Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Le passager sans visage - Nicolas Beuglet

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

11 #AvisPolar
7 enquêteurs
l'ont vu/lu
10 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

« Tu n’es pas seule à chercher »…

Ce mot anonyme laissé sur son paillasson est plus qu’un appel : un électrochoc. Cette fois, l’inspectrice Grace Campbell le sait, elle n’a pas le choix. Elle doit ouvrir la porte blindée du cabinet situé au fond de son appartement. Et accepter de se confronter au secret qui la hante depuis tant d’années…

Des confins de la campagne écossaise aux profondeurs de la Forêt-noire où prend vie le conte le plus glaçant de notre enfance, jamais Grace n’aurait pu imaginer monter dans ce train surgi de nulle part et affronter le Passager sans visage…

Avec ce thriller au suspense angoissant, Nicolas Beuglet nous plonge dans les perversions les plus terribles de nos sociétés. Et, au passage, nous interroge : et si parmi les puissants qui régissent le monde se cachaient aussi des monstres sans visage ?

Un train, un passager sans visage, une organisation terrifiante

Source : Xo éditions

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • Découverte et curiosité 17 janvier 2022
    Le passager sans visage - Nicolas Beuglet

    . REDOUTABLE.

    Le passager sans visage est un thriller redoutable ! Je n’en attendais pas moins de Nicolas Beuglet qui m’avait séduit avec sa plume originale et ses récits très documentés.

    Je me suis donc délecter de cette histoire aux multiples rebondissements. Le suspense ne nous quitte pas tout du long. On pense avoir découvert un récit ignoble et pourtant ce n’est que le début ! Le pire étant le mot de l’auteur, à la fin du roman, qui une fois encore nous scotche en nous dévoilant que la plupart des faits sont réels et historiques. Ça rajoute vraiment à l’épouvante du récit.

    Le dynamisme est d’ailleurs au centre du roman. Il ne se passe pas un temps mort (si je puis me permettre l’expression). L’enquêtrice Grâce Campbell ne recule devant rien pour résoudre le secret qui la hante depuis de nombreuses années. On comprend tout de suite mieux sa personnalité, torturée et solitaire. C’est agréable de découvrir plusieurs liens avec le tome précèdent "Dernier message". Je vous conseille de le lire avant si c’est possible même si ce tome peut se lire indépendamment.

    Alors qu’est ce qui se cache derrière la porte blindée de l’appartement de l’inspectrice ? Quel secret l’épouvante encore ? Il ne vous reste qu’à dévorer ce polar pour le découvrir à votre tour. Et croyez moi, vous ne verrez plus certaines choses de la même manière après cette lecture !

  • lesmotsquilient 6 janvier 2022
    Le passager sans visage - Nicolas Beuglet

    J’ai vraiment beaucoup aimé « Le dernier message » où j’avais fait la connaissance de Grace. Alors qu’en est-il de cette suite ?

    🧡Et bien, je suis de nouveau conquise.
    L’histoire est menée un peu différemment mais j’ai retrouvé dans cet opus les ingrédients qui m’avaient séduites dans les précédents livres.

    🤩Une intrigue solide, des personnages forts, des faits historiques avérés, des rebondissement solides qui font tourner les pages et un dénouement qui laisse sans voix.

    🥰Construire une chronique sans trop vous en dévoiler est un exercice périlleux. Ce que je voudrais surtout transmettre c’est cet entrain que je ressens à chaque page que je tourne quand je lis un livre de Nicolas Beuglet. Alors évidemment, mon avis est subjectif.

    🌀 Mais… cette ivresse que l’on ressent autour des mots qu’on lit et qui réussissent à bousculer les certitudes qu’on pensaient solides et à faire basculer les questionnement dejà existants. On a beau savoir que c’est une histoire, quand on sait qu’elle se base sur des faits réels, on a peur de se demander où se cache la part de vérité ?

    ☠️ Avec cet auteur, on creuse toujours plus loin dans la noirceur et dans ce que l’Homme est capable de faire, de construire, d’inventer de pire. S’il est capable du meilleur, il n’en ai pas moins certains que parmi les plus grands esprits se cachent les projets les plus fous et les plus dramatiques.

    🏔 Les thrillers de Nicolas Beuglet vous invitent au voyage, mais pas n’importe lequel. Un aller simple vers des réalités écoeurantes et ainsi faire des suppositions qui vous feront douter de votre prochain.

    🧡J’ai déjà hâte d’être au prochain….

    https://www.instagram.com/p/CUfTy4mqfoT/

  • celine85 5 janvier 2022
    Le passager sans visage - Nicolas Beuglet

    C’est la suite du livre « Le dernier message » mais pas de panique, un bref résumé se trouve au début de ce nouveau livre. Je vous conseillerais quand même de vous procurer le 1er tome des enquêtes de Grace Campbell avant. Avec ce résumé, on comprend d’ailleurs que l’on va vraiment se focaliser sur Grace Campbell dans ce thriller et que l’on va enfin savoir se que cache cette pièce secrète avec porte blindée à son domicile. Je crois que Nicolas Beuglet prend plaisir à jouer avec les nerfs de ses lectures.
    Dans ce livre Grace trouve sur le seuil de sa porte une enveloppe. Au dos était écrit « Tu n’es pas seule à chercher » et à l’intérieur de celle-ci une feuille avec un autre message. Elle se sent prête à remuer son passé et découvrir la vérité sue la tragédie de son enfance, l’idée de se venger est plus forte que ses craintes.
    La fin laisse supposer que ses héroïnes seront encore mises en avant dans son prochain roman. Vous en pensez quoi pour ceux qu’ils les ont lu ?

  • la_tete_dans_mes_livres 5 janvier 2022
    Le passager sans visage - Nicolas Beuglet

    LE PASSAGER SANS VISAGE – NICOLAS BEUGLET – INTENSE, ADDICTIF, UNIQUE, LE ROMAN A DEVORER !!

    « Ce mot anonyme laissé sur un paillasson est plus qu’un appel : un électrochoc. Cette fois, l’inspectrice Grace Campbell le sait, elle n’a pas le choix. Elle doit ouvrir la porte blindée du cabinet situé au fond de son appartement. Et accepter de se confronter au secret qui la hante depuis tant d’année… »

    Alors je vous tiens déjà un peu en haleine ? Je suis certaine que oui. Avant toute chose oui, je n’ai pas encore lu dans l’ordre, vous allez finir par bien me connaitre, ce livre est la suite du roman « Le dernier message. » Voilà, vous connaissez la chronologie à respecter.

    L’auteur ne déroge pas à sa marque de fabrique, il s’appuie une nouvelle fois sur des faits réels pour construire son histoire. Cette fois, nous partons à la découverte de la légende du joueur de flûte mais aussi du projet Kentler. A nouveau, je salue le merveilleux travail de l’auteur au niveau des faits historiques afin de les relier si magnifiquement à son histoire.

    Personnellement, j’ai adoré le personnage de Grace, même si je n’ai pas lu le dernier message, le récit narré par Nicolas Beuglet s’appuie sur l’histoire personnelle de Grace, une histoire touchante. Grace est une femme à la personnalité attachante, un personnage très humain avec ses doutes, ses peurs mais qui au final saura nous emmener toujours plus loin dans l’action.

    Dans le paysage francophone, on ne peut plus passer à côté de Nicolas Beuglet, ou alors sortez de votre grotte. Le passager sans visage c’est intense, addictif, unique, on dévore les pages et on tremble devant des faits qui s’avèrent bien réels.

    L’auteur signe une performance avec ce roman. J’ai déjà tellement hâte d’être l’année prochaine pour connaitre la suite des aventures de Grace. Mais en attendant, n’ayant lu que le cri, je compte bien me mettre à jour !

    A découvrir de toute urgence.

  • Alex-Mot-à-Mots 20 décembre 2021
    Le passager sans visage - Nicolas Beuglet

    Tout le long de ma lecture, je me suis demandée ce que faisait ce train en couverture. Ce n’est que dans les dernières pages que le mystère s’éclaircit.

    Mais avant cela, nous retrouvons l’inspectrice écossaise Grace Campbell qui reçoit un bien étrange message qui l’oblige à ouvrir sa porte secrète et à se plonger dans son passé.

    Nous la suivons ainsi à la recherche de son ravisseur lorsqu’elle était enfant. Petit à petit, ses souvenirs remontent à la surface.

    J’ai aimé l’univers des contes morbides qui sont le fil conducteur de son enquête. Car oui, les contes ne sont pas féériques mais violents.

    J’ai souris car c’est la première fois que je lisais le pronom « iel » dans un roman.

    Encore une fois, l’auteur part de faits réels qui dépassent la fiction pour nous entraîner dans une histoire que l’on n’aimerai pas vivre.

    Quelques citations :

    La sécurité doit devenir la religion des individus, celle pour laquelle ils renonceront à tout le reste. Cette envie de protection doit s’infiltrer partout. Elle doit devenir si impérieuse, si nécessaire que la liberté sera perçue comme un luxe que l’on ne peut malheureusement plus s’offrir.

    Ceux qui contrôlent la peur des gens deviennent maîtres de leur âme.

    L’image que je retiendrai :

    Celle du fameux passager qui veut devenir le Maître du Monde.

    https://alexmotamots.fr/le-passager-sans-visage-nicolas-beuglet/

  • Journal de Bord d’une Lectrice 16 décembre 2021
    Le passager sans visage - Nicolas Beuglet

    « Le passager sans visage » par Nicolas Beuglet

    Un grand thriller basé sur des faits réels glaçants, s’inspirant du conte du joueur de flûte de Hamelin.

    Il s’agit du 2ème tome de la série qui a pour personnage principal l’inspectrice Grâce. On sait de celle-ci qu’elle a vécu des évènements traumatisants dans son enfance. Elle nous laisse à la fin du 1er tome sur une porte fermée de son appartement derrière laquelle se trouve des éléments de son passé qui nous restent inconnus.

    Il est donc conseillé de lire le 1er tome « Le dernier message » car il s’agit de la suite directe.

    Dans cette enquête, plus personnelle, on en apprend plus sur Grâce et sur les sinistres organisations humaines de traite d’enfants qui existent.

    Difficile de parler de ce tome sans trop vous en révéler.

    Si vous aimez les page turner, les thrillers rythmés et effrayants, alors ce livre est pour vous !

  • Savy 23 octobre 2021
    Le passager sans visage - Nicolas Beuglet

    Le Passager sans visage est la suite de : Le dernier message que je vous conseil de lire avant, où on y fait connaissance avec des personnages que l’on retrouve ici.

    J’avais hâte de savoir ce que pouvait bien cacher Grace Campbell derrière cette porte blindée, sa pièce secrète.

    Et bien j’ai pas été déçue !!

    Avec Le Passager sans visage, l’auteur nous pousse à nous interroger sur notre société.

    Thriller glaçant, terrifiant que je conseil vivement.

  • Killing79 18 octobre 2021
    Le passager sans visage - Nicolas Beuglet

    Nicolas Beuglet reprend, avec cette deuxième enquête de Grace, l’histoire où on l’avait laissée. Dans le précédent livre régnait un mystère autour d’une pièce de son appartement. L’auteur décide d’ouvrir la porte et de nous révéler les secrets du passé de l’héroïne.

    Elle se lance alors dans la quête d’une vérité sur un mystère qui la traumatise depuis des années. Avec son caractère opiniâtre, elle continue ses investigations coûte que coûte même si ses pistes deviennent malsaines et sont susceptibles d’impliquer sa propre famille. Des révélations fracassantes vont alors entraîner l’inspectrice dans une aventure mouvementée et forte en émotions.

    L’auteur maitrise son sujet. On sent qu’il s’est documenté pour peaufiner sa toile de fond. Les évènements historiques relatés et les théories développées apportent de l’épaisseur à une intrigue somme toute classique. La narration, portée par une plume accessible, est aussi parfaitement rythmée. Les courts chapitres maintiennent le lecteur sous tension et ne lui laissent pas le temps de s’ennuyer. Pour le sensationnel, les péripéties de ce deuxième opus perdent en vraisemblance (certaines scènes sont un peu tirées par les cheveux !) par rapport à celles du premier volet. Mais le résultat global procure un plaisir de lecture indéniable qui vous fera oublier ses quelques fantaisies de scénario.

    Comme à son habitude, l’écrivain se base sur des faits réels pour imaginer son aventure. Ses histoires deviennent encore plus terrifiantes lorsque l’on lit la postface qui confirme la véracité des évènements. « Le passager sans visage » est un thriller très efficace duquel on ne décroche pas. Plus qu’une aventure spectaculaire, cette trilogie fait réfléchir sur notre condition moderne et sur notre rapport au progrès.

    Nicolas Beuglet continue son exploration des tragédies de l’Histoire méconnues à travers ses polars passionnants. On apprend en se distrayant. Un programme qui me plait beaucoup et que je vous conseille !

    https://leslivresdek79.wordpress.com/2021/10/18/699-nicolas-beuglet-le-passager-sans-visage/

  • patrice DE PAEPE 18 octobre 2021
    Le passager sans visage - Nicolas Beuglet

    Ce deuxième roman de la trilogie Grace Campbell a été pour moi un bon moment de lecture et je suis déjà impatient de découvrir la suite.
    Nicolas Beuglet nous a encore concocté une bonne suite des aventures de l’inspectrice Ecossaise mais il est vrai que ce roman n’est néanmoins, pas exempt de tout reproches. Ce n’est pas au point de gâcher ma lecture mais on est passé pas loin parfois.
    Au début, il y a comme un petit résumé du premier opus de la trilogie, c’est pas mal, çà peut prévenir éventuellement le lecteur qui découvrirait Grace Campbell s ’il prend une histoire en cours. Alors bon, même si on peut sans doute lire ce bouquin sans avoir lu le premier, ce serait quand même gâché et dommageable pour la compréhension.
    Pour aimer ce thriller, il m’a fallu être patient, j ’ai ressenti rapidement comme un manque de rythme dès le début du livre, je trouvais que l’histoire ronronnait un peu trop avant de réellement démarrer.
    Pourtant, on y apprend pas mal de chose dans ce début, dont le fameux secret qui se cache derrière la porte blindée de Grace et le sombre passé de celle -ci (De Grace hein pas de la porte blindée).
    Dans la deuxième moitié du roman, on retrouve toute les qualités narratives de Nicolas Beuglet , avec actions, surprises ,retournements de situations , du bon suspens et un « putain » de coups de théâtre à la toute dernière ligne qui te fait déjà saliver sur le prochain tome .
    Comme d’habitude l’intrigue est recherchée, entre fiction et réalité Nicolas Beuglet nous fait découvrir des faits historiques méconnus (en tout cas pour moi), une autre vision, on va dire, plus horrifique des contes de fées et une théorie du complot abêtissant l’être humain (qui peut demander réflexion).
    Alors oui, comme dans tous les romans de l’auteur on peu y trouver du too much et des facilités avec l’histoire et je pourrais comprendre que cela puisse en rebuter quelques-uns, j’en ai moi-même un peu souffert mais bon il faut avouer que c’est quand même bien fait. Le suspens qui va crescendo et l’héroïne super attachante m’ont fait presque oublier ces invraisemblances.
    Mais Il est vrai qu’on atteints des limites qu’il ne faudrait pas dépasser dans le futur et j’ai baissé ma note à cause de cela.
    Vivement le prochain

  • Mes Carnets Litteraires 2 octobre 2021
    Le passager sans visage - Nicolas Beuglet

    Ce thriller captivant nous plonge dans les perversions et l’horreur de notre société.
    Avec son rythme haletant et son intrigue angoissante, je n’ai plus réussi à le lâcher une fois commencé.
    L’enquête est totalement liée au passé de Grace Campbell mais elle fait aussi référence à certains personnages du tome précédent. C’est la raison pour laquelle je vous conseille vivement de l’avoir lu avant de vous jeter dans cette lecture !
    Les décors et les paysages jouent aussi beaucoup dans cette ambiance angoissante qui m’a fait parfois un peu flipper je dois bien l’avouer !
    Encore une fois, l’auteur se base sur des faits réels pour nous plonger dans l’horreur. Cela m’a donné envie de me documenter un peu plus sur la légende évoquée dans ce roman qui s’avère peut-être n’en être pas vraiment une...
    Bref, vous l’aurez compris, cet opus est, pour le moment, mon préféré de cette nouvelle série !
    Et compte-tenu de la dernière phrase du roman, j’ai plus que hâte de lire le prochain tome 😉

  • Aude Lagandré 16 septembre 2021
    Le passager sans visage - Nicolas Beuglet

    Ceux qui connaissent les écrits de Nicolas Beuglet savent qu’il s’appuie toujours sur des faits réels pour construire ses romans. Pour ceux qui l’ignorent, Nicolas Beuglet se base toujours sur des faits réels pour construire ses romans. J’insiste aussi lourdement parce que, lorsque vous décidez de vous plonger dans l’un de ses récits, vous savez qu’au bout de la chaîne, il y a une thématique ou un fait divers dont il va vous parler et dont vous ignorez l’existence. C’est à mon sens, sa marque de fabrique qui le rend un peu différent des autres écrivains de thrillers et qui vous incite, instinctivement, à bien regarder où vous mettez les pieds en avançant dans la lecture. Il ne va pas vous parler de chat disparu de mémé Lucette, même si c’est sûrement un fait divers avéré. Non, il va creuser un peu plus profondément, impliqué qu’il est par les problématiques de notre monde. Je vous renvoie par exemple à sa nouvelle « Ça n’arrivera pas » pour vous faire une idée de ses préoccupations…

    « Le passager sans visage » est le tome 2 de la série mettant en scène Grace que le lecteur a découvert dans « Le dernier message ». Nous faisions alors la connaissance de cette nouvelle héroïne, plus fragile que Sarah Geringën (voir la trilogie précédente, « Le cri », « Complot », « L’île du diable »), en quête de réhabilitation professionnelle. Nous l’avons laissée dans son appartement, face à une porte blindée qui cachait un lourd secret, mais plus sûre d’elle, ayant réussi à résoudre l’affaire qui lui avait été confiée. Si vous n’avez pas lu le tome 1, sachez que vous pouvez tout à fait lire celui-ci indépendamment (l’auteur vous en fait un petit résumé sans spoil en préambule). Sachez simplement que Grace se retrouve confrontée à cette porte, métaphoriquement à son passé, et qu’il lui appartiendra de l’ouvrir ou pas.

    Lorsqu’un mystérieux message est déposé sur son palier, Grace sait qu’elle n’a désormais plus le choix : elle va devoir ouvrir la porte de son passé. Si « Le dernier message » était davantage un roman d’ambiance où le lecteur apprenait peu de choses sur cette nouvelle héroïne, « Le passager sans visage » est complètement axé sur le personnage de Grace. C’est elle qui fait avancer le roman, c’est elle qui provoque cette nouvelle enquête sur sa vie personnelle. Nicolas Beuglet nous offre le privilège d’en découvrir un peu plus sur elle. Je peux vous dire que vous n’allez pas être déçus ! Le voyage est long, peuplé de personnages terrifiants et de souvenirs effroyables. « Tu sais très bien où commence le chemin de la vérité. » Grace repart donc sur les traces de son enfance, dans un petit village du nom de Kirkcowan. Celle qui se réfugiait dans la nourriture pour panser ses plaies est maintenant capable d’affronter la réalité en face.

    Je ne vous dirais rien de l’enquête. Même si l’on suppute certaines choses, la réalité est plus glaçante encore. La construction de Grace, faite comme chaque être humain, des souvenirs d’enfance et des épreuves traversées est clairement mise en avant. Le lecteur se retrouve donc d’emblée en totale empathie avec elle, impossible de ne pas l’être. L’avancée de son enquête sur les premières années de son existence va l’amener au « pays des contes ». Ces contes de fées que l’on raconte aux enfants pour les endormir sont bien plus terrifiants qu’ils n’y paraissent de prime abord, surtout lorsqu’on les redécouvre avec des yeux d’adulte. C’est exactement ce que Nicolas Beuglet entreprend dans ce récit : un savant mélange de réalité et de fiction avec comme point d’ancrage le fondu de l’une dans l’autre. Quelles sont les significations de ces contes, qui sont réellement ces personnages qui les peuplent ? En ajoutant cette touche d’onirisme, l’écrivain a immédiatement capté mon attention. Je connaissais très bien le conte dont il parle, je l’ai même raconté à mes enfants (comme vous peut-être), mais lorsqu’il est associé à un fait divers glaçant, monstrueux, et barbare, le sang du lecteur se glace. Comme d’habitude, j’ai enquêté sur les propos de Nicolas Beuglet, comme d’habitude j’ai trouvé en ligne les faits qu’il développe. Plus épouvantable encore, je n’en avais jamais entendu parler… Je crois que c’est cela qui a fait jaillir une sorte de terreur en moi, découvrant encore si besoin en est, que l’humain ne manque pas d’inhumanité. Les thématiques que l’auteur développe sont nombreuses, comme dans chacun de ses romans et il est difficile d’en parler sans spoiler le récit. Je peux simplement dire qu’il est concerné par les problématiques de son époque, notamment par toutes les nouvelles technologies qui envahissent notre quotidien, et par les informations lancées à tout va, type « fake news » qui ne sont destinées qu’à entretenir la peur, l’inquiétude, et la phobie toutes véhiculées par les news dont nous nous abreuvons jusqu’à la régurgitation. Les idées qu’il développe en fin de roman, par l’intermédiaire d’un personnage, ont une curieuse résonance… car intuitivement, je sentais qu’il avait raison sur plusieurs points et qu’en 2021, savoir réfléchir, analyser, vérifier en consultant plusieurs sources devient extrêmement rare.

    Alors, Nicolas Beuglet est-il un lanceur d’alerte ? Chacun répondra à cette question en son âme et conscience. Une chose est sûre, il manie avec talent le plaisir de lecture et la réflexion. Il est impossible de sortir d’un de ses romans sans qu’une idée ou une citation continue à travailler en tâche de fond dans votre cerveau, sans avoir envie d’en savoir plus, et de consulter la bibliographie en fin de récit. J’ai aimé la rhétorique des propos des « illuminés » qui peuplent ces pages, le fait de me tromper sur certains personnages, d’être attendrie par d’autres, de découvrir le passé de Grace qui devient sacrément attachante, et aussi, la fin, la toute dernière ligne qui m’a donné envie de frapper l’auteur tant je trépigne de lire de tome 3.

    « Le passager sans visage » est pour moi un excellent cru. J’ai pris un plaisir immense à le lire, entre jubilation et terreur certes, mais un immense plaisir tout de même. Personnellement, je sens dans l’écriture de Nicolas Beuglet la volonté de transmettre, l’envie de développer des sujets qui moi aussi me préoccupent. Sous couvert de polars, il s’emploie à interroger, mettre en lumière, remettre en cause, faire réfléchir et cela rend ses écrits bien plus profonds qu’un « thriller » qui n’existerait que pour divertir. C’est mal le connaître… Ce que vous devez retenir ? Excellent cru !

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.