Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Les polars à ne pas manquer en septembre 2021 ! (grand format)

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

1 #AvisPolar
0 enquêteur
l'a vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

Après un été tranquille à rattraper le temps (et les romans) perdu(s), le mois de septembre s’avère de haute volée pour les parutions de polars en grand format. Et comme souvent (et c’est ce qu’on aime), il y en a pour tous les goûts : romans noirs, thrillers addictifs, valeurs sûres et même un peu de fantastique. BePolar a sélectionné pour vous 9 romans parmi les plus de 70 (!) proposés par les éditeurs lors de cette rentrée littéraire.

Avant les années terribles de Victor del Arbol (Actes Sud)

Après l’avoir suivi assidûment, on avait un peu moins suivi Victor del Arbol. L’auteur de La Tristesse du Samouraï, bon roman qui avait connu un très grand succès, alternait en effet entre le très bon (Toutes les vagues de l’océan) et le moyen. Mais Avant les années terribles s’annonce très prometteur, on y va donc avec plaisir !

Résumé

Dans une Afrique encore traversée de magie et de superstition, l’épopée tragique d’un enfant soldat, victime et bourreau, innocent et coupable. Après l’enfer de Nazino et la Russie stalinienne de Toutes les vagues de l’océan, Victor del Árbol nous plonge dans les ténèbres du coeur de Joseph Kony, le Sorcier du Nil.

La nuit tombée sur nos âmes de Frédéric Paulin (Agullo)

Que dire sinon que Frédéric Paulin porte bien haut la tradition du roman noir engagé à la française ? Après les formidables La Fabrique de la terreur et Prémices de la chute, le francilien, désormais résident près de Rennes, nous livre une nouvelle fois un polar passionnant, qui donne à réfléchir sur les dérives du pouvoir, sans perdre en route le plaisir de la lecture. Une vraie valeur sûre, désormais.

Résumé

Gênes, juillet 2001. Les chefs d’État des huit pays les plus riches de la planète se retrouvent lors du G8. Face à eux, en marge du sommet, 500 000 personnes se sont rassemblées pour refuser l’ordre mondial qui doit se dessiner à l’abri des grilles de la zone rouge. Parmi les contestataires, Wag et Nathalie sont venus de France grossir les rangs du mouvement altermondialiste. Militants d’extrême-gauche, ils ont l’habitude des manifs houleuses et se croient prêts à affronter les forces de l’ordre. Mais la répression policière qui va se déchaîner pendant trois jours dans les rues de la Superbe est d’une brutalité inédite, attisée en coulisses par les manipulations du pouvoir italien. Et de certains responsables français qui jouent aux apprentis-sorciers. Entre les journalistes encombrants, les manœuvres de deux agents de la DST, et leurs propres tiraillements, Wag et Nathalie vont se perdre dans un maelstrom de violence. Il y aura des affrontements, des tabassages, des actes de torture, des trahisons et tant de vies brisées qui ne marqueront jamais l’Histoire. Qui se souvient de l’école Diaz ? Qui se souvient de la caserne de Bolzaneto ? Qui se souvient encore de Carlo Giuliani ?
De ces journées où ils auront vu l’innocence et la jeunesse anéanties dans le silence, ils reviendront à jamais transformés. Comme la plupart des militants qui tentèrent, à Gênes, de s’opposer à une forme sauvage de capitalisme.

De silence et de loups de Patrice Gain (Albin Michel)

Le petit pari du mois avec ce roman qui nous emmène dans la lointaine Sibérie dans un huis clos véritablement glaçant. Une journaliste rejoint une expédition scientifique et les éléments vont bientôt isoler tout ce petit groupe. Au-delà d’une intrigue qui peut sembler déjà vue, c’est un roman qui parle habilement de toutes les « prédations », de l’Homme sur la Nature, de l’homme sur la femme, de la corruption, de la violence psychologique. Une belle réussite !

Résumé

Tiksi, ville portuaire oubliée aux confins de la Sibérie, accessible par avion ou par bateau deux ou trois mois l’an. C’est là, à 700 kilomètres derrière le cercle polaire, qu’Ana rejoint une équipe de scientifiques qui s’apprête à hiverner sur la banquise à bord d’un voilier.
Mais dans cet extrême bout du monde, où la fonte des glaces fait resurgir des virus millénaires, où rôdent les ours et les loups, où s’affrontent chasseurs de mammouths et militaires corrompus, les avaries et la tempête retardent le périple. Prise au piège des éléments et de l’hostilité ambiante, l’expédition se fige. Et au cœur de ce huis-clos glaçant, la violence des hommes ne tarde pas à se déchaîner contre les femmes, renvoyant Anna à un drame intime qu’elle pensait apprivoiser en rejoignant cette terre lointaine.

Les Promises de Jean-Christophe Grangé (Albin Michel)

Grande figure du renouveau du polar français (on en parle ici : https://www.bepolar.fr/Un-ete-pour-lire-les-meilleurs-romans-policiers-et-thrillers-3-romans-du-renouveau-du-polar?var_mode=calcul), Grangé c’est parfois un peu égaré dans les chemins qu’il avait lui-même tracé. Mais on le suit néanmoins volontiers dans cette intrigue à trois voix qui se passe aux prémices du second conflit mondial, dans le mythique Hôtel Adlon qu’on a déjà pu découvrir dans les œuvres de Philip Kerr.

Résumé

Les Promises, ce sont ces grandes Dames du Reich, belles et insouciantes, qui se réunissent chaque après-midi à l’hôtel Adlon de Berlin, pour bavarder et boire du Champagne, alors que l’Europe, à la veille de la Seconde Guerre Mondiale, est au bord d’imploser. Ce sont aussi les victimes d’un tueur mystérieux, qui les surprend au bord de la Sprée ou près des lacs, les soumettant à d’horribles mutilations... Dans un Berlin incandescent, frémissant comme le cratère d’un volcan, trois êtres singuliers vont s’atteler à l’enquête. Simon Kraus, psychanalyste surdoué, gigolo sur les bords, toujours prêt à faire chanter ses patientes. Franz Beewen, colosse de la Gestapo, brutal et sans pitié, parti en guerre contre le monde. Mina von Hassel, riche héritière et psychiatre dévouée s’efforçant de sauver les oubliés de Reich. Ces enquêteurs que tout oppose vont suivre les traces du Monstre et découvrir une vérité stupéfiante. Le Mal n’est pas toujours là où on l’attend.

Le Cercueil de Job de Lance Weller (Gallmeister)

Mais comment font-ils chez Gallmeister pour nous donner envie de lire, quasiment chaque mois, un nouveau roman ? Alors certes on avait déjà repéré Lance Weller par le passé, mais c’est encore une belle claque que cette description splendide et dévastée de la guerre et de ses ravages. Une écriture toute en délicatesse pour décrire tout en contraste l’indicible horreur de la Guerre de Sécession. Foncez !

Résumé

Alors que la Guerre de Sécession fait rage, Bell Hood, jeune esclave noire en fuite, espère gagner le Nord en s’orientant grâce aux étoiles. Le périple vers la liberté est dangereux, entre chasseurs d’esclaves, combattants des deux armées et autres fugitifs affamés qui croisent sa route. Jeremiah Hoke, quant à lui, participe à l’horrible bataille de Shiloh dans les rangs confédérés, plus par hasard que par conviction. Il en sort mutilé et entame un parcours d’errance, à la recherche d’une improbable rédemption pour les crimes dont il a été le témoin. Deux destinées qui se révèlent liées par un drame originel commun, emblématique d’une Amérique en tumulte.

Dévotion de Dean Koontz (L’Archipel)

Le polar fantastique du mois ! Dean Koontz passe pour être l’un des seuls rivaux un peu près crédible du maître du fantastique (mais aussi très talentueux auteur de polars), on parle bien évidemment de Stephen King. On vous laisse vous faire votre propre avis avec ce roman ! :)

Résumé

Un enfant et un chien peuvent-ils sauver l’humanité ? Woody Bookman, 11 ans, n’a pas dit un mot depuis sa naissance. Pas même quand son père est mort dans un prétendu accident. Mais pour Megan, sa mère, le plus important est que son fils autiste, doté d’une intelligence supérieure, soit heureux. Woody, lui, est persuadé qu’un laboratoire se livrant à des expériences génétiques secrètes et ultrasensibles est responsable de la mort de son père. Et que la menace se rapproche désormais de lui et de sa mère. Avec l’aide de Kipp, un golden retriever télépathe, Woody va tenter de stopper l’être maléfique tapi dans l’ombre…

Sarah Jane de James Sallis (Rivages Noir)

James Sallis, c’est cet auteur aux multiples talents qui fait le lien entre les anciens (notamment avec sa série « Lew Griffin » dont le personnage est inspiré du génial écrivain Chester Himes) et le moderne (il est l’auteur de Drive, adapté au cinéma par Nicolas Winding Refn avec Ryan Gosling dans le rôle principal). Un vrai grand roman noir que ce Sarah Jane qui nous donne à voir le cheminement chaotique et précaire du personnage-titre.

Résumé

Surnommée « Mignonne », ce qui ne lui va pas comme un gant, Sarah Jane Pullman a déjà trop vécu pour son jeune âge : famille dysfonctionnelle, fugue à l’adolescence, crimes, petits boulots dans des fast-food… on se demande comment elle parvient à redresser la barre. Elle y arrive et, à sa grande surprise, est engagée comme agent au poste de police de la petite ville de Farr. Lorsque le shérif titulaire disparaît, c’est elle qui prend sa place. Mais Sarah Jane ne se satisfait pas de la situation. Cet homme, Cal, était son mentor, son appui, et elle ne peut accepter qu’il se soit évanoui dans la nature. Elle va découvrir des choses qu’elle ne soupçonnait pas…

La Saignée de Cédric Sire (Fayard)

Venu des littératures de l’Imaginaire, comme tant d’autres talentueux auteurs Français de polar, Cédric Sire nous avait séduit avec Vindicta ; avec La Saignée, on peut vous confirmer l’éclosion d’une nouvelle star du « thriller à la française », comme des Chattam, Thilliez ou Nicolas Beuglet avant lui.

Résumé

Une plongée dans un monde où chacun doit affronter ses démons. « Est-ce que tu aimes ? » clame le site sous la photo d’un cadavre mutilé. Sur le Dark Web, il existe des espaces interdits au commun des mortels où les voyeurs de la pire espèce assouvissent leurs pulsions. Estel Rochand a été écartée de la police à la suite d’une terrible bavure qui a causé la mort d’une innocente. Sa vie est en miettes, son couple à la dérive. Désormais garde du corps de seconde zone, cette ancienne championne de boxe se fraie un chemin dans l’existence comme elle l’a toujours fait : à coups de poing. Prise dans un engrenage infernal, Estel a de plus en plus de mal à contrôler ses accès de violence. Quentin Falconnier, policier spécialisé en cybercriminalité, enquête sur un site du Dark Web, qui propose des vidéos de torture et de mise à mort en direct. Qui peut bien se cacher derrière cette « red room » appelée La Saignée, diffusant des meurtres à la perversité absolue ? Le jeune homme se lance corps et âme dans cette nouvelle croisade : découvrir l’identité du coupable derrière le masque du bourreau, et l’arrêter. Coûte que coûte. Un terrible compte à rebours a commencé.

Passager sans visage de Nicolas Beuglet (XO éditions)

On en parlait juste quelques lignes ci-dessus : Nicolas Beuglet est, avec Nicolas Norek, l’un des deux auteurs de polar Français en voie de bestsellerisation. Vous le savez si vous nous lisez régulièrement, pour nous ce n’est pas un gros mot, mais (souvent) le résultat de plusieurs qualités appréciées par le grand public. Et c’est bien le cas chez Beuglet : sens du suspense, maîtrise du rythme de narration, documentation approfondie. Pour reprendre une ancienne pub, Beuglet a « déjà tout d’un grand ».

Résumé

" Tu n’es pas seule à chercher "... Ce mot anonyme laissé sur son paillasson est plus qu’un appel : un électrochoc. Cette fois, l’inspectrice Grace Campbell le sait, elle n’a pas le choix. Elle doit ouvrir la porte blindée du cabinet situé au fond de son appartement. Et accepter de se confronter au secret qui la hante depuis tant d’années... Des confins de la campagne écossaise aux profondeurs de la Forêt-noire où prend vie le conte le plus glaçant de notre enfance, jamais Grace n’aurait pu imaginer monter dans ce train surgi de nulle part et affronter le Passager sans visage...

Galerie photos

`
  • M. Leblanc 29 septembre 2021
    Les polars à ne pas manquer en septembre 2021 ! (grand format)

    Ne manquez pas de lire "Oxymore" de Jean Tuan chez C.L.C. Edition. L’auteur observateur attentif de la Chine, le pays de son père, nous dévoile les desseins secrets de la Chine avec l’installation de la 5G en France. Vous découvrirez un très "croustillant" portrait d’un ancien premier ministre français zélote du régime chinois. Un néo-polar épicurien et érudit dans lequel la fiction rejoint la réalité.

Votre #AvisPolar

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.