Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Whiplash - Damien Chazelle

73 - Top des 100 meilleurs films thrillers

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

0 #AvisPolar
1 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Andrew, 19 ans, rêve de devenir l’un des meilleurs batteurs de jazz de sa génération. Mais la concurrence est rude au conservatoire de Manhattan où il s’entraîne avec acharnement. Il a pour objectif d’intégrer le fleuron des orchestres dirigé par Terence Fletcher, professeur féroce et intraitable. Lorsque celui-ci le repère enfin, Andrew se lance, sous sa direction, dans la quête de l’excellence...

N°73 DU TOP 100 DES MEILLEURS THRILLER DE BEPOLAR

Whiplash ou le long chemin vers la perfection filmé comme une obstination névrotique. Ne devient pas Buddy Rich en un jour qui veut.
Avec : Miles Tenner, J.K. Simmons
Année : 2013

De quoi ça parle ?

À 19 ans, Andrew ne rêve que d’une chose : devenir l’un des batteurs de jazz les plus virtuoses de son temps. Le problème n’est pas tant la concurrence implacable de ses camarades du conservatoire de Manhattan que la férocité et l’intransigeance de son nouveau professeur : Terrence Fletcher.

C’est culte parce que…

Premier film de Damien Chazelle (La La Land, First Man), Whiplash ne raconte pas tant la quête d’excellence d’un jeune batteur de jazz qu’un duel captivant entre maître et élève. Le film fonctionne à la manière d’un morceau qui glisserait progressivement du jazz classique au free jazz. Le rythme du montage et l’échelle des plans apparaissent ici fonction de l’état psychologique du héros.

À mesure que le temps passé par Andrew à répéter lui procure récompense, possible consécration puis frustration ou inversement, la machine s’emballe. Dès lors, la musique syncopée et l’enchevêtrement des plans font échos aux oscillations mentales d’Andrew. D’une intrigue minuscule, Chazelle construit une œuvre fascinante sur la création, laquelle se fabrique dans la sueur et le sang.
Où la rigueur de la mise en scène se télescope avec la technique du musicien. Le cinéaste semble se demander (question valable pour son rapport à la mise en scène) : où et comment peuvent advenir la beauté et le sublime dans cet océan de raideur et de cruauté ? Déconcertant et horripilant de virtuosité.

Ce que le film apporte au thriller

À la façon notamment de Paul Thomas Anderson (pour Phantom Thread ou encore There Will Be Blood…), Chazelle cultive le thriller à travers l’adversité. À partir de la relation infernale entre maître et esclave, peut survenir l’intensité et la peur. Preuve que nul besoin d’assassinats pour inoculer le thriller. Pour cela, le réalisateur assoie d’abord à nos yeux la légitimité du héros pour ensuite sans cesse l’éreinter jusqu’à déstabiliser nos nerfs. Bel exercice de style méta (pour son rapport à la création) que cette dialectique entre monstre et petite bête corvéable.


Voir en ligne : Le Top 100 des meilleurs films thrillers de BePolar

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.