Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Le boucher - Claude Chabrol

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

0 #AvisPolar
1 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

La collaboration Jean Yanne / Claude Chabrol avait déjà engendré un magnifique long-métrage : Que la bête meure, où le comédien excellait dans le rôle d’un individu sans scrupules, coupable de la mort d’un enfant avec délit de fuite. Le boucher quitte les bords de mer afin de poser son intrigue sous le soleil du Périgord, dont les reliefs accidentés, couverts de replis, sont une sorte de métaphore idoine, comme la projection symbolique des protagonistes et de leurs secrets.

Ici, le réalisateur délaisse l’ironie mordante à laquelle il nous a habitués, pour mettre en scène une véritable tragédie, dont l’épicentre s’incarne dans l’union de deux solitudes : il y a d’abord un boucher, surnommé "Popaul", qui a fait la guerre d’Indochine et d’Algérie, a sûrement été impacté par la violence de chacune (et la suite le prouvera). Puis il y a une institutrice totalement investie dans son métier, qui convie Popaul aux activités de sa classe et comble une forme de vide par des conversations avec cet homme, à la fois rustre et doux.

Dans le rôle-titre, Jean Yanne est absolument remarquable, laissant advenir la folie à travers des indices intrigants, jusqu’au climax, où la violence ne se dirige pas vers une cible prévisible... Face au comédien, Stéphane Audran, compagne et muse du réalisateur, propose un personnage d’une très belle opacité, qui demeure toujours sur son quant-à-soi. Cette réserve naturelle ne laisse pas d’intriguer, participe d’une ambiance malaisante, très hitchcokienne.

La photographie de Jean Rabier, collaborateur régulier de la Nouvelle Vague, renforce cette atmosphère pesante, jouant admirablement sur les contrastes de couleurs : on pense à la célèbre scène où des tâches de sang tombent goutte à goutte sur les vêtements clairs d’une enfant, signifiant la présence d’un cadavre.
Le boucher est autant le récit d’une histoire d’amour impossible que le portrait d’un tueur ordinaire, dissimulé derrière la médiocrité des apparences, vaste thème chabrolien, ici doublé d’une réflexion vertigineuse sur la complexité de l’âme humaine.

Jérémy Gallet

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En DVD ou Blu-Ray

  • Acheter sur Cultura

Galerie photos

spip-bandeau
spip-slider

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.