#SerialKiller : Le Désosseur de Jeffery Deaver

Les meilleurs livres de serial killers, jour 16

Seizième volet de nos chroniques et nous voilà en 1997 à un moment charnière pour le roman de serial killers. Le réveil des séries télévisées, qui montent en qualité, pose un défi aux auteurs : se renouveler, innover ou être condamné à passer au second plan. Jeffery relève brillamment ce défi avec Le Désosseur, œuvre qui va au contraire influencer films et séries TV pour de longues années...

L’histoire :

Lincoln Rhyme était sans doute le criminologue le plus célèbre des Etats-Unis, capable de dresser le portrait complet d’un tueur à partir de quelques indices recueillis sur la scène du crime. Mais Rhyme, blessé lors d’une enquête, n’est plus qu’un grand paralysé, esprit brillant dans un corps inerte, infirme sarcastique dont la seule obsession est d’en finir avec cette vie. Jusqu’à la découverte d’un cadavre enterré au bord d’une voie ferrée, dont seule une main ensanglantée sort de terre. A regret, Rhyme va reprendre du service pour traquer l’assassin du fond de son lit. L’homme est lancé à la poursuite de nouvelles victimes et il faut, pour les sauver, déchiffrer au plus vite les traces qu’il sème sur son passage avec la volonté diabolique de brouiller les pistes. Aidé sur le terrain d’une jeune femme policier, Amelia Sachs, la traque peut commencer…

Pourquoi ce livre est important :

A la suite de Patricia Cornwell, Jeffery Deaver peut également revendiquer la paternité du polar de médecine légale, qui a fait florès, donnant notamment naissance, moins de trois ans plus tard, à une série télévisée comme Les Experts.

Son personnage de Lincoln Rhyme, enquêteur charismatique, cynique, érudit et d’une précision méthodique est un vrai plus apporté au monde du polar (une sorte de Sherlock Holmes modernisé), tout comme de mêler habilement suspense, études de criminologie, et des analyses psychologiques et scientifique poussées.

Le déroulement de ce thriller se suit « en instantané » et le lecteur est confronté au summum du tueur en série intelligent : menacé, Deaver riposte et retourne son défi aux showrunners (poste-clé dans les séries TV, qui recoupe schématiquement des actions de scénarisation et de supervision du tournage), ces nouveaux scénaristes du polar.

Ce qu’il faut retenir (pour briller en société) :

1. Impossible de passer à côté du film Bone Collector, adapté du Désosseur (l’adaptation reprend le titre original du livre, à notre avis bien plus efficace), réalisé par Phillip Noyce en 1999. Bien que différant en de nombreux points du roman, sûrement l’un des meilleurs thrillers cinématographiques avec un serial killer, qui peut tutoyer et a sûrement influencé l’excellent Seven de David Fincher.

2. Jeffery Deaver est le deuxième écrivain (après Sebastian Faulks) a avoir été missionné pour écrire la suite des aventures de James Bond, le célébrissime personnage de Ian Fleming. Le résultat, Carte Blanche, est sorti en France en 2011. Mais quel acteur jouera le célèbre 007 dans l’adaptation ?

3. Deaver, via son personnage (récurrent, il apparaît dans 11 enquêtes pour l’instant) de Lincoln Rhyme rend hommage dans Le Désosseur au savant français qui a mis en évidence le principe du transfert, appelé également le « principe d’échange de Locard », énoncé par le pionnier de la police scientifique Edmond Locard. Celui-ci détermine que lorsque deux corps entrent en contact l’un avec l’autre, il y a nécessairement un transfert entre eux, et donc qu’un criminel laisse des traces de son passage et qu’il en emporte avec lui...


Tous les meilleurs livres de serial killers : https://www.bepolar.fr/Les-meilleurs-livres-de-serial-killers

Galerie photos

spip-slider

Votre commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.