Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Mamie Luger - Benoit Philippon

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

18 #AvisPolar
8 enquêteurs
l'ont vu/lu
2 enquêteurs
Veulent le voir/lire

Résumé :

Six heures du matin, Berthe, cent deux ans, canarde l’escouade de flics qui a pris d’assaut sa chaumière auvergnate. Huit heures, l’inspecteur Ventura entame la garde à vue la plus ahurissante de sa carrière. La grand-mère au Luger passe aux aveux et le récit de sa vie est un feu d’artifice. Il y est question de meurtriers en cavale, de veuve noire et de nazi enterré dans sa cave. Alors aveux, confession ou règlement de comptes ? Ventura ne sait pas à quel jeu de dupes joue la vieille édentée mais il sent qu’il va falloir creuser. Et pas qu’un peu.

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • MissPuche 12 juillet 2021
    Mamie Luger - Benoit Philippon

    Benoit Philippon nous raconte l’histoire de Berthe Gavignol, 102 ans, qui se retrouve en garde à vue après avoir tiré dans les fesses de son voisin et canardé les flics venus l’arrêter. Elle est interrogée par l’inspecteur Ventura dit "Columbo" à qui elle fait de surprenantes révélations, à la fois drôles et tragiques. Cette mamie tueuse, féministe et attendrissante, à un franc parler qui décoiffe !

    J’ai passé un excellent moment et je recommande ce livre très divertissant et bardé d’humour !

  • Alexandra Thiry 18 juin 2021
    Mamie Luger - Benoit Philippon

    Berthe, 102 ans au compteur, est mise en garde à vue après avoir ouvert le feu sur son voisin. Tout en la ménageant, l’inspecteur Ventura va essayer de comprendre ce qui a bien pu pousser cette gentille mamie à un tel acte. Il n’est pas au bout de ses surprises...

    Dans ce livre, nous allons prendre une machine à remonter le temps et plonger dans la vie de Berthe. Cette enfant et puis cette jeune fille née à une époque bien compliquée pour la condition féminine. Parce que oui, ce livre traite avant tout de féminisme et d’injustice.

    Sous le couvert d’une héroïne légère et drôle, l’auteur nous livre ici un récit touchant et plein de réflexion sur la domination masculine, le racisme et l’intolérance. J’ai souvent souris lors de ma lecture mais j’ai également été émue par certains passages de cette vie qui m’a semblée injuste à bien des égards.

    Berthe est attachante. La plume de @benoit.philippon est parfois noire mais toujours juste.
    Si je dois émettre un petit bémol je dirais que la fin m’a semblée un petit peu rapide.

  • Mes petits plaisirs à moi 13 février 2021
    Mamie Luger - Benoit Philippon

    Une Mamie qui fait de la résistance

    Le premier coup de cœur de l’année. Ce polar est une réussite du début à la fin. Benoît Philippon part d’une idée qui se révèle assez simple voire presque comique : imaginez que votre voisine, déjà centenaire, se retrouve un jour à vous tirer dessus afin de permettre à deux jeunots de voler tranquillement votre voiture. On dira que c’est plutôt cocasse. Mais là où l’idée de l’auteur devient géniale, c’est lorsque cette même grand-mère se retrouve face à l’inspecteur chargé de mener l’enquête et que la garde à vue se transforme en immersion complète sur près de 100 ans d’existence. Car oui, Berthe, elle en a connu des drames dans sa vie et elle a tout fait pour survivre, quoi que cela ait pu lui coûter, à elle mais aussi à ceux qu’elle a pu croiser sur son chemin et qui ont voulu la soumettre à leur bon vouloir. Aussi ne vous fiez pas au premier chapitre qui vous donne l’impression d’assister à une scène de Bonnie sans Clyde plutôt drolatique. La suite va vous calmer très rapidement en vous présentant des personnages qu’il vous sera difficile d’oublier tant ils vont se révéler attachants (Bon, Ventura qualifierait, lui, plutôt Berthe d’ »attachiante », tant elle le houspille régulièrement mais n’est-ce pas un peu pour le faire réagir face à sa propre vie qui semble lui échapper depuis quelques temps ?)

    Mamie Luger, c’est avant tout l’histoire d’une femme qui a traversé une bonne partie du XXe siècle, ou plutôt l’histoire de LA femme car on peut qualifier ce polar, d’une certaine manière, de « féministe » tant Berthe se révèle être une véritable résistante. En effet, on ne peut pas dire que la vie lui ait fait beaucoup de cadeaux et particulièrement en matière d’hommes. Pourtant, malgré la guerre et les multiples histoires d’amour malheureuses qu’elle va connaître, elle garde le cap, celui que lui a fixé sa grand-mère, sa Nana : toujours être ce qu’elle est et ne jamais laisser aucun homme l’empêcher de réaliser ses rêves et la priver de sa liberté. Et elle compte bien jusqu’à la tombe revendiquer ce droit face à toutes les femmes qu’elle croisera sur son chemin, même la jeune policière qui assiste à sa garde à vue et qui s’émeut du destin « tragique » de cette petite mémé. Berthe, c’est un peu l’avant-garde de MeToo, sauf qu’elle, elle n’attend plus rien de la justice… elle la fait elle-même la justice.

    Le face à face entre Berthe et Ventura est également d’une force étonnante. En effet, alors que Ventura s’obstine à découvrir la vérité sur le passé « morbide » de la vieille femme, celle-ci se transforme peu à peu en un miroir reflétant ce que pourrait devenir sa vie s’il ne réagit pas. Elle le titille, le bouscule, le secoue à tel point qu’elle va réussir à lui faire ouvrir les yeux non seulement sur son propre à destin à elle, mais également sur ce à côté de quoi il est en train de passer d’un point de vue familial. Sorte d’expérience transgénérationnelle, cette garde à vue, personne n’en ressortira vraiment indemne et c’est à la suspecte que tous le devront et ce, pour le meilleur uniquement.

    Mes chouchous à moi

    Comment ne pas tomber sous le charme de Berthe et de Luther ? Entre eux brûle une passion que tout le monde rêverait de vivre un jour, passion qui survivra à la guerre et perdurera aussi longtemps que la vie le leur permettra. J’ai aimé l’anticonformisme de ces deux-là : l’une parce qu’elle est une femme, l’autre parce qu’il est noir. C’est terrible à dire car plus commun que cela aujourd’hui, on ne fait pas mais à l’époque, c’était presque « des maladies honteuses ». Malgré cela, ils résisteront jusqu’au bout et leur union restera à jamais indéfectible et inoubliable. Et en cela, c’est absolument admirable.

    Un très beau polar, à lire de toute urgence tant le personnage de Berthe vous apprendra ce qu’est la vie, une suite de déceptions sublimée par quelques rencontres qui resteront, ad vitam aeternam, ses meilleurs souvenirs et sa meilleure raison de l’avoir vécue, cette « putain de vie » !

  • Mélodie reno 31 décembre 2020
    Mamie Luger - Benoit Philippon

    Une vraie tendresse pour cette mamie Luger qui m’aura aussi bien fait rire que pleurer.
    Berthe est une passionnée aussi bien quand elle aime que quand elle déteste (et autant ne pas la mettre en colère parce que sa haine est mortelle !!)
    Une vraie ôde à la liberté et à la féminité (et un peu au meurtre aussi 😅) bref un gros coup de coeur pour cette lecture et pour ce personnage atypique.

  • loeilnoir 3 décembre 2020
    Mamie Luger - Benoit Philippon

    En voyant passer quelques chroniques truculentes de ce roman, je me suis dit que celui-là devait absolument être lu, coup de cœur assuré… Et bien, ça n’a pas manqué, elle m’a tapé dans l’œil, m’est allée droit au coeur la Mamie Luger !

    A l’aube, une brigade de police menée par l’inspecteur Ventura prend d’assaut la bicoque auvergnate de Berthe Gavignol, pas moins de 102 ans, 38 kilos, mais fièrement armée d’un Luger. Impressionnée la mamie ? Pas le moins du monde, elle canarde l’escouade après avoir tiré dans les fesses de son voisin notaire ! A huit heures l’interrogatoire de la bien-nommée Mamie Luger commence : pour quelle raison a t’elle sauvé la mise à deux fugitifs, leur permettant de prendre la poudre d’escampette avec l’Audi du voisin ? Ce n’est pas tous les jours que le commissariat reçoit une invitée comme celle-ci : Berthe Gavignol a réponse à tout, sa gouaille incomparable mouche l’inspecteur à chaque réplique ! Avant d’avoir réponses à ses questions, l’inspecteur Ventura devra s’armer de patience, pourtant il ne s’attend pas aux surprises que lui réserve la mamie Luger en lui contant le récit de sa vie… A commencer par l’origine du fameux Luger, arme allemande héritée d’un nazi trépassé dissimulé dans les profondeurs de la cave de la vieille dame…

    Le roman oscille entre le présent, où a lieu la garde à vue de Berthe, et le récit de sa vie passée. Les échanges désopilants avec l’inspecteur Ventura sont impayables et cocasses et révèlent le caractère bien trempé de cette centenaire aguerrie, que rien n’effraie. Loufoque et décalée, pas de doute Mamie Luger en impose et parvient même à « émotionner » notre vertueux policier. C’est qu’elle a eu une sacrée vie, la mamie ! Elle la raconte dans une verve fleurie à souhait, souvent très crue, qui porte à sourire bien sûr, mais ne vous y trompez pas, le fond est sordide car les évènements qu’a connu Berthe Gavignol sont difficiles, insupportables parfois. Mamie Luger est un roman noir, où violence, viol et meurtres sont explicites… Mais ! Il y a la forme, et que ce soit dans les dialogues truculents ou les récits de ses crimes, le style est burlesque, percutant : elle nous scie la mamie !

    La répétition des aveux de Berthe Gavignol aurait pu devenir lassante : le même schéma revient et revient encore. Mais ! Par ces répétitions se dévoile un côté intime de la personnalité de Berthe que l’on découvre sensible et généreuse, féministe avant l’heure. Une vie marquée par des hommes, souvent abjects et violents. Sauf un, le véritable amour. Et par le fait de ne pouvoir être mère. On irait bien jusqu’à lui pardonner tous ces crimes, car si la vieille peau est coriace et carnassière, il faut bien avouer que ces hommes enterrés l’avaient bien mérité ! Alors, légitime défense ou tueuse en série acharnée ? L’inspecteur Ventura va devoir trancher…

    Je ne peux que conseiller aux lecteurs avertis ce roman drôle et fantasque, à la fois décalé par ses dialogues truculents et si « dans l’air du temps » par ce personnage ultra-féministe !

  • Sweethydark 23 octobre 2020
    Mamie Luger - Benoit Philippon

    Un livre captivant , drôle et émouvant avec cette grand-mère hors du commun. J’ai adoré le langage fleuri de Mamie Luger, son franc-parler. Ce roman n’est pas vraiment un thriller, mais un récit de la vie de Berthe, nous montrant la brutalité et l’amour des hommes qui l’on poussée à être un sérial killer. On ne peut rester insensible sur les motivations de la mamie Berthe…. Le livre est bien écrit, ce fût une bonne lecture mais il m’aurait fallu un ou deux meurtres de moins.

  • Asmo Stark 19 octobre 2020
    Mamie Luger - Benoit Philippon

    👵🏻 Mamie Luger - Benoît Philippon 👵🏻
    Quatrième de couverture :
    Six heures du matin : Berthe, cent deux ans, canarde l’escouade de flics qui a pris d’assaut sa chaumière auvergnate.
    Huit heures : l’inspecteur Ventura entame la garde à vue la plus ahurissante de sa carrière. La grand-mère au Luger vide son sac, et le récit de sa vie est un feu d’artifice. Il y est question de meurtriers en cavale, de veuve noire et de nazi enterré dans sa cave. Alors… Aveux, confession ou règlement de comptes ? Ventura ne sait pas à quel jeu de dupes joue la vieille édentée, mais il sent qu’il va falloir creuser. Et pas qu’un peu.
    J’ai adoré ma lecture ! Ce roman réunit humour, émotions et suspens car oui on est suspendu aux lèvres de Berthe qui nous confesse ses meurtres à répétitions. Avec une gouaille et un aplomb sans pareils, Berthe nous fait mourir de rire dans ses dialogues avec l’inspecteur Ventura, elle nous attendrit quand elle parle de ses espoirs et ses amours passés et nous fait traverser tout un siècle en parlant de la première et de la seconde guerre mondiale, de la condition de la femme et de la toute puissance de l’autorité du mari dans un couple. On passe du rire à la révolte face aux injustices qu’elle a connues, de l’admiration face à sa volonté de fer à la tristesse face aux mauvais tours du destin. Bref ce livre nous offre l’accès à un sacré panel d’émotions et je n’ai pas boudé mon plaisir, Mamie Luger restera dans ma galerie de personnages préférés. Je vous le recommande chaudement.

  • Postit.book 6 septembre 2020
    Mamie Luger - Benoit Philippon

    On ne ressort pas indemne de cette rencontre avec Berthe, 102 ans, droguiste auvergnate à la retraite, mamie flingueuse qui dézingue à tout va ! Parlez-en aux hommes qui ont croisés sa route et finalement élus domicile dans sa cave 💉🚪
    .
    Elle, en tout cas, c’est l’heure de son bilan de conscience et elle déballe tout Berthe ⏳ Notre centenaire n’y va pas par quatre chemins que ce soit dans son franc parler ou dans ses manières et notamment quand elle doit régler "ses problèmes" : Luger, 22, strangulation, coup de pelle... le panel est fleuri 💥
    .
    A l’instar de l’inspecteur Ventura qui écoute les confessions de notre sérial killeuse attendrissante, on passe par toute sorte d’émotions : rire, pitié, envie et colère. Car après tout : œil pour œil, tous ces hommes violents ne l’ont ils pas cherché ? 🤷🏼‍♀️
    .
    Un brin féministe, ce roman dresse également un aperçu de l’évolution de la condition féminine dans les campagnes au 20e siècle ! Quel moment de lecture 💛

  • lafilleaux1001lectures 28 juillet 2020
    Mamie Luger - Benoit Philippon

    Coup de cœur

    Berthe, alias Mamie Luger, du haut de ses 102 ans, se retrouve au commissariat de police, suite à une fusillade. La vieille dame n’a rien trouvé de mieux que de tirer, de bon matin, dans le postérieur de son très cher voisin.

    L’inspecteur Ventura, André de son prénom (et non Lino, comme on serait tenté de le penser), va être chargé de prendre sa déposition. Et il ne va pas être déçu !

    Durant cette garde à vue, Berthe va lui conter l’histoire de sa vie, sans chichis, ni langue de bois. Et croyez-moi, les confessions de cette vieille dame de 102 ans valent vraiment le détour !

    Elle va n’omettre aucun détail : les hommes qu’elle a aimé ou haïs, les enfants qu’elle n’a jamais eus, les étiquettes qui lui ont collé à la peau, ses regrets… et tous les cadavres qu’elle a « dans le placard ».

    Si vous aimez les « Tontons flingueurs » ou autres « Barbouzes », que vous êtes réceptifs aux dialogues d’Audiard, ce livre est fait pour vous. Vous serez forcément séduits par cette mamie truculente qui ne mâche pas ses mots.

    L’auteur nous livre des phrases percutantes, drôles. Il a su créer une héroïne hors-norme, tout en contraste. A son grand âge, elle reste dure et touchante à la fois, fragile physiquement mais psychologiquement, d’une force sans égale. Un portrait de femme atypique et haut en couleur !

    Au-delà de cela, les conditions de la femme sont abordées à travers un siècle de vie. On se rend compte de leurs évolutions, et pas des moindres, même s’il reste encore des choses à faire pour les améliorer.

    Quand on ferme ce livre, on reste pensif et on n’aurait qu’une envie : retrouver de nouveau Mamie Luger, pour qu’elle nous conte une nouvelle fois son histoire.

  • nadge 18 juillet 2020
    Mamie Luger - Benoit Philippon

    Attention coup de pelles en vue et surtout un énorme coup de cœur !!!

    Berthe a 102 ans, toute sa tête et encore de très bons réflexes, elle semble si fragile mais ne vous fiez pas aux apparences. Elle a vécu à sa façon deux guerres, l’occupation nazie (d’où le surnom de mamie Luger, pistolet utilisé par les nazis qu’elle a dérobé à un jeune nazi un peu trop "assaillant"), la vie à la campagne avec les regards de travers et les racontars... elle va aider un jeune couple de tourtereaux (un peu meurtrier, mais l’amour n’est-il pas plus fort que tout ??) à s’enfuir, et pour retarder la police, elle va passer à table... et raconter quelques assassinats (plus ou moins justifiés, à vous de vous faire une idée, aucun jugement dans ce roman, juste des faits).

    Je ne donnerais pas plus de détails de l’histoire, chaque petit élément a son importance et je préfère vous laisser la découvrir et vous faire surprendre comme j’ai pu l’être. Et c’est donc placée en garde à vue avec Ventura qu’elle va tout raconter, sans omettre aucun détails ! Voilà l’histoire d’un roman très original, qui tord le coup au cliché des vielles dames !

    Très peu de temps mort, tant cette grand-mère a de la ressource et une répartie à toutes épreuves ! Et des épreuves et des drames, on peut dire qu’elle en a vécue quelques-uns. Avec son franc-parler et son vocabulaire bien à elle et imagé, elle touche en plein cœur (et pas en pleine tête, ça, elle le fait avec sa pelle !).

    On alterne cependant entre humour, passage plus noir, l’amour et le suspense... on est captivé par cette plume !

    J’ai adoré les histoires de couples de Melle Gavignol et son histoire d’amour avec Luther...mais elles cachent aussi une existence difficile, voir brutale, des choses cruelles qui ne sortent pas des murs des maisons ! Un témoignage poignant.

    D’une certaine façon, c’est aussi un roman de femmes (sa grand-mère Nana qui fabrique de l’eau de vie et qui donne de précieux conseils, sa mère, elle et quelques personnages féminins qui croisent les lignes de ce roman), un hommage à celles qui se sont battues et qui se battent encore aujourd’hui pour leurs droits et/ou pour leur vie. Elles peuvent être sauvages, un peu rudes, mais aussi sensibles, fragiles et fortes à la fois.

    Un texte terriblement féministe, qui amène à réfléchir sur la place de la femme dans la société.

    Petit plus (pour certains, ça n’aura pas d’importance, mais pour moi, si) : ce roman se passe dans le Cantal. Berthe habite une maison auvergnate, de famille. Quand elle descend à la cave, je revois ma grand-mère descendre dans la sienne... sa cave avait un plafond un peu bas et la sol était aussi en terre... mais je ne préfère pas savoir quel(s) secret(s) elle renferme !! La gnôle chez nous était dans des vieilles bouteilles de Perrier en verre, avec une étiquette indiquant plus ou moins la contenance et elle était aussi plutôt forte !

    Comme je le disais un gros coup de cœur, pour ce drôle de binôme, une mamie déjantée et un inspecteur (Lino ou Lionel, on ne sait plus trop) qui va devoir la faire parler (et l’écouter).

    C’est décalé et sacrément original, il m’a fait rire bien sur mais il m’a aussi touché, tout un paradoxe !! L’auteur utilise l’humour pour évoquer des sujets graves et encore très (trop) contemporains tel que le viol, le racisme, la rancune , l’émancipation des femmes et la vengeance...

    Je recommande ce roman plein d’humanité, de tendresse et d’émotions avec une serialkilleuse Cantalou. Berthe, une femme libre (jusqu’au bout) !!

    "Berthe n’avait jamais quitté le Massif Central. Peut-être que l’homme un jour parviendrait à voyager sur la lune ? Et peut-être qu’elle quitterait sa chaumière et parcourrait le monde ? Cette seconde hypothèse lui paraissait plus improbable."

    "Berthe avait un résonnement moderne qui savait ébranler son époque. En tout cas, son interlocuteur. Mais plutôt que d’articuler une antithèse convaincante, Lucien a choisi un argument plus percutant ; il lui a collé une tarte. Moyen ancestral de remettre la femme à sa place sans trop avoir à se justifier de son manque d’intelligence. L’homme s’en était toujours tiré ainsi, alors pourquoi changer ?"

    "Wesh, ma gueule, c’est le Scarface du Cantal, la mamie."

    Avis complet et photos sur le blog (lien en bio)

  • bonne_heure_litteraire 12 juin 2020
    Mamie Luger - Benoit Philippon

    Gros coup de ❤ pour ce roman et pour Berthe qui est le personnage principal de cette histoire. C’est une petite vieille de 102 ans, bourrue et à la verve fleurie de mots plus grossiers les uns que les autres et qui vit dans le fin fond du Cantal.
    .
    L’histoire commence par une Berthe surchauffée qui se met à tirer sur tous les flics qui siègent devant chez elle suite à la cavale d’un couple d’amants qu’elle a aidé et après que Berthe ait canardé son voisin à coup de 22.😅
    .
    De là, commence une garde à vue pour Berthe auprès de l’inspecteur Ventura qui ne sera pas au bout de ses surprises avec cette mamie hors du commun, à travers sa déposition, elle va livrée le récit de sa vie toute entière...
    .
    Et quel coup de coeur !!! ❤🥰 Ce livre est tellement drôle, et tellement touchant à la fois. Vraiment j’ai adoré la prose de Berthe et j’aurais adoré avoir une mamie aussi déjantée. On alterne entre sa garde à vue et son histoire à diverses dates qui ont marqué sa vie. Et 102 ans de vie, ça en fait des histoires surtout avec cette mamie flingueuse qui a su casser les codes, femme libre et feministe à une époque où la femme n’avait pas encore le droit de vote. Et berthe, elle a de la bouteille !

    Vraiment je vous recommande fortement ce livre, il vous plaira à coup sûr. Une lecture qui fait du bien, un vrai régal !

  • Leratquilit 5 juin 2020
    Mamie Luger - Benoit Philippon

    Que dire.. Que dire, sur cette Berthe si atypique, si drôle et en même temps si authentique et sincère ! Ce qui est sûr c’est que mamie Luger, elle, elle rigole pas elle est droite dans ses bottes et elle a pas peur de te dire ce qu’elle pense, elle est explosive. Et même à plus de 100 ans, elle donne encore des leçons et ça, c’est chouette. Enfin ça, c’est quand elle réussi à entendre ce que tu dis !
    On m’avait prévenu et on m’avait bien dit que j’allais dévorer ce bouquin en même pas 2 jours ! J’ai directement accroché au style résolument atypique. J’ai pensé au début à un bouquin que j’avais lu (La Daronne, de Hannelore Cayre, vous connaissez ?) et puis très vite j’ai compris que nous serions sur un registre différent, une mamie encore plus gangsta.

    Ici on est pas seulement sur la petite mamie qui flingue à tout va et qui n’a plus peur de rien, qui en a vu des pires dans sa vie.
    À chaque histoire, on ressent le côté profondément tragique de la vie de Berthe mais aussi ses amours et ses petits bonheurs auprès de Nana. On ressent tous les torts de la société, de la femme battue, qui n’a pas le droit de parler librement, travailler, se rebeller... Je ne m’attendais pas à retrouver du féminisme dans ce bouquin et c’est pourtant ce qui j’ai compris : tout y passe, le plaisir féminin, l’émancipation, les caricatures des machos et j’en passe.
    C’était une lecture très agréable, j’ai ri, j’ai été émue, j’ai été révoltée mais ce qui est sur, c’est que j’ai passé un bon moment.

  • Musemania 31 mai 2020
    Mamie Luger - Benoit Philippon

    Je dois vous faire un aveu : quand j’ai lu la quatrième de couverture, je me suis dit que ma lecture risquait d’être laborieuse car j’ai parfois un peu de mal avec le côté « décalé » dans les polars et romans noirs. Mais vu que je me suis engagée à remplir ma mission de jurée pour cette nouvelle édition du Prix des Lecteurs, je me devais d’y plonger.

    J’ai donc commencé ma lecture, un peu sceptique. Puis les pages ont commencé à défiler sans que je m’en rende vraiment compte. Et alors là, finalement et compte toute attente, je l’ai totalement adoré !!! Pourquoi ? Plein de raisons en fait.

    Tout d’abord, ce personnage de Berthe, la mamie centenaire meurtrière est savoureux à souhait. Piquante mais ô combien attachante, je l’ai trouvée parfois cynique mais surtout tellement vraie.

    Ensuite, c’est absolument bien écrit. Je ne peux – pour moi – y trouver un défaut. Le style d’écriture est abouti et sans fioritures, chaque page ayant son importance. On alterne le récit de cette garde à vue sans commune mesure menée par l’inspecteur Ventura avec l’histoire personnelle de Berthe, parfois drôle mais tellement touchante. Elle nous conte le fil de sa vie et comment elle est devenue, par la force des choses, une serial-killeuse.

    Même si ça prête parfois à sourire, le livre ne tombe pas dans le cliché du loufoque. Émotionnellement, on passe par tous les sentiments et on se met à s’attacher grandement à cette mamie hors du commun qui n’a pas sa langue dans la poche. Malgré cela, on reste en plein roman policier, c’est indéniable.

    Voilà longtemps qu’un livre ne m’avait pas autant surprise, par ses nombreuses qualités et par son originalité. J’ai eu des difficultés à terminer les dernières pages (même si je voulais connaître le final) et à y laisser Berthe. Comme quoi, c’est l’exemple par excellence qu’il ne faut pas rester sur des a-priori qui finalement s’avèrent totalement erronés.

    Lu dans le cadre du Prix des Lecteurs 2020 du Livre de Poche, sélection « polar » en lice pour le mois d’avril (en raison du confinement, nos lectures, membres du jury, ont été un peu bouleversées dans le temps ; c’est pourquoi j’ai jusqu’à fin juin pour voter dans le cadre de cette sélection mensuelle).

  • mouffette_masquee 7 mai 2020
    Mamie Luger - Benoit Philippon

    Résumé : Il est 6 heures du matin, dans un petit village auvergnat, et ça canarde sec ! Berthe, 102 ans au compteur, tente de repousser l’assaut des forces de l’ordre venues pour l’arrêter. Faut dire qu’elle a fait un deuxième trou dans le postérieur de son voisin, sans raison apparente...
    Deux heures plus tard, l’ancêtre se retrouve en garde à vue, interrogée par l’inspecteur Ventura, à qui elle va raconter sa vie, qui est loin d’être un long fleuve tranquille. Nazi enterré dans sa cave, alcool de contrebande, veuve noire, le pauvre ne va pas en croire ses oreilles. Le pauvre n’est pas au bout de ses peine avec un tel énergumène.

    Mon avis : Pour être honnête, ce livre ne m’attirait pas DU TOUT. La couverture, qui me fait penser à une mauvaise comédie françaises des années 2000. Les éloges qu’on en faisait « c’est super drôle et décalé ! », je suis pas là pour rigoler, mais pour frissonner, réfléchir, être étonnée. Et bien je l’ai été. Rarement je n’ai été aussi conquise en partant avec un tel a priori négatif. Et le pire c’est que je vais vous ressortir la même chose. Oui, c’est drôle et décalé, mais tellement plus que ça ! C’est frais, c’est profond ; derrière l’humour et l’absurde, j’ai découvert un traité féministe, grâce à une héroïne forte et émouvante, qui a traversé un siècle et deux guerres, subit les jugements des uns et les abus de certains autres qui pensent être le sexe fort, indispensables aux femmes. Gare à celui qui essaierait de la dompter et de lui marcher sur les pieds.
    Ce livre, je l’ai dévoré, et il m’a chamboulée. Je ne le classerait pas dans le polar, pas même dans le roman noir, à vrai dire il est inclassable et unique, avec son humour corrosif servant un sujet encore malheureusement d’actualité.

  • Kirzy 17 avril 2020
    Mamie Luger - Benoit Philippon

    Quoi, tu n’connais pas Mamie Luger ? Tsss ... permets moi de t’dire que tu râtes quelque chose. Laisse-moi te présenter l’animal.
    Prénom : Berthe
    Surnom : Mamie Luger , elle en a un en sa possession, volé à un Nazi ...
    Âge : 102 ans, pas toutes ses dents mais pas d’Alzheimer en vue
    Raison de sa garde-à-vue : a défouraillé son voisin et canardé des flics, avec son Luger, donc
    Signes particuliers : franc-parler fracassant, humour gouailleux
    Hobby : serial-killeuse à l’insu de son plein gré ( ou pas ), aime enterrer des choses dans sa cave et explorer toutes les possibilités d’une pelle …

    Tout se passe dans un commissariat avec la garde-à-vue de Mamie Luger, mais le cadre du huis-clos est très rapidement explosé avec les confessions de ladite mamie qui raconte des épisodes marquants de sa vie explosive, dans l’ordre qui lui sied, histoire de balader un peu beaucoup l’inspecteur qui mène l’interrogatoire. S’en suit une sarabande de révélations surprenantes, de dialogues truculents à mi-chemin entre Dard, Blier et Audiard ( pas pour rien que l’inspecteur se nomme Ventura, hein ), portés par la verve et la verdeur de la centenaire.

    On s’amuse beaucoup mais à mi-parcours, j’avoue avoir été un peu lassée par la répétition du « protocole » criminel de Mamie. Et c’est là que le changement de braquet de l’auteur arrive à point nommé, insufflant émotion et profondeur. Car derrière la farce, se révèle le portrait d’une femme, libre, anticonformiste, indignée par le patriarcat et la domination masculine qu’il implique. Berthe est une féministe avant l’heure. Et si elle déroule crimes et aveux, elle dévoile aussi les épisodes douloureux de son intimité, notamment une très belle histoire d’amour, inattendue étant donné le profil de la Dame. Mamie Luger a été marquée par les hommes, prédateurs ou lâches, et malgré tout, sa force de vie ahurissante explose à la face du lecteur. Aucune loi ne peut la sauver, mais la morale est avec elle, et le lecteur aussi.

    Un roman féministe léger mais pas que, souvent drôle, complètement dans l’air du temps. Très divertissant !

  • alexandra 3 avril 2020
    Mamie Luger - Benoit Philippon

    Alerte coup de coeur ! Pensez-donc. Centenaire féministe et serial killer ! Le pitch est pas commun, intriguant, prête à sourire mais en fait c’est beaucoup plus subtile et touchant que ça en a l’air. Mais c’est quand même franchement drôle.
    Berthe accueille les forces de l’ordre à coups de fusil dans sa petite bicoque du Cantal. Elle a 102 ans. Mais elle finit par se rendre et se retrouve en garde à vue. Et c’est un face à face d’une journée qui va commencer avec Ventura, le flic qui l’interroge. Et Berthe parle, raconte sa vie, se confesse. Elle sait qu’elle est à la fin de sa vie alors les menaces de prison elle s’en fout. Elle libère sa conscience avec une gouaille et une répartie vraiment drôles. Mais si la forme est drôle, le fond est triste. Berthe a fait des erreurs mais elle a aimé. La vie ne lui a fait aucun cadeau sauf son Luther. Sa vie est faite de solitudes et de coups durs et elle essaye de faire la bravache face à Ventura. Lui a du mal à garder son rôle de flic et se fait violence en permanence, elle n’a plus rien à perdre. C’est un livre complexe avec une belle leçon de vie enrobée d’une bonne dose d’humour grinçant. J’ai adoré le style (mais mes petits yeux ont saigné devant le mot inspecteur) et autant le personnage de Berthe que celui de Ventura.

  • Killing79 5 février 2019
    Mamie Luger - Benoit Philippon

    Une nouvelle collection « Equinox » initiée par Aurélien Masson himself, un sous-titre ronflant « Centenaire, féministe…et serial killeuse ! », autant dire que j’étais impatient de me jeter dans cette aventure atypique. Et la Mamie Luger ne m’a pas déçu !

    Suite à un grave incident, Berthe se remémore les péripéties qui ont jalonné son existence. Le récit est parsemé de flashbacks et on traverse avec elle toutes les étapes de sa vie. Les époques se succèdent et les hommes aussi. Chaque nouveau souvenir dévoile son lot de surprises et de rebondissements. La vie de la centenaire n’a pas été de tout repos et le lecteur en a pour son argent.

    En effet, Berthe Gavignol est un phénomène. C’est une vieille dame de caractère qui a essayé de s’imposer dans un monde organisé par les hommes. Elle a constamment combattu contre les injustices de la société envers le sexe faible et a tenté de faire valoir la place des femmes. Mais plus qu’un plaidoyer pour le féminisme, le roman est une attaque frontale contre la gente masculine. Les réactions excessives de Berthe ont été conditionnées par les comportements souverains de ses maris. Ces attitudes dominatrices n’ont pas vraiment varié au fil du temps et la grand-mère a trouvé une manière assez expéditive de régler les conflits.

    Mais ne vous détrompez pas, rien n’est sérieux dans tout ça. Benoît Philippon nous offre juste un pur divertissement. Et comme moi, les adeptes d’humour noir vont se régaler. Les épisodes sont racontés grâce à des scènes, toutes plus truculentes les unes que les autres. Les échanges verbaux entre Berthe et l’inspecteur sont des grands moments de réparties et de facéties. Le sourire a donc été de mise tout le roman.

    En conclusion, j’ai trouvé jouissif d’assister aux exploits plutôt musclés de cette petite dame touchante. Sous ses airs de farce, « Mamie Luger » est un sacré roman noir !

  • Perrine Savary 26 septembre 2018
    Mamie Luger - Benoit Philippon

    Un livre à mettre dans les mains de toute la nouvelle génération à venir.
    Avec beaucoup d’humour et une extrême sensibilité, Benoît Philipon retrace la vie de Berthe, qui en 100 ans a côtoyé bien des hommes, dont une majorité peu recommandables. Criant de féminisme, passionnant par sa traversée des époques, Mamie Luger m’a fait passer par bien des émotions !

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.