Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

1991 - Franck Thilliez

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

25 #AvisPolar
10 enquêteurs
l'ont vu/lu
10 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

En décembre 1991, quand Franck Sharko débarque au 36 quai des Orfèvres, il est tout de suite chargé de reprendre l’affaire des « Disparues du Sud parisien ». L’état des lieux est simple : entre 1986 et 1989, trois femmes ont été enlevées dans les parkings de leurs immeubles et retrouvées dans des champs, violées et frappées de multiples coups de couteau. Malgré des centaines de convocations, de nuits blanches, de procès-verbaux, le prédateur court toujours.

Sharko y consacre tout son temps, jusqu’à ce qu’un soir, un homme paniqué se pointe au 36, il vient d’entrer en possession d’une photo figurant une femme couchée dans un lit, les mains attachées aux montants, la tête enfoncée dans un sac en papier marron et reposant lourdement sur la poitrine. Une photo qui mènera le jeune inspecteur jusqu’à une scène de crime tout aussi insoutenable qu’incompréhensible.

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Pour aller plus loin

Vos #AvisPolar

  • Saz72 19 juin 2021
    1991 - Franck Thilliez

    A sa sortie, une vague d’éloge et de coups de cœur a envahi notre petit monde du polar !!!
    Je suis donc rentré en même temps que Sharko à la PJ en cette année de 1991.
    L’histoire commence par une banale déposition de Ph.Vasquez qui ayant reçu un message énigmatique conduit Shark (son futur surnom) à découvrir un cadavre mais le propriétaire des lieux ne correspond pas à l’identité de la victime on pense directement à un tueur en série. On va faire la connaissance de Titi, le Glaive,Einstein et Pitbull l’équipe qui va conduire cette enquête. Sharko va devoir trouver sa place dans cette meute de chasseurs à qui les horreurs du métier non pas épargner et qui porte son manteau de cadavres et de souvenirs horribles. Surtout que cette affaire est mystérieuse, macabre et magique 😨
    F.Thilliez m’a réconcilié avec le polar français , c’est un vrai coup de ❤.
    Cet intrigue à tout ce qu’on peut attendre d’un polar : de l’action, du rebondissement et un final magistral
    Maintenant, je suis atteint par la Sharkomania je suis condamné à lire ses autres aventures 😁😁

  • Mais lis m’élo 19 juin 2021
    1991 - Franck Thilliez

    Quel plaisir d’être retournée dans les années 90 et d’avoir découvert notre Sharko national en jeune inspecteur tout droit sorti d’ENSP (l’école de police qui forme les officiers et les commissaires).
    Une enquête à l’ancienne avec le bottin pour les recherches et les cabines téléphoniques pour les appels en urgence.
    Une lecture vintage mais qui n’a pas manqué de dynamisme et de rebondissements comme sait si bien le faire Franck Thilliez.
    J’ai adoré découvrir de nouveaux petits secrets sur Franck Sharko et de constater que même à 30 ans il avait déjà sa manière bien à lui de gérer ses enquêtes, de suivre ses pistes (pas toujours dans les règles) et surtout de faire ses choix en son âme et conscience et pas forcément en se remettant à la justice.
    Encore un livre de Thilliez de lu et encore un coup de coeur pour moi ❤️

  • Asmo Stark 16 juin 2021
    1991 - Franck Thilliez

    Quel plaisir de retrouver Sharko et qui plus est pour sa toute première enquête au 36. Ici il n’est que le dernier arrivé, celui qui doit faire ses preuves pour trouver sa place dans l’équipe. Il est d’abord chargé d’aller aux archives et de reprendre l’affaire des Disparues du sud parisien où trois femmes ont été violées et tuées entre 1986 et 1989. Sharko cherche un indice ou une piste qui n’aurait pas été exploitée lorsqu’une autre affaire va passer au premier plan. Un homme arrive au 36 avec la photo d’une femme ligotée et une adresse au dos. Cette nouvelle affaire va être le grand baptême pour Sharko.

    Qu’est ce que c’est bon de se retrouver dans les années 1990 et de se rendre compte à quel point tout à changer !
    Une nouvelle piste ? Là il ne suffit pas de mettre la main dans la poche et de sortir son portable, il faut retourner au poste. Une info à vérifier ? Les données de la police ne sont pas encore informatisées, il faut aller au bureau qui gère les casiers judiciaires, passer des coups de fils ou consulter le bottin (depuis quand n’avons nous pas utilisé ce mot ??). Là tout ne repose pas sur la technologie, ça nous change de nos thrillers habituels et ça fait du bien. Ce que l’on retrouve par contre c’est un rythme de dingue et une folle envie de continuer à tourner les pages encore et encore jusqu’à la fin.
    Bref encore un très bon Thilliez qui rend un peu nostalgique quand même.

  • Mes Carnets Litteraires 15 juin 2021
    1991 - Franck Thilliez

    Dans ce préquel qui met en scène les débuts de Sharko dans la police, on retrouve tout ce qui fait le succès de cette série : une intrigue captivante, une tension qui ne nous lâche jamais, des scènes chocs, des thématiques très recherchées et fortes intéressantes mais surtout un personnage principal charismatique et attachant !
    Cette plongée dans les années 90 était une manière originale de remettre Sharko en lumière. L’auteur ne lésine pas sur les clins d’œil et les références de l’époque et on se rend compte à quel point le monde a évolué en 30 ans !
    Dans cette nouvelle enquête, la thématique abordée déstabilisera autant le lecteur que les enquêteurs 😉
    L’horreur est encore une fois au rendez-vous et c’est un vrai plaisir de lecture pour les aficionados du genre !

    ➡️ Un thriller sombre et passionnant, plein de mystères et de magie !

  • booksandmartini 10 juin 2021
    1991 - Franck Thilliez

    Bon, c’est pas un cadeau d’écrire une énième chronique d’un Thilliez. L’énième que vous lirez à propos de “1991”. Parce que… Merde c’est Thilliez quoi !

    Ne vous y méprenez pas, je tente juste de vous faire quelque chose de différent, de ne pas paraphraser ce qui a été dit, dit, et redit sur Thilliez. C’est brillant. C’est systématiquement brillant. On ne va pas parler de l’écriture ou quoi hein, tout est dit.

    Mais de quoi allons nous parler alors ? Et bien d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître (Aznavour bonjour). Même moi qui en ai 28… Et bah en 91 figurez-vous que je n’étais pas née. Les recherches aux archives, se déplacer quand quelqu’un ne répond pas au téléphone. Bref, découvrir le déroulement d’une enquête à cette période était enrichissant.

    Maintenant, attelons-nous à cette deuxième partie de chronique, qui mêle le monde de la magie, le vaudou, en plein cœur de la première enquête de Sharko, non seulement il fallait oser. Mais c’est aussi un paris réussi.

    Ce roman n’est ni plus ni moins que la preuve, encore une fois, de l’immense talent de l’auteur. On se retrouve lancer dans un des meilleurs flashbacks possible, la TOUTE première enquête de Sharko. Un roman signé Franck Thilliez ou l’Houdini du polar français, comme vous préférez.

    Article complet sur le blog : https://booksandmartinicom.wordpress.com/2021/06/10/1991-franck-thilliez/

  • emy8909 10 juin 2021
    1991 - Franck Thilliez

    Petit retour en arrière de 30ans, en 1991 avec la première enquête de Sharko.

    Sharko a 30 ans, il vient de quitter l’école de police et intègre tout juste le très connu 36 quai des Orfèvres.

    En tant que bleu dans l’équipe, on le conduit aux archives, pour reprendre une enquête non élucidée, les disparues du sud, jusqu’à un certain soir, où il rencontre un homme paniqué avec une photo, où une femme est allongée sur un lit, les mains attachées aux montants, la tête enfoncée dans un sac.

    Une enquête qui va les faire douter, se questionner, et qui va les mener dans un milieu où le secret règne.

    .

    On découvre un Sharko jeune, plein de vie et d’espoir, avec un futur à porté de main avec Suzanne. Deux enquêtes en parallèles qui ne vont pas épargné Franck, et qui le marquera des premiers stigmates à tout jamais.

    A l’époque pas d’ordinateur, pas de téléphone portable, juste les minitel, les télégrammes et les cabines téléphoniques, Franck thilliez nous fait faire un bond dans le passé, où la technologie n’était pas encore présente, où le sociale primais sur le virtuel.

    Dans ce livre, on en apprend plus sur l’enfance de Sharko, pourquoi il est devenu flic. On découvre aussi ses coéquipiers, entre flic à l’ancienne et les nouvelles méthodes plus orthodoxes, sa première famille au 36 quai des Orfèvres.

  • Jean-François Mariet 9 juin 2021
    1991 - Franck Thilliez

    Faut-il lire le dernier Thilliez ? Les fans ne se poseront pas la question. Pour les autres, les profanes, pourquoi ne pas découvrir Sharko avec ce préquel ?

    Effectivement, que l’on connaisse le héros des romans de Franck Thilliez ou pas, ce roman ne manque pas d’intérêt. D’abord c’est plutôt un bon polar, 2 enquêtes qui ne devraient pas se croiser, des rebondissements, une intrigue qui se tient quasi jusqu’au bout et des personnages intéressants dont un Franck Sharko en position de débutant.

    Ensuite, je dois reconnaître que le charme vintage opère… une histoire en 1991 avec tous ses petits côtés délicieusement rétros, plein de détails qui nous rappellent des souvenirs… Et puis en savoir un peu plus sur les origines de ce personnage plaira aux afficionados. Pour les polardeux ne vous attendez pas à une révolution dans le paysage mais vous passerez un bon moment, bien meilleur qu’avec le dernier Minier pour ma part, c’est toujours ça de pris !

  • lecturesdudimanche 9 juin 2021
    1991 - Franck Thilliez

    Incontestablement, Thilliez est mon auteur francophone préféré… La sortie de chaque nouvel opus, je l’attends avec l’impatience d’un enfant à Noël, et peu m’importe que certains esprits chagrins déplorent « la machine commerciale » qui entoure ces sorties. Si Thilliez en est là aujourd’hui, c’est avant tout parce qu’il est talentueux, tout simplement ! A bon entendeur…

    Tout ça pour dire que, forcément, dès qu’un nouveau Thilliez sort, je me jette dessus.
    Sharko, que l’on suit depuis de longues années, n’a pas toujours été ce flic abîmé par la vie. Il a démarré au mythique 36 comme n’importe quel enquêteur, dernier de groupe, plein de bonne volonté, plein d’illusions surtout… Le Sharko que nous offre Thilliez n’est cependant pas vierge de toute obsession, et l’on découvre que sa vocation trouve son origine dans un traumatisme d’enfance. Pour autant, le Sharko de 1991 n’est pas encore l’être brisé que l’on avait découvert dans « Train d’enfer pour ange rouge« . Celui-ci est jeune, dynamique, amoureux… Quel plaisir pour le lecteur de découvrir la belle et douce Suzanne, le grand amour de Sharko ! Lorsqu’il arrive au sein du groupe crim’ auquel il est affecté, on lui confie la tâche ardue de réviser une affaire vieille de quelques années. Trois femmes avaient été enlevées, violées, et finalement brutalisées à mort entre 1986 et 1989, mais malgré une enquête soigneuse, le meurtrier court toujours. Même si la tâche semble sans espoir, Sharko est déjà animé par une farouche volonté de bien faire et ne se laisse pas décourager. Pourtant, un soir, l’arrivée d’un homme complètement paniqué le détourne de sa tâche initiale et l’emmène, lui et son groupe, à la recherche d’un nouvel assassin particulièrement tordu.

    Dans cet opus, on va retrouver pas mal d’ingrédients qui font le succès du genre : un groupe soudé, presque une famille, malgré quelques tensions, des rivalités avec d’autres groupes, des rebondissements d’autant plus soignés que, l’histoire se passant en 1991, ils sont quasiment exempts de conclusions hautement scientifiques ou technologiques. Une enquête à l’ancienne, à arpenter les trottoirs et à relire des notes. Pour notre plus grand plaisir, Thilliez a offert à Sharko un ennemi de premier choix à la personnalité complexe. Thilliez nous distille aussi, comme il sait si bien le faire, une petite dose d’introspection quand la droiture du jeune Sharko est mise à rude épreuve… En conclusion, un retour en arrière vers un Sharko encore novice qui va vite comprendre que rien n’est jamais aussi simple qu’on voudrait le croire ou l’espérer…

    Au risque de ne surprendre personne, je crie haut et fort que j’ai une nouvelle fois adoré ! Une intrigue construite, comme toujours, au millimètre près, le tout emmené par une écriture puissante et clinique, mais néanmoins sensible… Je persiste et je signe : Thilliez est un génie littéraire et, année après année, je savoure ma lecture en retrouvant ses mots avec un plaisir toujours inégalé.

  • L’atelier de Litote 1er juin 2021
    1991 - Franck Thilliez

    Impossible de passer à côté de 1991, c’est le thriller de l’été 2021 à n’en pas douter. J’étais moi aussi curieuse de lire ce roman dont tout le monde ou presque dis le plus grand bien. Faire un retour temporel et nous faire suivre la toute première enquête de son personnage phare, c’était une excellente idée. Sharko, qui à l’époque sort de l’école des inspecteurs va être confronté à ses premières enquêtes au fameux 36, Quai des Orfèvres. Il va reprendre aux archives afin d’y apporter un nouvel éclairage, l’affaire non résolue des « disparues du Sud parisiens », trois femmes violées, poignardées et retrouvées mortes. Puis arrive l’évènement imprévu qui va le mener sur une autre affaire au combien dangereuse et parfaitement horrible. Un thriller phare qui vient éclairer les zones d’ombre de notre bien aimé commandant. Replonger en 1991 c’est raviver une époque que j’ai connu et bien entendu l’auteur ne se lasse pas d’intégrer à son récit des marqueurs temps comme le Minitel, le Walkman, les débuts des recherches ADN et celui de l’informatique etc. Cette nouvelle enquête est fabuleuse, elle fait apparaître des thèmes qui vont nous questionner tout au long du récit. On va aller voir du côté d’Houdini, ce grand maître de l’illusion de quoi se laisser prendre au jeu. Les collègues de Sharko ont tous une place de choix, de vrais personnages secondaires qui apportent et soutiennent les intrigues. S’il devait y avoir un seul reproche c’est celui de la surenchère, on n’en finit plus de montée et de grimper dans les cordes. Il y a toujours une nouvelle, un indice, un témoin, un crime, pour relancer la machine de la pire des manières (surtout si vous êtes ophiophobe). Le lecteur se retrouve gaver de rebondissements, de retournements tous plus glauques les uns que les autres, certains vont se régaler d’autres risque d’avoir l’appétit coupé. Dans l’ensemble je dois dire que je suis juste ahurie de l’art consommé de l’auteur pour nous manipuler et aller toujours au-delà de ce que j’imaginais. Enfin il y a toute la psychologie du tueur qui était un pur moment de grâce. Bonne lecture.

  • L’atelier de Litote 1er juin 2021
    1991 - Franck Thilliez

    Impossible de passer à côté de 1991, c’est le thriller de l’été 2021 à n’en pas douter. J’étais moi aussi curieuse de lire ce roman dont tout le monde ou presque dis le plus grand bien. Faire un retour temporel et nous faire suivre la toute première enquête de son personnage phare, c’était une excellente idée. Sharko, qui à l’époque sort de l’école des inspecteurs va être confronté à ses premières enquêtes au fameux 36, Quai des Orfèvres. Il va reprendre aux archives afin d’y apporter un nouvel éclairage, l’affaire non résolue des « disparues du Sud parisiens », trois femmes violées, poignardées et retrouvées mortes. Puis arrive l’évènement imprévu qui va le mener sur une autre affaire au combien dangereuse et parfaitement horrible. Un thriller phare qui vient éclairer les zones d’ombre de notre bien aimé commandant. Replonger en 1991 c’est raviver une époque que j’ai connu et bien entendu l’auteur ne se lasse pas d’intégrer à son récit des marqueurs temps comme le Minitel, le Walkman, les débuts des recherches ADN et celui de l’informatique etc. Cette nouvelle enquête est fabuleuse, elle fait apparaître des thèmes qui vont nous questionner tout au long du récit. On va aller voir du côté d’Houdini, ce grand maître de l’illusion de quoi se laisser prendre au jeu. Les collègues de Sharko ont tous une place de choix, de vrais personnages secondaires qui apportent et soutiennent les intrigues. S’il devait y avoir un seul reproche c’est celui de la surenchère, on n’en finit plus de montée et de grimper dans les cordes. Il y a toujours une nouvelle, un indice, un témoin, un crime, pour relancer la machine de la pire des manières (surtout si vous êtes ophiophobe). Le lecteur se retrouve gaver de rebondissements, de retournements tous plus glauques les uns que les autres, certains vont se régaler d’autres risque d’avoir l’appétit coupé. Dans l’ensemble je dois dire que je suis juste ahurie de l’art consommé de l’auteur pour nous manipuler et aller toujours au-delà de ce que j’imaginais. Enfin il y a toute la psychologie du tueur qui était un pur moment de grâce. Bonne lecture.
    http://latelierdelitote.canalblog.com/archives/2021/05/15/38971839.html

  • Va.lérie 26 mai 2021
    1991 - Franck Thilliez

    Encore un Franck Thilliez dévoré avec bonheur. Quel plaisir de se replonger dans le début des années 90 et de découvrir mon flic préféré, fraichement arrivé au mythique 36, quai des Orfèvres, pour sa première enquête.
    Avec 1991, Franck Thilliez n’est pas loin de la perfection dans le genre Polar. Il réussit à nous immerger entièrement dans l’histoire, les flics de la crim’ deviennent notre famille le temps de l’enquête, et nous entrons avec eux dans l’univers de la magie, même la plus noire.
    Le magicien Thilliez a encore une fois fait mouche avec moi. Ce livre est un excellent polar, et peut-être même le meilleur, et pourtant je les aime tous.

  • VALERIE FREDERICK 24 mai 2021
    1991 - Franck Thilliez

    Je n’ai en rien suivi les enquêtes de Sharko, enquêteur récurrent des thrillers de Franck Thilliez. De mémoire, je n’en ai lu qu’une, même. Mais le concept proposé ici par l’auteur m’a vivement interpellée : revenir sur le passé de son personnage en réponse aux questions de ses lecteurs ; « D’où venait-il ? Pourquoi était-il policier ? A quoi ressemblait- il plus jeune ? » Personnellement, j’aime beaucoup connaître l’enfance des personnages des romans que je lis. On y trouve souvent ce qui en fait l’adulte qu’il est devenu, avec ses failles et ses certitudes. Appréciant la plume de l’auteur, je savais que j’allais passer un bon moment de lecture et effectivement, je n’ai pas été déçue !

    « Culture de taiseux... Comme si ce drame était leur faute à tous, et que le fait de ne pas en parler pouvait permettre d’oublier. Mais un enfant n’oublie pas. Jamais... » Sharko vient du Nord, des mines, où l’on a tellement souffert que l’on s’est habitué à serrer les dents et à ne pas s’épancher sur ses peines. C’est un drame entouré de silence qui a marqué le petit Franck Sharko au fer rouge et l’a décidé à devenir policier pour que les vérités éclatent au grand jour.

    « Une fois dehors, il se tourna vers le bâtiment et eut un pincement au cœur. Il comprit que cet endroit où il avait fourré les pieds, le 36, quai des Orfèvres, n’était qu’un pas qu’un lieu de prestige.
    C’était une arène sanglante.
    La fosse aux lions. » Après avoir débuté sa carrière à Lille, voilà Sharko muté à la Brigade Criminelle du mythique 36, quai des Orfèvres. Titi, le Glaive, Florence et Serge, ses collègues s’apprêtent à le tester, mais une affaire bien complexe va très vite les mettre tous à la même échelle sur le terrain.

    « J’aime bien enquêter. Derrière chaque meurtre, il y a un homme ou une femme qui a franchi une frontière. C’est ça qui m’intéresse. Le pourquoi... » Les raisons qui poussent le « Minutieux » à perpétrer des actes d’une cruauté innommable sont loin d’être évidentes. Vaudou, magie et jeu de piste vont donner du fil à retordre à notre équipe. Une dimension psychiatrique de l’enquête principale va ensuite apparaître – mais où Thilliez va-t-il chercher tout ça ? En parallèle, Sharko continue de mener des investigations sur une affaire sensible, celle des Disparues. Le jeune flic va se retrouver face à un dilemme cornélien. Et on devine que le choix qu’il fera à ce moment- là déterminera sa personnalité de policier dans les enquêtes suivantes. Lesquelles constitueront une partie de mes lectures estivales ; j’avoue, je suis désormais accro à Sharko !

  • loeilnoir 24 mai 2021
    1991 - Franck Thilliez

    Le Saint-Graal, le dernier Thilliez ! Le roman par lequel tout a commencé : la première enquête de Franck Sharko !

    Décembre 1991, Franck Sharko, fraichement sorti d’école, prend ses marques au 36 quai des Orfèvres, en reprenant l’affaire des Disparues du Sud parisien : entre 1986 et 1989, trois femmes ont été enlevées, puis retrouvées dans des champs, violées et frappées de multiples coups de couteau. Depuis, l’enquête est au point mort. Sharko s’investit dans ce dossier jusqu’à ce que, à quelques jours de Noël, un homme paniqué le somme de l’aider. Il vient d’entrer en possession d’une photo figurant une femme couchée dans un lit, les mains attachées aux montants, la tête enfoncée dans un sac. Au dos de cette photo est notée une adresse, qui va mener le jeune inspecteur sur les traces d’un tueur sadique, féru de littérature, de magie et de rituels vaudous…

    Mr Thilliez est un magicien : le temps d’un roman, il est capable de nous transporter à une époque où l’on communiquait par fax, où la musique sortait d’un walkman, où l’on trouvait nos contact à l’aide d’un bottin ou au mieux du Minitel… Besoin de passer un coup de fil urgent, courons à la cabine téléphonique la plus proche : à un kilomètre ? Mais à pied, ça use !! Un brin nostalgique en cette période tourmentée, l’auteur ne nous aide pas à rajeunir, mais c’est pas le but non plus ! J’imagine les plus jeunes de ses lecteurs chercher « annuaire » dans le dictionnaire… Et d’énumérer la liste des objets dont le concept même a disparu ou est tombé en désuétude. Et oui, il fut un temps où les réseaux sociaux c’était le porte-à-porte, le bouche à oreille, le « téléphone arabe »… Drôle d’époque ! Ce n’est pas ce que je retiendrai le plus de ce livre mais ça a le mérite de faire sourire. Et puis, l’auteur a surtout mis l’accent sur les difficultés rencontrées à l’époque pour mener à bien une enquête criminelle. La lenteur des procédures qui, faute de moyen technologique, impliquent énormément de moyen humain et de temps donc pour aboutir à des résultats. L’équipe est d’autant plus soudée qu’une communication efficace est nécessaire (exemple de « la bulle » : ce carnet où chacun met en commun ses déductions, ses remarques…). De nouveaux personnages que l’on découvre ici, forment cette première équipe, qui va devoir se serrer les coudes face à un tueur qui se joue d’eux et les entraîne dans un effroyable jeu de piste.

    Franck Thilliez est également féru de magie noire, et là ça rigole moins… Il est capable, par un tour de passe-passe de quelques pages, de nous entraîner dans des lieux sordides qui sentent le soufre, la folie et la perversion. Dans cette double affaire, il fait toujours preuve d’une imagination terriblement sordide, macabre, c’est un « jusqu’au-boutiste » du mal, qui une nouvelle fois, nous entraîne au chevet d’esprits profondément dérangés. Ames sensibles s’abstenir… ou pas ! Il n’y a pas une once d’espoir dans ses romans, et les plus récalcitrants d’entre vous me demanderons pour quelles raisons lire un roman où il n’y a pas d’espoir ??? Parce qu’il vaut mieux le garder pour la vraie vie !

    Beaucoup d’émotion également que de découvrir un Franck Sharko dans sa première enquête, le profil psychologique de ce flic hors-norme se dessine déjà alors qu’il n’a qu’une petite trentaine d’années : déterminé, perspicace et sensible. On pressent déjà chez le jeune lieutenant l’homme qu’il va devenir par la suite, au fil d’enquêtes toutes plus sordides les unes que les autres. Cette première enquête ne va pas l’épargner, va le lancer dans le grand bain, lui octroyer un baptême du feu digne de ce nom.

    L’inconditionnel lecteur connaît l’avenir que Franck Thilliez a réservé à son personnage, et se fait donc voyeur bien malgré lui… Personnellement, j’aime beaucoup Sharko et j’ai trouvé émouvant de partager ses pensées à propos de Suzanne son amour de l’époque, l’imaginer fonder une famille avec elle alors même que pour sa première enquête, il trouve le monde dans lequel il vit particulièrement maudit, quand on sait ce qui attend la jeune femme par la suite (Train d’enfer pour ange rouge). La détermination sans faille de l’inspecteur trouve sa source dans sa ville d’origine : Bruay La Buissière où l’auteur fait brillamment la jonction entre réalité et fiction.

    Epoque des premières fois pour Sharko : première enquête, première autopsie, première découverte des quartiers de la capitale qu’il arpente à longueur de journée pour du porte-à-porte. Première liaison sérieuse et promesses que l’on croit pouvoir tenir, puis non-dits et mensonges car un quotidien de flic ne se partage pas avec l’être aimé… Ce sera également les premières désillusions face à un métier des plus difficiles, et une première confrontation avec l’IGPN… Bref, un début de carrière qui commence très fort…

    Une réflexion sur l’œuvre générale de l’auteur : dans le duo Sharko-Hennebelle, il me semble que l’inspecteur tient désormais une place prépondérante, Mr Thilliez a t-il prévu dans de futures enquêtes de rétablir la parité ?

    En conclusion, 1991 est un roman indispensable pour comprendre l’un des personnages les plus marquants du thriller français !

  • jeanmid 21 mai 2021
    1991 - Franck Thilliez

    La lecture d’ un roman de Franck Thilliez est toujours un moment particulier , attendu par certains , comme le Messie .
    Ce livre « 1991 » est mon troisième de l’auteur nordiste et mon premier mettant en vedette l’inspecteur Sharko . le hasard faisant bien les choses, il s’agit également de sa première enquête au sein du 36 Quai des Orfèvres . Sharko est sixième du Groupe , cette hiérarchie non écrite entre chaque membre , où prévaut l’expérience et donc l’ancienneté . A lui le « bleu », les corvées en tout genre , les porte à porte , les recherches fastidieuses dans les archives venant d’être informatisées, l’épluchage des messages venant des différents commissariats et d’épais dossiers retraçant tout l’historique d’une enquête comme la délicate expérience des premières autopsies . le métier qui rentre, avec ses journées sans fin ,la découverte de cadavres en décomposition , le goût de l’adrénaline qui fait oublier la fatigue et la faim , mais aussi les jeux de pouvoir , les rivalités sans borne entre groupes . La découverte d’une nouvelle famille enfin ,où l’on fait corps contre l’adversité , où la solidarité et l’entraide ne sont pas des vains mots , une fois que l’on est accepté par le Groupe .
    Le Groupe de Sharko est composé de ,Titi , le chef ,l’expérimenté Serge Amandier son numéro 2 et adjoint , Alain Guichard surnommé « le Glaive » car la méticulosité et le calme sont deux qualités indispensables en tant que procédurier (numéro 3 ), Romuald « Einstein » et Florence ( une des seules femmes du « 36 » ) complètent l’équipe . Pour eux c’est un sentiment d’échec qu’ils ressentent avec cette Affaire des Disparues du Sud Parisien , trois femmes assassinées entre 1986 et 1989 et pour laquelle le coupable reste insaisissable.
    Le hasard d’une fin de journée laborieuse , va emmener Sharko sur une nouvelle enquête toute aussi prenante qui va démarrer à 22 heures par la rencontre d’un témoin de premier plan , présentant à Sharko la photo en noir et blanc d’une femme couchée dans un lit , la tête enfoncée dans un sac de papier . Un premier morceau d’un puzzle macabre qui va changer à tout jamais la vie du jeune Sharko et remplir ses journées comme celle de l’équipe de la Crim’ , d’émotions fortes et de rencontres inédites avec la toute puissance du Mal.

    Je retrouve l’écriture acérée tout en fluidité que j’avais tellement appréciée dans mes deux précédentes lectures de l’auteur ; grâce à elle on s’enfonce dans l’intrigue corps et âme sans aucun doute que la prochaine page ne pourra que mieux nous aider à mieux comprendre l’inextricable fil qui nous mènera à la vérité , aussi terrible soit-elle .Pour corser l’affaire c’est deux enquêtes que Thilliez nous offre sur un plateau , qui démontrent à travers elles , la qualité de limier indéniable et presque innée du jeune Sharko. Un inspecteur intimidé par ses pairs plus âgés mais qui va vite se faire un nom dans l’équipe .
    Le scénario est à l’avenant : sa construction maintient un véritable suspens et nous réserve de brillants rebondissements qui flirtent avec le grand art du genre . Une belle dose de mystères et de magie apportent de leur côté un soupçon de piment supplémentaire à l’histoire.
    Le cadeau « Bonux » ( que nos protagonistes ont nécessairement bien connu) offert avec ce roman c’est le plus culturel , ces informations souvent inconnues du grand public qui nous rendent plus intelligents et servent d’éléments essentiels à la compréhension du roman .
    Côté « épaisseur » celle-ci est apporté par nos personnages dont chaque personnalité est étudié à la loupe , leur vécu comme leur profil psychologique comme une enquête de moralité dans l’enquête même . On fait de la haute couture comme toute la prose constitutive de ce roman .
    Aucun faux pas du côté réalisme concernant cette fin d’année 1991 , dont les moins de quarante ans n’ont qu’un souvenir flou . A grand renfort d’objets emblématiques de cette époque : Walkman ( baladeur ) dont je garde une certaine nostalgie , Minitel, les cabines téléphoniques, les dernières machines à écrire ...et chacun pourra ajouter sa liste personnelle.
    Franck Thilliez nous ouvre un très beau voyage dans le temps , nous qui comme privés de voyages dans l’espace , cantonnés à un confinement et à des restrictions que l’on n’aurait jamais imaginé un jour pouvoir supporter.

  • sam_ds_49 16 mai 2021
    1991 - Franck Thilliez

    Mon résumé : 

    Je me souviens encore de la venue de l’auteur a Angers, je n’aurais manqué ça sous aucun prétexte et j’en garde un très bon souvenir (immortalisé en photo). Cela devais être lors de la sortie de Luca si ma mémoire est bonne. La fois précédente commence désormais a remonter car cela devais être au livre paris 2017 je crois, il avais même fait une rencontre- débat en compagnie de Karine Giebel. Bon arrêtons de tourner autour du pot et parlons un peu du dernier né de l’auteur : 1991

    L’auteur nous amène ici comme le titre l’indique très bien, en 1991. Epoque à laquelle on ne parlait pas encore d’internet, smartphone et appareil connecté. On retrouve sharko lors de sa première enquete, il est encore un bleu et ne connait pas encore tout les rudiments du 36.

    En guise de cadeau de bienvenue, on le dirige vers le service des archives en vue de reprendre le dossier des disparus du sud parisien. Résumé de l’affaire  : entre 1986 et 1989, trois femmes ont été enlevées, puis retrouvées dans des champs, violées et frappées de multiples coups de couteau. Lorsqu’on lui annonce qu’il va devoir distribuer tout un tas de tract et interroger afin de récolter le maximum d’indices, il comprend qu’il est partie pour de longues nuits blanches, a éplucher de nombreux procès verbaux.

    Mon avis : 

    Pour toi lecteur, qui ne connait pas encore la plume de l’auteur, ce roman est parfait pour débuter dans le monde de Sharko....et hennebelle qui arrivera plus tard. Pour ma part ca m’a permis de me replonger pres de 30 ans en arrière. Même si je n’ai que très peu connu le carbone,j’ai tout de même eu l’occasion d’en avoir entre les mains, sans oublier walkman, ticket de métro et carte routière papier.

    PS : êtes-vous comme moi à faire des recherches sur le net lorsque des termes sont utilisés et que vous ne connaissez pas ? Dans le cas présent des noms scientifique d’animaux et quand je vois ce que c’est, j’aurais préféré ne pas avoir effectué la recherche. Apres si vous y tenez je vous laisse flipper par vous-même !!!

  • Annesophiebooks 16 mai 2021
    1991 - Franck Thilliez

    Le nouveau thriller de Franck Thilliez rassemble à peu près tout ce que j’aime dans ce genre littéraire.
    Et le mélange est si bien fait que je vois difficilement comment son prochain pourrait me plaire davantage que celui-ci !
    Pour les fans de l’auteur, 1991 concentre tout ce que l’auteur sait faire de mieux : intrigue diabolique, rythme d’enfer, personnages aux petits oignons et fin jubilatoire, il y a donc de très fortes chances pour que vous adoriez ce titre-là.

    Pour ceux qui ne le connaissent pas encore ou qui n’ont lu que ses one-shots, vous pouvez également y aller les yeux fermés : 1991 racontant la toute première enquête de ce flic pas tout à fait comme les autres, aucune crainte à avoir si vous n’avez pas lu les précédents titres parlant de Sharko. C’est même une excellente façon de faire sa connaissance !

    Les romans de Franck Thilliez créent toujours un joli buzz à leur parution. C’est d’ailleurs parfaitement justifié, et comme pour le vin, il se bonifie d’année en année.
    1991 en est la preuve parfaite.
    En 2021, parvenir à accrocher des thriller addicts en leur proposant une intrigue qui se déroule à une époque où toutes les technologies dont nous ne pouvons plus nous passer n’existaient pas encore, c’est une belle gageure.
    Et pourtant, une fois encore il arrive à nous embobiner dès les premières pages.
    À partir de là, perdez tout espoir de reposer ce livre avant de l’avoir terminé : vous n’en aurez ni l’envie, ni la possibilité !

    Chamboulés, vous le serez certainement lors de certaines scènes. On sait avec quelle dextérité l’auteur aime jouer avec nos nerfs... et avec nos limites. Et pourtant, à chaque fois il parvient à les repousser un peu plus loin.
    L’enquête vous prendra aux tripes, et vous retournera l’âme de temps en temps, aucun doute là dessus. Elle se déroule 30 ans en arrière, mais n’est ni moins prenante ni moins sombre que les autres. Loin s’en faut.

    Ce petit voyage dans le temps à la suite du jeune Sharko est un vrai régal. Qu’il est bon de se retrouver loin de 2021 pendant quelques heures !
    Alors, prêts à vous lancer dans ces 500 pages ?
    Si ce n’est pas encore fait, n’hésitez pas !

  • Killing79 13 mai 2021
    1991 - Franck Thilliez

    Franck Thilliez revient, comme une année sur deux, à sa série de polars sur l’inspecteur Sharko. Mais cette fois-ci, il a décidé de nous surprendre en déplaçant son héros dans le passé. On le suit dans ses tous premiers pas à la police criminelle.

    Le lecteur peut enfin découvrir les origines de cet enquêteur dont il suit les aventures depuis plusieurs années. On l’a connu fort, sûr de lui et reconnu. Cette fois-ci, il est jeune, débutant et hésitant. Il va rapidement être mis dans le bain avec deux affaires macabres en parallèle.

    Malgré le contexte différent, le maître Thilliez s’adapte parfaitement. C’est un écrivain qui travaille énormément sa documentation pour de nous offrir des aventures complexes et pointilleuses. Une nouvelle fois, les éléments de son enquête sont renseignés et instructifs. On apprend des choses en lisant. Même si l’époque y est moins appropriée, l’auteur utilise des éléments de science (qui lui sont chers) pour échafauder son scénario. Il rajoute une petite touche de magie et des problématiques toujours d’actualité, afin de tisser la toile d’araignée dans laquelle il décide de nous perdre. Son talent et sa maîtrise du rythme et des rebondissements font le reste.

    L’histoire se situant en 1991, j’ai pris un grand plaisir nostalgique à retrouver des éléments de ma jeunesse (les walkmans, les cabines téléphoniques, les fax…). Il m’a semblé d’ailleurs que l’auteur s’était aussi régalé à faire revivre ces années, avant la technologie. Cet épisode, un peu moins retors que les précédents (vous vous ferez quand même quelques nœuds au cerveau !), est pour les novices une parfaite porte d’entrée dans l’univers de l’auteur. Elle permettra aussi aux fans de creuser le personnage Sharko et de se changer les idées grâce à ce monde « d’autrefois » moins oppressant. Avec les conditions covidesques d’aujourd’hui, ce retour en arrière, quoique sombre, a été pour moi un grand bol d’air !

    https://leslivresdek79.wordpress.com/2021/05/13/654-franck-thilliez-1991/

  • Les_lecturesdeflo 13 mai 2021
    1991 - Franck Thilliez

    Franck Thilliez fait partie de ces auteurs dont on achète les livres les yeux fermés, car on sait qu’obligatoirement, on passera un excellent moment de lecture.

    1991, c’est la toute première enquête de Franck Sharko, LE personnage phare de Franck Thilliez. L’auteur nous plonge au coeur des années 90, lorsqu’il n’y avait pas encore de téléphone portable, de GPS, que l’invasion massive des ordinateurs n’en était qu’à son balbutiement. Voyage dans le temps garanti, accompagné d’une petite note de nostalgie pour ceux qui ont vécu cette époque. On fait la connaissance d’un Sharko tout jeunot qui porte en lui les prémices du commandant déterminé et persévérant qu’il deviendra.

    Comme toujours avec Franck Thilliez, aucune déception quant à la qualité de l’ouvrage. Dès les premières lignes, impossible de décrocher. Le style, le vocabulaire, c’est du haut niveau ! C’est avec grand plaisir que j’ai tourné les pages de cette enquête passionnante.
    Alors oui, c’est un roman policier tout ce qu’il y a de plus classique à mon sens. Ici, aucune manipulation comme a pu le faire l’auteur dans quelques uns de ses ouvrages précédents. Par conséquent, certains pourront être déçus. Pas moi. Le polar classique est délicieux lorsqu’il est parfaitement maîtrisé comme ici.

  • Emysbook 12 mai 2021
    1991 - Franck Thilliez

    Je sais. Vous allez encore me dire : mais elle arrête pas avec cet auteur ? Et je vous répondrai : comment arrêter de lire un auteur aussi magistral que lui ?

    Je défi d’ailleurs quiconque de me dire que pas un seul de ses romans ne valent le coup ! C’est impossible !

    🪄 mais là on revient de de loin. Plongée dans l’univers des années 90. On découvre un Sharko, jeune, frais et simplement en quête d’adrénaline. J’ai tellement adoré comprendre son comportement et ce qui fait que dans les autres opus nous avons affaire à un Sharko brisé et remplit d’horreur.

    Parce que ce roman au delà de la magie et des mystères qu’il regorge, il y a toujours cette part d’horreur, ce soupçon, cet ingrédient magique propre à Mr Thilliez. 😨

    Tout est parfaitement mesuré. Les détails, les émotions, les environnements, les lieux qui ne manquent pas de nous glacer, le suspense et l’intrigue parfaite ajustée. Tout y est encore une fois.

    🐍 La peur est présente comme le venin d’une vipère. On frissonne à l’idée de mourir, on suffoque dans les endroits atroces, dans un Paris obscur et profondément sale et lugubre.
    J’ai ressentis pleins d’émotions et c’est ce qui est formidable à chaque fois avec ses romans.

    J’AI FLINGUÉ MES NUITS..

    Pas de repos, c’est addictif et on tourne très vite les chapitres. On n’en sort pas indemne et parfois on se demande ce qu’il se passe dans la tête de cet auteur, avant de comprends qu’il est diaboliquement un génie et un magicien à son image.

  • Riz-Deux-ZzZ 11 mai 2021
    1991 - Franck Thilliez

    En bref, la première enquête de Sharko, back to 90’s !
    Quoi de plus tentant que de découvrir Sharko à ses débuts, à tout juste 30 ans, dans la brigade criminelle ? J’ai été ravie de plonger dans ce passé, et malgré un léger décalage avec mes propres souvenirs (Je suis née en 1991 donc je n’ai pas forcément toutes les références.), ce petit retour en arrière est très dépaysant : pas d’ordinateurs, pas de smartphone, des Minitel et une police scientifique à ses balbutiements...
    Et ça fait également beaucoup de bien de découvrir Sharko dans ses années heureuses, lorsqu’il n’était pas encore abîmé par toutes les épreuves qu’il a dû traverser, et d’autant plus que j’ai été vraiment peinée de le voir au bout du rouleau dans les deux derniers tomes que j’ai lus. On découvre Suzanne, son premier amour ainsi que ses parents et son enfance dans les corons, son intégration au 36, mais aussi la raison qui l’a poussé à devenir flic.
    Au-delà du côté émotionnel de ce préquel, Thilliez maîtrise également les 2 enquêtes qu’il développe en parallèle dans ce titre. Comme à son habitude, il trouve une idée originale et la déroule jusque dans ses moindres détails scientifiques et psychologiques afin de nous bluffer et de nous tenir en haleine jusqu’au dénouement.
    [...]
    Sans grande surprise, j’ai passé un très bon moment de lecture avec Sharko, je ne peux que vous conseiller de le découvrir au plus vite ou de continuer à le suivre dans la saga.

    Avis complet : https://www.instagram.com/p/COid2tuHovH/

  • DesLivresEtMoi7 10 mai 2021
    1991 - Franck Thilliez

    Le pitch : Alors que l’année 1991 s’apprête à baisser le rideau, l’inspecteur Franck Sharko fouille dans les archives du célèbre 36 quai des Orfèvres à la recherche d’un indice qui pourrait relancer l’affaire des “Disparues du Sud Parisien”, cette enquête qui a défrayé la chronique sans trouver son coupable depuis 1989. Fraichement sorti de l’école de police, c’est la mission qu’on a confié à ce numéro six et dernier de son groupe d’enquête à la Brigade Criminelle… Jusqu’à ce que Philippe Vasquez débarque un soir en possession d’une inquiétante photo figurant une femme ligotée à un lit, le visage masqué par un sac. A son dos une adresse à laquelle Franck Sharko se rend… Mais très vite ces vérifications d’usage vont le confronter à l’horreur et l’entraîner avec son groupe sur les traces d’un redoutable meurtrier…

    Alors que j’étais fin prête à me ruer en librairie ce 06 mai pour remonter le temps en compagnie de Sharko et Thilliez, les éditions Fleuve et Pocket ont très gentiment abrégé mes souffrances en m’offrant la possibilité de partir en “1991” avec quelques jours d’avance… Vous me suivez ? C’est normal, jusque-là c’est facile ! Aussi j’en profite pour remercier très chaleureusement ces deux maisons d’édition pour ce beau cadeau ! A présent posez votre smartphone pour ressortir votre machine à écrire : Place aux investigations s’il vous plaît !

    En effet l’auteur nous ramène trente ans en arrière pour nous offrir bien plus qu’un polar à l’ancienne mais bien la toute première enquête de Franck Sharko, alors jeune inspecteur trentenaire fraichement sorti de l’école. Dans un Paris plus vrai que nature, Franck Thilliez retranscrit si bien l’époque qu’on s’y croirait… Tant et si bien même que c’est avec surprise qu’on réalise être au printemps 2021, en pleine pandémie et drogué aux nouvelles technologies quand on lève les yeux du bouquin.
    Mais la livresque magie de Franck Thilliez ne s’arrête pas en si bon chemin. le Houdini du polar français nous entraîne ainsi dans une intrigue redoutablement bien construite et rondement menée, dont il a pensé le moindre détail pour ne laisser aucun répit à son lecteur de la première ligne jusqu’à la dernière page tournée, à la poursuite d’un redoutable meurtrier mû par la vengeance et dont l’intelligence n’a d’égale que la dangerosité.
    Immédiatement captivé par cette enquête aussi éprouvante que saisissante, le lecteur ne voit pas le piège se refermer et se laisse volontiers embarquer comme discret numéro sept d’une excellente équipe qu’il a à coeur d’intégrer, de soutenir et d’accompagner pour découvrir la vérité, aussi effroyable soit-elle, peu importe les cicatrices qu’elle pourrait laisser. Dès lors c’est à leurs côtés qu’on mène les investigations, qu’on va de surprise en rebondissement tandis que la tension ne cesse de grimper jusqu’à un dénouement tout simplement ahurissant, dont on se souviendra longtemps après avoir refermé ce livre.
    Parce que Franck Thilliez réalise l’audacieux pari de renouer avec le passé tout en abordant des thématiques bien plus actuelles qu’il n’y paraît, conjugue science et magie aux prémices de l’informatique et des recherches ADN avec une plume incroyablement fluide, élégante et presque hypnotisante, un style vif et particulièrement efficace pour un résultat absolument fascinant, un polar frôlant la perfection et qui fait – curieusement – beaucoup de bien tout en faisant mal tant il est sombre et nous révèle une fois encore que les bas instincts de l’être humain ne connaissent décidément pas de fin.

    En bref, ne vous fiez pas à l’apparente bonhomie de Franck Thilliez : C’est un dangereux illusionniste qui s’empare de votre âme de lecteur en moins de temps qu’il ne m’en faut pour vous le chroniquer ! Quant à moi, c’est décidé : Cet été je reprends chacune des enquêtes de Franck Sharko… A chacun ses passionnantes archives !
    (Lu en mai 2021)
    Chronique complète : https://deslivresetmoi7.fr/2021/05/chroniques-2021-1991-de-franck-thilliez.html

  • Aude Lagandré 6 mai 2021
    1991 - Franck Thilliez

    « Je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître » en 1991, j’avais 17 ans, Sharko en avait 30. Ce personnage que je suis depuis maintenant 11 romans, avec lequel j’ai vieilli, tremblé, cet homme que j’ai plaint, avec lequel j’ai souffert semble faire partie de ma famille de cœur tant il fait partie de moi. Avec Martin Servaz, Franck Sharko est mon personnage récurrent préféré. Je le connais comme un frère, comme un père, comme un amant. Dans ses joies et surtout ses douleurs, puisque son créateur, Franck Thilliez en a fait un écorché vif, et lui a donné plus d’épreuves à vivre que s’il avait mille ans. Avant d’être ce Sharko-là, il était un jeune homme fraîchement diplômé qui intégrait la Crim au 36 Quai des Orfèvres. Comme d’autres, qui après de longues études parviennent enfin à leur but, il arrive en ces lieux heureux, soulagé, plein de rêves et d’espoirs. Il sera cantonné aux archives (et les archives en 1991 c’était quelque chose — un peu comme nos anciennes bibliothèques à fiches) et travaillera sur les disparues du Sud parisien, affaire pour laquelle aucun suspect n’avait jamais été arrêté.

    « 1991 » est donc un prequel, le portrait d’un Sharko avant Sharko, transposé dans un temps où le métier de flic s’exerçait très différemment d’aujourd’hui. Autres temps, autres méthodes, autres techniques. Les flics utilisent encore des machines à écrire avec du papier carbone, entassent des tonnes de documents papier, les ordinateurs sont encartonnés puisqu’on ne voit pas vraiment à quoi ils servent. Aux États-Unis les techniques d’utilisation de l’ADN émergent et servent de plus en plus dans les enquêtes, « Sa découverte ne date pas d’hier, mais on commence à peine à l’utiliser dans les enquêtes. », les enquêteurs se tapent encore des piles de fiches décadactylaires à éplucher. Ils utilisent des cartes routières pour se déplacer, appellent leurs collègues de cabines téléphoniques, utilisent des magnétophones et doivent faire développer les pellicules de leurs appareils photo. Franck Thillez nous offre un salutaire voyage dans le passé, nous permettant ainsi d’oublier notre réalité anxiogène.

    Sharko est donc au début de sa carrière. Nostalgie, nostalgie. Pour ceux qui ont suivi ses aventures, le retrouver à ses débuts relève d’un plaisir fébrile. Il est encore vierge de toute pollution mentale due à son métier, même s’il subodore que sa profession le marquera à tout jamais. « Il comprit que cet endroit où il avait fourré les pieds, le 36, quai des Orfèvres, n’était pas qu’un lieu de prestige. C’était une arène sanglante. La fosse aux lions. » S’il est déjà un homme, il est pourtant novice dans son métier. L’enquête qui l’occupera, glaçante, effroyable insuffle en lui les prémices des aberrations que les hommes sont capables de commettre. Déjà, le doute s’instille sous sa peau. « Combien de temps tiendrait-il la route ? Il l’ignorait, mais ce qu’il savait, en revanche, c’était que le combat serait difficile. Et qu’il ne faudrait jamais cesser d’être vigilant, car les monstres se tapissaient souvent là où on s’y attendait le moins. » Une carrière longue est à venir, nous lecteurs, nous le savons. De nombreuses horreurs, drames, tragédies l’attendent qui le toucheront au plus profond de sa chair et pourtant, les questionnements sont déjà présents dans son esprit. « On lui avait appris les règles à l’école, mais ici personne ne les respectait. Il détourna la tête vers les lumières de la ville, tandis que ses vêtements s’imprégnaient encore et encore de cette satanée fumée. Il puait la clope. Comment allait-il tenir quarante comme ça ? » J’ai envers ce personnage une tendresse et une admiration immense qui me donne presque envie de lui hurler, « casse-toi de là, ta vie ne sera plus jamais la même !! » En s’engageant sur cette voie, au fond de lui, il sait : « À ce moment-là, il se dit qu’être flic, c’était surtout être seul. »

    « 1991 » est construit autour de Sharko. À travers une intrigue passionnante, au rythme soutenu, aux images flippantes, menée de façon archaïque, avec des moyens poussiéreux, des méthodes obsolètes et chronophages, Franck Thilliez glisse avec malice cette nostalgie des années 90 qui ne nous quitte jamais. Son écriture est précise, ses thématiques recherchées et originales, toutes existantes et toutes vérifiables. Prenant le contre-pied de notre époque actuelle, il a réussi à me faire oublier, l’espace d’un roman, une actualité anxiogène pour me replonger dans une époque qui avait ses propres vertus, même si l’homme était déjà capable du pire. « Ce que t’as vu là-dedans ce soir, c’est la vérité nue, Sharko. Pas de fard, pas de maquillage. C’est la mise à nue du monde dans lequel on vit. Tout cela existe bel et bien, et nous, on est en première ligne. »

    Il n’en reste pas moins que dans son genre, Franck Thilliez reste LE BOSS.

  • universpolars 5 mai 2021
    1991 - Franck Thilliez

    Ce sont des vers de Baudelaire tirés des Fleurs du mal qui vont ouvrir ce nouveau millésime de Franck Thilliez, mais aussi jouer le rôle de synapses cognant bien fort contre nos neurones. L’auteur nous sert sa première énigme.

    Une lettre anonyme, une adresse, une boîte aux lettres et une photo en noir et blanc inquiétante : combinaison parfaite pour déstabiliser un homme ordinaire.

    Mis à part ça, c’est sur Franck Sharko que tous les projecteurs vont se tourner ! Nous sommes en 1991 et, cette année-là, notre flic légendaire débute comme flic au 36, Quai des Orfèvres.

    Sharko, fidèle à lui-même ? Même en tant que bleu ? Eh oui, c’est un jeune inspecteur de la crim’ déjà bien curieux, tenace et pugnace qui se tiendra devant vous. Un flic qui ressentira déjà le besoin de s’imprégner pour mieux comprendre. Pour mieux s’enfoncer dans les ténèbres ? Quoi qu’il en soit, son « léger » excès de zèle - oui déjà ! - nous emmènera vers l’ouverture officielle et cruelle de notre intrigue.

    Franck Thilliez a l’art de nous enfouir entièrement dans une enquête déroutante, surprenante, et la manière d’y intégrer des personnages intrigants, troublants et énigmatiques. Sur l’aspect « flic », une fois de plus, l’auteur n’hésite pas à faire ressortir clairement les traumatismes profonds liés à ce métier particulier, lors duquel il faut parfois mâcher et digérer des morceaux de vie bien faisandés. Le fait de côtoyer sans cesse la violence des Hommes, être accolés continuellement à leurs actes tout aussi malsains, pervers et cruels, n’aide pas vraiment à vivre avec l’esprit libre ! Beau métier tout de même …

    Vous allez en apprendre des choses sur notre Franck Sharko, en faisant notamment connaissance avec ses premiers démons ...

    Pour revenir à l’intrigue, l’auteur récidive avec l’une de ses spécialités, soit le fait de dérouler une enquête linéaire, logique, standard et puis « BAM ! ». Bref, je pense que vous allez aimer. Partez du principe qu’il y aura quelques remises en question.

    Vous allez être confrontés - à l’instar des enquêteurs - à un jeu pervers, cruel, orchestré par un spectre, une illusion, un être malin, déterminé et très intuitif. Ce chef d’orchestre, laissant planer une musique d’avenir bien sombre, va diriger les inspecteurs de la crim’ vers l’horreur absolue, vers des pratiques allant au-delà de la mort. Savoir qui se cache derrière cette personnalité « hors norme » sera l’un des attraits de cette intrigue.

    Vous allez découvrir des quartiers de Paris qui craignent, qui font vomir, où croupissent dans la pisse des espèces d’ectoplasmes shootés jusqu’à la moelle. C’est dans cet univers, entre autres, que notre Sharko va devoir évoluer pour s’approcher d’une vérité assez particulière.

    Je ne vais pas en dire beaucoup plus, mise à part le fait que la vengeance, la souffrance ou encore le déchirement vont s’avérer être des éléments rythmant cette intrigue. Franck Thilliez ne vous épargnera pas, en mettant sur le tapis une sombre affaire liée à l’intimité de l’enfant, à ses choix, à ses droits.

    Notre cerveau, notre personnalité, notre corps et notre esprit nous façonnent pour toute une vie. Mais ...

    Bonne lecture.

  • Cha 20 avril 2021
    1991 - Franck Thilliez

    C’est avec un grand plaisir que j’ai découvert le roman 1991 de Franck Thilliez. Je dois l’admettre, il s’agissait de ma première lecture de l’auteur. J’ai trouvé cela intéressant de pouvoir le découvrir avec la première enquête de son personnage phare, Sharko. Encore plus en replongeant dans les années 1990 qui semblent à des années-lumières de ce que la police peut connaître aujourd’hui. Dépaysement garanti !
    On retrouve donc Franck Sharko lors de sa première enquête : celles des disparues du sud de Paris. En trois ans, trois femmes ont été enlevées, violées et lardées de coups de couteaux. le tueur ? Il court toujours... Sharko va se plonger corps et âme dans cette première enquête au sein du 36 quai des Orfèvres. Cela semble difficile jusqu’à l’arrivée d’un homme, paniqué, qui vient le voir avec une photographie derrière laquelle une adresse est notée. le début d’une enquête vertigineuse qui va marquer le jeune inspecteur.
    Je ne vais pas mentir, n’ayant jamais lu de Franck Thilliez auparavant, je ne savais pas à quoi m’attendre. Je n’ai absolument pas été déçue ! En premier temps, j’ai adoré l’ambiance de la police des années 1990 ! Quel bonheur que de pouvoir suivre une police qui travaille avec les balbutiements de l’informatique. Que tout n’est pas régi par l’immédiateté qui semble gouverner nos vies actuellement entre les réseaux sociaux, les médias et le monde du numérique. J’ai particulièrement apprécié de suivre une enquête qui prend son temps, sans jamais une seconde d’ennui. L’auteur nous malmène du début à la fin et c’est un véritable régal. Je remercie vivement Franck Thilliez pour cela !
    N’ayant encore jamais suivi le fameux Sharko, c’est avec grand plaisir que je l’ai découvert à travers sa première enquête. Un personnage attachant immédiatement et que l’on a envie de découvrir. Son côté affirmé dans son métier est bien travaillé et surtout cohérent puisqu’il fait réellement avancer l’enquête. En somme, c’est avec un réel plaisir que j’irais piocher dans ma pile à lire pour découvrir d’autres aventures de Sharko et d’autres Franck Thilliez.
    Amateurs de Sharko ou nouveaux lecteurs, rendez-vous début mai en librairie, vous ne serez pas déçus !

  • DOMINIQUE RENSONNET 14 février 2021
    1991 - Franck Thilliez

    Je vais l’acheter !

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.