Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Top des 100 meilleurs films thrillers n°71 Prisoners - Denis Villeneuve

71 - Top des 100 meilleurs films thrillers

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

0 #AvisPolar
2 enquêteurs
l'ont vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Dans la banlieue de Boston, deux fillettes de 6 ans, Anna et Joy, ont disparu. Le détective Loki privilégie la thèse du kidnapping suite au témoignage de Keller, le père d’Anna. Le suspect numéro 1 est rapidement arrêté mais est relâché quelques jours plus tard faute de preuve, entrainant la fureur de Keller. Aveuglé par sa douleur, le père dévasté se lance alors dans une course contre la montre pour retrouver les enfants disparus. De son côté, Loki essaie de trouver des indices pour arrêter le coupable avant que Keller ne commette l’irréparable… Les jours passent et les chances de retrouver les fillettes s’amenuisent…

N°71 DU TOP 100 DES MEILLEURS THRILLER DE BEPOLAR

Prisoners

Avec : Hugh Jackman, Jake Gyllenhaal, Viola Davis, Maria Belo
Année : 2013

De quoi ça parle ?

Dans une banlieue pavillonnaire de Boston, deux fillettes de six ans disparaissent. L’enquêteur Loki pense qu’il s’agit d’un kidnapping et appréhende très vite un suspect. Sans preuve, ce dernier est cependant relâché. Keller, le père d’une des deux fillettes, cède à une profonde colère qui l’amène à se lancer dans une course contre la montre sans pitié…

C’est culte parce que…

L’innocence est presque un lointain souvenir dans Prisoners. Ici, les pères poussent leurs enfants à abattre un animal à l’adolescence, tandis que les plus jeunes traversent l’horreur en guise de parcours initiatique. Tous les protagonistes de cet univers semblent avoir été corrompus à un moment donné par quelque chose, si bien que Prisoners s’apparente plus à un film de genre surréaliste qu’à une radiographie d’une quelconque réalité. Mais il cultive pourtant l’ambiguïté, conserve avec zèle du vraisemblable (comme un cauchemar éveillé), et c’est justement en cela que le long-métrage touche autant.

Le cinéaste canadien insiste beaucoup sur les arbres dans son film. La caméra cadre un tronc de manière insistante devant la maison au moment de l’enlèvement, on voit une branche traverser le pare-brise lors de l’interpellation… les exemples abondent partout et évoquent un paradis perdu. Sous cet angle, le jardin d’Eden se présente comme un bois décharné, amas de branches aux sinuosités fantomatiques – voir l’un des derniers plans sur Loki dans la nuit en surimpression. Monstre d’intensité qui renforce le style de Villeneuve, toujours plus préoccupé par la morale et le religieux. Mention spéciale pour la photographie mathématique de Roger Deakins.

Ce que le film apporte au thriller

Denis Villeneuve remet à jour le thriller dans la droite lignée du Silence des Agneaux et de Seven, mais sans contrarier sa propre esthétique : celle qui contrarie sans cesse l’Amérique – sorte de microcosme paranoïaque et replié sur lui-même – dans ses certitudes (voir l’hymne à la trompette en amorce). Malgré toutes les croix (parfois tatouées) et crucifix qui ponctuent les intérieurs – façon sans doute pour les personnages de se convaincre d’une transcendance dans un monde depuis longtemps gagné par la désolation –, le cinéaste s’attache surtout à filmer un espace déserté par la croyance. Ici, la culpabilité des personnages empoisonne tout. Cette dynamique sécrète un sentiment d’angoisse vertigineux d’un bout à l’autre du long-métrage.


Voir en ligne : Le Top 100 des meilleurs films thrillers de BePolar

Galerie photos

spip-slider
spip-bandeau

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.