Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Top 100 des meilleurs films thrillers n°10 : Old boy - Park Chan-wook

Old boy - Park Chan-wook 10 - du top 100 des meilleurs films thrillers

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

4 #AvisPolar
6 enquêteurs
l'ont vu/lu
2 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Film de fou peuplé de fous à lier, Old Boy regarde la nuit dans ce qu’elle a de plus noir. Mise en scène iridescente et spectaculaire, personnages au bord du chaos.

Résumé :

1988. Oh Daesso est kidnappé par des inconnus en sortant de chez lui. Après avoir perdu connaissance, il se rend compte qu’il est emprisonné, quelque part. Tous les jours, il est nourri et lavé. 2003 : après s’être évanoui, Daesso réalise qu’il vient d’être relâché. Il a sur lui un portefeuille, de l’argent et un téléphone portable qui va se mettre à sonner. La voix à l’autre bout du fil donne le départ d’un terrible jeu : "Tu dois maintenant chercher qui je suis et pourquoi je t’ai emprisonné pendant quinze ans."

n°10 du top 100 des meilleurs thriller de BePolar

Old boy - Park Chan-wook
Avec : Min-sik Choi, Yoo Ji-tae, Kang Hye-Jeong
Année : 2003
De quoi ça parle ?
Corée du Sud, années 80. Oh Dae-Soo, père de famille ordinaire, est enlevé puis séquestré dans une chambre. Son unique lien avec la société est une télévision par l’intermédiaire de laquelle il apprend l’assassinat de son épouse, dont il est aussitôt soupçonné, et la disparition de sa fille. Passées ses tentatives d’évasion et de suicide, il nourrit une soif de vengeance qui lui permet de survivre. 15 ans plus tard, Oh Dae-Soo est relâché et son ravisseur invisible lui propose une rencontre. Le cauchemar se poursuit…

C’est culte parce que…
Old Boy aurait dû décrocher la Palme d’or en 2004 au moment où Quentin Tarantino, présidait le jury du Festival de Cannes. Fan instantané du film, le réalisateur de Pulp Fiction fut toutefois contraint de s’en tenir au Grand Prix (qui récompense l’originalité), tant l’urgence politique – Bush fils oblige – plaidait alors en faveur de Fahreneit 9/11 (Michael Moore). Il n’empêche que l’attrait de Tarantino n’est pas un hasard tant le film de Park Chan-Wook regorge d’idées sanglantes et sadiques, toutes épaulées par une caméra virevoltante, un montage épique, des musiques coups de poing et une intrigue retorse.

via GIPHY

L’on pourra objecter que toute cette débauche d’effets plus paroxystiques les uns que les autres n’est pas tout à fait synonyme de grand art. Certes, mais ce patchwork stylistique presque épileptique, même en se passant en un sens d’une certaine rigueur, emporte tout de même l’adhésion par son côté passeur, sa faconde d’art populaire. En cela, Wook se pose véritablement comme un auteur. Pour le reste, l’épaisseur des personnages est proprement vertigineuse et sous l’imaginaire visuel se dégage un grand film noir.

Ce que le film apporte au thriller

via GIPHY

Plus que par ses effets secondaires qui nous plongent dans l’effroi et nous mettent les nerfs à vif, c’est dans sa résolution de transformer un personnage banal et sans qualité en héros tragique Old Boy brille. Le thriller se niche ainsi dans cette tendance de Oh Dae-Soo à s’accommoder des interdits les plus effroyables de l’humanité. À ce titre, il se rapproche même de son ennemi. Rarement crise existentielle n’aura atteint un tel malaise. Restent néanmoins une compassion et une âme à sauver, quand bien même fussent-elles dégradées.


Voir en ligne : Le Top 100 des meilleurs films thrillers de BePolar

Galerie photos

spip-slider
spip-bandeau

Pour aller plus loin

Vos #AvisPolar

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.