Du feu de l’enfer - Sire Cedric

Notez
Notes des internautes
(11)
6
commentaires
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!
Notez
Notes des internautes

Résumé :

Manon maquille les cadavres, Ariel maquille les voitures. Elle est thanatopractrice, il est délinquant. Ils sont frère et soeur. Un jour, l’une des combines d’Ariel tourne mal
et Manon se retrouve complice malgré elle. Lorsque les assassinats les plus sordides s’accumulent autour d’eux, traçant un jeu de piste sanglant vers une secte satanique, le capitaine Raynal s’intéresse à leur cas. Commence alors une traque qui brouillera

Pour aller plus loin

Vos avis

  • Louison Lit 4 juillet 2017
    Du feu de l’enfer - Sire Cedric

    C’est le premier roman que je lis de Sire Cédric parce que le paranormal et moi ça fait deux. Du coup j’étais vraiment tenté de le découvrir dans ce thriller dont la superbe couverture me faisait de l’œil. En plus les critiques souvent dithyrambiques m’avaient fait envie alors je me suis jetée dans cette lecture. J’ai littéralement adoré, l’histoire et les personnages c’est du grand art, tout c’est super bien déroulé jusqu’à ce que l’on apprenne l’identité du tueur alors là, grosse déception du coup j’ai fermé mon livre en disant « tout ça pour ça » une grosse ficelle qui même si je ne l’avais pas vu venir m’a cloué par sa simplicité et sa médiocrité. Bon ce n’est que mon avis et mon ressenti, cela n’empêche en aucun cas que toute l’enquête est très bien menée et puis j’ai aussi beaucoup aimé que l’action se passe dans la région de Montpellier vu que je suis de Perpignan, j’avais vraiment aucun soucis pour visualiser, les vielles bâtisses abandonnées de la région. Le sujet quand à lui est passionnant, une secte satanique, des symboles occultes, des rituels sinistres, de la violence, du sexe, du sang des sacrifices. Le ton est donné dès le prologue et on sait dors et déjà que nous entrons dans l’horreur et le gore mais ce n’est que le début, il reste le meilleur à venir. Le personnage de Manon est superbement exploité, avec ses forces et ses faiblesses, sa relation à son frère, à son travail de thanatopractrice, ses souvenirs d’enfances omniprésents sous forme de cauchemars, tout cela nous la rend extrêmement attachantes. Son frère Ariel qui a le mauvais rôle, celui de l’égoïste et du lâche est lui aussi fort bien campé. Celui qui nous fait complètement rêver tout comme il fait rêver Manon, c’est le commissaire Raynal. Solitaire nouvellement muté dans la région, trimbalant des casseroles et si humain avec Manon. IL y a aussi tout une série de personnages secondaires savoureux. J’ai aussi apprécié la théorie selon laquelle les ramifications et les protections de la secte s’étendent jusqu’au plus haut niveau de la société et même dans la Police ou le système judiciaire, une sorte de théorie du complot qui nous fait devenir parano. Je ne regrette absolument pas ma lecture même si j’ai posé un bémol mais à part cela c’est un super thriller. Bonne lecture.

  • chocobookcafé 26 mars 2018
    Du feu de l’enfer - Sire Cedric

    Je n’ai pas pu résisté à la tentation de découvrir le dernier roman de Sire Cédric, et je pense que c’était l’effet escompté, effrayer le lecteur, et je dois dire que ça a fonctionné. Mais cette histoire est vraiment terrifiante voir diabolique. Une intrigue et des rebondissements atroces, à vous donner des cauchemars. D’autant plus que l’auteur a pour habitude dans ses autres romans de rajouter un soupçon de fantastique tout en respectant le rationnel, mais dans ce roman là, il n’ y a pas de fantastique. Il a vraiment une belle plume. Dans ce roman on est dans les noirceurs de l’âme, les sectes, le satanisme, les fausses pistes, les traqueurs de chairs, avec des descriptions plus que crues, il faut avoir le coeur bien accroché ! Et la fin, comme de bien entendue, je n’ai rien vu venir. Un roman très noir, des chapitres courts, une ambiance morbide, le psychologique des personnages, autant les bons que les mauvais sont très bien décrits. J’ai vraiment ressenti le trouble, le désarroi des personnages traqué par les sataniques. Une lecture addictive et j’en redemande. Faut vraiment que je sois folle pour adorer et redemander une lecture comme celle-ci.

  • Mes évasions livresques 17 octobre 2018
    Du feu de l’enfer - Sire Cedric

    Premier Sire Cédric pour moi et quelle bonne découverte. L’intrigue m’a happée dès le prologue. Du feu de l’enfer est un roman très addictif, haletant , gore et tendu jusqu’à la dernière ligne. On ne peut l’oublier une fois le livre terminé, on aimerait en savoir encore plus. L’intrigue nous plonge dans l’enfer d’une secte dont les membres ne reculent devant rien pour arriver à leurs fins : faux semblants, trahisons, horreurs... n’hésitez pas à suivre le trajet Du feu de l’enfer , quelques secousses à prévoir mais une évasion livresque assurément ...

  • Sangpages 18 octobre 2018
    Du feu de l’enfer - Sire Cedric

    Putain le prologue ! Si après ça, on n’a pas envie de lire direct la suite "A moi la peur" comme on dit chez moi. Un départ en fanfare, direct dans le bain...de sang...
    Un petit goût de Hell.com de Patrick Senécal.
    Une pincée de "Eyes Wide Shut" du superbe Kubrick que j’ai vu, revu et re-revu. Soumission, pouvoir, perversion sous fond de mythologie.
    Etes-vous êtes prêts à embarquer et voguer sur le Styx ? Le fleuve de l’enfer qui vous conduira tout droit dans ses profondeurs ? Etes-vous prêts à faire face à l’horreur sous sa forme la plus perverse ?
    Une barque ne suffira pas et je vous préviens...il faudra ramer sec pour pouvoir vous en sortir !
    Du feu de l’enfer où comment un acte disons "banal" peut te mettre dans la merde jusqu’au cou.
    Ariel et Marion en font les frais et se retrouvent bien malgré eux emportés dans des flots tumultueux.
    Plus aucune trace de surnaturel. Sire Cédric opère un réel changement dans son style, une belle évolution qui continue dans la ligne de Avec tes yeux. Il nous la joue Thriller pur et dur, c’est somptueux et moi j’adore !
    Du feu de l’enfer, c’est la découverte du monde peu connu de la thanatopraxie. Extrêmement bien décrit et super intéressant.
    C’est une police peu présente, qui occupe une place assez minime. L’enquête principalement menée par Manon et Ariel prend une dimension toute particulière. En victime, la découverte de la vérité n’est plus seulement une question de justice mais clairement une question de vie ou de mort.
    C’est des chapitres courts, un style vif et percutant.
    C’est impossible à lâcher. Prévoyez donc de quoi remplir le frigo 🙃
    C’est une intrigue tellement bien tournée que tout semble extrêmement réel et j’admire le fait qu’il ait osé certains rebondissements mais là je n’en dirai pas plus...
    C’est une hécatombe de libraires 😂 joli clin d’oeil les amis !
    Il joue clairement dans la cour des très grands et si le début est saisissant, la fin est carrément haletante ! Un final à la perfection exactement pile poil comme je les adore et ça c’est pas souvent !
    Bon nombre d’entre vous l’ont déjà lu...ceux qui ne l’ont pas encore fait seront, je vous préviens, sévèrement punis !!!!!!
    Et pour la petite histoire, la société secrète "Acéphale" de George Bataille a bel et bien existé ainsi que le Hellfire club...et ça ...c’est encore plus terrifiant..............

  • universpolars 24 novembre 2018
    Du feu de l’enfer - Sire Cedric

    Me voici pour la première fois dans l’univers de Sire Cédric. J’ai pris la peine d’ouvrir cette porte et j’y ai découvert des horreurs dès les premières pages « franchies ». Cette introduction provoque un coup de sang, dans tous les sens du terme, avec le summum de l’horreur au terme de celle-ci. Ce ne sont pas les actes qui choqueront le plus le lecteur, mais le nombre de personnes cautionnant ces actes.

    J’admets que tout cela m’a motivé à refermer cette porte délicatement, sans faire de bruit, et à avancer à pas feutrés pour découvrir ce qui se passe dans cette histoire sournoise et très certainement insidieuse.

    Une fois rentré, l’intention de rebrousser chemin n’existe plus.

    Pour nous remettre de cette intro fracassante, nous allons faire connaissance avec Manon, qui va découvrir un matin son voisin du dessus couché dans une mare de sang : il s’est visiblement donné la mort.

    Manon n’en est cependant pas à son premier cadavre : elle est thanatopractrice. Qu’est-ce que c’est donc ça ?? Elle s’occupe des morts pour les rendre présentables, une dernière fois, avant le grand Départ. Une vocation, une passion, un métier qui se pratique avec respect et qui demande le respect.

    Manon, fille sérieuse, consciencieuse, est l’opposée de son junkie de frère Ariel, infréquentable, irrespectueux et tordu comme un robinet. Allez, un peu de vulgarité : une grosse merde. Entre eux, le lien ne passe plus, trop de divergences les séparent.

    Ariel va se retrouver bien malgré lui au centre d’une affaire très particulière. Le lecteur pourra aisément faire le lien avec cette fameuse intro qui fait toujours aussi froid dans le dos. Cet abruti doté d’une crétinerie irrévocable, suite à une connerie de plus - de trop ! - a réveillé le « diable » en personne : ce n’était vraiment pas une excellente idée de le déranger.

    Un étau va dès lors se refermer sur lui et sa sœur, tellement lentement, dans un premier temps, qu’ils le verront à peine se rapprocher. Cet étau va rapidement être remplacé par une mâchoire qui, elle, va claquer d’un seul coup. A partir de ce moment-là, le lecteur ne se reposera plus.

    Face au danger et à la peur, voire à la panique, nous sommes plus ou moins tous pareils. L’amertume qui règne entre le frère et la sœur va se placer en arrière-plan. Face au danger, on a tendance à s’unir. « L’union fait la force ».

    Un flic fera partie de l’équation, un allié qui ne sera pas de trop pour résoudre ce calcul complexe aux nombreuses inconnues. Un homme charismatique, quelque peu solitaire, qui aime nager à contre-courant. Un combat livré seul, envers et contre tous.

    Ce récit démarre avec une grande fluidité, mettant en scène des personnages énigmatiques, violents et complètement déjantés. Le scénario est tel qu’au bout d’un moment, le lecteur va commencer à douter sur bien des personnages. C’est dérangeant, mais j’avoue qu’on s’en délecte.

    L’auteur va frapper fort avec un thème aussi fascinant que diabolique, que l’on pourrait titrer : « Le pognon mène à la folie et donne accès à tous les fantasmes ». Pouvoir, argent et perversion morbide font très souvent bon ménage. Il suffit de dénicher la bonne personne qui sera assez répugnante et influente pour réunir ces trois facteurs et les distribuer à « l’élite ». Je n’en dirai pas plus, à part peut-être le fait que la pourriture à tendance à s’incruster partout, à tous les niveaux, sans exception.

    Sire Cédric nous fait évoluer gentiment, par paliers, toujours avec une récompense au bout du chemin : des éléments pertinents. Il lève le voile, puis s’arrête, le redescend de quelques centimètres pour voir notre réaction, puis finalement le soulève à nouveau avec, pour nous, un nouvel élément à la clé.

    Mais comme il perçoit assez vite notre impatience, il ne nous fera pas languir trop longtemps. Le compte à rebours va être réglé au plus bas et l’enchaînement des événements va s’avérer être étourdissant.

    C’est violent, sans concession. Les personnages souffriront sans répit. L’empathie n’existe pas ici, la cruauté est livrée à l’état brut. Certaines scènes vous provoqueront quelques spasmes au niveau de l’estomac, pensez à bien digérer avant de tourner les pages.

    L’allure de nos deux héros frère et sœur sera similaire à la vitesse à laquelle nous tournerons les pages de ce livre. Un piège sans faille les bouffera sans laisser de restes s’ils ne réagissent pas à la manière forte. A ce propos, le personnage de Manon va s’avérer être intéressant. Face au danger, on s’unit - comme je l’ai dit plus haut -, mais certains instincts ont également tendance à se réveiller.

    Je m’attendais tout de même à certaines révélations, à une partie du dénouement mais, par contre, je me suis senti déstabilisé tout au long du récit. Le doute est fort, les personnages restant très troublants. Sire Cédric a su casser mes certitudes à tout moment, en changeant souvent de direction. Du coup, j’ai été largué bien quelques fois.

    Le rythme de ce récit est allé au-delà de mes espérances. Une fois en main, ce bouquin ne se lâche plus. Je n’ai réellement compté aucun temps mort. C’est une magnifique course, effectuée par intervalles, avec un sprint final.

    Ce qu’il faut retenir ici, finalement, c’est que nous ne sommes pas toutes et tous logés à la même enseigne et que la notion de justice, encore une fois, reste assez confuse !

    La justice des hommes...

    Bonne lecture.

  • La Caverne du Polar 2 décembre 2018
    Du feu de l’enfer - Sire Cedric

    Du feu de l’enfer le dernier thriller de Cédric Sire est déjà son 8ème roman. Direction Sud de la France dans le département de l’Hérault. Accrochez-vous bien car il nous emmène tout droit en enfer… !

    Nous allons faire la connaissance de Manon une jeune femme très dynamique passionné par son métier de thanatopractrice. Et de son frère Ariel, un petit délinquant qui, dans sa vie, va d’échec en échec. Ces deux là ne s’entendent pas très bien, car Ariel a toujours besoin de l’aide de sa sœur et elle, ne le supporte plus. Mais cette fois ci Manon va se retrouver embarqué malgré elle, dans une aventure très sérieuse, qui va la mener dans un tourbillon de massacres, d’horreurs, de terreurs et d’atrocités. Avec son frère Ariel ils vont devoir faire face à une secte satanique d’une très grande ampleur, un ennemi invisible qui dispose de membres dans tout les rangs de la société ! Heureusement ils vont pouvoir compter sur le soutien du capitaine Franck Raynal.

    L’auteur nous plonge dans un univers envoutant, il arrive à nous faire vivre cette aventure à 100 %. Il n’y a aucun temps mort. Cédric Sire a une écriture très simple et fluide qui est captivante et addictive. Les chapitres sont courts et les retournements de situations s’enchaînent à un rythme fou. Ce qui fait la force de ce thriller ce sont tout ces mystères autour de cette secte secrète qui s’adonne à des sacrifices et des chasses à l’homme, une ambiance glauque et étouffante, et un duo explosif entre frère et soeur prit dans un engrenage qui va littéralement les dépasser. Entre satanisme, mensonges et corruption on est servi. Et quel dénouement ! Je n’en dirai pas plus.

    Je tiens également à saluer le gros travail de recherche de l’auteur pour rendre son histoire le plus réaliste possible. Et il faut rajouter qu’il existe une part de vérité dans ce roman car le « Hellfire » un club anglais créé par Sir John Dashwood au 18ème siècle a vraiment existé !

    Bien sûr quand on s’apprête à lire un livre de Cédric Sire il faut vraiment avoir le cœur bien accroché, donc âmes sensibles s’abstenir. Pour ma part c’est mon premier et je dois dire que j’ai vraiment apprécié, non pas pour le côté cruel et gore, mais pour le côté efficace de ce thriller. Il faut bien avouer qu’il excelle dans son domaine et que sans conteste il est à classer parmi les tout meilleurs dans le domaine du thriller français.

Votre commentaire

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.