A la rencontre de Jean-Luc Bizien !

Le 12 janvier 2018

Retrouvez les dates de dédicaces de Jean-Luc Bizien

2
commentaires
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!

Jean-Luc Bizien, l’auteur entre autre de Crotales (Editions du Toucan) et de La Main dans le sac (Rouge Safran) sera en tournée en ce début d’année pour dédicacer ses romans.

Retrouvez-le :

• Samedi 27 et dimanche 28 janvier.
Salon du livre de Nemours, 3ème édition.

• Vendredi 2, samedi 3 et dimanche 4 février.
Salon Bloody Fleury.

• Jeudi 8 février
Médiathèque d’Annecy.

Galerie photos

spip-bandeau
  • Nicolas Elie 17 janvier 2018
    A la rencontre de Jean-Luc Bizien !

    J’ai traîné. Mais j’ai pas traîné parce que je me faisais suer, j’ai traîné parce que j’avais pas envie de le finir trop vite.
    Tu vois le truc ?
    Y a 540 pages à avaler, mais si j’ai un conseil à te donner, c’est de prendre ton temps, même si les 50 premières pages te laissent un peu sur ta faim.
    Attends, et continue.
    En plus, tu te balades au Mexique, et il fait super chaud. Ça veut dire que tu vas avoir vraiment soif, si tu fais pas gaffe et que tu lis avec la bouche ouverte…
    Le pitch, sans rien te dire.
    T’es à la frontière entre le Mexique et les States. Ça s’appelle Ciudad Juarez. Il y a des flics et des gangs. Pour l’ambiance, c’est bien. C’est là que les cartels ils passent de la drogue, à travers des galeries que t’y mettrais pas les fesses. D’ailleurs, c’est des mômes qui y mettent les fesses. Ils sont plus petits, donc ils passent mieux.
    Il y a un mec qui dégomme les gens aussi.
    Au hasard.
    Et puis y a une nana, et un petit garçon. Elle s’appelle Salma. Il s’appelle Pablo.
    Il y a Paik Dong-Soo. Il est coréen. Il a déjà fait des trucs dans d’autres bouquins de M’sieur Bizien. Je les ai pas lus, alors je sais pas vraiment, mais je vais les lire.
    Bon, en même temps, vu la gueule de mes étagères, je vais les lire en 2024…
    Je rigole.
    Puis il y a Torres. Lui… c’est pas un gentil garçon. Tu vas pas l’aimer, tu verras. Il fait des trucs pas cool à sa compagne. Ça, j’ai pas aimé.
    Les mecs violents avec les filles, je les aime pas. C’est bien que Jean-Luc y fasse allusion. Faut pas que t’oublies que ça existe.
    Comme moi, tu vas te rendre compte que t’as la mâchoire un peu fermée depuis dix minutes et que ça te fait mal aux dents.
    540 pages, donc.
    Le Diable sait que je suis difficile en « roman à suspense ».
    La première des choses que je remarque, souvent, et je vais nommer personne (ma recherche effrénée de copains), c’est l’espèce de transparence des personnages. Pas de chair autour des os. Pas de neurones dans le cerveau. Du rien, autour de pas grand-chose.
    Pas là.
    Certains d’entre eux, t’as envie de leur coller une balle dans la tête, et d’autres, je dis pas lesquels, t’as envie de leur dire de pas s’inquiéter. Que Jean-Luc, il va faire gaffe qu’il leur arrive rien.
    T’espère qu’il va faire gaffe.
    Chaque chapitre va t’obliger à tourner les pages, parce que tu veux savoir.
    Mais non ! Va pas trop vite, je te le redis…
    J’ai pensé parfois à « Il reste la poussière » de Sandrine Collette. Et ça, c’est un grave compliment, et je fais pas souvent des compliments.
    Je t’ai pas parlé de Timmy Dalton.
    Nom de Dieu, Timmy…
    Sans doute mon personnage préféré. Sans doute aussi le plus réussi du roman. Et pourtant, le niveau est vachement haut. Si Jean-Luc Bizien décide un jour de faire un bouquin sur un tueur en série, ça va être un grand livre.
    Des fois, je fais Madame Irma…
    Parce que finalement, dans ce roman, et c’est juste génial, t’as plusieurs histoires qui se télescopent. Des personnages qui ne devraient pas se rencontrer et qui se croisent quand tu t’y attends pas.
    De toute façon, c’est pas toi qui écris l’histoire, t’as juste à lire et à te laisser emporter… T’as juste à essayer d’imaginer la fin, et tu vas te gourer.
    Forcément.
    Parce que M’sieur Bizien, il écrit foutrement bien.
    Et la fin de l’histoire, tu crois que je vais te raconter ?
    Ben non.
    Je vais pas te mentir. Tu me connais un peu.
    Au début, j’ai pensé que j’allais me faire suer. Je me suis dit que plus de 500 pages, ça risquait d’être long.
    J’ai même dit à ma libraire que j’étais pas sûr d’aimer, que je trouvais l’écriture un peu facile parfois.
    Le mec difficile, tu vois ?
    Genre qui cherche London, Hemingway ou Faulkner à chaque fois qu’il ouvre un bouquin…
    Je me suis gouré.
    Quand t’as lu les 40 premières pages, tu continues.
    T’as pas le choix.
    Il y a le gros barbu habillé bizarre qui va venir chez toi, si t’as été sage, et si les flics le laissent circuler, ce qui est pas gagné.
    Mais bon, s’il passe les barrages, demande-lui s’il peut t’apporter « Crotales ».
    Tu regretteras pas.

  • Alexandrine Arnaud 17 janvier 2018
    A la rencontre de Jean-Luc Bizien !

    J’aime beaucoup vos critiques Nicolas. Elles donnent furieusement envie de lire les livres dont vous parlez.
    Bravo, et merci :)

Votre commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?