Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Il était deux fois - Franck Thilliez

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

13 #AvisPolar
6 enquêteurs
l'ont vu/lu
11 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

En 2008, Julie, dix-sept ans, disparaît en ne laissant comme trace que son vélo posé contre un arbre. Le drame agite Sagas, petite ville au cœur des montagnes, et percute de plein fouet le père de la jeune fille, le lieutenant de gendarmerie Gabriel Moscato. Ce dernier se lance alors dans une enquête aussi désespérée qu’effrénée.
Jusqu’à ce jour où ses pas le mènent à l’hôtel de la Falaise… Là, le propriétaire lui donne accès à son registre et lui propose de le consulter dans la chambre 29, au deuxième étage. Mais exténué par un mois de vaines recherches, il finit par s’endormir avant d’être brusquement réveillé en pleine nuit par des impacts sourds contre sa fenêtre…
Dehors, il pleut des oiseaux morts. Et cette scène a d’autant moins de sens que Gabriel se trouve à présent au rez-de-chaussée, dans la chambre 7. Désorienté, il se rend à la réception où il apprend qu’on est en réalité en 2020 et que ça fait plus de douze ans que sa fille a disparu…

Vos #AvisPolar

  • jeanmid 30 mai 2020
    Il était deux fois - Franck Thilliez

    Je me suis fait prendre une nouvelle fois dans les filets romanesques de l’écrivain nordiste .
    Du grand polar qui deviendra , j’en suis sûr , un classique du genre .
    Comment en effet ne pas succomber à cette prose d’une venimeuse efficacité ? Tous les ingrédients d’une recette trois étoiles sont réunis :
    - deux personnages centraux , aux caractères forts auxquels il est impossible de ne pas s’attacher dès les premiers instants . Des “seconds rôles” qui apportent une dimension et une densité supplémentaire à l’histoire .
    - un scénario finement ciselé pour maintenir les lecteurs en haleine .
    - une atmosphère sous tension permanente où des événements extraordinaires viennent planter le décor .
    - un suspens incroyable et un final émouvant .
    - un rythme frénétique et sans moindre temps mort où le lecteur accompagne nos deux héros dans leur road trip effréné , en quête de vérité . Même si elle doit faire mal.
    - des rebondissements et des surprises qui relèvent du grand art .
    - un récit en béton armé , d’une solidité dramatique sans pareille , d’une force et d’une intensité incroyable où , à chaque nouvelle page , on s’enfonce un peu plus dans une noirceur poisseuse et contagieuse .

    2008 .Sagas petite ville savoyarde coincée par les montagnes . Julie , dix sept ans , a disparu alors qu’elle était partie pour son entrainement VTT dans les hauteurs . Son père , le lieutenant de gendarmerie , Gabriel Moscato , la recherche depuis des mois sans relâche . Ses pas l’emmène à l’Hôtel de la Falaise , où sa fille a travaillé quelques mois , l’été dernier .
    Après une nuit agitée qui a vu des nuées d’oiseaux s’abattre en piqué par milliers sur les environs ; comme un suicide collectif inexplicable , Gabriel émerge dans une chambre qui ne semble pas être la sienne ....douze ans plus vieux. Comme un trou noir où sa mémoire semble avoir effacé le temps écoulé depuis 2008 .
    Entre temps son collègue Paul a pris du galon et s’est marié avec l’ex femme de Gabriel . Gabriel a quant à lui démissionné pour s’installer dans le Nord mais n’a semble-t-il pas renoncé à rechercher sa fille .Alors même que Gabriel a du mal à reprendre ses esprits à son hôtel , Paul et son équipe découvre un cadavre de femme flottant dans la rivière . Hasard ou coïncidence troublante alors que Gabriel réapparaît subitement dans les parages après des années d’absence ?
    Les deux anciens amis n’auront pas d’autre choix que de retravailler ensemble pour découvrir ce qui cache derrière ce meurtre sordide et rouvrir leur enquête sur la disparition de Julie malgré les douze ans passés , alors même que Gabriel tente de combler les espaces manquants de sa mémoire volatile .

    Franck Thilliez nous offre donc un petit chef d’oeuvre d’une noirceur abyssale où tout lecteur normalement constitué ne pourra que plonger corps et âme , quitte à se reconfiner quelques heures …

    PS : si vous n’avez pas lu le “Manuscrit inachevé “ , procurez-vous le avant de lire la fin .

  • universpolars 3 juin 2020
    Il était deux fois - Franck Thilliez

    Imaginez. Vous vous levez, un matin, et vous vous regardez dans le miroir. Celui-ci vous renvoie le reflet d’un homme qui a bien trop vieilli. Sur un journal qui traîne sur une table, vous remarquez que 12 ans ont passé. Merde ... Que faites-vous ?

    Franck Thilliez nous plonge dans une belle dépression dès le départ. Après un travelling avant à travers un cadre rocailleux aussi froid qu’austère, nous nous retrouvons devant un hôtel miteux, en Haute-Savoie. Le cadre est disgracieux, tout est repoussant : bienvenue à Sagas, le trou du cul du monde. Même la nature semble éprouver un certain malaise !

    Gabriel Moscato, gendarme, vient chercher des renseignements. Sa fille, 17 ans, a disparu depuis 32 jours lors d’une sortie à VTT. La détresse alourdit chaque ligne et charge les pages d’un profond désespoir. Nous nous mettons à la place de ce père qui s’acharne, qui lutte, qui ne lâche absolument rien, mais qui fatigue et désespère aussi.

    Ensuite, ça se gâte. Pas uniquement pour le personnage, mais pour nous, lecteurs ! Pas de doute, l’auteur récidive ! Coups d’assommoir, étourdissement. Franck Thilliez vient de nous ouvrir une porte qui nous mène illico vers une confusion totale liée au moment présent, en nous administrant même un bon coup de pied au cul pour bien nous engluer dans son imagination débordante.

    Nous allons alors défier le temps en nous intéressant au cerveau, à la mémoire, ses dérapages incontrôlés ou ses systèmes complexes de protection. Notre personnage, Gabriel Moscato, a zappé les douze dernières années de sa vie. Du jour au lendemain, pour lui, toutes ces années ont passé en l’espace d’une nuit. Le regard des autres tendra à lui démontrer que ces quelques « millésimes oubliées » n’ont pas fait de sa vie un grand cru. L’inconnu va être un affront de taille pour combler les failles !

    Cet homme va reprendre l’enquête sur la disparition de sa fille - le faisait-il déjà durant ces 12 années ?? - et va tenter de renouer le contact avec lui-même. C’est flippant et étourdissant ! Le fait de perdre la maîtrise sur une partie de son passé donne vraiment le vertige. Ne pas savoir ce que nous aurions pu faire ou ne pas faire durant tout un pan de sa vie est perturbant.

    Recoller les morceaux et voir les choses avec un cerveau neuf - c’est bien le cas de le dire ! - va être ici déterminant. Le fil rouge de cette intrigue sera finalement le fait de tenter de renouer avec ce que l’on aurait peut-être déjà entrepris, sans vraiment savoir si on l’a fait. C’est un peu ça ! Contre-enquête ? Double enquête ? Cet aspect-là m’a fasciné !

    Sagas. Ce petit village montagneux va être forcé de cracher son passé. Nous allons prendre quelques révélations dans la tronche, comme si nous courrions au milieu d’un champ de mines sans faire trop attention où l’on met les pieds ! Mais où faut-il vraiment aller chercher pour avancer dans cette enquête ? Question centrale.

    A force d’autant creuser dans cette terre remplie de fiente, nous allons forcément nous éloigner de ce village pour atteindre - je ne vous le cache pas - l’impensable.

    Mais voilà, l’auteur ayant estimé que son intrigue n’était pas encore assez sophistiquée, il a jugé bon de nous retrancher vers ses délires associatifs, si j’ose dire ainsi ! Imaginez un seul instant que la clé de cette intrigue criminelle - la pièce maîtresse - soit un précédent thriller de Franck Thilliez. Vous voyez le truc ? Je ne peux malheureusement pas vous en dire beaucoup plus. C’est subtil, assez inattendu et réalisé d’une manière admirable au niveau de la structure et du schéma. Quel assemblage, Monsieur l’architecte !

    Faire revivre, voire compléter ou même faire vivre autrement un ancien thriller, c’est plutôt bien vu ! Et vous trouverez des réponses que vous vous posez peut-être depuis deux ans !

    Difficile de ressortir indemne de cette lecture. La mort, sous des angles bien différents, nous colle aux basques, même si l’on secoue bien les pieds ! Fascination, attirance morbide, souffrance, source d’inspiration : l’univers de la mort peut parfois percer le cerveau et s’immiscer jusqu’au plus profond de l’âme pour en faire jaillir une sorte de jouissance ! Immonde jubilation.

    Deux hommes, chacun de leur côté, mais cherchant à atteindre le même but, vont s’enfoncer toujours un peu plus vers une sorte de folie, celle qui fait des ravages, celle qui fait souffrir. Au nom de quoi ? Vous le verrez bien, c’est morbide à souhait. J’aime à penser que cela dépassera légèrement tout ce que vous pouvez soupçonner. Mais, évidemment, je ne vais pas vous en dire davantage !

    Bonne lecture.

  • Encore Un Livre 5 juin 2020
    Il était deux fois - Franck Thilliez

    Prôner la diversité, alors que tous les ans à la même période, on se délecte avec les mêmes auteurs, pourquoi ? L’unicité des intrigues de Franck Thilliez, tout simplement.
    À lui seul, son univers est dans une mouvance perpétuelle du noir. Bien au-delà de mes espérances, j’ai jubilé, j’ai été fascinée par Il était deux fois. Pas une année sans qu’il nous colle des frissons !
    En seulement quelque pages, il nous enferme, nous conditionne, une ambiance sinistre, un affect qui restera intact à l’égard de ce père, Gabriel, qui enquête sur la disparition de sa fille, Julie. Gabriel se couche dans la chambre 29 en 2008 et se réveille chambre 7 en 2020 ! La première révélation est imminente, l’auteur abat sa première carte : perte de mémoire, amnésie ou confusion ? Serait-ce une de ces histoires déjà racontées ?
    Toujours au comble de l’excitation quand je commence le nouveau cru de Franck Thilliez, habituée à son esprit retors, j’ai savouré chaque mot, l’attention est de rigueur face à cette audacieuse complexité dont l’auteur fait preuve depuis longtemps !
    Il était deux fois est une histoire labyrinthique, un dédale vers l’enfer…
    Entendez par là, que c’est un engrenage, une balade d’indice en indice, une enquête particulièrement méticuleuse et éprouvante.
    Alors que vous pensez tout connaître des astuces d’un auteur, de sa mécanique, vous vous rendez-compte que vous vous fourvoyez complètement ! Il était deux fois a tout pour plaire aux lecteurs comme moi en demande de lecture active et captivante, dans le sens , où on se sent nous acteur et mener l’enquête avec l’espoir de retrouver Julie.
    Je ne peux malheureusement en dire plus sur ce thriller inlâchable, ce nouveau cru reste ancré dans les thèmes de prédilection de l’auteur comme la mémoire, la noirceur humaine, il explore une thématique très noire et bien réelle, sidérante et extraordinaire à la fois ! Jusqu’à l’effroi. Alors, accrochez-vous et comptez aussi sur l’atmosphère froide, d’une tristesse infinie, parfaitement rendue dans ce roman, comme ce mystérieux hôtel La Falaise… un aspect précieux et déterminant dans ma façon de lire. Un thriller parfait !
    À mes yeux, il nous offre une de ses meilleures histoires, une intrigue bien solide qui pourrait tenir dans un mouchoir de poche et qui se déploie de façon vertigineuse !

  • Emysbook 6 juin 2020
    Il était deux fois - Franck Thilliez

    Tout commence à Sagas, une ville perdu où personne ne semble vouloir mettre les pieds. Un paysage décrit avec de nombreux détails qui donnent envies aux lecteurs de ce plonger, malgré tout, dans ce village pour le moins troublant. Tout semble partir d’ici.

    D’ici, où, se réveil un jeune père ayant perdu la mémoire. Que faire ? Comment agir ? Ou-suis-je ? Et en qu’elle année ? Avec de nombreuses précisions sur lest faits, l’auteur nous dévoile son savoir et ces croustillantes informations. On s’immisce presque dans sa tête, dans son esprit avec l’envie d’en savoir plus. Franck Thilliez écrit les thrillers comme aucun autre.

    C’est avec grande intensité que l’on suit la disparation de Julie, une jeune fille qui ne donne plus signe de vie après avoir posé son vélo contre un arbre. Une disparition ? A Sagas ?

    Comme à chaque fois j’ai appris de nombreuses choses sur les mots, les formulations et sur la culture générale car au delà de tout ça on peux souligner l’intelligence et le savoir de cet auteur qui délivre selon moi , un ouvrage de taille, qu’il est difficile de laisser de côté.

    A peine commencé que l’on veux tout savoir, sans jamais s’arrêter une seule seconde, découvrir l’infime par d’humanité dans ce décor sombre. En parlant d’horreur et de macabre ce roman ne ressemble à aucun autre. D’une part car chacun de ses ouvrages ne se ressemblent pas, mais aussi parce que dans cet opus une ouverture est faite sur son roman : LA MANUSCRIT INACHEVE.

    Une légère pression et une satisfaction immense en découvrant qu’au travers d’un ouvrage, un lien est fait, une parenthèse et un rattachement unique qui donne au roman, un sens exquis et pas dès moindre.
    J’ai perdu la notion de l’espoir…

    Mon cœur à été saisi au cours de cette lecture par un final de taille dans lequel j’ai perdu tout espoir, celui de voir une fin qui me procure un sourire bienveillant. Mais non. Impossible car l’humain est ainsi et comme le décrit très bien ce roman à travers ce récit, les humains non pas de cœur. Ils agissent, se font payer, manipuler pour une poignet de reconnaissance.

    Le suspense est à son maximum, aux portes des abysses, l’enfer nous ouvre son monde pour n’avoir en retour que des cadavres. C’est toujours comme ça que se passe et c’est toujours quand je crois connaître la fin, le dénouement que le maître revient frapper.

    Comme un coup de massue, une œuvre d’art, la fin est livré avec une reflet, une petite étincelle qui brille dans le cœur d’un dès personnages… du moins c’est ce que l’on penser… Car la « NOTE DE L’AUTEUR » vous rase sur son passage et vous offre un coup de cœur inévitable !

  • Aude Lagandré 7 juin 2020
    Il était deux fois - Franck Thilliez

    Sagas avril 2008, quelque part en Haute – Savoie. Une jeune fille disparaît, lors de son entraînement de vélo. Son père, Gabriel Moscato, lieutenant de gendarmerie, ne cessera jamais de la chercher durant les 15 jours suivants. Épuisé par ses recherches, il finit par s’endormir dans un hôtel, chambre 29, où Julie, sa fille, a travaillé durant l’été. Il se réveillera, chambre 7 « tétanisé face à son double », « lui, en beaucoup plus vieux. » Nous sommes le 10 avril 2020, soit 12 ans plus tard. Le trou noir complet, Gabriel ne se souvient de rien, il souffre d’une amnésie psychogène atypique : il est resté « prisonnier du passé. » Ce phénomène purement psychologique est « un moyen de fuir une insupportable réalité, un traumatisme. Quelque chose d’extrêmement violent qui, à un instant précis de votre vie, a poussé votre esprit à verrouiller les portes, pour se protéger lui-même. » Que s’est-il passé de si terrible dans sa vie pour que son cerveau se bloque dans ce mode d’autoprotection ?

    Nous sommes nombreux à penser que la scène d’entrée d’un thriller est primordiale et qu’elle doit être magistrale. Dans ce domaine, Franck Thilliez n’a plus rien à prouver : une accroche spectaculaire, très cinématographique, qui me fait désormais claquer des dents quand je vois passer un étourneau. L’ambiance est très anxiogène, glaçante, et suscite immédiatement une forte tension : la vallée de Sagas enferme sa population, l’absence de soleil, phénomène appelé “mort noire”, pendant plusieurs semaines, due à la géographie accentue cette forme d’emprisonnement. Thilliez est un des grands maîtres dans la mise en place de ce genre d’atmosphère.

    Mais, ce que je veux souligner, puisqu’il serait criminel de développer davantage l’intrigue, c’est cet enthousiasme extraordinaire de l’auteur qui construit son histoire, et sa jubilation intense qui transpire à chaque page. Franck Thilliez s’éclate et ça se sent. Il exulte à l’idée de pousser son lecteur dans l’expectative, en l’obligeant à relever le moindre indice, plaque d’immatriculation, nom des personnages, recherche de palindromes, une vraie partie d’échecs s’engage entre son lecteur et lui. « Un vrai roman est un jeu d’illusions, tout est aussi vrai que faux, et l’histoire ne commence à exister qu’au moment où vous la lisez. » Nous devenons tous des Sherlock Holmes en herbe, et à la fin, il nous piège quand même. Cette exaltation, cette jubilation de l’écrivain qui prend encore du plaisir, montre que Franck Thilliez, dont l’imagination est toujours aussi fertile n’en a pas encore fini avec nous. Ce roman est un cadeau truffé de surprises, la version papier étant une manne.

    Je pourrais vous dire des tas de choses sur « Il était deux fois », j’ai environ 8 pages de notes. Je vous conseillerai seulement d’ouvrir grands vos yeux et vos oreilles et de savourer ce roman exceptionnel sous bien des aspects. Outre la mécanique parfaitement orchestrée, le suspens savamment dominé, ce roman offre tellement plus que cela.

    C’est un roman artistique : on y parle de peinture (ressemblances avec des toiles de Goya – présence de Caravage), de littérature, il y est fait mention de grands noms d’écrivains, notamment de romans policiers.

    C’est un roman sur les faux-semblants : les doubles et les miroirs.

    C’est un roman sur la mémoire, de belles réflexions sur le temps passé et le temps perdu, mais aussi sur la reconquête de soi. « Il était pareil au prisonnier qui affronte la liberté après des années de réclusion, redécouvre des visages changés, un monde différent, et se rend compte que ce temps compte, que ce temps perdu entre quatre murs ne pourra jamais lui être restitué. »

    C’est un roman sur l’amour filial (entre Gabriel et Julie, et entre Paul et Louise)

    C’est un roman sur l’amitié (celle du passé, et celle à reconquérir) « Depuis le retour de Moscato, les vieux secrets crasseux de Sagas remontaient à la surface »

    Et c’est évidemment un roman truffé d’énigmes, comme vous l’avez compris.

    « Il était deux fois » ressemble à une faille spatio-temporelle sur fond de « Highway to Hell » dans laquelle le lecteur serait tombé, un peu comme Moscato. Les personnages centraux sont charismatiques, les personnages secondaires angoissants et les personnages absents, très présents. Il s’agit d’un roman construit grâce à une intrigue à tiroirs, parfois même sous forme de poupées russes : plus vous croyez avoir de certitudes, plus Franck Thilliez ouvre de nouvelles boîtes déployant ainsi de nouvelles pistes. Il faut savoir faire preuve d’un peu de « Sagasité » pour tout décoder…

    Ultime surprise, cerise sur le gâteau : il fait de nombreux cadeaux à sa fan base, mais il vous faudra les découvrir. Oui, on peut lire un thriller de cet acabit et sourire. Un sourire qui dit merci, un clin d’œil de reconnaissance pour un si jouissif moment de lecture.

  • L’atelier de Litote 15 juin 2020
    Il était deux fois - Franck Thilliez

    Je termine à peine ma lecture et je suis encore sous le charme de ce livre. De mon point de vue, il sera encore meilleur en ayant lu auparavant, Le manuscrit inachevé, pour comprendre plus aisément, le jeu auquel l’auteur nous convie. Julie, dix-sept ans disparaît et son père Gabriel Moscato, lieutenant de gendarmerie cherche désespérément une piste à suivre pour comprendre ce qui s’est passé. Un jour, il se réveille dans une chambre d’Hôtel avec un trou de douze ans, nous ne sommes plus en 2008 mais bien en 2020. Il ne garde aucun souvenir de ce laps de temps, qu’il va lui falloir remonter petit à petit. Pourra-t-il compter sur celui qui était son meilleur ami en 2008, le capitaine Lacroix ? Rien n’est moins sur, le temps à fait son œuvre et plus rien ne semble comme avant. Ces deux personnages ont su me toucher par leurs fichus caractères et les défis qu’ils sont amenés à relever. On ne peut qu’apprécier les pistes choisies par l’auteur pour nous faire toucher du doigt la vérité. Un dédale de mensonges et de faux-semblants qui sont orchestrés dans une ambiance glauque et noire. En suivant Moscato, on se retrouve comme dans un jeu de poupées russes, chaque découverte en entraîne une autre. Pour pimenter un peu plus, on retrouve toutes les ruses de l’auteur qui ne ménage pas nos émotions. Une intrigue avec un côté tragique qui nous fera voyager de la Savoie jusqu’en Pologne, les Carpates vous connaissez ? Brr, rien que le nom me donne le frisson. J’ai trouvé ce roman bien construit, ingénieux et riche en références de toutes sortes mais surtout, je ne regarderais plus un tableau comme La mort de Marat de la même façon. L’art apparaît comme un révélateur de la folie humaine, à tel point que j’en suis restée saisie. Vous l’aurez compris ce fut un coup de cœur. Bonne lecture.
    http://latelierdelitote.canalblog.com/archives/2020/06/15/38341145.html

  • Annesophiebooks (Les lectures d’Anne-Sophie) 21 juin 2020
    Il était deux fois - Franck Thilliez

    Franck Thilliez revient cette année avec un thriller absolument diabolique qui va très longtemps faire parler de lui.

    Il Était Deux Fois regroupe tous les critères du pur thriller, et a l’énorme avantage d’y associer les larges connaissances de l’auteur sur tout ce qui touche aux mécanismes de la mémoire, mais également aux différentes techniques de police scientifique.

    Le style de l’auteur est toujours aussi efficace, le rythme, lui, est encore plus soutenu que dans tous ses précédents romans, et les personnages profonds et complexes à souhait.

    L’intrigue est tout bonnement saisissante, et ferre le lecteur dès les premières pages pour ne plus le lâcher.

    Comme souvent, Franck Thilliez s’amuse avec ses lecteurs en semant tout au long de sa trame des références et autres indices déguisés, ce qui fait de ses romans, et de celui-ci en particulier, une lecture à multiples niveaux.

    À ce sujet, il me semble important de souligner le lien étroit qui unit Il Était Deux Fois à l’un de ses précédents titres : Le Manuscrit Inachevé.
    Bien que ce nouvel opus puisse sans aucun problème être lu indépendamment, je ne peux que vivement vous conseiller d’avoir lu Le Manuscrit au préalable. Il ne s’agit pas ici d’une suite à proprement parler, mais l’auteur a créé un arc narratif très particulièrement dont vous apprécierez d’autant plus l’expérience (l’excellente expérience !) si vous détenez les multiples références faites au Manuscrit.

    En dire plus serait un crime, je ne peux donc que vous dire que ça a été un véritable coup de cœur, vous conseiller de vous procurer Il Était Deux Fois au plus vite, et de prévoir une absence quasi totale de vie sociale durant sa lecture.
    Ce qui de toute façon ne durera pas très longtemps, puisqu’une fois commencé il est impossible à lâcher et que ses 500 pages défilent à la vitesse de la lumière.

    Enfants disparus, pluie d’oiseaux morts, pertes de mémoires, enquête trépidante, faux semblants et vrais méchants, Il Était Deux Fois réunit tous les éléments d’un thriller terriblement percutant.

    Efficace, addictif, diabolique. Les trois meilleures raisons qui soient de vous précipiter sur ce thriller hors-normes.
    Un titre à savourer sans modération !

  • lesmotsquilient 22 juin 2020
    Il était deux fois - Franck Thilliez

    𝚄𝚗 𝚖𝚘𝚝 : 𝙶É𝙽𝙸𝙴 •

    J’ai longuement réfléchis à comment écrire cette chronique. Comment parler du génie qui se dégage de ce livre ? Chaque lecture est unique. Chaque lecture est une surprise. Chaque année, c’est le meilleur bouquin. Chaque année, il fait encore mieux. C’est une écriture intense qu’on déguste, qu’on savoure & dont on ne se lasse pas. Pour ce livre, le talent est encore là, partout, derrière chaque page, chaque indice, chaque illusion. J’ai fermé le livre à 2h am & mon cerveau était ébullition. J’aurais encore pu rester des heures à chercher, théoriser le moindre indice laissé par l’auteur. L’intrigue, le fond de l’histoire, vous emporte jusqu’à la fin, dans un suspens haletant qui comme à chaque fois, vous surprends jusque dans les moindres détails. Cerise sur le gâteau ? Même la forme devient une énigme. On décortique chaque mot, on fait des hypothèses toutes plus folles les unes que les autres & on reste ébahie devant un livre qui a encore tous ses secrets (ou presque). Vous l’aurez compris, je suis convaincue jusqu’au bout des ongles, j’ai déjà hâte d’être en 2021. Merci, merci pour ces moments de lecture unique @franckthilliez . En quelques mots pour l’histoire, 2008, la fille de Gabriel, lieutenant de gendarmerie disparait sans laisser de trace. Une enquête s’instruit, Gabriel se retrouve à l’Hôtel de la falaise, pour regarder les registres. Il s’endort épuisé. Se fait réveiller par un décor macabre de milliers d’oiseaux qui tombent raides morts du ciel. Se rendort de nouveau. Se réveille en 2020, une chambre en dessous, avec une faille temporelle de 12 ans, sans aucun souvenir des dernières années. Aie, problème. Gabriel s’engage à corps perdu dans l’enquête de la disparition de Julie, mais aussi dans une recherche perpétuelle des souvenirs perdus. Une quête de sens pour tout ce que la vie lui a pris. Je n’en dirais pas plus. Je n’ai qu’un conseil à donner : lisez🖤

    𝙴𝚗 𝚎𝚡𝚙𝚛𝚎𝚜𝚜 : 𝑴𝒐𝒏 𝒄𝒐𝒏𝒔𝒆𝒊𝒍 : 𝑳𝒊𝒓𝒆 « 𝑳𝒆 𝑴𝒂𝒏𝒖𝒔𝒄𝒓𝒊𝒕 𝑰𝒏𝒂𝒄𝒉𝒆𝒗é » 𝒂𝒗𝒂𝒏𝒕. 2 𝒗é𝒓𝒊𝒕𝒂𝒃𝒍𝒆𝒔 𝒄𝒂𝒔𝒔𝒆-𝒕ê𝒕𝒆𝒔, 𝒊𝒏é𝒗𝒊𝒕𝒂𝒃𝒍𝒆𝒎𝒆𝒏𝒕 𝒍𝒊é𝒔, 𝒅𝒐𝒏𝒕 𝒗𝒐𝒖𝒔 𝒏𝒆 𝒓𝒆𝒔𝒔𝒐𝒓𝒕𝒊𝒓𝒆𝒛 𝒑𝒂𝒔 𝒊𝒏𝒅𝒆𝒎𝒏𝒆.

  • poppy 23 juin 2020
    Il était deux fois - Franck Thilliez

    Comme toujours on est pris par l’histoire et ses personnages de caractère dès les premières pages et on a du mal à lâcher le livre tant on veut connaître la fin.
    Comme toujours Franck Thilliez réussit à nous embarquer dans son monde plein de noirceur.
    Comme toujours on ne voit pas venir le dénouement.
    Merci !

  • Killing79 25 juin 2020
    Il était deux fois - Franck Thilliez

    Entrer dans un livre de Franck Thilliez, c’est la garantie de ne pas le lâcher avant d’avoir lu la dernière ligne. Les pages défilent dans de courts chapitres qui sont autant de rebondissements. Son travail de recherche est à chaque fois titanesque pour créer une toile narrative complexe mais toujours contrôlée. Il nous balade dans toutes les directions avant de nous achever avec une fin inattendue. « Il était deux fois » ne déroge pas à la règle.

    Comme d’habitude, l’auteur nous entraîne dans une enquête sombre, dans les méandres de l’âme humaine. L’ambiance est noire, les personnages torturés, vous ne trouverez rien de réjouissant. Les scènes gores et les péripéties se succèdent pour créer une expérience haletante. Avec une plume simple et agréable, l’auteur ne perd jamais de vue son objectif principal : l’efficacité.

    Ce volet, présenté comme un one-shot, est en fait un complément du « manuscrit inachevé ». Cette histoire vient se greffer sur la précédente pour l’étoffer et engendrer ainsi une nouvelle œuvre. Mais là où l’auteur est vraiment brillant, c’est qu’il réalise même la prouesse d’embellir le premier épisode avec l’apport du second ! Il faut dire que j’avais trouvé ce dernier plutôt basique pour un thriller et je n’avais pas été emballé par les “intrigues pour le lecteur“. Telle la pièce manquante d’un puzzle, ce nouveau volume apporte donc une autre dimension à l’histoire, en achevant l’inachevé.

    Même si à mon goût, il utilise trop souvent l’amnésie d’un des personnages pour construire son intrigue, l’auteur est au sommet de son art. On reconnaît son style, sa méthode, mais comme il sait se renouveler, le résultat est toujours sensationnel. Franck Thilliez a su modeler son statut d’écrivain à succès grâce à son travail et son investissement qui transpirent de ses romans. Il ne se moque pas du lecteur… alors on en redemande !

    http://leslivresdek79.com/2020/06/25/564-franck-thilliez-il-etait-deux-fois/

  • LeahBookAddict 1er juillet 2020
    Il était deux fois - Franck Thilliez

    MAGISTRAL
    J’ai surkiffé ce roman, je ne ferais pas dans l’originalité on est beaucoup dans ce cas la 😆
    J’ai bouffé ce livre, il est addictif comme pas possible, tordu, bien orchestré, l’enquête est géniale, les personnages toujours bien construit et le mystère plane au dessus de nous pendant tout le roman ❤
    Je me suis régalée !
    A noter qu’il est préférable d’avoir lu Le manuscrit inachevé pour kiffer à 100% ce bijou !

  • coco 3 juillet 2020
    Il était deux fois - Franck Thilliez

    Super roman. Franck Thilliez nous envoie en arrière et reviens dans le présent face à un père qui ne lache rien pour retrouver sa fille

  • CaroS 7 juillet 2020
    Il était deux fois - Franck Thilliez

    C’est avec un plaisir indescriptible que je me suis plongée en avant-première dans le nouveau Thilliez. Quel bonheur de retrouver mon auteur fétiche ! Une fois de plus je ne suis pas déçue. Une pépite ! Un chef d’oeuvre littéraire !

    Une intrigue construite fil par fil comme une araignée tissant sa toile. Un récit précis, documenté. Rien n’est laissé au hasard. Des personnages peints trait par trait, des personnalités fortes, blessées par la vie… qu’il faut apprendre à découvrir.

    Une enquête de haut vol, on progresse dans toutes les directions, perdu dans la brume qui brouille la mémoire de Gabriel. Qui est-il devenu ? Qu’a-t-il fait durant ces douze années ?

    Les pages filent, vite, trop vite… Et sans qu’on s’y attende le coup de maître de l’auteur… Mais chuuuut… je ne peux rien vous dire…

    On ne peut s’empêcher de regarder le nombre de pages restantes… La fin approche, déjà. La même sensation ressentie lors d’un concert quand d’un coup d’oeil à la montre on se rend compte que la fin n’est plus loin, que tout va s’arrêter, que ce moment hors du temps va prendre fin… Et bien ici c’est pareil… la fin est là, magistrale. Le rideau tombe et avec lui le vide, immense… C’est déjà fini…500 pages d’angoisse, de doute, de larmes… Une claque littéraire… que lire après ça ? Bravo M. Thilliez et vivement le prochain !

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.