Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Nicolas Beuglet : son interrogatoire sur Le Dernier Message

Bepolar : Tout d’abord, un petit mot sur le paysage du roman. On est à l’Ouest de l’écosse, dans un Monastère, sous la pluie battante... Qu’est-ce qui vous plaisait dans cette atmosphère ? Pourquoi avoir choisi ce cadre ?
Nicolas Beuglet :Premièrement parce que, compte tenu de ce que vous allez découvrir dans les profondeurs de ce paysage, il me fallait un pays dont la densité était très basse. Or les Highlands ont le moins de personnes au kilomètre carré de l’Europe. Et puis, L’Ecosse, demeure la terre des Légendes, celle où notre âme est encore autorisée à se laisser porter par l’imaginaire. Celle où flotte une atmosphère des origines de la terre qui fait écho à la thématique enfouie dans le Dernier Message.

Bepolar : Le choix d’un monastère est aussi intéressant, d’autant que le moine qui a été tué possédait un cabinet secret plein de formules que peu comprennent. On a tout de suite plein de références en tête, dont Le Nom de la Rose. qu’est-ce qui vous a inspiré pour ce cadre ?
Nicolas Beuglet :Le Nom de la Rose est effectivement mon film préféré. Et quand Grace débarque dans ce monastère, elle est comme Guillaume de Baskerville, confrontée à une communauté monastique ou chaque moine est suspect. C’est une situation immédiatement intrigante et tendue. D’autant que les moines parlent peu et n’ont pas l’habitude de côtoyer des femmes. Mais plus important que l’ambiance, il y a une raison scénaristique pour laquelle la victime s’est réfugiée dans ce monastère avant d’être assassinée. Et quand vous aurez terminé le livre, vous comprendrez la boucle…

© Bruno Lévy

© Bruno Lévy

Bepolar : On y découvre l’inspectrice écossaise Grace Campbell. Est-ce que c’est une joie de mettre en place un nouveau personnage quand on a passé du temps avec d’autres comme Sarah Geringën, l’héroïne de vos précédents romans ?
Nicolas Beuglet :Sarah a été très éprouvée dans les trois romans précédents. Elle avait besoin de se reposer et de vivre sa vie seule. On s’appelle de temps en temps, mais elle ne me dit pas tout…En attendant, j’ai fait la rencontre de Grace. Comme pour Sarah, j’en suis tombé amoureux (en termes littéraire), mais pour d’autres raisons. Grace est plus douce, plus immédiatement empathique que Sarah. Elle est aussi moins athlétique, un peu plus en rondeurs. Et surtout, elle n’a ni famille, ni compagnon, ni amis. C’est un choix qu’elle a fait et que l’on comprendra au fur et à mesure de ce qu’elle voudra bien nous dire. Donc oui, c’est une joie de la regarder évoluer et se dévoiler.

Bepolar : En lisant Le Dernier Message, on imagine un gros boulot de documentation. Comment avez-vous travaillé ?
Nicolas Beuglet :Comme d’habitude, en lisant beaucoup de livres. En y incluant toutes les notes de bas de page, et en prenant soin de toujours prendre en compte les arguments qui sont en faveur de ma thèse et ceux qui s’y opposent.

Bepolar : Un critique parle d’un roman qui invite à la réflexion, qui pourrait même "changer votre vision du monde". Est-ce que c’était votre intention ?
Nicolas Beuglet :Ma première intention est de vous apporter un vrai bon moment de divertissement. Mais si ce moment peut aussi être enrichissant, c’est encore mieux. Donc oui, c’est toujours mon intention de vous apporter un éclairage inédit sur un sujet que vous croyiez connaître. Tout simplement parce que ce j’ai moi-même découvert en faisant mes recherches a changé ma vision du monde et que je brûle d’envie de vous faire partager cet étonnement.

Bepolar : Il vient tout juste de sortir (il est arrivé hier en librairie). Comment vivez vous le moment de la sortie d’un de vos livres, avec les premiers avis, les premiers retours de lecteurs et de lectrices ?
Nicolas Beuglet :Cette année est très bizarre comme vous le savez car les auteurs n’ont quasiment aucun contact direct avec les lecteurs. Je reçois des messages et heureusement d’ailleurs, mais il y a sentiment impalpable presque irréel. Comme si je n’étais pas vraiment sûr que le livre soit bien sorti ! Pour un auteur, la sortie d’un roman, c’est le seul moment où on quitte notre solitude pour retrouver le « vrai » monde. Le seul moment où le l’histoire avec laquelle on vit seul devient concrète. Et là…rien, faute de pouvoir se réunir. C’est un peu étrange.

Bepolar : Quelles sont vos prochaines dédicaces ?
Nicolas Beuglet :Et bien, il y a une seule séance prévue, à la Fnac de Boulogne-Billancourt, le 21 novembre entre 9h et 10h, avant l’ouverture du magasin. C’est uniquement sur inscription, directement au rayon librairie de la Fnac de Boulogne.

Bepolar : Travaillez-vous déjà sur un nouveau roman et pouvez-vous nous en dire un mot ? Bonne journée
Nicolas Beuglet :Oui. Et non…sauf qu’on en saura peut-être plus sur Grace et ce qu’il y a derrière la fameuse porte blindée de son salon.

Bepolar : Et je termine avec une question en plus... Vous avez participé au livre Storia, qui sortira en octobre et qui sera au bénéfice de l’association Ela. Est-ce que vous pourriez nous dire un mot sur votre nouvelle et pourquoi avez-vous accepté de participer à cette action  ?
Nicolas Beuglet : Storia est un très bon recueil de nouvelles toutes inédites autour des contes de fées revisitée. Tous mes confrères ont fait preuve d’une haute créativité pour des histoires qui vous serrent le cœur, vous terrifient, vous font rire, ou vous surprennent par leurs révélations. Tous les droits sont reversés à l’association ELA qui se démène pour fournir les moyens de mieux soigner des maladies très compliquées pour les enfants. J’ai donc dit oui pour la deuxième année (après Phobia) parce que je sais que l’argent sera utilisé pour quelque chose qui compte plus que tout.


Photo © Bruno Lévy

Galerie photos

Votre #AvisPolar

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.