Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Fermer les yeux - Antoine Renand

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

30 #AvisPolar
8 enquêteurs
l'ont vu/lu
5 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

2005. Dans un village perché d’Ardèche, la petite Justine, sept ans, disparaît.
Rapidement, les habitants s’organisent et lancent des battues dans la nature environnante.
Les recherches se prolongent jusque tard dans la nuit mais ce n’est qu’au petit matin que le gendarme Tassi découvre quelque chose…

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Vos #AvisPolar

  • Aude Lagandré 17 mars 2020
    Fermer les yeux - Antoine Renand

    L’année dernière presque à la même période, je vous parlais de l’entrée fracassante dans le monde du noir d’Antoine Renand. Avec « l’empathie », il avait marqué mon esprit en développant des thématiques questionnantes, et intéressantes autour d’une trame très bien ficelée. Figurez-vous qu’il remet ça cette année, avec « Fermer les yeux ». Chronologiquement, « Fermer les yeux » siégeait déjà dans les pensées de l’auteur bien avant « l’empathie », même s’il est publié après. L’histoire a été écrite en 2005 sous la forme d’un scénario : cela devait devenir un film. Et puis, les hasards de la vie en ont décidé autrement. Cela veut dire qu’Antoine Renand n’a pas été obligé de faire de concession, que son texte est celui qu’il voulait qu’il soit et que le résultat est à la hauteur de ses attentes. Qu’en est-il des nôtres ?

    Même si ce roman est finalement antérieur à « l’empathie », il est pour moi bien plus abouti, et sur de nombreux points. D’abord, j’ai senti un gros travail sur la trame de fond, peut-être inspiré d’un fait divers réel, peut-être de plusieurs. C’est extrêmement documenté, les références à d’autres tueurs en série sont peaufinées et cela renforce la crédibilité du récit. Ensuite, et c’est là pour moi un point déterminant, Antoine Renand a effectué un remarquable et saisissant travail sur les personnages. Les trois protagonistes principaux, Dominique Tassi le gendarme retraité, Nathan Rey l’écrivain spécialisé en criminologie et Emma Marciano l’avocate sont assurément parfaitement dépeints psychologiquement parlant. Le lecteur entre littéralement dans leurs têtes : c’est à mon sens suffisamment réussi pour que cela soit souligné. Pour moi, c’est un point capital dans un thriller : il ne s’agit pas seulement de soigner l’intrigue, il faut également que les personnages contribuent à la servir. C’est le cas ici.

    Enfin, et c’est le grand plus que j’attends en ce moment dans mes lectures, il faut que l’auteur développe des thématiques sociétales qui m’apportent de réelles réflexions durant ma lecture, même s’il s’agit, à la base, de pur divertissement. Antoine Renand a aussi eu cette intelligence-là : la force des mots, des personnages charismatiques qui servent des scènes quasi cinématographiques et des questionnements centraux qui font cogiter le lecteur.

    Sans rentrer dans un résumé précis du roman que je préfère vraiment vous laisser découvrir, j’en ai trouvé plusieurs très intéressants. Les dires d’une personne victime d’une addiction sont-ils crédibles ? Les doutes et les certitudes professionnelles qui gravitent autour de Tassi posent beaucoup de questionnements sur ses propos et sur ses actions. Quelles sont les conséquences de couvrir une faute grave pour le responsable de la faute en question ? Est-ce une façon de l’aider ? Une forme d’absolution ? Un encouragement à continuer dans ses errements ? L’empathie (on en revient finalement toujours au premier roman) est-elle finalement synonyme d’absolution ? Dans la première partie du roman, très dense, très psychologique, beaucoup d’informations sont données sur la nature de certains actes ou de certains comportements. On pourrait y voir des longueurs, mais elles servent considérablement l’évolution de l’intrigue et des personnages dans la seconde partie. Antoine Renand a pris son temps, il a fait preuve d’un considérable souci du détail, n’a rien laissé au hasard. La mécanique se met lentement en place, elle devient tourbillon, puis implacable rouleau compresseur qui n’existe que pour niveler un fondamental besoin de rédemption. Car, la rédemption est bien le cœur du roman : se regarder en face, accepter de s’être trompé, devenir le « seul contre tous », braver sa hiérarchie.

    Enfin, ce livre pose la question de la justice et de l’erreur judiciaire. Ma fille de 10 ans qui visitait très récemment un tribunal m’a répétée que le juge avait dit aux enfants qu’il ne se trompait jamais, car il n’était pas seul à juger… Je vous laisse apprécier une telle affirmation… « Les magistrats, tout en haut, qui pensent que la justice ne peut pas se tromper ; ou alors que, quand elle se trompe, il vaut mieux ne pas le dire, car l’admettre aurait des conséquences plus fâcheuses que la révision. » Toute puissante justice dépourvue de doute, bénie sois-tu ! Je souligne la brillante analyse sur la loi de proximité en fin de roman.

    Antoine Renand l’aborde par deux prismes. D’abord en tentant d’imaginer ce que fait la justice quand elle se trompe, puis en développant le discrédit que cela jette sur les enquêteurs qui ont rapporté à la justice des preuves contribuant de la prononcer. Enfin, les questions posées sur la relation justice-médias sont très pertinentes « Elle dit qu’un grand procès se gagne à soixante-dix pour cent dans les assises, à trente pour cent dans les médias. »

    « Fermer les yeux » porte bien son titre, vous comprenez rapidement pourquoi, votre conscience sera certainement taraudée. Le lecteur entrevoit la patte du scénariste qui choisit de privilégier une balade à travers les époques pour mieux construire son intrigue, de ne pas forcément favoriser l’unité de lieu et de beaucoup miser sur le charisme de ses personnages qui portent littéralement l’histoire. Le second roman est souvent le plus difficile à écrire, celui que le lecteur attend au tournant pour mesurer ce que l’auteur a dans le ventre. Pas d’inquiétude à avoir concernant Antoine Renand : il signe ici un deuxième opus diablement efficace.

    Je remercie les éditions Robert Laffont et la Bête Noire de leur confiance.

  • Lisez.du.polar 22 mars 2020
    Fermer les yeux - Antoine Renand

    ⭐️🖤🖤🖤⭐️

    Essai transformé pour Antoine Renand qui, après le succès retentissant de L’empathie l’hiver dernier (coup de 🖤 2019), confirme tout son talent avec un second roman très abouti et très certainement plus intimiste.

    Le point fort de Fermer les yeux, outre une intrigue bien ficelée et richement documentée, ce sont ses personnages, profondément humains. Loin des caricatures du genre, Antoine s’attache à faire évoluer ses personnages au gré de leurs forces, de leurs faiblesses, dans un univers où les frontières entre le bien et le mal, la vérité et le mensonge sont souvent ténues. Comme pour L’empathie, c’est alors un flot d’émotions qu’il faut gérer, parfois endiguer, tout au long de la lecture. En ça, Antoine est un vrai magicien.

    Il l’explique : Fermer les yeux plonge ses racines dans l’imaginaire de l’auteur il y a 15 ans. Du scénario au roman, Antoine Renand y a sans doute mis une grande part de lui. Bourg-en-Bresse, ses origines. Le cinéma, sa passion (et la cinéphile que je suis n’est pas restée insensible aux nombreuses références cinématographiques) 😉

    Essai transformé donc, pour un auteur au talent incontestable, devenu pour moi incontournable sur la scène de la littérature noire. Un nouveau coup de 🖤 pour sa plume et l’attente déjà d’un prochain roman.

    Enfin, je terminerai cette chronique par un clin d’œil. On le sait, un livre, c’est un auteur et souvent un long travail de création. Mais c’est aussi un éditeur et le travail de l’ombre pour porter le livre jusqu’à son lecteur. Et si depuis plusieurs mois la collection La Bête Noire s’est imposée sur mon étagère coup de cœur, avec Antoine Renand, Patrice Guirao, Daniel Cole et je l’espère bien d’autres, Glenn Tavennec n’y est sûrement pas étranger. Merci Glenn 😘

  • Emysbook 24 mars 2020
    Fermer les yeux - Antoine Renand

    L’auteur nous laisse avec seulement ce simple résumé pour nous embarquer dans 450 pages d’un thriller devenu un énorme coup de cœur. Je n’avais pas lu son premier roman "L’empathie" et j’avoue que je regrette, pire même je m’en veux. Comment j’ai pu passer à côté d’un auteur aussi prometteur que lui ??

    Dès le début de l’enquête quand on rencontre l’adjudant Tassi on ne se doute pas de ce qui va se dérouler 430 pages plus tard un thriller machiavélique orchestré par des personnes agissants dans l’ombre depuis trop longtemps.

    Le personnage de Tassi est désagréable mais pourtant on sent une sincère sensibilité voulu par l’auteur. Tassi ce flic que personne ne porte vraiment dans son cœur à priori, qui a vécu une dès pires choses au monde et qui se retrouve à boire au fond des bars. Une cible facile, beaucoup trop influençable.

    Une enquête qui se déroule en huis-clos. J’ai idolâtré la mise en scène et l’ambiance dans laquelle Antoine Renand m’a plongé pour son thriller. On découvre différents villages, différents secrets de sociétés qui sont effacés sans réelle informations. De quoi donner au lecteur le doute. Le doute face au tueur, le doute face à une personne sans cœur qui use de toute son atrocité et qui agit sans une once d’humanité. Ce thriller nous expose au fait que nous avons tous droit à l’erreur ; Le nombre d’erreur judiciaire est considérable. Bien sûr pour nous rassurer il faut un coupable idéal, une personne portant le portrait parfait.

    Et pourtant c’est dans un suspense, dans une intrigue, dans une machination sans nom que tous les éléments de l’enquête se coordonnent pour nous plonger un peu plus dans la cruauté et la haine. Parce que de la haine j’en ai ressentis considérablement. Page après page j’avais moi même envie d’être Tassi l’adjudant, Nathan le jeune auteur ou bien Emma l’avocate. J’avais envie de découvrir et de débusquer l’auteur de ces crimes.

    La fin est une claque, plus que ça, elle marque, elle n’oublie pas, elle laisse des traces, dans une mémoire, chez une personne et dans une âme mais plus que ça la fin laisse une place dans ma bibliothèque des coups de cœur. Arriver à livrer à la lectrice maniaque que je suis, une fin comparable à celle-ci c’est avoir un grand talent. Nul mot ou texte ne définit la jubilation que j’ai d’avoir Antoine Renand dans ma bibliothèque.

  • Mouchemike 30 mars 2020
    Fermer les yeux - Antoine Renand

    Que dire quand on retrouve la plume d’Antoine Renand, si ce n’est préparez vous à une nuit blanche.

    Une nuit blanche, OUI mais pour plusieurs raisons. La première c’est que vous ne pourrez pas dormir tellement vous aurez envie de lire de nouveaux chapitres et pénétrer plus en profondeur l’âme des protagonistes. La deuxième est que l’écriture de ce livre va vous coller des frissons et vous triturer les méninges, vous glacer le sang et vous rendre dingue.

    Voilà ce qui fait un bon thriller à la sauce Antoine Renand.

    Pour ce nouveau roman, nous allons plongé dans la tête d’un gendarme aigri et fatigué de la vie, la mort de sa fille l’a complètement bouleversé, sa vie n’est du tout la même, il sombre dans l’alcool depuis cette époque.

    Un évènement tragique va venir s’insinuer dans la gendarmerie dans laquelle il bosse. La disparition d’une petite fille de 7 ans dans d’horribles circonstances va venir le torturer d’avantage.

    Voilà vous l’aurez compris, avec ce livre il va vous falloir un cœur en pleine forme, un estomac en bonne santé et surtout vous allez plonger dans un univers où rien n’est gagné d’avance, où tout est complexe et surtout où la vérité est souvent plus compliqué que ce que l’on pourrait croire. Un véritable coup de CŒUR pour moi pour ce livre fracassant.

  • Ju lit les Mots 3 avril 2020
    Fermer les yeux - Antoine Renand

    L’auteur avait mis la barre bien haute avec son premier opus, « l’Empathie », il ne prenait pas de gants pour décrire l’horreur dans toute sa splendeur, en nous faisant passer, de la tristesse, de l’empathie à l’incompréhension, à la rage. Avec « Fermer les yeux », on est un cran au-dessus et on retrouve un petit clin d’œil au titre de son premier livre, puisque l’empathie est beaucoup plus présente ici.

    Antoine Renand, ne perd pas de temps et nous plonge, dès le prologue dans l’horreur, et cela de manière très visuelle. Dominique Tassi, gendarme, s’endort au volant de sa voiture, bercé par la fatigue et le trop plein d’alcool… Il est accompagné de sa fille, qui n’en sortira pas vivante. Au fil des pages, on découvre un Tassi, rongé par la culpabilité, qui va tout perdre et se noyer un peu plus dans l’alcool, tout en essayant de ne pas perdre pied au niveau du boulot. Sa hiérarchie n’a pas voulu ajouter à son malheur et a couvert son alcoolisme…

    « Fermer les yeux » a été écrit bien avant « l’Empathie », sous forme de scénario, j’étais donc très curieuse et impatiente. Les premiers jets d’écrivain sont parfois moins bien peaufiné… Pourtant, ici, c’est loin d’être le cas, j’ai même trouvé que l’écriture de l’auteur était beaucoup plus aboutie, avec une intrigue plus fine et plus travaillée, sans pour autant mettre de côté les personnages.

    L’auteur maîtrise l’art du thriller psychologique avec ce soin apporté aux personnages qui prennent vie au fil des lignes, grandissent au fil des pages, pour finir par nous bluffer complètement ! Les personnages principaux deviennent nos compagnons, mais les secondaires ne sont pas en reste. On s’attache aussi bien à leur faiblesse qu’à leur force, au point de ressentir leurs pensées les plus profondes, même celles qui ne sont que suggérées, chaque détail apportant son lot de réponses… La suggestion fonctionne, aussi bien que les descriptions très visuelles. Le tout, porté par une plume ciselée, qui ne se perd pas en descriptions futiles venant noyer l’intrigue.

    L’auteur, entretien le suspense jusqu’à la toute fin, on pense que tout se termine, mais c’est sans compter sur le retournement de situation, avec ce final étonnant et détonnant, que l’on effleure du bout des doigts, sans jamais l’imaginer, je n’ai rien vu venir, même si je me suis posée des questions, à chaque fois, l’auteur m’entraînait ailleurs, pour me perdre…

    L’auteur ne se contente pas d’un simple thriller, puisque comme dans « l’Empathie », il aime glisser une thématique sociétale, notamment sur l’appareil judiciaire en France, mais surtout, sur la place de victime d’erreurs judiciaires. Il fait, à travers l’analyse d’un de ses personnages, une fine analyse du lien entre justice et médias. Tout se joue à la télé ! On pourrait presque y croire, même si au final, on comprend bien que c’est, ici, la justice que l’on juge.

    On admire la singularité de l’intrigue et son traitement. Un deuxième livre qui confirme le talent de l’auteur, que l’on retrouve dans les plus petits détails, notamment avec le titre qui prend tout son sens et sa saveur n’en devient que meilleure…

    https://julitlesmots.com/2020/03/31/fermer-les-yeux-de-antoine-renand/

  • Piùma 12 avril 2020
    Fermer les yeux - Antoine Renand

    « 𝐋𝐚 𝐩𝐫𝐨𝐛𝐢𝐭é 𝐧𝐞 𝐯𝐚 𝐩𝐚𝐬 𝐭𝐨𝐮𝐣𝐨𝐮𝐫𝐬 𝐝𝐞 𝐬𝐨𝐢, 𝐜’𝐞𝐬𝐭 𝐮𝐧𝐞 𝐝𝐢𝐬𝐜𝐢𝐩𝐥𝐢𝐧𝐞. »
     
    Je remercie Babelio et les éditions Robert Laffont pour l’envoie du roman d’Antoine Renand. J’ai pu enfin faire la connaissance de la plume de cet auteur et NOM DE Dieu ! Je crois que j’ai du être en apnée tout au long de cette lecture ! J’en ai encore les battement de mon cœur qui tambourinent furieusement contre ma poitrine, d’ailleurs je me demande comment celui là est parvenu à rester accroché face à une intrigue pareille !
    .
    J’ai rarement lu de thriller où la tension est tendue à son extrême de la première à la dernière page. Je me suis sentie électrisée par l’angoisse du début à la fin, j’ai tremblé, j’ai tressailli et la nausée n’était pas loin. Fermer les yeux ici, c’est laisser libre cours à une imagination qui ne cesse de tourbillonner en une ritournelle assez glauque.
    .
    J’ai trouvé l’ intrigue habilement menée et complexe, là où le bien et le mal semblent se confondre de façon diabolique et abjecte. La psychologie des personnages est remarquable et certaines personnalités n’hésitent pas à violer la morale, et côtoient le summum de la perversité ( d’ailleurs attention, certains passages peuvent heurter les plus sensibles).
    Le trio que forment Nathan, Dominique et Emma ne s’attend pas à affronter un tel prédateur. Mais ensemble, ils vont unir leurs forces et leurs failles pour aller débusquer le monstre dans sa tanière. Cependant, toute cette enquête n’est qu’un maillon qui n’a pas fini de livrer toute sa chaîne d’horreur.
    .
    Le lecteur est comme un spectateur bâillonné, qui assiste impuissant au film de l’horreur qui se joue devant lui.
    La tension en est à son paroxysme quand l’auteur nous assène le dernier coup de crosse avec un dénouement fracassant que je n’ai pas vu venir.
    .
    Pour moi ce roman répond à tous les critères d’un excellent thriller, j’étais à la fois avide de connaître la vérité et à la fois pressée de sortir de cette histoire sordide, malaisante et anxiogène. En tout cas, je vais avoir beaucoup de mal à « fermer les yeux »cette nuit...

  • unevietoutesimple 12 avril 2020
    Fermer les yeux - Antoine Renand

    J’ai tourné les pages sans les voir défiler tellement je me suis plongée dans cette histoire. J’ai apprécié l’intrigue ainsi que les nombreux rebondissements dont le dernier que je n’ai absolument pas vu venir.

    Qu’est-ce qui pousse Tassi, ancien alcoolique au passé on ne peut plus lourd, à vouloir autant démontrer l’innocence de Gabin alors que c’est lui qui lui a soutiré ses aveux ? Cette question, je me la suis posée tout au long de ma lecture et puis il y a cet homme, intriguant, qui cherche à l’éliminer. Quel est le lien avec l’affaire ?

    Nathan, jeune écrivain dont on va découvrir l’effroyable histoire, va lui apporter de l’aide grâce à sa connaissance sur les tueurs en série et une amitié au sein de la police qui lui sera d’une grande utilité.

    Et puis, il y a cette brillante avocate qui se démène pour prouver que Gabin a été victime d’une erreur judiciaire.

    Mais je me suis surtout attachée à Gabin. C’est un personnage qui m’a beaucoup touchée de par ses failles et l’acharnement qu’il subit. Je dois dire que pendant ma lecture, je ne savais pas quoi penser, par moments j’étais convaincue de son innocence mais des petites choses me faisaient douter (comme cette histoire du chien pour appâter la petite Justine). J’avais hâte d’arriver à la fin du roman afin de connaitre l’issue du procès.

    J’ai regretté, par contre, la relation entre deux personnages. Pourquoi les auteurs se sentent-ils régulièrement obligés d’ajouter une relation sentimentale entre deux de leurs protagonistes ? La plupart du temps, cela n’apporte rien à l’intrigue et c’est, à mon avis, le cas ici.

    Et il y a ce titre “Fermer les yeux” que je ne comprenais pas et puis à la fin tout s’est éclairé. Cet acte qui peut sembler anodin peut avoir des conséquences dramatiques, q’importe que cette action de fermer les yeux soit volontaire ou non, elle risque de changer le cours de vies…

  • bookliseuse 13 avril 2020
    Fermer les yeux - Antoine Renand

    2005- L‘adjudant Tassi perd sa fille lors d’un terrible accident de voiture. Il sombre alors dans une profonde dépression et dans l’alcool. Sa femme finie par le quitter, seul son fils lui permet de tenir. Sa vie vient de basculer à jamais.

    La petite Justine, disparaît. Tout le petit village d’Ardèche où elle vit se mobilise pour essayer de la retrouver. Par hasard, Tassi, fait une macabre découverte, Gabin Lepage, tient dans ses bras, sans vie, la petite Justine. Tout l’accuse, et son comportement d’érudit ne fait rien pour l’aider. Il sera condamné.

    2019 – Retraité depuis 2 ans, Tassi vit seul en reclus. Sa retraite va prendre un autre chemin, quand, il est abordé un terrible meurtre au journal télévisé. Il décide de ce pas de se rendre à Bourg-en-Bresse dans l’ain afin d’enquêter sur le meurtre d’une femme, dont les sévices commis, lui rappel ceux subis par la petite Justine. Et si, il s’était trompé et que Lepage était innocent ? Mais rien ne va se passer comme il le pensait.

    2020 – Tassi continu son enquête, aidé par une jeune et brillante avocate Emma Marciano et Nathan Rey, jeune écrivain spécialisé dans les tueurs en série, qui a lui-même vécu un terrible drame dans son enfance.

    L’auteur décrit avec beaucoup de détails, comment le tueur en série choisi ses victimes, comment il les guette, avant de foncer sur sa proie, tel un prédateur sans aucun scrupule.

    Aucun temps mort dans ce roman, tout s’enchaîne. Une enquête menée avec sérieux. J’avais la sensation de regarder un film, tellement tout était réaliste, d’accompagner les personnages dans leur enquête. On ressent une forte empathie pour nos 3 héros.

    Ce roman, nous fait comprendre, combien, parfois, la justice, n’est pas la même pour tous. La quête de vérité, peut, parfois, prendre des chemins différents que ceux de la justice et des pouvoirs publics, où, la corruption est également présente.

    Il y est décrit, sans rien nous épargner, comment un être humain peut en faire souffrir un autre, en éprouvant un plaisir malsain, tout en ayant une petite vie parfaite. L’horreur se cache partout, et les monstres vivent juste la porte à côté.

    Large thème également abordé, la rédemption, le besoin de se racheter, qui devient difficile, quand on a tout perdu.

    Un coup de cœur, pour ce deuxième roman d‘Antoine Renand, tout aussi bon que le premier !

  • jeanmid 14 avril 2020
    Fermer les yeux - Antoine Renand

    Tout au long de ce roman on baigne dans une tension permanente . Ça démarre avec un choc abyssal puis l’histoire continue , en maintenant toujours cette pression incroyable sur les épaules des principaux protagonistes , jusqu’au dénouement, retournement ultime tout en panache . Une histoire construite comme un scénario de film - rien d’étonnant puisque c’était l’idée première de l’auteur .
    Avec ce deuxième Antoine Renand monte incontestablement d’un cran et compte sans aucun doute parmi les meilleurs écrivains de sa génération , capable d’allier à un récit d’une dramaturgie diabolique , une écriture et une narration d’une puissance rare et des personnages d’une force et d’une dimension incroyable . Tel l’adjudant Dominique Tassi , que l’on suit tout au long des différents événements qui émaillent ce livre . Un type frappé par le destin , un roc devenu l’ombre de lui-même , cherchant à effacer sa culpabilité et ses responsabilités dans les vapeurs d’alcool . Un gendarme de la campagne ardéchoise qui a depuis longtemps perdu ses illusions comme son honneur mais qui grâce au hasard , va trouver le moyen de sa rédemption . Elle va revêtir la forme d’une enquête sur le tard . Alors que , retraité il pourrait couler des jours tranquilles dans sa grande maison , faisant fit de ses remords et de ses regrets , cette enquête , qu’il va mener de concert avec cet écrivain à succès spécialisé dans les criminels en série , Nathan Rey , est pour lu comme le chant du cygne . le jeune Nathan est un peu pour lui comme un fils qu’il a envie de prendre sous son aile , un confident à qui on peut presque tout dire . Contre son ancienne hiérarchie , il mènera cette quête insatiable jusqu’au bout , sans se soucier des conséquences de ses actes et des risques encourus . Une course effrénée à contre-courant pour la justice et la vérité et pour que l’horreur s’arrête . Enfin .

    Antoine Renand réalise un véritable tour de force littéraire avec ce roman sombre où l’écriture ciselée brille dans l’obscurité des atrocités décrites ici . Il est nécessaire de reprendre parfois son souffle avant de se replonger dans cet univers où la laideur et la monstruosité de certains individus ne laissent que peu de place à l’espoir d’une humanité retrouvée . Pourtant elle tente de surnager comme cette révolte contre lui-même manifestée ici par l’adjudant Tassi , à travers Nathan qui , grâce ses rencontres avec les pires criminels , tente de chasser les démons du passé où grâce à l’abnégation d’une talentueuse avocate qui défend les injustices et ceux qui croupissent en prison , victimes d’une erreur judiciaire.
    Une intrigue ficelée au cordeau , parfaitement rythmée , de savoureux personnages et des rebondissements parfaitement calibrés font de ce roman un livre indispensable à votre bibliothèque.

  • bonne_heure_litteraire 19 avril 2020
    Fermer les yeux - Antoine Renand

    Je viens de terminer ce 2eme roman de Antoine Renand que j’avais découvert avec "𝒍’𝑬𝒎𝒑𝒂𝒕𝒉𝒊𝒆", qui était ma précédente lecture et que j’avais vraiment adorée ♡
    .
    Je repars dans une nouvelle enquête, en Ardèche cette fois, dans cette région que je connais plutôt bien puisque je vis à 10 min de ce département, et honnêtement, je ne suis pas en reste ! 😱
    .
    C’est fou cette faculté qu’a l’auteur pour directement vous plonger dans l’histoire, comme aspiré dans un récit dont vous n’avez tout bonnement pas envie d’émerger !
    .
    Pas un moment de relachement, pas un moment où on se dit que l’histoire traine en longueur, on enchaine les découvertes, les surprises, les coups de théatre...aussi addictif que le précédent roman et les personnages et leur psychologie sont une fois de plus admirablement aboutis, sans parler du titre qui là aussi, est parfaitement trouvé.
    .
    L’auteur a glissé quelques clins d’oeil 😉 en rappel de son 1er roman, bien que ça ne soit pas une suite, mais j’aime beaucoup retrouver ces détails qui pour le coup m’ont rappelé quelle excellente lecture était cette précédente histoire.
    .
    Puis, en découvrant les remerciements, j’ai découvert que initialement, ce roman était un scénario destiné à apparaitre sur nos écrans, mais qui malheureusement n’a pas vu le jour.
    .
    L’auteur a ensuite modifié le récit pour en faire un roman et Antoine, sachez que c’est parfaitement réussi ! Et je ne vous cache pas que cette version, j’adorerai la voir sur grand écran un jour, tout comme "𝒍’𝑬𝒎𝒑𝒂𝒕𝒉𝒊𝒆" d’ailleurs. BRAVO ! 👌
    .
    .
    Si vous ne l’avez paz lu, alors ne tardez plus ! Vous ne savez pas ce que vous ratez ! 🥰

  • Les Lectures de Mystic 4 mai 2020
    Fermer les yeux - Antoine Renand

    Coucou mes Mystigris 😉

    Voici ma chronique concernant le roman de @antoine.renand Fermer les yeux aux éditions @robert_laffont @_labetenoire
    Merci encore à @babelio_ pour cette @masscritics_books privé et cette jolie découverte qui m’a donné envie de lire Empathie 😊 🅲🅷🆁🅾🅽🅸🆀🆄🅴 Nous suivons trois personnes qui ne se connaissent pas encore. Dominique Tassi, adjudant retraité, Nathan Rey jeune, auteur et Emma Marciano, brillante avocate. Ils vont devoir s’allier pour découvrir ce qui s’est réellement passé en 2005 dans un village en Ardèche. En effet, Justine sept ans a disparu, après de multiples recherches un homme est arrêté. Mais est-ce qu’une injustice n’a pas été commise ? Ensemble ils vont devoir unir leurs connaissances pour débusquer un prédateur redoutable et insaisissable.
    🄼🄾🄽 🄰🅅🄸🅂 Un thriller addictif, les pages se tournent rapidement et il m’a été difficile de le poser. C’est un roman riche en rebondissements, une intrigue menée tambour battant sans fioritures et très imagée.
    Des personnages forts à la psychologie travaillée. Dominique Tassi est un personnage attachant, cabossé par la vie et qui a basculé dans l’enfer de l’alcool. Nathan est un spécialiste des tueurs en série qui se révèle une aide précieuse pour Dominique et Emma, en parallèle il cherche des réponses sur ce qui s’est passé durant son enfance. Emma quant à elle est une avocate talentueuse qui veut à tout prix innocenter son client, victime selon elle, d’une terrible injustice.
    🄲🄾🄽🄲🄻🅄🅂🄸🄾🄽 Un thriller haletant qui ne vous laissera aucun répit et une fin à vous couper le souffle !!

  • Lectures noires pour nuits blanches 5 mai 2020
    Fermer les yeux - Antoine Renand

    Avec une intrigue des plus classiques Antoine Renand a réussi à me captiver d’entrée et pourtant, en cette période compliquée, c’était pas gagné. Je ne vais pas vous mentir, je n’ai pas lu le livre en quelques heures, j’y ai mis du temps mais j’avais à chaque fois du plaisir à y revenir.

    L’auteur a su m’intéresser et capter mon attention grâce aux thématiques abordées, l’erreur judiciaire et la rédemption entre autres.
    Egalement avec ses personnages, bien travaillés, soignés, chacun avec ses fêlures et un lourd passé, on ne peut que ressentir de l’empathie pour eux. Un trio qui fonctionne à merveille Si au départ j’ai trouvé Tassi un peu trop cliché, ni tout blanc ni tout noir, j’ai fini par le trouver attachant. Nathan qui ressemble fortement à un auteur bien connu spécialiste des tueurs en série et Emma, l’avocate un chouïlla trop éffacée.

    Une écriture qui va à l’essentiel, efficace et très visuelle par moments. On sent le sénariste derrière l’auteur.

    Une intrigue rondemenent menée, prenante qui suit son rythme. L’auteur pose son histoire et la déroule, nous menant là où il veut nous mener.

    Et ce dénouement auquel je ne m’attendais pas, où le titre prend tout son sens, et où l’on réalise que le scénario est en fin de compte bien plus complexe qu’il n’y parait. C’est bien pensé.

    Il y a quelques clichés, certes, des choses un peu convenues mais pas de quoi s’y attarder plus que ça. Ca été une très bonne lecture qui au fil des pages m’a permis de reprendre un rythme de lecture convenable.

    Ouvrez grand les yeux et penchez-vous sur ce livre et cet auteur sur qui il va falloir désormais compter dans le monde du thriller.

  • caro.l.i.t.ne 9 mai 2020
    Fermer les yeux - Antoine Renand

    Fermer les yeux Regarder sa vie basculer Voir la mort en face. Plonger dans les souvenirs. Se noyer dans les regrets. Se couper du monde
    Fermer les yeux A jamais. Persécuté. Dans la douleur. Sous la torture.

    Fermer les yeux Cacher la vérité Falsifier les faits. Refuser la réalité. Refuser sa réalité.

    Fermer les yeux Sur le passé. Sur un passé. Ne pas se retourner. Toujours avancer.

    Fermer les yeux. Voguer sur un style fluide. Suivre la dynamique du récit. Tourner les pages furieusement.

    Fermer les yeux. Sur un récit vu et revu. Sur des dialogues lus et relus. Sur une intrigue connue et reconnue. Sur une impression de déjà vu.

    Fermer les yeux. Sur des personnages effleurés. Sur une intrigue téléphonée. Sur une écriture dépouillée.

    Fermer les yeux.

  • LeahBookAddict 10 mai 2020
    Fermer les yeux - Antoine Renand

    Il y a des livres comme ça qu’on commence sans même avoir lu le résumé, et qui nous happe dès le prologue.
    Que ce soit le thème du roman, qui je l’avoue m’a parlé de suite, de la profondeur des personnages, la description des lieux et la plume percutante de l’auteur, qui donne un relief à toute une histoire ...
    ▪︎
    Une histoire qui nous fait voyager, qui nous montre le pire comme le meilleur de ce qu’un être humain peut faire et qui vous marquera pendant un long moment !
    ▪︎
    Je ne peux que vous le conseiller fortement ☺️🌹

  • mouffette_masquee 11 mai 2020
    Fermer les yeux - Antoine Renand

    Résumé : 2005, une fillette disparaît dans un petit village, lors d’une partie de cache-cache. Le lendemain matin, Tassi, un des enquêteurs, va découvrir dans la forêt Gabin Lepage, un marginal, portant dans ses bras le corps supplicié de la gamine. Malgré ses dénégations, il sera arrêté, écroué et condamné.
    15 ans plus tard, le corps enterré d’une jeune femme est découvert par un chasseur. Les sévices qu’elle a subi rappellent étrangement le meurtre de 2005, et Tassi doute sérieusement de la culpabilité de Lepage. Il décide de mener son enquête, aidée par l’avocate du condamné ainsi que d’un auteur spécialisé dans les tueurs en série.

    Mon avis : Le premier livre de l’auteur, « L’empathie » étant un coup de cœur, j’étais ravie de pouvoir découvrir son nouveau bébé. Sans faire durer le suspense, c’est une réussite. On peut dire qu’Antoine Renand a transformé l’essai et s’impose comme une référence du thriller français. Son point fort, en plus d’une plume très agréable à lire, est indéniablement la qualité de ses personnages. Je me suis surtout attachée à Nathan qui a su faire du drame de son enfance un force. J’aurai aimé en savoir un peu plus sur Emma, l’avocate, qu’on ne voit pas assez à mon goût.
    L’enlèvement de la fillette m’a tout de suite fait penser à l’affaire Didier Gentil (ou Richard Roman), en 1988. J’ai eu une petite appréhension que la suite soit trop similaire à cette affaire mais j’ai rapidement été rassurée. J’ai aimé qu’une bonne partie du livre se passe quinze ans après l’affaire de départ, mais qu’on soit inextricablement en lien avec le passé, toujours. J’ai beaucoup aimé ma lecture, et ne m’attendais pas à cette fin qui m’a laissée un poil pantoise, ne sachant plus que ressentir. Ça va être long d’attendre le prochain tome...

  • Loudiebouhlis 13 mai 2020
    Fermer les yeux - Antoine Renand

    J’ai découvert Antoine Renand il y a un an, avec son précédent roman, Empathie. J’avais plutôt aimé ma lecture malgré certains points qui me dérangeais. Cependant il ne faut jamais s’avouer vaincu et je me suis dit que j’aimerais beaucoup lire un autre livre de cet auteur.

    Alors en Mars dernier, quand j’ai vu qu’un nouveau thriller de cet auteur allait être publier, je me suis précipité. Et la surprise fût bonne, très agréable même.

    C’est sans détour que je vous avoue que « Fermer les yeux » est mon favori des deux romans de l’auteur.

    Sans trop d’attente, je me suis prise à ma lecture. Le pitch de départ m’a intrigué et je ne parle pas du résumé car je ne le lis jamais. Je parle des deux-trois premiers chapitres qui ne laisse pas de doute sur la lecture qui s’annonce.

    Comme pour son premier roman, Antoine Renand développe son sujet, son univers, ses personnages et l’on s’y sent instantanément intégré.

    L’enquête se déroule sur plusieurs années et ce n’est pas du tout dérangeant puisqu’on va y suivre le personnage centrale, l’enquêteur Dominique Tassi, gendarme à la retraite qui cherchera par tous les moyens à rétablir la vérité mais surtout à offrir la paix aux familles des victimes.

    Ce personnage si particulier n’est ni bon, ni mauvais. Il est simplement humain. Avec ses qualités, ses défauts. Ses bonnes actions, et ses erreurs. C’est surement ce qui rend l’attachement à ce personnage si immédiat. On se retrouve en lui…

    L’enquête est rudement menée, le suspense perdure jusqu’à frustrer parfois le lecteur, par certains moments. Mais c’est surement ce qu’on aime le plus. Ce désir de connaitre la vérité mais de gardé une part de mystère.

    Un thriller que j’ai adoré savourer malgré une fin en demi-teinte pour ma part. Et c’est surement ce qui fait que j’ai frôlé le coup de cœur…

    Cette fin au gout d’inachevé.

  • Loiclivresque 17 mai 2020
    Fermer les yeux - Antoine Renand

    Après un premier roman, l’empathie, qui fut un véritable coup de coeur et coup de maître de l’auteur.. comment vous dire qu’il a récidivé ? En effet, ce roman est m’a encore bien attrapé. La construction de l’intrigue, du mystère, du suspense, des personnages, tout est réussi, tout marche, tout se combine parfaitement. Quand le talent est aussi présent, il n’y a rien à faire, juste à profiter et prendre du plaisir. On est pris dans une histoire avec une potentielle erreur judiciaire, on est pris dans une enquête excellement menée. Je pense que le meilleur moyen de vous en parler tient en 2 mots : Lisez-le.

  • myfabulousreading 22 mai 2020
    Fermer les yeux - Antoine Renand

    C’est une lecture que j’ai appréciée. Je découvre la plume d’Antoine Renand et je dois dire que j’ai été rapidement transportée dans cette enquête policière avec une intrigue intéressante qui arrive à nous tenir en haleine tout le long.
    ▪️
    Les personnages sont assez complexes, quelque peu torturés, voire machiavéliques. L’intrigue est bien menée, on est happé par le déroulement des faits et les rebondissements, avec des thématiques traitées qui sont intéressantes et qui trouvent toujours résonnance dans notre société.
    ▪️
    Toutefois, quelques point négatifs pour moi à savoir quelques éléments dans cette histoire avec lesquels je n’ai pas compris le lien en rapport avec l’enquête principale ou les protagonistes et cette fâcheuse impression qu’il me manquait un quelque chose à certains moments, mais je n’en dit pas plus pour ne pas vous spoiler.

    La fin qui m’a parue un peut trop "simple" et pour laquelle j’aurai souhaiter que l’auteur creuse davantage certaines parties sombres du récit (à savoir qui tient les rennes de tout ça ?!). Je suis restée sur ma faim c’est le cas de le dire...
    ▪️
    En somme, cela reste une lecture agréable, que j’ai rapidement terminée malgré ces quelques points qui m’ont laissée dubitative.
    ▪️
    Je vais quand même lire l’empathie qui attise ma curiosité aussi, afin que je puisse comparer avec cette lecture.

  • calyenol 25 mai 2020
    Fermer les yeux - Antoine Renand

    Salut,
    .
    .
    J’ai lu 𝗙𝗲𝗿𝗺𝗲𝗿 𝗹𝗲𝘀 𝘆𝗲𝘂𝘅 de Antoine Renand .
    .
    .
    "Il se sentait comme dans les rêves qu’il faisait parfois, enfant,où il ressentait l’urgence d’avancer vite,sans y parvenir ;l’impression de marcher au ralenti malgré un danger tout proche,qui le pourchassait plus vite qu’il n’avançait."
    .
    .
    𝗙𝗲𝗿𝗺𝗲𝗿 𝗹𝗲𝘀 𝘆𝗲𝘂𝘅,c’est l’enquête d’un trio.
    Un flic à la retraite qui veut racheter une erreur commise quinze ans plus tôt,un auteur qui écrit sur les tueurs en série,et une avocate qui ne veut rien lâcher.
    Ensemble,ils vont tout donner afin de débusquer le plus insaisissable des prédateurs.
    .
    .
    "Elle devait avoir seize ans. Et il eut un ravissement en découvrant sa jolie figure sous son casque ouvert. Toujours en avançant,il sortit un objet de sa poche et,arrivé face à elle,le plaqua sur sa gorge et pressa le bouton... La gamine s’effondra sans un mot sous l’effet du Taser, alors il se rua sur elle..."
    .
    .
    Deuxième livre de l’auteur,et après avoir beaucoup aimé le premier,je peux dire que j’ai aimé celui-ci.
    On démarre sur un prologue avec une scène difficile qui déterminera les erreurs,les choix de Tassi...
    qui déterminera l’histoire.
    Découpé en trois parties,on passe par des moments de dégoût à certains passages, de dégoût face aux tortures infligées.
    On avance à l’aveuglette dans cette enquête et on a hâte de découvrir celui qui se cache derrière ces meurtres.
    L’auteur a une plume qui accroche la lectrice que je suis et sait me faire visualiser l’histoire qu’il me raconte.
    En ce qui concerne les personnages,petit + pour Tassi et Rey,deux écorchés vifs à leur façon.
    Très addictif,ce livre m’a tout de même laisser sur ma faim dans le sens où j’aurais aimé une fin qui livre tout ses secrets en ce qui concerne les protagonistes (celles et ceux qui l’ont lu comprendront).
    .
    .
    En bref,un livre qui nous plonge parfois dans la tête du tueur...qui pourrait être un oncle,un voisin,un père,au choix...avec lequel j’ai passé un très bon moment de lecture en ces temps confinés.
    Après "L’empathie",un livre à lire !

  • loeilnoir 6 juin 2020
    Fermer les yeux - Antoine Renand

    La vie de l’adjudant-chef Dominique Tassi vire au cauchemar lorsqu’il provoque l’accident de voiture dans lequel sa fille trouve la mort. Alcoolisé au moment des faits, il s’enfonce dans la culpabilité. S’ensuivent des années d’errance, entre dépression et alcoolisme. Lorsqu’en 2005, la jeune Justine Morin est violée et assassinée dans son village ardéchois, Tassi s’occupe de l’enquête et arrête un marginal peu apprécié des habitants, Gabin Lepage, qui sous la pression des policiers avoue un crime qu’il n’a pas commis. Quatorze ans plus tard, désormais retraité et atteint d’une sévère cirrhose, Tassi vit seul et reclus, jusqu’au jour où le meurtre d’une jeune femme à Bourg en Bresse ravive ses souvenirs et l’incite à reprendre contact avec ses anciens collègues. Victime de torture et de sévices, le cadavre présente en effet des similarités avec celui de la petite Justine. La conviction de Tassi d’être face au même tueur vire rapidement à l’obsession, surtout lorsqu’il se trouve sur place confronté à la mauvaise foi des enquêteurs. Il s’allie alors avec un écrivain médiatisé spécialiste des tueurs en série, Nathan Rey, ainsi qu’avec l’avocate de Gabin Lepage qui cherche depuis 3 ans à prouver son innocence. Ils vont ensemble remonter la piste du tueur.

    Cette proposition de résumé est loin d’être exhaustive ! Nous n’en sommes qu’à la première partie, je n’en ai pas évoqué le quart, et celle-ci est terriblement addictive (rien que les 2 premiers chapitres sont terribles !!!)… Il se passe tant de choses dans ce roman mené tambour battant ! Le livre se compose de 3 parties : alors que la première, ponctuée de nombreux événements, s’attache à présenter les deux personnages principaux, Tassi et Nathan Rey, la seconde nous entraîne au coeur de l’enquête et est parsemée de multiples rebondissements. Quant à la troisième, elle nous dévoile un dénouement absolument inattendu. L’intrigue plutôt bien menée, sans être véritablement réaliste, semble inspirée de faits réels, notamment l’affaire Patrick Dils, victime d’erreur judiciaire et nous reconnaîtrons sans peine Stéphane Bourgoin derrière les traits de Nathan Rey.

    Mon avis est toutefois un peu mitigé car hormis un début très prometteur et quelques surprises, je trouve que ce roman manque de profondeur, d’ancrage dans le réel pour me captiver pleinement. J’ai eu du mal à suivre l’auteur dans le dénouement que je trouve tout de même tiré par les cheveux. Antoine Renand l’explique lui même à la fin du livre : ce récit écrit alors qu’il n’avait que 25 ans était destiné à un scénario qui n’a pas vu le jour et retravaillé ensuite en vue d’un livre. Peut-être l’aspect scénario est-il encore trop présent ? L’écriture est en effet très visuelle et le style en pâtit certainement. Mais l’auteur a visiblement un potentiel imaginatif surprenant et j’ai tout de même passé un bon moment de lecture avec ce titre qui me donne d’ailleurs envie de lire L’Empathie, ça ne saurait tarder… Je remercie Net Galley et les Editions Robert Laffont pour la découverte de cet auteur.
    Retrouvez mes chroniques sur https://loeilnoir.wordpress.com/

  • Ninaalu 30 juin 2020
    Fermer les yeux - Antoine Renand

    Ouvrez la page faits divers d’un journal et vous serez dans l’ambiance de ce nouveau thriller d’Antoine Renand, qui revient après l’excellent L’Empathie. Cette fois, l’intrigue se déroule essentiellement en Ardèche et dans l’Ain, même si l’auteur nous propose aussi un passage anxiogène dans les salles de cinéma parisiennes… L’enquête est établie autour d’un cold-case vieux de quinze ans, résolu par Dominique Tassi. Le même flic qui rouvre les blessures provoquées par ce meurtre d’une fillette. Seulement, il n’est plus flic, et il est passé par toutes les strates de l’alcoolisme et de la dépression après avoir tué sa fille en voiture. Car oui, ce n’est pas un « triste accident » (comme cela est dit dans le roman) quand on est adulte et flic et qu’on connaît très bien l’effet de plusieurs verres d’alcool + de la fatigue sur la conduite…

    Ancien flic meurtri et déterminé, il va faire équipe avec Nathan, un écrivain spécialisé dans les interviews de serial killer, au lourd passé (clin d’œil à Stephane Bourgoin, mais on espère que le personnage ne s’avérera pas être lui aussi un mythomane…), et ponctuellement avec Emma, une avocate brillante. Elle défend Gabin, qui avait été condamné pour le meurtre à l’époque. Néanmoins, certaines personnes ne souhaitent pas que ce dossier soit rouvert, et cela va donner lieu à de bonnes scènes d’action. Comme dans son premier thriller, l’auteur ne fait pas dans la dentelle pour ses scènes de crime et l’intérieur du cerveau de son méchant qui a voix au chapitre (c’est le cas de le dire !).

    J’ai passé un excellent moment, mais ce n’est pas un coup de cœur au même titre que L’Empathie, car j’ai trouvé l’intrigue et le traitement des personnages moins originaux (il faut dire que la barre était haute !). Le fait que ce soit au départ un scénario donne des scènes très visuelles appréciables mais on se retrouve aussi avec une romance totalement convenue et inutile. Comme vous avez pu le voir au début je ne suis pas trop d’accord avec le traitement réservé au Tassi, encore une fois de l’empathie trop forte pour moi. Du coup, j’ai eu un peu de mal avec ce personnage. Par contre, au-delà du fait que c’est un thriller comme je les aime, avec de bons rebondissement et très prenant, j’ai beaucoup apprécié la plongée dans les villages, avec ses stéréotypes de « clan » et le traitement des personnes marginalisées par la société qu’on regarde toujours mal. Ainsi, que le traitement des victimes d’erreurs judiciaires, et le bloc que forment les forces de police pour défendre les siens envers et contre tout. Quitte à détourner les yeux, ou à les fermer…

    Yeux, que vous devez absolument ouvrir pour lire ce très bon thriller !

  • lafilleaux1001lectures 8 juillet 2020
    Fermer les yeux - Antoine Renand

    Coup de cœur terrifiant !

    Avant de vous immerger dans ce livre, fermez les yeux, faites le vide et lancez-vous ! Dès la première scène, Antoine Renand va vous happer, vous saisir, vous couper le souffle… Et ceci va durer tout le long de votre lecture !

    2005, une petite fille, Justine, disparaît dans un village de l’Ain.
    Tassi, policier rattaché à l’enquête, découvre le cadavre de l’enfant mutilée, dans les bras d’un marginal des environs, en plein cœur de la forêt. Rapidement, l’homme en question est accusé, emprisonné et, aux yeux de tous, justice est rendue.

    Mais, 14 ans plus tard, quand un nouveau corps de jeune fille est découvert ayant, sur le corps, des traces similaires à celles de la petite Justine, Tassi, jeune retraité, est persuadé que ces deux affaires sont liées.
    Il va alors tout mettre en œuvre pour démasquer le responsable de ces atrocités, quitte à remettre en question son enquête de l’époque.
    Pour cela, il pourra compter sur l’aide de Nathan Rey, jeune auteur à succès, spécialisé dans les tueurs en série et de masse, et Emma Marciano, brillante avocate trentenaire, défenseure de toutes les injustices.

    Antoine Renand nous livre-là un roman fort, parfois violent, avec des scènes dont le réalisme nous fait ressentir toute l’horreur de celles-ci. Il nous balade sur un laps de temps de plus de quinze ans, où des histoires, des personnages, se croisent, s’entrecroisent sans que nous sachions où cela va nous entraîner.

    Un roman haletant, addictif qui n’est pas sans rappeler certaines affaires criminelles contemporaines des plus sombres !

    Bref, âmes sensibles s’abstenir ! En revanche, amateurs d’adrénaline et de sensations fortes, ruez-vous sur ce livre !

  • livrement-ka 20 juillet 2020
    Fermer les yeux - Antoine Renand

    Un thriller français à la couverture et au titre intrigants…...Et l’histoire l’est tout autant.

    On suit Dominique Tassi ancien gendarme, depuis en retraite. Il vit seul, sa femme l’ayant quitté, sa fille étant décédée et son fils s’étant installé avec sa compagne.

    Ancien alcoolique suite à un événement tragique, il a souvent frôlé l’illégalité ou tout du moins a souvent marché sur la limite séparant le bien du mal.

    Une affaire de jeune fille retrouvée assassinée va faire resurgir son passé et notamment une histoire dans laquelle il a arrêté un coupable qui semblait être le coupable trop parfait.

    Des ressemblances, des indices et le voilà partir enquêter et essayer de regrouper ces deux affaires. A ses côtés il va pouvoir compter sur Nathan, un spécialiste de la criminalité, au passé terrible, et Emma une avocate qui a suivi les traces de son célèbre père.

    Absolument saisissante, ce roman va vous prendre aux tripes. Alors qu’elle n’est pas spécialement originale, l’histoire va néanmoins se révéler prenante et addictive.

    L’écriture est fluide et on se complaît aux côtés de chacun des personnages. On se plaît à creuser leurs démons, et surtout on se délecte de leur passé et de leur histoire. Ils sont autant différents que complémentaires, et le trio va sublimer le récit.

    Dans ce qu’il y a de plus infâme dans l’humain, on va ressentir une certaine émotion à apprendre le passé de chacun d’eux. Les chapitres sont courts et permettent un rythme soutenu.

    Et plus on avance dans l’histoire et plus on s’enfonce dans une intrigue difficile mais très bien construite. Alors que d’habitude, en avançant tout s’éclaircit, ici c’est le contraire, plus on avance et plus on sombre dans l’incompréhension. Et on s’aperçoit que certains personnages sont pieds et poings liés.

    Les relations entre les différents personnages sont étudiés de près. Autant, certains vont mettre des bâtons dans les roues de Tassi, autant d’autres qui ne l’apprécient pas plus que ça, n’hésitent pas à lui rendre service.

    J’ai souvent vu le premier livre de l’auteur mais sans jamais avoir l’occasion de le lire. Et bien du coup, cela m’a donné envie : l’Empathie…..quel titre attirant.

  • Miss.Amends 27 juillet 2020
    Fermer les yeux - Antoine Renand

    Ce mois ensoleillé de juin a commencé avec une Lecture Commune accompagnée d’un partenaire de lecture booska :)
    Qui dit parfait compagnon de lecture ne dit pas forcément ressentis communs et ce qui a été une belle surprise pour lui fut une lecture très mitigée pour moi..
    Le début était prometteur, je me suis retrouvée happée par le récit à tourner les pages avec frénésie !
    Et puis est arrivé un nouveau personnage féminin agaçant puis des actions sans réelles intérêts et le tout s’est terminé dans un trop plein de surenchères et un rythme qui n’a pas laissé place au suspens..
    J’ai eu la sensation au cours du roman d’avoir basculée dans une toute autre ambiance alors que celle de départ me plaisait beaucoup 😕
    Je sais que vous êtes nombreux à avoir adorés ce polar et je comprends tout a fait pourquoi mais ça n’a pas été une aussi belle surprise pour moi..
    J’ai tout de même envie de découvrir son premier roman L’empathie que l’on m’a dit très différent et que je testerais par curiosité 😊

  • Les_lecturesdeflo 3 septembre 2020
    Fermer les yeux - Antoine Renand

    J’ai adoré. j’ai été surprise par la fin, je n’avais rien vu venir.

  • IFeelbooks 27 septembre 2020
    Fermer les yeux - Antoine Renand

    Je découvre l’écriture d’Antoine Renand avec ce livre, et que dire à part que j’ai été « bluffée » !⁣

    Honnêtement le résumé est succinct, mais l’histoire pleine de rebondissements et de suspens. Les personnages, bien qu’un poil caricaturaux, sont travaillés, et rendus attachants par leurs fêlures.⁣

    L’intrigue se met en place rapidement, peu à peu les différents protagonistes nous rejoignent et nous voilà happés au milieu d’une enquête bien plus compliquée qu’elle n’en à l’air. ⁣

    Un homme accusé 15 ans plus tôt de sévices et meurtre sur une petite fille repasse devant la cour car un nouveau meurtre, aux ressemblances troublantes a eu lieu. Mais comment est-ce possible alors que cet homme jugé coupable purge sa peine en prison ? Dominique Tassi aurait-il commis une erreur judiciaire en arrêtant cet homme il y a 15 ans ?⁣

    Aux côtés de Dominique, Nathan (jeune écrivain expert en tueurs en série) et Emma (brillante avocate) vous allez frissonner, et plonger au cœur d’une enquête haletante.⁣

    Attention.. la rencontre avec le prédateur ne vous laissera pas indemnes !⁣

    👤 Une intrigue sombre, une enquête haletante qui nous plonge dans les méandres de la monstruosité des tueurs en série.⁣

  • Faith 8 octobre 2020
    Fermer les yeux - Antoine Renand

    Gros coup de cœur. Pour ce deuxième roman j’ai été emportée. J’ai eu l’impression de regarder un film tant son écriture est axée en ce sens. (n’est-il pas scénariste d’ailleurs ?)
    L’histoire, horrible, d’une petite fille qui disparait et une enquête bouclée rapidement avec un coupable idéal. Les personnages sont travaillés, un gendarme, un écrivain et une avocate, associés dans une enquête incroyable qui nous embarque. Une vraie réussite, un très bon polar. Franchement, j’ai été bluffée.
    Je n’avais pas autant apprécié son premier roman, surtout à cause des personnages.

  • Asmo Stark 31 octobre 2020
    Fermer les yeux - Antoine Renand

    🙈 Fermer les yeux - Antoine Renand 🙈

    En 2005, Justine, une petite fille de sept disparait. Tassi, un gendarme meurtri, alcoolique depuis la mort tragique de sa petite fille, participe aux recherches. Des battues sont organisées, mais sans resultat. En retournant au poste, Tassi va apercevoir un homme tenant un petit corps, c’est celui Justine. Tassi arrête l’homme, un marginal de la région et lui arrache les aveux qui l’enverront en prison.
    En 2020 de nouvelles disparitions ont lieu, Tassi maintenant à la retraite est convaincu qu’il a commis une erreur 15 ans plus tôt : ce n’est pas le bon type qu’il a envoyé en prison. Tassi va reprendre l’enquête non officiellement car il ne fait plus parti des forces de l’ordre et va se faire aider par un auteur spécialiste des tueurs en série ainsi que par l’avocate de l’homme qu’il a envoyé derrière les barreaux.

    Et bien, après L’Empathie que j’avais adoré ce roman confirme qu’Antoine Renand a sa place dans ma liste des auteurs à suivre impérativement !
    J’ai tout aimé : les personnages bien travaillés et auxquels je me suis attachée, l’enquête que l’on suit avec avidité, le rythme juste parfait et la fin juste top ! (Mais chuuut je ne dirais rien).
    C’est page-turner extrêmement efficace avec surprises et rebondissements au rendez-vous.
    Bref foncez : plaisir de lecture garanti !

  • Valérie Roumanoffbe 29 novembre 2020
    Fermer les yeux - Antoine Renand

    Une lecture prenante et haletante pour laquelle je n’ai pas pu m’empêcher de faire des parallèles avec des cas existants dans les dossiers criminels français.

    J’adore le style de l’auteur. Antoine Renand nous avait déjà servi la relevée empathie, il renouvelle l’expérience d’écriture pour notre bonheur de lecteurs, en tous les cas, je suis adepte.

    A la lecture de ce volume, j’ai beaucoup repensé à l’histoire malheureuse et inacceptable de Patrick Dils, mais aussi aux victimes d’Emile Louis et au combat du gendarme Lambert, retrouvé "suicidé", pour faire éclater la vérité, sans oublier l’affaire Fourniret. Bien entendu, j’ai également pensé aux avocats qui s’obstinent à obtenir gain de cause pour leur client s’il est l’objet d’une erreur judiciaire.
    Et puis, il y a toutes ces familles qui sont les dommages collatéraux d’une justice mal rendue, d’un travail policier ou de gendarmes bâclé, d’une obstination de la justice à ne pas vouloir reconnaître ses erreurs et surtout à ne pas vouloir réparer ses torts.

    Parce que ne l’oublions jamais, un innocent condamné, c’est un vrai coupable qui court toujours et qui continue probablement à frapper.

  • Lettres et caractères 3 décembre 2020
    Fermer les yeux - Antoine Renand

    Ceux qui connaissent un peu mes goûts littéraires savent que j’ai une réelle aversion pour le polar. Pas le thriller, pas le roman noir mais bien le polar avec plein de policiers cabossés dedans. Depuis des années je le serine : en lire un c’est les lire tous. Eh bien vous savez quoi ? Qu’est-ce que je peux dire comme conneries parfois ! Il a fallu que je croise le chemin de Fermer les yeux d’Antoine Renand pour ouvrir les miens. Oui je suis capable d’apprécier un bon polar, oui je suis capable d’éprouver du plaisir à lire des enquêtes criminelles qui me mèneront forcément jusqu’au tueur après un dédale interminable. Alors pourquoi ça n’a pas marché par le passé ? Je n’en sais rien. Et pourquoi ça a marché cette fois ? Je n’en sais pas beaucoup plus. Peut-être parce qu’Antoine Renand a un réel don pour nous raconter son histoire en faisant en sorte de maintenir un intérêt constant chez le lecteur sans pour autant user et abuser des effets de manche qui fatiguent à la longue. Peut-être aussi parce qu’il sait comment donner de l’épaisseur à ses personnages, en leur rajoutant au fur et à mesure de l’histoire quelques zones d’ombre et des secrets que l’on finit par percer avec une empathie grandissante. Toujours est-il que sa recette marche formidablement bien sur moi, à tel point que je me suis surprise depuis à lire quelques résumés de polars en me disant que ça pourrait me plaire. Mais on va y aller à petite dose : ça n’est pas parce qu’un plat est réussi qu’il faut risquer l’indigestion.
    Avec tout ça je m’aperçois que je ne vous ai pas dit grand-chose sur ce polar… Tout commence par un drame qui touche personnellement l’adjudant Dominique Tassi. Le prologue est saisissant et l’on sait immédiatement qu’il ne parviendra jamais à se remettre d’une telle épreuve (flic cabossé : check !). Il continuera malgré tout sa carrière dans la gendarmerie et sera amené à enquêter sur le meurtre d’une petite fille, Justine. Rapidement le coupable est identifié et jeté en prison. Mais les années passent et une nouvelle histoire vient remettre tout en cause dans l’esprit de Tassi. Hélas, celui-ci est désormais à la retraite et n’est plus le bienvenu dans les enquêtes de ses anciens collègues. Qu’importe, il fera cavalier seul pour aller au bout de ses soupçons et faire toute la lumière sur des zones d’ombre que personne n’avait pensé explorer jusque-là. Entre temps, il croisera la route d’un spécialiste des tueurs en série et d’une avocate pénaliste qui l’aideront dans sa quête de la vérité.
    Je vous entends d’ici : mais qu’est-ce que c’est classique comme trame ! Oui, et alors ? Ca marche : c’est efficace, consistant et divertissant. Et je suis bien la plus étonnée en écrivant cela. Comme quoi, c’est dans les vieux pots…

    Avis complet sur le blog lettres-et-caracteres.com

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.