Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

La part du démon - Mathieu Lecerf

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

2 #AvisPolar
1 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Une religieuse sauvagement assassinée et mutilée, à Paris, ça n’arrive jamais. Pourtant, c’est la première affaire du lieutenant Esperanza Doloria à son arrivée au 36, rue du Bastion.
Au couvent où enquêtent Esperanza et le capitaine Manuel de Almeida, la religieuse est décrite comme un ange. Et qui voudrait tuer un ange ? Mais un mystère plane autour d’elle. À l’orphelinat où elle enseignait, les enfants semblent terrorisés... Certains prétendent même subir de terrifiantes expériences médicales. Disent-ils la vérité ou sont-ils manipulés ?
Esperanza se jette corps et âme dans cette enquête. Manuel, lui, est persuadé que seuls le sang-froid et la raison permettront de la résoudre. Se trompe-t-il ? Le grand patron de la brigade criminelle en est convaincu. Et bientôt Esperanza se retrouvera seule face à un complot démoniaque que le diable lui-même renierait...
Source : Éditions Robert Laffont

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

  • Acheter sur Cultura

Galerie photos

Vos #AvisPolar

  • bookliseuse 16 mai 2021
    La part du démon - Mathieu Lecerf

    Le lieutenant Esperanza vient d’arriver à la brigade criminelle à Paris, devenant la coéquipière du capitaine Manuel de Almeida dit “Manny“. À peine arrivée, elle fait face à sa première enquête : une sœur est retrouvée sauvagement assassinée.

    Ce roman sort des sentiers battus par le type de narration. Celui-ci est divisé en 3 parties.

    Dans la première partie, on découvre le point de vue d’Esperanza avec sa narration. Dans la deuxième partie, Christian, journaliste et frère de Manuel, enquête sur les morts suspectes de chauffeurs de taxi et enfin le point de vue de Manuel. Ces trois récits ont un point commun, ils se terminent tous de façon très brutale.

    La façon dont se termine les récits de chacun d’eux, nous donne envie de découvrir très vite la suite. L’auteur laisse flâner un doute avec ces trois récits, nous obligeant à patienter pour connaître le fin mot de l’histoire.

    Trois récits, trois points de vue et détails de l’histoire différents. Deux enquêtes parallèles qui en apparence n’ont rien à voir si ce n’est le lien qui unit Christian et Manuel. Des fins catastrophiques et voilà des ingrédients qui en font un thriller à suspense qui fonctionne plutôt bien !

    Un thriller à découvrir !

  • Saveur Littéraire 9 mai 2021
    La part du démon - Mathieu Lecerf

    Qu’est-ce qui est plus cruel que de baver devant un titre depuis l’annonce de sa parution, voir les collègues chroniqueurs et la presse n’en dire que du bien et l’encenser, et, arrivé au ¼, se demander si on parle bien du même pavé ? Il n’y a rien de plus cruel en littérature, oui. La part du démon est le premier roman de Mathieu Lecerf, un thriller attendu depuis sa sortie, à la couverture sacrément élégante et mystérieuse, et au contenu… mitigé.

    Un tel roman avait tout pour me plaire ; le début nous happait dans une atmosphère sordide et sanglante, avec la découverte d’un corps, certes pas celui de notre affaire, mais les choses étaient posées : vous qui lisez ces pages, ayez l’estomac dur. Le duo de flics, Esperanza et Manuel, dit Manny, promettait une dynamique de qualité, avec les premiers échanges, le caractère de chacun… Quant à notre meurtre, nos meurtres devrais-je dire, ils donnaient l’eau à la bouche – façon de parler – avec l’aura sinistre que l’on retrouve souvent dans les histoires de couvents, d’orphelinats… Tous les éléments répondaient présent pour un thriller psychologique exquis.

    Seulement, voilà, ce n’était que le début. La part du démon s’enfonce hélas rapidement dans quelques clichés redondants et imbuvables, du moins le sont-ils pour moi après quatre ans à lire dans le genre. Peut-être devrais-je me montrer moins sévère, mais le cliché de l’enquêteur mal dans sa peau me court sur le système, tout comme Esperanza. De même, impossible d’y échapper aujourd’hui, les baises torrides entre la flic et son supérieur s’entassent dans un langage cru et vulgaire, pas que cela me dérange, mais la manière dont les événements sont arrivés est tellement peu crédible. Depuis quand les amants se connaissent-ils ? Je n’oserais même pas répondre. Il y a bien une raison à ce cirque d’aubergine et de pêche, sans saveur hélas, tant elle est vue et revue.

    Entre le cadavre d’une religieuse et la mort criminelle de plusieurs chauffeurs de taxi, il y a la mise en page de toute cette intrigue. Trois personnages qui racontent la même chronologie, mais selon leur point de vue. D’abord Esperanza et ses baises, ensuite Cristian et son blabla familial, et après, Manny… Une mise en page que certains adoreront, il est vrai qu’elle n’est pas commune ; d’autres comme moi la trouveront lassante, redondante. Voilà qui m’aura valu d’abandonner La part du démon, arrivée au chapitre 44, après m’être débattue contre des scènes sans intérêt qui s’enchainent, des pans de vie des enquêteurs et le trop peu de place laissée au plus important : les enquêtes.

    Une chose tout à fait inhabituelle s’est alors passée. C’est-à-dire que j’attendais ce roman avec la plus grande impatience, et de constater que je suis complètement passée à côté ne me faisait pas plaisir ; au contraire, j’en ressentais de la honte. Après l’avoir tant attendu, après avoir vu les critiques élogieuses, comment ai-je pu passer à côté ? Alors j’y suis revenue un mois après, parce qu’abandonner un tel roman, je me sentais coupable. Ridicule, mais voilà, j’ai repris là où je m’étais arrêtée, ce fameux chapitre 44. Non sans mal. Voyez-vous, l’écriture n’est pas vilaine du tout, elle est même excellente, violente, grinçante. Mathieu Lecerf n’a pas à rougir de sa plume, elle sait saigner les âmes autant que les cadavres. Mais où est le côté thriller ? Où est la tension ? Ce potentiel qui tarde trop à se montrer ?

    C’est avec la honte et la culpabilité que j’ai lu en diagonale ce qu’il me restait de pages, et je peux vous le dire maintenant : mon avis ne change pas, je suis quand même passée à côté d’un trésor. La sordide vérité cachée dans les 100 dernières pages, admettons les 150, ne suffit pas à redresser le tout. Manipulations et sévices, cadavres qui s’empilent et traumatismes n’y feront pas, je sors quand même profondément déçue de ma lecture. Psychologie fouillée, probablement pour nous faire adhérer aux personnages, susciter l’émotion… pourtant la magie ne fonctionne pas ici, malgré l’histoire touchante de chacun. Parce qu’il ne suffit pas de plonger à corps perdu dans la psychologie dérangée et la vie fracassée de tous ces personnages. Il faut aussi de la tension, des enjeux qui dépassent l’habituel, quelque chose !

    La part du démon s’en sort à merveille pour traiter ses personnages, la direction prise a un potentiel énorme, mais la forme, les clichés, ce trop plein de traumatismes pour créer de l’empathie envers ces êtres inaccessibles… Je regrette profondément de ne pas être tombée sous le charme de cette lecture, plus encore parce que je ne sais même pas si j’aurais envie de lire la suite quand elle se présentera. Dilemme des plus désagréables, et c’est bien la première fois que ça arrive. Une relecture me fera peut-être changer de vision, plus tard ; quoi qu’il en soit, mon avis ne doit pas vous empêcher de vous lancer dans ce premier tome de la trilogie Esperanza Doloria, ne prenez pas le risque de rater un potentiel coup de cœur !

    Note : 2/5

    (https://saveurlitteraire.wordpress.com/2021/05/09/152-la-part-du-demon-mathieu-lecerf/)

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.