Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Mon territoire - Tess Sharpe

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

10 #AvisPolar
3 enquêteurs
l'ont vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

À 8 ans, Harley McKenna a assisté à la mort violente de sa mère. Au même âge, elle a vu son père, Duke, tuer un homme. Rien de très étonnant de la part de ce baron de la drogue, connu dans tout le nord de la Californie pour sa brutalité, qui élève sa fille pour qu’elle lui succède. Mais le jour où Harley est en passe de reprendre les rênes de l’empire familial, elle décide de faire les choses à sa manière, même si cela signifie quitter le chemin tracé par son père.


"Une ballade époustouflante par une voix que vous n’oublierez jamais." David Joy

Galerie photos

Vos #AvisPolar

  • Angie - Blog Culturez-moi 28 août 2019
    Mon territoire - Tess Sharpe

    Harley a 8 ans quand sa mère meurt sous ses yeux. C’est Duke, son père, baron de la drogue qui va alors l’élever. Avec tout l’amour dont cet homme sans pitié est capable, il va lui apprendre « le métier » et plus que tout lui apprendre à se protéger des Sprinfield, leurs ennemis de longue date.

    Tout le livre est écrit à la 1ère personne et c’est Harley qui nous parle avec tendresse de cet homme froid, qui a tant fait couler le sang mais qui lui a toujours voué un amour sans limites. Si certains passages sont révoltants, d’autres sont vraiment émouvants.

    Mais l’empire dont rêve Harley c’est un univers de protection. le Ruby est toute sa vie. Fondée des années plus tôt par sa mère, ce rassemblement de cottages est un lieu de protection pour toutes les femmes et les enfants battus, abusés et maltraités. Un lieu qu’elle tient d’une main ferme avec Mo une vieille femme indienne. Aujourd’hui, à l’aube de ses 23 ans, l’heure est venue pour Harley de bientôt prendre les commandes. Elle est cependant bien décidée à rebattre les cartes à sa manière.

    Le roman est construit sur une alternance temporelle des chapitres. Les premiers se déroulent dans le présent alors qu’Harley s’apprête à reprendre les rênes de l’empire familial. Les autres sont là pour nous dévoiler son enfance. le rythme est parfait, totalement captivant. L’équilibre est maitrisé et l’histoire dans le présent est tout aussi passionnante que les récits du passé.

    ⭐️ En bref ⭐️
    « Mon territoire » est un roman envoutant et surtout très intelligent. Entourée de bikers, de dealers et de malfrats, Harley a su se forger sa propre identité et surtout son propre destin malgré une enfance qui en aurait brisé plus d’une. Loin d’être larmoyant, le livre dispose au contraire d’une force incroyable et d’une intrigue maitrisée. Il pourrait presque se lire d’une traite s’il ne fallait pas manger et dormir. Bref, vous l’avez compris un : fucking coup de coeur !

    https://culturez-moi.com/mon-territoire/

  • Anne-Sophie Books (Les lectures d’Anne-Sophie) 29 août 2019
    Mon territoire - Tess Sharpe

    Raconte leur, mon Harley.

    Comment les McKenna sont devenus ceux qu’ils sont.
    Combien ça en a rendu certains serviles, d’autres jaloux, et parfois les deux à la fois.

    Dis leur, mon Harley.

    Qui on est.
    Pourquoi on l’est.
    Et ce qu’on est prêts à faire pour le rester.

    Alors, durant ces 560 pages, Harley McKenna va nous raconter.

    Comment Duke, son père est devenu le grand patron du North County.
    Comment ça a coûté la vie à sa mère.
    Comment son enfance est devenu un constant entraînement pour reprendre le flambeau.

    Comment tout cela lui a appris à raisonner, à agir, à haïr.
    Et à tuer.

    Parce que chez les McKenna, on a la vengeance chevillée au corps.

    Mais également comment ça lui a appris à écouter, à évoluer, à comprendre.
    Et à aimer.

    Parce que chez les McKenna, on a le sens de la justice enchaîné au cœur.

    Alors entre passé et présent, on suit l’évolution de Harley.
    Et on ne s’ennuie pas une seule seconde.

    Entre bikers, trafiquants, hommes de main et femmes battues, on assiste à ses combats, ses défaites et ses victoires, ses doutes et ses certitudes.

    On apprend à la connaître. À tous les connaître. À en aimer certains, à en détester d’autres.

    Parce que dans le North County, rien n’est jamais tout blanc ou tout noir. On peut avoir le cœur bon et les mains tachées de sang, tout comme on peut avoir les mains propres et le cœur sec.

    Tout n’est toujours qu’une question de point de vue.

    Avec Mon Territoire, Tess Sharpe nous offre une lecture mémorable, à la fois roman social, récit d’apprentissage et thriller familial.

    Un roman qui dénonce, également. Les violences faites aux femmes. La facilité de corrompre. L’addiction au pouvoir, pour l’argent et pour le plaisir de voir la peur dans le regard de l’autre.

    Une histoire sur la famille, la vraie et celle que l’on se crée, sur l’amitié, la loyauté...

    Sur l’hérédité et l’éducation, enfin. La part d’acquis et la part d’inné.

    Bref, une aventure à couper le souffle, vécue par une héroïne inoubliable.
    Une trame profonde et intense, alliée à un rythme effréné et efficace
    Un superbe roman, difficile à lâcher et impossible à oublier.

    À lire et à savourer au plus vite.

  • Ju lit les Mots 4 septembre 2019
    Mon territoire - Tess Sharpe

    Je ne m’attendais pas à ressentir autant d’émotions, d’empathie et d’aversion pour le genre humain… Je partais explorer le territoire de Tess Sharpe, sur la pointe des pieds… Pour finalement, m’engloutir dans son territoire avec délectation.

    L’auteure a réussi à me prendre dans ses filets, pourtant ce n’était pas gagné…

    Je pensais qu’avec ce bouquin estampillé « premier roman adulte » l’auteure allait se casser la gueule, étant donné son univers Young Adult. Un auteur qui s’essaie à la littérature des grands… Je l’attendais donc au tournant, en pensant de l’auteure : « non mais tu ne fais pas partie de la cour des grands… Laisse-toi encore quelques années… » Bien mal m’en a pris, Tess Sharpe a tout d’un grand auteur et son roman « adulte » est magnifique !

    C’est brutal, c’est fort, c’est surtout plein de cette vie qui coule dans les veines de chaque être humain, comme dans les veines de ces régions arides des Etats Unis où le territoire de Harley McKenna est devenu le mien… Et deviendra le vôtre… Un roman féministe, mais pas que, une plume au service de la lutte contre les violences faites aux femmes et aux enfants, dans une région où les brutes néonazis cuisinent de la métamphétamine et les fondamentalistes considèrent les femmes comme des « poules pondeuses ».

    L’auteure maîtrise son art et nous entraîne dans les tréfonds de l’âme humaine, tout en laissant à son héroïne le soin de prendre la direction qu’elle souhaite.

    Il y a une belle fluidité dans le schéma narratif, alors même que les chapitres s’alternent, et que cela aurait pu faire perdre le fil dans les indications temporelles.

    Un roman noir, à classer dans la catégorie « country noir », avec un personnage central qui en fait toute la beauté et tient le devant de la scène du début à la fin, sans jamais lasser le lecteur, qui en prend plein les mirettes, aussi bien au niveau des descriptions des paysages arides, qui deviennent un personnage à part entière, tellement cette chaleur poisseuse et moite, colle à la peau, qu’au niveau des personnages diablement bien construits.

    https://julitlesmots.com/2019/09/04/mon-territoire-de-tess-sharpe/

  • Les_lectures_de_linzio 18 septembre 2019
    Mon territoire - Tess Sharpe

    Mon Harley,

    Dès les premières pages j’ai su que mon coup de coeur pour toi, pour ton histoire aller être inévitable !! Quelle petite fille tu as été, quelle femme tu es devenue, quelle force de caractère tu as !! Tu es fascinante, forte, captivante, palpitante, envoûtante, mystérieuse, inoubliable, un modèle... Et pourtant dès ton enfance, tu savais que ça ne serait pas facile, que ta vie serait mouvementée et c’est peu dire !
    Porter le nom McKenna est un lourd héritage !
    Porter le nom McKenna engage le respect, et tu sais te faire respecter dans ce milieu si controversé pour une femme !
    Dire le nom McKenna fait trembler les habitants.
    La famille McKenna est puissante, tu es puissante !
    "L’Église des McKenna a toujours été ma religion véritable " !!! Drogue, armes, vengeance, mort c’est ton quotidien et pour autant tu rêves d’un monde meilleur, et tu as décidé de vivre dans un monde meilleur quoi qui l’en coûte envers et contre tous !! Mon Harley, tu vas beaucoup me manquer, je me suis tellement attachée à toi durant ces 550 pages.

    À toi mon Harley,
    ▪︎▪︎▪︎▪︎▪︎▪︎▪︎▪︎
    La plume de l’auteur est juste incroyable mais son point fort c’est bien évidemment Harley son personnage principal, comme vous l’aurez compris, Harley m’a envoûté de la première à la dernière ligne ! Je n’en dirais pas plus , juste une dernière chose : lisez le !! Merci à Tess Sharpe et @sonatineeditions de m’avoir fait vivre un tel moment de lecture !! Une auteur qui mérite sa place, une auteur à suivre, un excellent premier livre !! Coup de coeur, coup de foudre pour ce livre, pour Harley

  • Et le Monde de Sosso 20 septembre 2019
    Mon territoire - Tess Sharpe

    Ode à Harley McKenna !!!! Cette petite fille qui a assisté à la mort de sa mère est devenue une jeune femme d’une force incroyable !
    Cela fait un moment que je n’avais pas rencontré de personnage féminin aussi fort & intense, rappelant les Marianne ou Tama de Karine Giebel notamment.

    Harley a grandi dans le nord-ouest de la Californie. Sa mère et celle de Will sont tuées par Carl Springfield alors qu’elle n’a que 8 ans. Harley est élevée par son père Duke, baron de la drogue de la région, afin qu’elle prenne la succession de son territoire. ! Protégée, entrainée et conditionnée par son père, la petite fille traverse l’adolescence auprès de Will, venu avec sa grand-mère vivre sur la propriété des McKenna.

    On est le 6 juin, c’est le moment de la succession ; Harley va minutieusement mettre son plan à exécution, qui diffère peut-être des projets de son père... Seule contre tous, comment cette jeune femme va-t-elle stratégiquement s’organiser alors qu’elle est la cible de beaucoup ? A qui peut-elle faire confiance ?

    Ecrit à la première personne, on devient Harley McKenna et on vit son monde hostile dans lequel il faut être sur le qui-vive en permanence et ne montrer aucune faiblesse.
    Son territoire est un monde de violence, de pouvoir, dans lequel on y trouve trafic de drogue, guerre de clans, protection des femmes... Les descriptions sont telles qu’on sent la rudesse du milieu, la hargne, la haine...

    Un thriller riche & dévorant, qui nous happe littéralement.
    Et en le fermant, on a qu’une envie : se tatouer "Harley McKenna for ever" !

  • calyenol 24 septembre 2019
    Mon territoire - Tess Sharpe

    J’ai lu 𝕄𝕠𝕟 𝕥𝕖𝕣𝕣𝕚𝕥𝕠𝕚𝕣𝕖 de Tess Sharpe,et ça a été une lecture plus qu’excellente.

    "Il se tient dans l’entrée,la lumière se répand à l’extérieur...Derrière lui,dans la grange,je vois le sang qui forme une flaque...J’ai huit ans la première fois que je vois papa tuer un homme."

    Harley McKenna,petit bout de huit ans vient de perdre sa maman d’une mort violente à laquelle elle a assisté.
    C’est au même âge qu’elle va se rendre compte de qui est Duke McKenna,son père.
    Baron de la drogue,il va faire en sorte que sa fille reprenne un jour les rênes de l’empire familial.
    Ce jour là,Harley décide de faire les choses à sa manière.
    C’est 𝕤𝕠𝕟 𝕥𝕖𝕣𝕣𝕚𝕥𝕠𝕚𝕣𝕖.

    "Nous autres,c’est seulement dans la mort que nous trouvons la vraie liberté."

    Quel plaisir lecture ce livre !
    Tess Sharpe nous amène,avec ce livre,dans le North County où la rivalité oppose deux clans pour un 𝕥𝕖𝕣𝕣𝕚𝕥𝕠𝕚𝕣𝕖,les McKenna et les Springfield.
    J’ai aimé l’addiction que la plume de l’auteure m’a donné dès la première seconde de lecture,l’envie de ne jamais finir ce livre.
    Harley m’a raconté son histoire,celle des rubinettes...je me suis sentie happée jusqu’au point final.
    Plus de 500 pages prenantes,bouleversantes et pleine d’émotions confondues,sans oublier cette tension toujours palpable.
    L’intrigue ne laisse aucun temps mort,on en veut encore,toujours plus et Tess Sharpe nous donne tout.
    J’ai adoré voir Harley grandir,ce que Duke en a fait,ce qu’il n’en a pas fait.
    Voir ce petit brin de fille devenir une femme forte débordante de sentiments pas toujours facile à contrôler.
    𝕄𝕠𝕟 𝕥𝕖𝕣𝕣𝕚𝕥𝕠𝕚𝕣𝕖 est un roman excellent et bien abouti,en un mot,magnifique.
    Vous l’aurez compri,j’ai plus qu’adoré,il est limite un coup de coeur.
    Alors bien sûr,je vous le conseille fortement.

    "C’est un nouveau jour,c’est une nouvelle vie...que je le veuille ou non."

  • manonlitaussi 25 septembre 2019
    Mon territoire - Tess Sharpe

    A 8 ans, Harley voit sa mère mourir dans l’incendie d’un labo de meth alors qu’elle essayait de sauver une femme et son fils des coups d’un dealer et amant violent. Harley est la fille du baron de la drogue à North country et il l’a élevé de manière à ce qu’elle reprenne ses affaires. C’est, d’ailleurs, pourquoi elle examine toujours les issus possibles quand elle entre quelque part. Quand à 22 ans ce père s’absente de plus en plus, elle doit faire preuve de ruses pour se faire respecter et tenir l’affaire que lui a léguée son père mais également celle de sa mère, un foyer qui accueille les femmes battus et leurs enfants.
    J’ai beaucoup aimé l’histoire et la manière avec laquelle elle est racontée par Harley. Le rythme est comme saccadé avec des chapitres qui alternent entre le passé, les événements marquants de la vie d’Harley qui sortent de l’ordinaire d’un enfant lambda puisqu’elle relate la première fois qu’elle a vu son père tuer un homme, la première fois qu’elle a tué ou ses débuts de collecte sur son territoire.
    Un premier roman avec une maîtrise de l’histoire et du rythme très impressionnant. L’auteur sait asséner habilement les coups des révélations. La narration est calme mais bien tranchée.
    Je garderai en mémoire cette superbe héroïne, courageuse qui avance dans un monde que son père lui a imposé où ses ennemis sont nombreux surtout pour prendre sa place mais qu’elle manie avec ruse et courage (toujours avoir une longueur d’avance) pour défendre ce que sa mère lui a légué. Une héroïne d’un sang froid épatant qui relate avec un grand calme une déferlante d’événements violents. C’est un tourbillon d’évènements et de sentiments pour elle mais elle se maîtrise et devient un chef d’orchestre radical .

  • Lectures noires pour nuits blanches 26 septembre 2019
    Mon territoire - Tess Sharpe

    "J’ai huit ans la première fois que je vois papa tuer un homme."

    C’est ainsi que commence Harley, jeune californienne de 23 ans, à nous raconter sa vie. A 8 ans elle voit sa mère mourir sous ses yeux. Elle grandit avec son père, un baron de la drogue craint de tous, qui la protège, l’élève à la dure pour prendre sa succession et lui donne un entrainement digne d’un Navy Seals. Partagée entre le souvenir de sa mère et le mélange de loyauté d’amour et d’haine qu’elle ressent pour son père, elle grandit au milieu de la violence, des trafics en tout genre, des guerres de territoire et soif de pouvoir. En même temps que les affaires de son père, elle gère le Ruby, un refuge hérité de sa mère, pour les femmes et enfants victimes de violences. Elle se prépare jour après jour à prendre la relève de son père, à sa manière, et petit à petit elle élabore son plan.

    "Je veux un putain de monde meilleur."

    Le récit alterne entre passé et présent. Les chapitres du passé commencent tous par une phrase du genre "J’ai huit ans quand maman meurt sous mes yeux", "J’ai douze ans le jour où je pointe un révolver sur quelqu’un pour la première fois", "J’ai seize ans..." Pas forcément dans l’ordre chronologique mais ayant toujours un rapport avec le récit actuel, ce schéma narratif intelligent et original nous retrace l’évolution de Harley. Au fil des pages, nous apprenons à la connaître et comprenons mieux la jeune femme qu’elle est devenue.

    Harley ! Un véritable coup de foudre pour ce personnage. Une jeune femme forte, déterminée, courageuse, combative, rusée et faisant de son intelligence une arme bien plus puissante que celles qu’elle manie sans cesse. Un personnage avec une force de caractère incroyable, très charismatique et bouleversant. Une héroïne de western moderne, attachante, fascinante que je ne suis pas prête d’oublier. Elle est la grande force de ce livre.

    Un roman dense, riche, envoûtant et plein d’émotions qui vous happera dès les premières pages et vous fera vivre un magnifique moment de lecture. J’ai adoré !

  • Aude Lagandré 5 octobre 2019
    Mon territoire - Tess Sharpe

    Harley est élevée par son père Duke McKenna dans une petite bourgade du nord de Californie. Là-bas règne la loi du plus fort, les ennemis potentiels sont éradiqués au fur et à mesure des embrouilles, et Duke est le chef craint et autoproclamé de cette communauté placée sous son joug. À North County on est avec ou contre lui, toute hésitation est signe d’une mort certaine. Harley aurait pu s’appeler Turtle, ou Kimy*. C’est une guerrière. Autour d’elle, beaucoup sont morts, sa mère d’abord, soufflée par l’explosion d’un laboratoire de meth alors qu’elle venait aider de sa meilleure amie. « Parfois, les maisons explosent. Parfois, les mamans meurent. Parfois les papas sont des créatures qui ne devraient pas vivre dans la même peau que l’homme qui vous borde le soir. » Son père s’occupe alors de son « éducation » en voulant faire d’elle une machine à tuer, digne de devenir son successeur dans la communauté : réfléchir, analyser, agir.

    Je vous le dis tout de go : si vous devez lire un seul livre de cette rentrée littéraire, lisez celui-ci. L’auteur, Tess Sharpe, est née dans une cabane au fond des bois et a vécu dans un endroit très reculé de Californie. Cette petite fille a connu « l’étreinte de la forêt » et son écriture sent le sous-bois, les animaux qui s’y déplacent silencieusement, la nature qui bruisse. Précédemment, elle a écrit un ouvrage Young Adult « Far from you, Si loin de Toi » acclamé par la critique qui met en scène, là aussi, une survivante.

    Vous trouverez dans ce roman une belle dualité entre l’éducation du père « Analyse la situation. Protège tes arrières. Ne lâche jamais ton arme. Et si tu dégaines, t’as intérêt à être prête à tuer, mon Harley. », et l’héritage de la mère, Jeannie, esprit libre et solaire, dont la mission première a été de protéger femmes et enfants d’un conjoint, frère, père violent. Harley navigue donc entre deux eaux : l’apprentissage quotidien de la violence et la défense de ceux qui la subissent. Une mise en abîme extrêmement intéressante servie par une écriture dure et tendre à la fois, où le cœur de cette fille est pris entre deux feux. « Les deux moitiés de moi qui s’affrontent — celle qui appartient à maman et celle qui appartient à papa — se tournent et se retournent dans ma cervelle. »

    Ainsi, Harley à 9 ans , « à l’instant où j’entre dans une pièce, je repère d’instinct toutes les issues possibles. Je sais charger un fusil dans le noir complet. Je sais tirer avec toutes les armes que je suis assez forte pour soulever. Je sais lancer un couteau en plein dans le centre d’une cible à distance des sept mètres. » Les phrases d’apprentissage de son père résonnent comme des mantras (en italique dans le texte) et parviennent à la tirer de situations funestes. Surtout, elle est détentrice d’une mission : tuer celui qui a tué sa mère et prendre la tête de l’empire de son père.

    Cependant, en elle, vibre le souvenir de sa mère. Son héritage est lui bien réel : un motel, Le Ruby, des pensionnaires, les Rubinettes, des femmes en souffrance, des enfants à protéger, des prédateurs à éloigner. Mo, gérante de ce motel, prend la place de sa mère. Elle lui apprend à regarder au-delà de la surface. « Mon père m’a peut-être appris qui je dois être pour commander. Mais Mo est la femme qui m’apprend qui je dois être pour guider. » Cet héritage, un monde dans lequel elle a la possibilité de faire le bien, lui permet de contrebalancer la cruauté des leçons infligées par son père.

    Ce récit n’est pas linéaire. C’est toute l’intelligence de Tess Sharpe qui a travaillé son roman de manière à ce que des éléments forts expliquant la personnalité d’Harley permettent au lecteur de comprendre son évolution. De nombreuses digressions, pas forcément amenées de manière chronologique, agrémentent l’histoire en temps réel. Ces chapitres là, commençant par « j’avais 9 ans, j’avais 16 ans, j’avais 12 ans », mettent en lumière, presque de façon psychanalytique le portrait de cette jeune fille en devenir. Cette clairvoyante gestion de l’espace-temps donne au récit un intérêt accru en apportant des éléments clés supplémentaires, indispensables à la compréhension de l’évolution mentale d’Harley.

    Et pourtant malgré « Cinquante pour cent de ma nature me vient de lui, et cent pour cent de mon éducation. », Harley fait des choix et fait participer le lecteur à ses questions existentielles : peut-on échapper à son milieu ? Échapper à son enfance ? Choisir une autre voie ? Réparer les vivants ? Être le point d’ancrage de victimes de violences lorsque l’on est violent soi-même ? Tuer et protéger ? « Je veux un putain de monde meilleur. »

    Quelle est la place de la femme dans un coin reculé du monde où la suprématie blanche, tendance néonazie fait rage, où le manque d’éducation, de compassion, d’empathie change la distribution des cartes ? « J’ai utilisé ma cervelle. J’ai attendu. J’ai écouté. Et j’ai appris. J’ai appris la leçon la plus importante : même l’homme qui t’aime, qui a consacré sa vie à t’élever pour faire de toi une femme puissante, cet homme te sous-estimera comme c’est pas permis, rien que parce que tu es une femme. Et l’homme qui te hait ? Qui a peur de toi au plus profond de lui, même s’il refusera toujours de l’admettre ? Cet homme fera encore plus d’effort pour te rabaisser. »

    Ce roman est plus dense et plus complexe qu’il n’y paraît. L’auteur surfe avec dextérité sur deux personnages clés, le père et la mère décédée, complètement antinomiques en plaçant son héroïne au carrefour de son destin. Ce récit m’a happée jusqu’à la dernière page tant l’émotion se mêle à une écriture singulière. Le twist final (et quel twist !) rend cette histoire encore plus magnifique au regard des implications psychologiques qu’elle sous-entend. Des personnages forts, travaillés, attachants, balancés entre l’inné et l’acquis font de ce livre une merveille. Harley restera longtemps gravée dans ma tête, comme Turtle ou Kimy avant elle. Bouleversant !

  • Musemania 13 octobre 2019
    Mon territoire - Tess Sharpe

    Depuis sa sortie fin septembre, ce livre fait quasi l’unanimité sur les réseaux sociaux. Même si je ne lis pas les chroniques et critiques des autres blogueurs afin de ne pas brouiller l’opinion que je pourrais me faire du livre, il était difficile de passer à côté de ces louanges. J’avoue que j’étais assez dubitative dans le sens où les avis étaient très largement positifs. Lorsque tout le monde semble penser la même chose, j’ai un peur d’être ensuite déçue, ayant forgé une trop forte attente.

    À la lecture des premières pages, j’ai eu quelques hésitations, me demandant si j’allais aussi apprécier ce thriller. Finalement, j’ai été agréablement surprise et me suis laissée transportée avec son héroïne, Harley.

    A proprement parler, il me semble plus se rattacher à un thriller ou roman noir, qu’à un polar puisqu’il n’y a pas vraiment d’enquête policière. Avec une atmosphère très sombre, nous sommes loin des métropoles glamours des Etats-Unis, mais bien dans l’Amérique profonde. Le récit se déroule en Californie du Nord, loin de toute grande ville, loin des strass et paillettes de Los Angeles et d’Hollywood.

    Au fin fond des bois, où le peuple du cru vit reclus, loin des touristes et de la modernité, on y suit l’histoire d’Harley McKenna. Elle est une jeune femme, orpheline de mère dès son plus jeune âge et dont le père est un peu une sorte de mafioso locale qui trempe dans toutes les mauvaises combines : comme la drogue et les armes. Malgré ses vices, Duke a tenté d’élever du mieux que possible son unique fille, tout en lui inculquant un code de moralité strict. Ayant grandi dans une quasi solitude et ayant dû acquérir une certaine indépendance dès son plus jeune âge, Harley est en voie de marcher dans les traces de son patriarche. Pourtant, Harley souhaite prendre son destin entre ses mains, chose pas forcément évidente lorsque l’on est l’unique héritière du clan McKenna.

    Harley a tout de l’héroïne des temps modernes : une personnalité forte, une identité qu’elle souhaite se construire seule, une battante qui ne baisse pas les bras. Je n’ai d’office pu que m’attacher à elle. Alternant dans les chapitres, le présent au passé, reconstruisant de la sorte l’enfance et l’adolescence de Harley et de sa famille, l’auteure sait n’en dévoiler qu’au compte-gouttes, donnant ainsi l’envie aux lecteurs de poursuivre sa lecture. A aucun moment, Tess Sharpe ne tombe dans la mièvrerie ou dans l’ultra-militantisme féministe. De ses failles et de celles de sa famille, Harley en a fait ses forces.

    Il est indéniable que l’auteure dispose d’un talent certain et que pour un premier roman, elle a placé la barre très haute. Je pense qu’Harley me hantera encore longtemps car même une fois la dernière page tournée, elle ne peut être que difficilement oubliée.

    J’ai lu ce thriller dans le cadre du Grand Prix des Lectrices Elle 2020 - sélection Polar pour le mois d’octobre.

    L’autre thriller qui n’a, cependant, pas été retenu était « La neuvième tombe » de Stefan Ahnhem aux éditions Albin Michel, qui me tentait aussi beaucoup ; dommage…

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.