j’étais tombée sous le charme de sa plume. Cela s’était maintenu avec « Toxique », premier tome de la série Tomar Khan.

    Plus qu’un thriller, on est ici avec sa suite, dans le polar pur et dur. Ce n’est pas forcément un genre facile à manier et pourtant, Niko Tackian le fait avec brio. A l’inverse d’un héros plein de charme devant lequel les midinettes tomberaient comme des mouches, Tomar Khan est un écorché vif de la vie, qui puise sa force à travers les blessures de la vie. A nouveau, il sera confronté à des choix difficiles, qui pourront mettre en difficulté tant sa vie privée que professionnelle.

    Lors de ma dernière visite à la Foire du Livre de Bruxelles cette année, j’ai pu rencontrer un auteur humble, assez timide malgré le talent qui entoure son écriture. Il est une force vive de la nature physiquement et est resté proche de ses lecteurs. Ses paroles ne seront jamais d’un mot plus haut que l’autre. C’est toujours agréable de constater la patience et le temps qu’il nous consacre.

    J’avais déjà beaucoup apprécié « Toxique » mais encore plus, cette fois-ci pour « Fantazmë ». Les personnages sont encore plus aboutis et chacun est attachant par les failles qu’il présente. Beaucoup plus proche de la réalité que certains autres romans policiers, tout n’y coule pas de source (coupes financières dans les services des forces de l’ordre, société qui tourne au ralenti depuis les attentats qui ont changé à jamais le visage de Paris, les difficultés bureaucratiques, le passé tortueux de certains qui peut encore avoir des répercussions de nombreuses années plus tard).

    Comme dans ses précédents livres, l’écriture de Niko Tackian reste très cinématographique ou télévisuelle. Étant scénariste de métier, cela doit être une sorte de déformation professionnelle mais cela me plaît particulièrement pour rentrer au plus profond de l’histoire. Si à chacun de ses thrillers, la qualité s’en trouve encore plus améliorée comme c’est le cas avec les trois que j’ai lus, nous aurons alors face à nous un des maîtres du genre en la personne de Niko Tackian (ce qu’il est déjà pour moi ;) RETENEZ DONC BIEN CE NOM !

    Chronique sur mon nouveau blog : https://www.musemaniasbooks.be/2019/05/31/fantazme-de-niko-tackian-polar/

  • Mes petits plaisirs à moi 22 juin 2019
    Fantazmë - Niko Tackian

    Oui, j’avoue, Monsieur le juge, j’ai un faible pour le colossal Tomar Khan (un peu plus que pour le séduisant Vincent Coste de Norek, même si c’est un peu kif kif bourricot entre les deux dans mon petit cœur, et beaucoup plus que le batracien capitaine Mehrlicht de Nicolas Lebel, dont le degré de sexitude provoque chez moi un enthousiasme aussi plat que l’électrocardiogramme d’un moribond). Oui, je sais, c’est un peu primal de comparer des personnages de fiction pour le pouvoir érotique qu’ils dégagent mais disons que cela rajoute un peu de piment à l’affaire en cours (même si je reconnais quand même le talent littéraire des trois auteurs préalablement cités). Bon passons quand même à une appréciation moins sensuelle de la chose.

    Niko Tackian, à la différence de  Toxique , nous offre ici un polar beaucoup plus noir et plus ancré dans l’actualité. En effet, derrière cette série de cadavres mutilés qui envahissent les caves parisiennes, se cache en fait le drame des migrants et des réseaux de passeurs. Mais pour une fois, ce sont les "petites mains" des milieux mafieux albanais qui en subissent les conséquences. Qui est ce "Fantazmë" qui ose s’attaquer aux gros bonnets du milieu ? Quelles sont ses motivations ? La réussite de Tackian, c’est de nous dévoiler, dès le milieu du roman, l’identité du coupable (Mais en est-il vraiment un dans la mesure où il semble vouloir rétablir une certaine justice ? Là est aussi la question !) et réussir malgré cela à conserver un suspens haletant jusqu’à la dernière page puisque celui-ci agit comme une anguille, échappant non seulement à la mafia mais également à la bande du 36 menée, tambour battant, par Tomar Khan. La seconde partie du roman se transforme alors en une course contre la montre pour retrouver cet inconnu, course dont on ignore encore l’issue : échappera-t-il à un destin funèbre ou pas ? Il vous faudra attendre les dernières pages pour le découvrir.

    Noir est effectivement le bon "terme" pour définir ce polar car il faut avoir tout de même le cœur bien accroché pour lire certaines scènes ou descriptions de cadavres. Le pire c’est qu’on finit par se dire que de telles scènes ne doivent hélas pas être si peu fréquentes que cela et, au vu de toutes les affaires criminelles dont on nous abreuve dans les médias, il faut reconnaître que Niko Tackian, en bon scénariste qu’il est, ne fait que retranscrire avec fidélité sur le papier la triste mais banale violence de notre société actuelle. En sortant de ce roman, on voit le monde des migrants sous une autre facette. On aurait presque tendance à dire que le regard des autochtones parisiens se révèle être, pour certains d’entre eux, le cadet de leurs soucis dans la mesure où l’horreur du voyage qu’ils ont dû subir pour trouver ce qu’ils croyaient être la liberté ne prend jamais fin voire même s’accroît avec ce qu’on leur offre comme "nouvelle vie".

    Pour terminer, je ne peux pas ne pas consacrer un petit passage à Tomar (oui ! je l’appelle par son prénom, on est intime maintenant !) et à cette fragilité qu’il cherche tant bien que mal à dissimuler derrière sa carrure de Titan. On s’apitoie sur lui (on a envie de lui faire des câlins, oui, je sais pfffffffff), sur ses problèmes de santé et ses difficultés à faire la paix avec son passé et à vivre tout simplement sa relation avec la belle Rhonda. Et ce n’est pas la seconde intrigue du roman qui va lui faciliter les choses. Pour ceux qui ont lu  Toxique , je me contenterais de dire que l’affaire du couteau n’est pas réglée et qu’elle va rapidement faire sa réapparition façon boomerang avec un personnage guère sympathique.

    Mes chouchous à moi

    On ne reviendra pas sur Tomar car il est hors-catégorie (ok, je saoule !). J’adore toujours autant sa mère Ara, dont le passé de combattante dicte tous ses faits et gestes. Les années ne sont rien pour elle et les valeurs qu’elle défend. D’ailleurs, je vous déconseille d’aller faire le marché en même temps qu’elle car, malgré son âge avancé, vous pourriez vous en mordre les doigts. J’ai également un petit faible pour le personnage d’Eric, le sans-abri au grand cœur qui vous fera sans aucun doute sortir les Kleenex.

    Un polar efficace dont je vous recommande la lecture et que j’ai pour ma part préféré à  Toxique  pour sa noirceur et ses personnages tantôt sombres tantôt attachants.

  • Encore Un Livre 19 juillet 2019
    Fantazmë - Niko Tackian

    J’ai découvert Niko Tackian l’année dernière avec Toxique et tout de suite j’ai su qu’il n’allait pas en rester là mais il est clair que je n’avais pas mesuré ce qui se dégageait de Tomar Khan commandant du 36, dans le premier opus.
    La personnalité de Tomar Khan dès les premières pages est fascinante, en proie à des terreurs nocturnes, d’où viennent-elles et que révèlent-elles ? Presque décrites de façon onirique, on ne sait plus où se situe la barrière, rêves ou réalités ?
    Un polar où la tension est déjà palpable quand la première victime se sent observée et traquée par cette silhouette bien déterminée à ne pas lui laisser sa chance..parce qu’ Assan sent vite que les choses vont mal tourner ...mais c’est déjà trop tard, il ne sera qu’une victime de plus de ce périple assassin…
    FANTAZMË ou le « spectre » s’avère être redoutable, il ne fait pas bon de rester sur son chemin ….
    C’est avec une chute vertigineuse que je l’ai refermé, c’est un parfait polar noir, bien ancré dans la réalité, avec des moments parfois effroyables. Je l’ai lu en deux traites, l’intrigue est excellente et je crois que je suis devenue accro à Khan, FANTAZMË m’a procuré des frissons avec des moments décapants.
    J’ai bien trop peur de vous en dire trop, mais si vous êtes adepte des polars, je crains que vous n’ayez le choix, parce qu’il va vraiment falloir compter sur Niko Tackian, qui maintenant devient incontournable dans le polar français.
    Mon côté obsessionnel de suivre une saga vous dicterait de commencer par Toxique, pour vraiment apprécier au mieux ce second opus, même si on y trouve de nombreuses références dans FANTAZMË. Cela reste un choix personnel, il peut très bien se lire en one-shot..dans tous les cas vous reviendrez à Toxique 😉

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.