Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Territoires - Olivier Norek - Harlan COBEN

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

13 #AvisPolar
8 enquêteurs
l'ont vu/lu
5 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

À Malceny, dans le 93, on est habitués aux règlements de comptes. Mais un nouveau prédateur est arrivé en ville et, en quelques jours, les trois plus gros caïds du territoire sont exécutés. Le capitaine Coste et son équipe vont devoir agir vite, car leur nouvel ennemi s’implante comme un virus dans cette ville laissée à l’abandon, qui n’attend qu’un gramme de poudre pour exploser. Une ville où chacun a dû s’adapter pour survivre : des milices occultes surentraînées, des petits retraités dont on devrait se méfier, d’inquiétants criminels de 12 ans, des politiciens aveugles mais consentants, des braqueurs audacieux, des émeutiers que l’État contrôle à distance de drone. Et pendant ce temps, doucement, brûle la ville.

Vos #AvisPolar

  • Pati Vore 12 mai 2018
    Territoires - Olivier Norek - Harlan COBEN

    J’avais adoré Code 93 et ma rencontre avec l’auteur aux Quais du polar m’avait enchantée. Territoires est un pur bonheur de lecture, déjà de retrouver le capitaine Coste et son équipe, des personnages attachants ; le style c’est du lourd, violent mais toujours plausible, pas de superflu, c’est précis, réaliste et les lecteurs en redemandent ! Tous les romans d’Olivier Norek sont à dévorer !

  • nathalie gonnachon 26 septembre 2018
    Territoires - Olivier Norek - Harlan COBEN

    2eme opus d’ @oliviernorek refermée -

    On retrouve la tribu du capitaine Coste au coeur de la cité de Malceny, ville peu connu du 93, du moins, moi je l’as connais pas.

    Le récit commence, par une scène assez violente, ou un voyou casquée inondent de balles les individus que la stup sur place, tentait d’arrêter.

    Cette scène caractérise vraiment le livre, toute l’histoire va se se déroulaient dans le milieu des caïd de ce lieu, comment il s’organisent ? comment Ils se juxtaposent avec les élus en place ? Les accords, etc..

    Et évidemment les coups fourrés, les meurtres, et on finiras par des émeutes de plusieurs nuits.

    l’auteur as choisis de les mettre en lumière et de nous faire comprendre comment ils fonctionnent, pour enfin faire revenir l’histoire sur Coste et sa bande.

    La fin est vraiment incroyable, j’aurais jamais dit que c’était lui qui tirer toutes les ficelles.

    Donc si on peut mettre une conclusion a ce livre, se méfier encore plus des personnes qui sont proches de soi que les ennemis.

    On es complètement pris par l’histoire que nous conte l’auteur dans les tréfonds de Malceny, c’est encore plus vivant que n importe quel documentaire, et on trépigne d’horreur et de peur, on se mets a la place des habitants, et on se dit comment cela est possible.

    Le problème est que les responsabilités locales ne sont pas blanche dans l’histoire, ils sont aussi coupable.

    Il faudrait plus de capitaine de Police comme Coste, pour remettre les choses dans le droit chemin -

    Hate de lire le dernier tome et probablement un peu triste de quitter cette bande

  • universpolars 24 novembre 2018
    Territoires - Olivier Norek - Harlan COBEN

    Allez, pour éviter de dire plusieurs fois les mêmes choses, peut-être avec juste quelques petites nuances, je vais reprendre le premier paragraphe de ma chronique consacrée au précédent polar d’Olivier Norek, "Code 93". Quoi ? facile ? Le voici donc.

    L’auteur de ce polar, Olivier Norek, toulousain de trente-huit ans - normalement trente-neuf à présent ! -, bref, un contemporain de 1975, est flic à la PJ de Seine-Saint-Denis depuis une quinzaine d’années. Autant vous dire qu’il sait de quoi il parle. Olivier Norek est doté d’une vision de l’intérieur, ce qui lui permet d’exprimer et de transmettre ses ressentis de flic, de poser un cadre, un décor qui lui est connu - et réel ! -, soit de transporter le lecteur, le temps d’un ouvrage, dans son univers quotidien et de nous poser dans un milieu concret pour lui : le nord-est de l’agglomération parisienne, le département de la Seine-Saint-Denis, le 93.

    C’est dans une rue de ce département que nous débarquerons dans le roman, d’une manière assez sèche, froide et violente : trafic de stup, flics en planque ; ça dérape, déjà un mort au compteur. Nous tournons encore deux pages ; un mort de plus, une méchante exécution - pardonnez-moi le pléonasme ! -, et on arrive à la première partie. Et oui, ce n’était que le prologue.

    La réalité de la rue se fait vite ressentir en tournant les premières pages. Une réalité pas très réjouissante, je dois l’admettre. Les grandes tours, les parcs défraîchis, du béton, le gris comme couleur prédominante ; un décor parfait pour y ajouter quelques guetteurs, coursiers et vendeurs de détails. Quelques "boxs" de garage aussi, nombreuses boîtes ne révélant qu’une porte close, mais laissant deviner ce qui s’y trouve. Et justement, c’est derrière une de ses portes que tout va vraiment commencer.

    Nous retrouvons le capitaine Victor Coste, que vous connaissez déjà si vous avez lu le premier roman d’Olivier Norek. Un flic vrai - pas une grotesque caricature ! -, un gars qu’on aurait envie d’avoir comme chef de groupe, c’est certain. C’est sur un quai de gare que nous le retrouvons, mais principalement dans une salle d’autopsie. L’auteur nous donne tous les détails croustillants qui relèvent de cette pratique ; c’est très visuel, il ne manque que les odeurs, et encore.

    J’ai aussi eu l’occasion de "vivre" ce moment particulier, et je dois admettre que je n’aurais pas su mieux décrire une telle scène si atypique et singulière. Cette autopsie est une mesure issue d’une enquête qui débute pour la crim et les stup, une enquête un peu particulière, se déroulant dans un secteur rassemblant tous les avantages pour trafiquer ; une plaque tournante. Les cadavres retrouvés récemment dans ce secteur n’annoncent rien de bon pour la lutte contre le crime lié aux stups, c’est même relativement inquiétant. Ces morts ne risquent pas de manquer à qui que ce soit, c’est certain, mais paradoxalement cela engendrera un problème de taille au niveau stratégique. Je n’en dirai pas plus à ce sujet.

    Olivier Norek nous place face à des personnages, des gamins qui ont grandi dans une ambiance stupéfiante - désolé pour ce mauvais jeu de mot -, qui n’ont côtoyé que des mecs gravitant dans ce même milieu n’offrant aucun avenir. La violence est une évidence, un réflexe, un mode de vie, et bien évidemment un moyen de pouvoir se faire respecter et, accessoirement, de pouvoir rester en vie. C’est avec la peur au ventre que vivent également quelques citoyens de ces cités, qui tentent encore de résister, à l’image de ces personnes âgées qui deviennent complices malgré elles, face à une menace permanente et endémique. A 12 ans, c’est avec un flingue entre les pognes qu’un gosse se sent exister.

    Olivier Norek donne un rythme agrippant et accrocheur pour son polar. Nous avançons constamment, sans nous retourner ; ça bouge, on se sent bousculé. Lorsque la cité s’enflamme, les pages de ce polar absorbent rapidement l’ambiance et nous brûlent entre les mains sans interruption. Ressortir d’un immeuble, pour des flics œuvrant dans une cité tenue par les trafiquants, revient à organiser une exfiltration en bonne et due forme. D’autant plus si ces trafiquants avaient eu le malheur d’être quelque peu contrariés... Au niveau des enquêteurs et du petit monde qui les entoure, c’est à nouveau un vrai régal ; les interactions sont pertinentes, vraies et percutantes.

    Le personnage de Coste est un ensemble de percussions à lui tout seul. Un sens de la répartie à toute épreuve ; une seule ligne, celle qui amène à la protection et à la défense d’une victime, quelle qu’elle soit, quoi qu’il arrive, envers et contre tous. Franchement, j’aime ça ! Au niveau "police", je vais appeler cela comme ça, c’est cohérent et rationnel. Nous sommes toujours assez loin des caricatures à la super-héros, avec des flics alcooliques réglant leurs petites affaires à coups de poing - bien que je sois assez fan d’Harry Hole ou Harry Bosch, tout de même !

    L’enquête en elle-même est également cohérente, sans raccourcis faciles ou coups de baguette magique qui donneraient la solution sur un plateau d’argent. Bon, il faut dire que c’est un flic qui nous raconte une histoire de flics, y a pas photo ! Nous aurons également une vision politique par rapport à ce qui se déroule dans ce secteur conduit principalement par la violence. Une femme sera au centre de tout ce merdier, soit la maire de cette commune de Malceny. Cette élue va nous donner un bel exemple de ce qu’est une personne opportuniste, carriériste, égoïste, qui n’assume pas vraiment les problèmes, ou qui tente plutôt de les régler à sa façon, par tous les moyens. Pour se diriger vers les réélections d’un pas sûr, serein et victorieux, il n’y aura pas mieux que quelques coups tordus - mais alors tordus dans tous les sens ! -, pour arriver à ses fins, les mains bien sales. Lorsqu’on joue avec le feu, on se brûle parfois les mains et les plaies ne se referment pas toujours. Cette élue en fera les frais. On ne peut pas faire un pacte avec le diable et en ressortir gagnant sur toute la ligne.

    Les flammes vont s’intensifier dans la cité et, pour y mettre un terme, il n’y aura pas trente-six solutions. La maire de Malceny a pourtant des cartes en main, mais peut-être pas les bonnes, malheureusement. Le jeu n’est pas facile, je le conçois tout de même. La fin justifie-t-elle les moyens ? A voir... L’élue locale, en tant que très mauvaise gestionnaire, n’assumera pas ses actes et, pour faire honneur à sa belle lâcheté, ira chercher des responsables partout où cela est possible ; partout, sauf dans son propre bureau, évidemment. Victor Coste, avec l’aide de son équipe, va devoir faire la lumière sur un scénario plutôt sombre, un canevas provenant de plusieurs sources, de plusieurs foyers. Du moins, c’est ce qu’il croyait.

    L’auteur va nous poser au centre d’une banlieue sous haute tension, en guerre, durant quelques jours et quelques nuits d’émeutes, et nous ne pourrons pas nous empêcher de nous dire que la réalité, encore une fois, dépasse largement la fiction. Les émeutes qui ont pris leur source à Clichy-sous-Bois le 27 octobre 2005 en sont une preuve flagrante. La raison de cette tension extrême, nous la connaissons et, franchement, l’issue semble assez restreinte ; c’est la guerre, et une guerre ne finit jamais bien, respectivement il y aura toujours des victimes. Pire ! Celle-ci ne s’arrêtera sans doute jamais.

    Pardonnez mon pessimisme. Quelqu’un a allumé la mèche, une mèche lente qui fait déjà bien des dégâts en se consumant, ne reste plus qu’à attendre l’explosion. A moins que quelqu’un sache comment couper cette mèche qui serpente tout de même assez rapidement entre les grandes tours et les parcs défraîchis de cette cité de Malceny. Au niveau politique, ce roman est assez parlant.

    Pour ce monde-là, la fin justifie les moyens !

    Bonne lecture.

  • Bibliobleue 9 février 2019
    Territoires - Olivier Norek - Harlan COBEN

    En moins de 400 pages, Olivier Norek met la banlieue et le coeur du lecteur à feu et à sang.
    On tremble pour Jacques, on peste contre Victor, on se méfie de Markus, on a une folle envie d’embrasser ELSA pour son sauvetage et on mettrait bien des claques à Andrea.

    Avec une écriture nerveuse et très visuelle, le lieutenant de police nous sert une histoire si sensible que l’on ose espérer qu’elle n’est que pure fiction.
    Attachants ou détestables, les protagonistes nous entraînent dans une valse folle où l’on ne sait plus très bien qui joue, qui manipule.

    Ce roman au rythme soutenu prend le lecteur en otage dès la première page et ne lui laisse aucun répit jusqu’au dénouement de l’intrigue.

    Après Code 93, Olivier Norek marque son territoire dans le milieu du polar.
    Ceux qui l’attendaient ne seront pas déçus. Ceux qui ne le connaissent pas devraient se précipiter chez leur libraire dès le 9 octobre.
    Un polar tout simplement superbe et authentique !

  • Killing79 22 février 2019
    Territoires - Olivier Norek - Harlan COBEN

    Mon premier contact avec Olivier Norek m’avait laissé un goût d’amertume. Dans « Code 93 » (chronique ici), j’avais adoré la part de réel que l’auteur mettait dans son histoire mais un peu moins l’histoire elle-même. C’était une enquête policière alambiquée dont le dénouement était révélé beaucoup trop tôt à mon avis et qui perdait de son intérêt premier.

    Avec « Territoires », le propos est différent. La révélation du coupable n’est pas la priorité. On entre dès les premières pages dans les rouages des quartiers chauds. En alternant entre les différents acteurs de cette tragédie moderne, l’auteur nous plonge en immersion dans la dure réalité des arrangements malhonnêtes, qui semblent contrôler ces territoires obscurs de nos villes. On voyage des rues malfamées du 93 aux bureaux d’élus locaux et d’un commissariat débordé aux appartements de retraités…pour vivre au plus près du mécanisme du drame.

    En sortant de cet épisode, je comprends enfin l’engouement autour d’Olivier Norek. Le réalisme de son roman, bonifié par son expérience professionnelle, fait vraiment merveille. Tel un Olivier Marchal littéraire, il m’a dévoilé des vérités que je n’imaginais pas et qui me font, il faut bien l’avouer, un peu peur ! Car outre le fonctionnement des banlieues et de la police, il m’a fait découvrir le milieu de la politique locale et ses manœuvres. Je ne connaissais ce monde qu’à travers les médias. J’en ressorts beaucoup plus perplexe quant à l’identité des véritables responsables des incidents dans ces zones de non-droit. C’est donc un livre utile pour nous ouvrir les yeux et se faire son propre avis. Et avec cette deuxième aventure, je commence aussi à m’attacher à l’équipe d’enquêteurs qui fait tout son possible, souvent avec humour, pour juguler les événements.

    Je suis donc ravi d’avoir persévéré avec Olivier Norek. Au vu des réactions sur son nouvel opus « Surtension », il apparaît comme un auteur de policiers ambitieux, qui n’hésite pas à modifier son style et offrir des romans aux multiples facettes, afin de retranscrire au mieux la réalité de son métier…et j’en redemande !

  • Lectures noires pour nuits blanches 6 mars 2019
    Territoires - Olivier Norek - Harlan COBEN

    J’avais beaucoup aimé Code 93 et c’est avec un immense plaisir que j’ai retrouvé Victor Coste et son équipe dans Territoires. Des flics normaux, qui ne trimballent pas une batterie de casseroles derrière eux, attachants, charismatiques et pas dénués d’humour. J’aime bien cette équipe.

    Dans ce second opus, l’auteur nous plonge dans l’univers violent des banlieues parisiennes. Meurtres, contrôle de territoires, gangs, trafic de drogue, nourrices, arrangements douteux, corruption et magouilles en tout genre, émeutes, intimidation, manipulation, misères, survie, sont quelques uns des thèmes abordés avec tellement de réalisme que c’en est effrayant.

    Olivier Norek se sert de son expérience de flic dans le 93 et nous raconte une histoire emplie de justesse. Il dit lui-même que la plupart des faits sont réels, il n’invente rien, ne caricature rien.

    Et ça fonctionne plutôt pas mal. On est de suite embarqués dans ce polar dynamique et plein d’action, de tension avec quelques pointes d’humour pour alléger le tout.
    Servi par une écriture sans fioritures et rythmée, c’est percutant, puisssant. Un style cash, efficace et maîtrisé, rien n’est laissé au hasard. Un cran au-dessus de Code 93, c’est de bonne augure pour la suite.

    Un polar intelligent, qui fait réfléchir, qui dénonce la dure réalité des cités et la manipulation politique. Glaçant !!!

  • JaneWatson 11 mars 2019
    Territoires - Olivier Norek - Harlan COBEN

    Décidément, c’est une bonne pioche, Norek !

    Après Code 93, j’embraye sur le second opus concernant le capitaine Victor Costes et son équipe de la SDPJ 93.

    Fin juin 2013, Malceny, petite ville de Seine-Saint-Denis encombrée de cités aux noms décalés en diable : Cité des Poètes, Cité des Cosmonautes...
    Trois caïds qui y tiennent le trafic de drogues d’une main, et la terreur qu’ils inspirent aux habitants de l’autre, sont assassinés en quelques jours.
    Comme quoi ils ne faisaient pas peur à tout le monde...
    Costes et son équipe, de permanence, sont appelés sur la scène du meurtre du troisième. Mais l’enquête est rapidement confiée à la Brigade des Stups et au Groupe crime 2 de la SDPJ 93, dirigé par Lara Jevric.

    Voilà le Groupe crime 1 de Victor Costes disponible pour se pencher sur la mort d’une personne âgée, Rose Carpentier, puis d’un adjoint à la maire de Malceny, Salah Azzedine.

    Peu à peu, ce qui ressemble à des règlements de compte et à une mort naturelle vont plonger la petite ville dans une guérilla urbaine de la plus belle eau.

    L’intrigue est très bien menée, entre constats réalistes sur la délinquance et ses acteurs, et visées politiques de certains édiles pour rafler le pouvoir ou le conserver.
    D’ailleurs, ces édiles, jusqu’où comptent-ils aller pour cela ?
    Que vaut un siège d’adjoint, un siège de maire ?
    Et les grandes formations politiques, que sont-elles prêtes à faire pour couvrir ces menées et s’assurer d’un certain "équilibre" dans les banlieues dites "sensibles" ?

    Les personnages sont à nouveau bien cernés, en quelques mots.
    Bien sûr, les grincheux pourront toujours dire que les situations sont outrées, certains portraits aussi.
    Sans vouloir les contrarier, je me demande dans quelle mesure Olivier Norek n’a pas plutôt adouci le trait.

    C’est nerveux, efficace, et dans le genre "comme si vous y étiez", on s’y voit bien en effet.

    Plus fouillé sur le plan "politique locale", avec les ramifications qui vont d’une affaire à l’autre d’une manière bien maîtrisée, Territoires nous plante dans cette zone de non-droit à feu et à sang, qui questionne mine de rien l’humain et le citoyen en arrière plan d’un polar bien ficelé.

  • LectureChronique2.0 28 mars 2019
    Territoires - Olivier Norek - Harlan COBEN

    C’est le deuxième opus d’une trilogie, dont le premier était " Code 93" et le troisième "Surtensions".
    Comme vous savez, Olivier est un lieutenant de la dpj93 et point de vérité cachée dans ce personnage fictif de Victor Coste, il ressemble bien à son auteur.

    Nous retrouvons dans ce deuxième volet le groupe du capitaine Coste en pleine enquête dans la cité de Malcany dans le 93.
    Les trafiquants sont remplacés par un autre caïd qui va donner du fil à retordre aux services de police. Trois assassinats en lien avec le trafic de stupéfiant qui fait vivre la ville et ses habitants.

    Même la mairie doit s’adapter et gérer une liaison dangereuse qui l’unit aux petites frappes de banlieues pour une paix illusoire et fragile qui se fracture alors comme on craque une allumette.
    Coste et son équipe sont chargés de rétablir un semblant d’ordre dans cet enfer des banlieues où violence des cités et isolement des jeunes sans repères sont le flot quotidien de leurs habitants.

    J’ai trouvé l’histoire tellement vivante, criante de vérité. Les faits sont racontés sans fioriture et vont à l’essentiel au profit de l’action et du dynamisme de ses dialogues.

    Une fiction qui pourtant se mêle au réalisme du terrain, qui nous décrit les enjeux politique de cette économie souterraine dont les pouvoirs publics s’accommodent au seul profit du pouvoir et de sa conservation.

    Un très bon roman policier qui sent le vécu, qui constate sans juger, qui interpelle et interroge sur l’inaction du pouvoir en place.
    Quid des travailleurs sociaux qui s’évertuent à faire bouger les choses ?
    Grosse pincée au coeur pour Monsieur Chat ( vous comprendrez en le lisant ).

    Extrait : Il attrapa le pain de résine encore collante et le fit tourner dans ses mains
    - Dommage que cela pourrisse les cités.
    - On peut le voir comme ça. C’est aussi ce qui les fait vivre. Une des raisons pour laquelle l’état refuse de dépénaliser. La vente de cannabis rémunère une partie de cette population dont on ne sait pas quoi faire. Si on leur retire ce gagne-pain, ils devront trouver une autre ressource de revenus. Braquage, prostitution, enlèvements. C’est un moindre mal dans une situation sans issue.

  • La Caverne du Polar 25 avril 2019
    Territoires - Olivier Norek - Harlan COBEN

    Aujourd’hui je vais vous parler de Territoires, le second opus de la saga du capitaine Victor Coste. J’avais bien aimé le premier tome Code 93, c’est donc avec plaisir que j’ai retrouvé ce personnage créé par Olivier Norek. D’ailleurs il était grand temps pour moi de retrouver Coste et son équipe. Allez suivez-moi c’est parti direction Seine-Saint-Denis.

    L’histoire débute avec les meurtres de trois dealers qui règnent sur la cité de Malceny dans le 93. La brigade du capitaine Victor Coste est obligée de déléguer cette affaire à la brigade des stupéfiants et la deuxième brigade de la SPDJ. Un tueur inconnu, a décidé de reprendre la main sur le trafic de drogue de la cité. C’est alors que tout commence à aller de travers, d’autres personnes, qui n’ont apparemment aucun lien avec ces meurtres sont retrouvées assassinées. D’un côté on va suivre une bande de jeunes caïds très violents et d’un autre on fait connaissance avec Andrea Vesperini, la maire de cette ville. Une femme très manipulatrice qui ne recule devant rien pour se faire réélire. On découvre à travers elle, les côtés très sombres de la politique. Et lorsqu’une émeute crée le chaos dans la cité, les pièces du puzzle se mettent en place chez le capitaine Coste.

    Comme Code 93, Territoires est un roman terriblement réaliste au rythme soutenu, avec une écriture percutante et une intrigue passionnante. Entre règlements de compte, tortures, trafic de drogue, nourrice et corruptions, on est servi. Après Code 93, je trouve que l’auteur est encore monté d’un cran.
    Quel plaisir de retrouver l’équipe du capitaine Coste. J’aime beaucoup ce dernier, qui est un personnage très charismatique. Ainsi que Ronan le dragueur de l’équipe, Sam le geek qui ne supporte pas la vue du sang et des cadavres et enfin Johanna une femme à la carrure d’homme au caractère bien trempé mais qui prend bien soin de tout le monde.

    Territoires est un polar angoissant mais malheureusement très réaliste. Olivier Norek sait de quoi il parle, on sent l’expérience du terrain, de ce fait il maîtrise parfaitement son sujet. C’est le troisième roman que je lis de cet auteur et je ne suis jamais déçu. Olivier Norek est un auteur talentueux qui est devenue une valeur sûre dans le paysage français du polar.

  • lecturesdudimanche 8 mai 2019
    Territoires - Olivier Norek - Harlan COBEN

    Bon, ce n’est plus un scoop : la plume d’Olivier Norek me plaît énormément. J’ai commencé ma découverte par le premier opus des aventures de Victor Coste, Code 93, un très bon démarrage pour cet homme qui a troqué le flingue contre la plume, pour notre plus grand plaisir ! La lecture d’Entre Deux Mondes a achevé de me conquérir et c’est donc tout naturellement que je poursuis avec le deuxième volet des aventures du Groupe Crime 1 du SDPJ93 : Territoires !

    Territoires, c’est une plongée la tête la première dans l’univers des trafics de drogue en plein cœur des cités. Entre règlements de compte, prise de pouvoir, magouilles, émeutes et autres joyeusetés, il est impossible de douter que le vécu de l’auteur influence ses écrits !

    Toujours mené tambour (et humour !) battant, les enquêtes de Victor Coste et son équipe sont le reflet d’une réalité que l’on préférerait fictionnelle mais qui sonne bien trop juste… Et c’est tant mieux qu’au travers d’un (très) bon polar, l’attention du lecteur soit attirée sur quelques dysfonctionnements majeurs d’un système qui ferait peut-être bien de faire place nette dans ses rangs…

    J’ai particulièrement aimé l’approche humaine de Coste et de son équipe qui, parfois, se sentent démunis face à une hiérarchie dont les préoccupations ne sont pas équivalentes aux leurs ! Mais rassurez-vous, ils ne restent pas démunis très longtemps…

    Une nouvelle démonstration du talent d’Olivier Norek qui, croyez-moi, ne se lit pas, mais se dévore !

  • colorandbook 24 mai 2019
    Territoires - Olivier Norek - Harlan COBEN

    Je ne peut que vous le conseiller. C’est vraiment un excellent thriller policier. Il nous montre du doigts les bas fond de la société mais avec un réalisme a faire peur. Je l’ai encore plus aimé que le premier tome.

    Les personnages sont très humains et très attachants. C’est un réel plaisir de les redécouvrir pour la plupart et les voir évoluer. on retrouve aussi dans ce second tome, de nouveaux personnages, très bien développés .

    L’histoire est vraiment menée d’une main de maître. On vois que l’auteur sais de quoi il parle. Il nous montre la réalité des choses, sans jamais avoir peur de nous choquer. Une intrigue palpitante qui sais nous tenir en alène.

    En bref, c’est un excellent roman policier. J’ai vraiment hâte de découvrir "Surtension" du même auteur. A lire absolument un vrai coup de cœur pour moi.

  • Kirzy 30 mai 2019
    Territoires - Olivier Norek - Harlan COBEN

    On retrouve la même équipe que dans son excellent premier roman, Code 93, avec cette fois une plongée au coeur des révoltes urbaines sur fond de manipulations politiques et de trafics de drogue.
    Plus qu’un roman policier, c’est une chronique quasi sociale qui nous raconte avec un réalisme effarant comment on " tient " une ville de banlieue difficile. Les tricotages et autres arrangements entre politiciens de tout poil, voyous et flics sont mis à nu sans cliché en mode coup de poing.
    L’écriture est au service de l’intrigue, fluide, efficace, sans chichi avec des dialogues savoureux, à la Audiard parfois.
    Bravo M.Norek, c’est brillant !

  • Dany Soufflard 12 septembre 2019
    Territoires - Olivier Norek - Harlan COBEN

    Très bon polar à rebondissements avec malheureusement une approche très réaliste de ce qui se passe dans les cités ...
    j’a beaucoup apprécié le jeu de dupe de Mme Vesperini qui en dit long sur les moyens de gérer ces zones de non droit....
    Un livre sociologique à mettre entre toutes les mains pour mieux appréhender la complexité des pouvoirs qui régissent ces territoires

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.