Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

La Jeune fille et la nuit - Guillaume Musso

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

16 #AvisPolar
10 enquêteurs
l'ont vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Un campus prestigieux figé sous la neige
Trois amis liés par un secret tragique
Une jeune fille emportée par la nuit

Côte d’Azur - Hiver 1992
Une nuit glaciale, alors que le campus de son lycée est paralysé par une tempête de neige, Vinca Rockwell, 19 ans, l’une des plus brillantes élèves de classes prépas, s’enfuit avec son professeur de philo avec qui elle entretenait une relation secrète. Pour la jeune fille, « l’amour est tout ou il n’est rien ».
Personne ne la reverra jamais.

Côte d’Azur - Printemps 2017
Autrefois inséparables, Fanny, Thomas et Maxime – les meilleurs amis de Vinca – ne se sont plus parlé depuis la fin de leurs études. Ils se retrouvent lors d’une réunion d’anciens élèves. Vingt-cinq ans plus tôt, dans des circonstances terribles, ils ont tous les trois commis un meurtre et emmuré le cadavre dans le gymnase du lycée. Celui que l’on doit entièrement détruire aujourd’hui pour construire un autre bâtiment.

Vos #AvisPolar

  • ktchina 21 septembre 2018
    La Jeune fille et la nuit - Guillaume Musso

    je trouve l’histoire un peu ni queue, ni tête et les rebondissements trop à répétition

  • M. Leblanc 23 septembre 2018
    La Jeune fille et la nuit - Guillaume Musso

    Intrigues racoleuses, écriture pauvre ! 55 000 ventes cet été 2018, tragique !

    Mieux vaut lire l’excellent "L’empreinte du Dragon" (C.L.C. Edition) sorti le 10 septembre 2018. L’auteur nous révèle les-dessous de l’acquisition de la moitié du capital de l’aéroport de Toulouse par un actionnaire chinois, la façon dont la Chine "désosse" un Airbus A320 afin de le copier au bénéfice de son avion national. Il nous entraîne en Chine au cœur des luttes impitoyables pour le pouvoir entre dirigeants de Pékin. Le personnage principal est un commissaire de police épicurien doté d’un esprit critique acéré. L’ombre de Claude Nougaro traverse le récit. Un "néo-polar" gourmand et érudit. A ne pas manquer...

  • Laure Manda Marie 26 septembre 2018
    La Jeune fille et la nuit - Guillaume Musso

    Un bon moment de détente sur un policier très prenant.

    Tout est simple avec G. Musso c’est le moins que l’on puisse dire, mais il donne naissance à des livres agréables à lire, avec invariablement l’envie de tourner les pages pour en savoir plus. Bien sur, il y a des petits arrangements notamment avec la justice, des clichés un peu faciles !! mais ce n’est pas ce qu’on demande à ce genre de roman, on veut de l’écriture fluide une intrigue intéressante et de l’amour au milieu et tout ces ingrédients sont réunis pour une lecture les doigts de pieds en éventail, sans prise de tête, allongé sous le soleil.

    Même si l’intrigue est simple, je me suis tellement laissée porter et je suis passée à coté des évidences, le roman a rempli son rôle un très bonne évasion l’esprit au repos et pris dans un roman policier efficace.

    Par contre........ et bien moi je suis de l’avis du journaliste exécrable du roman, il y a un hic dans cette fin et cela m’a un peu....... beaucoup dérangé, une histoire de morale de principe probablement. Même si je sais que ce n’est pas toujours les gentils qui gagnent et que les mechants tuent par plaisir, ici on a à faire à Musso ! Et Musso ce sont des livres d’amour, de meurtres de secrets et quand même de principes, donc si l’on reste dans cette lignée, le meurtre dans ces circonstances est gratuit et ne confère pas à Thomas un statut de héros irréprochable et très joli joli, l’amour ne pardonne pas tout et on ne s’arrange pas ainsi avec la justice même s’il y a prescription !

    critiques plus détaillées sur mon blog https://happymandapassions.blogspot.com

  • clothildePL 13 décembre 2018
    La Jeune fille et la nuit - Guillaume Musso

    Je viens de finir de dévorer le dernier livre de Guillaume Musso... Une pépite, impossible de reposer le livre tellement il est prenant ! Tant de secrets et de révélations jusqu’à la toute dernière page !

    1992, le campus de Nice est figé sous la neige. Vinca, jeune étudiante brillante de 19 ans s’enfuit avec son professeur de philo avec qui elle entretenait une liaison secrète. Dès lors, personne ne la reverra...
    2017, Thomas, Fanny et Maxime, anciens meilleurs amis, ne se sont plus parlés depuis la fin de leurs études. Il se retrouvent lors d’une réunion d’anciens élèves. 25 ans plus tôt, ils ont commis un meurtre et emmuré le cadavre dans le gymnase du lycée. Un seul problème, ce gymnase doit être détruit en vue de construire un autre bâtiment...

    Le suspense est présent du début à la fin et les secrets les plus profonds resurgissent. Les personnages y sont très attachants et nous voyageons dans le temps pour comprendre ce qui s’est réellement passé. L’écriture est simple et nous découvrons l’histoire sous les eux de Thomas qui a commis un meurtre sous le coup de la folie, à cause d’une fille. Écrivain reconnu, c’est un personnage très touchant que j’ai pris plaisir à découvrir. Alors oui il est responsable de la mort de quelqu’un mais vu les circonstances, je le trouve pardonnable.
    J’ai aimé découvrir ses amis Maxime et Fanny. Ainsi que la mystérieuse Vinca. Beaucoup de questions se posent dès le début, je me suis demandée à plusieurs moments comment cela allait se terminer.

    Malgré les avis négatifs que j’ai pu lire au sujet de ce livre, j’ai été totalement conquise !

  • valmyvoyou lit 2 février 2019
    La Jeune fille et la nuit - Guillaume Musso

    Il y a des signes qui ne trompent pas. Jusqu’à il y a deux ans, j’ai toujours dévoré les livres de Guillaume Musso en vingt-quatre heures. J’ai mis plusieurs jours à lire La jeune fille et la nuit.

    Comme j’ai toujours adoré les livres de cet auteur, hormis Un appartement à Paris qui m’a moins plu, j’ai beaucoup d’attentes au sujet de ses romans.

    Au départ, cela partait bien, j’ai souri à certaines phrases concernant Thomas, le personnage principal. Ce dernier est écrivain et des éléments le concernant m’ont fait penser à Guillaume Musso. Ces petits clins d’œil m’ont amusée.

    Cependant, je ne sais pas si c’est moi qui suis devenue plus exigeante ou si c’est l’écriture de l’auteur qui a changé, j’ai été, par moments, agacée par les références littéraires citées. J’ai eu la sensation d’un étalage de culture. À la fin du livre, je me suis demandé s’il n’y avait pas une intention plus louable. Je m’explique : Guillaume Musso fait partie de ces écrivains qui amènent des non-lecteurs aux livres. Est-ce pour titiller leur curiosité ? Cependant, je l’ai vécu comme un déballage qui n’apportait rien à l’histoire.

    Une autre chose que j’ai regrettée est que je ne me suis pas attachée aux personnages. Je suis restée à distance.

    Cela fait aussi deux livres dans lesquels il me manque la « magie Musso ». L’élément qui bouleverse, qui nous colle au fauteuil et nous fait dire « waouh ». Celui qui fait que l’on reprend le livre au début, car il donne une autre lecture de l’histoire.

    Bien sûr, c’est un livre distrayant. La deuxième partie m’a happée, car elle comporte des rebondissements, même si j’ai noté quelques invraisemblances. Je ne me suis pas ennuyée, j’ai passé un moment plaisant, mais je n’ai pas été embarquée. Je n’ai pas ressenti de temps mort. J’ai bien aimé, mais je suis loin du coup de cœur.

    Conclusion

    Que c’est difficile d’être critique avec un auteur que j’adore. Mais ne sommes-nous pas plus exigeants avec ceux que l’on aime, n’avons-nous pas plus d’attentes ? La jeune fille est la nuit est un livre qui m’a fait passer un bon moment, mais dans lequel je n’ai pas retrouvé ce qui me fait dévorer les livres de Guillaume Musso. Malheureusement, je suis un peu déçue pour toutes les raisons que j’évoque dans ma chronique.

  • Des plumes et des livres 9 mars 2019
    La Jeune fille et la nuit - Guillaume Musso

    Après Un appartement à Paris l’an dernier, j’avais une certaine appréhension à lire le dernier livre de Guillaume Musso. En effet, l’an passé la critique presse était unanime, Un appartement à Paris était comparé à un chef-d’oeuvre alors que pour ma part, ce n’était pas ça !

    Dans La jeune fille et la nuit nous suivons essentiellement Thomas, un écrivain en plein succès, qui se rend à Antibes pour une réunion d’anciens élèves. Mais la réunion n’est qu’un prétexte à sa venue, il doit retrouver son ancien meilleur ami car le gymnase de leur lycée doit être démoli trois jours plus tard. Or, les deux amis y ont dissimulé leur plus grand secret vingt-cinq ans plus tôt : un cadavre ! Vingt-cinq ans plus tôt disparaissait une grande amie de Thomas, Vinca Rockwell, en même temps que le prof de philo du lycée dont la rumeur disait qu’elle était follement amoureuse. Seulement en vingt-cinq ans, personne ne l’a jamais revue. Quand le passé resurgit dans le présent et menace l’avenir de Thomas et ses amis, Maxime et Fanny, la vérité est sur le point d’éclater au grand jour.

    Je ne sais pas résister à la tentation et je me suis rapidement procuré le dernier roman sorti : La jeune fille et la nuit.

    Malgré que l’on ait majoritairement le point de vue de Thomas, l’écrivain, quelques chapitres donnent la parole à d’autres personnages pour apporter de nouveaux éléments sur les événements du passé (et de ce fait, ils permettent de comprendre le présent). Cependant, bien souvent, lorsqu’un autre personnage s’exprime, il y a une redondance dans le récit. Même si ce personnage apporte un nouvel éclaircissement sur le déroulement des événements en 1992, il faut qu’il reprenne à chaque fois des éléments déjà connus. Cela apporte une certaine lourdeur au récit bien que cela soit ponctuel.

    Malgré ce petit point noir, j’ai lu très rapidement La jeune fille et la nuit : en moins d’une journée ! Impossible pour moi de le lâcher. Ce roman est un véritable page turner. Et cette fois-ci, la fin m’a bien surprise. De même que l’identité de la personne souhaitant venger la disparition de Vinca m’ait échappée jusqu’aux lignes de la révélation !

  • Au chapitre d’Elodie 28 mars 2019
    La Jeune fille et la nuit - Guillaume Musso

    On navigue entre passé et présent pour comprendre l’histoire. L’histoire commence avec les retrouvailles de trois amis : Maxime, Thomas et Fanny puis viennent les souvenirs des années passées, les anciens profs mais "Ce que nous avions fait" est toujours présent dans leur esprit. Deux affaires oubliées remontent à la surface, des affaires qui ne semblent pas oublier pour tout le monde. Thomas reçoit des messages anonymes, des photos... On se demande qui était la fascinante mais énigmatique Vinca. Thomas essaye de comprendre et de reconstituer l’histoire en menant son enquête mais plus de personnages que l’on croit est imbriqué dans ce puzzle que l’auteur a crée. Tout refait surface, quelqu’un d’implacable à décider d’assouvir sa vengeance. Les victimes s’enchaînent et un scénario en cache souvent un autre. La vérité sera cruelle, explosive, déroutante... J’aime Guillaume Musso lorsqu’il prend la direction du polar ! (...)
    Elodie
    Auchapitre.canalblog.com

  • Aelithsu 2 avril 2019
    La Jeune fille et la nuit - Guillaume Musso

    J’ai beaucoup aimé ce livre, le suspense était très présent, et les révélations pleuvaient sans arrêt.
    Je trouve que Guillaume Musso s’améliore de plus en plus dans ce genre de romans, débordant plus vers le thriller.
    J’ai aussi beaucoup aimé avoir plusieurs points de vue de différents personnages, à différentes époques.
    L’auteur m’a menée en bateau jusqu’à la fin.
    J’ai donc passé un très bon moment avec ce livre, et j’adore la couverture !

  • Morgane 23 avril 2019
    La Jeune fille et la nuit - Guillaume Musso

    Toujours efficace !
    Guillaume Musso a le talent de nous embarquer dans un récit plein de rebondissements avec des révélations, des personnages attachants car imparfaits et une écriture très cinématographique : un vrai "page turner" ! Pourtant, ce roman est très différent des précédents mais j’ai vraiment apprécié ce changement. Et cette couverture !!

  • Lecturesetgourmandises 28 avril 2019
    La Jeune fille et la nuit - Guillaume Musso

    Première difficulté que je rencontre lors de la rédaction de ma chronique : impossible de comparer « La jeune fille et la nuit » avec un autre roman de l’auteur. Soit.

    Seconde difficulté : comment ne pas être influencée par l’engouement des lecteurs ?

    Lorsqu’un roman ne me séduit pas, j’ai toujours tendance à lui trouver des points positifs parce que je vois naturellement le verre à moitié plein.

    Certes, ce fut une lecture sympathique : le roman se lit facilement et il y a une certaine fluidité dans l’écriture. Une chose cependant qui a retenu mon attention, et dont je n’ai jamais parlé dans mes chroniques précédentes, c’est la police d’écriture, bien trop grosse à mon goût (un roman de 525 pages qui aurait pu en faire moitié moins, des chapitres qui commencent à la moitié de la page). Voilà pour la forme.

    Sur le fond maintenant. J’ai trouvé l’histoire assez simple et un peu trop lisse. À aucun moment je ne me suis ennuyée, les pages défilent rapidement, et pourtant il manquait quelque chose. Les personnages n’ont pas vraiment de charme, impossible de s’y attacher, et surtout l’histoire manque cruellement de suspense.

    Le décor est aussi un peu trop ensoleillé à mon goût, même si l’auteur tente de compenser cela par la disparition de Vinca lors d’une « sombre et glaciale nuit d’hiver ». Lorsque je lis des thrillers, j’aime m’imprégner de l’atmosphère et de l’endroit, et ici le décor faisait trop idyllique. En ce qui concerne le twist final, il est intéressant quoiqu’un peu prévisible.

    C’est donc une lecture assez mitigée : un roman qui se lit facilement et qui manque pourtant de saveur.

    Comme d’habitude, chaque personne a son propre avis et ressenti, et j’espère ne pas me mettre tous les lecteurs à dos !

  • Saveur Littéraire 30 mai 2019
    La Jeune fille et la nuit - Guillaume Musso

    C’était au départ un caprice de ma maman qui souhaitait lire ce roman quand elle a vu qu’il parlait d’une histoire d’amour entre une élève et un enseignant. Comme nous aimons souvent lire le même genre de scribouilles, je me suis lancée gaiement, voulant par la même occasion découvrir la plume de Guillaume Musso dont on me disait grand bien, et que je n’avais pas encore lu.

    Cet avis sera court, et j’avoue ne pas savoir comment m’y prendre pour vous livrer mon ressenti. En clair, j’ai abandonné ma lecture au bout de 157 pages, et je suis terriblement frustrée et déçue, non pas envers l’auteur mais davantage envers moi. Peut-être que je n’ai pas eu assez de patience, ou que je deviens de plus en plus exigeante en matière de thrillers et polars ? En tout cas, La jeune fille et la Nuit ne m’aura hélas pas séduit, malgré une intrigue qui a l’air alléchante.

    En cause de cet abandon, je vous dirais que malgré le temps passé avec Thomas, le personnage central, et son amour pour Vinca, je n’ai pas trouvé la petite flamme qui m’aurait donné envie de poursuivre. Déjà au bout de la 100ème page, j’avais du mal à continuer. Qu’est-ce qui m’a empêché d’aller plus loin ?

    La lenteur de l’intrigue. Au bout de 157 pages, je ne sentais toujours aucun suspense, aucun enjeu qui puisse me faire vibrer.

    L’attachement inexistant pour le narrateur, Thomas. J’accorde de l’importance aux personnages, et là, je n’ai rien ressenti pour ce pauvre diable, mis à part peut-être de l’irritation à le voir se perdre dans les détails de la vie des personnes qu’il rencontre, et des soupirs fréquents quand il parle de son amour obsessionnel pour Vinca, la disparue de la Nuit.

    Arf, le style. C’est que, par moments, j’ai cette désagréable impression que l’auteur surjoue un peu, en particulier quand je lis les lettres d’Alexis à Vinca. D’une niaiserie à mon sens, qui écrit comme ça, avec une émotion mièvre ?! C’est bien dommage.

    C’est à présent un peu plus subjectif, mais j’aimerais aussi pointer que le fait d’immerger le lecteur dans un monde de riches m’a clairement plus ennuyé qu’autre chose, car j’avais du mal à me plonger dans le bain. Toutes ces considérations sur la richesse de chacun, la vie à New-York ou Manhattan ou que ne sais-je. Un autre monde dans lequel je n’ai pas pu entrer avec cette plume.

    J’ai bien conscience d’avoir mis plus de négatif que de positif dans cet avis, mais sur cette lecture, je n’ai pas trouvé une seule pointe d’intérêt, et pourtant, comme je vous le disais plus haut, l’intrigue aurait pu fonctionner. Je suis certaine d’avoir manqué plein de choses, mais tant pis, je passerais pour cette fois. Peut-être que je pourrais revenir vers La jeune fille et la Nuit plus tard, avec un esprit plus ouvert, je l’espère sincèrement.

    Beh, alors, cette première rencontre avec Guillaume Musso s’est plutôt mal passée, je vous l’avoue. Mais, et j’insiste là-dessus, ce n’est pas cet échec qui va m’empêcher de réessayer ! Je compte bien lire son dernier, La vie secrète des écrivains. Quant à ma maman, je lui laisse le soin de lire le roman et se faire son propre avis !

    Et en attendant, je vous invite à le lire, peu importe si mon avis est négatif ou positif. Faites-vous votre propre idée, n’écoutez pas trop les avis, ce qui ne plaît pas par ici plaira peut-être par là. Ne ratez pas un possible coup de cœur sous prétexte que d’autres personnes ne l’ont pas aimé. On fait comme ça ?

    Pas de note pour celui-ci, ça ne serait pas juste par rapport à l’abandon.

  • Le Monde de Marie 10 juillet 2019
    La Jeune fille et la nuit - Guillaume Musso

    Ce n’est pas le premier livre de l’auteur que je découvre et, sans qu’il soit mauvais, celui-ci ne fera pas parti de mes préférés.

    J’ai aimé l’intrigue et son décor à l’Américaine même s’il se déroule dans le Sud de la France. J’ai trouvé que c’était bien ficelé et avec de bons rebondissements.

    Pourtant, je ne suis pas parvenue à totalement m’immerger dans ma lecture. J’ai trouvé que les rebondissements, bien que surprenants, n’étaient pas toujours apportés avec une bonne mesure. Rien pendant un moment puis trop d’un coup.

    J’affectionne le style de l’auteur, sa manière de nous présenter les faits, mais je déplore ici la présence de quelques longueurs qui m’ont fait sauter des paragraphes. Des descriptions ou informations inutiles au bon déroulement du récit.

    Outre quelques points négatifs, j’ai passé un bon moment. Les personnages sont bien construits et l’intrigue et ses révélations surprenantes. Un bon roman à suspense.

  • marysoad 31 août 2019
    La Jeune fille et la nuit - Guillaume Musso

    J’aime beaucoup Musso, j’avais tellement hâte de lire ce livre. Et quelle fut ma déception... Je n’ai pas eu de coup de coeur pour l’histoire, j’ai même eu du mal à le finir.
    L’histoire tient la route, l’intrigue aussi. Mais il m’a manqué la petite touche Musso, légèrement fantastique.

  • Aude Lagandré 6 octobre 2019
    La Jeune fille et la nuit - Guillaume Musso

    Alors ? il est comment le dernier Musso ?

    Question rituelle et récurrente …
    Avant, lorsque je ne chroniquais pas les livres que je lisais, on me faisait souvent ressentir une espèce de honte latente lorsque je disais le lire…
    Tu lis Musso toi ?? Oh lala, c’est pas un peu de la daube ce truc là ? (et oui, tout le monde lisait invariablement le dernier Nothomb, qui chaque année devenait de plus en plus fin, coûtait le même prix et me sortait par les trous de nez depuis que je l’avais vue à la télé, chapeautée entrain de bouffer des fruits pourris)
    Qu’est ce que j’en ai entendu !!!
    C’est pas de la » bonne » littérature… c’est trop « simpliste »… trop « simplet »…. les ficelles sont trop grosses…. ça manque de tout : de jolis mots, d’idées, d’une histoire qui tienne la route.
    Bref lire Musso, c’était pas politiquement correct, le bas de l’échelle en littérature, la loose quoi.
    A ce jour, le gars a vendu 30 millions de romans mais personne ne le lit (officiellement).
    D’ailleurs, avez-vous lu beaucoup de chroniques sur son dernier livre ? A part dans la presse je veux dire ?? Cherchez l’erreur…
    Le miracle de l’édition : il a vendu 30 millions de bouquins à sa famille et le reste est dans sa cave.( hiver, neige, cheminée, feu ??)
    Trente millions selon les autorités : 3 pelés, 4 tondus selon la police.
    En gros, on le lit sous le manteau, ( comme « Lui » dans les années 90), et on cache bien la couverture derrière un bon bouquin de philo, genre Hannah Arendt qui a l’air d’être super à la mode, elle !

    Ca me fait penser à la remise des césars : les films dits « populaires » qui ne sont jamais récompensés, pas assez bien pour l’intelligentsia bobo.
    On nous gave le mou avec des trucs imbitables genre festival de Cannes où personne ne comprend rien. Y a qu’à lire Télérama, tu tombes de ta chaise quand tu regardes un film qu’ils ont encensé ou un livre qu’ils ont porté aux nues. Je vais me faire des copains 😉

    Vous l’aurez compris, ça m’énerve. Et chaque année, je m’énerve.
    Les auteurs qui réussissent ont mon admiration, réussite intelligible ou non, ils ont un peu bossé, écrire un roman c’est quand même pas l’équivalent d’une promenade sur la plage.
    A ceux qui n’en sont pas encore là, je souhaite le même succès grâce à des lecteurs lambda, dans mon genre, pour leur faire une petite mise sous le projecteur.

    Guillaume Musso a su conquérir son lectorat, avoir ses fidèles et tous les auteurs voudraient bien pourvoir jouir de cette fidélité et de ce succès là !
    Ne nous mentons pas, et cessons une fois pour toute d’avoir honte de ce que nous lisons, ou d’aimer ce que nous aimons. C’est stupide et complètement puéril.

    Bref, je passe aussi sur la polémique gonflante du changement d’éditeur.
    Il fait encore ce qu’il veut. Il a eu un gros chèque. Et alors ??? Il l’a volé ??
    Est-ce qu’on s’en fout pas un peu de connaitre les arcanes du changement, personnellement je m’en fous comme de l’an 40.

    Bref, 16ème roman donc, 1 par an à peu près, attendu comme le Messie, par moi notamment la pelée des 3 pelés et 4 tondus.
    Pourquoi donc ? Parce que je dévore ses romans en moins de 24 heures. Que je suis totalement embarquée… que je ne pense plus à grand chose d’autre… que je rentre complètement dans son univers et quand j’en sors, et bien je suis un peu triste.
    Un an à attendre le suivant c’est long.
    Je dis qu’il fait le job, celui que j’attends d’un bouquin, c’est à dire de vous emporter dans une autre réalité, avec des personnages dont on se sent proche, qui vous procurent des émotions et qui pourraient être vos voisins de pallier.
    On dira oui mais l’écriture alors ? Ben quoi l’écriture ? C’est pas Sartre ! Je ne crois pas que se soit vraiment son but !
    Et puis, son style progresse de livres en livres, on est quand même à des années lumière de « Et après « , son premier roman.

    C’est ma petite pause, entre 2 polars, un très bel échappatoire que je ne renie plus.

    Il est comment donc le nouveau Musso ?
    Il est bien, et même très bien. Il est prenant ! Voilà !

    Cette fois-ci, il nous embarque à Antibes ( il a abandonné New-York terre de prédilection de ses romans). L’action se déroule en 2 temps :
    – Hiver 1992
    – Printemps 2017
    En 1992, Vinca, brillante élève de prépa s’enfuit avec son prof de philo. On ne les reverra jamais.
    En 2017, les meilleurs amis de Vinca se retrouvent lors d’une réunion d’anciens élèves. Certains savent que quelque chose de terrible est arrivé lors de cette soirée de 1992 : un meurtre a été commis, le corps de la victime a été emmuré dans le mur du gymnase et ce mur, justement, menace d’être détruit.
    L’action développée en 1992 est truffée de références culturelles (musique, cinéma, littérature).
    J’avais alors 18 ans et j’ai retrouvé avec nostalgie quelques références qui m’ont replongée dans ce temps là, temps de l’insouciance, et ça m’a fait du bien, tout simplement.
    C’est un thriller plutôt intime, voir intimiste, qui se boit comme du petit lait.

    Ne vous laissez pas influencer par ce qu’on pensera de vous si vous lisez le dernier Musso, faites-vous simplement du bien ! Les coupeurs de tête ou préleveurs d’organes en tout genre vous attendront 😉

  • Sylvain V 1er novembre 2019
    La Jeune fille et la nuit - Guillaume Musso

    J’ai trouvé ce livre dans un wagon de TGV lyon-Paris.
    C’est la première fois que j’allais lire un livre de G .Musso et je n’ai pas été déçu.

    L’écriture est fluide, les chapitres assez courts très bien construits permettent de garder rythme soutenu ce qui est parfois difficile avec un cold case. J’ai trouvé la construction interessante entre ce passé de non-dits et ce présent de remords. La psychologie des personnages est fouillée et le passage d’un narrateur à l’autre est bien pensé.
    J’ai apprécié ce cold case qui m’a fait me remémorer mes années prépas !
    Qui dit cold case ne veut pas dire absence de suspense ou de rebondissements !

  • Livre_damour_et_deau_fraiche 27 novembre 2019
    La Jeune fille et la nuit - Guillaume Musso

    Mon premier Musso et oui la magie a opérée.
    J’ai eu la désagréable impression de commencer un roman déjà lu, on y retrouve la même situation de départ d’un autre roman mais l’histoire s’étoffe et chaque chapitre appelle le suivant. Une lecture que je recommande.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.