Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Dans les brumes de Capelans - Olivier Norek

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

17 #AvisPolar
6 enquêteurs
l'ont vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Une île de l’Atlantique, battue par les vents, le brouillard et la neige...
Un flic qui a disparu depuis six ans et dont les nouvelles missions sont classées secret défense...
Sa résidence surveillée, forteresse imprenable protégée par des vitres pare-balles...
La jeune femme qu’il y garde enfermée...
Et le monstre qui les traque.

Dans les brumes de Capelans, la nouvelle aventure du capitaine Coste se fera à l’aveugle.

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Pour aller plus loin

Vos #AvisPolar

  • Ingrid 23 mai 2022
    Dans les brumes de Capelans - Olivier Norek

    J’ai adoré tout simplement. La plume de M. Norek s’affine avec le temps ...

    Un huit clos comme on les aime

  • Savy 13 mai 2022
    Dans les brumes de Capelans - Olivier Norek

    Enfin le retour de Coste ..!! Mais un Victor changé,plus dur,mais aussi fragilisé par sa dernière enquête, d’où son exile sur l’île de Saint Pierre.

    Il est en charge de faire parler et protéger un témoin ,Anna qui est aussi cabossée que Coste .
    Je me suis attachée à tout les personnages .

    Pas un moment de répit ,une fois plongé dans le livre ,vous êtes foutus, impossible de le lâcher.

    je ne dévoilerais rien, je laisse les fans d’Olivier Norek découvrir Dans les Brumes de Capelans, avec une fin inattendue pour ma part. J’espère seulement ne pas devoir attendre six ans pour savoir ce que devient notre flic préféré.

    Véritable coup de coeur .

  • Les_lecturesdeflo 11 mai 2022
    Dans les brumes de Capelans - Olivier Norek

    ENORME coup de ♥️

    Les brumes de Capelans : Une fois par an, le courant chaud du Golf Stream rencontre le courant froid du Labrador entrainant pendant trois semaines des brumes qui envahissent l’archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon, au sud de l’ile canadienne de Terre Neuve, jusqu’à le faire totalement disparaitre. le brouillard est si dense qu’une fois le bras tendu, on ne voit même pas sa main.

    C’est dans ce décor brumeux à l’ambiance mystique que j’ai eu énormément de plaisir à retrouver Victor Coste. Bien loin du 93 où se déroule la Trilogie 93, il est exilé sous couverture à l’autre bout du monde, à la tête d’une « safe house » dans laquelle il protège et surveille des criminels repentis en attente d’une nouvelle identité. Il a fui son passé et tous les gens qu’il aimait. Il se sait fragile c’est pourquoi il est déterminé à ne plus ouvrir son coeur. Six ans qu’il vit comme cela, pourtant cet équilibre est fragile, tout comme Victor dont les nouveaux collègues peinent à croire qu’il est bien le légendaire Capitaine Coste tant il est différent du flic qu’il était.

    Et puis débarque Anna qu’il doit accueillir dans le cadre de la protection des témoins. Anna a été enlevée et séquestrée pendant 10 ans par le pire des prédateurs qu’il puisse exister. Coste doit la faire parler pour permettre l’arrestation du monstre, mais parviendra-t-il à rester insensible au calvaire d’Anna ? Sa hiérarchie ne l’a t-elle pas surestimé en le choisissant pour cette mission ?

    Rares sont les livres qui me font un tel effet. Evidemment, comme beaucoup, j’attendais ce retour de Coste avec une grande impatience et beaucoup d’attentes. Et bien je ne suis absolument pas déçue !

    C’est bien simple, à mon sens c’est le meilleur livre d’Olivier Norek. de l’originalité de l’intrigue à la psychologie des personnages, en passant par ce décor hors normes, tout est parfait et admirablement maitrisé.

    Je suis conquise par l’évolution de Coste, par son coté ours hermétique qui refuse de s’investir personnellement et émotionnellement. Il est constamment sur le fil, essaye de garder de la distance mais ne peut pas lutter contre sa vraie nature. Je suis tellement fan de lui.

    J’ai dévoré ce livre en me délectant de chaque page, partagée entre l’envie de connaitre la suite et celle de ralentir le rythme pour ne pas quitter ce personnage tout juste retrouvé après 6 ans d’attente. C’est long 6 ans !

    Il faut probablement avoir lu la Trilogie 93 pour apprécier pleinement le retour de Coste, mais je crois qu’il faut avoir cru ne plus le retrouver pour s’enjailler de ce retour.

    En tout cas ça valait le coup de faire la queue aux Quais du Polar pour aller chercher mon exemplaire dédicacé 😊

  • Claire de Brume 8 mai 2022
    Dans les brumes de Capelans - Olivier Norek

    Avis au fans d’Olivier Norek, le capitaine Costes est de retour ! Et pour Vincent Costes, finis les crimes, la violence et le sang ! Marqué par la mort d’un de ses coéquipiers, il a plaqué la PJ et le 9-3. Il se retrouve à Saint-Pierre et Miquelon, à la police des frontières où il contrôle les arrivées et départs de l’île. Un job plan-plan qui lui sert de couverture pour son autre boulot classé secret défense et qu’il qualifie lui-même de peseur d’âmes. Il reçoit dans sa « Safe-house », des individus fort peu recommandables intégrés au programme de protection des témoins. Son objectif ? Les faire parler pour remonter les filières du crime, avant qu’ils ne se voient octroyer une nouvelle identité et une nouvelle vie. Six ans sans anicroche dans la nouvelle vie de Vincent Costes, jusqu’à ce qu’arrive une invitée bien particulière. Il s’agit d’Anna, enlevée et séquestrée pendant 10 ans, seule rescapée d’un tueur en série toujours dans la nature. Il lui revient de protéger et faire parler la jeune femme mutique et traumatisée, pour parvenir à arrêter son geôlier. Évidemment, tout ne se passera pas comme prévu, sur ce caillou de 25 km2 où « tout le monde sait qui a jeté la pierre avant qu’elle ne brise la vitre. » La tension monte au fil des pages alors que menace la fameuse brume de Capelans, brouillard si opaque qu’on ne peut voir sa propre main. Le capitaine Costes parviendra-t-il à découvrir l’identité du tueur et à protéger Anna ? Norek en grande forme entre brumes et aurores boréales, et un tueur implacable...

  • labibliodeclo 1er mai 2022
    Dans les brumes de Capelans - Olivier Norek

    Un grand, immense merci aux éditions Michel Lafon qui m’ont gentiment envoyé ce roman en Epreuves Non Corrigées au mois de mars. Quel plaisir d’avoir découvert cette histoire en avant première et quelle torture d’avoir gardé le secret si longtemps ! Comment vous dire que ce roman est un IMMENSE COUP DE COEUR !

    Après les événements survenus dans Surtensions, le capitaine Coste est devenu le gardien de témoins cachés, à Saint-Pierre-et-Miquelon, au large du Canada. Psychologiquement, Coste est un homme brisé, reclus dans un paysage brumeux, finalement représentatif de son état d’esprit. On est bien loin du 93 ! Il est bientôt rejoins par Anna, une jeune femme qui a disparu il y a maintenant dix ans, l’une des nombreuses victimes de celui qu’on appelle « le monstre ».

    C’est sombre, immersif, captivant, palpitant même. Les personnages sont vraiment attachants (surtout Coste, Mercredi aussi, j’avoue !) et le cadre vraiment angoissant. J’ai vraiment apprécié l’écriture d’Olivier Norek, que je trouve un peu différente, peut être plus profonde et entraînante. Le suspens est à son comble, il ne s’essouffle jamais, et l’intrigue est vraiment prenante.

    Ce roman psychologique est un vrai régal, un immense coup de cœur, qui nous offre une fin magistrale, bouleversante, surprenante. Tout y est ! Un coup de maître. Je me suis laissée bernée totalement.

  • Killing79 28 avril 2022
    Dans les brumes de Capelans - Olivier Norek

    J’ai lu une grande partie des livres d’Olivier Norek. J’ai aimé toutes mes lectures mais pour des raisons différentes. Avec « Dans les brumes de Capelans », il réussit le tour de force de concentrer tous ces points forts en un seul ouvrage.

    Il a un véritable talent pour se renouveler. A chaque nouvel opus, on ne sait pas dans quel type d’aventures il va nous entrainer. Cette fois encore, il nous déstabilise en emmenant le capitaine Coste, notre capitaine préféré du 93, loin de sa capitale vers un environnement plus sauvage.

    En tant qu’ancien policier, l’auteur utilise ses connaissances pour nous dévoiler les secrets et les modes de fonctionnement du système judiciaire. On découvre avec ce roman l’existence de résidences surveillées dans lesquelles on interroge et on décide du sort des témoins gênants.

    Avec une expérience telle que la sienne, l’écrivain pourrait vivre sur ses acquis. Mais ce n’est pas dans son tempérament. Il s’implique toujours dans ses projets et réalise un gros travail de fond afin de nous proposer une intrigue imprégnée des lieux et un scénario aussi habile que réaliste.

    Si vous le connaissez un peu, vous savez comme moi que cet homme, de prime abord charmant, est en fait un être malsain. Cette nouvelle enquête est l’opportunité pour lui de s’en donner à cœur joie. Il met en place et approfondis des personnages torturés et mystérieux afin que toute l’énigme repose sur leurs personnalités ambiguës. Dans les brumes épaisses de l’île, la tension est constante et le suspense monte crescendo jusqu’à un final tonitruant. Et pour ma part, je me suis régalé du début à la fin !

    Avec une plume que je trouve de plus en plus maîtrisée, Olivier Norek nous offre un thriller psychologique d’une grande efficacité, qui vous emprisonnera dans son atmosphère et vous triturera les méninges. Du grand art !

    https://leslivresdek79.wordpress.com/2022/04/28/753-olivier-norek-dans-les-brumes-de-capelans/

  • Lindsay Bonura 25 avril 2022
    Dans les brumes de Capelans - Olivier Norek

    Un prologue choc, une histoire captivante dont rien n’est laissé au hasard et qui va l’essentiel, des personnages qui ont de la consistance, une fin avec un rebondissement auquel on ne s’attend absolument pas.
    Vous l’avez compris, on est bien dans un livre d’Olivier Norek !

    C’est à des milliers de kilomètres de sa dernière enquête, sur l’île de Saint-Pierre, dans une forteresse imprenable que l’on retrouve le capitaine Victor Coste.
    Suite à la perte d’un membre de son équipe, Coste s’est forgé une carapace, ne veut plus d’affect… Il est devenu teigneux et n’a aucune envie d’être à nouveau responsable d’une personne de peur qu’il lui arrive un malheur.
    Peseur d’âmes pour le service des repentis et des témoins, il ne s’occupe que d’anciens criminels qui ont retourné leur veste.
    Jusqu’au jour où il va devoir s’occuper d’une victime, Anna, seule survivante d’un serial killer. Ce monstre est toujours dans la nature et la seule chance de pouvoir l’arrêter est de faire parler Anna.
    Comment ces deux personnages meurtris par les évènements passés vont-ils s’apprivoiser ?
    Alors qu’on a cette impression d’enferment depuis le début de l’histoire, celle-ci va se faire encore plus oppressante avec l’arrivée de ce brouillard mais aussi celle du monstre sur Saint-Pierre.
    Les brumes de Capelans s’immiscent sur cette île mais aussi dans la tête et le cœur de Victor Coste. Va-t-il pouvoir faire face à ses propres démons ?

    Mais quel plaisir de retrouver Victor Coste !
    Un personnage qui s’étoffe et prend de la maturité avec le temps.
    C’est un ours, oui, mais un ours au grand cœur. Sans surprise, il ne peut s’empêcher de protéger Anna. De ce fait, sa carapace se fissure ce qui le rend encore plus humain et fragile.
    Je ne pouvais avoir que de l’empathie à son égard au point qu’au fil de ma lecture, je n’avais qu’une seule envie : le prendre dans mes bras et lui donner ma force, lui dire que ça va aller et qu’il va s’en sortir, que j’ai confiance en lui.
    Mais ne vous méprenez pas, cette fragilité et cette sensibilité ne sont pas des faiblesses, elles sont ses forces.

    Se plonger dans un roman d’Olivier Norek, c’est à coup sûr une panoplie de sentiments qui affluent, qui s’entrechoquent. Et avec la plupart de ces livres, quand je les referme, j’ai la boule au ventre, je suis triste, j’ai le besoin de souffler et d’attendre un moment avant de me replonger dans une nouvelle histoire. Et ce dernier opus ne fait pas exception à la règle, un véritable coup de cœur.

    Je vous conseille vivement de lire « Dans les brumes de Capelans » car en plus d’être un très bon thriller, c’est aussi l’occasion de prendre un billet de première classe pour Saint-Pierre.
    Cette île que l’on peut croire inhospitalière et pourtant… Elle est un personnage à part entière.

  • Les Vies Denses 24 avril 2022
    Dans les brumes de Capelans - Olivier Norek

    Je ne cachais pas ma joie de retrouver Victor Coste, le ’héros’ de la trilogie 93. Loin de la Seine Saint Denis, le voilà à St Pierre et Miquelon, une ile dont je ne connais quasi rien !
    Un kidnapping, des meurtres de jeunes filles et revoilà notre capitaine au coeur d’une enquête aussi dingue que prenante ! Depuis les évènements de la trilogie, il est devenu ’peseur d’âmes’, dans la protection des témoins, il va s’atteler à faire parler Anna, kidnappée pendant 10 ans pour retrouver le monstre qui lui fait ça.
    Entre L’atmosphère de l’ile plongée dans ces brumes, le climat anxiogène au possible, la psychologie poussée de chaque personnage et l’enquête qui ne compte aucun temps mort, j’ai dévoré ce livre. Un final de dingue a parachevé ce bouquin que j’ai clairement adoré.
    "On les voudrait hideux, les monstres". Dans un monde jamais manichéen, l’auteur nous accroche dès les premières lignes par son écriture toujours précise et ciselé et nous malmène pour notre plus grand plaisir. On ne ressort pas indemne d’un tel livre !

  • Les Vies Denses 24 avril 2022
    Dans les brumes de Capelans - Olivier Norek

    Je ne cachais pas ma joie de retrouver Victor Coste, le ’héros’ de la trilogie 93. Loin de la Seine Saint Denis (et du tribunal de Bobigny où j’ai pris cette photo !), le voilà à St Pierre et Miquelon, une ile dont je ne connais quasi rien !
    Un kidnapping, des meurtres de jeunes filles et revoilà notre capitaine au coeur d’une enquête aussi dingue que prenante ! Depuis les évènements de la trilogie, il est devenu ’peseur d’âmes’, dans la protection des témoins, il va s’atteler à faire parler Anna, kidnappée pendant 10 ans pour retrouver le monstre qui lui fait ça.
    Entre L’atmosphère de l’ile plongée dans ces brumes, le climat anxiogène au possible, la psychologie poussée de chaque personnage et l’enquête qui ne compte aucun temps mort, j’ai dévoré ce livre. Un final de dingue a parachevé ce bouquin que j’ai clairement adoré.
    "On les voudrait hideux, les monstres". Dans un monde jamais manichéen, l’auteur nous accroche dès les premières lignes par son écriture toujours précise et ciselé et nous malmène pour notre plus grand plaisir. On ne ressort pas indemne d’un tel livre !

  • LeSuricate 22 avril 2022
    Dans les brumes de Capelans - Olivier Norek

    "Dans les brumes de Capelans" signe le grand retour de Victor Coste. Et bon sang que j’ai aimé ce Coste. A la fois détruit et en pleine reconstruction, solitaire et pourtant toujours soutenu, ce Coste est encore plus humain et réaliste. Olivier Norek écrit un nouveau roman qui a parfaitement fonctionné sur moi. Rien n’est à jeter dans ce roman. Le style est toujours impeccable, l’ambiance au départ classique s’alourdit au fil des pages et le rythme vous accroche sans vous laissez le moindre répit. J’attends maintenant de voir où tout ça va nous mener, mais vu que l’auteur semble en avoir encore sous le pied, je n’ai aucune inquiétude pour la suite.

  • Mais lis m’élo 18 avril 2022
    Dans les brumes de Capelans - Olivier Norek

    Le voilà le retour tant attendu de Victor Coste, à mille lieues de son 93 et bien loin également de ses précédentes missions,Olivier Norek nous offre un huis clos "thérapeutique" entre un Victor Coste bourru et encore traumatisé par les évènements survenus 6 ans plus tôt ( si vous n’avez pas encore lu la trilogie code 93 foncez)et une jeune femme, témoin sous protection qu’il doit faire parler du prédateur qui l’a enfermé 10 longues années. Je n’ai pas vu passer ces 428 pages et je ne m’attendais pas à ce final très surprenant...
    Olivier Norek avait partagé tout l’été dernier son voyage à Saint Pierre et Miquelon et ses découvertes à travers des photos et des vidéos et ce sont ces partages qui m’ont aidé à plonger dans le décor des brumes de Capelans et à mettre des images sur plein de petits détails (les maisons colorées, le refuge pour animaux, les paysages...)
    C’est encore un gros coup de coeur pour moi et je me languis déjà de lire ses prochains romans (1 roman historique et le retour de Coste à nouveau comme il l’a confié à be polar.
    A découvrir donc pour les amateurs de polars et de la plume d’Olivier Norek.

  • Mes Carnets Litteraires 13 avril 2022
    Dans les brumes de Capelans - Olivier Norek

    Ce quatrième tome est une belle surprise !
    Après un démarrage un peu long, l’intrigue devient rapidement haletante et captivante.
    Mais ne vous y trompez pas, ce roman n’a plus rien à voir avec les précédents tomes (en tout cas avec les deux premiers car je n’ai pas lu le troisième) !
    Exit le 93 ! Terminée l’immersion aux plus près des policiers du SDPJ ! Bienvenue sur une île isolée loin, très loin, avec un Victor Coste seul et désabusé, mais terriblement touchant et attachant.
    Ce roman aux allures de thriller et non plus de roman policier, m’a embarquée grâce à son intrigue efficace et son ambiance brumeuse.
    La fin est riche en rebondissements et ma lecture s’est littéralement terminée en apnée !
    Une chose est sûre, je suis ravie de ce changement de cap !

  • Bill 11 avril 2022
    Dans les brumes de Capelans - Olivier Norek

    Je n’ai pas pu attendre. Enfin, si : 24 heures entre la sortie de ce roman et le moment où je m’y suis plongée. Je n’ai pas pu résister ni à l’attrait d’un nouveau roman d’Olivier Norek, ni au retour du Capitaine Coste ! 

    Et quelle claque ! 

    Un roman aux multiples rebondissements, où quand on pense approcher de la fin : le coupable est quasi identifié ... .il réapparaît là où on ne l’attend pas et le suspense monte encore jusqu’à la dernière page ! 

    Un roman passionnant, prenant, haletant.

    A la fin de ’Surtensions’, le Capitaine Coste a écrit une lettre de démission de la Police Nationale. Refusée par sa hiérarchie, on lui a proposé de participer à un nouveau programme de ’portection des témoins ou des repentis’, leur fournissant des résidences protégées le temps qu’ils finissent de donner des noms et de se fabriquer une légende.

    Victor Coste a été affecté à Saint Pierre et Miquelon, cet ilot battu par les flots et les vents à quelques encablures de Terre Neuve, où, des bancs de brume, les brumes de capelan, frappent l’archipel, tout comme Terre-Neuve au début de l’été, supprimant toute visibilité.

    C’est là qu’il va accueillir Anna, la première et unique survivante d’un kidnappeur et tueur de 9 jeunes filles. Anna que Coste va devoir apprivoiser pour qu’elle arrive à parler de son geôlier, le décrive et permettent aux équipes de métropole de le loger et de l’appréhender ...

    Je n’en dirai pas davantage, sauf ... lisez le ! 

    C’est pour moi un des meilleurs polars qui me soit passé entre les mains ! 

  • Marielle69 11 avril 2022
    Dans les brumes de Capelans - Olivier Norek

    Encore et toujours du grand, du très grand Norek !!
    Je viens de terminer ce roman et je suis toujours prise au milieu des brumes. Je n’ai pas envie de revenir dans ma réalité... Olivier Norek nous plonge une nouvelle fois dans la noirceur humaine, dans la complexité des personnages. L’ambiance est angoissante, prenante, jusqu’aux dernières pages avec un final grandiose.
    Bref, un énième coup de cœur pour cet auteur.

  • VirginieSchild 10 avril 2022
    Dans les brumes de Capelans - Olivier Norek

    Olivier Norek est un auteur humaniste qui a plus d une fiole d encre à son étagère, et leurs couleurs se mélangent au fil de ses romans, pour notre plus grand plaisir
    Dans les brumes de capelans est une lecture percutante qui se lit d une traite, ne nous laissant aucun repit, aucun temps mort. Je n ai reposé ce roman qu à deux reprises, et c etait à chaque fois pour reprendre mon souffle. L intrigue est captivante, le climax est fou, la météo nous fait perdre les sens. Quant au capitaine Coste, il y apparaît touchant , sans fausse note, terrible, sans pour autant nous effrayer, charismatique, sans même s en apercevoir. Foncez chez votre libraire !

  • universpolars 9 avril 2022
    Dans les brumes de Capelans - Olivier Norek

    Pour moi qui ai toujours nourri une préférence pour les trois premiers polars - authentiques ! - de Norek, écrits au 9mm, mettant en scène Victor Coste, c’est avec une certaine avidité que j’ai ouvert ce bouquin.

    Côtoyer à nouveau ce flic vrai, humain et intègre, ce chef de groupe qui a compris que la cohésion d’une équipe soudée est l’essence-même de la réussite et du maintien d’âmes malmenées (!!), et bien c’est comme retrouver un vieux pote perdu de vue depuis bien longtemps. Trop longtemps. Qu’as-tu fait durant tout ce temps ? Et, surtout, comment vas-tu depuis … ? Question légitime …

    Olivier Norek nous précipite dans son polar avec un prologue mémorable. En seulement quelques pages, il nous dresse un tableau plus que complet d’une harassante affaire criminelle longue de 10 ans. Le temps d’un bref effeuillage, il nous conditionne et nous implique totalement dans une enquête qui, pour ma part, me tracasse dès le départ. Tout cela en seulement quelques pages.

    Cette épuisante et laborieuse enquête sur la disparition de nombreuses adolescentes, va impliquer Victor Coste un peu à ses dépens, car notre homme s’est quelque peu réorienté professionnellement, depuis …

    Il ne s’est pas vraiment mis au vert mais, d’une certaine manière, il n’en est pas loin, dans une ambiance aussi blanche que brumeuse, dans un univers devenant de plus en plus noir. Ces teintes vous inspirent-elles ?

    La psychologie aura ici un rôle décisif et se mettre à la place de l’autre s’avérera primordial pour l’enquête. Olivier Norek nous plante face à une intrigante victime, Anna, qui peut se replier à tout moment mais qui doit absolument parler. Ce rôle d’équilibriste de la psyché, sans filet et exécuté en haute altitude, sera évidemment attribué à Victor Coste.

    Le doute et l’ambiguïté prendront la place de deux personnages à part entière, des êtres tapis dans l’ombre et qui apparaissent aussi lentement que soudainement, en se pointant devant nous, avec défiance. Méfiance. Que croire ? Qui croire ?

    Pour moi, le personnage de Coste constitue l’entier du bouquin. Il est l’histoire, il fournit toute la matière première - l’émotion ! - dont l’auteur a besoin pour construire cette trame. Les contacts et les interactions en sont l’essence. Oui, les relations humaines sont fortes, touchantes, et composent le moteur de cette intrigue qui n’est pas loin du huis clos. L’ambiance - la promiscuité ! - de cette île de Saint-Pierre (sud du Groenland et de Terre-Neuve) y est pour beaucoup. Cette immersion, cette ambiance, m’a maintenu en équilibre sur un fil en me tenant juste par le bout de la manche.

    L’un des personnages de cette histoire m’a fait un peu penser à une jeune fille d’un thriller de Pierre Lemaitre, qui se prénomme « Alex ». Je n’ai jamais pu oublier cette « Alex », de Lemaitre, et je sais que je n’oublierai jamais cette « Anna », de Norek. Pourquoi ? Car les âmes complexes m’attirent … Norek place l’humain sur le devant de la scène, tout au bout en équilibre, prêt à tomber au moindre souffle.

    J’aurais encore mille choses à dire, mais je les garderai pour moi. Il y a certaines émotions sur lesquelles je n’arrive pas mettre de mots. Il faut simplement les vivre, alors lancez-vous dans cette belle, profonde et tragique histoire.

    L’âme humaine, en souffrance, est parfois inextricable, indéfinissable et une sacrée sale p…

    Bonne lecture.

  • Aude Lagandré 7 avril 2022
    Dans les brumes de Capelans - Olivier Norek

    « Dans les brumes de Capelans » suit la trilogie commencée avec code 93 grâce à son personnage récurrent Victor Coste. Pourtant, c’est bien une nouvelle ère qui s’ouvre ici. Autre lieu, autre ambiance, autre job, le Capitaine Coste est lui aussi un autre homme. Flingué. Psychologiquement cabossé. Émotionnellement verrouillé. Dans ces conditions, enclenchement du réflexe d’autoprotection. Mission ? Ne pas laisser le dehors s’immiscer dans le dedans, ne pas risquer la moindre empathie, choisir son « public », les ordures, les monstres à balader sur le Styx de la justice. « Moi, je suis juste une balance. Je pèse les âmes de ceux qu’on m’envoie. Je vérifie s’ils méritent d’entrer dans le programme. Des informations utilisables en échange d’une nouvelle vie. Nouvelle identité, nouvelle adresse. C’est le deal. » Loin, très loin de la métropole, loin du 93 et de son ancienne vie, Coste intègre une forteresse retranchée sur une falaise à Saint-Pierre-et-Miquelon « à gauche du Groenland, à droite du Québec, juste en dessous de Terre-Neuve. » Un job facile, une légende crédible, une routine bien installée. Jusqu’à ce que Fleur Saint-Croix lui envoie Anna. Anna n’est pas une criminelle, Anna est une âme à protéger. C’est une rescapée, détenue pendant plusieurs années par un monstre qui a fait d’autres victimes. Anna est dangereuse parce qu’elle suscite des émotions et risque fort de réveiller ce qui était parfaitement enterré : un souffle de vie.

    Il n’a certainement pas été aisé de trouver la bonne manière de faire revenir Victor Coste après le drame subi dans « Surtensions », ni de sortir du cadre d’un endroit bien connu, le 93. Olivier Norek prend le pari de se mettre en danger, de mettre en danger ce flic bien connu de ses lecteurs pour le placer en terre inconnue. Ce Coste vacillant a toute sa place dans ce nouveau paysage incertain, où l’atmosphère comme la météo humaine est versatile. Les surprises réservées par le climat de Saint-Pierre-et-Miquelon sont parties intégrantes du récit, un personnage qui tantôt facilite l’existence de ses habitants, tantôt la complique. Vents, neige, phénomène de surfusion, brouillard sont autant d’allégories des états psychiques de Coste, et des métaphores de son existence. Un vrai travail sur son état mental a été effectué par l’auteur. Il ne m’a jamais semblé aussi proche de nous, aussi accessible que « Dans les brumes de Capelans », plus homme, moins flic au fil du roman. Peu à peu, sa capacité d’analyse froide et détachée laisse place aux émotions, avec tous les dangers que cela comporte. Le lecteur assiste aux balbutiements d’une renaissance, aux stupeurs et tremblements d’un flic matraqué par les horreurs de sa vie passée et de ses anciennes enquêtes qui ont laissé des cicatrices purulentes. Il y a une vraie connivence qui se crée entre le lecteur et Coste, comme si, en révélant un peu plus de lui, l’auteur incitait le lecteur à l’aimer davantage. Les fractures deviennent des caresses, les failles des points d’ancrage, la sécheresse apparente des douceurs à cueillir. Je n’ai jamais autant aimé Coste que lorsqu’il est moins Coste et plus Victor. Le soin apporté à l’écriture dans ce quatrième opus n’est pas étranger à ces constatations : Les descriptions de l’île permettent une visualisation très précise des lieux, les émotions de Coste sont décrites avec minutie et justesse, un vrai relief a été donné aux personnages secondaires, qu’il s’agisse d’Anna ou de Russo. Olivier Norek a créé un jeu de miroir avec ses personnages, ils sont tous « double ». Ils ont tous deux faces, celui qui se regarde et son reflet. Le brouillard qui aveugle l’île quelques semaines par an les rend non seulement incapables de voir au-delà d’eux, mais aussi inaptes à lire à l’intérieur d’eux-mêmes.

    Je ne voudrais pas que vous ayez l’impression de lire un essai de psychologie parce que « Dans les brumes de Capelans » est avant tout une enquête dont les ramifications se trouvent dans le passé. Autre flic, autre enquête. L’auteur utilise différents espaces-temps dans ce roman à la construction originale. J’ai par exemple beaucoup aimé les prologues en 3 prénoms. Coste est bien sur une nouvelle mission : faire parler Anna pour retrouver son bourreau et celui des autres victimes. Mais cette enquête est indissociable du vécu de chaque protagoniste, et ce sont bien les émotions qui la font avancer. Le récit est rythmé, les révélations sont données à point nommé, le puzzle se construit progressivement. Lorsque les brumes frappent Saint-Pierre-et-Miquelon et aveuglent ses habitants, le lecteur, lui, y voit beaucoup plus clair. Dans cette confusion atmosphérique, quand les scénarios se font plus précis, que la silhouette du monstre apparaît, que tous les possibles sont ouverts et que la vérité éclate, il ne reste pas vraiment d’air à respirer. Simplement une douleur, un supplice, une agonie qui laisse le lecteur exsangue, terrassé par l’acharnement du destin. « Il essaie de se reconstruire ici. Il essaie de redevenir solide, et nous, on est ses faiblesses. C’est pour ça qu’il est si solitaire. (…) Je crois qu’il y a plusieurs versions de lui. (…) je l’imagine comme un bouclier cassé qui ne peut plus parer que quelques coups. Je ne sais pas combien il peut encore en recevoir avant de s’effriter. »

    Il ne m’appartient pas de juger de l’écriture d’un auteur, de son évolution, mais il m’est autorisé à partager mes émotions. Or l’écriture et le déclenchement de ces émotions sont indissociables pour moi. Ce qui est exprimé avec finesse me va droit au cœur. Ce qui interroge notre humanité me touche. Ce qui provoque l’empathie me fait me sentir vivante. « Dans les brumes de Capelans » est en ce sens une réussite totale. Je lis pour vibrer et Olivier Norek me fait vibrer.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.