Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Top des 100 meilleurs films thrillers n°31 : Shutter Island - Martin Scorsese

31 - Top des 100 meilleurs films thrillers

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

5 #AvisPolar
9 enquêteurs
l'ont vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Embarquez pour un voyage aussi fascinant pour sa plastique que pour son jeu de piste réflexif. Adaptation de Lehane au carrefour de l’horreur et du polar.

Résumé :

En 1954, le marshal Teddy Daniels et son coéquipier Chuck Aule sont envoyés enquêter sur l’île de Shutter Island, dans un hôpital psychiatrique où sont internés de dangereux criminels. L’une des patientes, Rachel Solando, a inexplicablement disparu. Comment la meurtrière a-t-elle pu sortir d’une cellule fermée de l’extérieur ? Le seul indice retrouvé dans la pièce est une feuille de papier sur laquelle on peut lire une suite de chiffres et de lettres sans signification apparente. Oeuvre cohérente d’une malade, ou cryptogramme ?

N°31 DU TOP 100 DES MEILLEURS THRILLER DE BEPOLAR

Shutter Island
Avec : Leonardo DiCaprio, Mark Ruffalo, Ben Kingsley
Année :

De quoi ça parle ?

1957, aux abords de Boston. Les détectives Teddy Daniels et Chuck Aule débarquent sur l’île de Shutter Island. Leur mission : enquêter sur la disparition inexpliquée de Rachel Solando, patiente d’un hôpital psychiatrique de « haute sécurité ». Unique indice retrouvé dans la cellule de la mère infanticide : une feuille de papier avec une suite mystérieuse de chiffres et de lettres...

C’est culte parce que…

On peut soit se demander si avec un film aussi sur-signifiant et truffé de symboles (au croisement de Shyamalan, Hitchcock et même Kubrick), Martin Scorsese ne perd pas en élégance ce qu’il gagne en épate. Mais on peut surtout applaudir la démonstration de force : l’atmosphère, le jeu de DiCaprio totalement déjanté, les cadrages comme autant de peintures tout droit sorties du romantisme noir. Certes, la vision du papa de Taxi Driver (bien que fidèle excepté en clôture du final) n’est pas celle de l’auteur Dennis Lehane (dont est adapté le roman Shutter Island) mais c’est assurément ce qui en fait sa singularité.

Le twist final y apparaît notamment plus distinctement compte tenu du nombre d’indices glissés ici ou là. Ceci étant, le cœur du film se niche surtout dans le symbolisme, d’une richesse inouï. Du tableau. L’île aux morts d’Arnold Böcklin (reproduit presque à l’identique dans l’un des plans d’ouverture) aux silhouettes des enfants façon toiles préraphaélites, tout est fait pour constituer un cauchemar d’une beauté renversante. Mention spéciale pour l’ambiance fifties et surtout pour l’analogie avec Shining – à la fois pour les visions et pour l’impuissance créatrice du héros très Jack Torrance. À noter enfin le regard sensible – même si distordu et volontairement sujet à une sorte de fantasme – sur la découverte des camps de concentration.

Ce que le film apporte au thriller

Comme chez Shyamalan, l’enjeu n’est pas seulement le sentiment laissé par le film lors de sa première vision. C’est la manière dont il faudra au contraire explorer à nouveau ces contrées pour y mettre à jour les vrais mystères. Une approche du thriller d’autant plus ludique qu’elle opère d’ailleurs au gré
de séquences ouvertes les unes sur les autres (pas de coupures nettes d’un espace à un autre, d’une temporalité à la suivante… comme dans un rêve).


Voir en ligne : Le Top 100 des meilleurs films thrillers de BePolar

Galerie photos

spip-slider
spip-bandeau

Pour aller plus loin

Vos #AvisPolar

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.