Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Alabama 1963 - Ludovic Manchette et Christian Niemiec

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

8 #AvisPolar
2 enquêteurs
l'ont vu/lu
2 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

Birmingham, Alabama, 1963. Le corps sans vie d’une fillette noire est retrouvé. La police s’en préoccupe de loin. Mais voilà que d’autres petites filles noires disparaissent...
Bud Larkin, détective privé bougon, alcoolique et raciste, accepte d’enquêter pour le père de la première victime.
Adela Cobb, femme de ménage noire, jeune veuve et mère de famille, s’interroge : " Les petites filles, ça disparaît pas comme ça... "
Deux êtres que tout oppose. A priori.
Sous des airs de polar américain, Alabama 1963 est avant tout une plongée captivante dans les États-Unis des années 1960, sur fond de ségrégation, de Ku Klux Klan et d’assassinat de Kennedy.

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

  • Acheter sur LesLibraires.fr
  • Acheter sur Emaginaire
  • Acheter sur Cultura
  • Acheter sur Rakuten

Et chez vos libraires en click & collect

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • bonne_heure_litteraire 23 septembre 2020
    Alabama 1963 - Ludovic Manchette et Christian Niemiec

    Je vous parle aujourd’hui de ce roman lu il y a quelques jours, qui fait parti de la #rentreelitteraire de @cherchemidiediteur
    .
    1963, alors que Kennedy, président des Etats Unis lutte contre la ségrégation en introduisant des élèves noirs dans des écoles jusque là réservées qu’aux blancs, en Alabama, dans cette région du sud où la ségrégation et le Ku Klux Klan sont partout, les "races" ne se mélangent pas et les crimes raciaux sont nombreux. Jusque dans la ville de Birmingham où une fillette noire est portée disparue. Son corps sera retrouvé quelques jours plus tard mais le tueur est introuvable et les meurtres de fillettes noires ne s’arrêtent pas...
    .
    J’ai vraiment beaucoup aimé cette lecture. Déjà le fait que le roman soit co-écrit est assez peu commun et puis j’ai trouvé l’écriture fluide, les chapitres courts, ce qui fait que le livre se lit très facilement.
    .
    L’ambiance ségrégationniste des années 60, ce racisme permanent et les points de vue des personnages, blancs ou noirs étaient très intéressants. Les personnage de Adéla, Bud et miss Gloria sont attachants contrairement à Dorothy Hayes qui est détestable.
    .
    Les gens, leur mentalité et leurs a-priori évoluent au fil du roman et finalement je pense que la morale de ce roman c’est une grande part d’humanité et d’humilité.

  • celinelecture 8 octobre 2020
    Alabama 1963 - Ludovic Manchette et Christian Niemiec

    Alabama 1963 se dévore ! Les pages s’enchaînent car les dialogues sont très présents et apportent beaucoup de rythme. Malgré le peu de descriptions, on visualise parfaitement l’ambiance, les décors, les sons, la musique, les personnages.

    Nous allons donc être face à la disparition de petites filles noires dans un état d’Amérique où la ségrégation est profondément ancrée dans les mœurs.

    Certaines scènes sont dures à lire et toute l’ingéniosité des auteurs a été de ne pas tomber dans un schéma manichéen.

    Des touches d’humours permettent de mettre en relief (avec beaucoup de finesse) certaines horreurs décrites ou dites.

    1963 est une année charnière dans la lutte contre la ségrégation raciale et certains événements historiques sont judicieusement inclus dans l’histoire.

    Mais l’atout indéniable de ce roman sera le duo improbable mais au combien attachant que forme Adela et Bud.
    Deux personnalités aux antipodes l’une de l’autre (mais pas tant que cela finalement ...) qui vont apporter par leurs expériences, leurs caractères, leurs souffrances dans le but de stopper le monstre qui sévit dans l’ombre.

    Adela m’aura particulièrement marqué par son pragmatisme, son intelligence, sa force et sa droiture.

    Cette histoire a été ma pépite de la rentrée littéraire.

  • IsaVP 13 octobre 2020
    Alabama 1963 - Ludovic Manchette et Christian Niemiec

    1963 n’est pas n’importe quelle année aux Etats-Unis. C’est l’année du célèbre discours de Martin Luther King « I have a dream » lors de la grande marche sur Washington, à laquelle participèrent plus de 250.000 personnes, toutes ethnies confondues.
    Voilà 7 ans que les lois de déségrégation ont été votées au niveau fédéral, mais ce n’est que cette année-là que des étudiants noirs pénètrent, sous escorte policière, dans une université blanche.
    Et si John F. Kennedy clame haut et fort dans un de ses discours « La notion de race n’a sa place ni dans la vie, ni dans la loi américaine », c’est en 1963 qu’il est assassiné à Dallas.
    En situant l’histoire à Birmingham, les auteurs de ce roman nous transportent en Alabama dans la ville où le Ku Klux Klan a fait exploser les marches d’une église baptiste, tuant quatre jeunes filles noires et blessant 22 enfants et dans l’Etat où un gouverneur ségrégationniste, Georges Wallace, vient d’être élu.
    Une fois le contexte posé, ce roman est un polar où un détective blanc, Bud Larkin, ancien policier, enquête sur les viols et les meurtres de fillettes de couleur enlevées en pleine rue dans les quartiers noirs de la ville.
    Adela Cobb, une mère de famille noire de 34 ans, engagée pour faire le ménage chez le détective, va lui venir en aide et l’aider à se sortir d’un alcoolisme suicidaire dans lequel le plonge son passé.
    Au-delà de l’incongruité d’une telle association en cette année 1963, ces deux êtres qui n’ont absolument rien en commun, vont faire une solide équipe et mener une enquête au sein d’une population noire en souffrance. Le bon sens de l’une et l’expérience de l’autre se compléteront pour dénouer une affaire négligée par la police locale.
    Avec ce polar social, Ludovic MANCHETTE et Christian NIEMEC, nous plonge dans l’histoire des Etats du Sud de l’Amérique qui, en 1963, ne se sont toujours pas remis de la Guerre de Sécession et où les noirs sont encore privés de tous droits civiques.
    Les deux facettes du roman sont aussi passionnantes l’une que l’autre et j’ai autant apprécié le témoignage historique que ce duo improbable d’enquêteurs.
    Un polar de haut vol.

  • lafilleaux1001lectures 15 octobre 2020
    Alabama 1963 - Ludovic Manchette et Christian Niemiec

    🖤Coup de cœur !🖤
    .
    Birmingham, Alabama, été 1963, une petite fille noire disparaît. Peu de temps plus tard, elle est retrouvée morte.
    .
    Quand une deuxième fillette est enlevée, toute la communauté noire s’émeut et s’inquiète, tandis que la police n’y prête toujours que peu d’attention.
    .
    Heureusement, Bud Larkin, détective privé, ancien policier de surcroît, va se pencher sur l’affaire.
    .
    Même si des souvenirs le hantent et l’alcool le ronge, il va s’engager auprès du père de la première petite victime à arrêter l’homme qui a tué sa fille.
    Pour cela, il pourra compter sur le soutien de sa femme de ménage, Adela Cobb, jeune mère noire, qui lui permettra de se faire ouvrir les portes du quartier noir de Birminghan pour l’enquête…
    .
    Quel plaisir j’ai eu à lire ce roman ! J’ai encore du mal à me dire que Bud et Adela ne m’accompagneront plus au quotidien, tellement je me suis attachée à eux. Rien ne les prédestinait à se rencontrer et pourtant… Ils forment un duo improbable que tout oppose. Il est alcoolique, elle ne boit pas une goutte. Il est désorganisé, elle ne laisse rien au hasard… Mais à force de se côtoyer, ils vont se découvrir, s’apprivoiser et même finir par s’apprécier envers et contre tous.
    .
    Par-delà l’enquête policière, on a une réelle vision de la ségrégation à cette époque. Même si JFK et Martin Luther King revendiquent l’égalité entre Noirs et Blancs, on prend bien conscience que la mise en pratique des lois impliquant ces changements est loin d’être facile. Et que ce soit du côté des Blancs ou des Noirs, les habitudes ont la peau dure. Personne ne voit d’un bon œil un homme blanc et une femme noire passer autant de temps ensemble, et encore moins quand une certaine connivence semble s’installer entre eux.
    .
    Un livre qui m’a transportée en Alabama aux côtés de deux personnages dont l’amitié improbable m’a touchée ! Un premier roman qui mélange les genres et d’une grande finesse que je vous recommande chaudement !

  • Asmo Stark 19 octobre 2020
    Alabama 1963 - Ludovic Manchette et Christian Niemiec

    🇺🇸 Alabama 1963 - Ludovic Manchette et Christian Niemec 🇺🇸

    A Birmingham en Alabama, une fillette noire disparait. Les parents se rendent au poste de police pour signaler la disparition, chercher de l’aide mais la police ne prends pas l’affaire au sérieux, ils ne font rien... Mais quand d’autres fillettes disparaissent c’est Bud Larkin, un détective privé blanc qui va s’en mêler après avoir accepter l’offre d’une des familles. Mais en Alabama en 1963 les relations entre blancs et noirs sont toujours placées sous les lois de la ségrégation ce qui rend l’enquête compliquée. Cependant Bud va pouvoir compter sur l’aide de sa femme de ménage, Adela Cobb une jeune veuve mère de trois enfants, qui va facilité le contact avec la communauté noire.
    Qu’est ce que j’ai aimé ce roman et qu’est ce que j’ai regretté qu’il soit si court ! J’en voulais encore.
    J’ai adoré le personnage d’Adela, jeune femme forte, drôle (qu’est ce que j’ai ri avec ses copines à la laverie) et tellement touchante. Les auteurs ont su nous plonger dans l’Alabama des années 60, cette époque où le changement se mettait en marche mais n’était pas encore réalisé, où la ségrégation sévissait toujours mais où les espoirs s’épanouissaient. J’ai adoré suivre l’évolution des personnages tout autant que l’enquête et ’ai aimé le clin d’oeil au roman "La couleur des sentiments" subtilement placé au détour d’une conversation. Au final le seul point négatif de ce roman est qu’il est un point final.

  • Des_livres_pleins_les_yeux 28 octobre 2020
    Alabama 1963 - Ludovic Manchette et Christian Niemiec

    ❤️❤️❤️ Coup de foudre littéraire ❤️❤️❤️
    📚 : Birmingham, Alabama, 1963. Le corps sans vie d’une fillette noire est retrouvée. La police s’en préoccupe de loin. Mais voilà que d’autres petites filles noires disparaissent...
    Bud Larkin, detective privé bougon, alcoolique et raciste, accepte d’enquêter pour le père de la première victime.
    Adela Cobb, femme de ménage noire, jeune veuve et mère de famille, s’interroge : "Les petites filles, ça disparaît pas comme ça..."
    Deux êtres que tout opposé. À priori.

    Dès les premières pages du roman j’ai été séduites par le style, par l’écriture, par l’ambiance et l’histoire. C’est le style de roman que dès le début on sait qu’il va nous retourner, qu’on ne pourra pas le lâcher avant la dernière page, la dernière phrase, le dernier mot et que l’on sera triste de laisser.

    Ce duo atypique est juste extraordinaire sur papier mais en lisant, vous ne pourrez qu’être pris d’affection pour Adela et Bud. On voit leur relation évoluer tant ensemble que séparément comme un enfant qui grandit et qu’on regarde avec des yeux bienveillants. Et chaque personnage se trouvant sur leur chemin est tellement travailler que vous aurez l’impression qu’il existe vraiment et vous parle à vous.

    Le thème n’est pas facile avec la ségrégation raciale et l’enquête policière mais tout est fait avec un humour parfaitement dosé, ne vous étonnez pas si vous riez en lisant les commentaires de l’un ou l’autre.

    Ce roman a été écrit à 4 mains mais si vous rencontrez un jour ces 2 auteurs, vous verrez bien qu’ils sont totalement en phase et cela se ressent dans l’écriture du roman.

    Qualifié de polar, il est tellement bien plus que ça. N’hésitez pas à l’ouvrir et le découvrir, vous ne pourrez être que séduit !

    Dernier point : la couverture est juste magnifique !

    Note : ❤️❤️❤️❤️❤️

  • Annesophiebooks 25 novembre 2020
    Alabama 1963 - Ludovic Manchette et Christian Niemiec

    Une lecture que je ne garderai hélas pas très longtemps en mémoire.
    Alabama 1963 est un roman qui a énormément fait parler de lui, autant au sein de la blogosphère qu’ailleurs, avec la plupart du temps d’excellents retours.
    Malheureusement, je fais partie du très petit nombre de lecteurs qui n’ont pas été passionnés.
    Le roman n’est pas mauvais (loin s’en faut), mais personnellement je n’ai pas trouvé entre ses pages les qualités que je recherche dans une nouvelle lecture.

    L’intrigue, même si elle est efficace, ne se démarque pas des nombreuses autres que l’on a déjà rencontrées dans d’autres romans traitant de ce sujet.
    Je n’ai éprouvé aucune empathie pour les différents personnages. Là encore, ils ne sont pas inintéressants, mais je les ai trouvés trop lisses, et, paradoxalement, parfois trop caricaturaux.

    Pour le style, là encore il m’a manqué ce petit plus qui nous fait des fois adorer des lectures qui pêchent par d’autres aspects.
    Mon plus gros souci a été le manque total d’attachement et d’immersion que j’ai ressenti jusqu’à la fin. À aucun moment je n’ai « vécu » l’histoire et oublié que j’étais en train de tenir un livre.

    Pour autant je comprends qu’il ait remporté un tel succès. Le sujet est passionnant, et malheureusement encore parfois d’actualité.
    De plus, c’est un polar qui se tient, et qui répondra aisément à l’attente de beaucoup.
    Néanmoins, pour ceux et celles qui ont déjà lu de nombreux romans abordant ce thème, ou se situant à cette époque, l’impression de « déjà-lu » pourrait leur poser la même petite déception qu’à moi.

    Un bon polar, tout à fait correct, écrit à quatre mains par des auteurs dont on sent l’expérience, et qui plaira donc aux lecteurs qui cherchent à mieux connaître cette période, mais un peu moins à ceux qui en ont déjà eu l’occasion d’en lire de nombreux autres.
    Mais le mieux, comme toujours, est de vous faire votre propre opinion.

    Belle découverte à tous.

  • Cathy81 27 novembre 2020
    Alabama 1963 - Ludovic Manchette et Christian Niemiec

    Une petite fille noire a disparue, la police ne fait pas de zèle pour la retrouver. le père de la fillette demande à Bud, détective privé, blanc, bougon, alcoolique et raciste de mener l’enquête. Ses anciens collègues , flics, lui ont fait une petite blague en passant une annonce à sa place pou avoir une femme de ménage. C’ est Adela Cobb qui se présente, noire, illettrée mais pleine de bon sens. Contre toute attente ce duo improbable vont finir par s’entendre et s’apprécier passant outre les préjugés de l’époque : les noirs et les blancs ne se mélangent pas !
    Je n’ai pas trouvé l’intrigue policière exceptionnelle, elle est plutôt simple et déjà vue ou lue mais ce qui est formidable dans ce roman est que le lecteur s’imprègne de ce racisme ordinaire, donné par des petits détails du quotidien. S’asseoir à la table de sa patronne quand on est noire ne se fait pas, ni monter dans la voiture d’un blanc, un blanc doit se cacher s’il est inviter par une famille noire etc. le racisme vu sous un angle quotidien, sans pathos ni jugement est très agréable, c’est le talent de deux auteurs. Ils replacent parfaitement bien la situation de l’époque en ajoutant une bouffée d’optimisme, c’est en apprenant à connaître l’Autre que l’on peut l’apprécier.Sans minimiser les conséquences de la ségrégation et les exactions du Ku Klux Klan dans la vie quotidienne des noirs à l’époque c’est un livre ni plombant ni moralisateur. J’ai beaucoup aimé ses personnages atypiques ainsi que l’humour des répliques.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.