Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Blue velvet - David Lynch

53 - Top des 100 meilleurs films thrillers

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

1 #AvisPolar
3 enquêteurs
l'ont vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Épaulée par son amie Sandy, Jeffrey, un jeune homme, mène son enquête concernant une oreille humaine trouvée dans un terrain vague. Il croise sur son chemin Dorothy Vallens, une mystérieuse chanteuse de cabaret.

N°53 DU TOP 100 DES MEILLEURS THRILLER DE BEPOLAR

Des roses rouges, un ciel bleu, une clôture blanche immaculée… puis bientôt un tuyau d’arrosage qui se tord et une oreille humaine abandonnée dans un champ. Voilà tout le paradoxe de Blue Velvet et c’est inoubliable.
Avec : Kyle MacLachlan, Laura Dern, Isabella Rossellini, Dennis Hopper
Année : 1986

De quoi ça parle ?

À Lumberton, ville paisible de Caroline du Nord, Monsieur Beaumont meurt d’un arrêt cardiaque alors qu’il arrosait son jardin. Son fils Jeffrey, un jeune homme insouciant, découvre presque au même moment une oreille humaine en décomposition dans un champ. Celui-ci l’apporte aussitôt à l’inspecteur Williams, auprès duquel il rencontre la jolie Sandy, sa fille. Avec la jeune fille, Jeffrey commence à mener l’enquête pour savoir à qui appartient l’oreille...

C’est culte parce que…

C’est avec Blue Velvet que David Lynch établit pour la première fois le dispositif inquiétant et bizarre qui prévaudra ensuite pour Twin Peaks : Fire Walk with me, Lost Highway ou encore Mulholland Drive. La recette : celle d’un film néo noir alambiqué au croisement du thriller psychologique et de
l’horreur. Quelques années avant Twin Peaks, tous les ingrédients semblent déjà rassemblés : des adolescents, une bourgade idyllique cachant une réalité aux confins du monstrueux. Sans chercher à analyser Lynch dans le texte, tout dans Blue Velvet s’apparente à un cauchemar dissimulé sous le vernis du rêve américain.

Dans cet univers libidineux, sordide et amoral, le personnage de Jeffrey mène une sorte de voyage initiatique où il doit s’engouffrer sous le voile coloré et stéréotypé des apparences pour atteindre la vérité indicible. Sous la beauté : le sang, le viol, la peur et la honte. En femme fatale brisée, Isabella Rossellini fascine. Là où la folie autodestructrice du psychopathe incarné par Dennis Hopper saisit d’effroi. Cultissime.

Ce que le film apporte au thriller

Sans jamais arbitrer entre beauté plastique et monstruosité latente, entre pure démence des personnages et équilibre de leur caractère, Blue Velvet conçoit un thriller où le spectateur avance à l’aveugle sans tout à fait comprendre – dans une optique de distorsion du Hitchcock de L’Ombre d’un doute. Un cheminement vers une destination inconnue, loin, très loin dans les méandres de l’aliénation. Système qui arrivera à maturité avec l’indépassable Mulholland Drive.


Voir en ligne : Le Top 100 des meilleurs films thrillers de BePolar

Vos #AvisPolar

  • Laurence S 6 mai 2019
    Blue velvet - David Lynch

    Après l’échec de Dune, David Lynch revient avec un film plus personnel. L’univers fantasmagorique, pervers et sadomasochiste de Blue velvet achève de positionner Lynch comme un explorateur de l’âme humaine dans ce qu’elle a de plus étrange.
    Petit budget (5 millions de dollars) mais une totale liberté de la part de Dino de Laurentis, par ailleurs le producteur de Dune, laisse le champ libre à Lynch pour explorer ses fantasmes : "un vieux fantasme m’assaillait depuis longtemps. J’ai toujours rêvé de me glisser dans la chambre d’une fille pour la guetter toute la nuit".
    Tourné en Caroline du Nord, Blue velvet met en scène l’Amérique moyenne. Celle des pavillons aux jardins fleuris, du ciel trop bleu et de la middle class bien pensante. Mais Lynch va fouiller l’envers du décor.
    Jeffrey plonge soudain dans un univers glauque où tout n’est que dépravation sexuelle et sadisme sur fond d’une chanson lancinante et obsédante : Blue velvet. L’œuvre de Bobby Vinton est d’ailleurs l’un des points de départ du film.
    La voix doucereuse et chaude de Dorothy contraste avec la violence des scènes crues, malsaines et pourtant inoubliables.
    Tout dans cette œuvre est en permanence en opposition : Jeffrey vit une gentille amourette avec Sally le jour quand il vit une passion dévorante et physique avec Dorothy la nuit.
    Film choc des années 80, Blue velvet ne fait pas l’unanimité lors de sa sortie. Il est refusé par le Festival de Venise qui le taxe de pornographique à cause d’une scène de fellation jugée trop explicite. En revanche, il sera applaudi à Avoriaz.
    Avec ce film, David Lynch retrouve ses complices, Fred Elmes, son chef opérateur, Alan Splet, le responsable des effets sonores ; et il débute sa longue collaboration avec Angelo Badalamenti, le musicien sans lequel les films de Lynch n’auraient pas cette profondeur.
    Finalement, l’intrigue policière n’est qu’un prétexte qui permet à Lynch de mettre en exergue la face cachée de la "normalité".
    La perfection des couleurs (le rouge, le rose, le bleu velouté...), les plans fixes évocateurs, les acteurs impeccables (Denis Hopper est époustouflant en pervers sado-masochiste) permettent à Woody Allen de déclarer : "C’est le meilleur film de l’année. J’aime simplement tout dans ce film."

    Ma critique sur => https://www.avoir-alire.com/blue-velvet-la-critique

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.