Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Le Loup des Cordeliers - Henri Loevenbruck

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

4 #AvisPolar
1 enquêteur
l'a vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Mai 1789, un vent de révolte souffle sur Paris.

Gabriel Joly, jeune provincial ambitieux, monte à la capitale où il rêve de devenir le plus grand journaliste de son temps. un enquêteur déterminé à faire la lumière sur les mystères de cette période tourmentée.

Son premier défi : démasquer le Loup des Cordeliers, cet étrange justicier qui tient un loup en laisse et, la nuit, commet de sanglants assassinats pour protéger des femmes dans les rues de Paris...

Les investigations de Gabriel Joly le conduisent alors sur la route des grands acteurs de la Révolution qui commence : Danton, Desmoulins, Mirabeau, Robespierre, personnages dont on découvre l’ambition, le caractère, les plans secrets.

Alors que, le 14 juillet, un homme s’échappe discrètement de la Bastille, Gabriel Joly va-t-il découvrir l’identité véritable du Loup des Cordeliers, et mettre au jour l’un des plus grands complots de la Révolution française ?

Vos #AvisPolar

  • Aude Lagandré 26 octobre 2019
    Le Loup des Cordeliers - Henri Loevenbruck

    1789, la révolte gronde à Paris. Le peuple a faim, écrasé par les impôts. Louis XVI alors au pouvoir, ne prend pas la mesure de cette révolte et continue à profiter des fastes de la cour. Gabriel Joli, provincial arrive à Paris contre l’avis de son père. Son ambition ? Devenir journaliste. Esprit éclairé, il est aussi avide de transmettre la vérité sur les évènements qui se déroulent sous ses yeux et cherche à démasquer le loup des cordeliers. En effet, ce justicier qui défend les femmes agressées dans les rues de Paris en égorgeant leurs agresseurs, accompagné d’un loup en laisse, suscite bien des interrogations… Qui est-il ? Quelles sont ses motivations ? Gabriel mène l’enquête en rencontrant les grands esprits de son temps : Danton, Desmoulins, Mirabeau et Robespierre. Les évènements le conduiront jusqu’à la prise de la Bastille et les clameurs d’un peuple qui demande plus de justice.

    Incroyable fresque historique que ce roman remarquable où Henri Loevenbruck nous plonge en 1789, période clé de notre histoire, que nous lecteurs avons certainement un peu oubliée…. Dès les premières pages, grâce aux descriptions de la ville et notamment du quartier des cordeliers, des odeurs, de l’atmosphère régnante, le lecteur se retrouve propulsé des années en arrière, au temps où, les parisiens, révoltés ont mené la plus grande révolution de notre histoire. Passionnant ? Le mot est faible ! Autour de personnages historiques emblématiques, le lecteur s’attache immédiatement à Gabriel, avide de vérité, ambitieux, conscient que ce qui va se dérouler sous ses yeux est un tournant majeur pour le peuple de France.

    Ainsi, son arrivée dans un journal « Le journal de Paris » plutôt politiquement correct où les sujets polémiques n’ont guère leur place, Gabriel va évoluer, d’abord grâce à son oncle, puis en rencontrant Desmoulins, dans une sphère où les grands esprits analysent, décident et sont acteurs de leur propre destin. Vous serez surpris de constater que certaines pensées et réflexions peuvent s’appliquer à notre temps. Au fond, les choses ne sont pas si différentes d’aujourd’hui et le parallèle est souvent troublant « Quand le peuple est dans la misère, il ne se révolte pas : il n’en a pas les moyens. Aujourd’hui, si la France se soulève, contrairement à ce que tout le monde dit, ce n’est pas parce que le peuple est miséreux, c’est parce que le peuple a été éclairé sur sa condition par les Lumières, et que l’État, lui, est plus pauvre que jamais. » Par bien des aspects, ce roman parvient à décrire très justement ce qui se passe en France en 2019, un rassemblement citoyen d’êtres révoltés par les difficultés du quotidien, qui sous un projet commun tente de faire entendre, d’une seule voix, les problèmes auxquels ils sont confrontés, face à un gouvernement qui reste sourd, totalement déconnecté des difficultés auxquelles ils doivent faire face. Ainsi, revivre le serment du jeu de paume, la création de la cocarde, signe de ralliement de ce peuple qui avance comme un seul homme m’a donnée des frissons. Cette unité, se battre pour une cause juste et commune, en provoquant des évènements qui changeront à jamais le cours de l’Histoire a éminemment contribué à cet immense plaisir de lecture, agrémenté par ce mystérieux personnage du loup des cordeliers et l’enquête qui en découle. Mais, ce roman contribue également à éveiller un peu nos consciences… Lisez plutôt « Si tout cela permet de bousculer un peu ce vieux régime, où l’Église et les seigneurs se sont taillé depuis cinquante générations la plus belle part, alors ce n’est que justice et je m’en réjouis. Simplement, ne me dis pas que c’est la misère qui aura conduit à la révolte. C’est l’envie ! L’envie bourgeoise. » Intéressant non ? Transposez, méditez !

    Ce roman est aussi résolument féministe, mouvement quasi inexistant à cette époque. Pourtant, certaines « actrices » du récit le suggèrent et sont prêtes à sacrifier leur propre vie pour cette quête d’égalité. Ainsi, en la personne de Anne-Josèphe Terwagne, dont le chemin a certes été romancé, Henri Loevenbruck donne à ce roman une bataille connexe à celle plus générale qui se livre par exemple à la Bastille. « Songez que l’article qui nous est consacré dans l’Encyclopédie nous décrit comme dénuées de raison, tout justes bonnes à être belles et sentimentales. Rousseau lui-même, que M. Mercier, ici présent, vénère tant, a toujours affiché un dédaigneux mépris pour la cause féminine. Or, à ce jour, je n’ai point vu l’Assemblée nationale se soucier du sort des femmes, qui constituent pourtant plus de la moitié de la nation ! »

    Vous trouverez également de très belles réflexions sur la presse et le sens profond du métier de journaliste incarné par Gabriel. Un besoin criant de vérité totalement déconnecté du politiquement correct qui était alors d’usage. Cette évolution intéressante, pertinente et opposée au régime en place dévoile le besoin intime de dire la vérité au peuple. Oui, en 1789, le concept de « fake news » existait déjà !

    Si la partie historique est très présente, n’ayez pas peur pour autant, car elle est réellement passionnante. Si comme moi, vous avez tout oublié ou presque de vos cours d’histoire, voilà une excellente manière de vous y replonger et de découvrir aussi un langage propre à cette époque. Car oui, l’auteur nous délecte avec des expressions d’alors et livre un champ lexical impressionnant. Pour que le plaisir de lecture soit complet, plongez-y lorsque vous avez du temps devant vous afin de ne pas perdre le fil historique, pour vous souvenir facilement des évènements. Les noms illustres qui y sont mentionnés, que nous connaissons tous, contribuent à raviver notre mémoire.

    Force est de constater que Henri Loevenbruck sait tout écrire et chacun de ses livres, même s’ils nous propulsent dans un univers différent, nous happe, sans qu’on puisse le lâcher. Bohem, Andreas, Marc et maintenant Gabriel deviennent des personnages emblématiques, charismatiques impossibles à oublier. On reproche parfois à certains auteurs d’utiliser toujours la même mécanique qui fait leur succès, à chaque nouveau roman. En voilà un qui prend des risques et qui, à chaque fois, se met en danger. Rien que pour cette raison-là, je vous recommande vraiment de découvrir son univers. Je vous l’ai dit : il sait tout écrire !!

  • Sonia Boulimique des Livres 1er novembre 2019
    Le Loup des Cordeliers - Henri Loevenbruck

    Etes-vous prêt pour une plongée au cœur des débuts de la Révolution Française ? Découvrir le tumulte de la vie parisienne, la disette, le peuple affamé, la colère qui gronde et qui enfle, et les États Généraux qui s’ouvrent ? Vous les voyez les fiacres, les échoppes, les cafés ? Voulez-vous tailler le bout de gras avec Camille Desmoulins au café Procope, point de ralliement de toute la république des lettres ? Croiser Mirabeau, découvrir qu’il est libertin et sulfureux ?

    Nous sommes en 1789, à Paris, dans le quartier des Cordeliers, entre la Sorbonne et l’abbaye de Port-Royal.

    Gabriel Joly, 23 ans, arrive à la capitale, bien décidé à devenir un grand journaliste. Anne-Josephe Terwayne, 30 ans, pose ses souliers et son sabre à Paris, curieuse de vivre de l’intérieur ce vent de liberté qui commence à souffler.

    Et au milieu de tout ce tumulte, il y a ce fameux Loup des Cordeliers, justicier agile de l’épée et accompagné d’un loup féroce et sanguinaire. Qui est-il ? Quelle cause défend-il ? Quel est le mystère qui l’entoure ?

    Henri nous propose là un roman, non un instantané historique incroyable. C’est comme si nous y étions. Perso, la Révolution française m’avait laissée un goût très amer lors des cours d’histoire de collège. C’était juste imbuvable pour moi, j’étais totalement réfractaire à ce moment pourtant primordial de l’Histoire de France. C’est donc avec pas mal d’appréhension que j’ai ouvert « Le loup des Cordeliers ». Parce que, vu le pavé, si c’était comme les cours de l’époque, eh, bien, c’était loin d’être gagné. Le challenge était énorme, c’est moi qui vous le dit !
    Collégiens, écoutez moi ! Vos cours d’histoire vous gavent ? Prenez le temps de lire « Le loup des Cordeliers », vous apprendrez l’histoire de la Révolution de manière ludique, complète et très bien détaillée. Ne me remerciez pas.

    Car oui, Henri a fait un travail de recherche et de documentation considérable. Cela me donne la chair de poule rien que d’y penser. Le nombre d’heures qu’il a dû passer à potasser ! Et le résultat est là. Une fresque de toute beauté, qui colle au plus près de la réalité, qui nous permet de vivre cette Révolution de l’intérieur, de comprendre moult choses, bref, de nous réconcilier avec l’histoire. En alliant la réalité historique et la fiction, Henri réussit un véritable coup de maître.

    J’ai adoré Gabriel, plein d’enthousiasme, il ne mâche pas ses mots, et va vite se faire une place parmi les journalistes indépendants, proposant ses articles au plus offrant. D’ailleurs, nous allons en apprendre beaucoup sur le monde de l’édition de l’époque. Passionnant ! Je me suis régalée de ces passages. Gabriel ne va pas hésiter à se lier avec un renégat, authentique pirate, Récif, qui sera une aide précieuse dans son enquête. Il n’aura de cesse de découvrir qui se cache sous la cape du loup des Cordeliers.

    Quant aux anecdotes concernant les « célébrités » de cette période, c’était juste jouissif. On assiste par exemple à une gentille altercation entre Fabre d’Eglantine, auteur de « Il pleut, il pleut bergère », et Louis-Sébastien Mercier, grand écrivain des Lumières :

    – C’est tout de même autre chose que ta fichue bergère qui rentre ses sales bêtes dans sa chaumière !

    - Mais c’est la rue, mon ami, qui est le meilleur juge, et je ne l’ai jamais entendue chanter du Mercier ! Nous verrons bien, en cet an 2440 que tu as imaginé, lequel de nous deux sera toujours cité !

    Il faut également insister sur l’incroyable ressemblance, soulignée toute en suggestion, avec notre époque actuelle. La démocratie, le pouvoir du peuple, le féminisme, finalement, force est de constater que rien n’a réellement changé, et je pense que nos protagonistes de 1789 doivent se retourner dans leurs tombes.

    Henri est un auteur passionnant et passionné, qui sait doser savamment ses ingrédients pour nous proposer des romans d’une grande qualité, à la construction impeccable. Sa plume est d’une justesse, d’une richesse et d’une fluidité à toute épreuve. Il sait captiver son lecteur, c’est le moins que l’on puisse dire !

    Que dire de la fin ? Elle m’a guillotinée, point ! Je ne me doutais pas de ça ! Quelle claque ! Bon, sinon, à part ça, Henri, va falloir bosser, parce que là, c’est pas possible de nous laisser comme ça. Va falloir mariner combien de temps pour avoir la suite ?? C’est pas cool !!

    Je remercie les Éditions XO pour cette lecture.

  • calyenol 6 novembre 2019
    Le Loup des Cordeliers - Henri Loevenbruck

    Salut.
    J’ai lu "𝕷𝖊 𝖑𝖔𝖚𝖕 𝖉𝖊𝖘 𝕮𝖔𝖗𝖉𝖊𝖑𝖎𝖊𝖗𝖘" de Henri Loevenbruck.
    🐺
    "En ce soir de mai 1789,dans cette rue d’enfer,ce qui l’attendait,ressemblait à s’y méprendre à la terreur des abîmes."
    🐺
    Après mes coups de coeur pour "Nous rêvions juste de liberté" et "J’irai tuer pour vous",quel plaisir pour moi de retrouver l’auteur dans un registre que je ne lui connaissais pas.
    🐺
    "...le lendemain,quand la garde de Paris trouva les cadavres,elle découvrit un signe étrange qui avait été gravé sur le front de l’un des deux brigands.Un triangle renversé."
    🐺
    Dans "𝕷𝖊 𝖑𝖔𝖚𝖕 𝖉𝖊𝖘 𝕮𝖔𝖗𝖉𝖊𝖑𝖎𝖊𝖗𝖘",on rencontre Gabriel Joly,jeune provincial ambitieux,qui vient d’arriver à Paris et rêve de devenir journaliste.
    Mais pas n’importe quel journaliste,journaliste d’enquête et en quête de vérité sur ce justicier accompagné de son loup,défendeur des citoyennes victimes de l’injustice à laquelle elles font face tous les jours.
    Il s’aliera à Récif,brigand/pirate...et fera la connaissance de personnages importants au sein de la Révolution à venir,comme Danton,Desmoulins,Robespierre et Anne-Joséphe Terwagne.
    Tout ce "petit"monde nous plonge,à travers ce livre,au soulèvement du peuple pour la liberté,sa liberté,à la prise de la Bastille,au changement de l’histoire.
    L’auteur dit dans ses remerciements,qu’il a commencé ses recherches sur "𝕷𝖊 𝖑𝖔𝖚𝖕 𝖉𝖊𝖘 𝕮𝖔𝖗𝖉𝖊𝖑𝖎𝖊𝖗𝖘" en 2015 pour finir sa rédaction en juillet 2019,on le ressent bien car mes souvenirs sur l’histoire de France sont loin et il a su parfaitement m’y replonger.
    Ça n’est que le troisième livre de l’auteur que je lis et je sens à chaque lecture son côté passionné et comme pour les deux précédents,il a su me faire adhérer aux personnages et leur histoire.
    Que dire de plus...Une plume que j’adore,un auteur qui sait se renouveler dans des univers différents...
    "𝕷𝖊 𝖑𝖔𝖚𝖕 𝖉𝖊𝖘 𝕮𝖔𝖗𝖉𝖊𝖑𝖎𝖊𝖗𝖘" est un roman d’aventure historique à découvrir.
    Pour ma part,en attendant le prochain,j’ai bien envie de me laisser tenter par "Le mystère Fulcanelli".
    "𝕷𝖊 𝖑𝖔𝖚𝖕 𝖉𝖊𝖘 𝕮𝖔𝖗𝖉𝖊𝖑𝖎𝖊𝖗𝖘" a été un joli moment de lecture partagé

  • Annick 18 novembre 2019
    Le Loup des Cordeliers - Henri Loevenbruck

    🧡 COUP DE CŒUR 🧡
    Je m’attendais à du bon, et c’est l’excellence que j’ai trouvé. Ce roman est comme « L’apothicaire » du même auteur, on ne peut le classer, il est juste magnifique. D’une belle écriture pleine de descriptions historiques, mystiques, légendaires, je me suis baladée dans les rues de Paris en mai 1789.

    Une intrique : Gabriel jeune journaliste, sera obnubilé par le loup des Cordeliers et consacrera ces activités à cette recherche de vérité sur ce justicier, lequel sera le fil conducteur de ce récit. Mais, en cette année, le peuple de France acculé dans la misère va se révolter et il y a donc bien plus dans cette histoire. On y est, on voit, on sent, on se bat pour survivre. « Danton, Desmoulins, Mirabeau, Robespierre… » on redécouvre ici tout un pan de l’histoire : les inégalités allant grandissantes, l’injustice, la société sous Louis XVI. Et je n’ai pu n’empêcher de faire des concordances avec notre époque…

    ⁕ Les femmes : Anne-Josèphe Terwagne joue un rôle primordial à cette épopée :
    - Sans doute est-il naturel aux femmes d’éprouver quelque compassion pour ceux qui, comme elles, sont les victimes de la force et des préjugés, et parfois même du commerce des hommes. Nous sommes au siècle des encyclopédistes, et l’on continue sans jugement de faire partout la traite des femmes et des Noirs…

    J’ai retrouvé aussi La Salpêtrière : « ancien arsenal, comme son nom l’indiquait, avait été transformé en 1656 en hôpital général… Et alors la Salpêtrière, tenue par des prêtres et des religieuses, était devenue une maison de privation de liberté pour ces femmes que l’on décrétait hâtivement folles, débauchées, voleuses ou sorcières… » : Lisez « Le bal des folles » de Victoria Mas, que j’ai fini juste avant celui-ci. L’histoire de France que l’on nous enseigne à l’école (par des professeurs blasés quelque fois, je parle pour moi) ne m’est jamais restée en mémoire, alors que là, je n’oublierais jamais ce que j’en ai lu.

    Si vous saviez le nombre de petits post-it colorés que j’ai placé entre les pages de ce roman, il y aurait tellement à dire, mais ce serait trop en dévoiler. « Et dans la Seine coule le sang » est le chapitre qui m’a peut-être le plus chamboulée, même si ce sont des sujets que l’on connait, de les lire sous cette plume m’a terriblement émue.

    ⁕ Cet autre extrait lu hier dimanche a résonné en moi, il y aurait juste quelques mots à changer pour se retrouver aujourd’hui en 2019 :

    - La raison quitte les hommes, se désola La Fayette. Tout le monde manigance, pour tromper tout le monde ! De toutes parts, c’est le mensonge qui l’emporte sur la dignité. Le roi promet au peuple de le protéger, mais il rassemble ses armées pour écraser la révolte populaire.
    Je termine sur cet extrait. J’ai été transportée dans ce livre riche et généreux, et j’ai pris le temps de me poser, d’y penser, de revenir en arrière pour m’en imprégner. Je ne saurais que le recommander à tout public.

    Dans ces styles différents, l’auteur m’a conquise depuis le premier roman lu, que ce soit dans le fantastique avec la série « La Moïra » (Le cycle des loups), un roman plus contemporain avec « Nous rêvions juste de liberté » et ses romans historiques comme « L’apothicaire » qui resteront mes préférés avec « Le loup des Cordeliers ». Il me reste encore à découvrir la série « Ari Mackenzie ». Je n’en ai pas fini avec cet auteur et ça me met en joie.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.