Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Snake eyes - Brian De Palma

48 - Top des 100 meilleurs films thrillers

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

0 #AvisPolar
2 enquêteurs
l'ont vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Le palais des sports d’Atlantic City contient à peine la foule venue assister au match du siècle, où s’affrontent deux poids lourds de la boxe. Soudain des coups de feu éclatent à proximité du ring et le secrétaire d’Etat à la Defense s’effondre, mortellement blessé. L’enquête commence sous la direction de l’inspecteur Rick Santoro, policier corrompu. Rick va s’efforcer de sauver sa réputation ainsi que celle de son ami Kevin Dunne, chargé de la sécurité du secrétaire d’Etat, et qui s’était malencontreusement absenté au moment du drame...

N°48 DU TOP 100 DES MEILLEURS THRILLER DE BEPOLAR

Nicolas Cage en policier corrompu à travers quelques-uns de ses morceaux de bravoure les plus savoureux. Virtuose et captivant.
Avec : Nicolas Cage, Gary Sinise, John Heard, Carla Gugino
Année : 1998
De quoi ça parle ?
Venue assister massivement à l’affrontement de deux célèbres poids lourds de la boxe, la foule exulte dans le palais des sports d’Atlantic City. Mais tandis que le combat bat son plein, des coups de feu retentissent à quelques pas du ring, blessant mortellement le secrétaire d’État à la Défense. Présent sur place, le flic véreux Rick Santoro mène une enquête…

C’est culte parce que…
L’extrême virtuosité de Snake Eyes, tant en termes de montage, de cadrage que de mise en scène, pourrait presque tourner à l’excès de grandiloquence. Pourtant, à bien y regarder, rien ne tombe dans le clinquant ou le tape-à-l’œil. Le style comme souvent très orné et opératique de De Palma se déploie en effet tout entier par et pour l’intrigue, sans gratuité. Rarement les mouvements de caméra conçus par le cinéaste n’auront été à ce point sensationnels, et théoriques dans leur symbolique (renvoyant
par exemple à la politique putride gangrenée par l’argent, entre autres).

Le premier plan séquence (entre le Howard Hawks de Scarface et le Hitchcock de La Corde, avec ses raccords presque invisibles, s’avère un moment hautement jouissif. Quitte à ridiculiser l’une des ouvertures sans cut les plus baroques de la carrière du réalisateur : celle de son long-métrage Bûcher des vanités (1990). Menée tambour battant par un Nicolas Cage bondissant et tapageur façon Sailor et Lula (Lynch, 1990), l’œuvre cache sous son histoire policière un manifeste décriant avec pessimisme la corruption et l’échec de l’Amérique. Aussi, l’idée consiste à condamner l’orgueil d’un regard tout puissant devant la quête de vérité – le fantôme, toujours, de l’assassinat de Kennedy. Qu’importe toutes les caméras de surveillance, ces dernières échouent à délivrer la réalité. Et dans ce
contexte, même les coupables peuvent dormir tranquilles – à moins qu’on ne découvre la bague sur laquelle insiste De Palma à la toute fin du plan-séquence du générique. Rien n’est moins sûr, toutefois.

Ce que le film apporte au thriller

Sous couvert de thriller – genre typiquement hollywoodien qu’il adule par-dessus tout depuis toujours –, De Palma règle ses comptes subtilement avec l’histoire politique récente de son pays. La force d’une telle démarche est qu’elle produit malgré tout un cinéma de qualité, et ce, sans jamais amoindrir l’intensité du suspense. Ou comment faire d’un divertissement haut-de-gamme une œuvre réflexive de premier ordre.


Voir en ligne : Le Top 100 des meilleurs films thrillers de BePolar

Galerie photos

© 1998 Paramount - Touchstone Pictures. Tous droits réservés.

Pour aller plus loin

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.