Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

La Saignée - Cédric Sire

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

6 #AvisPolar
2 enquêteurs
l'ont vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Estel Rochand a été écartée de la police à la suite d’une terrible bavure qui a causé la mort d’une innocente. Sa vie est en miettes, son couple à la dérive. Désormais garde du corps de seconde zone, cette ancienne championne de boxe se fraie un chemin dans l’existence comme elle l’a toujours fait : à coups de poing. Prise dans un engrenage infernal, Estel a de plus en plus de mal à contrôler ses accès de violence.
Quentin Falconnier, policier spécialisé en cybercriminalité, enquête sur un site du Dark Web, qui propose des vidéos de torture et de mise à mort en direct. Qui peut bien se cacher derrière cette « red room » appelée La Saignée, diffusant des meurtres à la perversité absolue ? Le jeune homme se lance corps et âme dans cette nouvelle croisade : découvrir l’identité du coupable derrière le masque du bourreau, et l’arrêter. Coûte que coûte.
Un terrible compte à rebours a commencé.

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Pour aller plus loin

Vos #AvisPolar

  • angelita 16 octobre 2021
    La Saignée - Cédric Sire

    La saignée de Cédric Sire, présentation
    Surf anonyme sur le dark web. En direct, torture d’une femme jusqu’à la mort. Il y participe derrière son écran et il donne des instructions.

    Quatre ans auparavant, Estel travaillait dans la police. Elle doit voir un psychologue car elle a tué quelqu’un dans l’exercice de ses fonctions. Elle ne sait pas si elle sera blanchie. Mais Estel a toujours envie de frapper. Elle est une championne pour ça.

    Avis La saignée de Cédric Sire

    Et voilà, le dernier Cédric Sire lu. Lors de notre dernière rencontre à Quai du Polar, il m’avait annoncé la sortie de son dernier roman. Je l’attendais donc avec impatience. Il a fallu d’un dimanche après-midi pour avaler pratiquement les 3/4 du roman.

    La saignée de Cédric Sire, ce sont pour moi trois personnages principaux et d’autres qui ont, quand même, un sacré rôle à jouer. En premier, il y a Estel, une jeune femme qui a subi plusieurs traumatismes au cours de sa vie. A l’heure actuelle, elle est garde du corps et n’hésite pas à utiliser ses poings pour faire mal, voire très mal. Mais Estel est mal dans sa tête, elle a de nombreuses absences, de plus en plus, et elle ne sait pas ce qu’elle a pu faire pendant ces trous noirs. Son couple est au plus mal. Elle est également manipulée par ses différents employeurs.

    Quentin Falconnier est le meilleur dans son job. Il traque tout ce qui concerne les méandres du web afin que les coupables passent en justice. Après Versailles, il se retrouve à Marseille et lors d’une enquête, il découvre l’indicible, des meurtres qui se déroulent en direct, en présence de quelques personnes qui donnent des ordres. Sa croisade va être de trouver cette louve, ce bourreau car c’est bien une femme qui prend du plaisir à donner les pires sévices et à tuer. Son enquête va le mener à Paris et il rencontrera Delphine Bellefonds qui plongera, avec lui, dans cette enquête. Mais cette dernière tiendra compte des avertissements de ses collègues.

    Un patron d’une boîte de nuit, un auteur à succès, un petit ami, Léo, et sa collègue font partie des personnages secondaires mais qui tiennent une grande place dans ce roman.

    Le monde littéraire avec ses dédicaces, ses salons, ses rencontres auteurs-lecteurs, leurs fêtes également et là un clin d’oeil à Olivier Norek. Autre clin d’oeil et pas des moindres et pas sympathique non plus, celui à Matzneff, car Cédric Sire dénonce les viols commis, les violences envers les femmes. Le personnage de l’écrivain de Cédric Sire en est une parfaite représentation. Un homme manipulateur qui fait de nombreuses victimes et la dernière en date sera Estel qui a compris les manigances de cet homme mais qui ne s’imagine pas son degré de cruauté. Les hommes sont cruels, mais certaines femmes le sont tout autant, voire plus, pour assouvir leurs fantasmes, leurs côtés noirs.

    Je n’ai pas eu peur de me plonger dans les méandres du dark web, d’assister à toutes ces violences, tous mes meurtres mais aussi la violence dégagée par cette jeune femme Estel. J’étais bien protégée par Cédric Sire et mon livre. Je me suis laissée avoir par les pistes laissées par l’auteur et qui, en définitive, se révèlent fausses.

    Cédric Sire nous offre un roman magistral, très documenté, qui tient en haleine son lecteur pendant près de 600 pages, pendant juste quelques heures de lecture. Cela va être forcément long d’attendre le prochain, mais j’ai de la chance puisqu’il me reste quelques Sire Cédric, parmi les premiers romans de l’auteur, à lire.

    Totalement addictif, totalement maîtrisé, totalement visuel. J’ai retrouvé cette plume que j’adore tant. Le prologue est époustouflant. J’ai trouvé les 100 premières pages longues à se mettre en place, mais elles sont comme une introduction des personnes. Cela n’empêche que ce soit un véritable coup de coeur de ce mois d’octobre 2021.

    J’avais commandé ce roman sur un site mais quand j’ai vu sur les réseaux sociaux que Cédric Sire promettait une dédicace en commandant son roman à la Librairie de la Renaissance à Toulouse, j’ai annulé ma première commande et en effectué une autre. Ce qui fait que j’ai reçu mon roman dédicacé et j’en remercie l’auteur.

  • Lectures noires pour nuits blanches 15 octobre 2021
    La Saignée - Cédric Sire

    "Est-ce que tu aimes ?

    La saignée
    Le dernier livre rouge de Cédric Sire
    Pour lecteurs avertis

    Prenez part à cette lecture
    qui ne se présente qu’une fois dans une vie

    ENTRER
    ou
    QUITTER

    BIENVENUE
    GRAND LECTEUR"

    Le compte à rebours est enclenché...
    Bienvenue dans l’univers de Cédric Sire. Préparez-vous pour un thriller sanglant, très violent, glaçant, rythmé et dangereusement addictif. Un redoutable page turner comme l’auteur sait si bien les faire. Préparez-vous, car rien qu’en ayant lu le prologue, ceux qui ne le seraient pas pourraient bien vomir leur quatre heures.

    Dès les premières lignes, on plonge dans les profondeurs du Dark Web, qui vous donne accès à tout ce qu’il y a de plus abject et répugnant. Les pires fantasmes, les abominations les plus perverses, tout vous est offert. Ici il s’agit de red room, de victimes torturées et mises à mort en direct sous l’oeil de voyeurs anonymes.
    L’auteur a tissé son intrigue de main de maître. Tout y est millimétré dans les moindres détails, réglé comme du papier à musique. Son écriture percutante et acérée fait merveille. Il instille le doute en laissant volontairement des zones nébuleuses. Il brouille les pistes nous entraînant là où il veut nous mener. Il m’a entraîné malgré moi dans des endroits où je ne voulais pas me risquer, provoquant en moi un étrange mélange d’attraction et de répulsion mêlé de curiosité morbide.

    La psychologie des personnages est également bien travaillée. On va suivre deux protagonistes principaux. Estel Rochand, une ancienne flic et championne de boxe, est désormais garde du corps. C’est une femme très mystérieuse et ambiguë qui a beaucoup de mal a canaliser sa violence et n’hésite jamais à se servir de ses poings.
    Puis Quentin Falconnier, enquêteur dans la cybercriminalité, prêt à tout pour conclure son enquête. Pour lui tous les moyens sont bons. Je n’ai pas ressentie de réelle empathie pour aucun personnage, plutôt du dégoût pour la plupart d’entre eux. Ils sont tous plus ou moins dérangeants ou dérangés.

    Comme Vindicta, que j’avais adoré, ce thriller se distingue par la tension et la violence omniprésente. C’est d’une noirceur ! C’est fort, intense et dérangeant. Et cette tension qui ne vous lâche pas une seconde et atteint son paroxysme dans ce final explosif. C’est cruellement bon !
    Un livre qui m’a marqué et que je vous recommande si vous avez le coeur bien accroché.

    Alors,"est-ce que tu aimes ?" Moi, j’ai adoré, et toi ?

    Je remercie #NetgalleyFrance et les Éditions Fayard pour cette excellente lecture.

  • L’atelier de Litote 7 octobre 2021
    La Saignée - Cédric Sire

    Le titre La saignée, une belle couverture rouge, tout nous laisse envisager un thriller sanglant et ce n’est rien de le dire. Il faut avoir les tripes bien accrochées pour supporter les descriptions des pires sévices qu’un être humains puisse faire subir à un autre être humain. La torture ce révèle encore plus abjecte quand on comprend dans quelles conditions elle s’exerce, dictée par des internautes à travers le Dark Web pour une mise à mort en direct. Il faudra à la police au moins le talent de hacker de Quentin Falconnier pour espérer remonter la piste des cybercriminels.
    Estel Rochand ex-flic, championne de boxe ne se remet pas de la bavure qui lui a couté sa carrière et voit sa vie détruite alors qu’elle-même devient de plus en plus borderline. Un scénario efficace qui se déroule au fur et à mesure des découvertes de Falconnier. Des alternances de chapitres entre la vie d’Estel qui reste un personnage mystérieux pour qui j’ai eu du mal à ressentir de l’empathie, il faut dire qu’elle exsude la violence par tous les pores de sa peau.
    Une enquête centrée sur les techniques informatiques et l’anonymat qu’elles entraînent. Une écriture percutante où chaque mot est à sa place et enfin une intrigue travaillée au cordeau pour notre plus grand plaisir. J’ai suivi la piste avec un effroi mêlé de curiosité malsaine pour savoir jusqu’où l’auteur voulait nous emmener. Je n’ai pas vu passer le temps et j’ai même savouré le clin d’œil de l’auteur alors qu’un de ses personnages est un écrivain sans grand talent mais dont le succès féminin ne se dément pas, que doit-on comprendre ?
    Un final éprouvant où chaque minute compte, tension, adrénaline de quoi faire monter la pression d’un cran. Bonne lecture.
    http://latelierdelitote.canalblog.com/archives/2021/10/07/39151476.html

  • Emysbook 5 octobre 2021
    La Saignée - Cédric Sire

    S’il y a bien un livre que je devais absolument lire c’est celui-ci. Un récit à la fois intense et marquant. Brûlant d’actualité et d’humains dangereux.

    Parce que c’est la tout le style de l’auteur, nous faire monter crescendo dans la dérive humaine, dans les bas-fonds du dark net, là où se déroule les pires choses. C’est bien connu et pourtant Cédric Sire arrive à apporter quelque chose de nouveau : sa touche personnelle.

    On finit par détester tout et tous le monde, chaque personnage et encore plus laid que le précédent. Et pourtant il y en a un qui ressort de ce lot, qui parmi toutes ces personnes nous permet de croire en quelque chose de bon.

    Parce que, qu’on se le dise, ce roman il est complètement addictif 😱 ne pensez pas vous ennuyer à ses côtés !!
    J’ai tellement accroché avec cette histoire brutale et qui monte dans l’horreur petit à petit sans nous laisser une seconde de répit !

    L’auteur est tellement doué pour nous retourner le cerveau qu’on fini par être manipulé, on est là, on attends la sentence et j’ai adoré ça, j’ai adoré me faire balader comme une marionnette.

  • kris_k 1er octobre 2021
    La Saignée - Cédric Sire

    La saignée, est un livre pour publique averti, d’une part on va suivre Estelle Ronchand, ancienne boxeuse, qui après une bavure policière finira par être écarté de ce milieu et se reconvertira en garde du corps pour un patron qu’on peut qualifier de pourriture. Puis on a Quentin Falconnier, qui lui est enquêteur dans le domaine de la cybercriminalité et en connait un rayon sur tout ce que cache en informatique et ces dérives. Il finira par tomber sur une vidéo qui fait froid ans le dos, une mise à mort en direct appelé La Saignée.

    Je connaissais l’auteur de nom et d’avoir vu de nombreux post défiler sur les réseaux sociaux. Je n’avais pas encore eu l’occasion de lire un de ces livres, avec La saignée c’est chose faite et je regrette juste de ne pas avoir eu l’occasion de le lire plus tôt, pas grave je me rattraperai plus tard.
    Dès les premières pages j’ai très vite su que j’allais beaucoup aimer ce livre, et effectivement c’est même un coup de cœur tellement je l’ai trouvé bon. Depuis le début Cédric Sire nous manipule avec agilité, on va sans cesse se demander ce qu’il en est vraiment, l’auteur joue avec son lecteur et je dois dire qu’on adore ça !

    Estelle est un personnage que j’ai beaucoup aimé, son côté brut qui ne craint pas de cogner, eh bien ça change un peu des hommes pleins de testostérones qui s’y croient, ici c’est une femme qui cogne fort et qui est plutôt doué, bref j’adore !

    Enfin voilà vous aurez bien compris, ce livre, je l’ai adoré dès les premières pages et ce jusqu’à la dernière et dommage qu’il y ait une fin !
    Mon premier Cédric Sire mais certainement pas mon dernier ! Pour les fans du genre qui n’ont pas peur d’un peu de violence et de sang, FONCEZ c’est du lourd !!!

    Je remercie #netgalleyfrance ainsi que les #editionsfayard #laSaignee.

  • Aude Lagandré 29 septembre 2021
    La Saignée - Cédric Sire

    Une red room dans les profondeurs du dark web. Cette pièce peinte en rouge « accueille » en son sein une victime qui subira toute forme de tortures. Six participants, « six voyageurs des zones les plus sulfureuses du Web profond. Bien à l’abri chez eux, tout-puissants derrière leur anonymat. Leurs doigts humides sur leurs claviers. Leurs fantasmes en ébullition.” Le Grand Saigneur a le pouvoir de mort, Le Saigneur participe activement, et 4 voyeurs peuvent faire infliger des supplices ne provoquant pas la mort. Une jolie brochette de cinglés dont tous les desiderata sont exécutés par un bourreau, silencieux, discipliné, obéissant et impassible. « La saignée, la seule véritable pièce rouge pour connaisseurs avertis. Prenez part à cette expérience qui ne se présente qu’une fois dans une vie. »

    Dans un même temps, rencontre avec Estel Rochand. Ancienne flic, virée pour cause de bavure policière, Estel s’est reconvertie dans le métier de garde du corps. Affûtée, ex-championne de boxe qui n’a pas froid aux yeux, elle travaille pour une saleté de la pire espèce Clément Droux, une ordure qui trempe dans une palanquée de sphères illicites.

    D’entrée de jeu, ce qui est assez frappant et plutôt inhabituel, c’est que j’ai rapidement pris en grippe la plupart des personnages (pour des raisons diverses, certes), mais l’auteur prend un malin plaisir à mettre assez rapidement l’accent sur des côtés de leur personnalités assez détestables. Il n’y en a pas un pour racheter l’autre. Quentin Falconnier, flic, chasseur des « loups vicieux » qui naviguent à couvert sur le dark web, que le lecteur rencontre un peu plus tard dans le récit n’échappe pas à cette règle. Malgré de bonnes intentions, débusquer ceux qui organisent La Saignée, quelque chose m’a profondément dérangé chez lui sans que je puisse réellement mettre le doigt dessus. Difficile également de comprendre les actions et les réactions de Estel Rochand qui a l’air de s’enfoncer dans une spirale infernale dont le lecteur ne comprend pas les tenants et les aboutissants. Elle est entourée d’une aura mystérieuse où les coups font loi, tiraillée psychologiquement par des choses que l’auteur tait (volontairement) et qui provoquent des pertes de conscience de plus en plus fréquentes, des souvenirs absents de sa mémoire. Cédric Sire rassemble en 560 pages toute la lie de l’humanité, personnages inhumains, cruels, sadiques et barbares qui n’ont de cesse que de réduire les plus faibles au rang de chair à consommer, misogynes, obsédés par le sexe et la violence. Rassurez-vous, l’écrivain parvient à faire naître une réelle empathie pour certains de ses protagonistes dont la chair et l’âme à vif gagneront peu à peu vos faveurs, en révélant, pas doses homéopathiques, leurs secrets les mieux enterrés pour vous permettre de mieux les déchiffrer.

    Et pourtant… Si l’on peut se demander ce qui se passe dans la tête d’un écrivain de thrillers pour imaginer de telles monstruosités, on peut également se demander ce qui se passe dans la tête d’un lecteur pour lire de telles abominations. Cédric Sire a un véritable univers qui lui est très personnel, une écriture incisive, parfois vitriolique, aussi tranchante qu’un Haiku Itamae. L’atmosphère sombre qu’il crée dans tous ses romans embarque le lecteur dans un autre espace temps, plus sombre, plus rouge aussi. C’est d’autant plus vrai ici, quand les portes du dark web s’ouvrent lentement pour laisser entrevoir le pire, engendré par notre société hyper connectée. Nous entrons dans un monde de voyeurisme où cachés derrière leurs écrans, des individus peu recommandables cherchent des sensations fortes, bien sûr illégales. Mais nous, lecteurs, nous sommes placés exactement dans la même position de voyeurs en quête de sensations…

    Cédric Sire maîtrise tous les codes du thriller. « La saignée » est un page turner où les choses vont vite et où la psychologie des personnages est distillée avec grand soin : leurs secrets sont bien gardés. Le lecteur se pose mille questions et tourne les pages pour en connaître les réponses. Il est ferré. Il ne sera libéré qu’à la fin du roman où les masques tombent. Là aussi, les protagonistes qui avaient finalement gagné vos faveurs se révèlent enfin, et ne sont pas forcément ceux sur lesquels vous aviez misés. J’ai beaucoup aimé ce compte à rebours permanent qui apporte du rythme, véritable pulsation cardiaque du récit, agrémenté par de franches scènes de combat, très visuelles, décrites avec suffisamment de force pour qu’elles se déroulent littéralement sous vos yeux. Enfin, l’auteur vous envoie sur de fausses pistes que vous n’avez pas anticipées, des retournements de situation propres à ce genre littéraire. Les flashbacks qu’il utilise à dessein pour aider son lecteur à comprendre le personnage d’Estel sont à propos : nébuleux au début, ils deviennent de plus en plus intelligibles pour permettre d’appréhender sa personnalité et de comprendre comment elle en est arrivée là dans sa vie. Estel pour qui « La société est un dépotoir où tout le monde ne cherche qu’à vous baiser, à vous humilier, ou, au mieux, à se servir de vous. » est dans une spirale de destruction sans que l’on sache vraiment pourquoi. « La seule personne que vous aimez faire souffrir, c’est vous, insista la psy. C’est à vous que vous infligez une punition permanente. »

    Si le roman étrille les hommes (ils sont tous de gros pervers sadiques sans aucune morale), il est plus pusillanime avec le sexe féminin. Dans chaque tête de chapitre, vous trouverez le mot femme : la femme en feu, la femme en cendres, les femmes qui passent, la femme sur la photo, les femmes du passé et du présent, la femme dans la pièce, la femme à rebours, la femme enragée. Mais, ne vous y fiez pas trop, car là encore, les cartes sont brouillées. L’intrigue ne se base pas sur une affaire de sexe, mais sur les relations que chacun entretient avec le sexe opposé, qui parfois déteint sur la personnalité ou provoque le rejet. Je regrette de ne pas pouvoir vous parler d’un personnage bien spécifique parce qu’il n’est pas mentionné dans la 4e de couverture. En l’introduisant de cette manière dans l’histoire, Cédric Sire apporte à son récit une dimension supplémentaire que j’ai trouvée passionnante.

    En résumé, « La saignée » n’est pas un thriller pour les fillettes. Le dark web ne regorge pas d’enfants de chœur. Certaines scènes sont trash, ultra-violentes parce que parfaitement décrites. Amateurs de sensations fortes, vous allez être servis, ce roman risque fort de hanter quelques-unes de vos nuits. « Est-ce que tu aimes ? »

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.