Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Les Morts ont tous la même peau - Jean-David Morvan - Vernon Sullivan - Boris Vian

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

9 #AvisPolar
1 enquêteur
l'a vu/lu
2 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

« Entre donner les coups et les recevoir, je préférais les donner. »

Dan est un sang-mêlé. Autrement dit, un noir à peau blanche. Videur dans un bar de nuit à New York, il ne vit que pour Sheila, sa femme, et l’enfant qu’il a eu avec elle. Un enfant que la société acceptera parce que sa peau est blanche, contrairement à Dan, pour qui le secret de ses origines plane tel une épée de Damoclès. Alors qu’il s’entiche subitement d’une prostituée noire et que l’irruption de son frère, Richard, menace de tout révéler, Dan voit sa vie basculer. Lui qui, non sans remords, a tant voulu être un Blanc, ne serait-il au fond de lui-même qu’un « nègre » ?


À la manière de Chandler ou Hadley Chase, Boris Vian – alias Vernon Sullivan – donne libre cours à la violence et l’érotisme pour explorer la folie intérieure d’un homme qui ne se reconnaît plus.

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

  • Acheter sur LesLibraires.fr
  • Acheter sur Emaginaire
  • Acheter sur BDFugue
  • Acheter sur Cultura
  • Acheter sur Rakuten

Et chez vos libraires en click & collect

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • margaux18 30 mai 2020
    Les Morts ont tous la même peau - Jean-David Morvan - Vernon Sullivan - Boris Vian

    Boris Vian je t’aime !

    Trève de plaisanterie. Parlons d’abord des images avant de nous arrêter sur le récit. La BD, est absolument parfaite au niveau des détails, que ce soit sur la rue ou les personnages. Chaque trait de caractère, chaque rictus, les petits défauts de la veste, le trottoir sale de New-York, les bars à prostituées, tout est maîtrisé. Le lecteur peut enfin s’immiscer dans la tête de son auteur.
    Ensuite, parlons de l’histoire. Boris Vian qui écrit un policier se résumerait souvent à du racisme, de la drogue et du sexe. Classique pour un auteur qui veut dénoncer les inégalités de son temps mais révoltant pour ceux qui crie à l’immoralité. Tant pis pour les esprits trop étroit. Moi j’ai adoré. Je passerai les scènes "olé olé" rapidement en disant que l’auteur en a peut-être trop mit. Un peu moins ne serait pas de refus, surtout si vous êtes poursuivis par des policiers. Intéressons nous ensuite au racisme. Si tu es noir c’est la chaise électrique, si tu es blanc tu as le droit à un avocat et une peine moins lourde. Je trouve cela révoltant pour ne pas dire de gros mots. Un être humain peut avoir des couleurs différentes, une religion différente, un sexe différent,... L’auteur l’a bien compris et tente de faire passer un message au plus réticents d’entre nous. Mais dans cette Amérique raciste (bien que cela continue de nos jours), si tu es noir tu écope de crime que tu n’as pas commis. Ça aussi c’est dég.... Je vous laisse finir. Je pense que je vais m’arrêter là pour ne pas divaguer et me perdre sur des sentiers trop abrupte.

    Pour conclure, je vous conseille évidemment de lire cette pépite d’un auteur que je chéris tant. Ces récits loufoques, fantaisistes et crus seront toujours séduire mon cœur.

    Merci Boris Vian.

  • bookliseuse 3 juin 2020
    Les Morts ont tous la même peau - Jean-David Morvan - Vernon Sullivan - Boris Vian

    Cette bande-dessinées est l’adaptation d’un célèbre roman de Boris Vian qui écrivait à l’époque sous le pseudonyme de Vernon Sullivan.

    Dan est videur depuis 5 ans dans une boite de nuit à New-York. Il est marié à Sheila, et père d’un bébé.

    Il cache à tous ses racines noires, en effet dans les années 40 le racisme est omniprésent tout comme les injustices liées à celui-ci.

    Sa vie aurait pu continuer dans cette simple routine, jusqu’au jour, ou Richard, son frère, noir, débarque au risque de compromettre son secret. En quelques minutes, sa vie va basculer, l’entraînant dans une spirale infernale de violence, où il aura du mal à se tirer.

    Parlons tout d’abord des planches de cet ouvrage, elles sont réalistes, sombres, reflétant parfaitement l’ambiance glauque, noire, de cette histoire. L’atmosphère est anxiogène dans un New-York ou règne le sexe, la violence, et le racisme.

    L’histoire défile sous nos yeux à cent à l’heure, Dan agit sans réfléchir, répondant par la violence, au moindre problème qui risquerait d’entacher sa vie si parfaite. La fin est grandiose, digne d’un bon roman de Vian, qui affectionne tant les romans sombres.

    Je ne peux que recommander si comme moi, vous aimez les ambiances sombres et noires.

  • Winnie88500 10 juin 2020
    Les Morts ont tous la même peau - Jean-David Morvan - Vernon Sullivan - Boris Vian

    Adaptation BD du livre de Boris Vian qui raconte, avec un certain cynisme, l’histoire d’un videur de boîte sombrant dans la violence pour cacher ses origines métissées.
    Au niveau du contenu, on a donc droit à un polar noir et glauque, au rythme dynamique, qui alterne scènes de bagarres, échanges sexuels et tranches de vie dans les bas-fonds de New-York.
    Le dessin réaliste, sans être exceptionnel, colle bien à cette ambiance sombre et chaotique.
    Et même si l’ensemble n’est pas très subtil, on se laisse facilement prendre dans ce tourbillon infernal, aux sentiments exacerbées.

  • chrystelle 14 juin 2020
    Les Morts ont tous la même peau - Jean-David Morvan - Vernon Sullivan - Boris Vian

    L’adaptation BD du livre de Boris Vian raconte et reprend parfaitement ce célèbre roman.
    On retrouve dans cette BD l’univers glauque et sombre du polar, notamment dans l’illustration.
    Cela dit beaucoup trop d’images sexe et assez osées à mon goût.
    Je pense qu’un peu moins passait parfaitement et nous permettait de comprendre tout aussi bien l’histoire et l’univers du personnage (âmes sensibles s’abstenir).
    On se laisse prendre par l’histoire.
    Au final, c’est un bon polar comme on les aime.

  • eva94 14 juin 2020
    Les Morts ont tous la même peau - Jean-David Morvan - Vernon Sullivan - Boris Vian

    Une bande dessinée qui fait penser à un vieux film.
    Une adaptation du livre de Boris Vian, où il n’est pas bon être une personne de couleur.
    Cette histoire est bouleversante, en effet suite à un malentendu le personnage ne prend pas une décision avec toutes les bonnes informations.
    Un videur de nuit dans une boite, qui se cache de son origine.
    Le mélange qui est fait de bagarres, de scènes de sexe, nous fait revivre ce qui existait et existe encore malheureusement de nos jours.
    La société n’a toujours pas évoluée sur le problème du racisme.
    A lire et à savourer.

  • frank 17 juin 2020
    Les Morts ont tous la même peau - Jean-David Morvan - Vernon Sullivan - Boris Vian

    Je dois bien avouer que je n’avais jamais lu Boris Vian, ni Vernon Sullivan (pseudonyme avec lequel il a publié le roman d’origine). ‘’Grâce au confinement’’, j’ai rangé quelques livres, redécouvert et feuilleté Sartre et Camus que j’avais lus plus jeune. Mais Vian, jamais… honte à moi ! Aussi, après la BD, je suis allé acheter le livre en poche.

    Donc, la lecture de « Tous les morts ont la même peau » est une belle découverte de l’écriture de Vernon Sullivan, incisive, rapide, crue, violente même, érotique aussi, qui rappelle bien évidemment les romans noirs américains de James Cain pour la violence ou ceux de Raymond Chandler pour la critique sociale. Le style de Sullivan a bien été respecté par le scénariste, ainsi que le découpage de l’histoire qui file à 100 km/h dans New-York. Dan le héros, un sang-mêlé – noir à la peau blanche - court, s’agite, commet ses actes, s’épuise… on est épuisé avec lui. Et on assiste impuissant à sa descente en enfer…

    Cette BD est plus qu’une BD qui servirait de passe-temps pendant 1 heure. Cette BD raconte le racisme et la ségrégation, et le poids d’une société sur les individus selon leur couleur de peau. Thème toujours contemporain, malheureusement. Une semaine après la lecture, j’ai encore les images qui reviennent en tête et cette fin qui… chut… pas de spoil…

    Grand lecteur de BD et amateur d’un dessin soigné, comme la ligne claire par exemple, le trait ne m’a pas séduit immédiatement. Il est rugueux, parfois déformé, ‘’physique’’ si je puis dire. On est très loin de « Tintin en Amérique » ; par contre, on se rapproche de Will Eisner, créateur du Spirit et de « Big City », ou de Tardi, pour « Tueur de cafards » dans leur évocation de New-York et là, le dessin devient intéressant et se révèle être une part entière du récit et non un simple décor ou une simple illustration. Pour raconter cette histoire désespérée, les auteurs ont eu raison de choisir ce type de graphisme qui est à la hauteur des tourments du héros.

    En résumé : il faut absolument lire « Tous les morts ont la même peau » qui une véritable réussite. Il faut la lire pour Vernon Sullivan/Boris Vian et son écriture noire et violente de l’immédiat après-guerre ne pastichant pas le roman noir américain, mais construisant une nouvelle brique (française) à ce roman noir américain ; pour le destin tragique de Dan et cette fin terrible et paradoxale ; pour le dessin qui se révèle beaucoup plus riche et puissant qu’il n’y parait au premier regard.

    Et je cours acheter l’autre BD parue simultanément « J’irai cracher sur vos tombes »…

  • pulul la libellule 19 juin 2020
    Les Morts ont tous la même peau - Jean-David Morvan - Vernon Sullivan - Boris Vian

    "Entre donner les coup et les recevoir, je préfèrerais les donner"

    Qu’est-ce que j’ai aimé cette phrase...

    Dan est un "sang-mêlé" Autrement dit, un noir à peau blanche.
    Dan a toujours vécu comme un blanc, marié a une blanche et a un enfant blanc.
    Dans une Amérique ou blancs et noirs ne se mêlent pas, ou la ségrégation est toujours présent même a New York. Dan préfère rester discret sur ses origines.
    🇺🇸🇺🇸🇺🇸🇺🇸
    Jusqu’au jour où son frère apparaît et le menace de tout avouer.
    Dan n’a plus qu’une solution, se débarrasser de lui.
    Un récit d’une violence inouïe.

    Le graphisme de la BD est vraiment excellent, des dessins très forts, et très violents.
    Il est prêt à tout pour ne pas perdre ce qu’il a de plus cher, sa femme et son fils. Il avait réussi jusqu’à l’apparition de son frère d’avoir une vie "presque normal" il ira jusqu’au bout pour préserver et cacher le fait que lui aussi est noir, mais dans un accès de colère il va commettre l’irréparable.
    Une BD à découvrir absolument.

  • TheBookishAnchor 19 juin 2020
    Les Morts ont tous la même peau - Jean-David Morvan - Vernon Sullivan - Boris Vian

    Je ne connaissais Boris Vian que par l’écume des jours et parce que nous avons ses livres dans ma librairie en présentation. Avec Les morts ont la même peau, je découvre une autre facette de cet auteur beaucoup plus sombre. Les planches sont sublimes, très détaillées permettant une plongée immersive dans cette époque. J’ai beaucoup aimé l’histoire faite de castagne,de belles femmes, de sexe mais aussi la thématique du racisme qui était particulièrement présent à cette époque (notamment les sangs mêlés). Et qui avec cette bd est hyper actuelle aujourd’hui. Les morts ont tous la même peau remet en lumière les bande dessinées à l’univers noir. Elle plaira beaucoup aux lecteurs de polar et qui ont besoin de violence et de sexualité sur fond de meurtre. Une très belle découverte !

  • 4bookine 19 juin 2020
    Les Morts ont tous la même peau - Jean-David Morvan - Vernon Sullivan - Boris Vian

    Je découvre Boris Vian avec cette bande dessinée. Un bel ouvrage qui nous plonge dans le New York des années 40. Entre bastons, sexe et racisme cette petite bd nous fait suivre Dan Parker un personnage qui garde un lourd secret. Mais quand son frère noir le retrouve l’univers de notre héros vole en éclat et ça Dan ne le veut absolument pas. Une bd dont le graphisme rappelle le temps d’antan, cette ambiance jazzy et cette confrontation des ethnies.

    Une bd bien rythmée, riche en actions et en scènes érotiques. Une bd d’actualité baignée de violence, de sensualité et de raisonnement. Dan Parker, notre personnage principal ne se venge pas pour sauver une personne mais pour sauver sa peau et ne nuire à personne et surtout pas à son fils et à sa femme.
    Une belle découverte et très bon moment de lecture.

    Chronique complète

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.