Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Le dernier message - Nicolas Beuglet

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

13 #AvisPolar
6 enquêteurs
l'ont vu/lu
9 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

Serez-vous capable d’affronter la vérité ?

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

  • Acheter sur LesLibraires.fr
  • Acheter sur Emaginaire
  • Acheter sur Cultura
  • Acheter sur Rakuten

Et chez vos libraires en click & collect

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • Aude Lagandré 19 septembre 2020
    Le dernier message - Nicolas Beuglet

    Je l’avoue tout à fait honnêtement, j’ai commencé « Le dernier message » avec quelques appréhensions… Dans la bibliographie de Nicolas Beuglet, j’avais beaucoup aimé « Le cri », adoré « Complot », pas franchement aimé « L’île du diable ». Pour ce dernier, j’avais eu la dent un peu dure, tellement j’avais été déçue de la tournure qu’avait prise cette fin de trilogie. C’est vrai qu’il m’avait manqué ce petit supplément d’âme pour le personnage de Sarah, et un vrai message auquel réfléchir, comme l’auteur m’y avait habituée. J’ai donc attaqué « Le dernier message » sans rien en savoir, ne lisant jamais la quatrième de couverture. Je ne vais pas vous mentir : la lecture des premières pages a été difficile. Il m’aura fallu un moment pour entrer dans le roman et me laisser porter. Je ne vais certainement pas blâmer Nicolas Beuglet d’avoir pris son temps cette fois-ci, le lui ayant reproché la dernière fois. L’atmosphère de ce roman singulier se construit pas à pas et c’est à partir de l’arrivée de Grace dans les Highlands que celle-ci devient de plus en plus oppressante.

    Effectivement, au début plane quelques réminiscences du film « Le nom de la rose » et l’auteur ne s’en cache pas. J’ai eu besoin d’une centaine de pages pour totalement m’immerger dans le récit, 100 pages nécessaires et indispensables pour crédibiliser la suite. Le lecteur doit prendre ce temps-là (et donc l’auteur aussi) pour plonger dans le roman, faire la connaissance de Grace, le nouveau personnage central créé par l’auteur, une femme blessée, au passif lourd tenu secret, mais déterminée à retrouver sa place, à dompter ses démons et à réussir sa mission : trouver l’assassin d’un homme, pensionnaire dans un monastère écossais. Sa mort n’est pas banale, vous le découvrirez avec effroi. Vous vous demanderez aussi comment une telle chose est possible. Anton, c’est son nom, travaillait sur un projet secret, dans un cabinet de travail caché derrière les murs de sa cellule. Grace devra batailler pour résoudre cette énigme : contre elle-même d’abord, contre sa hiérarchie qui n’a plus confiance en elle, mais aussi contre des ennemis inconnus qui feront tout ce qui est en leur pouvoir pour préserver les conclusions auxquelles Anton était arrivé. Anton est un scientifique « Ces calculs sont d’une complexité exceptionnelle, mais surtout, ils sont exécutés par un esprit d’une agilité remarquable et d’une élégance mathématique… émouvante. » Ces calculs vont mener Grace dans une caverne préhistorique nommée « Traligill caves », au cœur des Highlands, là où « De plus hautes sphères des espaces infinis, une main invisible avait saupoudré le ciel d’encre d’une neige de diamants, d’émeraudes et de saphirs dans le spectacle le plus enchanteur qu’il fut offert à l’homme sur terre. » Vous y êtes ? Là, j’y suis !

    En dire plus sur ce que Grace découvre dans cette grotte serait pur affront pour ce roman, car ce que l’auteur développe ensuite défie l’entendement. Sachez que la carte des données qu’il déploie et explicite est tout sauf imaginaire : Nicolas Beuglet se fait un devoir absolu de vérifier toutes ses sources et de ne parler que de faits scientifiques contrôlés, mais souvent inconnus du grand public. Je ne suis pas une scientifique dans l’âme. Je comprends rarement les concepts, et m’intéresse très peu aux grandes découvertes scientifiques. Cela a même très vite tendance à m’ennuyer. Il faut donc m’expliquer les choses avec passion, et ferveur pour susciter mon désir d’en savoir plus.

    Pari gagné puisque j’ai été littéralement soufflée par ce que l’auteur développe dans « Le dernier message », des contenus glaçants d’un avenir proche, et une découverte qui révolutionne notre savoir actuel dans un domaine particulier. Oui je sais, j’écris les choses de manière très cryptiques, mais je ne veux surtout pas dévoiler quoi que ce soit qui puisse gâcher votre plaisir de lecture. Ce que je peux vous dire c’est que vous allez être abasourdis, pétrifiés quelquefois par la portée des informations que vous allez découvrir, interloqués, car vous vous poserez mille et une questions pendant la lecture et une fois le livre refermé votre esprit ne cessera de bouillonner. Ce roman va vous hanter, car il est obsédant, il ne vous laisse pas en paix, il bouleverse vos certitudes et votre vision de l’avenir. Il va vous tracasser, faire monter votre taux de dopamine parce que vous en voudrez encore. Il va vous délivrer un message… un vrai message que vous serez en droit d’écouter ou pas.

    Ce thriller est tel que je les aime : sous couvert d’une enquête liée à un meurtre, le lecteur peut en tirer une « substantifique moelle » essentielle à un éveil des consciences, témoin des problématiques de notre époque, soucieux de provoquer de profondes réflexions sur notre futur. Nicolas Beuglet m’a happée avec ce récit et il a réussi à écrire un excellent roman noir tel que je les attends : sociétal, engagé, éclairant. Outre ces thématiques, profondes et sagaces, il a su créer en parallèle une atmosphère dense et anxiogène associée à de beaux portraits de femmes. Grace est une femme plus forte qu’elle ne le croit malgré son passé mystérieux qui l’a profondément blessé. L’auteur a eu l’intelligence de ne pas révéler tous ses secrets, si bien que le lecteur en ressort avec l’envie d’en savoir plus, de la connaître mieux : il en redemande. La rencontre de Grace avec un autre personnage féminin accentue cette force insoupçonnée qui grandit en elle à mesure que les pages défilent. C’est bien vu, très bien amené, et formidablement abouti.

    Vous trouverez à la fin du roman des pistes de réflexion pour en savoir plus, de quoi cogiter cet hiver au coin du feu. Et croyez-moi, ce qui nous attend est suffisamment angoissant pour que l’on s’y penche un minimum.

    Je remercie Nicolas Beuglet d’avoir « osé » m’envoyer son livre, malgré ma chronique précédente, de me l’avoir dédicacé avec humour, sans rancune, de s’être souvenu du reproche que je lui avais fait pour « l’île du diable ». Je m’incline Nicolas devant « Le dernier message », un message terrifiant, mais bien arrivé jusqu’à moi. Une réussite totale. Un roman que je ne suis pas prête d’oublier.

  • Le Monde de Marie 22 septembre 2020
    Le dernier message - Nicolas Beuglet

    Un début qui nous plonge dans une ambiance très sombre, lugubre. Un endroit isolé et un meurtre abominable dont la victime est en elle-même un grand mystère. Une enquête qui va nous faire voyager dans la tension et le danger, mais aussi nous bousculer dans ses révélations.

    Un thriller avec un aspect scientifique très actuel. Il va habilement nous conduire à nous interroger sur nos habitudes et sur l’origine de notre monde. L’auteur s’est une nouvelle fois inspiré de faits et de théories bien réelles pour élaborer son intrigue. C’est très bien travaillé, très réaliste. Une réalité qui fait peur.

    Une intrigue efficace et rondement bien menée. Sans fioriture, très fluide et addictive, la plume de l’auteur nous embarque et ne nous lâche plus. On vit les investigations avec un sentiment d’urgence et d’angoisse. Des moments d’explications plus calmes et d’autres d’action sous haute tension qui nous feront craindre et vivre le pire.

    J’ai bien accroché avec Grace. Une jeune femme intrigante et très attachante. Cette enquête est pour elle l’occasion de retrouver son grade. Elle va se donner à fond et, que ce soit physiquement ou sentimentalement, l’auteur ne va pas la ménager. Elle a un gros secret et le fait que nous ne sachions pas encore de quoi il s’agit au terme du récit me fait espérer une nouvelle enquête en sa compagnie.

    Un thriller à l’ambiance sombre, à l’intrigue palpitante et aux révélations angoissantes. Je ressort de cette lecture avec le sentiment d’être moins aveugle sur notre monde.

  • nicomag 2 octobre 2020
    Le dernier message - Nicolas Beuglet

    Je respecte le travail totalement, mais au final, le style est enfantin, un meli melo de thèmes éculés entre lesquels on cherche un vague lien,de rebondissements sans queue ni tête et une conclusion téléphonée...
    Bref je me suis ennuyé.

  • Killing79 8 octobre 2020
    Le dernier message - Nicolas Beuglet

    Nicolas Beuglet a fait son entrée dans le monde du thriller français il y a peu, mais il s’est vite imposé comme un acteur important du genre. Après une trilogie couronnée de succès, il débute un nouveau cycle.

    Et qui dit nouveau cycle, dit nouvelle héroïne. Nous faisons la connaissance de Grace Campbell, petite inspectrice écossaise qui va se retrouver au centre d’une affaire d’envergure planétaire. Avec ses secrets et son passé tortueux, cette femme est mystérieuse et imparfaite. Elle possède donc toutes les qualités pour que l’on s’attache à elle. On la suit avec empathie dans ses aventures qui lui réservent de belles surprises.

    La patte de l’auteur est une nouvelle fois présente dans ce livre. En effet, Nicolas Beuglet a pris l’habitude de traiter de sujets importants en parallèle de l’enquête en cours. Il aime intégrer à l’histoire, des faits historiques, des faits d’actualité ou des faits scientifiques, en tous cas des thèmes qui font réfléchir. Cet épisode ne déroge pas à la règle et on en apprend encore beaucoup. Les informations qu’il nous présentes sont même déstabilisantes et font réfléchir sur notre monde actuel et sur ses technologies.

    Alors que ma dernière lecture d’un roman de Nicolas Beuglet m’avait un peu laissé sur ma faim, cette fois-ci, je suis comblé. Le scénario est rempli de scènes d’action et de rebondissements qui ne laissent aucun répit au lecteur. Grâce à un nouveau travail de documentation basé sur des éléments réels, l’auteur nourrit sa théorie du complot et apporte une dimension universelle à son histoire. Les chapitres sont courts et la plume agréable. C’est palpitant, instructif, ça fait froid dans le dos, tout est donc réuni pour faire de ce « dernier message » un très bon thriller comme on les aime. Cette nouvelle série a tous les atouts pour marcher dans les pas de sa grande sœur !

    http://leslivresdek79.com/2020/10/08/589-nicolas-beuglet-le-dernier-message/

  • calyenol 9 octobre 2020
    Le dernier message - Nicolas Beuglet

    Hello !
    .
    .
    J’ai lu Le dernier message de Nicolas Beuglet chez XOÉditions
    .
    .
    Le dernier message nous amène en Écosse sur l’île d’Iona dans un monastère où un meurtre a été commis.
    On pourrait penser qu’il n’y a rien de plus simple à résoudre pour Grace qui est chargée de l’enquête,mais elle joue sa place.
    Un meurtre sauvage,un cabinet de travail secret aménagé et constellé de formules savantes vont la pousser à faire équipe avec Naïs et lui faire découvrir un monde qu’elle n’attendait pas.
    .
    .
    "Grace souleva le meuble et fit glisser les papiers coincés du bout de sa chaussure...En l’espace d’une poignée de seconde,son coeur s’emballa. Ce qu’elle lut la plongea dans un état de stupéfaction."
    .
    .
    Depuis un certain livre lu d’un certain auteur,je me posais déjà pas mal de questions...et maintenant je m’en pose encore plus.Et ça fait peur !
    Si l’auteur m’avait rendu fan avec ses trois précédents livres,là je le confirme.
    Il m’a plongé ici dans un monde qui interpelle sur notre existence en devenir.
    Un travail de recherche approfondi donne à ce livre une dimension qui fait froid dans le dos.
    L’ambiance sombre a souhait et le personnage de Grace,dont j’ai adoré la psychologie pointée du doigt juste comme il faut,a donné un petit plus à l’état dans lequel j’ai pu être pendant ma lecture.
    Je pensais lire un thriller ordinaire et finalement je me suis vue embarquée dans un époustouflant thriller scientifique qui a réveillé mes angoisses : le devenir de l’espèce humaine.
    Il serait dommage de trop en dévoiler.Le dernier message doit être lu.
    C’est un livre addictif avec une plume fluide et pointilleuse quand il faut.
    Un livre plus abouti que les précédents,un perfect.
    C’est donc un sans fautes pour moi,une belle pépite.
    Lisez le !

  • Sangpages 10 octobre 2020
    Le dernier message - Nicolas Beuglet

    Une nouvelle héroïne pour cet opus et peut-être une nouvelle série en perspective. Sarah m’a manqué, certes, mais j’apprécie de ne pas tomber dans la série qui s’essouffle et puis cette nouvelle héroïne a tout d’une grande ! Grace Campbell est inspectrice de police à l’unité de Glasgow et elle te paraîtra d’emblée fort sympathique et surtout authentique. On quitte donc la Norvège pour l’Ecosse avec une première prise de vue sur le monastère d’Iona où un homme est retrouvé mort. Tout se complique lorsqu’il semble que cette victime faisait d’étranges recherches...

    J’avoue qu’ après l’excellentissime "Complot" qui hante encore ma mémoire et l’ode faite à la femme, j’apprécie particulièrement cette nouvelle héroïne qui n’est pas spécialement belle, sexy, mince, athlétique et je passe tous les clichés si souvent utilisés, sortis des fantasmes de l’auteur, qu’il soit homme ou femme d’ailleurs.
    A l’inverse, Grace est une femme "lambda" qui ne te fera pas baver d’envie ou fulminer de rage de sa soi-disant perfection. C’est con comme remarque, je suis pas super féministe, c’est pas capital, certes, mais venant d’un homme c’est plus que cavalier et ça fait surtout du bien. Merci Nicolas, pour tout ce que tu véhicules sur l’image de la femme au travers de tes livres.

    Il y a des thrillers qui se veulent divertissants, d’autres plutôt gores à la limite de la surenchère, d’autres encore psychologique sans même aucun cadavre, ceux qui te permettent d’apprendre de par leur richesse historique ou technologique...
    Et il y a ceux qui découlent du génie, qui sont capable de réunir le meilleur de tout pour te bousculer, te mettre le nez dans le caca, qui dénoncent brillamment des faits de société au travers d’une trame tellement exceptionnelle, que tu t’interroges. Des récits qui te laissent la bouche ouverte, qui ne te permettent même pas d’en sortir mais à l’inverse te font y penser non-stop toute la journée jusqu’au moment de reprendre avidement ta lecture. Des récits que, tout simplement, tu n’oublieras jamais !
    J’admire ces auteurs capables d’observer notre monde et toutes ses dérives pour en tirer la substance qui fait mal. Ils sont peu à faire cet effet-là et heureusement sinon nous serions dans un sale état à force de prendre uppercut sur uppercut.
    Après ce petit dernier, je ne peux qu’ouvrir ma porte à Nicolas Beuglet, véritable Daimôn, dans cette catégorie-là.

    Je n’ai rien à ajouter de plus sans révéler quoi que ce soit sur cette intrigue menée de main de maître, si ce n’est qu’elle n’a rien à voir avec la fiction, qu’on est dans un réalisme terrifiant et qu’il est grand temps de se réveiller ! 

    Tu l’as compris, ça tient véritablement du génie et c’est à lire impérativement ... en étant prêt à s’en prendre plein la pomme !

  • Emysbook 10 octobre 2020
    Le dernier message - Nicolas Beuglet

    Explosif :
    C’est le mot qui me vient à l’esprit en écrivant cette chronique.
    J’ai trouvé le récit complétement dingue !!
    Déjà j’ai très bien accueillis Grace la nouvelle enquêtrice.

    Lors de l’apéro de Caro dans lequel j’ai pu rencontrer Nicolas Beuglet j’ai eu vent de son appréhension par rapport à la venue d’une nouvelle inspectrice. Et bien le verdict est tombé ! Il n’y a pas de peur à avoir. De mon côté je l’ai adoré. Je dirais même que je me suis vus un peu en elle. Elle a un côté fragile, une carrure physique très proche de la réalité si bien qu’on en oublie le cliché même de la taille corporelle d’une femme..

    J’ai retrouvé dans cet opus comme dans les trois précédent la plume franche et maîtrisé de l’auteur. J’ai été bercé par le récit et par la réalité de l’histoire qui vraisemblablement évoque un côté réel et détaillé.
    Comme dans chacun de ces romans quelque chose de sombre grouille dans l’humanité.
    Mais cette fois j’ai trouvé que c’était avec une certaine assurance et une grande connaissance que l’auteur nous apporte le fruit de son œuvre Le dernier message.

    L’enquête policière emmène le lecteur dans un voyage express entre différents lieux tout en ayant le plaisir de la contemplé. D’ailleurs après ma lecture j’ai voyagé au travers des lieux indiqués dans le livre. C’est un paysage lourd et brumeux qui s’installe au fil des chapitres.
    Chapitres qui défilent à une vitesse considérable tellement on est accro à cette idée de résolution.

    La solution est la tout prêt, on la touche du doigt et pourtant on a l’impression qu’elle nous file à chaque fois. C’est cette fin là qui donne cette impression, cette sensation d’être à côté de la plaque depuis le début...

    Une très belle découverte, merci XO Éditions.

  • Dominique Lempereur 17 octobre 2020
    Le dernier message - Nicolas Beuglet

    Une grosse déception. Beuglet nous avait habitué à mieux. Mais a sa décharge, avec Le cri, il avait placé la barre vraiment haute.

  • Piùma 18 octobre 2020
    Le dernier message - Nicolas Beuglet

    Qu’est-ce-que l’Homme face à l’immensité de l’Univers ? Qui est-il ? Un grain de poussière, un ensemble de particules ayant pris vie par hasard à la suite du grand big bang cosmique ? Et pourtant... la race humaine peut être dotée d’une rare intelligence mais cette intelligence mise au service de sombres desseins peut être une arme de destruction massive...
    Vous pensiez tout savoir sur l’Origine de l’Univers... cette enquête va dépasser l’entendement...accrochez-vous bien...
    .
    C’est avec admiration que je retrouve la qualité narrative de Nicolas Beuglet à travers ce 4ème roman. Je suis époustouflée par le travail de documentation et toujours autant fascinée par l’Univers de l’auteur.Les descriptions sont si immersives que j’ai eu la sensation d’être moi-même partie en expédition aux côtés de l’énigmatique inspectrice écossaise, Grace Campbell. Des sombres paysages rocailleux d’Ecosse aux déserts enneigés du Groenland qui ont de quoi faire pâlir la solitude de Grace, la jeune femme part vers une quête de l’inconnu qui la changera pour toujours. L’auteur pousse son héroïne au delà des retranchements de l’ordinaire et met en valeur la bravoure et la détermination de Grace. On retrouve chez Nicolas Beuglet comme dans ses précédents romans, des valeurs féministes que j’admire.

    Dans ce nouveau roman, l’auteur pousse l’exploration encore plus loin sur les secrets de nos origines en se focalisant ici sur l’origine de l’Univers et en mettant en lumière certaines habitudes sociétales qui font de nous des esclaves du monde moderne...
    J’ai trouvé ce roman moins haletant que les précédents mais il n’en est pas moins fascinant.

    S’il conserve encore bon nombre de mystères entre ses pages, je pense avoir saisi le message principal de ce roman.
    Il est peut être trop tard pour changer le monde, mais ils n’est pas trop tard pour se changer soi...

  • meldev76 18 octobre 2020
    Le dernier message - Nicolas Beuglet

    Passionnant, je reste sur ma faim, j’aurai quand même voulu avoir une véritable explication, ais avec l’univers, il faut toujours un peu de mystère...

  • Aelithsu 26 octobre 2020
    Le dernier message - Nicolas Beuglet

    Une belle découverte !

    Grace est une inspectrice écossaise mise au placard, elle va hériter d’une enquête parce qu’il ne reste qu’elle de disponible. Une enquête dans un monastère, ou un résident a été assassiné de manière totalement horrible et hors du commun. Jusqu’où va la mener cette enquête ? Va -t-elle retrouver sa confiance et celle de ses supérieurs ?

    Je ne m’attendais pas du tout à la direction qu’allait prendre ce thriller. Déjà le meurtre de départ m’a glacée intégralement ! C’était le premier livre que je lisais de Nicolas Beuglet, on peut dire que pour faire connaissance de manière inoubliable, c’était bon !

    J’ai beaucoup aimé suivre Grace. C’est un personnage très humain et on a le temps de la découvrir malgré l’enquête trépidante. On va de surprise en surprise avec elle. Une autre protagoniste va la rejoindre et j’ai beaucoup aimé leur dynamique.

    Le roman est très (trop) bien documenté et l’intrigue m’a totalement embarquée !

    Une très belle découverte, je vais me pencher sur les autres romans

  • lecturesdudimanche 4 novembre 2020
    Le dernier message - Nicolas Beuglet

    Certains livres, au-delà du plaisir de lecture, sont capables de nous apprendre des choses, de provoquer des réflexions, des questionnements. Si en plus, ils s’accompagnent d’une action qui s’ouvre sur un bon gros meurtre bien sanglant pour se poursuivre dans une enquête menée à coups d’adrénaline, il y a beaucoup de chance que cela me comble ! Et c’est exactement ce que j’ai retrouvé dans le nouveau roman de Nicolas Beuglet !

    On va faire connaissance avec Grace, une enquêtrice peu sûre d’elle, qu’une bavure a reléguée vers une voie de garage. Un physique pas forcément avantageux (si l’on s’en tient aux standards stéréotypés que je déteste) mais dotée d’une incroyable ténacité, la voilà appelée au pied levé « parce que personne d’autre n’est disponible ! » pour se rendre sur l’île écossaise d’Iona, car un terrible meurtre a eu lieu dans un monastère isolé. Elle y arrive de nuit, en pleine tempête… Vous avouerez que c’est mieux pour l’ambiance ! La victime, visiteur de longue durée du monastère, n’a jamais révélé beaucoup sur son passé. Mais les moines s’accordent à reconnaître son intelligence, dont témoignent d’ailleurs les formules découvertes dans son cabinet de travail plus ou moins secret.

    La barbarie dont a fait preuve le meurtrier est assez exceptionnelle ! Relativement vite, Grace se retrouve embarquée dans une enquête qui dépasse tout ce qu’elle aurait pu imaginer dans ses pires cauchemars.

    Je dois avouer que par moments, je n’ai pas compris tous les mots mais il existe des notions qui pour moi, resteront éternellement nébuleuses, même alors que l’auteur met tout son talent à tenter de démocratiser les notions les plus complexes.

    Cependant, l’ensemble présente une cohérence parfaite, alliant action et apprentissage, sans oublier un côté humain omniprésent grâce à ses personnages, notamment Grace qui est toujours tiraillée entre l’image qu’elle a d’elle-même et son envie de se dépasser. Bien sûr, l’imagination de l’auteur porte très loin les hypothèses en proposant une intrigue forte, osée, mais crédible.

    En résumé, j’ai de la chance, car en ce moment, chacune de mes lectures est d’un niveau exceptionnel et celle-ci ne déroge pas à la règle ! La bonne nouvelle, c’est qu’il me reste « Complot » et « L’île du Diable » à découvrir !

  • Des Livres Mon Univers 12 novembre 2020
    Le dernier message - Nicolas Beuglet

    J’ai lu mon premier Nicolas Beuglet avec son dernier roman Le dernier message.
    J’ai mis un peu de temps pour bien rentrer dans l’histoire jusqu’au moment où Grâce rencontre Naïs. Là le déclic s’est fait et j’ai entièrement dévorées les pages restantes !
    Ce thriller nous fait voyager, c’est ce qui m’a poussée à le lire on passe de l’Écosse au Groenland. C’était fascinant, J’ai vraiment adoré !
    Imaginez vous, tout commence sous une tempête de pluie avec un froid battant sur une petite île à l’ouest de l’Écosse. Vous vous retrouvez dans un monastère où un meurtre sauvage a eu lieu, ce meurtre sera la clé pour percer un complot contre l’humanité. Difficile à en parler dans spoilers mais si comme moi les énigmes vous passionnent, ce livre est pour vous ! Et vous fera même frissonner.
    C’est le genre de Thrillers que j’aime lire et qui m’a permis de m’évader. C’est exactement ce que je recherchais.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.