Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Nuuk - Mo Malø

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

10 #AvisPolar
5 enquêteurs
l'ont vu/lu
4 enquêteurs
Veulent le voir/lire

L’inspecteur Qaanaaq Adriensen, chef de la police de Nuuk, capitale du Groenland, a été obligé de s’exiler au Danemark. En proie à des démons qui le hantent, il est finalement autorisé par une psychologue de renoncer aux expéditions sanglantes qui sont devenues la normes depuis qu’il est en poste ici.

Au Groenland, le taux de suicide des jeunes est l’un des plus élevés au monde. Mais lors de sa tournée de routine dans les différentes villes de la grande île blanche, Qaanaad Adriensen est confronté à plusieurs morts vraiment très rapprochées - trop rapprochées, pense Qaanaaq. Ainsi celle d’une jeune femme écrasée au pied du mont Uummannaq...Il suspecte que la rudesse du climat et la misère sociale ne sont pas seuls responsables de cette étrange "épidémie". Surtout quand il retrouve, chez deux de ces jeunes gens sans liens apparents, les traces du passage d’un même et mystérieux chamane...

Alors qu’il doit reprendre l’hélicoptère pour une autre destination, Qaanaaq reçoit un colis apporté par un petit garçons. À l’intérieur de la boîte Tupperware : une main humaine, tranchée nette, sur laquelle figure un tatouage cousu selon un rite très ancien que presque plus personne ne pratique.

En dépit des interdictions de sa hiérarchie, et d’une fragilité psychologique qu’il ne peut plus se cacher, Qaanaaq va se lancer dans une nouvelle course-poursuite meurtrière.

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Vos #AvisPolar

  • LeahBookAddict 22 juillet 2020
    Nuuk - Mo Malø

    Ce tome 3 est magistral !
    On retrouve nos acolytes préférés dans une nouvelle enquête palpitante toujours dans l’environnement magnifique du Groenland, plus particulièrement à Nuuk cette fois ci et je dois dire que je me suis régalé.
    Est ce que je l’ai lu en une journée ?
    Imaqa 🙊
    Cette enquête est glaçante et je n’ai rien vu venir comme d’habitude avec Mo Malø qui a le don de nous tenir en haleine jusqu’au bout !
    Encore de belles découvertes sur les coutumes Inuits, c’est fascinant.
    Le personnage de Qaanaaq me plaît tellement ainsi qu’Appu et j’ai hâte de suivre leur prochaine aventure !
    Nuuk est un coup de cœur total ❤❤❤

  • mavic 23 juillet 2020
    Nuuk - Mo Malø

    Avec ce troisième opus, j’ai la sensation de savourer un menu exquis dans un restaurant gastronomique dont on ne se lasse jamais.

    Qaanaaq était la mise en bouche. Celle qui vous met l’eau à la bouche, qui prend le temps de se mettre en place et vous promet une suite mémorable.

    Disko était l’entrée. On continue de monter en puissance, on continue de découvrir les protagonistes et on savoure chaque page jusqu’à la toute dernière en attendant déjà avec impatience le prochain.

    Et Nuuk, c’est le plat de résistance et le dessert à la fois. On s’élève encore d’un cran, on prend plus de plaisir qu’à la dernière bouchée et on termine en apothéose totale. Repu, soulagé, heureux et avec la promesse d’y revenir bientôt.

    Je vous parle aujourd’hui de Nuuk de Mo Malo aux éditions de La martinière.

    Vous l’aurez compris avec cette introduction, j’ai adoré Nuuk et surtout j’ai adoré retrouver Qaanaaq Adriensen et Apputiku Kalakek.

    Ce duo fonctionne à la perfection. Je me suis attachée à eux, j’aime leur complicité, leur amitié pas comme les autres et leur évolution depuis le tout premier opus. Ils contribuent grandement à apprécier encore un peu plus ce polar nordique et à se plonger dedans avec avidité et plaisir.

    Dans Nuuk, on suit ces deux-là mais on apprend à connaître les autres membres de l’équipe également. Ils sont là, en arrière plan depuis le début et pourtant chacun d’entre eux tire son épingle du jeu et permet d’avancer le pion dans des casses-têtes bien complexes.

    D’ailleurs, là où l’affaire semble banale et sordide par son caractère tristement habituel, va se révéler une histoire bien plus compliquée et glauque que prévu.

    Et ce qui est d’autant plus intéressant ici et plus marquant c’est ce que dénonce l’auteur à travers son intrigue. Il démontre la société groenlandaise telle qu’elle est de nos jours avec ses failles économiques, sociologiques et politiques mais en dépeignant également les aspects positifs. Tout n’est pas blanc ou noir mais en demi teinte selon le point de vue où l’on se place et Nuuk le montre parfaitement.

    J’ai trouvé qu’ici l’histoire prenait un virage un peu plus personnel puisqu’on pénètre dans l’intimité de Qaanaaq et le bazar que sont ses pensées depuis la fin du deuxième tome (oui c’est une invitation à lire celui-là si ce n’est pas déjà fait). On le voit batailler avec ses démons, tout en menant de front son travail et sa vie personnelle qui va se trouver bien chamboulé.

    Et dans le même temps, il va se retrouver au cœur d’une enquête où les légendes prennent vies et les traditions perdurent. Encore une occasion d’en apprendre plus sur la culture groenlandaise pour mon plus grand plaisir.

    L’auteur s’appuie toujours autant sur les décors et l’environnement pour nous imprégner de l’intrigue et pour que l’on puisse s’immerger plus facilement encore. Peu de difficultés pour s’imaginer les paysages environnants et le danger qu’ils peuvent représenter quand Mère Nature reprend ses droits. Là-bas, c’est Elle qui décide et nos protagonistes continuent de s’adapter pour ne pas se retrouver en mauvaise posture.

    Et étrangement, j’ai trouvé que l’on entrait assez vite dans le vif du sujet et que j’étais plus en apnée que pour les deux premiers. C’est toujours un florilège d’émotions qui m’assaillent surtout lorsque je suis parvenue au dénouement et que j’étais fermement accroché à mon livre, ne voulant en aucun cas le refermer tant que je n’avais pas eu le fin mot de l’histoire.

    En bref,

    Je pourrais t’en parler pendant des heures en vérité de Nuuk.

    A quel point il m’a touché.

    A quel point la plume de l’auteur monte toujours d’un cran à chaque nouvelle parution.

    A quel point j’ai apprécié de lire ce livre en même temps que je contemplais les photos que Mo Malo publiait sur ses comptes Facebook et Instagram.

    A quel point j’en redemande encore.

    A quel point je vous le conseille pour toutes les raisons évoquées plus haut.

    Alors, voilà. Lis-le. Découvre-le. Savoure-le.

  • l’oeil de sauron 15 août 2020
    Nuuk - Mo Malø

    Dans cet opus, on retrouve Qaanaaq après l’avoir laissé en mauvaise posture dans Disko, il est bien sûr accompagné de mon personnage préféré, Appu. Comment ne pas aimer ce flic un peu débonnaire qui connait pourtant une évolution flagrante au fil du temps ? Si j’ai apprécié ma lecture, je l’aurais souhaitée plus noire et violente, plus à l’image que je me fais de ce pays si intense.

    J’ai beaucoup de difficulté à faire ce retour, tant les idées arrivent de façon brouillonne, impossible de m’organiser, je suis partagée. D’un côté, j’ai l’histoire, l’écriture, le voyage, tout ce qui fait que j’aime les thrillers, et d’un autre, un fait a totalement parasité ma lecture au point d’aller vérifier sur Internet si ce que je croyais savoir était vrai ou pas. Ma mémoire ne m’a pas fait défaut, hélas, et même s’il existe deux cas référencés dans le monde de la variante décrite dans le livre, je regrette qu’on ne le mentionne pas. Pourquoi ne pas avoir acter cette rareté plutôt que de la faire passer pour normale ? Je ne comprends toujours pas et, ça m’a fait grincer des dents et c’est dommage parce que, vraiment, ça m’a gênée.

    Bien sûr, je continuerai de lire les aventures de Qaanaaq parce que j’ai envie de continuer à suivre ses personnages si différents, cette vie si différente. Mais, vous l’aurez compris, celui ci n’est pas mon préféré et c’est vraiment ce détail qui m’a plombée.

    https://loeildesauron190081932.wordpress.com/2020/08/15/nuuk-de-mo-malo/

  • sorayabouquine 23 août 2020
    Nuuk - Mo Malø

    Après Qaanaaq et Diskø, voici Nuuk, le troisième opus qui nous amène encore une fois en terre polaire en compagnie de l’inspecteur Qaanaaq Adriensen.

    On retrouve Qaanaaq dix huit mois après l’enquête menée sur la baie de Diskø.
    En proie à des démons qui l’obsèdent, il est surveillé de près par sa hiérarchie et contraint à suivre une thérapie. Autorisé à revenir sur le sol Groenlandais, il ne va pas tarder à pour découvrir le mystère qui entoure le suicide de nombreux jeunes du Groenland. Toujours aux côtés de son fidèle assistant Appu.

    Une enquête palpitante au cœur du Groenland. Mêlant légendes et coutumes. J’ai adoré l’aspect anthropologique de ce polar qui assure un dépaysement total.

    Une saga que je vous conseille si vous voulez frissonner au coeur de la banquise. J’avais déjà adoré Diskø, il en est de même pour Nuuk. Il me reste Qaannaaq à lire ..
    .

  • MissPuche 29 août 2020
    Nuuk - Mo Malø

    NUUK est le 3ème tome des aventures de l’inspecteur Qaanaaq Adriensen. J’ai découvert cette série et tout particulièrement ce livre grâce à BePolar et je ne suis pas déçue ! C’est un polar noir qui continue à nous faire voyager à travers les vastes étendues blanches du Groenland. L’auteur, Mo Malo, nous apprend cette fois-ci la difficulté des jeunes à vivre dans ce pays où le taux de suicide est élevé et nous fait découvrir les traditions inuites et plus particulièrement le chamanisme ; traditions ici détournées à des fins criminelles. L’intrigue fonctionne et tient en haleine.
    J’attends avec impatience la prochaine enquête !

  • Killing79 3 septembre 2020
    Nuuk - Mo Malø

    Je n’avais jamais lu Mo Malo mais j’avais déjà lu Frédéric Mars. Ces deux noms ne sont en fait que des pseudonymes d’un même auteur. Comme j’avais beaucoup aimé « La lame » du second, je me faisais une joie de découvrir la face nordique du premier.

    Le moins que l’on puisse dire, c’est que cet écrivain sait créer une ambiance. Dans les pas du personnage principal, on voyage à travers le Groënland. Sur cette gigantesque île, on ressent la neige, le froid, l’atmosphère polaire qui règne dans ces multiples contrées isolées. Le dépaysement est total.

    Afin d’aller plus loin dans l’immersion, l’auteur s’attarde sur le mode de vie des habitants. On découvre en filigrane de l’aventure leurs us et coutumes. L’auteur cale aussi son scénario sur les mythes et les croyances encore bien présentes dans le pays. Le travail de recherche a dû être important pour coller au mieux à la réalité. Le résultat est convaincant et j’ai appris beaucoup de chose sur cet endroit.

    En ce qui concerne l’action elle-même, Qaanaaq est un homme charismatique. Son tempérament fort mais aussi ses faiblesses font de lui un héros qui marque les esprits. Autour de lui, les personnages secondaires sont aussi très attachants. On est donc ravi de suivre tout ce petit monde dans leurs péripéties personnelles et professionnelles.

    Mo Malo nous entraîne dans une histoire glaciale et maîtrisée, dont l’énigme bien ficelée m’a tenu en haleine de bout en bout. Je regrette seulement d’être passé à côté des épisodes précédents parce que j’aurais aimé en connaître plus sur cette petite équipe. Certains éléments me manquaient même s’ils n’ont pas gêné ma lecture. Mais cela ne sera que partie remise, parce que je compte bien corriger cette anomalie et repartir de plus belle sur les traces gelées de Qaanaaq !

    http://leslivresdek79.com/2020/09/03/578-mo-malo-nuuk/

  • angelita 12 septembre 2020
    Nuuk - Mo Malø

    Nuuk de Mo Malø, présentation
    Décembre 2018, quelques jeunes fument après une fête. Dehors, autant de jeunes filles. Viols en perspective.

    Un an plus tard, elle gravit une montagne. Elle fuit les hommes qu’elle déteste. Elle est sauvée du suicide.

    Qaanaaq, après plusieurs mois, est interrogé pour savoir s’il peut rester flic.

    Avis Nuuk de Mo Malø
    Après une période de convalescence, avoir été mis au placard, Qaanaaq est de retour au Groenland avec compagne et enfants. Massaq est enceinte et doit bientôt accoucher. Sur ordre de celui surnommé La fourmi, Qaanaaq pourra réintégrer son poste de chef de la police groenlandaise seulement si il fait la tournée des villes qui lui sont imposées et s’il consulte un psychologue. Il doit être disponible. Mais le naturel revient au galop. Au cours de ces tournées, il doit faire face à des suicides de jeunes gens et on lui adresse des paquets de membres humains. Est-ce que Qaanaaq écoute La fourmi ? Pas forcément, mais il informe son meilleur ami Appu de toute ses découvertes. Ils vont travailler tous les deux de concert en faisant très attention à ce que cela ne se sache pas.

    Qaanaaq pourra compter également sur son équipe. Et cela lui fait chaud au cœur de se sentir si bien entouré. Si professionnellement, il plonge dans son enquête éperdument, comme s’il fuyait quelque chose, sentimentalement, c’est le moment où il doit également sauter le pas. Mais après plus de 40 ans, seul, avec un passé tout de même difficile à appréhender, est-ce si difficile de devenir chef de famille ? Une femme et trois enfants. Cela lui plaît très certainement, mais il ne veut absolument pas leur faire de mal.

    Qaanaaq doit faire la paix avec son passé, ses parents adoptifs et sa mère biologique. Il doit également ne plus se sentir autant concerné par ses enquêtes, ne plus penser que tout lui est destiné. Cela sera un travail long, certes, mais ce sera à ce prix qu’il pourra peut-être heureux.

    Mo Malø nous offre, encore une fois, un roman très documenté. Même si les descriptions des paysages sont toujours superbes, il s’intéresse ici à un sujet de société, le suicide des jeunes gens au Groenland. Mais pas que le suicide, il détaille également les violences que peuvent subir ces enfants au sein d’un groupe familial, et cela peut être des violences physiques mais aussi psychologiques. Il détaille également les traditions inuit et surtout celles des tatouages et pas n’importe lesquels, ceux qui sont cousus. Entre traditions et modernité, joug du Danemark. le Groenland tente de survivre, de vivre. Et comme dans toutes sociétés, il y a ceux qui en profitent pour avoir une mainmise psychologique sur les plus faibles. Mais Nuuk, ce n’est pas que ça, ce sera aussi une histoire d’amour-vengeance envers un double.

    Oui, pas mal de descriptions dans ce roman. Comme d’habitude, on ressent le froid, les tempêtes, la chaleur humaine également. Mais Mo Malø donne plus de poids aux personnages qui pourraient être considérés comme secondaires, comme Appu qui prend plus de valeur et les deux autres enquêteurs de Qaanaaq. Ce dernier a une super bonne équipe. Et que dire de Lotte, la légiste en qui Qaanaaq a confiance. Elle me fait un peu penser à Kay Scarpetta.

    J’ai lu les trois romans dans l’ordre. J’ai adoré les deux premiers mais moins celui-ci. Je ne sais pas pourquoi. Cela n’enlève rien aux qualités de l’auteur que j’apprécie énormément sous ses différents pseudos. Je pensais également que ce serait la fin des aventures au Groenland car l’auteur a l’habitude d’écrire ses romans par trois, mais il semblerait que non. Donnera-t-il plus d’ampleur à Appu, à Lotte, sur un un prochain roman ? A moins qu’il n’en ait pas fini avec Qaanaaq.

  • Sharon 16 octobre 2020
    Nuuk - Mo Malø

    Troisième volume des enquêtes de Qaanaaq à ce jour - et j’ai attendu le premier jour des vacances pour le lire. J’aime à la fois lire les enquêtes de ce policier, tout en remarquant certains traits d’écriture qui sont autant d’épines dans ma lecture.
    Alors oui, c’est un roman policier. Mais ce n’est pas ce qui m’intéresse le plus à sa lecture. ce n’est pas non plus la découverte des traditions inuits, ou de la vie au Groenland, où l’un des plus fort taux de suicide des jeunes est enregistré. Ne cherchez pas, il n’y as pas d’avenir sur cette terre de glace, les villages se meurent les uns après les autres, et les jeunes, adolescents comme adultes, n’ont que peu de lieux où ils peuvent se retrouver, voire s’amuser.
    Non, le thème qui m’intéresse le plus est celui de la famille et de la transmission. Qaanaaq sait, depuis les tomes précédents, quelles sont ses origines. S’il a perdu pied - et bien avant que commence le premier tome - il n’a pas fini de découvrir des faits dont il se serait bien passé. Et pourtant... C’est un nouveau départ qui s’offre à lui, avec son union avec Massaq, et la naissance de son troisième enfant. S’il n’a plus de famille, ni adoptive, ni biologique, il en a reconstitué une avec son adjoint inuit Apputiku Kalakek dont il est très proche. Il nous montre ainsi certaines traditions - il se trouve toujours, dans une communauté, quelqu’un qui peut prendre votre enfant en charge assez rapidement, pour une soirée ou davantage. Il nous montre aussi comment certaines traditions peuvent être dévoyées. Il est des adultes qui font des choix, conscients, comme l’a fait la mère biologique de Qaanaaq, et même si c’est dur à encaisser, même si bien des questions resteront sans réponse, le policier constate bien que personne n’a forcé sa mère à accomplir ce qu’elle a accompli.
    Ce n’est pas forcément le cas de toutes ces jeunes filles que l’on retrouve mortes, et dont les noms s’égrainent les uns après les autres. Tout semblait sourire à l’une, tout était sombre pour l’autre, et pendant ce temps, quelqu’un s’amuse à un jeu de pistes macabre avec Qaanaaq, le renvoyant une fois de plus, et bien malgré lui, à son passé, à celui de son père adoptif aussi, dont il n’est jamais parvenu à lire les romans, qu’il juge médiocre. Qui peut bien lui en vouloir, parce que c’est bien lui qui est visé, lui qui paiera de sa personne à nouveau, et pas qu’un peu. Il se retrouvera au coeur d’une enquête qui allie les mythes inuits et surtout les dérives d’une jeunesse en désamour, livrée à elle-même et privée du soutien d’adultes responsables et aimants.
    Le roman se termine sur un nouveau coup de théâtre... et j’espère qu’il y aura un tome 4 pour, peut-être enfin, éclaircir certaines zones d’ombre liées à la famille adoptive de Qaanaaq.

  • lecturesdudimanche 4 novembre 2020
    Nuuk - Mo Malø

    Nous voilà de retour au Groenland pour cette troisième aventure de Qaanaa Adriensen ! Force est de constater que les histoires se suivent mais ne se ressemblent pas ! Qaanaaq est dans le collimateur de sa hiérarchie délocalisée, et il doit faire preuve de bonne volonté pour garder son statut de chef de la police. Finies, les courses contre la montre sanglantes ! L’heure est à la diplomatie, et Qaanaaq doit docilement partir à la rencontre des petits commissariats locaux mais aussi s’ouvrir à une psychologue qui mouchardera sans nul doute à sa hiérarchie et qu’il vaut mieux donc ne pas contrarier. Oui mais voilà. Qaanaaq, sans un mystère à résoudre, il s’ennuie… Alors, lorsqu’il croise la route d’un peu trop de « suicidés », son instinct se réveille ! Il ne croit pas aux coïncidences, même si l’on lui sert tout un tas de statistiques lamentables expliquant la banalisation des actes suicidaires dans cette contrée glaciale. Et alors même qu’il devrait avoir à cœur de rester docile, le temps de calmer ses supérieurs, mais surtout de se focaliser sur sa vie privée en pleine mutation positive, Qaanaaq fonce droit vers le mystère. Apputiku, en arrière-plan, est tiraillé entre son désir d’obéir et son amitié profonde envers Qaanaaq, de quoi le rendre encore plus attachant (oui, c’est vraiment mon personnage préféré !).

    On voyagera encore dans ce roman, et l’on en apprendra encore beaucoup sur les traditions inuits. Autant de points positifs qui, combinés à l’intrigue, font de ce troisième volet groenlandais une incroyable réussite ! Chapeau bas à Massaq, d’une patience à toute épreuve !

    Avec ce troisième roman, Mo Malø signe une nouvelle fois un thriller parfaitement prenant tout en continuant son exploration du Groenland, instructive et immersive ! Voyager, apprendre, trembler, sourire… Autant de choses qui, lorsqu’elles accompagnent ma lecture, sont les garantes d’un excellent roman !

  • jeanmid 11 novembre 2020
    Nuuk - Mo Malø

    Troisième volet des aventures de Qaanaaq Adriensen , patron de la Police groenlandaise , que l’on retrouve ici en mauvaise posture : il est en effet sommé de suivre une tournée préétablie par son patron basé à Copenhague , Arne Jacobsen , surnommé “La Fourmi’” , qui l’oblige à se rendre dans neuf villages du pays comme à un suivi psychologique rigoureux et récurrent auprès d’une psychiatre sous peine de ne pas retrouver son poste ni sa fonction d’enquêteur .
    Mais les événements qui vont lui tomber dessus sans crier gare ne vont pas lui laisser d’autres choix que de suivre son instinct de flic en contournant à sa manière ces contraintes . Deux affaires qui vont se télescoper : le suicide empreint de zones d’ombres d’une jeune fille à Uummannaq , au Nord Ouest de la capitale , Nuuk , puis la réception d’un colis rempli d’un main tranchée nette .Des faits qui vont malheureusement se reproduire tout au long de son périple , comme un hasard malheureux . Des ados en difficulté , pour la plupart sans attaches familiales et vivant dans le dénuement , sont accueillis dans des foyers spécialisés où l’on tente de leur redonner goût à la vie à travers des activités ludiques , des chants , la vie en communauté . Qaanaaq a du mal à comprendre la motivation de ces jeunes poussés à ces ultimes extrémités . Si jeunes .
    Après bien des péripéties , des témoignages multiples et l’aide appréciable de son adjoint Apputiku , la seule piste solide qu’il semble tenir , est la venue d’un conteur nomade ayant fréquenté ces “klubi” , et partagé avec un auditoire féminin conquis par son charme , les secrets des légendes et des coutumes séculaires qui font le charme de ce pays . Une piste encore mince alors que les drames continuent et que des colis ensanglantés continuent d’arriver .

    Comme toujours totalement dépaysant , Mo Malo nous offre ce récit vivifiant où l’on pénètre encore plus avant dans une société groenlandaise qui perd ses repères et ses traditions .
    Les jeunes s’intéressent plus , comme partout ailleurs , aux péripéties qui égrènent leurs réseaux sociaux sur leur téléphone portable , qu’à l’apprentissage de la pêche au phoque ou de la conception du “café des bruants” . Pendant ce temps-là les adultes s’alcoolisent rivés devant un écran de télé , même si certains d’entre eux , qui semblent peu nombreux , perpétuent la culture inuite , la langue , les croyances et des recettes pas toujours ragoûtantes pour nos palais occidentaux ..Une population qui a dû mal à se projeter dans l’avenir et dont les enfants se suicident en nombre , quitte à atteindre pour certaines villes , des niveaux records . Comment ne pas rêver d’autre chose que cette immensité immaculée au climat hostile alors que les heures de lumière se réduisent peu à peu pour laisser place à une nuit d’hiver infinie ?
    L’auteur mêle avec habileté , une enquête policière palpitante avec une étude de mœurs autochtone , avec en bonus une belle galerie de personnages qui ne manquent pas de saveur et de piquant . Qaanaaq , comme toujours en première ligne , avec ses défauts , ses démons , mais une ténacité hors pair, une sacrée équipe autour de lui et sa vie de plus en osmose avec ses racines .
    Du rythme , des rebondissements dans cet univers glacé et parfois glaçant .
    Retour gagnant pour cette nouvelle aventure de Qaanaaq.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.