Entre deux mondes - Olivier Norek

Notez
Notes des internautes
(13)
14
commentaires
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!
Notez
Notes des internautes

Résumé :

Fuyant un régime sanguinaire et un pays en guerre, Adam a envoyé sa femme Nora et sa fille Maya à six mille kilomètres de là, dans un endroit où elles devraient l’attendre en sécurité. Il les rejoindra bientôt, et ils organiseront leur avenir.
Mais arrivé là-bas, il ne les trouve pas. Ce qu’il découvre, en revanche, c’est un monde entre deux mondes pour damnés de la Terre entre deux vies. Dans cet univers sans loi, aucune police n’ose mettre les pieds.
Un assassin va profiter de cette situation.
Dès le premier crime, Adam décide d’intervenir. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il est flic, et que face à l’espoir qui s’amenuise de revoir un jour Nora et Maya, cette enquête est le seul moyen pour lui de ne pas devenir fou.
Bastien est un policier français. Il connaît cette zone de non-droit et les terreurs qu’elle engendre. Mais lorsque Adam, ce flic étranger, lui demande son aide, le temps est venu pour lui d’ouvrir les yeux sur la réalité et de faire un choix, quitte à se mettre en danger.

Pour aller plus loin

Vos avis

  • QuoiLire 14 octobre 2017
    Entre deux mondes - Olivier Norek

    Voici donc la nouvelle aventure que nous offre le romancier policier français le plus intéressant du moment.

    Les habitués ne retrouveront pas dans ce roman Victor Coste, le héro des trois premiers livres d’Olivier Norek (Code 93, Territoires, Surtensions), et encore moins la région parisienne dans laquelle l’auteur a évolué professionnellement. Pour cette aventure, direction la Libye puis la jungle calaisienne et l’univers sans pitié des migrants. Vous aurez le droit à deux inspecteurs pour le prix d’un, un français fraîchement muté dans cette circonscription, un autre étranger en tant que migrant. Confrontation des univers, confrontation à une réalité kafkaïenne de la gestion de migrants.

    Même si ce roman est moins fort, moins impactant, moins décapant que ses prédécesseurs, comme à son habitude Olivier Norek dénonce (pousse un coup de gueule) des injustices, des anomalies administratives. Il a le mérite de dévoiler des aspects, souvent sombres, de ce monde que peu de monde connaît, que beaucoup refuse de voir ;mais toujours sans parti pris, simplement en énonçant des faits, rien que des faits.

    Claque et dépaysement assurés.

    A son habitude, Olivier Norek amène non seulement une histoire mais avant tout des personnages bien construits, qui s’interrogent beaucoup sur leur condition et les situations auxquelles ils sont confrontés. L’écriture est toujours aussi efficace, fluide, impeccable ; le livre ne restera pas longtemps entre les mains des lecteur tant l’auteur sait vous tenir en haleine et relancer régulièrement l’histoire.

    Si bien maigre est l’intrigue et sa conclusion évidente, ce roman ravira tout autant ses lecteurs habituels que ceux qui le découvriraient dans ce roman aux abords de l’étude de sociologie.
    (quoilire.wordpress.com/2017/10/14/olivier-norek-entre-deux-mondes/)

  • feursy 5 novembre 2017
    Entre deux mondes - Olivier Norek

    " Tous les pays riches, n’ont qu’une seule trouille, c’est de voir l’autre partie du monde venir se décrotter les pompes sur leur paillasson. "

    Calais 2016, les pelleteuses chargées de réduire à néant le camp de migrants mettent à jour sept cadavres.

    Damas juin 2016, quand le prisonnier va parler, il donnera son nom, Adam deviendra une cible , sa femme Nora et sa fille Maya aussi. Elles doivent quitter immédiatement la Syrie, sans lui. Adam est un agent de l’armée Syrienne libre, infiltré dans la police du régime syrien.

    La torture c’est aussi du répit, sinon ça ne fonctionne pas, les fils électriques, l’acide, les yeux arrachés, un abattoir rempli de cadavres humains, bienvenue chez Bachard-el-Assad.

    Nora et Maya passent une nuit en Libye, puis c’est la traversée de la méditerranée en zodiaque surchargés de migrants

    Bastien Miller nommé au commissariat de Calais va faire la connaissance d’Adam qui est à la recherche de sa femme et de sa fille dans la jungle calaisienne. Dix mille personnes qui n’ont rien à faire de leur journée qu’attendre le milieu de la nuit pour tenter de monter dans un camion vers l’Angleterre. Quand il pleut à Calais, c’est de la grosse grêle, cailloux, briques écrous de chantier. Les commerces fermes, les touristes se barrent. Réglements de comtes, punitions, viols et agressions. Deux mosqués dont l’une version intégrale et brutale sert de base aux recruteurs de l’état islamique. Soudanais et Afghans se disputent le leadership sur le camp à coups de machettes et de couteaux.

    Après sa trilogie sur les banlieues, Olivier Norek nous propose un roman noir ayant pour fond la jungle de Calais.Une fois de plus il ne fait pas dans la dentelle, tout sonne juste, on est à la limite du reportage notamment pendant la traversée de la méditérranée, où lorsque des centaines de migrants partent à l’assaut des camions L’écriture sans fioriture de l’auteur nous décrit l’horreur du quotidien de la jungle où l’atrocité n’a pas de limite. Des personnages remplis d’humanité apportent un peu de lumière à ce roman sombre et dérangeant. Comment oublié Kilani l’enfant soldat devenuun homme du jour au lendemain une arme à la main. « Face à la violence de la réalité, je n’ai pas osé inventer, seule l’enquête de police, basée sur des faits réels, a été romancée », écrit Olivier Norek, voilà tout est dit.

  • 1001histoires 11 novembre 2017
    Entre deux mondes - Olivier Norek

    J’ai mes auteurs fétiches et j’attends toujours avec impatience la parution de leurs prochains romans. Par exemple j’attends le dernier Norek, j’attends la dernière enquête du capitaine Victor Costes.

    Le dernier Norek est arrivé début octobre 2017. Cette fois-ci pas de « 93 », pas de Victor Costes mais voyage entre la France et l’Angleterre, à Calais, entre deux mondes, là où la frontière a été déplacée pour être mise à l’intérieur du territoire français. Invraisemblable. Et la frontière s’est hérissée d’obstacles jusqu’à devenir infranchissable. Alors les migrants sont bloqués ( je ne vais plus utiliser le terme « migrants » je crois que seuls des animaux migrent, je vais désormais parler de « réfugiés » ). Les réfugiés sont bloqués à Calais, le chemin vers l’Angleterre, leur eldorado, est interrompu. Absurde. Alors les réfugiés s’entassent dans un bidonville en lisière d’une forêt. Dans une langue inconnue, le mot forêt ressemble phonétiquement au mot « jungle » alors ce bidonville est devenu la Jungle de Calais.

    La Jungle de Calais est un enfer insalubre et dangereux. Incroyable, c’est en France. Les réfugiés ont fui la guerre ou la torture ou les deux, pour la violence implacable de la Jungle de Calais. Insoutenable et c’est en France. Olivier Norek a vu tout cela et il témoigne, l’horreur ne s’invente pas. Car entre deux mondes est construit comme un reportage. Olivier Norek a tout observé, c’est en France et il raconte. Il a vu des enfants, des femmes, des hommes aux abois car on leur refuse de fuir. Olivier Norek donne la parole à Adam le flic syrien dont la femme et la fille ont disparu dans la Jungle de Calais. Olivier Norek donne la parole à Kilani l’enfant-soldat soudanais que les dangers de la guerre ont suivi dans la Jungle de Calais.

    Là où il y a de la détresse, il y a la Police. Il y a Bastien Miller de la sûreté urbaine. Un être humain parmi des êtres humains dans un monde déshumanisé. Un être humain écartelé entre les calaisiens qui n’en peuvent plus, les réfugiés perdus et la Police impuissante. Bastien, Adam et Kilani vont se rencontrer et s’entraider.

    LISEZ « Entre deux mondes » pour savoir et ne pas oublier que dans la Jungle de Calais il y avait des réfugiés, seulement des réfugiés. LISEZ « Entre deux mondes » même si parfois l’envie de pleurer vous prend et pas seulement à cause des lacrymos.

  • Shasha 13 mars 2018
    Entre deux mondes - Olivier Norek

    Une grosse claque ce livre !
    Quand je l’ai fini, je me suis dit merde il est parfait ce livre tout y est : c’est bien écrit, les personnages sont attachants, le message est fort, la structure du livre... Parfait, il prend les tripes et délivre un message fort sans tombé dans le cliché ou le larmoyant. Bref du GRAND NOREK !!! ça va être difficile de faire mieux que ce livre. Bravo à l’auteur

  • Les Lectures de Maud 6 juillet 2018
    Entre deux mondes - Olivier Norek

    Deux histoires, celle d’Adam et celle de Bastien, qui se rejoignent dans un même lieu, Calais.

    Un livre qu’on referme avec un malaise et une quantité d’interrogations sur notre mode de vie d’aujourd’hui. Une claque émotionnelle. A travers ces deux personnages, on vit à la fois l’arrivée de famille de migrants depuis leur origine, les causes de départ et toutes les embuches ; mais aussi toutes les contraintes des forces de l’ordre à devoir maintenir le calme dans Calais et ses environs.
    D’un côté, les gens sont en quête d’un monde meilleur et de l’autre le maintien de l’ordre : la sécurité. Certaines scènes sont d’un réalisme qui dépasse ce que l’on peut imaginer ou voir aux informations et qui soulèvent de nombreux questionnements. Une ouverture vers une situation inconnue. Le lecteur passe par toutes les émotions, la révolte, l’indignation, la douleur, l’incompréhension.

    L’auteur décrit ici une situation avec une justesse magnifique, une écriture fluide qui nous entraine à la rencontre de personnages touchants, de situations inqualifiables. De nombreux faits relatés nous montrent notre ignorance sur une situation très proche de chez nous. Qui peut répondre à cette question : D’où vient l’expression « Jungle de Calais » ? Soyez curieux, la réponse est dans le livre.

    Ce livre que l’on ressent écrit avec les tripes, m’a profondément émue et bouleversée, je ne suis pas sortie indemne de cette lecture.

  • Chris93 20 août 2018
    Entre deux mondes - Olivier Norek

    Entre deux mondes tranche fortement avec les précédents polars écrits par Olivier Norek. On est loin des cités de la région parisienne et des luttes « classiques » des policiers.
    Ici, l’Entre-deux mondes, c’est en 2016 le camp de migrants de Calais, un lieu de transit, pour aller du monde qu’on fuit vers le monde qui semble plus accueillant.
    Bastien, policier bordelais, a demandé à être affecté à Calais pour se rapprocher de sa belle-mère, afin d’aider sa femme Manon, dépressive après la mort de son père. Leur fille Jade, 14 ans, essaye de trouver sa place dans ce nouveau décor. Bastien doit prendre la mesure de son poste, car il encadre désormais une équipe bien installée.
    Adam, policier syrien, doit fuir son pays car il aide sous couverture les rebelles contre le régime en vigueur et risque d’être démasqué. Il a déjà fait partir sa femme Nora et sa fille Maya quelques jours plus tôt, il doit les retrouver à Calais. Mais leur arrivée tarde.
    Et tandis qu’Adam attend à l’entrée du camp, photos en main, pour ne pas les manquer, il est confronté à la vie dans la jungle, où la survie est délicate : conflits larvés entre ethnies, vols, violence en tous genres. Adam va ainsi sauver du viol un jeune garçon, Kilani, et essayer de le protéger avec l’aide d’Ousmane, le chef des Soudanais, qui est devenu son protecteur. La jungle est une zone de non-droit où même la police n’ose pas entrer.
    Cependant, des meurtres sont commis, et Bastien va demander à son équipe d’intervenir. Il va ainsi s’adjoindre les services d’Adam, car il est difficile d’obtenir des informations utiles au sein de la jungle. Et en contrepartie, Adam va lui demander de tout faire pour sauver Kilani.
    En filigrane du livre, se trouve l’attente des migrants, cette quête pour rejoindre les siens, les méthodes employées par les forces de l’ordre des deux côtés de la Méditerranée, l’intensité de la violence qui touche les enfants.
    C’est une histoire bouleversante qui place le lecteur directement au cœur du camp de migrants, hors du cadre habituel de spectateur de flash info, très éloigné de leur quotidien : on y croise ainsi les aidants, les migrants qui espèrent encore, ceux qui se sont résigné, les passeurs, les trafiquants en tout genre, une micro-société qui peut exploser à tout moment. Les peurs, la promiscuité, les espoirs, les doutes, tout y est décrit de façon très réaliste. Des histoires qui s’enchevêtrent, entre petits délinquants et grands meurtriers… ou l’inverse parfois.
    C’est la rencontre aussi de ces deux policiers que tout pourrait opposer, sauf leur humanité. Et celle d’autres protagonistes, prêts à se mettre hors-la-loi pour sauver une âme en détresse, celle d’un enfant abîmé par la guerre des adultes.
    Quelques touches d’humour (la « jungle hour » pour dîner par exemple) offrent une respiration dans l’horreur qu’on côtoie bien malgré soi, sans pouvoir lâcher ce livre au suspense haletant… qui m’a tiré des larmes et mise dans l’impossibilité d’en commencer un autre dans la foulée… trop d’émotions, trop de questions soulevées sur ma propre vision et la question que je me suis toujours posée : et si ça m’arrivait… comment vivrais-je cet éloignement de ma terre, de mes racines et de ceux qui me sont chers ? Et pourtant ce livre n’est pas un plaidoyer, l’auteur relate simplement, sincèrement devrais-je dire, les faits tels qu’il a pu en connaître au contact des migrants et policiers qu’il a pu interroger pour contribuer à son écriture.
    Un roman, mais presque un document. Un coup de cœur, assurément.

    lirelanuitoupas.wordpress.com

  • Ophé Lit 7 septembre 2018
    Entre deux mondes - Olivier Norek

    En refermant « Entre deux mondes », je me suis retrouvée enfermée entre deux sentiments… bouleversée et émue.
    Bouleversée par l’histoire d’Adam, policier Syrien d’abord puis migrant à son arrivée à Calais.
    Bouleversée par l’histoire de Kilani, enfant Soudanais et migrant.

    Émue par les liens que Bastien, policier français, va lier avec Adam.
    Émue parce que toute cette histoire me touche pour de multiples raisons :
    Flic j’ai dénoncé les conditions de travail de mes collègues aux abords cette Jungle en occultant trop souvent les tragédies humaines qui pouvaient se dérouler à l’intérieur de ce microcosme,
    Originaire de Grande-Synthe je vois régulièrement les migrants de la « Jungle bis », à proximité du lac où j’allais me promener et que maintenant j’évite, fermant les yeux sur ce drame humain parce que c’est tellement plus facile…
    Parce que quasiment chaque fois que je prends l’autoroute A16 pour retrouver mes proches, je suis plus vigilante que sur n’importe quelle autre autoroute, ayant déjà failli renverser des migrants prêts à tout pour rejoindre leur « Terre Promise », cette Angleterre qui est devenue leur Eldorado…
    Olivier m’a renvoyé à nos contradictions, nos paradoxes… Il a su dépeindre avec précision et sans pathos les émotions et les conflits internes que peuvent ressentir les policiers calaisiens entre drames humains et maintien de l’ordre public.
    Une fois encore le monde policier y est décrit avec une précision et une authenticité que je n’ai retrouvé chez aucun auteur et qui me touche particulièrement. Un humour noir qui cache nos fêlures et nous aide à lutter contre les monstruosités de la société. Les flics sont les seuls à pouvoir la dépeindre sans le filtre de la bienséance ou du politiquement correct, et pour cela merci Olivier. Tu montres avec brio notre humanité, nos douleurs, nos ras le bol, nos faiblesses et notre impuissance aussi face à certaines situations révoltantes.
    Mais « Entre deux mondes » n’est pas qu’une histoire de flics… c’est aussi le drame migratoire et l’incapacité de notre pays à faire face à cette situation.
    C’est la capacité de l’Homme à s’adapter pour survivre « Nous devenons tous des monstres quand l’Histoire nous le propose »…
    C’est le désarroi des habitants de Calais qui ont été pris en otages par l’Etat français, fermant les yeux sur ce qui se déroule, encore aujourd’hui, dans cette ville.
    C’est l’énergie que dépensent les associations humanitaires pour apporter un peu de réconfort à ces déracinés fuyant les guerres dans leurs pays…
    « Entre deux mondes » n’est pas un roman pro-migrants, il y dénonce notamment les abus des passeurs, « Entre deux mondes » c’est juste une histoire profondément humaine qui vous bouleversera….

  • Emilie Resse 26 septembre 2018
    Entre deux mondes - Olivier Norek

    Dans ce roman noir, Olivier NOREK sort de sa zone de confort qu’est le 93. Et p....n (purée on va dire pour rester polie), c’est réussi !

    L’auteur nous entraîne en pleine jungle de Calais pour nous faire vivre le quotidien des migrants, leurs espoirs, leurs peurs. On y apprend les codes de la jungle, ses commerces, ses lois. On y découvre les bénévoles des ONG qui font ce qu’ils peuvent avec le peu de moyens qu’ils ont. 10 000 migrants qui tentent d’occuper leurs journées en attendant la nuit tombée pour espérer monter dans un camion en direction de l’Angleterre.

    En périphérie de cette jungle, la police, qui assiste impuissante et qui ne peut qu’être témoin de cette zone de non droit.

    Les personnages sont tous très attachants :
    Adam : le policier Syrien qui aura parcouru 6000 km de Danos à Calais pour retrouver sa femme et sa fille
    Bastien : qui vient d’être affecté à la brigade de sûreté urbaine de Calais
    le petit Kilani : qui m’a fait craquer d’émotion
    Ousmanne : le chef des Soudannais
    et tous les autres : Manon et Jade (femme et fille de Bastien), Nora et Maya (femme et fille de Adam), la nouvelle équipe de Bastien (Erika et Ruben), l’équipe de la BAC.
    Tous ces personnages ont leurs forces et leurs faiblesses, mais ils ont surtout un coeur !

    L’auteur a choisi de découper son livre en 5 parties : Fuir, espérer, résister, survivre et sombrer => le quotidien de tous migrants.

    Un récit puissant et fort, qui vous prend aux tripes ! Une vérité crue sur un monde qui n’est pas tout rose. Un quotidien raconté sans partie prit. Un plongée en apnée au coeur de l’humain.

    Merci Olivier Norek !

  • Laure Manda Marie 26 septembre 2018
    Entre deux mondes - Olivier Norek

    Entre documentaire et fiction, vous avez entre les mains un roman désarmant qui grave le cœur et l’esprit à tout jamais.

    Une écriture brute, en parallèle avec la souffrance humaine, elle aussi désarmée, qui n’est ni à la fin ni au début juste entre deux mondes.

    Le sort des réfugiés en France, un sujet d’actualité un sujet polémique, qui brûle que l’on ne veut pas connaître car on a peur de se dégoûter soi même.

    Nous sommes directement plongés dans l’horreur du pourquoi pour arriver dans la "jungle" de Calais où à 80 km à peine de la plage on voit se dessiner les cotes de Angleterre, là ou tous les espoirs des réfugiés se cristallisent.

    Un roman qui fait mal qui trouble qui ne peut laisser indifférent, qui nous réveille à une autre réalité. Vous êtes sensibilisés ou pire vous êtes réfractaires au sujet, lisez le redevenez humain ! Beaucoup d’émotions à ressentir sur une écriture simple et efficace qui nous porte rapidement à la fin du livre.

    A travers ses mots où l’affect a quasi disparu, l’auteur en décuple 100 fois plus à son lecteur. Se protéger corps et âme est le but premier dans la survie et dans nos vies de tous les jours nous l’oublions, nous devenons des êtres pragmatiques noirs et blancs, aussi inhumains que les tortionnaires.

    Roman à l’atmosphère captivante et aux héros attachants, à lire absolument et à partager pour réveiller l’humain qui est en chacun de nous. Olivier Norek a su se servir de ses qualités humaines et professionnelles, pour offrir une crédibilité et une épaisseur à cet ouvrage hors du commun.

    Un formidable moment de lecture.

  • Sangpages 5 octobre 2018
    Entre deux mondes - Olivier Norek

    Un sujet brûlant qu’il fallait oser aborder. Un de ces sujets dont on ne veut pas entendre parler, qu’on préfère ignorer. Un de ces truc qu’on juge sans vraiment connaître sans doute parce quelque part ça nous fait peur...Les migrants...
    Olivier Norek sort de ses "habitudes", abandonne Coste pour un instant et nous livre quelque chose de très différent.
    J’ai eu dit dans d’autres chroniques que ses récits manquaient parfois d’un chouïa d’émotionnel....
    Putain la vache !!! (M’excuse mon latin mais y a pas d’autre mot !) Cette fois-ci, de l’émotionnel, il n’y a que ça. Du lourd, du très lourd. A fleur de peau. Du qui te fout la boule au ventre, la larme à l’oeil. Du qui te retourne sans dessus dessous.
    Il nous donne là bien plus de son expérience dans l’humanitaire que de son expérience de flic. Il nous ouvre une porte et une chose est sûre, il peut en sortir quand il veut de ses habitudes. Il peut nous livrer un truc comme ça des milliers de fois encore...Parce qu’alors là...Le père Norek (comme dirait son comparse Lebel), il nous offre un truc de ouf !!!
    Je pourrais vous conter 36 blablas. Je pourrai vous faire l’éloge de ce bouquin pendant des pages et des pages mais rien de ce que je pourrai dire ou énumérer ne sera à la hauteur de l’émotion ressentie lors de cette lecture. Impossible de trouver les mots, impossible de vous décrire un tel ressenti. Trop abasourdie, trop percutée, trop hallucinée, trop dégoutée, trop horrifiée, trop....
    Alors pour une fois, je me retrouve le caquet bouclé (et c’est pas souvent 😜) et je m’arrête là. Je n’ajouterai qu’une seule chose dont je suis sûre et certaine.
    Lisez et vous comprendrez !

  • Mes évasions livresques 13 octobre 2018
    Entre deux mondes - Olivier Norek

    Mais quelle claque, quel uppercut même !!!
    Tout d’abord dubitative de retrouver la plume d’Olivier Norek, hors de sa "zone de confort" avec les aventures de Victor Coste, pour un roman noir avec comme sujet inédit les migrants et la jungle de Calais, je me suis retrouvée bouche bée devant un roman plus que maîtrisé, une pépite d’humanité parmi l’inhumanité...

    Un roman qui conforte le talent de l’auteur et qui sous des apparences sombres fait ressurgir une sensibilité à fleur de peau contaminant le lecteur.

    Dès les premières pages, mon coeur a fait un bond en devinant la noirceur qui allait s’abattre tout le long du roman...
    Il n’y a pas de mauvais ou de bons personnages, ils vivent, survivent même, dans un environnement qui change forcément les gens quel que soit le côté duquel ils se trouvent et dans un contexte qui ne leur laissent guère le choix.

    Ce livre est, au-delà du roman noir qui vous chamboulera, un témoignage, une sorte de devoir de mémoire sur cette période d’actualité très proche. Une actualité, sans langue de bois, qui vous fera mieux comprendre les deux côtés du miroir et cette dualité de cet entre deux mondes.

    Les personnages de Bastien, Adam et Kilani resteront gravés longtemps dans ma mémoire, ainsi que ceux plus en retrait de Julie, Manon et Jade.

    Entre deux monde est pour moi LE LIVRE DE L’ANNÉE... Un roman d’une force et d’une réalité rares, qu’un élan d’humanisme, heureusement, nous maintient à notre conscience d’être humain.

    Ce livre m’a bouleversée, m’a choquée par moment et m’a appris énormément de choses sur un sujet que je ne connaissais que par voie médiatique.

    Entre deux mondes est un roman qui assied la plume d’Olivier Norek, un auteur coup de poing, hyper réaliste mais avec une sensibilité toute en finesse.

    Plus qu’une recommandation, Entre deux Mondes est un must have pour tout lecteur ;)

  • Sangpages 18 novembre 2018
    Entre deux mondes - Olivier Norek

    L’avis d’Elisa :

    « Fuir. Espérer. Résister. Survivre. Sombrer ? »

    Dans ce livre, Olivier Norek nous emmène entre deux mondes. Il nous raconte l’horreur.

    De par mon âge, j’ai toujours fermé les yeux sur des sujets aussi délicats que celui-ci et ce roman m’a obligé à faire face à une infime partie de la misère de notre monde. Même si le sujet ne t’intéresse pas et peut te refroidir, tu te dois d’accepter cette lecture et de réaliser que tout cela, et bien cela existe !

    Ce livre, je peux clairement dire que c’est un page-turner et pourtant par moment j’ai dû le poser car il m’était impossible de lire une page de plus. Les émotions sont si fortes, si prenantes ...Je ne vais pas le nier, la rage a fait partie de ma lecture tout comme mes larmes...tout au long...

    J’ai particulièrement aimé le fait qu’Olivier Norek ne prenne pas parti entre les policiers et les migrants. Il dénonce autant la souffrance des policiers que celles des migrants. Il dévoile toutes les faces de ce monde. Cette Jungle dépourvue de toute humanité. Cette injustice. Une histoire dérangeante, sombre, flippant et cruelle. Des sujets invraisemblables et pourtant réels.

    La plume de l’auteur est remarquable. Pour un sujet aussi difficile à aborder, il a su rester sur des mots justes sans faire de faux pas. Il ne passe pas par quatre chemins, il va droit au but. Ses descriptions sont réalistes et extrêmement cinématographiques.

    Tout au long de cette lecture j’ai ressenti une sensation plus que paradoxale, une envie que le livre se finisse au plus vite pour pouvoir m’échapper de cette horreur et en même temps une volonté d’aider ses migrants et ses policiers jusqu’à la fin de mes jours.

    La fin est à la hauteur de la totalité du récit. Elle n’est pas décevante. On n’est pas victime du syndrome du « tout ça pour ça ». Ce qui n’est pas forcément une évidence.

    La notion de coup de cœur est très difficile à aborder pour ce livre. J’ai l’impression de ne pas pouvoir dire que j’ai aimé ce roman car on n’a pas le droit d’apprécié une histoire qui traite de sujets si terrifiants. Alors pardonnez-moi, mais je dirais que ce livre est quand même un coup de cœur malgré la souffrance dont il témoigne.
    Que vais-je bien pouvoir lire après ce chef d’œuvre ?

    Un pur roman noir.
    Une lecture difficile et angoissante.
    Des histoires de vie qui témoignent d’un énorme mal être.

    Personnellement, je pense que cette histoire devrait être connue de tous.

    Vous l’avez compris, ce livre, je ne l’oublierai jamais et ça je peux vous le certifier !

  • universpolars 24 novembre 2018
    Entre deux mondes - Olivier Norek

    Si vous ouvrez le Larousse à la page 746, vous constaterez qu’Olivier Norek est un synonyme de Victor Coste. Sauf que cette fois-ci, il faudra aller consulter la page des exceptions : le capitaine Victor Coste, personnage récurrent des histoires de Norek, vous n’allez même pas le croiser !

    Je précise tout de même que cette introduction est une blague (pourrie, un peu...). Donc, n’ouvrez pas le dictionnaire car vous allez carrément perdre votre temps ! Par contre, pour l’histoire de l’exception, c’est bien réel : Victor Coste, ça sera peut-être - sans doute - pour une autre fois.

    En parlant de blague, cette histoire n’en est de loin pas une. Olivier Norek s’engage, soulève et nous présente ici un scandale - inévitable ? - qui est devenu bien évidemment très médiatique : la stagnation, la gestion et le traitement des migrants entre la France et l’Angleterre. L’auteur va aller loin dans ses investigations concernant ce processus de déportation, - tout de même très opaque -, et nous emmener à la base du problème en mettant en scène des personnages accrocheurs.

    Olivier Norek, avec ce récit poignant, fait en sorte que ce qui s’est déroulé à Calais ne s’oublie pas trop facilement et rapidement.

    On dit souvent que pour chaque problème, il y a une solution. Oui, mais là : non. Entre les calaisiens en colère, souvent à juste titre, et les migrants qui sont là, pour la plupart, par grande nécessité - nous découvrirons pourquoi tout au long de cette histoire -, un conflit qui ne peut de toute manière par être géré apparaît. Tout le monde est dépassé par les événements, la gestion est faite sous pression, résultat : c’est le chaos et le stress. Et lorsque l’on est stressé, débordé et dépassé, on peut devenir agressif.

    Une zone anarchique, sans droit ni loi, est née au bord de la Manche.

    L’auteur nous offrira deux points de vue concernant ce qui précède : un point d’observation au sein même du camp des migrants, en leur compagnie, avec leur vie et leur âme en sursis, et un autre point de vue côté police, avec des hommes agressés et agressifs, qui sont conscients de leur boulot ingrat mais essentiel.

    Dans les deux « camps », des personnes à bout, tendues et perdues. Même si je voudrais prendre parti, je ne saurais pas vraiment quoi dire...

    L’auteur mêlera ce monde des migrants avec l’aspect du terrorisme. Deux facteurs qui vont évidemment de pair. Quoi de plus simple, si l’on s’y prend bien, d’aller puiser dans une marmite remplie d’être déchirés, sans attache et facilement manipulables.

    La jungle de Calais - la Lande - sera l’un des décors de ce roman inspiré de faits tristement et évidemment réels. Une multitude de décors vont en fait se succéder devant nous, car le voyage va être long, douloureux et très pénible.

    De Damas, en Syrie, en passant par la Libye, ou encore par l’Italie et la France, Olivier Norek va nous expliquer dans quelles conditions se déroulent la fuite inévitable d’un pays en guerre, plombé par la dictature. Pour ce faire, pour être au plus proche de la réalité et au plus près des émotions, l’auteur va mettre en scène des personnages touchants et bouleversants.

    Adam, ancien flic intègre et droit, est membre de la police militaire du régime de Bachar El-Assad. Ou devrais-je plutôt dire qu’il est membre d’un mouvement rebelle de l’armée Syrienne libre, en infiltration dans la police militaire. Son intention : sauver la peau de sa femme et de sa petite fille - la sienne aussi, idéalement - d’un pays dirigé par un gouvernement assassin. Nous serons sur ce parcours, du début à la fin, témoins d’actes barbares qui ne nous empêcheront pas de faire un parallèle avec ceux des nazis.

    Olivier Norek écrit sans aucune retenue, sans aucune censure : c’est très dur, révoltant, parfois même insoutenable. Il est impossible pour le lecteur que je suis de rester de marbre et de me forger une carapace. Je n’en aurais même pas envie - la réalité est là -, et cela ne sert à rien de se voiler la face.

    Nous allons aborder deux personnages clés dans cette histoire : Adam, syrien, ex-flic, déchiré par un pays qui lui enlève toujours un peu plus de vie et d’espoir et Bastien, flic à la BAC de Bordeaux, qui débarque à la brigade de sûreté urbaine de Calais, pour des raisons personnelles.

    Deux destins différents, deux hommes pas si différents et une rencontre. Une union qui va mettre tout le monde d’accord sur un point : nous sommes tous pareils et nous recherchons tous la même chose. Cependant, nous n’avons pas tous les mêmes outils pour y arriver.

    Olivier Norek a réussi à me heurter de plein fouet avec cette histoire très sombre et déchirante, mais aussi belle et poignante. Ses mots, dégoulinant de réalité, m’ont fait l’effet d’une baffe, un grand coup direct accompagné de ces quelques mots : « voilà ce qui se passe près de chez toi, pour qui mais aussi pourquoi ». Forcément, ça laisse des traces.

    L’auteur ne donne pas de solutions miracles dans ce récit, - d’ailleurs y en a-t-il seulement une ? -, mais expose les faits, tels qu’ils sont, avec des détails précis qu’il est allé chercher, j’imagine, avec grand intérêt et minutie.

    Bonne lecture.

  • La Caverne du Polar 7 décembre 2018
    Entre deux mondes - Olivier Norek

    Le dernier livre de Olivier Norek Entre deux mondes ne met pas en scène son personnage fétiche le capitaine Victor Coste et la région parisienne. Entre deux mondes parle de tout autre chose. Tout d’abord direction la Syrie, puis la « Jungle » de Calais… pour un changement radical !

    On fait tout d’abord la connaissance de Adam un flic Syrien de Damas. Il doit fuir son pays et son régime sanguinaire pour rejoindre sa femme Nora et sa fille Maya parties quelques jours avant lui dans un long périple vers l’Angleterre. Mais une fois arrivé dans la fameuse « jungle » de Calais, il ne les trouve nul part. Chaque jour il met toute son énergie à les chercher et montre à tout le monde la photo de Nora et Maya, une des rares choses qu’il possède encore. Ce qu’il va découvrir dans ce bidonville est un univers sans loi où les migrants affluent chaque jour vivant dans des conditions déplorables, où même la police n’ose plus mettre les pieds. Au fur et à mesure que passe les jours Adam se rattache à tout ce qu’il peut. Car l’espoir de revoir un jour sa femme et sa fille s’amenuise de jour en jour. Parallèlement on fait la connaissance de Bastien un flic français tout juste muté de Bordeaux à Calais pour des raisons familiales. Sa femme est en pleine dépression après le décès de son père et sa fille en pleine crise d’adolescence. Les deux flics se lient d’amitié. Ils viennent de deux pays différents mais font le même métier et se ressemblent énormément dans leur humanité, leur valeur et leur courage. Le dernier personnage principal est Kilani un jeune soudanais que la vie n’a pas épargné. C’est un personnage très émouvant.

    Olivier Norek s’empare d’une thématique sociale très forte. Il a osé prendre des risques. On ne suit pas vraiment l’enquête dans ce livre, on est plus porté sur les lieux, les personnages, leur humanisme, leur angoisse et leur peur. L’auteur nous parle de tout ces gens qui fuient leur pays en guerre et qui laissent tout derrière eux, leurs vies, leurs souvenirs et leurs familles. De ces migrants qui sont entassés dans des embarcations surchargées et qui traverse la méditerranée dans des conditions catastrophiques. Grâce à la qualité de sa plume, l’auteur a su m’immerger dans cette « Jungle ». La description de ce bidonville français est tout simplement bluffante. Tout est très documenté et très précis.

    Ce livre est poignant, percutant et violent à la fois. On se prend la réalité telle qu’elle est en pleine figure. Vous avez dû le deviner c’est un gros coup de cœur. Merci et bravo Monsieur Norek pour cet excellent moment de lecture. Mais assez parlé, foncez acheter ce livre et vous comprendrez par vous même, ne passez pas à côté, ce serait dommage.

Votre commentaire

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.