Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Ils se marièrent et il y eut beaucoup de sang - Laurine Valenheler

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

8 #AvisPolar
2 enquêteurs
l'ont vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Au cœur de l’hiver 2017, quatre ans après les débats sur le projet de loi "Mariage pour Tous", plusieurs couples d’hommes sont retrouvés morts en petite couronne de Paris. Sur les scènes de crime, la signature marque les esprits : entre les corps des victimes sont retrouvés des triangles de tissu, roses comme le symbole de la persécution des homosexuels sous le IIIème Reich.

Pour l’équipe de Maël Néraudeau et Yohann Folembray, lieutenants à la Section criminelle du SDPJ 94 et partenaires à la ville comme à la scène, le compte à rebours est lancé. Le mot d’ordre est sur toutes les lèvres, y compris celles de la presse : mettre la main sur l’assassin et enrayer la vague de folie meurtrière. Mais face à un criminel aussi obscur qu’imprévisible, les enquêteurs se retrouvent désarmés, et ce malgré l’appui d’un capitaine de la Brigade des crimes sériels de l’OCRVP venu se greffer à la section pour les assister. Le sadisme du meurtrier se révèle alors sans limite lorsque l’affaire prend un virage dramatique pour les deux coéquipiers et amants. Entre les plaies endormies qui se réveillent et la colère qui les déchire, affectant l’équilibre du groupe, le terrain est plus libre que jamais pour le Tueur au Triangle Rose, qui profite de la diversion pour passer à la vitesse supérieure et parachever son acte final…

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

  • Acheter sur LesLibraires.fr
  • Acheter sur Emaginaire
  • Acheter sur Cultura
  • Acheter sur Rakuten

Vos #AvisPolar

  • Lectures noires pour nuits blanches 30 janvier 2020
    Ils se marièrent et il y eut beaucoup de sang - Laurine Valenheler

    "En France, une agression homophobe se produit toutes les 33 heures.
    En France, en 2019, des hommes et des femmes sont insultés, roués de coups, brisés moralement et physiquement parce qu’ils se tiennent la main dans la rue.
    Entre la fiction et la réalité, entre haine institutionnalisée et passage à l’acte criminel, il n’y a plus qu’un pas et quelqu’un finira par le franchir. "

    Maël et Yohann, lieutenants à la Brigade Criminelle et partenaires à la scène comme à la ville, enquêtent sur une série d’effroyables meurtres de couples homosexuels. Ils se lancent à corps perdu à la poursuite du Tueur au triangle rose mettant en péril leur couple et bien plus.

    Mélange de thriller, polar et roman social, ce livre, en plus de nous faire passer un bon moment de lecture, est un livre engagé et dénonce l’homophobie. Et elle y va à fond Laurine, pas de chichis mais pas moralisatrice non plus. A travers quelques scènes elle nous dépeint l’horreur que les homosexuels subissent encore à notre époque. A l’heure du mariage pour tous, notre société est plus virulente et intolérante que jamais. Ca craint !

    Mais il n’y a pas que ça, il y a aussi une vraie intrigue, bien construite et bien ficelée. J’ai deviné très vite l’identité du tueur, pas grave, on l’apprend également très rapidement. Si je ne suis pas particulièrement fan des enquêtes à la Colombo dans les livres, sincèrement ça ne m’a pas gêné ni freiné dans ma lecture. L’histoire est suffisamment prenante pour garder notre attention ainsi que l’envie de savoir comment le tueur sera démasqué.

    Les personnages sont bien campés et attachants. On en apprend plus grâce à quelques flashback au fil de l’histoire. Et j’en viens au seul point négatif pour moi de ce roman, les quelques longueurs dans ces passages où l’auteure nous parle du passé de nos protagonistes. La vie personnelle des deux flics prend aussi beaucoup trop d’ampleur par rapport à l’enquête qui parfois passe au second plan. Certes ça sert le propos mais ça casse aussi le rythme du même coup. Rien de dramatique mais ça pèche un peu à ce niveau là.

    J’ai beaucoup aimé l’écriture, riche et très mature pour une auteure très jeune. J’ai été bluffée et séduite d’entrée.

    Pour un premier roman, c’est très réussi. Il y a certes quelques petites maladresses mais je ne retiendrai que le positif parce qu’assurément c’est une jeune auteure à suivre de près.

    Lisez ce livre, pour l’histoire, pour l’auteure, pour le message qu’elle fait passer et parlez-en autour de vous. Si ça peut rendre plus tolérants quelques coincés du bulbe c’est toujours ça de pris et parce que ce livre le mérite vraiment.

  • Les lectures de Maryline 4 février 2020
    Ils se marièrent et il y eut beaucoup de sang - Laurine Valenheler

    Pour commencer, je souhaite dire que j’aime beaucoup la couverture et le titre. Ce sont eux qui m’ont donné l’envie de découvrir ce roman et cette plume que je ne connaissais pas encore (normal, c’est un premier roman je crois !). La présentation de l’auteur sur la première page est géniale, j’adore ! Belle introduction ! J’ai envie de la rencontrer du coup !

    Concernant l’histoire maintenant, malgré le gros pavé que représente ce roman, je dois dire que je ne me suis pas ennuyée. Deux lieutenants, Yohann et Maël, se voient confiés une enquête plutôt particulière : quelqu’un assassine des couples d’homosexuels. Et cette enquête sera l’une des plus compliquée de leur carrière, car en plus d’être un duo d’enquêteurs expérimentés, ils partagent également leur vie commune. Des homosexuels à la recherche d’une tueur d’homosexuels, c’est rarissime ! Et cette enquête va leur coûter très chère... Leur couple y résistera-t’il ?

    J’ai beaucoup aimé cette intrigue noire et tragique. Je me suis prise d’affection pour tout le groupe travaillant avec le couple mais surtout pour Maël qui va perdre beaucoup de plumes dans cette histoire... Une enquête longue et difficile !

    Je n’ai pas souvent lu des intrigues de ce type, sur l’homophobie (peut-être même jamais, je n’en ai pas souvenir). C’est un sujet très d’actualité mais qui ne me touche pas particulièrement n’ayant pas de proches concernés. L’auteur, de son côté, à l’air d’être très connectée avec ce milieu et je pense qu’elle a un vrai avis la-dessus (je vous laisse découvrir lequel), ça se ressent dans son écrit. Cette chronique n’est pas écrite pour faire débat, chacun son avis, même si je pense que la tolérance doit être de rigueur partout dans notre pays.

    Bravo à l’auteur pour son combat, bravo à elle pour avoir osé écrire ce genre de polars, bravo à elle pour sa plume agréable. Quelques longueurs auraient pu éviter une perte de rythme de temps en temps mais rien de bien significatif... Un bon polar pour moi ! J’espère retrouver ces enquêteurs dans de nouvelles enquêtes.

  • alexandra 7 mars 2020
    Ils se marièrent et il y eut beaucoup de sang - Laurine Valenheler

    ce thriller m’a littéralement oppressée et mise en colère. Je n’ai jamais ressenti autant d’empathie pour des personnages de fiction.
    Maël et Yohann sont lieutenants de police dans un groupe crim du sdpj de Créteil. Et ils sont mariés. Un jour ils se retrouvent sur une enquête particulièrement éprouvante. Des couples d’hommes sont assassinés et le tueur signe ses crimes avec un triangle de tissu rose (symbole nazi des déportés homosexuels).
    Est-ce que leur couple va résister à la tempête qui va s’abattre sur eux lors de cette enquête ? Je m’arrête là pour le résumé je risquerais de trop en dévoiler. Mais bon sang quelle claque ce bouquin ! Par moment j’avais envie de jeter ma kindle et de crier ma colère. Parce que même si c’est de la fiction, la base de ce livre c’est quand même un type qui tue des hommes qui s’aiment. Et ça c’est malheureusement le monde dans lequel on vit encore. Certains commentaires internet cités par l’auteur sont tirés de faits réels, la violence des agressions est réelle. Mais merde ça donne envie de vomir ! L’auteur ne tombe jamais dans les clichés et écrit avec beaucoup de justesse. L’enquête est carrée et l’intrigue excellente. Le tueur est un salopard de première. Mais pour moi c’est plus qu’un polar.

  • Emysbook 14 mars 2020
    Ils se marièrent et il y eut beaucoup de sang - Laurine Valenheler

    COUP DE COEUR

    Il s’agit d’une lecture coup de coeur pour ma part. Tout au long du roman on va suivre le couple de Maël et Yohann au travers d’une enquête pour le moins inattendue et unique.

    Un enquête autour d’un tueur au Triangle Rose, un acte purement lié à l’homophobie.

    Au fil du roman on découvre la personnalité des deux jeunes flics, leurs aventures, leurs profils, leurs aspirations et on voit que l’auteure à vraiment bien travailler leur personnalité et qu’il s’agit d’éléments pour le moins intéressants et sensés.
    Je me suis prise d’attachement pour ces deux personnages que j’aimerai découvrir autour d’un autre roman.
    Laurine m’a bluffé par la maîtrise de son écriture et je rejoins les avis précédents c’est une écriture mature pour une jeune auteure. Comme c’est agréable de s’embarquer dans un thriller de ce genre.

    Pour moi c’est un sans faute c’est vrai.

    L’enquête est précise, les détails sont intéressants, l’auteure n’en dit pas trop et ne se laisse pas déborder par des éléments inintéressant. C’est fluide et sa laisse l’envie au lecteur de tourner les pages pour découvrir le secret que cache ces fameux triangles roses laissées sur la scène de crime.

    Le dénouement est celui qu’il est aussi pour donner au lecteur le pouvoir de réflexion. L’homophobie est encore une sujet sensible en France que beaucoup de personnes ignores encore malheureusement. Des actes anodins pour certains qui peuvent être lourd de conséquence. Ce roman nous apporte un autre regard sur le sujet et sur le monde et la société qui nous entoure.

    Je remercie particulièrement l’auteure pour sa confiance, pour l’envoi de son roman et pour m’avoir accordé un interview (disponible sur mon blog) au sujet de son écrit.

  • Ophé Lit 30 mai 2020
    Ils se marièrent et il y eut beaucoup de sang - Laurine Valenheler

    Ce qui va suivre a mûri tout au long de ma lecture. Je n’avais pas retenu ce roman dans ma sélection. Dès les dix premières pages, je savais que nous n’étions pas fait pour nous entendre et cet avis s’est confirmé au cours d’une semaine de lecture laborieuse.
    Le sujet traité m’intéressait, fervente défenderesse du mariage pour tous, j’étais curieuse de voir comment Laurine allait insérer son message dans son intrigue. Le hic, et c’est ce qui a consommé mon divorce avec ce livre, c’est que Laurine qui voulait faire preuve de réalisme, tout en écrivant une fiction, a fait d’énormes incohérences policières. Alors je sais, vous allez me dire c’est de l’imaginaire, que je suis chiante avec ce genre de choses sauf que, en postface l’auteur mentionne sa volonté de réalisme mais aussi, dans sa bio, qu’elle a travaillé en commissariat. Alors oui, j’ai été chiante parce que je pense qu’ayant travaillé au sein de nos institutions, ces erreurs, qui ne sont pas des détails, n’auraient pas dû exister.
    Alors les détails, parlons-en. Pour s’insérer dans cette réalité souhaitée, Laurine nous en donne beaucoup… trop… et ils sont souvent faux : jamais un élève gardien de la paix taperait dans le dos un officier en le tutoyant, ils ne passent pas des mois de stage dans le même service et surtout pas en PJ, la gendarmerie n’est pas compétente à Joinville-le-Pont, en flag c’est le proc qui dirige l’enquête, on ne fait pas de menace à un Préfet de Police etc… etc… Ayant travaillé chez nous, je regrette que l’auteur ne se soit pas tourné vers des collègues pour s’assurer de ces aspects techniques. Si on les enlève tous, le livre est réduit d’un tiers, et l’histoire se tient quand même, et ce sans difficultés. Elle gagnerait même en intensité. La foultitude d’éléments casse le rythme et j’avoue que je n’ai jamais pu entrer pleinement dans l’histoire.
    Autre point qui m’a fait bondir, j’ai eu le sentiment que la majorité des policiers étaient des fachos homophobes. Je sais bien que ce sentiment est sans doute lié à la manière dont j’ai lu le roman, avec mon regard policier, mais ça m’a blessé. Les homophobes chez nous existent oui, comme partout, mais ils se font discrets. Il existe dans notre institution une association, Flag, qui passe dans les écoles de police pour sensibiliser les futurs policiers. Si nous avons eu nos heures sombres, notre métier a beaucoup changé et les mentalités aussi.
    Comme je le dis souvent, l’imaginaire n’a pas de comptes à rendre au réel, toutefois, Laurine a affiché cette volonté de réalité mais elle est passée à côté.
    Connaissant l’auteur, je vous assure qu’écrire cette chronique m’est difficile, mais je me suis engagée en tant que jury du PAI, j’avais le devoir de lire le roman en entier et de donner un avis objectif.
    De part les écueils cités supra, je suis totalement passée à côté de l’intrigue. Pour autant, Laurine a un vrai potentiel d’écriture. La plume est belle, soutenue (parfois trop au regard de l’histoire et du milieu choisi). Pas de faute de langage, syntaxe ou autre, bien au contraire.
    Je pense que c’est un roman qui mériterait vraiment d’être retravaillé sur les aspects que j’ai évoqué, il gagnerait en puissance et aurait ce côté réaliste recherché par l’auteur.
    Même si mon avis sur ce roman est dur, j’espère lire à nouveau Laurine, parce que vu son jeune âge et la qualité de plume, je pense qu’elle a un potentiel qui ne demande qu’à se révéler.
    Si comme moi, vous êtes très pointilleux sur les aspects policier et le réel, vous risquez d’être déçus. A contrario, si cela ne vous dérange pas, pourquoi pas…

  • Mes évasions livresques 1er juillet 2020
    Ils se marièrent et il y eut beaucoup de sang - Laurine Valenheler

    Laurine Valenheler m’a fort surprise avec ce premier roman.

    L’écriture est mature et enlevée, le sujet est grave et bien documenté, l’intrigue est bonne et plutôt bien ficelée.

    Car là est pour moi le bémol, c’est qu’on devine très vite qui est le tueur et qu’il est livré aux lecteurs assez rapidement. Le roman ensuite ne manque pas d’intérêt mais je l’ai trouvé plutôt bavard et étiré et passe plus dans l’émotion, pour moi.

    Cependant Ils se marièrent et il y eut beaucoup de sang est un très bon thriller, de par l’écriture et du sujet de l’intrigue, qui est ici livré avec réalisme et plein de tendresse.

    En effet, le tueur ici s’attaque aux couples homosexuels et laisse comme marque un triangle rose, marque que les nazis donnaient aux homosexuels pour les distinguer dans les camps.
    Historiquement, les homosexuels ont toujours été traités de façon honteuse et l’auteure rappelle que même si les mentalités évoluent, bon nombre d’homosexuels en France doivent encore se cacher et ne peuvent vivre leur amour au grand jour comme les couples hétéros sous peine d’insultes et d’agressions qui sont encore trop répandues dans notre actualité....

    Un état de fait qui révolte et qui étonne : en quoi des personnes qui s’aiment et ne vous causent aucun tort puissent gêner au point de déclencher la haine et l’agressivité ?

    J’ai donc beaucoup apprécié que l’histoire prenne le point de vue du lieutenant Néraudeau, aussi bien dans sa vie personnelle que professionnelle. Beaucoup de passages m’ont émue et révoltée.

    Ce thriller est bourré d’émotions, à la fois psychologique et dans l’action, le roman a tout pour susciter l’intérêt car la plume est addictive et très agréable.

    Un premier roman très prometteur, un peu trop bavard, mais très plaisant.

  • LectureChronique2.0 24 juillet 2020
    Ils se marièrent et il y eut beaucoup de sang - Laurine Valenheler

    Bonjour mes Lecteurs,

    Dans le cadre du Prix des Auteurs Inconnus 2019, je viens vous chroniquer en retour de lecture le premier sélectionné du mois dans la catégorie Littérature Noire : "Ils se marièrent et il y eut beaucoup de sang" de laurine VALENHELER.

    les liens du groupe :

    ici —> https://www.facebook.com/prixdesauteursinconnus/
    ici —> https://www.instagram.com/prixdesauteursinconnus/

    ici —> https://twitter.com/prixdesai

    Tout commence en 2017, après quelques années concernant les débats sur le projet "Mariage pour tous", plusieurs couples d’hommes sont retrouvés assassinés. Une signature bien particulière ponctue la scène de crime : un triangle rose, qui fait référence à la persécution nazie sur les homosexuels.

    Le SDPJ va enquêter sur ces meurtres homophobes. Cette affaire a une répercussion toute particulière sur les lieutenants Maël Néraudeau et Yohann Folembray puisque ils sont partenaires dans leur section, mais également mariés dans la vie. Le fils de Maël, Ludovic, vit avec eux.

    Ils vont devoir arrêter coûte que coûte le meurtrier dans sa folie, mais c’est plus simple à dire qu’à faire puisqu’ils vont vivre des expériences traumatisantes et surtout dramatiques. Leurs proches amis vont être affectés, eux-même vont revivre l’enfer d’un passé déchirant. Leur couple va en subir les conséquences.

    Le tueur au triangle rose va passer à la vitesse supérieure et va se jouer de nos deux flics, à leur risque et péril malheureusement ...

    Sur fond d’homophobie, l’enquête va se révéler palpitante. Tout le long du récit, j’ai senti la colère et l’incompréhension des deux policiers sur leur liaison et le fait de se cacher aux yeux des gens qui pensent que ce n’est pas normal de voir deux hommes qui s’aiment.

    L’intrigue qui se mêle à l’action, cela se sent que la demoiselle a fréquenté de près le milieu, la criminologie étant très détaillée, la psychologie des personnages est super bien approfondie, on connait tout les coins et recoins de leur âme, le point de non-retour atteint pour certains.

    De même que la vie quotidienne de nos flics est très bien retranscrit dans sa réalité avec ses horaires à rallonge, composer avec la vie de groupe et les différentes personnalités qui réagissent et avec qui les affinités ne sont pas toujours au beau fixe.

    L’auteure m’a bien bluffé sachant que c’est son premier roman. Elle a su jouer des codes du thriller pour parfaire son récit et nous entraîner avec elle dans une sombre histoire machiavélique au sein de la communauté LGBT méconnue de tous.

    Une belle plume qui nous satisfait les pupilles. Bravo jeune fille ! Bonne lecture, amis Lecteurs !

    Extrait des remerciements que j’ai trouvé très mature et qui pourrait résumé le message de fond de son roman : Si j’ai une chose à te demander, c’est d’en parler autour de toi. Pas du roman spécifiquement, mais de la nécessité brûlante de changer les mentalités pour qu’un jour peut-être, chacun puisse tenir la main de la personne de son choix dans la rue, indépendamment de son sexe ou de son genre, sans craindre jugement, violence morale ou physique et même tentative de meurtre. Ce n’est pas le cas à l’heure actuelle et cette réalité me fait honte, elle devrait faire honte à chacun d’entre nous...

  • Riz-Deux-ZzZ 4 août 2020
    Ils se marièrent et il y eut beaucoup de sang - Laurine Valenheler

    En bref, une thématique d’actualité, mais encore très rare dans le roman policier.

    J’ai tout de suite été attirée par le résumé prometteur : entre sujets d’actualité comme l’homophobie et aspect historique avec l’allusion aux déportations des homosexuels lors de Seconde Guerre mondiale, Laurine Valenheler ose des sujets très peu utilisés dans la littérature générale et encore moins dans la littérature noire.

    J’ai beaucoup aimé le premier quart de cette lecture : on découvre des personnages principaux Maël et Yohann, couple dans la vie comme dans le travail, très attachants, une équipe de P.J. soudée et une enquête qui s’annonce passionnante.

    Malheureusement, l’auteure choisit de se concentrer ensuite sur la relation entre les deux héros et de finalement totalement occulter l’aspect policier une bonne partie du récit... [...]

    Avis complet : https://www.instagram.com/p/CDDjxf3n10P/

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.