Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Le Village perdu - Camilla Sten

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

28 #AvisPolar
10 enquêteurs
l'ont vu/lu
2 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

Comment tout un village peut disparaître sans laisser de traces ?

1959. Silvertjärn. La population de cette petite cité minière s’est mystérieusement évaporée. A l’époque on a seulement retrouvé le corps d’une femme lapidé et un nourrisson.

De nos jours, le mystère reste entier.

Alice Lindstedt, une documentariste dont la grand-mère est originaire du village, part avec une équipe explorer la cité fantomatique, en quête des secrets de cette tragédie.

Mais la piste de l’ancien pasteur du temple déterrera la mémoire d’un sombre passé…

Un passé qui hante encore le présent et semble avoir réveillé les ombres du village perdu.


Traduit du suédois par Anna Postel

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Vos #AvisPolar

  • l’oeil de sauron 25 septembre 2020
    Le Village perdu - Camilla Sten

    Si comme moi, vous êtes un(e) bon(ne) trentenaire en fin de trentaine, vous avez surement vu Le projet Blairwitch quand vous étiez ado, ou, tout du moins vous avez déjà croisé cette scène mythique dans la forêt avec cette caméra et cet ado terrorisé et les hurlements. Je ne peux pas utilisé meilleur intro que ça pour vous parler du village perdu. J’ai eu cete sensation d’angoisse, d’attente, de stress tout au long de ma lecture et j’ai vraiment sans cesse penser à ce film, pas forcément bon mais qui m’avait filé la chair de poule étant plus jeune. Oui je sais, je suis froussarde, j’assume complètement et là, avec moi Camilla Sten avait le bon public pour son ouvrage.

    C’est prenant, c’est bien dosé, on monte en pression, et ce jusqu’à la fin, d’ailleurs, je me suis couchée hier soir dans une seule optique, le finir et me blottir ensuite contre mon oreiller et mon mari.

    Les personnages sont peu nombreux, ils sont au nombre de 5, ce sont ces 5 adultes partis filmés le village perdu de Silvertjärn. Ils sont vivants, ils ressentent des émotions et les expriment. Je reproche souvent ça dans les livres scandinaves c’est leur froideur, là c’est loin d’être le cas et c’est très appréciable et bien sûr, ça colle aussi avec le thème.

    L’histoire est excellente et très bien écrite. L’atmosphère est parfaite, je me suis souvent demandée ce que j’aurais fait à leur place. en même temps, est ce que j’aurais vraiment voulu passer 5 jours dans un village fantôme où le téléphone est obsolète ? J’ai un doute quand même… Revenons au livre, l’atmosphère donc, pleine d’angoisse, de peur, on s’interroge, on se questionne, les personnages sont parfois ambigus, on les découvre au fur et à mesure, c’est très bien fait.

    La conclusion est géniale, je ne m’attendais pas du tout à ça et même après, l’angoisse reste, on nous laisse une part de croyances, de surnaturels.

    Pour son premier roman adulte, Camilla Sten nous plonge vraiment dans un thriller anxiogène où certaines explications prennent vie dans l’irrationnel.

    https://loeildesauron190081932.wordpress.com/2020/09/25/le-village-perdu-de-camilla-sten/

  • IsaVP 28 septembre 2020
    Le Village perdu - Camilla Sten

    Apprêtez-vous, avec ce premier polar de Camilla STEN, à passer quelques nuits blanches.
    A 29 ans, Alice qui a fait des études de cinéma à Stockholm, décide de tourner un documentaire sur Silvertjärn, un village suédois dont tous les habitants, excepté un nouveau né, ont disparu mystérieusement en 1959.
    Sa grand-mère, qui est née dans ce village, n’a pas connu le drame car elle est partie vivre en ville quelques années avant, mais Alice veut, tout en réalisant un film marquant, retrouver les racines de sa famille.
    Après une préparation minutieuse, elle part s’installer 5 jours dans le village, avec quatre amis mordus de cinéma, pour mener à bien son projet.
    Mais elle n’est pas la seule à avoir des liens avec le village et l’expédition ne va pas se passer tout à fait comme prévu….
    La ville abandonnée est sinistre et le livre est écrit comme un film, avec des images et des sons percutants qui laissent s’installer lentement une terreur viscérale.
    C’est un peu le « Club des cinq dans le village fantôme » mais on se laisse prendre par l’ambiance terrifiante si bien décrite par l’auteur et on n’arrive plus à lâcher le livre.
    J’ai tremblé de peur et j’ai eu du mal à fermer les yeux la nuit mais je me suis régalée avec ce polar très bien réussi de la digne fille de Viveca STEN. Le film à venir risque d’être agréablement cauchemardesque.
    Une auteure que je ne manquerai pas de suivre.

  • Polars urbains 28 septembre 2020
    Le Village perdu - Camilla Sten

    Soixante ans après les événements, une équipe de jeunes cinéastes enthousiastes et un peu fauchés part à la recherche de ce qui s’est passé en 1959 à Silvetjärn, un village isolé de Suède, où tous les habitants se sont comme volatilisés. Les seuls indices retrouvés alors par la police furent une femme sauvagement exécutée et un nourrisson encore en vie.

    Au sein des quatre jeunes partis à l’aventure, deux d’entre eux ont une bomme raison d’essayer de déterminer ce qui s’est passé puisqu’il apparait très vite que l’une tient des informations de sa grand-mère, absente au moment des faits, et que la mère de l’autre était le bébé survivant. On n’en dira pas plus. Sinon que très vite, des éléments étranges surviennent, propres à susciter l’inquiétude, voire la méfiance au sein du groupe.

    Le village perdu entre donc bien dans le schéma et la progression classiques du genre : un groupe cherchant à élucider un événement mystérieux ; un environnement vite hostile ; des craintes et des incidents dès l’arrivée menant rapidement à un isolement des participants ; des disparitions suspectes ; des révélations propres à éclairer et à inquiéter le lecteur jusqu’au dénouement final, assez prévisible il faut le dire. La construction alterne le présent et le passé – une constante dans le polar nordique depuis des années – et inclut quelques passages de lettres écrites par sa jeune petite sœur à la grand-mère de l’un(e) des protagonistes.

    Inévitablement, la formule usée jusqu’à la corde, « la nouvelle reine du polar venue du froid », va nous être resservie. Pourtant tout cela n’est pas bien nouveau, même si, je dois le dire, je suis assez vite entré dans l’histoire, m’y suis intéressé un moment avant de survoler les dernières pages. Certainement parce que, si l’intrigue n’est pas très originale – la seule question que l’on se pose est de savoir si le danger vient du groupe ou lui est extérieur– Camilla Sten propose de bons portraits de ses personnages et analyse avec pertinence leur histoire personnelle, leurs motivations, leurs qualités, leurs faiblesses et leurs blessures. Même si l’on trouvera que seuls les personnages féminins, du présent comme du passé, sont véritablement étudiés et développés. Dans ce huis-clos dans un village de mort, les hommes ne sont finalement que des ombres, même si c’est par un homme que le malheur arrive.

    Un thriller venu du septentrion pas si glaçant que ça finalement.

  • loeilnoir 5 octobre 2020
    Le Village perdu - Camilla Sten

    Digne héritière de Viveca, la romancière suédoise dont les écrits ont inspiré la série TV Meurtres à Sandhamn, Camilla Sten signe avec brio son premier thriller en solo.

    En 1959, la population de Silvertjärn, petite cité ouvrière du Norrland, disparaît sans laisser de trace : 887 habitants évaporés, seul subsiste le corps d’une femme lapidé que l’on retrouve pendu à une potence sur la place publique, ainsi qu’un nourrisson, bien vivant, abandonné dans la petite école communale. Soixante ans plus tard, le mystère reste entier.

    Alice Lindstedt est l’initiatrice d’un projet de série documentaire sur ce mystère, qui la touche de près : sa grand-mère, originaire du village, vivait depuis peu à Stockholm lorsque ses parents et sa soeur ont disparu avec l’ensemble de la communauté. Alice part avec une équipe de quatre autres participants explorer la cité fantomatique, en quête des secrets de cette tragédie.

    Il ne m’a fallu que trois pages pour comprendre que j’allais avoir beaucoup de difficultés à lâcher ce livre : dés le départ, j’ai ressenti beaucoup d’excitation, d’impatience et de plaisir à me plonger avec les protagonistes dans cette sombre histoire, même si j’ai trouvé que cela manquait parfois de réalisme et d’originalité. J’ai en effet plus ou moins compris ce qu’il se passait avant le dénouement, et certains faits avancés par l’auteure ne me semblent pas tout à fait crédibles. C’est mon petit bémol mais ça ne m’a pas empêché de tourner avidement les pages de ce roman ! Car, le style très cinématographique emporte tout sur son passage : c’est un moteur de l’intrigue. La tension ne cesse de monter grâce à des évènements pas très sympathiques, et à de petites touches d’horreur, que l’auteur prend soin de déposer de-ci de-là, comme dans un bon film… On frissonne : visions, bruits dont on ne sait s’ils sont réels ou imaginés par des personnages coupés du monde (pas de téléphone, pas de secours possible…) Bref, une ambiance des plus sinistres, dans laquelle évoluent nos cinq explorateurs, dont les relations de surcroit sont plutôt tendues…

    Je remercie Babelio et les édtions du Seuil pour cette découverte !

  • livrement-ka 10 octobre 2020
    Le Village perdu - Camilla Sten

    La descendance s’annonce exceptionnelle.

    Comme indiqué ci-dessus cette auteure est la fille de Viveca Sten. Née en 1992, malgré son jeune âge, elle va surprendre les lecteurs avec son style maîtrisé et son intrigue parfaitement construite.

    Un rythme qui s’accélère au fil de la lecture pour devenir à la limite de la suffocation vers la fin.

    Alice, a décidé de faire un court métrage sur l’histoire du village dont est originaire sa grand mère.

    Ce village, comme tout village, vit au rythme de ses habitants, paisiblement et sereinement. Avec son église, son école et ses quelques illuminés à l’image notamment de Birgitta.

    Jonglant entre passé et présent l’auteure nous dévoile le drame qui s’est joué pour l’ensemble des habitants de ce village qui est devenu une zone de non-droit.

    L’arrivée du nouveau pasteur ? La perte du travail pour beaucoup d’hommes ? Le départ de nombreuses familles ?  Bref au fil de nombreux indices, va se dévoiler une histoire hors du commun mais tout à fait réaliste.

    Un village où toute la population a disparu en 1959. Seul un nourrisson hurlant a été retrouvé dans une chambre. Pire un cadavre semble avoir été lapidé aux yeux de tous.

    Aujourd’hui des années après, Alice et Tone, descendantes de villageois ont décidé d’en savoir plus et d’informer le monde sur ce qui semble être une tragédie. Trois jeunes personnes les ont rejoints dans cette aventure avec une petite appréhension.

    Mais tout n’est pas si simple que ça et tout ne va pas se dérouler comme prévu.

    J’ai adoré....j’ai aimé à la folie...je me suis délectée de ce roman qui laisse à penser que cette jeune auteure a un bel avenir devant elle.

    On a l’impression d’embarquer dans un des véhicules pour un voyage qui s’annonce semé d’embûches.

    Autant le synopsis que la couverture sont un appel à la lecture et je pense savoir reconnaître la réussite d’un thriller. 

    Avec un décor digne d’un film (le roman est d’ailleurs en cours d’adaptation sur grand écran), des personnages mystérieux et surtout une ambiance angoissante, prenante, vous avancez pas à pas à côté des protagonistes naïfs au départ mais qui vont peu à peu gagner en maturité et surtout se révéler. La tension dans les relations entre les personnages est palpable, et la promiscuité obligatoire devient difficile à supporter.

    Dans un style particulièrement fluide et rythmé, vous allez passer un moment de lecture agréable. Malgré cette ambiance brumeuse et la sensation d’étouffement, vous allez vous attacher aux personnages.

    Les chapitres sont courts et le rythme s’accélère rapidement et le tout termine dans un dénouement surprenant auquel j’avais pourtant songé mais qui m’a surprise dans sa manière d’être dévoilé.

    Encore une fois, je me retrouve dans ma zone de confort avec cette lecture et j’avoue que j’adore m’y prélasser et m’y complaire. 

  • lartduthriller 12 octobre 2020
    Le Village perdu - Camilla Sten

    C’est une belle découverte ! Je n’aurai pas classé ce titre dans du thriller adulte, mais plus dans du Young Adult car le dialogue est assez jeune. Mais, malgré ça, je n’ai rien à redire ! J’ai été captivée par ce village perdu, l’intrigue c’est réellement lancée au bout de 150 pages, l’angoisse est montée créscendo, le thème abordé sur la religion est monstrueux, Camilla Sten confirme les ouïes dire et nous plonge au coeur de la manipulation et de l’angoisse !

  • eva94 12 octobre 2020
    Le Village perdu - Camilla Sten

    Un village perdu, tous les habitants ont disparu du jour au lendemain, la seule survivante, un bébé. Quelques années plus tard, Alice, veut faire un reportage sur les disparus et le village.
    Mais rien n’est anodin, en effet Alice est la descendante d’une des famille. Tous les courriers échangés entre sa grand-mère et la famille de celle-ci, pousse sa curiosité au plus profond de son âme. En effet, elle veut découvrir ce qui est arrivé à tous les habitants de ce village.
    Elle part, accompagnée de 4 autres personnes, dont son ancienne meilleure amie et une jeune femme que personne ne connait.
    Cette rencontre entre Alice et l’autre jeune femme Tone, n’est pas due au hasard ....Tone n’est autre que le bébé retrouvé vivant.
    La malédiction de ce village semble être toujours présente, des fantômes du passé, qui hantent les rues.
    Voilà comment on peut imaginer ce qui se passe.

    Un homme est venu il y a des années de cela, un pasteur. Il a ensorcelé les villageois, tous lui obéissent au point de croire à une secte. Une jeune handicapée considérée comme le mal et le pasteur arrive à détourner tout le monde, pour créer son propre temple.
    Les deux mondes, passé et présent, ne sont pas si éloignés l’un de l’autre.... une survivante de ces disparitions, elle attend son pasteur et considère que la descendante du mal va revenir et elle se doit de la détruire.
    Un monde de folie la maintient en vie depuis toutes ces années.

  • Clem_YCR 15 octobre 2020
    Le Village perdu - Camilla Sten

    Un polar suédois, un résumé pour le moins intriguant, il ne m’en a pas fallu plus pour tenter ma chance sur Bepolar ; l’occasion pour moi de découvrir une nouvelle auteure par la même occasion.
    Le village perdu véhicule une ambiance angoissante, qui flirte avec le surnaturel, et nous pousse tout naturellement à chercher la vérité.
    Camilla Sten nous plonge dans un huis clos pour le moins inquiétant, au sein d’un village abandonné et dans lequel la nature a repris ses droits. L’équipe chargée de récolter des éléments en vue de promouvoir un documentaire sur Silvertjärn et son mystère est composée de deux hommes et trois femmes, dont nous découvrons les liens et les rapports au fil de la lecture. J’ai eu un peu de mal avec Alice, l’héroïne, la petite-fille d’une ancienne habitante du village, la cheffe (et il ne faut pas lui enlever son titre), à qui ce projet de documentaire tient vraiment à cœur. Elle ne semble pas toujours avoir le sens des réalités, toute aveuglée qu’elle est par la réussite de son projet. On comprend que son passif avec les autres personnages, comme ses émotions, jouent sur ses prises de décisions et expliquent son comportement parfois égoïste, mais on a du mal à s’y attacher.
    Nous alternons entre passé (juste avant la disparition de l’entièreté du village et le meurtre de Birgitta), présent (l’exploration du village par l’équipe pour le documentaire) et quelques lettres d’époque, retraçant la correspondance de la sœur de la grand-mère d’Alice, nous donnant une idée de ce qui est arrivé au village.
    Certaines choses m’ont parues un poil incohérentes ou trop faciles, voire tirées par les cheveux mais globalement j’ai beaucoup aimé cette plongée dans le comportement collectif de ce village isolé.
    Le village est vraiment oppressant, et la météo n’est pas en reste. Nous explorons, à la suite de l’équipe de tournage, les principaux bâtiments du village : école (où un bébé, seul survivant, a été retrouvé), église, mine ou encore la maison de l’arrière grand-mère d’Alice. Qu’est devenu le bébé ? Que c’est-il réellement passé il y a 60 ans ? Autant de questions qu’à l’instar des personnages, nous nous posons également ; autant de questions dont nous découvrons, peu à peu les réponses.
    Entre tensions personnelles, non-dits et jalousie sur fond de village hanté ; Camilla Stern nous entraîne dans une expédition tendue, où passé et présent se rejoignent pour dévoiler la folie des hommes. La folie. Folie qui tient une grande place dans ce roman, quel que soit sa forme.
    Une descente psychologique implacable et glaçante au cœur d’un village fantôme, qui étoffe l’intrigue et confirme l’addiction du lecteur.

  • Mes Carnets Litteraires 16 octobre 2020
    Le Village perdu - Camilla Sten

    Après un prologue captivant et prometteur, l’ensemble a été long à démarrer, que ce soit au niveau de l’intrigue au présent ou de l’intrigue passée.
    L’autrice s’est évertuée à nous faire croire que les personnages étaient morts de peur mais l’ambiance n’y était pas alors qu’il y avait vraiment de quoi faire avec ce village abandonné et glauque.
    Mais je pense que ce qui m’a le plus dérangée est le côté young adult très prononcé (et non annoncé !), que ce soit dans l’intrigue, dans le style d’écriture ou dans l’attitude des personnages. J’avais vraiment l’impression, par moment, d’être dans un remake du Club des Cinq...
    Mais heureusement, dans la deuxième moitié du roman, les choses ont commencé à bouger beaucoup plus, l’action était là et la tension est montée crescendo.
    L’intrigue lié au passé des habitants du village, totalement passionnante, a pris plus d’épaisseur et de densité.
    Les révélations finales m’ont agréablement surprise ! Je ne m’attendais pas à une fin aussi étonnante et je pense qu’elle me marquera un bon moment !

    ➡️ Un thriller au style young adult dont la réussite repose principalement sur une fin très réussie !

  • lydieguillaume 16 octobre 2020
    Le Village perdu - Camilla Sten

    Ce polar est vraiment formidable.
    On y parle d’une bande de jeunes gens souhaitant réaliser un documentaire sur un village abandonné de suède. La disparition de ses habitants 50 ans auparavant est un mystère. On comprend vite que certains protagonistes ont des liens de parenté avec les disparus et cherchent des réponses sur leurs ascendants.
    L’ambiance young andult rend le roman très agréable à lire. Mais vite cela devient encore plus passionnant, effréné. On est carrément dans un film tant tant le décor est dressé,l’action mise en place. Le suspense est continu. On croit toujours deviner les rebondissements et l’intrigue mais on est toujours surpris. On pourrait en dire tellement plus mais alors je dévoilerai de grandes surprises de ce roman et vous priverai d’un plaisir certain effroyablement efficace.

  • Sharon 16 octobre 2020
    Le Village perdu - Camilla Sten

    Tout d’abord, je tiens à remercier Be polar et les éditions Le Seuil pour ce partenariat.
    Je découvre Camilla Sten, autrice et fille de Viveca Sten. Je découvre, et je m’étonne d’avoir ressenti si peu d’émotions, au regard de la richesse des thématiques évoqués. Pourquoi ?
    Ce roman se déroule sur deux époques, de nos jours, et en 1959, les deux périodes sont clairement délimités, présent pour l’une, passé pour l’autre. Un dénominateur commun : le lieu, ce village de Silvertjärn, dont tous les habitants, sauf deux, ont été portés disparus. Ma première interrogation est, tout de même, pour quelles raisons une enquête poussée n’a pas été menée, tant il paraît étonnant que tous les habitants aient disparu ainsi ? Certes, depuis Indridason, le lecteur amateur de polars nordiques sait que des personnes peuvent disparaître, que leur corps peut ne jamais être retrouvé. Pour quelques personnes, pas pour un village entier.
    Enfin, si, il restait le corps de Gitta, assassinée, et une seule survivante, un bébé laissée seule dans une école. Le lecteur saura ce qu’est devenue cette enfant, il saura également que sa descendante fait partie des personnes venues tournées ce documentaire qui doit faire la lumière sur ce qui s’est déroulé dans le village. Non, il ne s’agit pas d’Alice, cependant, elle aussi est liée à son village : sa grand-mère y a vécu, elle vivait avec mari et enfant à Stockholm quand le drame est arrivé, ses parents et sa soeur font partie des disparus.
    Et si le drame de Silverjärn avait eu lieu bien avant ? Nous avons tendance à penser que les difficultés économiques sont uniquement contemporaines, alors que le premier drame de ce village fut la fermeture de la mine, et avec elle le chômage, la dépression, l’alcoolisme, des êtres humains déjà transformés en fantôme. Elsa, l’arrière-grand-mère d’Alice, assiste impuissante à la lente dégradation morale, physique de son mari. Elle assiste aussi à l’éloignement de sa fille cadette Aina, fortement influencée par le tout nouveau pasteur, venu en soutien de leur propre pasteur, aussi alcoolisé que ses paroissiens. Elsa est pourtant extrêmement combattive, elle qui s’occupe, seule ou presque, de Gitta, jeune femme qui serait (du moins je l’espère) sans doute prise en charge de nos jours, soignées comme il se doit : sans le dévouement et le courage d’Elsa, Gitta serait morte depuis longtemps. Et la lecture devient douloureuse, à la limite du supportable, quand Elsa en est presque à se battre seule contre toute. Son adversaire ? le fanatisme religieux, sectaire, hier comme aujourd’hui. Hier comme aujourd’hui, il embrigade ceux qui ne savent plus à quoi se raccrocher, cherchent une voie pour s’en sortir, sans se rendre compte qu’il est facile, très facile, beaucoup trop facile de chercher un bouc émissaire.
    Si j’ai aimé le personnage d’Elsa, force est de constater que son arrière-petite-fille n’a pas été crée avec autant de force. Pourtant, son personnage était lui-même fort riche : la dépression est rarement abordée dans un roman, ses conséquences sur l’entourage de la personne dépressive encore moins. Mais.... longtemps flottera un doute sur la nature des relations qui unissent Alice à Emmy, à Tone. Ni elles, ni les personnages masculins ne sont suffisamment caractérisés pour m’emporter comme s’ils étaient déjà eux-mêmes des fantômes avant même d’arriver à Silvertjärn. C’est un regret, pour moi, de ne pas m’être attachée à eux, alors que le roman était bien construit et que son intrigue nous mène jusqu’au point de non-retour.

  • Emysbook 18 octobre 2020
    Le Village perdu - Camilla Sten

    Je n’aime vraiment pas écrire une critique négative ou parler d’un roman que je n’ai pas vraiment aimé..
    Malheureusement ça thriller scandinave n’a pas su répondre à mes attentes.

    Malgré tout il y avait de très bon ingrédients pour me satisfaire. J’ai beaucoup aimé la plume de Camilla Sten que j’ai trouvé similaire à celle de sa mère. Une plume souple, harmonieuse et entraînante.
    L’histoire donnait très envie, un village perdu, une population qui disparaît et l’impression d’être dans un endroit sinistre.
    Pourtant au fil des pages je ne trouvais pas cette ambiance angoissante, j’avais juste l’impression d’être dans une mise en scène avec des acteurs. J’ai vraiment eu du mal à me plonger dans l’environnement et dans l’espace.
    Passé les premiers chapitres, arrivée après la page 100, l’histoire prends une autre allure. Des faits se produisent et je devrais en être satisfaite. Non c’est tout autre chose qui se produit. L’impression de tourner en rond. Rien ne vient perturbé l’ordre des choses.. c’était long..
    Ce qui vient cependant améliorer mon impression se situe dans les dernières pages car j’ai été surprise par la fin, elle m’a plu et m’a embarqué dans des révélations inattendues !
    Il s’agit là que de mon avis personnel, il peut bien sûr vous convaincre !

  • Morganea 19 octobre 2020
    Le Village perdu - Camilla Sten

    Je ne connaissais ni l’auteure ni son patrimoine génétique avant de commencer ce livre. Mais suite à un concours organisé par #bepolar , voilà chose faite !
    De la même génération que l’auteure (début 1990’s) , je me suis retrouvée plonger dans une histoire mêlant le Projet Blair Witch (avec une très forte influence de ce livre) et la légende de l’île de Roanoke sur fond de Creep Show ...

    La 4ème couverture était prometteur : un village sinistre perdu au milieu de nulle part , un cadavre et un bébé abandonné comme seuls témoins d’existence humaine et une descendante qui entraîne toute une équipe afin de découvrir le mystère de ces disparitions grâce aux écrits de sa grand mère...

    Je m’attendais à retrouver les codes de certains films et romans mais là malheureusement c’est un peu trop à mon goût . Un rythme d’écriture mêlant passé (1959) et présent intéressant mais un rythme plus ou moins long par moment , malgré des chapitres courts. Et lorsque le rythme s’accélère, c’est pour retrouver les codes du film Blair Witch , aussi bien par les décors (visuels et sonores) que par le suspens et l’atmosphère pesante qui entoure nos 5 protagonistes tout au long de leurs recherches à travers une ville fantôme sans possibilité d’appels à l’aide.
    J’entrevois déjà le chemin que l’auteure entreprends ...
    Toutefois les dernières pages de ce roman créent une fin plus qu’intéressante .
    Je suis donc plutôt mitigée concernant mon avis , à la fois lectrice d’un "déjà vu" qui ne vous fait pas sauter au plafond mais aussi agréablement surprise par sa fin ...

    Un livre que je pourrais conseillé à un public de jeunes adultes , à lire le soir d’Halloween afin de changer des habituels films d’horreur ;)

  • Blog PurpleRain 21 octobre 2020
    Le Village perdu - Camilla Sten

    Vous avez aimé le projet Blair Witch avec ses 3 étudiants de cinéma qui s’aventurent dans la forêt de Black Hills, dans le Maryland, pour faire un documentaire sur une légende locale ? Vous aimez les histoires étranges et prenantes ou les héros du roman, jouent leurs vies dans d’étranges situations à chaque chapitre. Ce roman est fait pour vous.

    Un livre en huis-clos avec seulement 5 personnages, une histoire étrange, un village abandonné qui glace le sang et des phénomènes assez étranges. Le mélange parfait pour un roman qui tient en haleine. Un bon thriller qui ne vous empêchera pas de dormir, mais qui vous tiendra en haleine un petit moment. Vous plongez dans l’exploration d’un village abandonné de Suède, dans le style Urbex, avec une dose de suspense, des énigmes et des frissons garantis. L’histoire est bien trouvée, les personnages attachants même si certains mériterait quelques coups de pieds aux fesses.

    Si vous avez aimé "L’île des disparus" vous aimerez retrouver la plume de Camilla Sten dans ce nouveau roman, un brin angoissant.

  • lecturesdudimanche 23 octobre 2020
    Le Village perdu - Camilla Sten

    Aujourd’hui, grâce à BePolar et aux éditions du Seuil (que je remercie au passage !) je vous emmène en balade dans un village abandonné, dont les habitants se sont mystérieusement volatilisés en 1959, n’abandonnant sur la place que le cadavre d’une femme lapidée et un nourrisson en pleurs. Cette énigme vieille de 60 ans a toujours intrigué Alice, car sa grand-mère était originaire du village. Elle vivait en ville au moment du drame qui lui a ravi ses parents et sa petite sœur. Sa vie fut donc hantée par les questions laissées sans réponses.

    Alice décide donc de monter une petite équipe pour explorer le village isolé qui tombe en ruine afin de lancer un projet de documentaire. Ses moyens sont limités, mais pas son envie de découvrir la vérité. Mais Alice traîne un passé de dépression et n’est pas parfaitement honnête avec toute son équipe, ce qui crée inévitablement des tensions dans ce lieu totalement coupé du monde extérieur où le réseau ne passe pas.

    Et tandis que l’on suit l’arrivée de l’équipe et ses premières explorations de Silvertjärn, le lecteur, lui, plonge dans le passé, à quelques mois du drame, pour faire connaissance avec les habitants. Se dessine alors le tableau d’un village désabusé, abattu par la fermeture de la mine qui laisse la plupart des foyers sans emploi, dans lequel débarque un jeune pasteur.

    Ambiance angoissante dans ce village perdu, sans réseau, qui tombe en ruine ? Check !

    Mystère et investigations au programme ? Check !

    Dénouement bien ficelé pour clôturer la lecture ? Check !

    Ok, tous les voyants semblent au vert ! Tous, sauf celui de l’empathie. Si j’ai aimé la partie « passé », impossible de m’attacher aux personnages du présent ! Alice m’a cassé les pieds tout du long, geignarde et cachotière. Son ex-meilleure-amie est présentée comme une pétasse sans cœur, alors que croyez-moi, soutenir à bout de bras quelqu’un qui ne veut pas s’en sortir, ce n’est pas si simple ! Et pour être passée par là, je peux confirmer que je comprends ses choix… Les autres personnages secondaires auraient mérités un traitement plus creusé. L’ensemble m’a menée à terminer laborieusement ma lecture, et c’est dommage parce que le thème en soi et son traitement sont, eux, excellemment bien foutus !

    Bref, j’étais dans une phase d’euphorie littéraire, mais cette lecture me rappelle que ça ne marche pas à tous les coups, bien que ceci ne soit qu’un ressenti personnel ! D’ailleurs pas forcément en accord avec nombre de critiques élogieuses que je vous invite à découvrir

  • Flo Poulpe 25 octobre 2020
    Le Village perdu - Camilla Sten

    Camilla Sten nous emmène dans les grande forêt suédoise au sein du village de Silvertjärn.
    5 jeunes, quasi trentenaire, partent vers ce village perdu pour y faire un documentaire.
    Le seul hic dans leur voyage:il s’agit d’un village fantôme. Les habitants ont disparu sans laisser de trace il y a 60 ans.
    Qu’à t’il pu se passer ?
    Il s’agira du voyage de leur vie, dans le genre du mythique "Projet Blair Witch !"
    L’autrice nous tient en haleine du début à la fin. Tout est fait et décrit pour nous glacer le sang depuis les décors dans le style "résident evil" jusqu’au sentiments des protagonistes.
    Un livre que vous dévorerez d’une traité.

  • meslivresdepoche 27 octobre 2020
    Le Village perdu - Camilla Sten

    Je tenais à remercier la maison d’édition ainsi que Be Polar pour l’envoi de ce roman.

    J’étais plongée dans l’histoire dès le début, j’ai trouvé l’accroche très intriguant et atypique. On a l’impression de faire partie des coulisses du tournage, et j’ai trouvé ça très attractif.

    Ce roman m’a donné des frissons tout du long, avec son petit côté Blair Witch. Ce petit groupe de personne qui va tenter de tourner un film au milieu de cette cité déserte va vite tourner à la catastrophe.

    Ce récit est un véritable page Turner, on ne peut s’en détacher avant d’avoir le fin mot de l’histoire.

    Cette alternance passé présent est rythmée, et nous permet de comprendre pourquoi les habitants du village ont quitté les lieux. L’ambiance crée par l’auteur est malsaine, froide mais tellement nécessaire et en accord avec le roman.

    J’ai été surprise par l’histoire, et j’ai passé un moment terrifiant !

    Parfait avec cette petite tempête qui règne dehors, on se sent encore plus dans l’ambiance et on a d’autant plus la chair de poule !

    Eline @meslivresdepoche

  • onlyme 27 octobre 2020
    Le Village perdu - Camilla Sten

    J’ai eu l’opportunité de lire ce livre qui m’a été prêté. J’ai aimé l’intrigue. Toutefois, j’ai failli abandonner ma lecture au milieu de l’histoire, pensant le suspens dénoué. Cependant, j’ai continué la lecture. Et croyez-moi j’ai été très surprise du final. Bon thriller

  • Bea 31 octobre 2020
    Le Village perdu - Camilla Sten

    Ce livre manque un peu de rythme. Trop long à mon goût

  • unevietoutesimple 1er novembre 2020
    Le Village perdu - Camilla Sten

    Je remercie tout d’abord BePolar et les Editions du Seuil pour l’envoi de ce roman.

    Je trouve la couverture magnifique, à la fois pleine de douceur, de sérénité mais également de mystère et de froideur de par sa couleur bleue. Au-delà de l’aspect visuel, elle est également très agréable au toucher.

    Mais parlons maintenant de l’histoire en elle-même.

    Dès le début l’atmosphère s’annonce glaçante avec l’entrée dans le village et la découverte d’un corps lapidé et d’un nourrisson en vie livré à lui-même.

    L’histoire oscille entre le passé (la vie dans le village juste avant la disparition des habitants) et le présent (un groupe de 5 personnes en repérage pour le tournage d’un documentaire sur la dite disparition).

    Rapidement, des événements étranges surviennent (dans la partie contemporaine du récit) et l’on se demande si le village ne serait pas hanté. En effet, le village isolé baignant dans la jolie lumière du printemps devient vite inquiétant et menaçant. Mais nous ne sommes pas dans un thriller fantastique ou horrifique alors on écarte cette hypothèse et on en vient à soupçonner un membre de l’équipe d’agir dans l’ombre pour effrayer ses comparses, les pousser à quitter les lieux. Mais lequel cela pourrait-il être ? Se font-ils des idées ? L’un d’entre eux leur joue t-il des tours et dans ce cas, pourquoi ?

    Les liens entre Alice et ses amies Emmy et Tone sont ambigus et ne sont vraiment dévoilés que vers la fin. Mais je dois dire que je me suis posée beaucoup de questions à ce sujet.

    J’ai beaucoup apprécié le personnage d’Elsa. C’est une femme qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. Par contre, dès le départ, le personnage du pasteur m’a paru antipathique. J’ai trouvé que dans l’ensemble les personnages féminins étaient plus travaillés que les personnages masculins. On en sait peu sur les deux garçons du groupe, quant au pasteur, je trouve que son personnage est trop effacé, superficiel alors qu’il a une place importante dans l’histoire, il aurait mérité d’être plus développé au delà de ce qu’on apprend sur lui à travers le travail d’enquête mené par la grand-mère d’Alice.

    Malgré tout, quelques petites choses m’ont dérangée, comme le fait qu’Alice découvre des documents (textes et dessins). La police aurait dû mettre la main dessus au moment de son enquête sur la disparition des habitants et les documents emmenés.

    J’ai beaucoup aimé l’ambiance glaçante de ce roman qui malgré quelques lenteurs par-ci par-là a su me tenir en haleine tout au long de ma lecture. Cette atmosphère c’est ce qui fait le roman.

  • myfabulousreading 3 novembre 2020
    Le Village perdu - Camilla Sten

    Envoûtant et fascinant, sont les deux mots qui me viennent d’emblée à l’esprit pour décrire ce thriller suédois très réussi.

    Je n’ai ressenti aucun temps mort, tout est dans un suspense parfaitement ménagé, entre une alternance passé/présent qui nous dissémine des indices jusqu’à la toute fin. Le lecteur ne cessera de s’interroger sur la réel cause de l’évaporation soudaine des habitants de cette petite bourgade.

    La plume est fluide et très agréable, les personnages et la ville de Silvertjärn baignent dans une atmosphère de secrets, ce qui ajoute encore du mystère, sur cet endroit, devenu ville fantôme. On s’imagine très bien la brume et le froid nous frôler pendant toute cette lecture.

    Ce thriller fleurte également avec le surnaturel, juste assez pour nous provoquer quelques frissons supplémentaires. Belle découverte pour ma part, que je vous recommande chaudement !

  • cecilia_cherieblossom 5 novembre 2020
    Le Village perdu - Camilla Sten

    Alice Lindstedtest une jeune documentariste qui se rend à Silvertjärn, un village minier fantôme perdu au fin fond de la Suède, afin de tourner une série documentaire appelée "Le village perdu". Elle est accompagnée d’amis et anciens amis pour l’aider à comprendre le mystère qui entoure ce village depuis des années. En effet, cinquante ans plus tôt la population du village disparaissait mystérieusement, ne laissant pour seule trace que le corps d’une femme lapidée et ligoté à un poteau et un nourrisson en vie. Alice dont la grand-mère était originaire du village est bien décidée à trouver des indices durant sa semaine de tournage. Un tournage qui s’annonce compliqué car arrivés sur place ses amis et elle se rendent compte que le froid est glacial, que le village est coupé de tout réseau et civilisation ... ou pas ! En visitant les différents lieux de vie du village comme les maisons, l’église ou encore l’école, ils se rendent bien vite compte qu’ils ne sont peut-être pas si seuls que ça et qu’à vouloir déterrer les sombres secrets du passé ils mettent potentiellement leurs vies en danger 😰

    J’ai bien aimé l’ambiance angoissante que met progressivement en place l’auteure entre la neige, le groupe d’amis coupé de la civilisation et la visite des lieux désaffectés. Je me suis fait plein de scénarios dans ma tête et m’attendait à sursauter à chaque grincement de sol et bruit bizarre. Malheureusement je n’ai fait qu’attendre que ces moments viennent et j’ai été frustrée qu’à chaque moment propice à de l’action ou à un rebondissement le tout retombe comme un soufflé puisqu’il ne se passait au final pas grand chose ... J’ai dû attendre les 100 dernières pages pour avoir des frissons et j’ai enfin commencé à me régaler ! Un peu tard pour un polar dit glaçant ce qui fait que ma lecture a été en demie-teinte, mais j’ai adoré la plume de l’auteure et sa manière de décrire les décors que j’ai trouvé ultra réaliste !

  • L’atelier de Litote 8 novembre 2020
    Le Village perdu - Camilla Sten

    Un roman où règne une atmosphère fantomatique, le petit village minier de Silvertjarn semble figé dans le temps depuis les années soixante où toute la population a disparu dans des circonstances non élucidées. Alice décide de partir mener l’enquête en vue d’établir un film documentaire sur cette tragédie où sa propre grand-mère a fait partie des victimes. A ses côtés un petit groupe d’amis se lance dans l’aventure. On va essayer de comprendre ce qui a bien pu se passer ce jour là, 60 ans plus tôt, suicide collectif, accident, mouvement sataniste, ce ne sont pas les légendes qui manquent. La narration nous emporte un passé/présent. J’ai vraiment aimé découvrir l’histoire d’Elsa et de sa famille en 1959, lorsqu’arrive un nouveau pasteur dans le village. Le présent se révèle plus décousu avec de nombreux rebondissements suspects qui font froid dans le dos. Ce qui est intéressant c’est d’avoir pu créer des liens entre ascendants et descendants comme Alice. Les flashbacks viennent éclairer l’histoire d’une façon qui ne peut que nous faire frissonner. J’ai trouvé à ce roman des qualités visuelles dans les descriptions du village qui m’ont rappelé ce que je ressens lorsque je suis devant un film d’horreur entrain de dire « non, ne va pas par là ».Un récit sidérant sur la foi et ses dérives. Alors même si j’ai souvent vu les choses venir, j’ai été captivée par le style net et le rythme entrainant. Les choses prévisibles ne sont pas toujours désagréables et j’avais hâte de découvrir la fin. Cela m’a fait penser dans une moindre mesure à du Stephen King c’est sinistre et inquiétant. Il faut dire que l’auteure à parfaitement la maîtrise de son récit et que lorsque tous les fils se retrouvent assemblés au point culminant c’est à la fois terrible et passionnant. Bonne lecture.
    http://latelierdelitote.canalblog.com/archives/2020/11/08/38614008.html

  • VALERIE FREDERICK 9 novembre 2020
    Le Village perdu - Camilla Sten

    Vous avez aimé « Le projet Blair Witch » ? Foncez lire ce thriller dans lequel les ricanements, les rires et les cris sortant de nulle part vont vous faire frissonner !

    Alice Lindstedt est une jeune réalisatrice suédoise qui a décidé de tourner un documentaire sur une histoire liée à sa propre famille. Sa grand- mère, Margaretha, vient en effet d’un village nommé Silvertjärn, dont toute la population a mystérieusement disparu un jour de 1959.
    « Près de neuf cents personnes, disparues sans laisser de trace... personne ne sait s’ils sont vivants ou morts. Personne ne sait s’ils se sont suicidés, s’ils sont tombés malades ou s’ils sont partis volontairement. Personne ne sait pourquoi cette pauvre Birgitta Lidman a été lapidée. Et personne ne sait à qui était le nourrisson dans l’école, ni pourquoi il a été abandonné. »

    Elle emmène avec elle son amie Tone, Max, qui produit le film, et le couple composé de Robert et Emmy, spécialistes de la réalisation de films documentaires. Le village de Silvertjärn est éloigné de tout, et l’ancienne mine de minerai qui s’y trouve toujours de manière désaffectée, empêche toute communication via les téléphones portables. Nos cinq personnages se retrouvent donc isolés du monde dans un village en ruine et sans âme qui vive.

    Mais voilà qu’au fur et à mesure des heures qui passent, de troublants événements interviennent, des bruits incongrus se font entendre et un déchainement d’actes violents vont mettre nos personnages sur les nerfs, d’autant plus que certains règlements de compte liés à des histoires du passé vont eux aussi pointer leur nez…

    L’ambiance est glauque, pesante, de plus en plus étouffante au fur et à mesure que les pages se tournent et que les événements du passé tendent au lecteur des perches pour comprendre ceux qui se déroulent au présent. La narration temporelle alternée entre récit de 1959 et récit du présent permet de créer une tension grandissante. Personnellement, j’ai imaginé plusieurs scenarii, mais jamais je n’ai deviné la fin proposée par Camilla Sten (d’autant plus qu’elle ouvre vers d’autres interrogations, je trouve).

    Bref, un excellent thriller, qui frôle avec le surnaturel, à l’écriture très cinématographique, qui vous plongera dans une histoire bien originale !

  • Lectures Gourmandes 10 novembre 2020
    Le Village perdu - Camilla Sten

    Le nouveau livre de Camilla Sten est tout simplement surprenant ! Et pour cause, tout y est : une ambiance sur laquelle on s’interroge, un mystère que l’on souhaite résoudre, des personnages plus intéressants les uns des autres et une protagoniste que l’on prend plaisir à suivre.
    L’autre sait et arrive à créer une ambiance entre le thriller et le surnaturel.
    Camilla Sten n’est pas seulement la fille de la grande autrice Viveca Sten mais aussi une autrice à part entière qu’il faut découvrir ET suivre !

  • Matildany 12 novembre 2020
    Le Village perdu - Camilla Sten

    Alice embarque une petite équipe de tournage dans le petit village abandonné de Silvertjän, afin de préparer un documentaire sur les événements étranges qui s’y sont produits il y a 60 ans.
    Tous ses habitants ont mystérieusement disparu, on n’a retrouvé que le corps de la simplette du village, ligoté à un pieu sur la place, ainsi qu’un nouveau-né abandonné.
    Alice qui a été imprégnée par les souvenirs de sa propre grand-mère ayant quitté les lieux peu avant le drame, essaie de trouver des réponses.
    Vu comme cela, cela semble simple, mais c’est un vrai thriller d’atmosphère, qui alterne les époques. On passe du présent, et son ambiance à huis-clos qui m’a fait penser au film " le projet Blair Witch", au passé, où l’on suit la vie des villageois, démoralisés après la fermeture de la mine qui les faisait vivre. Pour les habitants, l’espoir renaît quand un nouveau pasteur les exhorte à croire en une délivrance au travers de la religion. Petit à petit, on en arrive à comprendre les clefs du mystère...
    J’ai beaucoup aimé ce climat reflétant l’isolement, il y a un côté film d’horreur dans le sens où quand on voit des membres du groupe s’éloigner, on sent qu’un malheur va arriver...un bon thriller bien délassant, qui tient la route jusqu’au bout.

    https://instagram.com/danygillet

  • 1001histoires 25 novembre 2020
    Le Village perdu - Camilla Sten

    Camilla Sten est la fille de Viveca Sten ( voir la bibliographie de Viveca ici ). Après une série de romans pour adolescents écrits à quatre mains entre 2016 et 2018 avec sa mère ( trilogie "L’île des disparus", en France chez Michel Lafon ) Camilla Sten a publié en 2019 son premier roman pour adultes.

    Le village perdu  : publié en Suède en 2019, titre original "Staden", parution en France le 1er octobre 2020. Dans ce premier roman, Camilla Sten a choisi de faire peur à ses lecteurs ...

    Comment les huit cent quatre-vingt-sept habitants d’un village peuvent-ils disparaître comme partis en fumée ? C’est ce qui s’est passé en août 1959 à Silvertjärn au fin fond de la campagne suédoise au milieu du Norrland. Tous les habitants disparus, sauf le cadavre d’une femme lapidée et un bébé de quelques jours retrouvé vivant à même le sol dans l’infirmerie scolaire. Toutes les recherches sont restées vaines, pas la moindre trace des autres habitants, tous envolés comme s’ils n’avaient jamais existé. Toutes les hypothèses ont circulées comme une psychose collective provoquée par la fermeture de la mine qui faisait vivre toute la population locale. Mais dans ce cas où aurait elle fuit ? Des explications parfois farfelues ont été avancées, enlèvement par des extraterrestres ou invasion par l’Union Soviétique qui retiendrait la population prisonnière.

    De nos jours, Alice Lindstedt a monté un projet fou. Lever des fonds pour tourner un documentaire sur place à Silvertjärn, communiquer sur les réseaux sociaux et surtout trouver des explications ! La grand-mère d’Alice a vécu à Silvertjärn mais avait quitté le village avant les disparitions. Elles en ont beaucoup parlé.

    Alice monte une première expédition, un simple repérage des lieux avec une petite équipe pour ramener des prises de vue. En quelques pages le lecteur rejoint le village perdu en compagnie d’Emmy, Max, Robert, Tone et Alice. La vie s’y est arrêtée, figée. L’exploration du village fantôme commence. Il y a les risques inhérents au temps qui a passé, les maisons semblent intactes mais des éboulements sont à craindre. Et puis des faits inexplicables se produisent. La crainte devient angoisse, peur, psychose, paranoïa.

    Camilla Sten mêle habilement présentation des cinq explorateurs dont l’histoire et le comportement ne manquent pas d’interroger le lecteur. L’exploration du village abandonné est pleine de suspense et ajoute nombre d’énigmes à un contexte déjà propice aux frissons. Des phénomènes inexpliqués se produisent. La découverte d’objets ou de documents de l’époque s’ajoute à une atmosphère mystérieuse à souhait. Il y a bien quelques longueurs dans le récit ( difficiles à éviter dans un huis clos ) mais l’auteure sait habilement relancer sa narration en faisant référence au passé, d’abord en révélant des correspondances de l’époque entre quelques habitants de Silvertjärn et leur famille ayant quitté la région, puis passé et présent ( ce sont d’ailleurs les titres laconiques des chapitres ) se répondent et se rejoignent dans les toutes dernières pages. Le lecteur peut entrevoir la vérité avant la fin mais ce qu’il y a de bien dans ce premier roman c’est que l’épilogue ne bascule pas dans le fantastique, il reste plausible et bien encré dans l’Histoire de la société suédoise. Le chalenge d’un premier roman n’est jamais facile, Camilla Sten s’en sort très bien à plus forte raison dans un registre inhabituel.

    Merci aux Éditions du Seuil.

    Découverte du polar nordique

  • Cathy81 1er décembre 2020
    Le Village perdu - Camilla Sten

    Alice Lindstedt, jeune documentariste, décide de tourner un film à Silvertjarn, village d’où sa grand-mère est originaire, rien d’extraordinaire sauf que..... tous les habitants du village ont disparus en 1959, seul le corps d’une femme lapidé a été retrouvé ainsi qu’un nouveau né. L’enquête n’a rien donné et le mystère reste complet. Alice, étudiante en cinéma, décide d’y tourner un film pour tenter de percer le mystère. Elle a beaucoup d’éléments d’information grâce aux lettres que sa grand-mère écrivait à sa petite sœur Aina quand elle était à Stockholm. Alice et son équipe : Emmy, Tone, Robert et Max, arrivent dans ce village isolé, avec un seul pont pour y accéder et bien entendu pas de réseau ! Très motivée, l’équipe est ravie de découvrir le village et commence les premiers repérages. L’atmosphère est étrange, fantomatique, le temps semble s’être arrêté brutalement. Malgré une grande motivation, Alice commence à ressentir un malaise diffus. Dès la première nuit, une silhouette est aperçue, puis des bruits étranges dans les talkies-walkies. Tone se blesse à la cheville en explorant une maison, le plancher a cédé sous son pas...Peu à peu les phénomènes s’amplifient et plusieurs incidents se produisent : ils ne sont pas seuls au village !
    Sans en révéler davantage," le village perdu" est un excellent roman , le suspense est très bien mené avec des alternances entre le présent et le passé. L’atmosphère devient de plus en plus étrange et les incidents se multiplient jusqu’au dénouement final ! Excellent, on ne peut pas le lâcher avant la fin !

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.