Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Vindicta - Cédric Sire

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

11 #AvisPolar
3 enquêteurs
l'ont vu/lu
4 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

" On entre, on prend le fric, on ressort. Personne ne sera blessé. "

Leur plan semblait sans risque. Le bijoutier ne porterait pas plainte pour ce braquage car son argent est d’origine illégale. Damien, Élie, Audrey et Driss s’imaginaient avoir trouvé la réponse miracle à tous leurs problèmes. Mais maintenant, l’irréparable est commis et un monstre vengeur est lâché à leurs trousses.

UN FLIC EN CHUTE LIBRE

Fraîchement muté dans un groupe de surveillance, Olivier est loin d’imaginer que la planque qu’on lui a assignée fera de lui le témoin clé d’un cyclone meurtrier, dans le sillage d’un tueur glacial et méthodique que rien ne semble pouvoir arrêter. Des déserts du Moyen-Orient aux villes sombres et silencieuses du territoire français, quand la vindicte est en marche, plus rien ne peut vous sauver.

UNE TRAQUE HALETANTE SECOUÉE DE FAUSSES PISTES

Pur instrument de torture et de mort, il n’a pas de nom, pas de visage, l’habitude de tuer et un cimetière de cadavres derrière lui. Mais dans cette affaire, pas de contrat. Cette fois-ci
pour lui : c’est personnel.
Dans ce thriller crépusculaire, Cédric Sire joue comme jamais avec les nerfs du lecteur jusqu’à l’effroyable twist final et confirme son entrée tonitruante parmi les maîtres absolus du thriller français.

Vos #AvisPolar

  • calyenol 20 mai 2019
    Vindicta - Cédric Sire

    " Je ne suis plus rien désormais.Un mauvais souvenir qui peine à s’effacer.Une ombre que personne ne souhaite remarquer..."

    J’ai lu VINDICTA,à mon tour de vous donner mon ressenti.

    Quand quatre jeunes décident de faire le coup de leur vie et que rien ne se passe comme prévu...
    Quand un flic voit mais ne peut empêcher ce qu’il va se passer et se retrouver au coeur d’un cyclone meurtrier...
    Quand le spectre,tueur sans nom,sans visage,pur instrument de torture et de mort nous entraîne dans sa folie sanguinaire...

    VINDICTA où quand un livre devient un coup de coeur.

    "Après les cris et après la mort,il n’y aura jamais que le vide et les pleurs de ceux qui restent."

    D’habitude j’attends la sortie poche et là je n’ai pas pu...et j’ai bien fait.
    Sire Cédric,maintenant Cédric Sire,est un de ces auteurs qui ne me déçoivent jamais.
    Pas de fantastique ici,mais un moment de lecture orgasmique avec ce thriller...car oui j’ai pris mon pied tellement ce livre est dingue.
    Des chapitres courts qui se dévorent les uns après les autres,des temps morts inexistants,de l’angoisse,du stress au point d’être oppressée,du peps,des instants maux de ventre à certains passages limite nauséeuse,des émotions bien là pendant toute ma lecture.
    J’aime,j’adore quand un auteur me fait ressentir tout ça.
    Une plume toujours au top pour un Cédric Sire qui entre en Sire dans le clan des grands du thriller.
    Une histoire qui captive,qui happe et qui nous donne un final de fou.
    Dois-je vous en dire plus ?!
    Pétard,j’ai plus qu’adoré !

  • Ophé Lit 20 mai 2019
    Vindicta - Cédric Sire

    Tout ce que je veux – la vengeance

    Tout ce dont j’ai besoin – la vengeance

    Pardonner est divin

    Mais la vengeance m’appartient
    Alice Cooper, Vengeance is mine

    Chronique d’une vengeance

    Un notable assassiné, un braquage qui tourne mal, un flic border-line, une traque… Une quête et une soif de vengeance qui prendront fin quand ils auront tous payé…

    Pour commencer, je ne vais pas vous refaire l’historique du changement de pseudo de Cédric ni vous dire que ce roman marque ce tournant. Il me semble que vous l’avez déjà beaucoup lu. En outre je compte bien éviter les redites. Cette chronique ne sera pas dithyrambique et je ne vais pas vous dire que ce roman est « le » thriller à ne pas manquer parce que je suis plus mitigée que la plupart de mes amis blogueurs. Maintenant que vous êtes avertis, entrons dans le vif du sujet.

    À l’origine le terme latin vindicta désignait la baguette avec laquelle on touchait un esclave que l’on souhaitait affranchir. Avec le temps, le sens du mot a évolué. De désignation, vindicta est devenu un terme de revendication pour prendre enfin les sens qu’on lui connait aujourd’hui : punition et vengeance. Je ne vous surprend donc pas en vous disant que ces deux notions sont au cœur de ce thriller.

    Une vie a été volée, il faut que justice soit faite et que les coupables soient punis. Vengeance/punition. Si ces thèmes ont déjà largement été développés dans la littérature, Cédric fait le pari de les reprendre à son compte et c’est plutôt malin. Les intrigues qui se basent sur des histoires de vengeance sont souvent génératrices d’émotions fortes. L’humain, en général, ne supporte pas l’injustice, et encore moins quand la victime est un enfant. Nous avons ce besoin de savoir que les coupables d’actes, à nos yeux répréhensibles, paieront leurs méfaits. Se pose ensuite la question de l’éthique. Loi du talion ou justice des hommes ? Les deux sans doute, l’une sauvage et sans limite, la seconde mesurée et régie par des règles. Un thème qui garantissait , si ce n’était une adhésion, en tous cas un fort intérêt chez le lecteur.

    Vindicta est construit sous forme de roman choral sans l’être complétement. Il y a un point de vue différent à chaque chapitre sans pour autant que ce soit un des personnage qui en soit le narrateur. Manière habile de ne pas perdre le lecteur dans la galerie des nombreux protagonistes de cette intrigue.

    D’ailleurs, les personnages principaux sont particulièrement bien construits sur l’aspect psychologique. Ils sont vecteurs de multiples émotions (colère, empathie…) et forment l’ossature d’une intrigue dont l’affect et les relations humaines sont les piliers.

    Sur la forme toujours, le récit est au présent mais avec des retours réguliers dans le passé. Il mêle différentes histoires et tisse, telle une araignée, une toile d’éléments complexes qui finissent par se rejoindre. Voilà le lecteur piégé, telle une mouche, au cœur de la toile de Cédric. Si pour beaucoup , le procédé a fonctionné et que de nombreux lecteurs ont effectivement été complètement transportés par ce roman, ce n’est pas mon cas.

    Je ne peux pas dire que je n’ai pas aimé Vindicta, ce serait vous mentir. Mais sur le fond, plusieurs éléments sont venus déranger ma lecture.

    Dès le départ, un couac. Les rapports entre services de police, tels qu’ils sont décrits, ne sont pas crédibles. Alors certes, l’imaginaire n’est pas le réel, beaucoup d’auteurs prennent des libertés avec le fonctionnement des services de police ou de gendarmerie. Quand il s’agit d’éléments annexes d’une intrigue, ça ne me dérange pas trop. Mais ici, une grande partie de l’histoire repose sur ce point ce qui a forcément influencé la suite de ma lecture.

    Autre bémol pour ma part, les scènes de violences. Je ne suis pas une lectrice sensible, la brutalité et le sang ne me dérangent nullement quand ils servent à l’intrigue , mais ici, par moment , j’ai eu le sentiment inverse : que l’intrigue et notre vengeur servaient de justification à ces descriptions détaillées. Ayant lu Cédric dans ses œuvres précédentes, je sais qu’il n’est pas dans son habitude de nous servir tripes et boyaux sans raison. Est-ce ma perception initiale du roman qui a engendré ce blocage ? Sûrement.

    C’est à un peu plus de cent pages de la fin que ma lecture a basculé dans le positif. Un twist inattendu et placé intelligemment. Un petit coup de fouet qui a provoqué l’addiction tant décrite chez d’autres blogueurs. Une montée d’adrénaline, un regain d’intérêt qui ne m’a pas quitté jusqu’à la dernière ligne.

    Si je n’ai pas été totalement convaincue, il n’en demeure pas moins que je suis admirative du travail de construction du roman dans la forme, mais aussi sur le fond quant à la « mâche » que Cédric a su donner à ses personnages.

    Vindicta est un thriller musclé qui saura ravir les amateurs du genre, toutefois, ayez le cœur bien accroché et n’oubliez pas qu’il s’agit d’une fiction…

  • lecturesdudimanche 22 mai 2019
    Vindicta - Cédric Sire

    La conversion de Sire Cédric en Cédric Sire ne me semblait pas indispensable. Mais j’en ai fort bien compris les raisons, comme l’auteur les a expliquées lors d’une interview au Hellfest. Mais, en bonne révolutionnaire métalleuse extrémiste que je suis, je m’agace fatalement des raccourcis simplistes qui peuvent être malheureusement fait et, entre son look gothique et son pseudo qui ne l’était pas moins, j’admets (même si je m’en offusque !) que trop souvent, Sire Cédric était pris pour un auteur écrivant (je le cite) « des histoires de vampires pour les adolescents » ! J’espère que c’est bien clair maintenant pour le commun des mortels qu’en plus d’avoir des goûts musicaux irréprochables, Sire-Cédric-Sire est un auteur divin ! (Vous la sentez venir, là, la chronique tooootalement impartiale ????)

    J’ai lu de Vindicta qu’il était l’aboutissement de l’ancrage de l’auteur dans le réel. Et c’est vrai ! Exit le fantastique (c’était déjà le cas avec Du Feu de l’Enfer) mais pas la puissance de l’écriture ! Sans artifices, voilà le lecteur propulsé dans l’horreur de ce que la société peut fabriquer de pire…

    Lorsque quatre jeunes gens préparent un braquage garanti sans bavures, c’est naïvement qu’ils pensent que rien ne peut mal tourner pour eux, sachant qu’ils braquent un bijoutier loin d’être honnête qui ne pourra pas courir se plaindre aux flics. Oui mais voilà, tout le monde sait que l’homme prévoit, Dieu rit… Et pour le coup, il n’a pas manqué d’humour et lorsque le braquage tourne mal, les jeunes gens se retrouvent avec un tueur à gage sanguinaire et totalement incontrôlable à leurs trousses. Cerise sur le gâteau, le tueur agit hors contrat, laissant libre cours à ses plus bestiales addictions. Parce que cette fois, c’est personnel… Vengeance is mine, comme le chante Alice Cooper, que l’auteur a cité en première page… Et à l’instar du riff tranchant et survitaminé de Slash, l’action ne connaît aucun temps mort. Le lecteur est accroché à ses pages comme un naufragé à sa bouée, espérant que le seul flic doué d’un peu de jugeote que l’on rencontre dans le récit continue à œuvrer en dehors des clous pour stopper l’engrenage.

    C’est une histoire de vengeance, certes, mais pas que… La notion de victime est revisitée par un auteur qui nous défie de juger, et le lecteur est bien obligé de s’asseoir sur ses certitudes !

    Et pour couronner le tout, je me suis bien fait avoir sur l’identité de l’âme vengeresse. Pour le coup, je n’ai rien vu venir ! Et j’adore ça !

    Sire Cédric était vraiment très bon, Cédric Sire est encore meilleur…

  • Le Monde de Marie 27 mai 2019
    Vindicta - Cédric Sire

    Mon dieu ce livre... un coup de coeur... un thriller magistral qui vous emporte, vous captive, vous fascine et ne vous lâche pas avant d’en avoir tourné la dernière page.

    Une plume que j’affectionne toujours autant. Des chapitres courts qui donnent du rythme, une cadence qui n’aura de cesse de s’accentuer au fil des pages. On ne voit pas le temps passer tant l’histoire est addictive avec des personnages qui ont été travaillés en profondeur.

    Une lecture qui vous captivera, qui vous touchera et vous fera peut-être même monter les larmes aux yeux. Mais aussi, elle sera vous choquer sur certains de ses passages les plus atroces. L’auteur n’y est, une nouvelle fois, pas allé de main morte dans ses scènes les plus sanglantes.

    L’intrigue est parfaitement maîtrisée, les rebondissements sont nombreux avec surtout un twist magistral qui nous laisse sans voix. Lorsqu’on découvre son synopsis il est impossible d’imaginer jusqu’où l’auteur va aller, à quel point son scénario est redoutable.

    Un gros coup de coeur.

  • Root 30 mai 2019
    Vindicta - Cédric Sire

    Ç’aurait dû être un braquage classique. Presque un larcin.

    Malgré leur manque d’expérience en la matière, Damien, Audrey, Élie et Driss pensaient leur plan rôdé. Des armes pour se donner de l’aplomb, mais sans doute pas le besoin de s’en servir : le bijoutier trempait dans des combines dont il ne voudrait pas s’expliquer à la police, il coopérerait. Mais rien ne s’est déroulé comme prévu. Le butin est loin de ce à quoi ils s’attendaient, et l’opération vire au carnage.

    Témoins de la scène, le brigadier-chef Fleurot et son collègue Olivier Salva, en planque à quelques mètres de la boutique. Si le premier est un ripou fini, Salva, lui, ne peut se résoudre à laisser faire, en dépit des menaces de ses supérieurs : il doit révéler sa présence sur les lieux et aider à traquer les braqueurs. Que préfère-t-il cramer, sa carrière ou sa conscience ? Il ignore alors qu’il vient de mettre les pieds dans la pire affaire de sa vie… Car l’invité-surprise de cette affaire, connu sur le dark web comme une légende urbaine, ne reculera devant rien pour mener à bien sa mission. Le combat qui s’annonce fera des dégâts. Beaucoup de dégâts…

    Pow ! Quelle claque ! Ce bouquin m’a bouffé plusieurs nuits, et bien esquinté les nerfs ! Résumé mystérieux, nouvelle maison d’édition, un tournant dans la carrière de l’auteur, qui signe désormais de son véritable nom… Tout était réuni pour me faire passer un bon moment, mais là ! Mais là !! Ce n’est plus simplement du « bon moment », on s’en souvient pendant des années ! Dès les premiers mots, on plonge dans l’histoire tête baissée. On oscille, on vacille d’un personnage à l’autre, de l’innocence galvaudée par la vie au Mal à l’état pur. Cédric Sire sait précisément où venir vous chercher pour faire appel à vos émotions, et vous faire ressentir le chaos qui se joue en chaque acteur de cette histoire. Vous connaissez ce moment où votre petit ange et votre petit diable vous tapotent les épaules ? La morale, l’instinct… au quel répondrez-vous ?

    Dans ce savoureux cocktail thriller-polar, il n’y a jamais un mot de trop, aucune description qui lasse. Chaque élément est soigneusement choisi pour servir l’ambiance, macabre, étouffante, et ajouter au charisme et à l’humanité des personnages – l’enclave Salva en tête. Ce bouquin m’a bluffée jusqu’à la fin, je l’ai terminé heureuse d’avoir été ainsi bernée, et plus qu’impatiente de retrouver Cédric Sire. Noir, violent, réaliste, j’ai adoré Vindicta, qui restera pour moi l’un des romans choc de cette année 2019, c’est certain.

  • meslivresetmoi33 6 juin 2019
    Vindicta - Cédric Sire

    Et c’est un énorme coup de ❤. Dès les premières pages je me suis demandée pourquoi je n’avais pas encore lu Cedric Sire tant j’ai adoré le style !
    C’est un livre époustouflant comme on en lit rarement. Une histoire de vengeance, l’histoire d’un braquage qui tourne mal et qui va faire de la vie de ces 4 jeunes un enfer...
    Un tueur surentraîné qui ne laisse aucune trace, aucun indice, tel un fantôme...

    C’est violent, c’est parfois dur à lire mais que c’est bon !!! L’intrigue est complexe mais menée d’une main de maître !!Je l’ai dégusté, ne voulant pas le finir trop vite et redoutant la fin...
    Je ne peux que vous le conseiller !!

  • ju_se_livre 11 juin 2019
    Vindicta - Cédric Sire

    Il y a certains livres quand je lis les premières pages je sais d’entrée de jeu que ça va me plaire. Vindicta en fait assurément partie.
    💀
    577 pages de pur bonheur. Ça c’est du thriller ! Cédric Sire nous a concocté une histoire aux petits oignons. Complètement captivante du début à la fin.
    💀
    J’ai commencé ma lecture sans avoir lu la quatrième de couverture et ayant réussie difficilement à passer entre les avis. Je voulais lire ce livre sans a priori. Et je pense que ma lecture en a été d’autant meilleur.
    💀
    Vindicta c’est un thriller qui va à 100 à l’heure. Ce sont 3 histoires qui s’entrecoupent habilement. Ce sont des personnages qui ont morflé, charismatiques, bien construits, addictifs. Surtout un ! Mon dieu que j’ai aimé particulièrement les chapitres le concernant.
    💀
    La plume de Cédric Sire est juste, incisive, parfaite. Je me suis delectée de son écriture à chaque page. Et je me suis faite bernée comme une bleue lors de la révélation finale.
    💀
    Les éditions Métropolis commencent fort avec cette première parution !

  • Pickbooks 13 juin 2019
    Vindicta - Cédric Sire

    Mon avis : Il y a des avis qu’on met des semaines à rédiger tant ils sont difficiles à mettre en mots. Et bizarrement chez moi ce ne sont pas les avis négatifs que j’ai du mal à rédiger mais ceux dont j’ai adoré les livres. J’ai l’impression de ne jamais parvenir à exprimer à quel point je les ai aimé, que ce ne sera jamais assez élogieux.. C’est pour cette raison que je rédige cette chronique plus d’un mois après avoir terminé le dernier roman de Cédric Sire. C’est vous dire si je l’ai aimé !! Parce oui, ce roman est un coup de poing, un coup de poignard dans ton cœur de lecteur. Il est percutant, intelligent, d’une précision chirurgicale dans le développement de l’intrigue et des personnages, délicieusement sombre et torturé, magistral dans son dénouement. Le rythme est intense, on ne nous laisse aucun répit, c’est nerveux, on ne le lit pas, on le dévore ! J’ai tout dit et rien à la fois mais je ne veux vous gâcher aucun élément de l’histoire… tout ce que je peux vous dire de plus c’est de foncer sans hésiter !

  • angelita 15 juin 2019
    Vindicta - Cédric Sire

    Résumé Vindicta de Cédric Sire
    Quatre jeunes gens, dont Audrey et Damien se préparent à changer de vie. Ils pensent avoir toutes les cartes en main. Damien ne force pas Audrey mais elle aime le garçon et ils feront tout ensemble.

    Valentine interroge, encore et toujours, sa mère sur son père. Mais la jeune femme est inflexible. Elle ne dit rien car elle avoue avoir énormément à cacher. Valentine doit être gardée par une jeune fille mais, pour une fois, elle ne veut pas y aller. Pourtant, elle partira.

    Avis Vindicta de Cédric Sire
    Un changement de pseudo ou plutôt un premier pseudo inversé. Fini Sire Cédric, place à Cédric Sire. Je n’avais pas fait attention, c’est ma fille qui s’en est aperçue. Comme quoi, je ne fais pas souvent attention. Mais en lisant la dernière page, j’ai eu mon explication. Qu’est-ce que cela change ? Pas grand chose. Sauf que Cédric Sire devient de plus en plus un des maîtres du thriller français. Ce roman est hautement addictif. Personnellement, je n’ai rien vu venir quant à l’identité de ce tueur qui se venge de la mort de cette petite fille, Valentine, qui assassine, avec des sévices incroyables, tous ceux qui sont en responsables. Des surprises à pratiquement chaque page, sur des chapitres très courts.

    Une planque pour tenter d’avoir des informations quant à un avocat véreux, mais on doit juste prendre des photos et ne pas sortir du véhicule. Quatre jeunes qui se préparent pour tenter le coup du siècle pour eux. Mais voilà, tout ne se passe pas comme prévu. Le bijoutier agressé et même blessé, tire des coups de feu contre le conducteur des véhicules des jeunes gens. C’est donc la jeune fille qui prend le volant et pour échapper à la police, doit monter sur un trottoir à toute allure. L’accident survient. Une petite fille est fauchée. Salva, qui voit le drame se dérouler sous ses yeux, ne peut pas se résoudre à ne rien faire. Il se rend au chevet de la petite fille jusqu’à l’arrivée des secours. Et là, tout s’enchaine.

    La souffrance, autant physique que psychologique, émaille ce roman et pour de nombreux personnages et il faut avoir le coeur bien accroché à certains moments, surtout pour ceux qui n’aiment pas le gore en matière d’assassinats. Le personnage de Marie qui, on le sait très vite, a de nombreuses choses à cacher. Mais lesquelles ? Je ne m’attendais pas à ce que va nous révéler Cédric Sire. Audrey a fui un père alcoolique et qui lui a infligé des sévices sexuels. Elle pense avoir trouvé l’amour avec Damien mais les conséquences de leur acte vont changer, au plus profond, cette jeune fille. Elle va culpabiliser. Elle veut prendre ses responsabilités face à de drame car elle en a trop sur la conscience. On pense de suite au suicide. On sent qu’elle n’a pas fini de subir ses actes, surtout que pour tenter de survivre, elle va devoir révéler une facette encore plus sombre. Salva peut comprendre sa mise au placard puisqu’il n’a pas été franc dans son métier de policier. Mais il ne comprend pas qu’on puisse cacher des indices aux autres forces de police pour tenter de gagner de la reconnaissance. Alors, oui, il se drogue. Alors, oui, il va faire cavalier seul, il va encore une fois mentir et ce plusieurs fois car il veut que les coupables soient arrêtés ou sauvés. Cédric Sire va en faire un sacré héros, tout de même.

    En ce moment, je lis des romans qui ont des références à ce que j’ai pu lire ou voir auparavant. C’est le cas de Slender Man pour évoquer ce tueur de l’ombre, qui se venge. Slender Man est à l’origine de la tentative de meurtre d’une jeune écolière par deux de ses camarades. Cette affaire a fait grand bruit aux Etats-Unis, il y a quelques années. Je ne sais pas si cette référence à Henri Loevenbruck et J’irai tuer pour vous va plaire à Cédric Sire. Mais cette faction de l’armée, imaginée par l’auteur, qui va aller tuer dans des pays en guerre, sans que le gouvernement français ne soit au courant, m’a fait penser au roman, plutôt biographie romancée, de Loevenbruck. Mais cela s’arrête là. Un homme, un officier gradé est à l’origine de cette faction. Il les a formés, a révélé le plus sombre d’eux, sans toutefois les accompagner réellement dans leurs actes répréhensibles, qui ont viré au carnage. Ils étaient seuls mêmes s’ils ont tenté de se serrer les coudes.

    Les grands chapitres de ce roman sont, eux aussi, toute une histoire et sont un avant-goût de ce qui va se passer : Passage(s) à l’acte, Irréversible, Un par un, Précipice, Des noeuds de vipères, Crépuscule, Châtiments, Face à face. Quant aux autres chapitres, ils sont courts, ils démontrent l’urgence, les révélations. Le rythme est haletant. Les mots sont durs, bruts, abrupts. Cédric Sire joue avec les mots car ils ont une réelle signification au fil des pages. Ce que l’on croit, au fil de la lecture, sera contrebalancé par les dernières pages qui vont tout révéler.

    Même si je donne la note maximale à ce livre, je tiens à mettre un petit bémol quant aux quelques fautes, peu nombreuses toutefois, qui n’ont pas été corrigées après les nombreuses relectures et avant l’impression.

    Par contre, un grand merci pour la dédicace de Cédric Sire, suite à mon achat, en ligne, à la librairie de Toulouse.

  • aurore 19 juin 2019
    Vindicta - Cédric Sire

    Bonjour à tous et à toutes,

    Aujourd’hui je vais vous parler du dernier roman de Cédric Sire, sorti le 21 mars dernier intitulé Vindicta.

    4 jeunes, habitant une cité sensible de Toulouse décident de braquer une bijouterie afin de pouvoir s’offrir une nouvelle vie.
    Le plan était simple, tout devait se passer calmement.
    Malheureusement pour eux, rien ne va se dérouler comme prévu et il vont devenir la cible d’un monstre sans visage ni nom.
    Leur rêve d’une vie meilleure ne restera que cela : un rêve...ou plutôt un cauchemar.

    Parallèlement à ce braquage, nous découvrons Olivier Salva, un policier pas vraiment apprécié qui vient d’être muté dans un service de surveillance dans lequel il s’ennuie.
    Témoin du braquage, il ne se doute pas que ce jour va changer sa vie et le propulser en enfer...

    Vindicta est le premier des romans de Cédric Sire paru aux éditions Metropolis, label spécialisé dans les romans noirs, thrillers et polars.

    J’ai pris mon temps pour cette lecture je n’avais pas envie que cela s’arrête !!L’histoire est haletante avec un rythme très soutenu.
    Les chapitres sont courts et les rebondissements nombreux.
    Enfin j’ai beaucoup aimé le personnage de Salva, flic tourmenté mais qui reste fidèle à ses convictions et suit son instinct.
    Adeptes de polars et de sang, car il en coule beaucoup, je vous conseille vivement ce roman, vous n’en sortirez pas indemne...

    Résumé :

    « On entre, on prend le fric, on ressort. Personne ne sera blessé. »

    Leur plan semblait sans risque. Le bijoutier ne porterait pas plainte pour ce braquage car son argent est d’origine illégale.
    Damien, Élie, Audrey et Driss s’imaginaient avoir trouvé la réponse miracle à tous leurs problèmes. Mais maintenant, l’irréparable est commis et un monstre vengeur est lâché à leurs trousses.

    UN FLIC EN CHUTE LIBRE Fraîchement muté dans un groupe de surveillance, Olivier est loin d’imaginer que la planque qu’on lui a assignée fera de lui le témoin clé d’un cyclone meurtrier, dans le sillage d’un tueur glacial et méthodique que rien ne semble pouvoir arrêter.

    Des déserts du Moyen-Orient aux villes sombres et silencieuses du territoire français, quand la vindicte est en marche, plus rien ne peut vous sauver.
    UNE TRAQUE HALETANTE SECOUÉE DE FAUSSES PISTES
    Pur instrument de torture et de mort, il n’a pas de nom, pas de visage, l’habitude de tuer et un cimetière de cadavres derrière lui. Mais dans cette affaire, pas de contrat.
    Cette fois-ci pour lui : c’est personnel.

    Dans ce thriller crépusculaire, Cédric Sire joue comme jamais avec les nerfs du lecteur jusqu’à l’effroyable twist final et confirme son entrée tonitruante parmi les maîtres absolus du thriller français.

  • Mouchemike 21 juin 2019
    Vindicta - Cédric Sire

    Mon premier Sire Cedric et certainement pas mon dernier vu l’écriture et vu l’addictivité.
    Alors l’auteur nous emmène tout droit dans un Toulouse, ville magnifique qui cache son lot de délinquance, qui va vite devenir le centre d’une histoire sordide à souhait. Où le mot Mutilation va prendre tout son sens. Autant vous dire que si vous avez le cœur fragile, vous risquez d’y laisser votre repas.

    Tout commence lors d’un simple braquage commis par Damien et ces ami(e)s qui va tourner au cauchemar. Un accident lors de leur fuite va laisser une mère en deuil. Un policier sur place au moment des faits va vouloir malgré les réticences de sa hiérarchie trouver un moyen rapide d’arrêter les coupables. Une affaire dans laquelle Salva, ce policier usé par la vie et fleurtant souvent avec les limites (les dépassants même par moment) va tomber sous le charme de la mère isolée.

    Tout aurait pu se résoudre simplement si seulement un tueur professionnel ne c’était pas mêlé de cette affaire pour venger la mort de cet enfant. Un livre sous Adrénaline tout au long des pages, un thriller écrit magnifiquement bien. On sent que l’auteur est un grand maitre dans l’art d’écrire.

    J’aurai juste une petit bémol pour ma part, déjà j’ai vite compris qui était le tueur (mais bon j’ai un esprit qui cherche toujours les choses les plus compliquées dans les livres et les séries) et j’aurai aimé une fin plus violente avec Happy End moins happy end quoi. (bon j’en vois déjà certains me dire que je suis complètement psychopathe) . Je vous conseil vraiment cette lecture si vous aimez les thrillers.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.