Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

L’interview de Nicolas Beuglet sur L’Île du Diable

Bepolar : Comment est née l’idée de ce nouveau roman ? Qu’est-ce que vous aviez envie de faire ?
Nicolas Beuglet :Lors d’un déménagement chez des amis, je suis tombé sur un vieux livre d’Histoire abandonné dans le grenier. Quand j’ai lu le titre et la 4ème de couverture, j’ai été stupéfait par le fait historique raconté et encore plus étonné de n’avoir jamais entendu parler d’un événement aussi effroyable. J’ai fait des recherches approfondies et j’ai découvert que cet épisode fou était passé sous les radars en dehors du seul ouvrage que je tenais entre les mains. Comme j’adore mettre en lumière des faits historiques ou scientifiques passionnants mais méconnus, j’ai su que j’allais en faire une histoire qui a donné L’île du Diable. Et pour l’anecdote, c’était avant Le Cri dans lequel je savais donc déjà d’où provenait l’étrange culpabilité de Sarah Geringën, mon personnage principal.

Bepolar : On y retrouve votre héroïne du Cri et de Complot, l’inspectrice norvégienne Sarah Geringën. Comment pourriez-vous nous la présenter ? Et quel lien avez-vous avec elle ?

Nicolas Beuglet :Sarah a deux facettes. Dans le travail, elle est froide, taiseuse, solide et ne supporte pas l’à peu-près, le cynisme ou l’ironie. C’est une jusqu’au boutiste, entièrement dédiée à son enquête et à la mémoire des victimes. Dans l’intimité, c’est une femme qui a le sens de l’humour, de la composition et un profond amour pour les enfants. Le lien que j’ai avec elle ? Si un jour, il m’arrive une tuile judiciaire, j’aimerais que ce soit elle qui s’occupe de mon enquête.

Bepolar : En mettant en scène la mort de son père, vous aviez envie de la bousculer encore plus ?
Nicolas Beuglet :Non. Dans L’île du Diable, la mort du père de Sarah est l’élément qui va permettre à Sarah de comprendre l’origine de cette culpabilité fantôme qui la détruit sans qu’elle sache d’où elle provient. En enquêtant sur la mort de son père, elle va lever le voile sur un secret de famille au cœur de tout. C’est une catharsis douloureuse, mais libératrice.

spip-slider

Bepolar : C’est un personnage torturé, toutes ses enquêtes se doublent de problématiques personnelles. Est-ce que vous l’imaginez un jour sereine ? (et donc vous séparer d’elle ?)
Nicolas Beuglet :Toutes les réponses à cette question sont un des objets des déstabilisantes découvertes que vous ferez dans L’île du Diable.

Bepolar : L’action se passe en Norvège et en Sibérie. Qu’est-ce que vous attire dans ces contrées ?
Nicolas Beuglet :A chaque fois c’est la recherche historique qui guide le choix des lieux. La Norvège a été choisie à l’époque du Cri parce que le projet Mk-Ultra qui est au cœur de l’intrigue avait très probablement été en partie mené dans l’hôpital de Gaustad à Oslo. Pour la Sibérie, c’est ce qu’il s’est passé sur cette île en 1933 qui a tout déclenché.

Bepolar : Quand pourrons nous vous voir en dédicace ?
Nicolas Beuglet :Pour les prochains, au salon du livre de Gradignan et de Brive.

Bepolar : Avez-vous déjà entamé un nouveau roman ?
Nicolas Beuglet :Sarah a besoin de repos, moi aussi… mais en vrai, quel auteur s’arrête vraiment de réfléchir ?

Galerie photos

  • Chantal Levet 9 octobre 2019
    L’interview de Nicolas Beuglet sur L’Île du Diable

    Après avoir lu « le cri » et « complot « j’avaIs hâte de me replonger dans l’univers Glace et glaçant de la Norvège et de suivre les aventures de Sarah. Me voilà comblée et je fais durer le plaisir dans ma lecture un peu comme lorsque tu manges un morceau de chocolat tu n’ as Pas envie de l’engloutir d’une seule bouchée tellement c’est Addictif bref pas encore terminé que j’aI hâte d’être au prochain bouquin

Votre #AvisPolar

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.