Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Mafioso - Ray Celestin

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

3 #AvisPolar
2 enquêteurs
l'ont vu/lu
2 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

New York, 1947 : un mystérieux tueur assassine de sang-froid tous les occupants d’un hôtel de Harlem. On parle d’un meurtre rituel, lié au vaudou. Un suspect est arrêté, condamné.
Une ancienne détective de l’agence Pinkerton, Ida Davis, et le patron d’un club en vogue de Manhattan, Gabriel Leveson, se retrouvent mêlés à l’enquête. Ils découvrent bientôt avec effroi que l’affaire est liée à une série de meurtres bien plus importante, impliquant le crime organisé et la haute société de la ville.


Après La Nouvelle-Orléans de Carnaval et le Chicago de Mascarade, Ray Celestin nous entraîne dans le New York de l’après-guerre. Au fil d’une intrigue palpitante, inspirée de faits réels, où se croisent Frank Sinatra, Bugsy Siegel et Louis Armstrong, il dresse, sur fond de jazz, un portrait inoubliable de la ville, épicentre du cauchemar américain.

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

  • Acheter sur LesLibraires.fr
  • Acheter sur Emaginaire
  • Acheter sur Cultura
  • Acheter sur Rakuten

Galerie photos

Vos #AvisPolar

  • mathie36 26 novembre 2019
    Mafioso - Ray Celestin

    Lorsque j’ai vu la taille de ces romans, j’ai d’abord eu peur. À 600 pages environ chacun, avec des feuilles proche du papyrus, j’avais peur de ne pas y venir à bout. Surtout que l’on partait sur un thème très précis : la mafia, un sujet qu’il faut savoir apprécier et qui peut mener à beaucoup de choses. Pour ma part, c’était la première fois que je le rencontrais dans mes lectures, je ne savais pas encore en me lançant dans le premier si j’allais aimer ou non... j’ai lu les deux tomes suivant ensuite, cela vous donne une idée de mon avis.

    J’ai lu le premier, Carnaval, que j’ai beaucoup apprécié, puis le second, Mascarade, que j’ai encore plus aimé. Je me lançais dans ce troisième tome avec une autre peur : et s’il était moins bien ?
    Serait-ce suffisamment intrigant pour nous tenir en haleine jusqu’au bout de ces 600 pages ? Reste plus qu’a me lancer pour en avoir le cœur net ?

    Dans chacun de ses romans, Ray Célestin dresse un univers captivant mêlant historique et fiction, il a réussi à rendre tout ceci terriblement captivant et passionnant. Son travail de recherche est bluffant et l’on retrouve à chaque fin des romans une note dans laquelle il va expliquer son cheminement.

    Nous ne faisons pas seulement lire les romans de Ray Célestin, nous apprenons également énormément. Pour rendre son récit encore plus appréciable, il a glissé à travers ses différentes histoires des petits détails comme l’apparition de personnages (Kubrick par exemple) qui ne sont pas encore connus dans le roman, mais qui créent des liens avec le réel.

    Un roman très abouti !

    Le seul point ennuyeux pour moi fut une construction similaire sur les trois tomes. On a l’impression que l’auteur fonctionne toujours de la même façon : une ville emblématique, une enquête progresse entre plusieurs personnages, nous donnant une vision plus large de l’enquête, le gentil se fait tirer dessus et ... (je vous laisse lire le roman pour savoir s’ils s’en sortent ou pas).
    Pour autant, on vit chaque enquête en immersion dans ces villes, on s’y croirait, j’ai adoré chacune d’entre elles.

    Chaque tome est entrecoupé entre de longues périodes et on redécouvre les personnages principaux plusieurs années plus tard, changé par la vie. Cela donne un aspect bien plus réaliste et nous permet d’en apprendre bien plus sur les personnages.
    J’aime beaucoup l’idée.

    Enfin, et le plus important, il n’est pas nécessaire d’avoir lu les tomes précédents pour apprécier ’Mafioso’. Certes, c’est mieux pour en apprécier toutes les ficèles, mais ce n’est pas une obligation.

  • Kirzy 5 septembre 2020
    Mafioso - Ray Celestin

    Un régal que ce troisième opus du quatuor The City blues quartet proposé par Ray Celestin ! Je précise qu’il peut se lire tout à fait indépendamment des deux précédents ( Carnaval et Mascarade ) puisque je n’ai lu ni l’un ni l’autre et mon plaisir de lecture a été au zénith !

    Dans ce roman très ambitieux, deux enquêtes vont finir par se croiser à mi-parcours. Celle de Michael Talbot, retraité de la police, et de Ida Davis, détective privée pour sauver le fils du premier de la chaise électrique, Afro-américain accusé d’avoir sauvagement assassiné quatre personnes dans un hôtel miteux de Harlem. Celle de Gabriel Leveson, mafieux chargé par le parrain Franck Costello, capo di tutti capi, de retrouver deux millions de dollars qui lui ont été dérobés. Nous sommes en 1947.

    L’intrigue est excellemment menée jusqu’à révéler un vertigineux complot, dont les racines plongent dans la Deuxième guerre mondiale, impliquant mafia, police et hautes sphères politiques. Si ce roman n’était « que » cela, un super polar rythmé et tendu, ce serait déjà fort bon, mais il est bien plus que cela en offrant aux lecteurs un portrait panoramique et ultra vivant de la New-York post Deuxième Guerre mondiale.

    Des ses bouges à appartements de luxe, de ses clubs de jazz, de ses quais à dockers, de Brooklyn à Time square, la New-York de Ray Celestin est criblée de corruption massive et endémique, de racisme, de violences occasionnelles et de crimes organisés. Cet arrière-plan omniprésent aux côtés de l’enquête policière est absolument passionnant. D’autant plus que l’auteur y injecte des personnages réels : des mafieux comme Franck Costello et Vito Genovese, des jazzmen comme Louis Armstrong ou Charlie Parker, Ronald Reagan et le patron de studio Jack Warner, Franck Sinatra et même Stanley Kubrick alors photographe.

    Dans ce cocktail jubilatoire fait de violences, de réalités sociales ( déjà les procès arbitraires dont sont victimes les Afro-américains ... ) et de détails historiques ( par exemple le début de la chasse aux communistes dans le milieu du cinéma ) , Ray Celestin parvient en plus à créer de très beaux moments d’humanité et d’émotion, à travers notamment de personnages superbes comme Gabriel Leveson, le mafieux qui veut se repentir et fuir la ville pour mettre sa nièce à l’abri, le mafieux qui brûle de venger l’assassinat de sa soeur par un tueur à gages qui refait surface au moment des faits. le personnage de Louis Armstrong, mineur dans la trame en elle-même, est tout aussi passionnant, au fond du trou face à la disgrâce des big bands, éclipsé par le prodige be bop Charlie Parker et rebondissant grâce à un producteur mafieux qui s’est reconverti en agent.

    Un roman total captivant du début à la fin !

  • bonne_heure_litteraire 23 septembre 2020
    Mafioso - Ray Celestin

    Partons pour New York en 1947, le New York d’après guerre oû se mêle mafia, flics ripoux et mafia Italienne.
    .
    L’histoire se situe exclusivement en novembre 1947 et en plus de l’histoire romancée, on y trouve de faits réels. L’auteur précise que pour son roman il a condensé des faits réels qui se sont passés durant l’année 1947 comme si ils s’étaient tous passés en novembre de cette même année, pour le déroulement de l’histoire et de l’enquête.
    .
    L’histoire commence par la découverte d’un massacre dans un hôtel de Harlem. Un suspect est arrêté et placé en détention. Le père du suspect, détective privé à Chicago débarque à New York pour mener son enquête car il ne croit pas une seconde à la culpabilité de son fils. Il y voit là un coup monté, mais par qui ? Police ? mafia ? Il sera aidé par une collègue elle aussi détective et à eux 2, ils vont devoir décortiqués les faits.
    .
    Entre mystère, mensonges, secrets, traque, meurtres et jazz, Mafioso se revèle être un roman extrêmement bien détaillé, une enquête totalement cohérente et ou vous prendrez plaisir à mener l’enquête vous aussi.
    .
    Le livre évoque aussi Louis Armstrong, Jazzman mondialement connu mais là je n’ai pas vraiment compris l’intérêt de sa présence dans l’histoire, si ce n’est pour faire état de l’ambiance de l’époque mais sinon il n’a pas vraiment grand chose à voir avec l’histoire.
    .
    Bref quoi qu’il en soit, un bien belle découverte avec ce livre qui était dans ma PAL depuis le mois de janvier et je ne regrette pas du tout de l’en avoir sortie 😊
    .
    Il sagit d’une trilogie et celui ci est le 3eme tome après "Carnaval" et "Mascarade". Je n’ai pas lu ces tomes précédents mais cela ne m’a pas dérangé dans la lecture de "Mafioso". Je pense tout de même acheter les 2 premiers 😉
    .

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.