Qaanaaq - Mo Malo

Notez
Notes des internautes
8
#AvisPolars
Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !
Vous devez être inscrit ou connecté pour bénéficier de votre médiathèque!
Notez
Votre note
Notes des internautes

Résumé :

Dans le vaste pays blanc, l’esprit de Nanook se réveille. Le grand ours polaire, seigneur des lieux, protégera les siens. Jusqu’au bout.
Adopté à l’âge de trois ans, Qaanaaq Adriensen n’a jamais remis les pieds sur sa terre natale, le Groenland. C’est à contrecoeur que ce redoutable enquêteur de Copenhague accepte d’aller aider la police locale, démunie devant ce qui s’annonce comme la plus grande affaire criminelle du pays : quatre ouvriers de plateformes pétrolières ont été retrouvés, le corps déchiqueté. Les blessures semblent caractéristiques d’une attaque d’ours polaire. Mais depuis quand les ours crochètent-ils les portes ?
Flanqué de l’inspecteur inuit Apputiku – grand sourire édenté et chemise ouverte par tous les temps –, Qaanaaq va mener l’enquête au pays des chamanes, des chasseurs de phoques et du froid assassin. Et peut-être remonter ainsi jusqu’au secret de ses origines.

Vos #AvisPolar

  • Ophé Lit 11 septembre 2018
    Qaanaaq - Mo Malo

    Chronique d’une déception.

    Ce roman de l’énigmatique Mo Malø je l’attendais, comme beaucoup d’entre vous. Il faut dire qu’entre la communication faite autour de la sortie du livre, le secret autour de l’identité de l’auteur et les chroniques dithyrambiques, je brûlais d’envie de le lire.
    Peut être trop... trop d’impatience, trop de pub, trop d’attentes par rapport à ce roman. Et plouf...
    Je n’ai pas accroché. Que ce soit l’histoire ou les personnages, l’ambiance... Aucune émotion n’est venue accompagner ma lecture. Laborieuse durant la première partie, la seconde n’a pas davantage comblé mes espoirs.

    Pourtant Mo Malø évoque des sujets intéressants : il dépeint un Groenland qui oscille entre tradition et modernité. La difficulté pour ce pays de trouver le juste équilibre entre la préservation de son histoire et la nécessaire évolution attendue par les jeunes générations.
    Des difficultés que rencontrent d’autres pays colonisés : le combat pour l’indépendance et ses possibles conséquences.
    En toile de fond, l’omniprésence du pétrole et l’importance de l’or noir dans la vie économique de l’île continent.

    L’écriture est fluide, l’auteur a régulièrement utilisé des termes inuits pour ancrer son histoire au Groenland, mais malheureusement la magie n’a pas opéré. Je n’ai pas su me projeter dans l’ambiance, l’histoire... je n’ai ressenti aucun attrait pour les personnages, aucun d’entre eux ne m’a touché malgré des trajectoires de vie parfois difficiles. Enfin l’intrigue ne m’a pas convaincue, trop alambiquée pour moi.

    Rendez-vous manqué donc mais je sais que d’autres amis blogueurs ont beaucoup aimé. À vous de vous faire votre idée !

  • jeanmid 29 septembre 2018
    Qaanaaq - Mo Malo

    Qaanaaq c’est pour commencer un roman en noir et blanc : le blanc de cette neige immaculée, de cette banquise où vivent ces puissants ours blancs et le noir de l’or noir dont les compagnies pétrolières se disputent les ressources groenlandaises . C’est ensuite un retour aux sources : celui de l’enquêteur de la Crim , Qaanaaq Adriensen , né au Groenland et adopté au Danemark qui est dépêché au Groenland afin de découvrir qui a tué ces quatre ouvriers employés par Green Oil , l’une des sociétés qui exploite le pétrole local .
    Des crimes particulièrement atroces qui montrent une bestialité extrême comme si un animal - un ours ? - s’était acharné sur les pauvres hommes .
    A l’aide de la police locale - loin d’avoir les moyens et les techniques de la police danoise - et notamment de l’inspecteur inuit Apputku , il va tenter d’éclaircir les mystères qui entourent ces assassinats malgré une nuit hivernale , un froid polaire et une pression politique permanente.
    Mo Malø nous montre ici l’envers de l’image de carte postale que nous avons tous en tête du Groenland. Un pays secoué par des tensions liés à la montée du nationalisme et à la volonté d’émancipation vis à vis du Danemark , considéré par beaucoup d’inuits comme un pays colonisateur. Des tensions également provoquées par l’attrait des pétrodollars qu’agitent devant le visage des politiques locaux les compagnies internationales convoitant les richesses du sous sol groenlandais.
    Si le fonds du décor qui sert de support au roman est intéressant, l’histoire elle même est tant dépaysante que passionnante nous faisant découvrir le Groenland à travers les yeux d’un ancien autochtone que la civilisation européenne a formatée et qui redécouvre son pays natal au tournant de son Histoire. L’enquête au long cours est semée de multiples rebondissements inattendus dans un univers glacé où les pistes se découvrent avec patience et aussi grâce à quelques intuitions fulgurantes.
    QAANAAQ où la naissance d’un prochain héros récurrent du Roman policier français ?

  • Clarmac 13 décembre 2018
    Qaanaaq - Mo Malo

    On s’évade, on s’impatiente autant que l’on apprend.

    L’intrigue se déroule de manière très fluide dans une atmosphère polaire.
    L’enquête, le personnel, la politique et le sociétal s’entremêlent, se juxtaposent, et c’est avec enthousiasme et impatience que je parcourais les lignes de ce roman.

    Lecture suivante....

  • meslivresetmoi33 7 février 2019
    Qaanaaq - Mo Malo

    Un coup de cœur pour moi !
    Une immersion totale au Groenland, ses paysages, son climat rude, sa politique, sa société. Un livre où le travail de recherche de l’auteur sur le pays est impressionnant et précis. Il nous décrit avec justesse la vie au Groenland entre progrès et traditions Inuites.
    Une enquête dense sur des meurtres perpétués sur une base pétrolière. Les meurtres ressemblent à des attaques d’ours polaires, mais les ours ne savent pas ouvrir les portes… qui peut bien être derrière ses meurtres ? Pour quelle raisons ? L’Inspecteur Qaanaaq Adriensen va enquêter et va découvrir plus de choses qu’il ne l’aurait souhaité ! Lui-même originaire du Groenland mais adopté par des Danois va apprendre beaucoup sur l’histoire des Inuits.J’ai adoré ce personnage si attachant et j’ai hâte d’avoir le prochain tome entre mes mains.
    Un livre qui se déguste au coin du feu pour bien s’imprégner de l’ambiance polaire !

  • ciloulecture 28 février 2019
    Qaanaaq - Mo Malo

    Depaysant et surprenant, ce livre m’a plu. Dès les premières pages j’ai été transportée au Groenland en compagnie de Qaanaaq et Apputiku.
    J’ai appris beaucoup de chose sur le mode de vie dans ces régions glaciales, ainsi que sur la géographie des lieux.
    Je dirai que l’enquête passe même au second plan, tant nous sommes immergés dans la vie des personnages que Qaanaq va rencontrer au cours de ses investigations, mais c’est cela qui fait la richesse du livre.
    Le rythme est certes lent, mais cela ne nuit pas à l’histoire car l’auteur prend Le temps de décrire chaque personnage,et chaque lieu, ce qui fait qu’on s’y croirait !!
    . L’enquete sur fond d’ecologie et de politique est interéssante et originale. Des rebondissements savamment disséminés dans le récit maintiennent le lecteur en haleine.
    Je me suis attachée aux personnages, même si je me suis un peu perdue dans tous ces noms étrangers difffi iles a mémoriser.
    J’aurai aimé en apprendre plus sur le passé de Qaanaaq. J’espère le retrouver pour une prochaine enquête !!
    Ce livre diffère vraiment de ce que j’ai l’habitude lire, il m’a fait l’effet d’un bol d’air frais ! Si vous cherchez un thriller qui vous fera voyager, optez pour " Qaanaaq".

  • Encore Un Livre 28 février 2019
    Qaanaaq - Mo Malo

    Etant un genre que j’affectionne particulièrement,on peut dire que j’en ai lu des polars scandinaves, mais en ayant quelques exigences…ne me faites pas lire un polar où l’intrigue peut se transposer ailleurs et où réside le manque culturel, je n’en vois pas l’intérêt. Il m’est donc déjà arrivé d’être déçue et d’avoir eu cette impression de perdre mon temps.

    Surprise avec Qannaaq ! Parce qu’il faut dire qu’un auteur inconnu, français qui écrit un son premier polar nordique j’avais un peu d’appréhension mais j’étais confiante pour avoir suivi l’auteur sur les réseaux sociaux ..
    Qaanaaq m’a conquise !! Il remplit toutes mes conditions ! Il est remarquable !

    C’est un polar d’une remarquable complexité et saisissant dès les premières pages, immédiatement j’ai été prise dans les filets avec un prologue effroyable et assez violent : En 1975 un massacre familiale d’une extrême violence, qui ne laisse quasiment aucune chance aux victimes.
    L’idée d’un thriller addictif qui surfe sur la mode du nordique (un de plus) peut se faire sentir, mais je suis vite rassurée.

    L’immersion au Groenland et plus précisément sur sa côte sud-ouest est instantanée grâce à l’inspecteur Qaanaaq Adriensen. Face à de multiples massacres perpétrés aujourd’hui il est dépêché sur sa terre natale depuis Copenhague. Parce que c’est grâce à ce danois revendiqué que les multiples curiosités et explications à l’égard de cette société groenlandaise, que l’on va aller de découvertes en découvertes : Les croyances, les mœurs et les côtés sombres du Groenland. C’est vraiment la valeur ajoutée à ce roman, l’auteur nous apporte des connaissances et un nouveau regard sans pour autant avoir des passages creux et vides, c’est vif et dynamique.

    L’intrigue possède la force du polar scandinave : De la noirceur, une belle profondeur culturelle, bien équilibrée avec l’enquête. L’auteur sait rebondir au bon moment pour nous apporter un nouvel éclairage et nous embrouiller l’esprit, car il s’agit quand même d’une enquête complexe et originale.

    J’ai adoré ce polar nordique écrit avec un style épuré et très agréable, qui fait la part belle à ce style littéraire qu’est le polar sociétal bien trop boudé par les lecteurs.

    Il fera partie de mes plus belles lectures nordiques, il a comblé mes attentes en deux petits jours et m’a beaucoup surprise avec un côté addictif, une histoire originale où tout n’est ni tout blanc ni noir..

  • 1001histoires 13 mars 2019
    Qaanaaq - Mo Malo

    Depuis 2009 et la loi d’autonomie étendue, seul un fil ténu relie encore le Groenland au Danemark. Le kalaallisut est devenu la langue officielle, le danois n’est plus utilisé que dans les quelques administrations dépendant encore de Copenhague, la police et la justice en font partie. Un parlement a été élu, des indépendantistes y siègent. Kim Kielsen est premier ministre, dans le roman comme dans la vraie vie. Mais il reste une étape à franchir pour accéder à l’indépendance : le référendum. Et avant le Groenland doit gagner son autonomie financière et celle-ci repose sur le pétrole. Alors son exploitation a été confiée à des multinationales qui font largement appel à des travailleurs détachés : russes, chinois, africains et bien d’autres nationalités déferlent sur le Groenland. Et les problèmes arrivent : argent et pauvreté, modernisme, tourisme, trafics d’influence, prostitution de la jeunesse, violence. La civilisation inuite se sent menacée, engrenage classique vers la création de groupuscules un peu xénophobes, fortement identitaires et peut-être radicalisés. A cela s’ajoute un désastre écologique annoncé par le réchauffement climatique.

    C’est dans ce contexte que Mo Malø tisse la toile de son roman. Les descriptions sont précises, les anecdotes historiques et sociétales nombreuses. L’immersion est parfaite, le lecteur séjourne au Groenland pendant presque 500 pages garantes de multiples découvertes que j’ai approfondies et illustrées avec internet.

    Trois meurtres ont été commis à Nuuk la capitale du Groenland, trois ouvriers étrangers employés sur une gigantesque plate-forme pétrolière. Les cadavres ont été déchiquetés comme si un ours polaire s’était acharné sur eux. Nous sommes en octobre. Qaanaaq Adriensen est Capitaine à la Crim de Copenhague, envoyé en renfort pour résoudre ce triple assassinat. Dans le Grand Nord seul le prénom ( l’atek ) compte, donc pour tout le monde, il est tout simplement Qaanaaq ( il faut prononcer Hraanaak ) d’autant plus qu’il est né ici, entre l’inlandsis et la banquise. Il a quitté son pays natal il y a quarante deux ans alors qu’il n’était encore qu’un bébé. Qaanaak est de retour parmi les siens, parmi les Inuits dont il ignore tout. Alors il photographie sans cesse, les paysages, les gens, les maisons, les cadavres qui se multiplient.

    L’enquête de Qaanaaq piétine, il manque de moyens et ses collaborateurs locaux sont peu disposés à l’aider à l’image de Rikke Engell la directrice danoise de la police groenlandaise. Seul Apputiku, l’inspecteur Inuit, lui apporte sa sympathie et son dévouement. Qaanaaq est un expert en interrogatoires, il n’a pas son pareil pour déstabiliser un suspect. C’est aussi un flic tenace qui n’hésite pas lorsque deux nouveaux cadavres mutilés comme ceux de Nuuk sont découverts à 1600 km plus au nord : il s’envole aussitôt pour ... Qaanaaq.

    Qaanaaq est un village au nord du 66ème parallèle. En octobre il y fait nuit même le jour. C’est le désert blanc où les déplacements se font avec des chiens de traineau. C’est le domaine des froids extrêmes, des tempêtes arctiques et de la banquise instable. La glace de la calotte glaciaire est épaisse de 1600 mètres en moyenne. On se nourrit de viande de phoque conservée dans des congélateurs entreposés à l’extérieur. Les chamanes sont respectés. On y craint l’ours polaire, on y croise la chouette harfang et c’est un des rares endroits où on peut encore y acheter des tupilak, ces rares petites statuettes taillées dans des défenses de morse. Dans la seconde moitié du 20ème siècle, on y parlait de bases militaires secrètes, d’armes nucléaires et de populations déplacées.

    C’est dans ce contexte que Qaanaaq voit se dessiner la vérité mais plus il approche du but plus les dangers le menacent. Au nord du 66ème parallèle, la haine et la vengeance motivent autant la violence que les enjeux pétroliers.

    Mo Malø offre un roman où tous les codes du polar sont respectés : fausses pistes, rebondissements, des bons et des méchants, des indices infimes pour sortir d’une impasse, de l’action, un héros attachant tourmenté par son passé. Et il y a le dépaysement, avoir choisi le Groenland il fallait oser et la réussite est là, incontestablement.

    Mo Malø a promis de retourner au Groenland. Pour y chercher de nouveau l’inspiration ? Imaka ...

  • booksandmartini 14 mars 2019
    Qaanaaq - Mo Malo

    Alors là, c’était du dépaysement total !

    Avec Qaanaaq, on part à la découverte de Groenland, pays mitigé entre modernité et tradition inuit. On part aussi à la découverte des enjeux politique entre le Groenland, riche de pétrole, et le Danemark. Histoire de meutre qui entraîne un inspecteur danois dans le pays du grand froid. Le tout sur un fond blanc de banquise et de neige.

    J’avais attendu avec impatience de pouvoir ouvrir ce livre et me plonger dans ce pays dont je ne connaissais absolument rien, j’avais aussi hâte de découvrir la plume de Mo Malo. Et sur ce point je n’ai absolument pas de regret, j’ai adoré la fluidité du roman, la manière simple, efficace mais pourtant rempli de détails dont sont décrit les paysages. L’histoire ne prend pas trop de temps à évolué, les rebondissements de l’enquête arrive toujours au bon moment. Mo Malo nous emmène très facilement à la découverte de ce pays, à ces enjeux politique mais aussi sur la culture inuit, qui restait pour moi tous de grand inconnu.

    Mais pourtant la arrive mon problème. Soit j’avais beaucoup trop d’attente sur ce livre. Soit c’est un véritable coup de maître de l’auteur. Parce que j’ai eut énormement de mal a me mettre dans l’histoire, à me sentir bien avec ce livre en main. Un peu comme le personnage qui a du mal a s’adapter au Groenland. Alors ai-je quelque part ressentit toute l’hostilité, si je puis dire cela ainsi, de ce pays moi aussi à travers ce roman ? Peut être.

    Car malgré tout j’ai tellement hâte de retrouver Qaanaaq Adriensen dans la suite de ces aventure !

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.