Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

L’île du diable - Nicolas Beuglet

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

10 #AvisPolar
2 enquêteurs
l'ont vu/lu
3 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

Le corps recouvert d’une étrange poudre blanche...
Des extrémités gangrenées...
Un visage figé dans un rictus de douleur...

En observant le cadavre de son père, Sarah Geringën est saisie d’épouvante. Et quand le médecin légiste lui tend la clé retrouvée au fond de son estomac, l’effroi la paralyse.

Et si son père n’était pas l’homme qu’il prétendait être ?

Des forêts obscures de Norvège aux plaines glaciales de Sibérie, l’ex-inspectrice des forces spéciales s’apprête à affronter un secret de famille terrifiant.

Que découvrira-t-elle dans ce vieux manoir perdu dans les bois ? Osera-t-elle se rendre jusqu’à l’île du Diable ?

Pour aller plus loin

Vos #AvisPolar

  • calyenol 24 septembre 2019
    L’île du diable - Nicolas Beuglet

    " Contrairement aux animaux qui fonctionnent à l’instinct,l’homme est libre de choisir ses actions.Il est libre de faire le bien ou le mal.Il peut contrôler ses instincts,il peut influencer sa nature."
    .
    ᒧ’ÎᒧƎ ᗡU ᗡIAᗺᒧƎ de Nicolas Beuglet .
    Un corps recouvert d’une poudre blanche,les extrémités gangrenées,un visage figé dans un rictus d’horreur...et dans l’estomac,une clé...
    .
    On retrouve dans ce 3eme opus Sarah Geringën qui va dans cette enquête,se confronter à ses angoisses,au passé de ses ancêtres dans les plaines de Sibérie où l’horreur de la déportation leur a fait vivre l’enfer et prendre des décisions que peut-être nous aurions prise aussi.
    Car que sommes nous capables de faire pour survivre ?
    .
    L’auteur affirme avec "ᒧ’ÎᒧƎ ᗡU ᗡIAᗺᒧƎ " son talent,avec une plume parfaite et une histoire captivante dont l’intrigue m’a poussé à aller toujours plus loin dans ma lecture.Je posais le livre...je voulais de suite le reprendre.
    Au delà de l’enquête,on ressent l’humanité,mais aussi la peur de mourir et surtout l’horreur des choix des déportés de Naziro.
    Un secret terrifiant pour Sarah qui l’a fait douter en ce qui concerne l’épigénétique,ce fameux code génétique qui nous relit de génération en génération.
    Après "Le Cri" et "Complot",l’auteur m’a facilement embarqué,encore une fois,dans son univers.
    "ᒧ’ÎᒧƎ ᗡU ᗡIAᗺᒧƎ " est un thriller qui hâpe,qui bouleverse de par sa plongé dans l’histoire que je ne connaissais pas,qui angoisse.
    Un sans fautes....ah si,peut-être,j’aurais voulu encore et encore plus de pages 😉

    .
    "Si un jour tu perds confiance en toi,si tu ne t’estimes plus,souviens-toi de ce mot : Timshel, "Tu peux".

  • 1001histoires 24 septembre 2019
    L’île du diable - Nicolas Beuglet

    L’île du diable : Sarah Geringën a été acquittée dans l’affaire du Vatican ( voir "Complot" ici ). Elle peut donc quitter le centre pénitentiaire d’Oslo après presque un an de détention. Mais elle est menacée d’une nouvelle inculpation suite à des activités suspectes après son retour d’Afghanistan où elle servait dans les forces spéciales. Elle doit faire vite car une nouvelle enquête l’attend, une affaire qui la touche personnellement, son père a été assassiné. Sarah était-elle visée à travers ce meurtre ?

    La première partie du roman est une folle enquête avec des analyses de la police scientifique bluffantes, un jeu de piste angoissant qui la mène d’un manoir abandonné à une crypte secrète dans les immenses forêts norvégiennes. Nicolas Beuglet n’a pas perdu la main et propose au lecteur un nouveau page-turner tout aussi efficace que les deux premières aventures de Sarah. Bravo à l’auteur pour ce qui sera incontestablement trois réussites successives incontestables.

    Mais Nicolas Beuglet sait aussi se renouveler en puisant son inspiration dans l’Histoire tragique de l’URSS et dans des découvertes scientifiques récentes. Le lecteur est autant surpris que Sarah qui découvre des facettes insoupçonnées de la personnalité de son père. Va-t-elle pouvoir expliquer sa propre culpabilité et l’angoisse qui l’habitent depuis toujours ?

    Dans cette aventure, le lecteur retrouve Christopher qui enquête sur le comportement de Sarah à son retour d’Afghanistan. C’est la pièce manquante du puzzle. Stefen Karlstrom le directeur de la police d’Oslo effectue des recherches déconcertantes. C’est la pièce du puzzle qui ne s’assemble avec aucune autre. Et puis il y a Adrian Koll, jeune et timide policier débutant qui ne quitte pas Sarah et lui apporte une aide aussi efficace que surprenante.

    Après la Norvège, l’action se déplace au coeur de la Sibérie où des surprises en cascade et de nouveaux dangers attendent Sarah. Elle est la cible d’une vengeance physique et psychologique implacable de la part d’un ennemi redoutable. Le lecteur n’en finit pas d’éprouver de l’empathie pour cette héroïne à la fois si forte et si sensible.

    Merci aux Editions XO et à Nicolas Beuglet pour sa sympathique dédicace.

    Découverte du polar nordique

  • Angie - Blog Culturez-moi 26 septembre 2019
    L’île du diable - Nicolas Beuglet

    ⭐️ Chronique ⭐️ L’île du Diable de Nicolas Beuglet

    L’éditeur a eu la très bonne initiative de mettre un résumé au début du livre nous permettant de resituer les personnages et les intrigues des précédents romans. Parfait pour moi qui découvre cette série.

    J’ai rencontré de Sarah, une ancienne combattante des forces spéciales qui visiblement a joué aux héroïnes dans les tomes précédents. Au début du roman, son père est assassiné. Elle va donc bien évidemment prendre officieusement les rênes de l’enquête pour faire la lumière sur ce meurtre.

    Commençons par les points positifs. Clairement, c’est hyper addictif, les chapitres sont courts, bourrés d’action et de dialogues et tout s’enchaîne très (trop ?) vite. Pour être honnête, j’ai lu les 300 pages en seulement deux sessions de lecture. Donc si je n’avais vraiment pas aimé je ne l’aurais pas bouffé aussi vite.

    Mais malheureusement l’aspect addictif ne fait pas tout. Premièrement, je n’ai absolument pas pu m’attacher à l’héroïne. Sur ce point je ne me formalise pas trop car peut-être qu’en ayant lu les précédents romans je me serais sentie plus proche de l’héroïne. Pour tout vous dire, j’ai trouvé Sarah assez fade, parfois caricaturale.

    D’autre part, j’ai ressenti un manque criant de profondeur dans ce récit. Tout va trop vite en besogne. Les déductions sont faites en un battement de cils, les conclusions sont hâtives et parfois stéréotypées. Un certain nombre d’éléments auraient vraiment mérité d’être creusés d’autant plus qu’il y a des faits réels passionnants dans cette histoire.

    ⭐️ En bref ⭐️
    La plume est belle et efficace, le style est addictif, l’ambiance est réussie mais il m’a néanmoins manqué une profondeur au niveau de l’enquête. L’impression qu’il fallait aller vite à l’essentiel pour je ne sais quelle raison.

    Comme toujours, mon avis est purement personnel, si vous aimez Nicolas Beuglet alors foncez sur ce nouvel opus pour vous faire votre avis. Si comme moi, c’est une découverte alors commencez par Le cri et Le complot. Vous trouverez ainsi peut-être cette profondeur globale de l’œuvre que je n’ai pas ressenti avec ce dernier roman.

    https://culturez-moi.com/lile-du-diable/

  • Killing79 27 septembre 2019
    L’île du diable - Nicolas Beuglet

    Depuis quelques années, le monde du thriller français accueille de nouveaux membres. Comme je suis un fan de ce genre que j’aime intercaler dans mes lectures, j’essaye de me tenir à jour. Et comme les nouveaux arrivés se transforment assez souvent en de belles surprises, ma wish-list et ma bibliothèque ne cessent de croître. Nicolas Beuglet en est un parfait exemple.

    « L’île du diable » est la troisième aventure de Sarah Geringën mais l’auteur parsème le texte d’allusions aux précédents épisodes afin de ne pas trop perdre le nouveau lecteur. Pour cette nouvelle affaire assez personnelle, l’héroïne est baladée de lieu en lieu au fil des indices qu’elle trouve. L’enquête qui paraît basique au départ, part très vite sur les sentiers de l’Histoire et de la science. On apprend aux détours des investigations, des vérités sur un passé assez sordide et sur des expériences scientifiques assez troublantes.

    Sur la forme, les chapitres très courts se succèdent à un rythme élevé. La narration ne souffre d’aucun temps mort et le roman est un vrai page-turner. Une fois commencé, on ne s’arrête plus. Nicolas Beuglet semble vouloir créer des polars aussi palpitants qu’instructifs.

    Je peux dire que j’ai aimé ce premier contact avec l’auteur. Je regrette juste la brièveté du livre qui entraîne un manque de profondeur sur les théories abordées. En effet, les sujets sont intéressants et auraient mérités un traitement plus poussé. J’ai aussi souffert d’un manque de connaissances, donc d’empathie envers Sarah. Mais pour cela, je ne peux m’en prendre qu’à moi-même. J’aurais dû lire les deux premiers tomes (plus denses) pour étoffer le personnage. Par conséquent, je vais tenter de corriger ces lacunes en inscrivant ces lectures dans mon planning de lecture.

    Avec cette aventure efficace et surprenante, Nicolas Beuglet fait son entrée sur mon étagère Thriller !

    http://leslivresdek79.com/2019/09/27/492-nicolas-beuglet-lile-du-diable/

  • QuoiLire 29 septembre 2019
    L’île du diable - Nicolas Beuglet

    Une nouvelle fois Nicolas Beuglet nous entraîne dans une histoire inspirée de faits réels avec un pan de l’histoire stalinienne. Cet aspect inconnu sur lequel très peu de personnes ont publié, est à la fois effrayant et très intéressant de connaître un élément (de plus) des travers et dérives de cette dictature.

    L’histoire est trépidante et se déroulante à 200 à l’heure sous amphétamine, de la première à l’avant dernière page. D’ailleurs il est fortement recommandé d’avoir lu les deux premiers tomes, pour pouvoir embarquer dans cette aventure, car le rappel succinct en prologue du roman ne suffira pas à prendre le train en marche lancé à vive allure.

    Malheureusement, je n’ai pas retrouver les autres qualités des deux premiers romans (Le cri, Complot) de Nicolas Beuglet. L’enquête est (trop) rapidement conduite, les éléments s’enchaînant presque naturellement sans écueil, les caractères des principaux personnages n’évoluent pas, la conclusion de l’enquête et de l’histoire trop rapide, trop convenue et sans grande originalité. Mais ce sont les raccourcis de récit employés par l’auteur qui m’ont le plus dérangés comme les analyses ADN faites sur le lieu du crime en un rien de temps, alors que l’on sait que cela met plusieurs heures voire plusieurs jours.

    Un roman palpitant mais sans grande originalité en dehors des faits réels dont il s’inspire.
    https://quoilire.wordpress.com/2019/09/29/nicolas-beuglet-lile-du-diable/

  • Piùma 1er octobre 2019
    L’île du diable - Nicolas Beuglet

    ❤️💣 COUP DE CŒUR 💣❤️ : une bombe livresque diaboliquement bien ficelée et tordue, aussi efficace que cruelle, j’ai adoré !
     
    « 𝐄𝐭 𝐜’𝐞𝐬𝐭 𝐥à, 𝐚𝐮 𝐬𝐞𝐮𝐢𝐥 𝐝𝐞 𝐥𝐚 𝐦𝐨𝐫𝐭, 𝐝𝐚𝐧𝐬 𝐬𝐨𝐧 𝐮𝐥𝐭𝐢𝐦𝐞 𝐞𝐱𝐚𝐦𝐞𝐧 𝐝𝐞 𝐜𝐨𝐧𝐬𝐜𝐢𝐞𝐧𝐜𝐞, 𝐪𝐮’𝐞𝐥𝐥𝐞 𝐬𝐨𝐧𝐝𝐚 𝐬𝐨𝐧 𝐜œ𝐮𝐫. »
     

    Un an ! Un an que j’attendais avec impatience de retrouver notre inspectrice des forces spéciales norvégiennes, Sarah Geringën.

    Sarah Geringën est aussi intimidante autant qu’elle suscite l’admiration chez les jeunes recrues ! Pourtant loin d’avoir perdu son caractère inflexible à toutes épreuves, l’auteur dépeint le portrait d’une femme fragilisée par ses souffrances du passé. Il y a des blessures intérieures qui qui peinent à cicatriser... Tôt ou tard, il faut oser affronter la vérité. Et quelle vérité ! 😱 Sarah ne le sait pas encore mais elle est au cœur d’une machination sordide. Elle est dans le collimateur de l’œil du Diable ..

    J’ai eu plaisir à retrouver la plume de Nicolas Beuglet, une écriture saisissante, mordante, une atmosphère pesante et oppressante, des scènes de l’horreur dérangeantes à faire trembler d’effroi.

    J’ai beaucoup aimé les thèmes historiques et scientifiques abordés concernant un des secrets génétiques de l’humanité mais aussi une période de la seconde guerre mondiale dont on ne parle jamais.

    J’ai aimé également l’amour sans faille que se portent les personnages malgré les circonstances tragiques et les doutes. On retrouve les valeurs de la famille et du couple.

    Pour moi, tous les ingrédients étaient bien présents, rendant l’intrigue addictive, nous faisant tourner les pages avec frénésie pour enfin connaître le dénouement final et quelle claque !
    C’est seulement en refermant ce livre que je me suis rendue compte que j’avais eu le souffle coupé tout au long de ces quelques 300 pages !
    Un livre d’une cruauté à couper le souffle, une intrigue glaçante et tordue ! Foncez !!

  • Encore Un Livre 4 octobre 2019
    L’île du diable - Nicolas Beuglet

    Nicolas Beuglet est devenu une référence avec le cri une histoire aux allures psychiatriques qui partait dans tous les sens et la surenchère dans l’action et dont je n’avais pas aimé ce parti-pris.
    Mais parce qu’il y a toujours un « mais » avec certains auteurs de thriller, je lui ai redonné sa chance avec Complot un superbe thriller engagé qui m’avait impactée et remise en question. Comme toujours Nicolas Beuglet est pertinent, ambitieux même si cette fois-ci, j’ai quelques réserves alors qu’il a encore toutes mes faveurs… So What ?
    L’île du diable est donc la troisième enquête mettant en scène Sarah Geringën ex-inspectrice des forces spéciales que je suis heureuse de retrouver, notre audacieuse héroïne gagnée par la culpabilité depuis quelque temps apparaît plus fragilisée qu’on ne pouvait le présager. Elle tient à elle seule toute l’intrigue dans les différents arcs narratifs amorcés précédemment ; comprenez qu’il faut impérativement avoir lu les précédents pour savourer un minimum et à leur juste valeur au moins une des deux intrigues dont le voile est levé.
    Le point fort de ce nouveau roman est à la hauteur du talent de Nicolas Beuglet : sa thématique principale et universelle ; un fait scientifique qui risque de bouleverser l’histoire de l’humanité, sa révélation et son développement tardifs font qu’il devient le point culminant de l’intrigue.
    Conjugué à cela un fait historique terrifiant, une vérité effroyable passée sous silence…
    Ces deux thèmes qui s’entrelacent ont la particularité de n’avoir presque jamais été abordés, et pas seulement en fiction, on en est seulement aux prémices de la découverte de l’un et peut-être un acte volontairement tu de l’autre, ce qui explique peut-être le manque d’approfondissement que j’ai ressenti.
    Parce que ce que j’aime en particulier chez Nicolas Beuglet, ce n’est pas son style d’écriture dynamique ni sa construction page-turner dont il excelle, ce sont les thématiques recherchées, son ambition à construire une fiction sous le prisme des faits réels, mais cette fois-ci cela méritait d’être creusé et étoffé, le défaut de ce thriller est d’être trop court et parfois trop « facile ». Comme je l’ai dit les faits arrivant bien trop tardivement, je ne prends pas le risque de vous en divulgacher une infime partie.
    J’aurais aimé en dire plus, ils sont encore une fois instructifs, appuyés sur de réels recherches, et laissent une empreinte après la lecture, j’en suis ressortie encore une fois secouée par ce que j’ai lu et par le talent de l’auteur à toujours déterrer les secrets les plus enfouis.
    J’ai frôlé le coup de coeur avec cet auteur pour la deuxième fois consécutive mais peut-être que Nicolas Beuglet, qui peut se targuer de savoir nous surprendre, nous assommera le coup final la prochaine fois

  • L’atelier de Litote 6 octobre 2019
    L’île du diable - Nicolas Beuglet

    Titre 1

    Placez votre texte ici

    Titre 2

    Placez votre texte ici

    Titre 3

    Placez votre texte ici


    Après Le cri et Le complot, voici que nous retrouvons l’ex-inspectrice des forces spéciales Sarah Geringën dans une situation que je ne souhaiterai pas à mon pire ennemi. C’est son père que l’on retrouve torturé à mort. De nombreuses questions se posent sur cet homme qu’elle ne connaissait pas aussi bien qu’elle le pensait. L’intrigue nous nous entraîne de la Norvège à la Sibérie mais toujours dans l’univers froid et glaçant que sait si bien dépeindre l’auteur. Je n’ai pas boudé mon plaisir et ma lecture a été boulimique. J’ai beaucoup aimé l’alliance entre le passé historique et le présent, une histoire vraie qui ressort de derrière les fagots à la sauce Beuglet, c’est juste très attirant. Sans oublier la touche de biologie, d’ADN, de génomes, bref de science rendant le tout passionnant en grande partie parce que l’on part d’un postulat avéré aujourd’hui. Et puis on ne se refait pas, je suis une fidèle du personnage récurent, cette Sarah à qui il arrive toutes sortes de choses déplaisantes au minima et qui arrive malgré tout a resté opérationnelle et efficace force mon respect. On s’enfonce dans une vengeance qui ne dit pas son nom mais prend de plus en plus d’ampleur. Des secrets de famille bien enfouis et qui sont porteurs de tant de souffrance. Ce thème de la mémoire qui nous ramène à un fait historique terrifiant et occulté c’est incroyable. J’ai aimé suivre le parcours personnel de Sarah, sa culpabilité, sa quête de la vérité, on vit cela avec elle et on ne sait pas si on doit croire en l’espoir d’une rédemption. De nombreux rebondissements nous tiennent constamment en haleine mais je dois dire que jusqu’au bout l’auteur sait nous garder sous sa coupe. J’ai eu le sentiment de mieux comprendre la personnalité de Sarah dans toute sa complexité et si cette trilogie en était une, je ne me sentirai pas frustré. Bonne lecture.

  • Le Monde de Marie 9 octobre 2019
    L’île du diable - Nicolas Beuglet

    Une année s’est écoulée depuis « Le complot » et on retrouve Sarah à sa sortie de prison. Dès les premières heures de sa liberté retrouvée, elle va devoir faire face à l’horreur : le meurtre de son père. Avec l’aide de Stephen elle va pouvoir mener les investigations et remuer le passé. Un passé qui va la confronter à l’horreur, mettre en lumière des faits atroces et l’aider à comprendre la personne qu’était son père en dehors de celui qu’il laissait paraître.

    Toujours une plume fluide et entraînante. Chaque élément est bien amené et les révélations se font surprenantes. Je me suis laissée porter par l’histoire et par les faits historiques autour desquels l’auteur a choisi de construire son intrigue. Une partie de l’histoire du monde qui m’était inconnue et la description de faits qui m’ont choquée, chamboulée.

    La partie plus scientifique autour des découvertes autour des génomes est également très intéressante. Des recherches qui sont ici conduites par un fou mais dont les éléments bien réels ne peuvent que résonner en nous poussant à nous interroger sur les maux dont souffre notre société actuelle.

    Sarah est une jeune femme que j’admire. Une véritable héroïne que j’aime tout particulièrement suivre. Elle est forte et chaque fois arrive à me surprendre. L’auteur ne l’a jamais autant malmenée dans ses investigations mais pourtant, aussi, une enquête qui va l’aider.

    Un livre captivant et surprenant dans son intrigue. Il est horrifiant dans les faits historiques qu’il relate. Encore une immense réussite avec ce troisième tome des aventures de Sarah Geringën.

  • bookliseuse 17 octobre 2019
    L’île du diable - Nicolas Beuglet

    Inspectrice Sarah Geringën 3

    Un an, plus tôt (Lire Complot), l’inspectrice Sarah Geringën a été incarcérée dans un centre pénitencier à Oslo, après avoir été accusée du meurtre du pape. Nous sommes la veille de sa libération, après son acquittement, quand Stephen Karlstrom, Chef de la police d’Oslo vient lui annoncer, le meurtre de son père.

    Stephen la laisse enquêter discrètement avec le jeune officier Koll Adrian, 32 ans arrivé 4 mois plus tôt au sein de l’unité, chargé officiellement de l’enquête.

    En parallèle, Christopher, journaliste et compagnon de Sarah, décide d’enquêter sur la mystérieuse mort du petit Matts, dont toutes les preuves accusent Sarah, d’en être la responsable.

    Plus Sarah creuse le passé de son père, plus elle découvre la face cachée de celui-ci, son côté si taciturne inexplicable, mais également les difficultés que rencontrait le couple qu’il formait avec la mère de celle-ci. Elle va entendre parler pour la première fois d’épigénétique*, pouvant peut être, expliquer son mal-être depuis l’enfance.

    Son enquête va la mener jusqu’aux racines de son père, la Russie et le Sibérie. Au bout du chemin, elle va découvrir l’horreur que son père et ses compatriotes ont vécu, et de quoi est capable l’homme pour survivre.

    L’auteur décrit avec aisance des faits historiques, me donnant encore une fois envie d’en savoir plus sur cette histoire et surtout sur cette fameuse île du Diable (qui porte officiellement un autre nom, que je ne dévoilerais pas afin de ne pas dévoiler une partie importante de l’histoire).

    Comme pour ses deux précédents romans, j’ai enchaîné les chapitres, happée par cette histoire. Encore bravo à l’auteur !

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.