Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Barbara Abel - Et les vivants autour

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

21 #AvisPolar
2 enquêteurs
l'ont vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Cela fait quatre ans que la vie de la famille Mercier est en suspens. Quatre ans que l’existence de chacun ne tourne plus qu’autour du corps de Jeanne, vingt-neuf ans. Un corps allongé sur un lit d’hôpital, qui ne donne aucun signe de vie, mais qui est néanmoins bien vivant. Les médecins appellent cela un coma, un état d’éveil non répondant et préconisent, depuis plusieurs mois déjà, l’arrêt des soins. C’est pourquoi, lorsque le professeur Goossens convoque les parents et l’époux de Jeanne pour un entretien, tous redoutent ce qu’ils vont entendre. Ils sont pourtant bien loin d’imaginer ce qui les attend. L’impensable est arrivé. Le dilemme auquel ils sont confrontés est totalement insensé et la famille de Jeanne, en apparence si soudée, commence à se déchirer autour du corps de la jeune femme…

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

  • Acheter sur LesLibraires.fr
  • Acheter sur Emaginaire
  • Acheter sur Cultura
  • Acheter sur Rakuten

Galerie photos

Vos #AvisPolar

  • Aude Lagandré 10 mars 2020
    Barbara Abel - Et les vivants autour

    Jeanne Mercier est dans le coma depuis plus de 4 ans, suite à un accident de voiture. Depuis, la vie de sa famille est en suspens. Gilbert, le père se noie dans son travail, cache ses émotions derrière une poigne de fer et des propos souvent acerbes. Micheline, la mère, plus effacée que jamais, passe tout son temps libre auprès de sa fille en espérant un miracle. Charlotte, sa sœur gère un restaurant avec son compagnon profondément tyrannique. Jérôme son mari, comédien de métier tente de garder la tête hors de l’eau et d’oublier sa culpabilité. Autour de Jeanne, le temps s’est arrêté. Alors, quand le docteur Goossens demande à voir la famille, tous redoutent le verdict : il est temps de débrancher Jeanne et de la laisser partir…. Sauf que… la nouvelle que va leur annoncer le médecin n’est pas tout à fait celle attendue.

    Qu’il est doux, paisible et serein de se plonger dans un roman de Barbara Abel ! Luxe, calme et volupté. Que des bons sentiments, des personnages lisses et humainement irréprochables. Une intrigue qui fait du bien à l’âme et repose le cerveau des mauvaises nouvelles ambiantes. Mes propos vous surprennent ? Vous avez bien raison !! Préparez-vous au choc de ce roman qui va vous mettre les tripes à l’air, et vous obliger à vous poser mille et une questions sur ce que vous voudriez pour votre propre fin de vie.

    « Et les vivants autour » est clairement le roman le plus abouti de Barbara Abel sur une thématique oh combien douloureuse : le coma et la fin de vie. Le sujet n’est pas gai, mais ce qui l’est encore moins, c’est le déchirement et la guerre sans merci que se livrent les membres d’une même famille. Barbara Abel pose les jalons en tout début de roman en détaillant la psychologie de ses personnages. Le lecteur a donc une idée très précise de la personnalité de chacun, et fait alors des pronostics sur la suite. Sauf que, la terrible nouvelle change la donne et va immanquablement modifier les forces en présence et les tempéraments. L’évolution des personnages est exceptionnelle de justesse, et c’est sans aucun mal que l’on peut se glisser dans la peau de chacun, émettre une opinion, voir un jugement, sur leurs actions. J’aurai titré « Et les vivants autour ? » comment s’en sortent-ils face au coma de Jeanne ? Ils se révèlent, ils font tomber les masques, et c’est avec stupéfaction que le lecteur découvre leurs véritables visages. Un vrai travail d’orfèvrerie dont Barbara Abel s’acquitte fort bien.

    Dans la gestion de cette thématique familiale, elle ose tous les sujets susceptibles de créer des remous. Non seulement elle ose, mais elle explore les questions en profondeur. Elle farfouille, elle creuse, elle « remue la merde » pour aller jusqu’à l’explosion. C’est extrêmement dense, condensé, souvent lapidaire et sans mansuétude. Pourquoi ? Parce que c’est tangible ! J’ai adoré la façon dont elle transforme petit à petit ses personnages a priori sans aspérité en véritables ogres, monstres inhumains sans pitié, mais aussi en victimes collatérales ou en victimes désignées. Elle explore toutes les relations : mère-fille, père-fille, la préférence d’un parent pour un enfant, la relation entre époux sous différents angles et à travers différents exemples.

    Le coma est évidemment la grande thématique de ce roman. Il faut « considérer de manière objective ce qu’il y a de mieux pour elle », mais également poser de vraies questions « Pour qui veux-tu la maintenir en vie ? Pour elle ou pour toi ? », et même aller plus loin dans la réflexion « Outre que l’idée de perdre sa fille lui est inconcevable, la débrancher signifie pour elle perdre son emploi, son statut, son rôle. Sa raison d’être. » La force de frappe de Barbara Abel ne laisse rien au hasard, chaque faille est exploitée, chaque détail a sa raison d’être. Les secrets sont révélés au moment opportun, les apparences s’émiettent, les mensonges lentement se dévoilent. Le lecteur se retrouve embarqué dans un tourbillon de questionnements et de cartes rebattues quand il prend conscience du côté malveillant de certains personnages. Il est alors trop tard pour faire machine arrière, l’auteur vous a déjà pris dans ses filets et vous emmène au fond de l’âme humaine soumise à des décisions cruciales.

    Pendant que Jeanne dort, et les vivants autour, ils font quoi ? Ils se livrent une guerre sans merci à coup de règlements de compte. L’enfer n’est pas toujours là où l’on croit… et la fin que propose Barbara Abel m’a laissée angoissée, troublée, un peu fiévreuse : un enfer pavé de bonnes intentions. Pour moi, ce roman est une vraie grande et belle réussite, de par sa justesse dans les réflexions proposées, sa précision dans la psychologie des personnages, son intrigue qui telle un rouleau compresseur fonce sur vous implacablement. Barbara Abel signe là un livre anxiogène au possible, intelligent, et questionnant. Je ne peux que vous encourager à vous jeter dessus.

    Je remercie les éditions Belfond de leur confiance.

  • Au fil des Pages 12 mars 2020
    Barbara Abel - Et les vivants autour

    Barbara Abel figure parmi mon top 5 de mes auteurs chouchou et c’est toujours un plaisir de découvrir son nouveau roman. Donc quand Belfond me l’a proposé, je n’ai pas hésité une seule seconde.
    Et le moins, que l’on puisse dire, c’est que je le referme et je ne suis pas déçue du tout.
    D’abord l’originalité de l’histoire, Jeanne est dans le coma depuis 4 ans et sa famille se relaye pour venir la voir tous les jours à l’hôpital. Ils le savent, son état est sans appel ; et quand le Dr Goosens les appelle pour leur "parler" du cas de Jeanne, ils sont loin d’imaginer la "révélation" qu’ils vont entendre.
    Et pour le coup les lecteurs non plus !!! Préparez-vous !!!!!
    Un vrai page-turner !!!!!! impossible de le lâcher tant que L’auteure nous tient en haleine au fil des pages je peux dire que de révélations en révélations je n’ai pas vu venir tout ce que j’ai pu lire.
    Autour de ce drame familial, chacun des personnages "subit" le coma de Jeanne, que ce soit ses parents, son mari ou sa sœur et chacun espère une finalité différente. Des secrets enfouis vont surgir et détruiront au passage des vies bien rangées.
    Des drames passés vont se révéler et le lecteur reste en haleine ... Les 4 personnages sont tellement charismatiques, que ce soit le père qui parait sans coeur, la mère effacée et soumise à son mari, la sœur malheureuse dans son ménage et son mari qui tente de reconstruire sa vie ...
    Barbara Abel est forte pour contrôler l’histoire et distille tellement bien les informations, ci et là ... Elle joue avec nos nerfs et nous embarque dans la folie et les failles des personnages...
    J’avoue que plusieurs fois je me suis dis : "Mais ce n’est pas possible" !!! Hé bien si !!!
    Cependant, si je dois titiller ... J’ai trouvé une ou 2 révélations un peu "grosses" mais cela n’a rien enlevé à mon plaisir et cette belle découverte.
    Vraiment je ne peux que vous conseiller de lire et découvrir ce livre, surtout si vous êtes adeptes de drames familiaux, de drames psychologiques : FONCEZ !!!!

  • LeahBookAddict 14 mars 2020
    Barbara Abel - Et les vivants autour

    Premier coup de coeur du mois ❤❤❤❤
    Dès le prologue j’ai compris que j’allais adorer ma lecture ... puissant et anxiogène ❄
    Je suis rentrée de suite dans l’histoire de la famille Mercier, qui survit depuis quatre ans autour du coma de Jeanne.
    Le médecin les convoque pour un entretien mais ils ne se doutent pas de ce qu’il va leur révéler... cette nouvelle va les déchirer, les choquer ... et nous avec, nous allons suivre la descente aux enfers de cette famille.

    Des secrets vont éclater ce qui sera lourd de conséquences.
    La subtilité et la justesse de la plume de l’auteure rend le récit tellement réel et troublant, on a de l’empathie pour chacun des personnages.
    Il n’y a aucun temps mort, tout s’enchaîne dans un tourbillon qui nous emporte jusqu’à la fin où les révélations vont s’avérer fracassantes !
    Waouh, je ne m’attendais pas à ça, lu en une journée un coup de cœur pour ce thriller psychologique qui va me hanter pendant un moment...

  • Lou Mael 20 mars 2020
    Barbara Abel - Et les vivants autour

    Jeanne est dans le coma depuis quatre ans suite à un accident de voiture. Quatre ans qu’elle ne présente aucun signe d’amélioration. Ses parents Gilbert et Micheline, sa sœur Charlotte et son mari Jérôme poursuivent malgré tout leur vie. Chacun d’entre eux vit sa douleur, survit à la situation à sa façon.

    Un jour, le professeur Goossens, le médecin en charge de Jeanne, les convoque.
    Ils le savent tous, le moment est venu de prendre une décision, cette décision qu’ils savent inévitable, mais qu’ils redoutent tous, surtout Micheline qui se dévoue corps et âme pour sa fille, sa raison d’être. Quel choix monstrueux, inhumain ce médecin va-t-il leur demander de faire ? En sont-ils seulement capables ?

    Ces protagonistes n’ont pas idée à quel point ce rendez-vous va précipiter les choses, va les obliger à prendre parti, va changer leur vie de façon radicale.

    Cette famille unit dans l’adversité, dans la douleur, va devoir affronter ses démons, ses secrets afin de sortir de cette situation impossible. Cela va se faire dans la souffrance. Nul n’en sortira indemne.

    Le moment est venu de se libérer de son fardeau !

    *****

    Quelle serait votre vie si votre conjoint, votre enfant ou un proche était dans le coma. Comment feriez-vous pour continuer à vivre ? Quelle décision prendriez-vous face à cette situation ?
    J’avoue que je ne sais pas moi-même. Je pense que je serai comme Micheline et que je le garderai en vie dans l’espoir qu’il se réveille un jour. Peut-être que face à moi, il y aurait un Gilbert qui aurait conscience que ce corps, ne sera plus jamais son enfant, ou pas. Et là, je salue la magnifique titre qui a été choisi « Et les vivants autour ». Comment survivre à des choses que l’on ne contrôle pas mais qui, malgré cela, transforme votre vie de façon radicale.

    Pour traiter de ce sujet difficile, Barbara Abel vous propose un panel de personnages qui ont tous un avis différent sur le sujet et les raisons qui vont avec.
    Cet auteur excelle dans la manipulation. Elle a ce talent de créer des personnages qui ont une profondeur psychologique intense. Des personnages tantôt émouvants, touchants, tant machiavéliques. Vous ne pouvez-vous fier à aucun d’entre eux. Il est même difficile de prendre parti pour le gentil ou renier le méchant tant le lecteur est trompé, abusé.
    Tel Hitchcock, Barbara Abel nous rend complice, nous implique dans les choix de ses personnages de façon pernicieuse.
    Ils ne sont pas tout noir ou tout blanc, Barbara Abel joue avec toutes les nuances de gris et s’en sert pour jouer avec vos nerfs, vos émotions. Elle vous mène par le bout du nez !

    Elle n’épargne aucun de ses personnages comme à chaque fois. Elle pousse l’être humain dans ses derniers retranchements, nous sommes au bord de la folie, le scénario est démoniaque une fois encore, il ne laisse de chance à personne.

    Barbara Abel va vous emmener au plus profond de l’âme, de la raison, jusqu’à l’étioler.

    J’ai beau savoir que cet auteur excelle dans le thriller psychologique, à chaque je suis subjuguée, époustouflée par son talent.
    Elle maîtrise totalement la profondeur psychologique de ses personnages, une fois encore.
    Nul besoin de course poursuite, de scène sanglante.

    Dans ce livre, l’auteur met en exergue les non-dits, les reproches, les secrets et les conséquences de tout cela. L’unité de cette famille repose sur un château de cartes et quand ce dernier s’écroule, il n’y a plus de possibilité de retour. Les langues se délient, les secrets se dévoilent, les rancœurs émergent. Les catastrophes sont inévitables.

    Je vous mets au défi de deviner la fin, tout ou partie, tant l’auteur est redoutable !

    Barbara Abel vous mène par le bout du nez du début et ce jusqu’à la dernière page !

  • Lettres et caractères 23 mars 2020
    Barbara Abel - Et les vivants autour

    Dans la famille Mercier il y a Jeanne. La belle endormie. Plongée dans le coma depuis 4 ans et pour combien de temps encore ?

    Il y a Gilbert. Le père. Un chef d’entreprise bourru et taciturne habitué à se faire obéir sans broncher par ses employés autant que par sa famille.

    Il y a Micheline. La mère. Le socle nourricier de la famille qui vit dans l’ombre de son imposant époux et fait passer le bonheur de ses filles avant le sien.

    Il y a Charlotte. La fille aînée. Celle à qui rien ne réussit jamais aussi bien qu’à la cadette, enfin jusqu’à l’accident bien sûr.

    Il y a Guillaume. Le compagnon de Charlotte. Un restaurateur qui déploie toute son énergie pour tenter de sauver son entreprise de la banqueroute.

    Et puis il y a Jérôme. Le mari de Jeanne. Son amoureux, son âme sœur, sa moitié, son tout dont la vie s’est arrêtée il y a 4 ans.

    Cinq vivants pour une demi-morte. Une famille touchée par le même drame mais que chaque membre cherche à gérer à sa manière. Il y a ce père qui se noie dans le travail pour tromper sa peine, cette mère qui fait le pied de grue devant le lit de sa fille en priant pour qu’un miracle se produise, cette sœur et ce beau-frère qui tentent tant bien que mal de construire leur vie alors même que celle de toute la famille s’est figée il y a quatre ans. Et puis il y a ce mari, ni divorcé, ni veuf mais qui vit seul dans le souvenir de celle qu’il aime et dont la situation le rend prisonnier de ses vœux de mariage.

    Ce roman écrit dans l’urgence du présent plonge le lecteur au cœur de ce cercle familial dont le quotidien est rongé par l’attente. Aux côtés de ses membres, il va vivre les heures sombres qui suivront l’annonce choc du professeur Goossens. Si ce médecin en charge de Jeanne a décidé de convoquer toute la famille pour lui parler de l’état de sa patiente, ce qu’il a à leur révéler fera l’effet d’un tsunami dans leur vie. Et tel un jeu de domino, une fois l’annonce faite, tout s’enchaîne avec une régularité de métronome, chaque décision entraînant des actes qui entraîneront des réactions qui mèneront au drame.

    Et les vivants autour est un grand bal des apparences au cours duquel les masques se fissurent jusqu’à révéler les vrais visages de cette famille en apparence unie. Barbara Abel signe une fois de plus un thriller psychologique et domestique impeccable, un page-turne d’une efficacité redoutable, un pur bonheur pour lecteur sadique qui pense que l’enfer se cache parfois dans les liens du sang.

    Pour voir l’avis complet, rendez-vous sur lettres-et-caracteres.com

  • Killing79 24 mars 2020
    Barbara Abel - Et les vivants autour

    Il y a quelques années, j’avais été enthousiasmé par le diabolique et malsain « Derrière la haine ». Mais avec ma fâcheuse habitude à lire tous azimuts, je n’avais pas pris le temps de réitérer l’expérience avec Barbara Abel. Erreur rectifiée !

    Encore une fois, le récit débute avec les membres d’une famille assez tranquille. Ils sont unis autour d’une cause commune et malgré l’atmosphère de deuil, l’harmonie semble régner. Jusqu’au jour où un évènement aussi dramatique qu’improbable intervient et là tout est remis en cause. Le socle familial qui paraissait un tant soit peu équilibré devient alors totalement instable.

    Les langues se délient. Les petits et les grands secrets refont surface. Les protagonistes exhument des évènements du passé qui remettent toute l’histoire en question. Plus l’histoire avance, plus les masques tombent et plus les protagonistes nous surprennent. Leurs décisions imprévisibles entraînent de grands retournements de situations. Les bons sentiments et l’hypocrisie étant mis de côté, certaines révélations vont s’avérer particulièrement choquantes. Confidence après confidence, le lecteur se retrouve sous pression, à l’affût du moindre faux pas qui pourrait rajouter de l’huile sur le feu.

    Derrière cette explosion familiale, l’auteure fait une approche sociologique de l’être humain en communauté, dépendant de ses propres désirs. Elle met en exergue son instinct de survie et sa capacité à commettre l’impensable lorsqu’il se sent pris au piège. Elle prouve une nouvelle fois son talent à creuser dans les méandres de l’esprit humain. Avec pour seuls outils, des hommes et des femmes, elle sait créer une ambiance asphyxiante qui nous angoisse crescendo, comme un étau qui se resserre.

    Vous aurez donc compris que j’ai pris mon pied avec ce livre déroutant. Si vous avez déjà lu cette auteure, vous le savez, si vous êtes encore néophyte, vous le découvrirez : Barbara Abel est machiavélique et c’est jubilatoire !

    http://leslivresdek79.com/2020/03/24/538-barbara-abel-et-les-vivants-autour/

  • Sangpages 25 mars 2020
    Barbara Abel - Et les vivants autour

    Une histoire en apparence très simple. Une jeune femme dans le coma, une famille qui fait face à des décisions. "Commun" me diras-tu ? Et moi je te répondrai "Ca dépend de qui traite le sujet". Tu te doutes bien que Barbara ne va pas faire dans la dentelle et qu’elle ira jusqu’au bout du bout pour t’emporter dans une trame des plus terrifiante et pourtant des plus réaliste. Cette histoire pourrait être la mienne, la tienne, celle de tes voisins et c’est bien là que tout devient plus horrible encore.
    Il y avait l’émission "Sacrée soirée". Te voilà avec une "Sacrée famille". Une famille comme beaucoup d’autres avec ses secrets et ses non-dits mais celle-là a, cependant, plus d’un cadavre dans ses placards et comme toujours dans les situations difficiles, les portes semblent s’ouvrir d’elles-mêmes. T’as pas fini d’en voir de toutes les couleurs et de rebondir comme une puce sur le dos d’un chien.
    Au fil de l’histoire, les pensées des personnages faisant face à la situation viendront t’apporter tous les éléments les concernant et tu découvriras le passé de chacun, les sentiments éprouvés ou quelles étaient vraiment les relations entre eux. Tu verras, c’est du costaud et cela te donnera sans doute matière à réfléchir sur ta propre relation avec les autres...Les pires ne seront peut-être pas ceux que tu penses...
    Le deuil d’une personne vivante est sans doute l’une des choses les plus difficiles qu’il soit donné de faire. Etre face à un être cher présent mais qui ne l’est plus, une enveloppe de chair qui n’a plus rien de ce que tu connais, de ce que tu as aimé, avec qui tu as rigolé, avec qui tu as pleuré. La voir toujours présente et pourtant plus là...
    Nul ne devrait avoir à faire un choix. Nul ne devrait avoir à prononcer ces paroles...Jamais...Je les ai prononcées, moi-même, une fois...Elles sont encore bloquées quelque part au fond de ma gorge, au fond de ma tête...
    J’avoue avoir été bouleversée a bien des moments par le réalisme des émotions et des sentiments des personnages. Certains passages m’ont littéralement percuté et je suis à peu près sûre qu’il en sera de même pour toi.
    Barbara, comme toujours, joue sur les liens quel qu’il soit. Elle les décrit, les dissèque, les décortique. Elle te parle, une fois encore, de la résultante d’un coup dur, d’un drame au sein d’une famille. De ces étincelles qui allument les foyers latents qui n’attendaient que de pouvoir s’embraser pour tout dévaster. Elle te parle de l’humain dans tout ce qu’il est, bon ou mauvais mais une chose est sûre, l’humain a de ça, qu’il ressort toute son animosité, toute sa rancoeur quand plus rien ne va, que tout est prêt à exploser et c’est bien plus que vrai dans ce récit-là !
    C’est vachement bien fait, c’est édifiant, émouvant, perturbant, dur et bien plus encore. Bref tu l’as compris j’ai vraiment aimé et ne peux que te le recommander !

  • Aelithsu 8 avril 2020
    Barbara Abel - Et les vivants autour

    Barbara Abel fait partie de ces auteurs qui ne m’ont jamais déçue, et elle le confirme avec ce roman intense !

    Jeanne est dans le coma depuis quatre longues années et autour d’elle, sa famille tente de continuer à vivre, chacun à sa façon. Jusqu’au jour où l’impensable se produit, et une décision devra être prise ...

    Entre secrets de famille et nature humaine, ce thriller ne m’a pas laissée indemne !

    Après un début plutôt gentil, les choses sérieuses démarrent vers la centaine de pages, et là, quel suspense, le roman se révèle impossible à lâcher, la tension monte et les révélations incroyables pleuvent !

    J’ai lu, plutôt dévoré ce roman de manière totalement dingue à un moment où je lisais moins, et après l’avoir terminé, il m’a fallu un petit moment pour m’en remettre ...

    La psychologie des personnages est bien exploitée, leurs réactions sont compréhensibles et j’ai été glacée par cette histoire !

    Avis complet sur : https://lecturesetchats.blogspot.com/2020/04/et-les-vivants-autour.html

  • L’atelier de Litote 8 avril 2020
    Barbara Abel - Et les vivants autour

    Jeanne est le centre du motif, autour d’elle se tisse les fils des vivants autour. Quatre années que Jeanne repose sur son lit d’hôpital dans le coma, plus le temps passe, moins il y a de chance d’éveil. Autour d’elle il y a ses parents, sa sœur et son mari, tous semblent unis dans la douleur aussi lorsque le professeur Gossens qui s’occupe de Jeanne les convoque. Ils se doutent et imaginent qu’il va être question de la débrancher puisqu’il n’y a aucun progrès depuis toutes ces années. Mais avec Barbara Abel rien n’est jamais simple, il y aura effectivement une annonce mais pas celle qu’ils attendaient. A partir de ce moment, le roman passe du « fait divers » à une enquête qui vient remuer chacun des membres de la famille. On va apprendre de nouveaux faits, et aller de surprises en surprise avec une formidable montée en tension qui fait de ce thriller psychologique un modèle du genre. J’aime particulièrement voir les liens qui unissent les différents membres de cette famille, rien n’est ce qu’il paraît et c’est impressionnant de voir la créativité de l’auteure dans ce brassage de secret de famille et de non-dit. Un roman rythmé qui se lit aisément grâce à une écriture fluide. Des personnages marquants, des schémas familiaux étonnants, et une mère incroyable qui n’est certainement pas aussi effacée qu’on aurait pu le croire. C’est tout le développement de ce que sont vraiment les membres de cette famille qui m’a laissée pantoise. La façon dont on les découvre petit à petit dans tout ce qu’ils peuvent avoir de plus sombre et brillamment mise en place et cela fait froid dans le dos. Un excellent moment de lecture au sein de la famille Mercier, une fin différente pour chacun des personnages, qu’elle soit douce ou bien cruelle, rien ne m’a laissé indifférente dans cet excellent thriller. Bonne lecture.
    http://latelierdelitote.canalblog.com/archives/2020/04/08/38070381.html

  • angelita 11 avril 2020
    Barbara Abel - Et les vivants autour

    Et les vivants autour de Barbara Abel, Présentation
    Comme tous les jours depuis 4 ans, Micheline va voir sa fille Jeanne, qui gît sur un lit d’hôpital. Elle se remémore quelques bribes du passé de petite fille de Jeanne, une enfant réservée, calme et perdue dans ses pensées.

    Mais le médecin de Jeanne veut voir toute la famille et très vite. Micheline pense qu’il va leur demander de débrancher Jeanne.

    Et les vivants autour de Barbara Abel, Avis
    Lorsque j’ai dû choisir ma Kube Majuscule avec Margaux, très vite, il n’y a eu aucun doute, il me fallait le denier Barbara Abel. Les livres lus de cet auteur m’ont tous assez secoué et j’avais beaucoup aimé. Kube Majuscule de mars reçue, dernier livre lu et je me plonge dans le dernier Barbara Abel.

    Les 100 premières pages font un tour d’horizon, très long, des quatre membres de la famille de Jeanne, soit son père, Gilbert, sa mère, Micheline, sa soeur Charlotte et son mari Jérôme. Ce sont les rapports de chacun avec Jeanne, avant l’accident et leur vie ensuite.

    Gilbert est un homme qui a réussi. Il a passé peu de temps en famille mais ses filles sont tout pour lui. Elles sont comme des trophées. L’accident a tout changé pour lui. Il est devenu encore plus lointain, beaucoup plus dur avec les autres. Micheline est une femme qui a donné tout à sa famille. Ce n’était pas réellement un mariage d’amour. Cette femme s’est effacée face à ce mari avec qui elle ne pouvait pas parler et elle a élevé ses filles. Depuis quatre ans, elle se consacre à Jeanne et va toujours à l’hôpital pour s’occuper de sa fille chérie. Charlotte est en couple, elle rêve d’un enfant mais ses espoirs n’arrivent pas à se concrétiser. Le restaurant qu’elle tient avec son compagnon Guillaume ne fonctionne pas et cela crée des tensions dans le couple. Jérôme, quant à lui, survit et vit depuis 4 ans. Il continue son métier de comédien toujours fidèle à sa femme. Mais voilà, ils sont convoqués par le médecin qui s’occupe de Jeanne. Ils pensent tous qu’ils doivent prendre, enfin, la décision de débrancher Jeanne. Mais non, le médecin annonce une autre nouvelle qui va plonger les quatre protagonistes dans la peur, la haine, la suspicion… Je pensais qu’après cette nouvelle, le roman prendrait un second souffle. Mais cela n’a pas été le cas pour moi. Pourtant, les pages se tournent très vite, il n’y a pas à dire. Soit, j’ai voulu connaître le fin mot de cette histoire, pourquoi est-ce arrivé, que vont-ils décider et peut-être que s’est-il réellement passé il y a 4 ans ou encore dans le passé de Jeanne ? Ou soit j’ai voulu que cette histoire se termine et passer à autre chose. Car Jeanne, couchée dans ce lit d’hôpital est toujours bien présente dans l’esprit de tous. Elle régente leurs vies à tous. Une petite fille qui était si réservée, qui parlait peu, a changé du tout au tout. C’est ce que raconte son mari, Jérôme. Pourquoi ? L’apprendra-t-on ? Car un élément m’a fait me questionner lorsque Jérôme la débranche à un moment donné. Comment s’est déroulée la suite ? Quelles ont été les conséquences et pour Jeanne et pour lui ?

    Suite à l’évènement qui s’est passé à l’hôpital, une plainte a été déposée par les parents. Ils sont donc tous interrogés afin que les enquêteurs puissent connaître Jeanne et son passé, pour que le coupable soit trouvé. Comme de bien entendu, Gilbert réagit très mal. Il refuse le test ADN car très vite les soupçons peuvent se poser sur lui. Ce sera ensuite une guerre de tranchée entre tous les membres de la famille. Qui va en sortir vainqueur ? Pas forcément celui qu’on croit. Entre mensonges, secrets, révélations, la famille a beaucoup à cacher, surtout un de ses membres, en particulier, en apparence inoffensif. Mais j’aurais dû méfier car, en définitive, je connais ce genre de personnages. Mais non, j’ai laissé se dérouler cette histoire, plutôt préoccupée par savoir qui était le coupable de l’état de Jeanne, 4 ans après son accident, alors que c’était le déclencheur de toute cette histoire de famille.

    Les 100 dernières pages sont menées tambour battant avec des prises de décision, pas forcément adéquates, avec des évènements qui vont bousculer et faire basculer la vie des quatre membres de cette famille. Attention également aux indices laissés quant à l’état de santé de Jeanne. Car oui, ils sont quatre vivants autour d’un corps intubé mais ce corps, dans un état végétatif, à qui l’on parle forcément, tout le temps, peut réagir lorsque la situation est débloquée. On le sait, un évènement particulièrement désagréable peut changer la personnalité de quelqu’un. Des fois, il suffit d’une bonne et des années de thérapie pour s’en sortir. Et d’autres, il suffit que la vérité, peut-être pas toute la vérité, éclate pour que le cerveau n’enfouisse plus cet évènement qui change une personnalité.

    Après deux romans lus de Barbara Abel, ce dernier m’a tout de même un peu déçu. Mais cela n’enlève en rien les qualités de l’auteur, loin de là. Je n’ai pas été transportée par cette histoire, ni par les personnages. Ce sera, je l’espère pour le prochain.

  • Djustinee 21 avril 2020
    Barbara Abel - Et les vivants autour

    Depuis un terrible accident de la route il y a 4 ans, Jeanne est plongée dans le coma. Son mari Jérôme , ses parents, Micheline et Gilbert ainsi que sa sœur, Charlotte organisent leur vie autour de Jeanne et son sommeil. Depuis plusieurs mois, les médecins préconisent l’arrêt de soin. Lorsque la famille est convoquée par le médecin de Jeanne, les membres de cette famille n’imaginent pas que l’impensable s’est produit et que la famille risque de se déchirer dans cette épreuve. Des secrets vont ressurgir, des non-dits et des choses inavouables vont éclater.

    Quel plaisir de retrouver cette auteure belge que j’ai plaisir à lire.

    J’aime beaucoup le récit et j’aime la manière dont l’auteure l’a mis en scène avec des flashbacks et des points de vue de protagonistes différents.

    L’auteure met un certain temps avant d’en venir au fait. Elle pose le contexte tout doucement. Ce n’est en rien dérangeant. J’apprécie beaucoup la manière dont l’auteure m’a fait languir. C’est un véritable drame familial que l’auteure nous expose tout doucement.
    Je ne m’attendais absolument pas à ça et j’ai été subjuguée par la chute du récit. L’auteure a réussi à me manipuler jusqu’aux dernières pages mais je n’en dis pas plus.

    Ce bouquin se lit à toute vitesse, les chapitres sont courts et fluides, ce qui facilite la lecture et maintient le suspense.

    C’est un thriller efficace que je lis avec un réel besoin d’urgence et que je vous conseille.

  • Matildany 24 avril 2020
    Barbara Abel - Et les vivants autour

    Comme souvent, Barbara Abel met en scène des personnages ordinaires confrontés à une situation de départ qui va empirer de par leurs réactions, souvent dues à des faiblesses de caractères, des non-dits ou des perceptions faussées.
    Il y a alors une escalade d’événements, qui les entraîne vers une pente fatale.

    Ici, Jeanne, jeune femme dans le coma depuis 4 ans, est au centre des attentions de ses proches. Son mari, ses parents, sa sœur...se relaient, en apparence soucieux de la retrouver, espérant un réveil, mais chez Barbara Abel, les apparences sont trompeuses.
    Et quand le Professeur Goossens les convoque àl’hôpital, les nouvelles inattendues vont complètement perturber les relations de ceux qui restent.

    J’ai eu du mal à accrocher avec les personnages que j’ai trouvé assez détestables dans l’ensemble, mais sans prendre plaisir à les détester, c’était plutôt un constat de l’égoïsme humain. Ils sont aussi fort survolés, et sans aucune description physique.
    Ses tics d’écriture qui me gênent fréquemment sont un peu atténués dans ce roman, mais je ressens toujours un agacement à retrouver des phrases amplifiées de deux trois adjectifs ou idées synonymes, ainsi que l’utilisation constante d’opposer des mots antagonistes...style qu’on retrouve aussi chez Karin Giebel. De même, j’ai eu l’impression de redites dans le désir d’enfant d’un des personnages rappelant son premier roman, "l’Instinct maternel" qui mettait déjà en scène une Jeanne ..
    Et certains points dans le déroulement des évènements m’ont semblé un peu lourds ou mal amenés. De même, j’avais déjà anticipé une des grandes révélations du roman, donc le souffle est vite retombé.

    Par contre, la conclusion est extrêmement jouissive ( et méritée selon moi), ce qui a atténué mon dépit pour cette nouvelle sortie, qui aura de toute façon son public. Pour ma part, les pages s’enchaînent toujours rapidement, mais j’ai préféré de loin d’autres romans de l’auteure..

    https://instagram.com/danygillet

  • Sylvie Belgrand 30 avril 2020
    Barbara Abel - Et les vivants autour

    La plume particulièrement acérée de Barbara Abel gratte, tranche, et creuse jusqu’à la noirceur pathétiquement banale de l’âme humaine tout au long de ce terrible drame. Le rythme un peu lent du début permet d’installer les personnages et l’intrigue, puis va crescendo jusqu’au final un peu attendu mais tellement réjouissant.

    Une belle réussite qui confirme l’immense talent de Barbara Abel.

    #EtLesVivantsAutour #BarbaraAbel #Belfond #Polar #thriller #livres #chroniques #lecture

    Le quatrième de couverture :

    Voilà quatre ans que l’ombre de Jeanne plane sur eux.
    Comme s’ils n’avaient plus le droit de vivre pour de vrai tant qu’elle était morte pour de faux.
    Cela fait quatre ans que la vie de la famille Mercier est en suspens. Quatre ans que l’existence de chacun ne tourne plus qu’autour du corps de Jeanne, vingt-neuf ans. Un corps allongé sur un lit d’hôpital, qui ne donne aucun signe de vie, mais qui est néanmoins bien vivant. Les médecins appellent cela un coma, un état d’éveil non répondant et préconisent, depuis plusieurs mois déjà, l’arrêt des soins.
    C’est pourquoi, lorsque le professeur Goossens convoque les parents et l’époux de Jeanne pour un entretien, tous redoutent ce qu’ils vont entendre. Ils sont pourtant bien loin d’imaginer ce qui les attend. L’impensable est arrivé. Le dilemme auquel ils sont confrontés est totalement insensé et la famille de Jeanne, en apparence si soudée, commence à se déchirer autour du corps de la jeune femme...

  • Annesophiebooks (Les lectures d’Anne-Sophie) 7 mai 2020
    Barbara Abel - Et les vivants autour

    Une très agréable surprise que ce nouveau roman de Barbara Abel.
    Avec talent elle nous montre une fois de plus toutes les petites fêlures camouflées derrière les apparences bien lisses de personnes « biens comme il faut ».

    Quatre ans. Quatre longues années que Jeanne est dans le coma suite à un accident.
    Que sa sœur, ses parents et son mari attendent que la jeune femme se réveille.

    Mais aujourd’hui le médecin qui s’occupe de Jeanne veut les voir pour discuter.
    Ils s’attendant à entendre de mauvaises nouvelles... la vérité sera encore pire que ce qu’ils imaginaient.

    Le genre de vérité qui pousse les façades à s’effriter, aussi sûrement qu’un bâton de dynamite caché dans des fondations.
    Le vernis craque, s’écaille, lentement mais sûrement.

    Il faut reconnaître qu’il y en a des couches et des couches, et derrière chacune d’entre elles, secrets, mensonges, douleurs et rancoeurs se camouflent.
    Et le lecteur assiste, sagement, à la déliquescence, lente mais irrémédiable, de cette jolie famille sous les assauts de tous ses affreux mensonges.

    Nul n’est parfait, on le sait, mais avec Barbara Abel, même un saint peut devenir un démon.
    Et c’est justement ce qui nous plait tant dans ses romans.

    J’aime beaucoup l’auteure, certes. Pour autant tous ses titres n’ont pas forcément été des coups de cœur.
    Mais avec « Et Les Vivants Autour » elle a su créer ce si savant mélange qui me fait m’accrocher à un roman jusqu’à sa dernière page.
    Tout n’y est pas parfait, et c’est précisément ce qui le rend si bon !
    Si l’auteure avait tenté de faire de grandes phrases, ou même de maintenir tous les différents suspenses jusqu’au bout, l’intrigue aurait été moins aboutie.

    Là elle nous offre quelques facilités, de-ci de-là, nous donnant l’impression de comprendre tous les ressorts psychologiques des différents protagonistes.
    Et pourtant, au final, loin s’en faut, croyez-moi !

    Ce titre-ci est sûrement l’un de ses meilleurs thrillers psychologiques à ce jour.
    Peut-être parce qu’il traite de sujets on ne peut plus communs comme de sujets on ne peut plus graves.
    Peut-être juste parce qu’elle a le talent de nous amener là où l’on ne l’attendait pas.

    Que vous dire de plus, à part lisez le vite !!

  • valmyvoyou lit 9 mai 2020
    Barbara Abel - Et les vivants autour

    Cela fait quatre ans que Jeanne, âgée de vingt-neuf ans, est dans le coma. Depuis quatre ans, son corps ne réagit plus et les médecins préconisent l’arrêt des soins. Aussi, lorsque le docteur Goossens demande à s’entretenir avec Jérôme, son conjoint, et avec Micheline et Gilbert, ses parents, ils devinent l’objectif du rendez-vous. Or, ce que leur annonce le médecin dépasse l’entendement : c’est un cataclysme qui leur tombe sur la tête. Après la stupéfaction initiale, les volontés s’opposent et la famille se déchire. C’est à ce moment-là que les vraies personnalités se révèlent et que le passé émerge.

    Les personnages ressemblent aux personnes que nous pouvons rencontrer tous les jours. Gilbert est un chef d’entreprise, qui n’existe que par son travail. Sa femme, Micheline, est effacée ; elle a consacré sa vie à l’éducation de ses deux filles. Jérôme vivait le grand amour avec Jeanne, avant son accident. Charlotte, la sœur de la victime, fait des projets d’avenir avec Guillaume et ils essaient d’être parents. Mais comme tout le monde, tous ont des secrets et ne souhaitent pas qu’ils soient dévoilés. Ils ont mis leur existence en suspens depuis quatre ans. C’est long, lorsque l’espoir est ténu. Au milieu de tous les mensonges, le thème principal est la vie : la vie par-dessus tout, la vie en dépit de tout. La famille est confrontée à un dilemme déchirant. Donner la vie, maintenir en vie, reprendre la vie, sacrifier la vie. Et les vivants autour…

    Alors que les évènements s’enchaînent, chacun pense à ce que cela va changer pour lui. Bien que les sujets soient graves et poussent à la réflexion, ce livre est avant tout un thriller psychologique, avec des rebondissements, des trahisons et des secrets… certains sont avouables, d’autres non, il faut absolument les protéger. Et s’ils étaient déjà découverts ?

    J’ai énormément aimé Et les vivants autour. J’aurais juste aimé que le roman comporte quelques pages de plus sur « l’après ».

  • myfabulousreading 22 mai 2020
    Barbara Abel - Et les vivants autour

    Coup de coeur

    Barbara Abel, où comment transformer le quotidien tout à fait normal de gens comme vous et moi, en cauchemard éveillé. Voici ce qui vous attend, si vous vous lancez dans un de ses romans.

    J’ai beaucoup aimé l’histoire qui se déroule devant nous. Nous sommes en plein drame familial avec un événement perturbateur survenu il y a 4 ans, à l’issue duquel la vie s’est arrêtée et est devenue lisse et routinière pour cette famille, jusqu’à la survenue d’une nouvelle (et sacrée nouvelle en effet) dans ce quotidien réglé de chacun des membres de la famille. On reste pantois devant cette annonce totalement inattendue.

    Les langues se délient peu à peu, les personnalités de chacun se dévoilent à mesure que l’on avance dans l’intrigue, très habilement menée par la plume de
    l’auteure et laissant supposer au lecteur qu’il croit savoir, qu’il croit comprendre, mais c’est un leurre. Nous sommes menés non pas à la baguette mais par la plume efficace de Barbara Abel, qui distille les informations petit à petit pour maintenir son suspense. C’est anxiogène, c’est addictif !

    J’ai dévoré ce roman d’une traite. Efficace et ultra prenant.

  • lecturesdudimanche 26 mai 2020
    Barbara Abel - Et les vivants autour

    Quand on ouvre un Barbara Abel, on sait qu’on va entrer dans le quotidien d’une famille en apparence normale. Mais là est toute la question : existe-t-il vraiment des familles normales ? Des familles sans secrets ou sans vieilles rancœurs, où tout le monde s’entend et tout le monde se dit absolument tout ??? Sans croire que chaque famille est aussi dysfonctionnelle que dans l’univers de Barbara Abel, je pense pourtant qu’effectivement, nous avons tous nos fêlures, nos faiblesses, et c’est ce qui rend Barbara Abel aussi surprenante. Sans surjouer, sans tomber dans le pathos, elle nous narre comment le quotidien le plus banal peut déraper irrémédiablement…

    Cette fois, le personnage central est aussi le moins actif, car il s’agit de Jeanne, jeune femme figée dans le coma depuis quatre ans suite à un accident de voiture. Autour d’elle gravite son mari, Jérôme, acteur qui vivote ; Charlotte, sa sœur qui, bien qu’elle soit l’aînée, a toujours eu la sensation de vivre dans l’ombre de sa lumineuse sœur ; Gilbert, son père, bourreau de travail qui semble assez dépourvu de bons sentiments, et enfin Micheline, sa mère, qui a consacré son existence à être la parfaite mère de famille et maîtresse de maison, en oubliant sa propre existence, continuant d’ailleurs à se dévouer au corps inerte de sa fille.

    La personnalité forte de Gilbert mène la danse et, lorsque la famille est convoquée par le médecin de Jeanne pour un nouveau bilan, Micheline sent que l’heure des décisions approche, et elle redoute d’être la seule à conserver un espoir. Et l’annonce du médecin se révèle bien pire que tout ce qu’elle aurait pu imaginer.

    Face à cet événement dramatique, chacun va se retrancher dans son propre tourbillon d’angoisses et de désaccords. Et à tout garder en soi, c’est l’explosion qui menace toute la famille qui est en plein désarroi.

    Sur base d’une simple tranche de vie, Barbara Abel parvient à maintenir un suspense prenant et les pages s’enchaînent car le lecteur est porté par la déferlante d’émotions qui chahute l’embarcation de cette famille à l’apparence si parfaite. Le vernis craque, et le tableau qui en était recouvert s’avère sinistre.

    Si je n’avais pas été vraiment convaincue par « Je sais pas« , « Je t’aime » m’avait totalement transportée, et c’est encore le cas cette fois. Je suis irrémédiablement impressionnée par la manière dont l’auteur fait déraper ses personnages avec beaucoup de crédibilité. Le pire comme le meilleur se cache en chacun d’entre nous, et Barbara Abel l’a bien compris et joue de cette dualité humaine avec un brio à la hauteur de sa réputation. Magistral !

  • claire07 26 mai 2020
    Barbara Abel - Et les vivants autour

    Tout d’abord, merci aux éditions Belfond pour ce service-presse.
    Quelle joie pour moi que de lire le dernier Barbara Abel.
    Ici, l’histoire se passe autour de Jeanne qui est depuis 4 ans dans un lit d’hôpital suite à un accident.
    Nous faisons la connaissance de son père, sa mère, sa sœur et son mari.
    Tout ce beau monde vit en apnée depuis que Jeanne est dans le coma.
    Mais voilà qu’un jour le docteur Goossens demande à voir la famille urgemment.
    Le pourquoi du comment annoncé, tous seront à jamais perturbés, ébranlés.
    Les petits caractères se révèlent et les secrets/non-dits se dévoilent.
    Je ne vous en dirai pas plus pour ne pas spoiler le roman.
    Je n’ai pas eu de coup de cœur, car j’ai deviné pas mal de choses, mais j’ai vraiment beaucoup aimé ce roman.
    J’ai été littéralement happée par l’histoire. Par l’ambiance.
    J’ai aimé ces chapitres courts qui vous poussent à en savoir plus.
    Mais je dois dire que je n’ai pas vu arriver la fin.
    J’étais persuadée de la fin du livre et non... l’auteure a pris un tournant à 180° et c’est cela qui m’a plu
    L’auteure n’a pas choisi la méthode de facilité qui pour moi coulait de source et c’est super. Je vous recommande ce roman les yeux fermés.

  • Booksnpics 7 juillet 2020
    Barbara Abel - Et les vivants autour

    Barbara Abel est sans conteste l’une de mes valeurs sûres en matière de thriller psychologique francophone. Ses lecteurs assidus savent qu’en débutant la lecture de l’un de ses romans, on doit s’attendre à une plongée au plus profond de la psyché humaine…

    « Et les vivants autour » ne fait pas exception et va, selon moi, un pas plus loin dans le développement des abysses du comportement humain.

    Nous faisons connaissance avec la famille Mercier, une famille blessée, déchirée depuis l’accident de voiture qui a plongé Jeanne, 29 ans, dans un coma profond depuis maintenant 4 ans. A l’heure où beaucoup de questions restent ouvertes, ils vont être confrontés à l’inadmissible…

    Les habitués, les lecteurs de longue date, reconnaîtront sans difficulté la plume de l’autrice, cette approche très théâtrale avec laquelle elle présente et fait se mouvoir ses personnages dans un huis clos dense, où Barbara Abel confirme sa signature avec l’approche donnée à des thèmes récurrents comme la maternité, le rapport à l’enfant et au couple, intimement liés à chacun de ses écrits.

    Avec « Et les vivants autour », Barbara Abel prend un malin plaisir à jouer avec la psyché de ses personnages, à les retourner sous toutes les coutures, y allant crescendo, mettant en exergue leurs caractères, leurs failles, leurs blessures qu’elles soient enfuies au plus profond d’eux-mêmes ou bien vivantes telles des plaies béantes.

    Avec ce dernier opus, Barbara Abel va un pas plus loin dans l’art de décortiquer le profil psychologique de ses personnages. Et on en redemande !

    Vous l’aurez aisément deviné, ce roman est un véritable coup de coeur !

  • livrement-ka 20 juillet 2020
    Barbara Abel - Et les vivants autour

    Deux soeurs dans ce roman aussi. Sauf que l’une est dans le coma depuis quatre ans. Ses parents la maintiennent en vie artificiellement et ne peuvent se résoudre à la débrancher.

    Lorsque le professeur convoquent les parents de Jeanne, ces derniers s’attendent à une demande d’arrêt des soins. Mais ils sont bien loin d’imaginer la nouvelle à laquelle ils vont devoir faire face. 

    Le mari de Jeanne est également informé, et c’est ensemble qu’ils vont devoir prendre une décision ; une décision plus que difficile notamment compte tenu de l’état de santé de Jeanne.

    Quant à Charlotte, la deuxième enfant du couple elle n’est pas laissée de côté, mais elle a déjà beaucoup de mal à gérer son couple et surtout sa difficulté à concevoir un enfant.

    Une auteure à l’écriture fluide, et entraînante, présentant une intrigue efficace et particulièrement bien ficelée.

    De nombreux chapitres permettent de soutenir le rythme tout au long du roman.

    Quant aux relations entre les personnages, elles sont mises à mal et il sera difficile de s’en relever. Et la vraie nature de chacun va reprendre le dessus et entraîner des décisions oud es propositions quelques fois surprenantes.

    Alors que le roman débute assez lentement et a quelquefois du mal à se mettre en place, l’envie d’avancer est plus forte et surtout on se complaît dans ce rythme qui va en grandissant apportant son lot de surprises, de révélations et de rebondissements.

    Un dénouement assez étonnant et surtout un personnage absolument machiavélique dont on ne découvre la vraie nature que vers la dernière partie du livre.

    **************************

    Mon ressenti : Un thriller dans lequel les relations difficiles entre les personnes d’une même famille de sang, ou d ’amour sont mises à mal et décrites de manière détaillée et approfondie.

    Le petit plus : les citations à chaque partie du thriller

  • celine85 24 août 2020
    Barbara Abel - Et les vivants autour

    Jeanne ne bouge plus depuis 4 ans de son lit d’hôpital. Depuis cette date, elle est dans le coma. D’après l’enquête, elle semble s’être endormie au volant de sa voiture. Toute sa famille, ses parents, sa sœur et son mari se relaient pour lui rendre visite, leur existence ne tourne qu’autour de Jeanne. Depuis plusieurs mois, il n’y a pas d’amélioration de son état, les médecins commencent à évoquer l’arrêt des soins. Lorsque le professeur Goosens, chef de service de rééducation souhaite s’entretenir avec eux de l’état de Jeanne, ils appréhendent le RDV et pense qu’il va leur dire que l’équipe recommande d’arrêter les machines. Mais ce qu’il va leur annoncer est une véritable bombe qui va bouleverser et déchirer cette famille.
    C’est bien plus que la question de l’acharnement thérapeutique qui est évoquée dans ce thriller. On retrouve également la jalousie, les secrets de famille, les convictions religieuses et un autre thème important que je ne peux pas vous dévoiler sinon je vous donnerai un gros indice sur l’annonce faite par le médecin lors du RDV qui fait tout basculer. Les annonces, les rebondissements sont énormes ! (certains trouveront peut être ça trop gros d’ailleurs), moi je me suis laissée porter et j’étais scotchée car je n’ai rien vu venir. A la lecture de ce livre j’avais l’impression d’avoir une bille de flipper dans la tête qui fait bing bing, ça rebondit avec des « oh », des « mince alors », « c’est pas vrai »… Après je peux comprendre que l’on soit déçu par ce roman si on se focalise sur la recherche du coupable mais je ne pense pas que l’essentiel du livre se trouve dans cette information. Mon seul petit bémol, j’aurais aimé qu’elle travaille encore plus la psychologie des personnages. Moi je recommande ce roman.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.