Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Blessures invisibles - Isabelle Villain

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

47 #AvisPolar
13 enquêteurs
l'ont vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Le major Maraval est retrouvé mort à son domicile, une balle dans la tête, son arme à la main. La thèse du suicide est pourtant très vite abandonnée par le groupe du commandant Rebecca de Lost, et les pistes militaires et familiales se multiplient. Dans le même temps, le « tueur au marteau « , demeuré silencieux depuis l’enterrement du capitaine Atlan, décide de reprendre du service. Deux enquêtes sous haute tension. Un final explosif !

Vos #AvisPolar

  • LectureChronique2.0 7 janvier 2020
    Blessures invisibles - Isabelle Villain

    Bonjour mes Lecteurs,

    Voici un service presse que je suis heureuse de vous chroniquer en retour de lecture.

    Merci à Joël des Editions Taurnada pour sa confiance renouvelée, un vrai plaisir !

    Blessures invisibles, celles qui cicatrisent le plus mal et qui ne peuvent guérir même avec le temps...

    Et le groupe du commandant Rebecca de Lost va avoir fort à faire avec la mort du major Maraval, retrouvé mort à son domicile. La thèse du suicide sera vite écartée, les pistes familiales vont se confondre avec les pistes militaires. Qui avait tout intérêt à tuer le major et surtout pourquoi ?

    Et ce n’est pas pour rien que l’armée est appelée "la grande muette" puisque il va être difficile pour l’équipe d’enquêter sur l’homicide du militaire. 

    Entre temps, le "tueur au marteau" qui était demeuré silencieux depuis l’enterrement du capitaine Atlan, va recommencer à sévir dans la capitale.

    Les investigations sont au point mort, l’enquête piétine, rien ne relie les victimes entre elles et pas le moindre suspect en vue.

    Jusqu’à ce que le meurtrier commette une erreur, et cette apparition d’un nouvel indice va finalement tout chambouler. Mais jusqu’à quel point ?

    Un super polar auquel j’ai bien accroché. Nous enchaînons le déroulé des enquêtes au côté de l’équipe de choc du commandant de Lost, en parallèle des lettres de menace et des SMS envoyés à Rébecca par le tueur en série.

    Tout est fait pour que le lecteur reste captivé jusqu’au dénouement final.

    Les actions des personnages nous amènent à nous poser des questions, les protagonistes sont crédibles, travaillés sur le fond et touchants de sincérité. 

    Isabelle m’a bluffé sur son style d’écriture, l’emploie du présent accentue cette course contre la montre qui égrène le temps et transforme l’action en un suspense haletant. 

    J’ai apprécié ma lecture pour sa partie très documentée concernant le fameux SSPT (syndrome du stress post-traumatique) que peuvent connaître les militaires de retour de mission et qui doivent retourner à la vie civile malgré leur souffrance. 

    Vous l’avez compris, les pages de ce roman se tournent très facilement et rapidement tellement on prend plaisir à connaitre la suite de l’intrigue. J’ai découvert Isabelle avec ce roman policier et ce fut une belle surprise. Je vous encourage à découvrir cette plume talentueuse.

    Bonne lecture, amis lecteurs !

    Extrait : Enquêter sur un soldat n’est jamais commode. Dossier classés confidentiels, opérations top secret. L’armée n’apprécie que très moyennement l’intrusion de civils dans ses affaires, y compris celle de la police. Elle aime régler ça "en famille".

     

  • Les Lectures de Mystic 7 janvier 2020
    Blessures invisibles - Isabelle Villain

    Recoucou mes Mystigris 😉

    Me revoilà pour vous parler du second roman que j’ai lu de @isabellevill1
    Il s’agit de Blessures Invisibles qui sort le 9 janvier
    Merci encore à Joël pour ce service numérique.

    Nous retrouvons l’équipe du commandant Rebecca de Lost pour une nouvelle enquête.
    D’un côté, un major est retrouvé chez lui, une balle dans la tête avec son arme à la main. Malgré tous ces indices, le suicide est rapidement écarté par l’équipe. Leurs pistes convergent dans deux directions : la famille et le milieu militaire.
    De l’autre une enquête très sensible refait surface et vient hanter le commandant et son équipe.
    Deux enquêtes difficiles pour un final époustouflant !!

    Mon avis : suite de Mauvais Genre et tout autant addictif si ce n’est encore plus. Comme dans le précédent, l’écriture de l’auteure est tout aussi percutante. Le sujet abordé est encore une fois maîtrisé et recherché.
    J’ai remarqué que Isabelle Villain écrit sur des sujets difficiles et qui ne sont pas courants dans le monde du thriller et c’est ce qui s’en font leurs originalités.
    J’ai adoré retrouver l’équipe de Rebecca, les personnages sont encore plus attachants, on apprend à les connaître davantage et leurs secrets sont révélés et parlons de ce final !!! 😱

    En conclusion : encore un agréable moment de lecture, je quitte cette équipe avec une pointe de nostalgie, mais je essayer de me procurer les deux premiers romans en attendant un prochain livre d’Isabelle.
    Merci encore pour cette belle découverte 😊

  • Sylvie Belgrand 8 janvier 2020
    Blessures invisibles - Isabelle Villain

    Avec Isabelle Villain, je crois qu’on tient là un grand nom du polar. "Blessures invisibles " est un de ces romans impossibles à lâcher. L’écriture est maîtrisée, rythmée, et l’alternance entre les deux enquêtes parfaitement fluide. Je suis partie comme une grande dès le début sur une fausse piste et je me suis fait balader comme si je n’avais jamais lu un polar. Bien joué !
    J’avais raté les romans précédents de la dame. Je vais essayer de corriger ça au plus vite.

    #BlessuresInvisibles #IsabelleVillain #Taurnada #lecture #livres #chroniques #thriller #polar

    Le quatrième de couverture :

    Le major Maraval est retrouvé mort à son domicile, une balle dans la tête, son arme à la main. La thèse du suicide est pourtant très vite abandonnée par le groupe du commandant Rebecca de Lost, et les pistes militaires et familiales se multiplient. Dans le même temps, le « tueur au marteau « , demeuré silencieux depuis l’enterrement du capitaine Atlan, décide de reprendre du service. Deux enquêtes sous haute tension. Un final explosif !

  • Les Lectures de Maud 8 janvier 2020
    Blessures invisibles - Isabelle Villain

    Une double claque, un véritable allez-retour !!!!

    Je suis ravie de retrouver Rebecca de Lost dans un nouveau volet. Les drames passés sont encore très frais dans les mémoires. Et pourtant, malgré le deuil, elle rempile et se donne à fond afin de résoudre cette nouvelle enquête qui va l’amener à ouvrir des portes pourtant réputées pour rester clauses. En effet, l’armée n’a pas pour habitude d’étaler ses failles et ses erreurs sur la place publique. La mort du Major va entraîner l’équipe à faire face aux conséquences psychologiques des différentes missions et le traitement des chocs post-traumatiques.

    Parallèlement, un tueur en série qui a déjà refait surface dans Mauvais Genre continue de sévir. De fausses routes en pistes erronées, les enquêteurs comme le lecteur sont baladés d’un suspect à l’autre. La tension est très palpable, très bien retranscrite.

    Un excellent opus très psychologique, que ce soit l’appréciation des événements et le comportements des protagonistes. Les personnages, dont Rebecca et son équipe se livrent, se dévoilent les sentiments, les prises de conscience et les failles. Leur esprit et leurs pensées sont en partie posés et mis à nu. De nombreux échanges au sein de cette équipe vont renforcer leurs liens, malgré les ombres ou les souvenirs qui planent au dessus de leur tête.

    Que j’adore les choix de l’auteur, à chaque livre un thème et ici c’est encore une réussite. Mêlant à la fois le déballage et la prise de conscience, le tout avec finesse et brio. J’ai ressenti une dimension encore plus psychologique dans ce livre. Elle n’hésite pas à malmener ses personnages ce qui les rend encore plus attachants et crédibles. Comme à chaque fois personne n’est épargné, de nombreuses remises en questions à venir.

    Un style que je trouve de plus en plus abouti, une vraie patte se dessine dans la plume de l’auteur. Ici beaucoup de descriptions et d’explications savamment distillées qui contribuent à un enrichissement de la lecture. J’apprécie beaucoup apprendre en lisant. Les phrases courtes transmettent une dynamique au lecteur, que ce soit dans les explications, observations ou dans l’enquête en elle-même.

    Une fin qui m’a laissée assise pour rester polie !!! Et deux merveilleuses nouvelles car oui il y en a aussi, "un peu de douceur dans ce monde de brutes" !!!! Vivement le prochain !!!

  • LinstantdesLecteurs 8 janvier 2020
    Blessures invisibles - Isabelle Villain

    Quand la vie semble être une impasse, une erreur est si vite arrivée…

    Ma Chère Lectrice, Mon Cher Lecteur, vous n’imaginez pas la joie que j’ai eue, de replonger dans les lignes d’un polar/thriller d’Isabelle Villain ! Ce livre étant la suite de « Mauvais genre », C’est comme de revenir dans un groupe de potes et de poursuivre l’aventure. Merci Joël, merci Isabelle pour votre confiance. Encore une fois j’ai pris un pied d’enfer ! Sans mauvais jeu de mots ;p

    Nous retrouvons le commandant de Lost, Rebecca pour les intimes, à la crim’, au 36. Sa vie est un champ de ruines, elle trouve encore la force de mettre un pied devant l’autre. Tom est débouté par ses gosses. Et certains membres de l’équipe de Rebecca vivent de sombres heures !
    Maraval, un militaire de carrière victime du Syndrome de Stress Post-traumatique est retrouvé chez lui avec une balle dans la tête. Tout porte à croire à un suicide. Mais quelque chose cloche ! Il est gaucher et il se serait tiré une balle avec la main droite… Non impossible.
    En plus, comble de tout, le tueur au marteau reprend du service et Rebecca est la première visée !
    Entre les affaires du 36 et les affaires personnelles, y a du grabuge ! Vont-ils s’en sortir ? Rien n’est moins sûr !

    Yessss ! ça fait du bien par où ça passe ! Je termine ce livre avec une larme au bord des cils… Oui ! C’est dire si je me suis attachée aux personnages ! Isabelle a de nouveau réussi à allier tous les bons ingrédients pour faire prendre une magnifique mayonnaise. C’est grisant !

    Elle nous fait rentrer encore plus dans le vif du sujet, parce que dès le départ, on est en plein dedans. Aucun temps mort, bien au contraire. Ça va vite, c’est un véritable rodéo psychologique !
    L’auteure a le don de nous dépeindre les traits caractériels et intellectuels pour tous les membres de l’équipe de Lost et bien plus. On connait chaque personnage, on vit avec chacun d’eux. Dans la douleur de leur vie privée, dans l’horreur de leur vie professionnelle.

    Isabelle nous transporte dans les tourments de deux enquêtes criminelles hautes en couleur ! Elle nous promène, elle nous entraine sur des pistes… Chaque détail est mesuré au cordeau, chaque description est millimétrée, chaque réaction est bien dosée et l’ensemble est juste au poil !
    Une plume fine, alliant rebondissement, analyse psychologique poussée et justesse du suspense. Elle arrive à toucher les cordes sensibles qui résonnent en nous et à nous transporter à Paris, au 36 ;)

    J’ai beaucoup aimé le sujet très fort du SSPT ce fameux syndrome tant décrié par la virilité ! Quoi de plus viril qu’un militaire ? Alors avouer que l’on est victime du syndrome c’est quelque peu complexe. Mais les mentalités évoluent fort heureusement. Les militaires c’est aussi le monde de la grande muette et là, dans ce polar, c’est juste amené avec justesse.

    Ma Chère Lectrice, Mon Cher Lecteur, vous aimez vous faire malmener et vous triturer le cerveau ? Le polar/thriller mené tambour battant ? Alors j’ai ce qu’il vous faut ! « Blessures invisibles » d’Isabelle Villain ;) Mené d’une main de maître, elle fait une fois de plus mouche avec sa Rebecca de Lost et son équipe ;)

  • valmyvoyou lit 9 janvier 2020
    Blessures invisibles - Isabelle Villain

    Le major Maraval est retrouvé mort. Il semble s’être suicidé. Mais certains détails perturbent la Police. L’équipe de Rebecca de Lost décide d’enquêter sur l’environnement du militaire, mais ce n’est pas facile de faire parler La Grande Muette. Le gradé souffrait du syndrome de stress post-traumatique, une conséquence de sa dernière mission au Mali. Isabelle Villain décrit avec délicatesse et empathie, cette blessure invisible qui peut toucher toutes les personnes ayant subi un traumatisme : victimes d’attentats, de viols, les militaires en zone de combats, les témoins de violence, etc. Elle décrit la difficulté d’adaptation quand le cerveau est en hypervigilance, toujours en alerte, même en absence de danger. Connaissant ces symptômes, j’ai été très touchée par la sensibilité de l’auteure à ce sujet. J’ai aimé son envie de sensibiliser et de montrer la perception de ce mal, par l’entourage ou ici, plus précisément dans l’armée.

    Cependant, ces blessures psychiques sont-elles la cause de la mort du major Maraval ? L’adjoint de Rebecca, qui connaît la famille, en doute.

    Dans Mauvais genre que j’avais adoré, j’avais découvert le tueur au marteau. J’avais des soupçons sur son identité, c’est la raison pour laquelle je n’ai pas attendu longtemps avant de lire Blessures invisibles. L’étau semble se resserrer autour de Rebecca, le meurtrier lui passe des messages alors que des femmes sont tuées et massacrées. Et si un détail faisait tout basculer ? J’ai fini par changer de suspect pour … me planter en beauté. Le dénouement m’a saisie, je ne l’avais pas absolument pas envisagé. Bravo, Isabelle Villain ! J’adore me faire avoir ainsi !

    Dans l’ouvrage précédent, j’avais beaucoup aimé le portrait psychologique de Rebecca. Blessures invisibles confirme mon attachement à cette femme battante, non dénuée de failles et de souffrances, qui s’assume telle qu’elle est. J’espère la retrouver dans d’autres enquêtes.

    J’ai adoré ce thriller qui est aussi percutant que sensible.

  • Le Monde de Marie 9 janvier 2020
    Blessures invisibles - Isabelle Villain

    Un régal de retrouver l’équipe du commandant Rebecca de Lost. Tous encore très marqués par les drames vécus (voir « Mauvais genre »), ils n’auront d’autre choix que de passer outre tant leur boulot ne leur laissera aucun répit. Un meurtre maquillé en suicide mais aussi et toujours le « tueur au marteau » qui accélère son rythme et autour duquel l’étau se reserre.

    Un rythme intense et des investigations palpitantes, l’auteure joue avec leurs nerfs mais aussi ceux de son lecteur. Elle aime nous donner l’illusion d’indices pour nous entraîner sur de fausses pistes puis nous laisser baba sur la révélation finale. Trop heureux est alors le lecteur qui n’aura finalement rien vu venir.

    Une nouvelle fois, elle aborde un thème sensible, ici le SSPT (syndrome du stress post-traumatique) chez les militaires de carrière. On sent qu’elle s’est documentée et, à travers l’histoire très forte de ses protagonistes, nous livre nombre d’informations très intéressantes mais aussi déroutantes sur le sujet.

    Une excellente lecture. Riche et intense que j’ai dévorée.

  • Sharon 9 janvier 2020
    Blessures invisibles - Isabelle Villain

    Nous retrouvons dans Blessures invisibles l’équipe de Mauvais genre – ce qui reste de cette équipe. Ses membres tentent de se remettre de ce qu’ils ont vécu, et ce n’est pas simple. L’après est rarement montré en littérature policière – l’après immédiat, si, pas l’après dans le sens où les jours ont passé, où la vie est censée avoir repris son cours, et où il faut vivre, quand même, et continuer à enquêter. Parce que les morts ne se sont pas arrêtés une fois Mauvais Genre refermé. Parce qu’il est des Blessures invisibles.
    L’action se passe en 2016. Après les attentats. Après Charlie. Après l’Hypercacher. Après Saint-Etienne du Rouvray. Il est les blessures physiques. Il est les blessures invisibles, celles que l’on ne voit pas, avec lesquelles il faut vivre.
    Le major Maraval est dans ce cas. Il n’a pas été victime des attentats, non. Il est militaire et il est atteint du syndrôme de stress post-traumatique. Il a enchaîné les missions. Il a dû tuer, voir d’autres se faire tuer. Il n’est pas question d’étouffer un horrible scandale (comme c’est souvent le ressort dans les séries télévisées), il est question de montrer ce qu’est réellement le métier de militaire, ce que cela entraîner pour ces hommes pour qui l’armée, c’est toute leur vie. Alors oui, l’armée a mis des décennies à reconnaître cette maladie. Oui, la manière dont elle est soignée, les traitements mis en place ne sont pas encore très au point mais elle a réellement commencé à prendre en charge ceux qui en souffrent.
    Le Major souffrait-il au point de se suicider ? Ses proches ne le croient pas. le groupe du commandant Lost enquête donc et découvre des faits troublants. Eux aussi sont, comme Maraval, des hommes et des femmes entièrement dévoués à leur métier. Aussi est-ce un coup de tonnerre quand le « tueur au marteau » refait son apparition, continuant le cheminement macabre de ses meurtres.
    Non, rien n’est facile à gérer, ni physiquement, ni émotionnellement. Rebecca, ses hommes se soutiennent, et doivent aussi toujours être vigilant contre ce tueur si peu saisissable et si proche. Un personnage, à la lisière de l’équipe, m’a intéressé : le nouveau légiste. Je l’ai trouvé profondément humain, gérant à sa manière son approche de son travail. Il dérange un peu les enquêteurs – parce qu’il est différent de son prédécesseur, et il est toujours dur de ne plus travailler avec une personne que l’on appréciait beaucoup. C’est humain, là aussi.
    La vie, la mort. La fin de vie. Elle est évoquée, là aussi, non sous forme de débat, mais sous forme de choix, personnels – forcément personnels. Cela amène le lecteur à s’interroger – sur nous, sur les autres, sur ce que nous sommes prêts à entendre de nos proches.
    Et là, je me rends compte que mon ton est devenu un peu docte, distancié, ce qui ne retranscrit en rien l’intensité de ce roman. le lecteur, avec les enquêteurs, croit souvent être sur une piste, avoir trouvé – enfin – avoir la certitude de ce qui s’est passé : rien n’est jamais terminé tant que le mot fin n’a pas été apposé.
    Blessures invisibles est une enquête prenante, aux personnages attachants – et j’espère que nous retrouverons à nouveau le commandant Rebecca de Lost pour de nouvelles enquêtes.

  • Lectures noires pour nuits blanches 10 janvier 2020
    Blessures invisibles - Isabelle Villain

    Première chronique de l’année pour une très bonne lecture. Un polar rythmé et efficace mettant en scène Rebecca de Lost et son équipe. Ils vont devoir mener de front deux enquêtes, un meurtre maquillé en suicide et celle du Tueur au marteau qui a décidé de reprendre du service.

    Je prends la série en cours et je me suis très vite mise dans l’ambiance. Je me suis un peu spoilé le précédent tome mais ce n’est pas grave, c’est le risque de commencer par un tome 4. Donc si vous en avez la possibilité ne faites pas comme moi et commencez par le début ;).

    L’auteure aborde le sujet du SSPT (Syndrome de Stress Post-Traumatique) chez les militaires. Un thème ultra intéressant que je n’ai pas souvent rencontré dans mes lectures.
    Avec une écriture fluide et dynamique elle va à l’essentiel et va tout faire pour brouiller les pistes. Et c’est plutôt réussi, la fin explosive m’a bien pété à la figure, trop occupée que j’étais à soupçonner tout le monde.

    Un polar court, trépident et maîtrisé. Tout y est pour passer un bon moment, deux intrigues bien menées, des personnages auquels ont fini par s’attacher, du suspense, le tout mené à un rythme effréné. C’est un peu la marque de fabrique de Taurnada Editions. Des romans courts, intenses et rythmés que je prends toujours plaisir à découvrir.

    Une très bonne découverte. Je vous la recommande.

  • Sonia Boulimique des Livres 10 janvier 2020
    Blessures invisibles - Isabelle Villain

    Quatrième roman mettant en scène cette équipe d’enquêteurs, mais le lire indépendamment ne nuit pas du tout à la compréhension de l’intrigue. Si toutefois vous souhaitez rattraper votre retard : « Peine capitale » , « Âmes battues », et « Mauvais genre » sont les précédents, dans l’ordre de publication.

    C’est avec joie que j’ai retrouvé à la fois Rebecca de Lost et toute son équipe, mais également la plume d’Isabelle. Je me suis délectée d’avance de ce roman. J’avais hâte de connaître la suite des aventures de notre commandant.

    Le premier chapitre nous propulse un temps en 2013, au milieu des combats militaires au Mali. Glaçant, terrifiant. Retour en décembre 2016 (ouf, enfin c’est vite dit !), où Rebecca continue d’essayer de surmonter la mort d’Antoine. Elle nous explique pourquoi elle déteste les fêtes de fin d’année. J’ai trouvé un point commun entre elle et moi, car moi aussi je suis allergique à ces festivités (bon pas pour les mêmes raisons, je tiens à le préciser). C’est amusant car j’apprécie vraiment beaucoup ce personnage. On va encore plus se rapprocher dans ce roman, j’en suis sûre.

    Rebecca et sa troupe de joyeux drilles vont devoir résoudre deux enquêtes :

    l’une concerne le soi-disant suicide d’un ancien militaire, le major Maraval. S’introduire dans le monde ultra-fermé des militaires sera compliqué, qui est un monde à part, c’est bien le moins que l’on puisse dire. Nous allons en apprendre plus sur le syndrome post traumatique. On en a tous entendu parler, mais j’avoue que je ne m’attendais pas à cela.
    l’autre n’est rien de plus que la reprise de service du « tueur au marteau », serial killer au mode opératoire absolument monstrueux. Je vous en fait grâce, mais sachez que certaines scènes m’ont retourné les tripes.

    L’ambiance est macabre et asphyxiante, le tueur au marteau accentuant le rythme de ses meurtres, on passe même du temps dans sa tête, pour notre plus grand bonheur. Il menace Rebecca à grands coups de lettres anonymes, le doute concernant son identité assaille à la fois notre personnage, mais aussi le lecteur. Isabelle joue avec nos nerfs jusqu’à la toute fin. C’est délicieux !

    Côté suicide du major, là aussi, le volet psychologique prend toute son ampleur. Isabelle, d’une main de maître, pose son intrigue, instille des incertitudes, des questionnements, et nous propose une explication digne des plus grands ! Je me suis régalée.

    Les personnages sont toujours autant agréables, avec un bon gros bonus pour le légiste qui murmure à l’oreille de ses « patients ». J’espère le retrouver dans un nouvel opus !!! Isabelle nous offre une palette de personnages réalistes, travaillés, on peut facilement s’identifier à eux, elle nous permet également d’entrer dans leurs vies privées, ce ne sont pas que des enquêteurs mais des hommes et des femmes qui ressentent des émotions et qui ont une vie en dehors du 36.

    Deux intrigues dans une, une construction solide, une plume absolument saisissante, dynamique et accomplie, une fin éblouissante, Isabelle nous offre là un roman de toute beauté, elle a voulu placer la barre assez haute, et le pari est réussi ! Je vous le conseille ! A ne pas manquer.

  • cyril 11 janvier 2020
    Blessures invisibles - Isabelle Villain

    Après Mauvais genre, on retrouve le groupe de Lost dans deux enquêtes sous haute tension. Une première intrigue avec une thématique originale pour un polar : le stress post traumatique chez les militaires. Une seconde qui va sonner la fin du tueur au marteau... Et quel final...
    Rebondissements, fausses pistes. Un rythmes effréné de bout en bout. Un polar haletant. Une très grande réussite !

  • isamada 12 janvier 2020
    Blessures invisibles - Isabelle Villain

    Et voilà... Je l’ai attendu... je l’ai dévoré... et je regrette d’avoir déjà terminé et quitté l’univers de Rebecca et son équipe... On aimerait tant que ça dure encore et encore ! Maintenant il va falloir attendre le suivant, car certes la trilogie du tueur au marteau est bouclée, mais je ne peux douter que Rebecca et son équipe reprennent du service !
    Isabelle Villain signe là à mon avis son thriller le plus abouti sur de nombreux points de vue.
    En terme de style d’abord, un usage plus fréquent des phrases courtes et percutantes, alternant avec des chapitres plus descriptifs, et d’autres à la première personne, apportent un rythme très agréable et très dynamique à la lecture. La combinaison des 2 enquêtes contribue également à nous tenir en haleine.
    La dimension psychologique des personnages est elle aussi beaucoup plus approfondie, d’autant que le sujet Maraval s’y prête très bien. Isabelle nous fait rentrer dans la tête de ses personnages pour en ressentir les blessures et les états d’âme, les peurs et les convictions.
    Le tout est bien documenté et nous transporte dans un milieu peu accessible : l’Armée et ses secrets.
    Enfin, encore une fois, Isabelle a réussi à nous livrer un final inattendu, voire même à rebondissements !
    Bravo, bravo Isabelle ! Continue à affuter ta plume et nous régaler.

  • lireencore93420 12 janvier 2020
    Blessures invisibles - Isabelle Villain

    Ce livre est le 4éme volet des enquêtes du groupe du commandant Rebecca. Je l’ignorais, ou sinon j’aurais essayé de trouver les autres tomes pour bien appréhender le contexte.
    Malgré cela j’ai très bien compris l’histoire de ce tome, mais c’est certain que des subtilités ont dû m’échapper.
    J’ai beaucoup aimé la personnalité du commandant Rebecca, qui partage sa vie entre son groupe et les aléas de sa vie sentimentale et familiales qui est loin d’être très calme.
    L’enquête sur le major nous emmène sur le syndrome du Stress Post Traumatique que les militaires ressentent en rentrant de missions, l’action est rondement orchestrée, et le rythme est soutenu.
    L’investigation sur le tueur au marteau est encore plus addictive et prenante, on à faire à un vrai psychopathe, et on va de rebondissements en meurtres sordides.
    Ce que j’ai apprécier, c’est aussi le côté psychologique des membres du groupes, et leurs failles.
    J’ai commencé et finis ce livre par une petite larme, la première scène, je l’ai trouvé vraiment très émouvante, quant à la fin est vraiment extrêmement touchante.
    J’ai aimé le mélange des genres, le déroulé des enquêtes et à côté de cela, les failles des protagonistes, j’ai trouvé cela pertinent et surtout cela donner un peu plus.
    Cela allégeait la tension que le tueur du marteau amenait dans le livre, et cela nous permettrait d’appréhender plus en profondeur les personnalités des membres du groupe.
    J’aimerais beaucoup découvrir les autres volets des enquêtes du Commandant Rebecca.

  • Happy Manda Passions 12 janvier 2020
    Blessures invisibles - Isabelle Villain

    L’année 2020 commence en apothéose. J’ai totalement succombé. Un bouquet final qui cloture une enquête, une autre en parallèle, et toujours ces personnages bien campés et humains comme je les affectionne.
    Après mauvais genre voici blessures invisibles et il va vous marquer car il est encore meilleur que le précédent. Un final effectivement explosif je suis restée bouche bée sur le coupable et surtout sur les esprits machiavéliques drolement bien organisés et décrits par l’auteur.
    Un grand moment de lecture que je conseille fortemente
    n’hesitez pas à faire un petit tour sur le blog pour photo et avis plus developpé https://happymandapassions.blogspot.com/2020/01/blessures-invisibles-isabelle-villain.html

  • VALERIE FREDERICK 12 janvier 2020
    Blessures invisibles - Isabelle Villain

    J’ai découvert les éditions Taurnada en fin d’année dernière et à chaque lecture, je suis surprise par la qualité de l’écriture des thrillers proposés. Dans « Blessures intimes », qui sort aujourd’hui, jeudi 9 janvier, on sent un travail documentaire approfondi de la part de l’auteure et personnellement, j’apprécie d’acquérir des connaissances dans des domaines divers, tout en étant captivée par l’intrigue du récit.
    Celui-ci débute sur un assassinat mystérieux : le major Maraval est retrouvé mort d’une balle dans la tête dans son salon. La disposition du corps et des éléments du domicile laissent d’abord penser à un suicide ; mais cette thèse ne tiendra vraiment pas longtemps. En remontant dans le passé du militaire, Rebecca, commandant de Lost, brigade criminelle, va découvrir l’existence d’un trouble psychique diagnostiqué depuis peu : le trouble de stress post-traumatique, encore peu connu, il fait dire aux hommes touchés : « Vous vous sentez coupables, lâches, dégonflés ? Vous avez tort. Votre blessure est invisible aux yeux du monde extérieur. » Maraval en souffrait depuis son retour d’une mission au Mali. Cette maladie, qui a profondément modifié le comportement du militaire, est-elle à l’origine de l’assassinat du major Maraval ?
    L’équipe du Lost va avoir bien des difficultés à interroger les membres de l’armée, soumis au secret professionnel le plus strict. Personne ne parle.
    En parallèle, Rebecca doit aussi s’occuper d’un meurtrier en série, « le tueur au marteau », qui a sévi en 2008 - 2009, et qui vient « reprendre du service » dans les quartiers de Paris, en cette année 2016. L’enquêtrice est sur les nerfs. Elle n’a pas réussi à l’arrêter naguère et elle sent la pression de ses supérieurs peser sur ses épaules.
    J’ai aimé la psychologie du personnage de Rebecca, sa complexité, ses hésitations, ses doutes, son instinct, qu’elle a parfois du mal à suivre ; la relation qu’elle a avec les différents membres de son équipe et le cran qu’elle a face à ses supérieurs, au nom de la déontologie.
    Son regard ironique envers les autres femmes m’a fait sourire aussi : « La femme au foyer, riche héritière, qui n’a jamais eu à travailler de sa vie, c’est tout de même beaucoup moins glamour qu’une commandante du 36 qui jongle avec des cadavres et tout le gratin de la police judiciaire. »
    Une enquêtrice que j’ai regretté de ne pas avoir rencontrée plus tôt dans « Mauvais genre » (il faut que je me rattrape !) et que j’espère retrouver prochainement sous la plume adroite et captivante d’Isabelle Villain !

  • mouffette_masquee 13 janvier 2020
    Blessures invisibles - Isabelle Villain

    Résumé : Un soir, une vieille dame entend un coup de feu qui provient de l’étage d’au dessus. La police prévenue, elle arrive rapidement sur place : l’homme s’est tiré une balle dans la tête. Problème, l’arme est dans sa main droite alors qu’il est gaucher. Et on trouve deux verres sur la table basse. S’agirait-il d’un meurtre maquillé en suicide ? On confie cette affaire à l’équipe du commandant Rebecca de Lost et son équipe du 36, afin de faire toute la lumière.
    En même temps, l’équipe est toujours sur la piste du Tueur au marteau, sadique qui les balade depuis presque 10 ans, s’attaquant à chaque fois à des femmes très différentes.

    Mon avis : J’avais écrit dans ma chronique sur le tome précédent « Mauvais genre » que je risquais de ne faire qu’une bouchée de ce livre. Est-ce le cas ? OUI !! Isabelle a le talent de nous tenir en haleine du début à la fin de son histoire, mêlant plusieurs enquêtes en parallèle, passionnantes et déroutantes, tout en nous présentant un sujet intéressant et (pour moi en tout cas) peu connu. Cette fois-ci il s’agit du SSPT, ou syndrome de stress post-traumatique. Ou comment une blessure invisible pour détruire un homme, plus sûrement et pernicieusement qu’une tumeur. Nous en apprenons plus sur les différents membres de l’équipe auxquels on s’attache indéniablement. Rebecca, toujours dans l’incertitude et pleine de tristesse, me touche particulièrement. Mélina également, que je découvre sous un nouveau jour, avec ses fêlures enfouies. J’ai donc dévoré cette lecture, été sacrément surprise par le dénouement inattendu (ponctuée régulièrement de « Mais nooon ?! ») et ses nombreux rebondissements.

  • Au fil des Pages 13 janvier 2020
    Blessures invisibles - Isabelle Villain

    Quel plaisir de retrouver dans ce nouveau thriller Rebecca de Lost ! ce personnage fut un coup de cœur dans « Mauvais genre » et la revoici dans une nouvelle enquête pour notre plus grand plaisir.
    Nous avons ici 2 affaires en parrallèle ce qui va donner un rythme effréné au livre et d’ailleurs d’entrée de jeu nous sommes face à un homme (un officier de l’armée) qui est retrouvé chez lui une balle en pleine tête … De prime abord le suicide est de mise mais en creusant un peu plus l’équipe va se poser de nouvelles questions et cette thèse va vite s’effacer. En parallèle donc nous avons face à l’histoire du « tueur au marteau »avec un retour en force et, qui va obnubiler notre Rebecca …
    Les 2 intrigues sont rondement menés, pas de sur-enchères à tout va non l’auteure distille des infos ci et là sans pour autant menager le suspens omniprésent. J’ai beaucoup aimé la thématique du traumatisme sans pour autant (encore une fois) tomber dans le clichés « pathos », et une fois de plus la plume fluide … Encore un bon moment de lecture merci aussi Joel des éditions Taurnada pour sa confiance et merci Isabelle villain pour ce nouveau thriller c’est un réel plaisir pour moi de lire cette plume incisive et franche.

  • Djustinee 14 janvier 2020
    Blessures invisibles - Isabelle Villain

    Le major Maraval est retrouvé chez lui son arme à la main et une balle dans la tête. Si dans un premier temps, le suicide saute aux yeux, cette thèse est pourtant vite abandonnée.

    L’affaire est prise en charge par Rebecca et son équipe qui travaille en parallèle sur l’affaire du "tueur au marteau".

    On retrouve dans ce thriller deux affaires qui s’entremêlent pour créer un mélange explosif ! Et entre ces 2 affaires, Rebecca, son équipe et le lecteur n’ont pas de répit.

    Le doute s’insinue dès le départ et le suspense est haletant.

    La plume de l’auteur est fluide et tout est parfaitement orchestré pour garder le lecteur en haleine.

    On arrive à d’outer de tout et de tout le monde. L’intrigue me plaît et le dénouement est surprenant.

    Je m’attache énormément à Rebecca qui est une femme forte et qui m’impressionne.

    Chers lecteurs, je vous conseille ce thriller captivant et passionnant. Il se lit très vite tant il est impossible de le lâcher.

    Après quelques recherches, je remarque que "le tueur au marteau" était présent dans un précédent roman de l’auteure "Mauvais genre", que je n’ai pas lu. Cela n’affecte en rien la lecture de "Blessures invisibles".

  • Des plumes et des livres 14 janvier 2020
    Blessures invisibles - Isabelle Villain

    Quel bonheur de retrouver Rebecca de Lost dans une nouvelle enquête et dans la suite de sa traque contre le « tueur au marteau » qui servit depuis tant d’années. Dans Blessures Invisibles, Isabelle Villain met en lumière le SSPT (syndrome de stress post-traumatique) qui est encore très mal perçu dans le monde de l’armée. Bien sûr, on comprend qu’un soldat amputé d’une partie de son corps soit en souffrance, mais qu’en est-il de ceux qui revienne physiquement indemne mais qui ont vécu aux portes de l’enfer ? Lorsqu’un militaire se donne la mort avec une mise en scène douteuse, l’équipe de la Crim de de Lost est appelée pour enquêter. En parallèle, le « tueur au marteau » qui a déjà un beau tableau de chasse, se montre étonnamment plus discret depuis des mois, mais un mystérieux courrier va relancer la traque.

    Blessures Invisibles est la dernière enquête de Rebecca de Lost, enfin pour le moment ! Isabelle Villain apporte alors une conclusion à l’enquête sur le tueur en série. Ce qui est sûr, c’est que l’auteure promène bien ses lecteurs ! Jusqu’au bout l’identité de ce tueur aura été un mystère pour moi (pourtant j’en avais des suspects !) et le rebondissement final m’a prise de court.

    L’enquête sur la mort du major Maraval passe un peu au second plan (on est tellement obnubilé par le tueur qui nous fait trembler depuis tant de temps !), mais elle n’en est pas moins intéressante et dépeint avec réalisme l’entourage du major dont la veuve est détestable à souhait ! Evidemment ce qui est applicable à l’armée et ses soldats, l’est également pour les citoyens lambda : les blessures invisibles sont méconnues, décriées et bien souvent ignorées… Pourtant elles sont d’autant plus douloureuses et dévastatrices que les blessures physiques.

    En tout cas, si vous avez apprécié les précédentes enquêtes dont le très remarqué Mauvais genre publié l’année dernière, n’hésitez pas. Blessures Invisibles saura jouer avec vos nerfs, vous induira en erreur dans la recherche du mobile du meurtre du major Maraval ou dans l’identité du tueur au marteau. Un final plein de surprises et de rebondissements !

  • Marie Nel 14 janvier 2020
    Blessures invisibles - Isabelle Villain

    Il y a des romans comme ça où vous savez avant de les ouvrir que ça va être de bonnes lectures. C’est le cas avec ce livre, et ce pour plusieurs raisons. Déjà et avant tout, parce que je connais déjà l’auteure, Isabelle Villain, pour avoir lu ses trois précédents romans, pas dans l’ordre, mais je n’ai pas pu résister à tous les lire. J’ai eu en plus le plaisir de la rencontrer « en vrai » lors d’un salon littéraire en septembre, j’ai apprécié la façon dont elle parle de ses écrits, elle m’avait d’ailleurs parlé de cette dernière sortie et le peu qu’elle m’en avait dit me donnait déjà envie de le lire. J’étais impatiente en tout cas. Et enfin, je le dis à chaque fois, mais c’est vrai et ce roman le prouve encore, un thriller qui paraît chez Taurnada éditions, c’est la garantie d’un très bon thriller, avec un suspense de dingue, et des retournements de situation inattendues. Je n’ai jamais été déçue par aucun de leurs publications, je regardais leur catalogue, j’ai déjà lu 18 romans sur leur 32 parus, et aucun ne m’a déplue, et je ne dis pas ça par complaisance, c’est exactement ce que je ressens. Comme je dis toujours, cette maison porte bien son nom, c’est une mini tornade à chaque nouvelle parution.

    J’étais donc impatiente de retrouver Rebecca de Lost, commandant de police. Je l’ai rencontrée dans Mauvais genre, j’ai continué à faire sa connaissance dans Peine capitale et Âmes battues, et je suis très contente de la revoir. Vous savez, c’est le genre de personnage auquel on s’attache, que l’on peut même considérer comme un ami. Eh bien, Rebecca de Lost fait partie de ceux là. J’aime beaucoup les romans policiers où il y a un personnage récurrent, qui revient à chaque nouvelle histoire, comme la Kay Scarpetta de Patricia Cornwell ou d’autres comme les enquêteurs du département V de Jussi Adler Olsen. Plus on les rencontre, et plus on a d’affect pour eux, plus ils font partie de notre vie. Je me suis attachée à Rebecca, c’est une femme qui a ses failles, qui a connu des drames qui font qu’elle a parfois du mal à avancer dans la vie. D’ailleurs, une des forces des personnages créés par Isabelle Villain, est que ce sont des écorchés de la vie, tout n’a pas été tout rose pour eux que ce soit dans leur vie privé ou professionnelle et concilier les deux n’est pas toujours évident.
    Blessures invisibles commence peu de temps après Mauvais genre. Rebecca et son équipe sont encore sous le choc des derniers événements, des décès qu’il y a eu, de la résolution de la dernière affaire. Je ne préfère pas trop vous en parler au cas où vous n’ayez pas lu le précédent. Tout ce qu’il faut savoir, c’est que du coup Rebecca est vraiment fragilisée et déstabilisée. Une nouvelle affaire voit le jour lorsqu’on retrouve à son domicile le major Maraval mort, une balle dans la tête, l’arme à la main. Tout pourrait faire penser à un suicide, mais l’équipe de Rebecca n’en est pas convaincue. C’est un homme qui a fait la guerre dans des pays chauds et qui est revenu justement d’une dernière mission au Mali complètement traumatisé. Il souffre d’ailleurs de syndrome de stress post-traumatique. Sa mort est-elle un suicide ou pas ? Rebecca et son équipe vont mener l’enquête, sensible par le sujet. Les blessures ne sont pas toujours visibles, d’où le titre d’ailleurs qui est parfait ici.
    En parallèle, on suit une seconde enquête, que l’on a commencée dans les précédentes histoires, celle de l’affaire du tueur au marteau, cet homme que l’on a connu dans les enquêtes d’avant, qui tue des femmes en écrasant au marteau leurs mains. Aucun indice sur ces meurtres, les recherches piétinent. Pourquoi le meurtrier s’est-il abstenu de crimes pendant plusieurs années ? Qu’a-t-il pu arriver dans sa vie pour qu’il fasse cette coupure ? Et pourquoi a-t-il repris ? De façon assez acharnée en plus. Quels sont ses raisons, s’il peut y en avoir une pour être aussi cruel ! Bref, l’équipe de Rebecca a pas mal de fil à retordre avec ces deux enquêtes.

    Isabelle Villain parle à travers ces personnages et ces crimes de sujets de société importants, comme le stress post-traumatique, un mal qui a été longtemps tabou et dont on parlait que très peu. Ces hommes qui sont partis à la guerre et qui reviennent traumatisés par ce qu’ils ont vécu, souvent lorsqu’ils ont dû tuer des enfants pour survivre eux-mêmes. Les valeurs humaines sont bafouées et il est très difficile de vivre avec toutes ces images. J’ai beaucoup aimé la façon dont l’auteure parle de ça, avec beaucoup de sensibilité et sans fards.
    Les personnages sont toujours aussi bien traités, avec leurs qualités et leurs défauts. Et ça j’aime. J’aime quand ils ne sont pas lisses, qu’ils ont des égratignures, des blessures, mais aussi de belles convictions qui les font se tenir le plus droits possible. Je les ai tous appréciés, Tom, la famille d’Antoine, et les autres enquêteurs. Une mention spéciale pour Mélina, cette jeune inspectrice de l’équipe. On en apprend plus sur elle et sa vie privée, ses difficultés pour avoir un enfant, puisqu’elle est lesbienne et mère célibataire. Elle m’a touchée énormément, je trouve surtout très intéressant que des sujets sociétaux comme le mariage pour tous apparaissent dans les romans, soient traités avec leurs points positifs comme négatifs.

    Et bien sûr, tout cela sublimé par la plume et le style de Isabelle Villain qui, au fur et à mesure des romans, deviennent de plus en plus matures et aboutis. Les phrases courtes au moment des scènes policières donnent ce suspense et ce rythme indispensables à la lecture d’un thriller. Les descriptions sont présentes, mais tout en finesse, sans lourdeurs. Pareil pour les explications des thèmes abordés, elles permettent d’enrichir le texte et donc la lecture. Je me suis encore beaucoup attachée à Rebecca et à tout ce petit monde qui gravite autour d’elle. Et pourtant, le choix narratif de l’auteure n’est pas celui que je préfère pour rentrer dans la tête du héros, puisque c’est écrit à la troisième personne du singulier. Je suis d’habitude plus sensible au « je » qui me permet de rentrer au plus près dans la tête du personnage principal. Et malgré tout, ici, je me suis sentie très proche de Rebecca, je l’ai regardée évoluer comme si je me tenais à côté d’elle, comme si j’étais sa bonne copine à qui elle racontait tout, ses pensées, ses joies, ses peines. Une personne que je suis triste de quitter à la fin de ce quatrième roman passé avec elle. J’avoue, ça a été difficile de terminer cette histoire car je n’avais pas envie de laisser Rebecca et toute son équipe. D’ailleurs, ce quatrième opus voit la conclusion de l’enquête du tueur au marteau, et je peux vous dire de vous préparer et de bien vous accrocher à vos fauteuils, car la résolution dépote. Ouah ! Quelle claque, vraiment ! C’est rare que j’emploie ce mot dans mes avis, je le trouve toujours un peu excessif, mais là, il colle parfaitement à mon ressenti. L’identité du tueur m’a complètement bluffée et glacée les sangs. Et comme à chaque résolution, ça me donne envie de relire ce roman et le précédent, Mauvais genre, pour tout voir avec un œil neuf et en connaissance du meurtrier. Car, ce n’est pas spoiler, on sait très vite, dès le départ, que le tueur au couteau serait une personne qui connaitrait très bien Rebecca. Et donc, bien évidemment, j’ai porté mes soupçons sur certains proches de l’inspectrice, mais j’étais loin de me douter de son identité...je suis restée sur les fesses...

    Bon, je pense que vous l’aurez compris, j’ai passé un très très bon moment avec ce dernier opus de Isabelle Villain. Vous pouvez lire ce quatrième avant Mauvais genre, il vous manquera certaines informations sur les caractères des personnages, mais il est possible de le lire sans avoir lu les autres. Si vous lisez Mauvais genre après, vous aurez l’avantage de connaître l’identité du tueur au marteau et cela peut donner un autre œil à la lecture.
    Ce qui m’attriste le plus, c’est que je me demande s’il y aura de nouvelles enquêtes de l’équipe de Rebecca. La résolution de cette affaire qui a été une sorte de fil rouge me fait me demander s’il y aura à nouveau d’autres histoires avec ces personnages que j’apprécie énormément. Mais bon, quelque soit le choix de Isabelle Villain, je continuerai de la lire et de la suivre, j’aime tellement son style, sa façon de raconter une histoire et de tenir en haleine son lectorat que je ne pourrais pas faire autrement que la lire. Et si en plus, elle est publiée aux éditions Taurnada, je saurais que c’est gage de qualité.

    Je vais arrêter d’être bavarde, mais quand j’aime, j’ai du mal à m’arrêter ! Bien sûr, je vous recommande vivement les romans de Isabelle Villain, et celui-ci en l’occurrence. Un gros coup de cœur pour moi. J’ai déjà hâte de la lire à nouveau ou de lire un nouveau thriller de Taurnada...

  • edith05 14 janvier 2020
    Blessures invisibles - Isabelle Villain

    Bravo pour l’intrigue, l’ambiance, les personnages ! On est dans l’enquête, les bons et les mauvais moments jusqu’au cou !
    On ne le lâche pas jusqu’à la fin, que l’on imagine pas une seconde !!
    Bravo ; impatiente de lire les nouvelles aventure de Rebecca et de l’équipe

  • Valentine 14 janvier 2020
    Blessures invisibles - Isabelle Villain

    Les blessures invisibles sont les plus profondes, les plus noires, les plus sanglantes... Rebecca croit mener la danse mais c’est elle qui valse au grè des rebondissements. L’auteure prend grand plaisir à nous mener sur toutes ces fausses pistes... plaisir partagé !
    Pour apprécier pleinement ce livre, je vous conseille de lire tous les précédents Ames battues, Mauvais genre... vous serez plongé dans le vif d’une longue enquête dont le bouquet final vous attend avec Blessures Invisibles.

    Et une mention spéciale pour les recherches très approfondies - j’adore - qui donnent toute la dimension réaliste des blessures de ce polar.
    On apprend, on frémit et on en redemande !

  • LouP 15 janvier 2020
    Blessures invisibles - Isabelle Villain

    Ce nouvel opus est un grand cru et Isabelle Villain s’améliore de livre en livre !
    J’ai particulièrement apprécié l’introduction efficace, une intrigue astucieuse qui donne des clés mais réussit habilement à perdre le lecteur, une psychologie assez fouillée des personnages, un style efficace pour la plupart du temps et des dialogues vivants (par exemple Julie avec son père, très réaliste !.
    Et puis j’adore la fin ! Par ailleurs il me semble que le fétichisme du meurtrier aurait mérité d’être un peu développé et que les événements se dénouent un peu tous en même temps. Au global, un excellent polar, on imagine bien une série télévisée sur cette base !

  • livrement-ka 16 janvier 2020
    Blessures invisibles - Isabelle Villain

    Une auteure qui va vous retourner le cerveau avec son dernier thriller. Pourtant elle n’était pas prédestinée à cette profession, puisqu’après une école et un troisième cycle de publicité, elle a travaillé pendant une quinzaine d’années dans la publicité, la presse, l’événementiel et l’organisation de salons professionnels. De quoi s’interroger.

    Car cette lecture combine deux enquêtes,

    - l’une qui semble être un suicide, avec quelques petites interrogations quant aux détails retrouvés sur la scène,

    - l’autre qui fait resurgir le tueur au marteau : un meurtrier qui trouve son plaisir dans les tortures de ses victimes. Et quelles tortures ? Il est tout bonnement diabolique. Comment un être humain peut il agir de la sorte avec ses comparses ?

    Cela fait plusieurs thrillers que Joël de la Maison d’Editions Taurnada m’envoie, et sincèrement je ne suis jamais déçue. A croire, que cette maison d’édition a été créée pour moi....oui oui je sais je rêve.

    Bref toujours est-il, que ce petit bouquin au format poche à tout d’un grand et surtout une plume acérée qui ne laisse rien au hasard. Des expressions imagées, des scènes hallucinantes, un langage qui veut tout dire et une ambiance terrifiante. Comment fait Rebecca pour se lever chaque jour, sachant que le tueur au marteau, par le biais de ses victimes, souhaite la toucher, souhaite l’interpeller et tout bonnement en faire sa chose pour l’éternité.

    L’auteure jongle entre les pistes militaires, dont les langues ont du mal à se délier, et les pistes familiales. Elle arrive très bien à transmettre les difficultés que la police rencontre face aux pistes militaires.

    Puis, un des collègues de Rebecca, Cyril semble lui cacher de nombreuses choses en rapport avec l’enquête. Arrivera t’elle à le faire parler ? 

    J’ai également apprécié la relation entre Rebecca et son collègue Tom. Ces derniers ont un passé commun, que l’auteure va détailler petit à petit et faire découvrir aux lecteurs que leur romance n’est pas acquise et qu’ils devront se méfier de nombreuses choses.

    On passe d’une enquête à l’autre sans aucune difficulté via les nombreux chapitres qui rythment l’histoire.

    Quant aux coupables, tous les personnages vont faire un passage par la case suspect pour en ressortir après vérifications, de quoi semer le doute dans l’esprit des lecteurs. Ce n’est qu’à la fin, que la vérité éclate comme une explosion : ça part dans tous les sens et on est happé dans ce tourbillon.

    Le profil psychologique de chacun des protagonistes est détaillé par l’auteure et est très riche. Ils ont tous une belle part de mystère et sont très attachants. 

    Encore une fois je ne connaissais pas l’auteure et suis ravie d’avoir pu goûter à un de ces thrillers. Et je vous dis à bientôt pour un autre. Sachant que nombres de ses autres écrits sont des enquêtes du Commandant Rebecca de Lost, il convient peut être de se procurer : Peine capitale, Ames battues et Mauvais genre pour avoir le quatuor parfait.

    Néanmoins chacune de ses enquêtes peut se lire indépendamment des autres

  • Natha 16 janvier 2020
    Blessures invisibles - Isabelle Villain

    Du suspense jusqu’à la dernière ligne, des meurtres horribles et sans mobile apparent, un tueur en série insaisissable, tous les ingrédients sont présents pour retrouver avec plaisir et sensations Rebecca de Lost et son équipe et pour suivre leurs enquêtes. De fausses pistes en suppositions, ils nous tiennent en haleine jusqu’à la dernière ligne. Une fois ouvert, on ne peut plus fermer Blessures Invisibles !

  • Annick 17 janvier 2020
    Blessures invisibles - Isabelle Villain

    Enchantée de retrouver Rebecca de Lost et la suite d’une enquête sur le "tueur au marteau". Ce serait se méprendre sur l’écriture de l’auteure s’il n’y avait qu’une énigme dans ce livre. Avec "Mauvais genre" (troisième enquête du commandant Rebecca) on reste sur notre faim suite au suicide supposé de l’un des protagonistes de l’histoire. La reprise de service sera périlleuse et dangereuse.

    Dans le même temps se retrouver à enquêter dans le milieu militaire n’est pas chose aisée et l’équipe devra user de bien des subterfuges. Tout repose sur cette maladie à ceux qui reviennent de guerres multiples, le Syndrome de Stress Post-Traumatique (SSPT). Et pendant ce temps "le tueur au marteau" récidive…

    "Quelle jouissance de tenir la vie d’une personne entre ses mains. Et cette jouissance est proportionnelle à la souffrance infligée. Il sait qu’elle va mourir. Elle, l’ignore encore."

    Dans cette suite tout les personnages sont mis à rude épreuve, l’équipe va se réduire au minimum. Des tortures physiques et psychologiques, des indices, des doutes, il sera difficile de défaire les nœuds de ces deux affaires.

    "Et puis, comme à la fin d’un cauchemar, un éclair de compréhension illumine son regard et toutes les pièces du puzzle se mettent peu à peu en place…"

    Bien des rebondissements m’ont mis la puce à l’oreille mais je me suis bien fait avoir, et ne m’attendais pas à cette fin explosive. L’auteure nous entraîne avec angoisse et surtension vers la fin de cette histoire. Je remercie les éditions Taurnada et Joël Maïssa pour cette lecture passionnante avec une auteure que j’apprécie énormément.

    Voilà un thriller, policier, roman très noir à lire après avoir découvert "Mauvais genre" que je recommande vivement pour les amateurs du genre.

    Pour info : il n’y a pas de cliffhanger à la fin des 2 premières enquêtes.

  • lesmotsdelau 17 janvier 2020
    Blessures invisibles - Isabelle Villain

    La voici, la voilà je veux parler de ma dernière lecture de l’année 2019 ! Pour cet événement j’ai choisi les Éditions Taurnada avec le petit dernier d’Isabelle Villain « Blessures invisibles ».

    Quatrième de la série des aventures du lieutenant Rebecca De Lost, Blessures invisibles est un polar dans lequel j’ai pris beaucoup de plaisir.
    Bien que ce livre puisse être lu indépendamment des autres, comme je l’ai d’ailleurs fait, je conseille tout de même de lire dans l’ordre les précédents opus à savoir, Peine capitale, Âmes battues et enfin Mauvais genre.

    Donc comme je le disais, ce livre est mon tout premier de l’auteure. J’ai ressenti une certaine appréhension au moment de prendre cette histoire au vol, peur de ne pas comprendre l’enquête qui s’étale sur ces quatre livres, peur également de passer à côté des personnages qui se sont construits et qui ont, à n’en pas douter, mûri au fil du temps. Mais il n’en est rien, je peux rassurer le lecteur qui se trouve dans la même situation que moi, on plonge direct dans une toute nouvelle enquête, quant à la deuxième celle qui prend naissance dès le premier livre, nous ne sommes pas perdus pour autant.
    L’auteure informe ses nouveaux lecteurs sur cette enquête du tueur au marteau, sans pour autant rabâcher les éléments pour les personnes présentes depuis « Peine capitale ».

    Alors certes, j’aime suivre l’évolution des personnages c’est un aspect propre à la lectrice que je suis, mais ça ne m’a pas empêchée d’apprécier cette équipe courageuse, mais fort ébranlée par la vie.
    On se prend facilement au jeu et nous les suivons avec délectation dans cette frénésie meurtrière et dans la manipulation dans laquelle ils sont plongés malgré eux. J’ai trouvé une écriture fort agréable, prenante à souhait ce qui m’a emmenée petit à petit vers une fin comme je les aime, avec des rebondissements jusque dans les toutes dernières pages.

    Je remercie Joël Maissa des Éditions Taurnada pour sa confiance renouvelée. Cette ME que j’apprécie tant, riche de belles découvertes confirme encore une fois par ce livre toute l’étendue de la qualité de leur ligne éditoriale.

  • sosod 19 janvier 2020
    Blessures invisibles - Isabelle Villain

    Quel plaisir de retrouver Rebecca et son groupe dans une nouvelle enquête. Une double enquête pour être précis. On plonge d’emblée dans l’univers du stress post traumatique avec le suicide d un ancien militaire revenu du Mali. Rebecca est sous pression. C est sans compter le retour du tueur au marteau. 257 pages de suspense. Un rythme endiablé du premier mot jusqu’au point final. Et quel final.... incroyable. Surprenant. Un page-turner haletant ! On ne voit pas le temps passer et on regrette à la fin d avoir lu ce roman aussi vite. Bravo !

  • sosod 19 janvier 2020
    Blessures invisibles - Isabelle Villain

    5 étoiles évidemment eu égard à ma critique précédente !

  • bookliseuse 26 janvier 2020
    Blessures invisibles - Isabelle Villain

    On retrouve, toute l’équipe de Rébecca de Lost, confrontée à une nouvelle affaire. Le major Maraval est retrouvé mort à son domicile. Tout laisse supposer à un suicide.

    Rébecca a des doutes sur cette thèse, qui seront renforcés par l’épouse du mort, celle-ci est persuadée qu’il a été assassiné. Mais qui pouvait en vouloir à ce militaire en pleine dépression, due au stress-post-traumatique qu’il ressent depuis sa dernière mission ? Qui avait tout intérêt à le voir mourir ? Au fil des pages, l’auteur décrit avec justesse l’état de celui-ci, shooter aux anxiolytiques, calmants, somnifères, espérant désespérément retrouver une vie normale et oublier toute la violence qu’il a pu rencontrer.

    Lost, voit dans cette affaire, une échappatoire afin d’oublier le décès de son meilleur ami Antoine (lire mauvais genre), et surtout de ne pas se focaliser sur le tueur au marteau qui a fait son grand retour depuis quelques semaines. Une enquête très complexe va continuer en parallèle. Va-t-on enfin savoir qui est ce meurtrier qui a l’air de viser Lost ?

    L’auteur nous parle également de la difficulté de vieillir, l’acceptation de cet état et de voir partir ceux que l’on aime. Avec beaucoup de retenue elle décrit la douleur de la perte, le choix de mourir.

    Aucun temps mort dans ce roman. Des personnages aux caractères bien trempés, attachants, et la fin, géniale ! Un excellent roman, qu’il faut lire à tout prix.

  • AnnieLecture 27 janvier 2020
    Blessures invisibles - Isabelle Villain

    Je regrette un peu de ne pas avoir lu les opus précédents, celui-ci faisant une suite.
    Nous retrouvons donc Rebecca De Lost et son équipe aux prises avec le "tueur au marteau" qui avait mis en stand by ses meurtres. Il les reprend donc ici après 8 ans de silence, et, en parallèle, le suicide d’un militaire qui souffre d’un SPT (Stress Post Traumatique). Rebecca est convaincue qu’il s’agit d’un meurtre.

    Elle semble avoir été très fragilisée par les enquêtes précédentes, et cela se ressent dans cet opus. Plusieurs personnages présentes des blessures que l’on devine. C’est un personnage qui m’a beaucoup touchée et auquel je me suis attachée, avec ses défauts et ses qualités.

    L’écriture est juste et précise, et la lecture en est très agréable. Le ton, le stress, montent au fur et à mesure, jusqu’à ce que les 2 enquêtes aboutissent et on a l’impression que notre cœur explose lorsque l’histoire en arrive aux révélations. J’ai été vraiment tenue en haleine et je vous le conseille vivement. Il est accrocheur et captivant. 
    Ne vous attendez pas à le lâcher dès lors que vous le commencerez.

    Il est vraiment dommage que je n’aie pas lu les précédents pour suivre ce tueur au marteau, dont on découvre l’identité à la fin de cet opus. Ceci dit, on peut le lire en one shot, car la façon dont l’auteure a introduit son retour dans la vie de Rebecca peut tout à fait être indépendant des opus précédents.

  • AnnieLecture 27 janvier 2020
    Blessures invisibles - Isabelle Villain

    Je regrette un peu de ne pas avoir lu les opus précédents, celui-ci faisant une suite.
    Nous retrouvons donc Rebecca DeLost et son équipe aux prises avec le "tueur au marteau" qui avait mis en stand by ses meurtres. Il les reprend donc ici après 8 ans de silence, et, en parallèle, le suicide d’un militaire qui souffre d’un Stress Post Traumatique. Rebecca est convaincue qu’il s’agit d’un meurtre.

    Elle semble avoir été très fragilisée par les enquêtes précédentes, et cela se ressent dans cet opus. Plusieurs personnages présentes des blessures que l’on devine. C’est un personnage qui m’a beaucoup touchée et auquel je me suis attachée, avec ses défauts et ses qualités.

    L’écriture est juste et précise, et la lecture en est très agréable. Le ton, le stress, montent au fur et à mesure, jusqu’à ce que les 2 enquêtes aboutissent et on a l’impression que notre cœur explose lorsque l’histoire en arrive aux révélations. J’ai été vraiment tenue en haleine et je vous le conseille vivement. Il est accrocheur et captivant. 
    Ne vous attendez pas à le lâcher dès lors que vous le commencerez.

    Il est vraiment dommage que je n’aie pas lu les précédents pour suivre ce tueur au marteau, dont on découvre l’identité à la fin de cet opus. Ceci dit, on peut le lire en indépendant, car la façon dont l’auteure a introduit son retour dans la vie de Rebecca peut tout à fait être indépendant des opus précédents.

  • Booksnpics 30 janvier 2020
    Blessures invisibles - Isabelle Villain

    Le major Alexandre Maraval, est retrouvé mort à son domicile, l’arme à la main. Tout semble orienter l’enquête vers un suicide – il avait développé le syndrome du stress post-traumatique (SSPT) suite à une OPEX – mais les choses ne sont pas aussi simples qu’elles le paraissent et le groupe de Lost va très vite le découvrir…

    Le commandant Rebecca de Lost, chef de goupe à la brigade criminelle, va se lancer dans cette enquête alors même qu’elle voit réapparaître une vieille affaire, celle du tueur au marteau.

    Fragilisée par des événements récents la touchant personnellement, Rebecca de Lost va mener de front ces deux enquêtes avec la détermination requise.

    « Blessures invisibles » est de ces romans policiers que l’on ne peut lâcher. Je découvrais ici la plume d’Isabelle Villain et j’avoue avoir été très agréablement surprise ! L’autrice sait clairement y faire et ne laisse aucun répit à son enquêtrice, ni à ses lecteurs à vrai dire. Avec de multiples rebondissements, elle développe ces deux enquêtes de main de maître pour nous mener jusqu’au dénouement final…. Un véritable page-turner !

    Un autre fait remarquable de ce roman est l’attention apportée au sujet du syndrome post-traumatique développé par les militaires revenant de théâtres d’opérations militaires extérieures. Niées par les uns, vécues par les autres, ces blessures invisibles ont longtemps été un sujet tabou dans les rangs de la Grande Muette…

    Je remercie les éditions Taurnada pour cette découverte et leur confiance renouvelée.

  • Les lectures de Maryline 31 janvier 2020
    Blessures invisibles - Isabelle Villain

    La maison d’édition Taurnada me plait de plus en plus, ils publient de très bons thrillers, je n’ai pas le souvenir d’avoir été déçue avec une seule de leurs parutions ! Alors quand ils m’ont proposé ce nouveau thriller, j’ai bien sûr accepté ! Et pourtant, je n’ai pas lu le précédent de l’auteur. Mais on m’a assuré qu’ils étaient indépendants l’un de l’autre. Alors oui, ils le sont mais je pense qu’il est mieux de lire "Mauvais genre" avant celui-ci pour être un peu moins perdu, voire même frustré... Car je l’ai un peu été ! En effet, le commandant De Lost est sur une nouvelle enquête ici mais elle parle beaucoup de ce qu’il s’est passé avant, donc dans le roman précédent... Ces références m’ont beaucoup manquées et donc frustrées...

    Au-delà de ça, j’ai beaucoup aimé cette histoire, cette enquête. Je devrais même dire ces enquêtes ! Parce que nous avons bien affaire à deux enquêtes en parallèle dont une qui date depuis des années et que Rébecca n’arrive pas à élucider (Mauvais genre). Pourtant, elle cherche et est convaincue de connaître le tueur au marteau... Voilà bientôt 10 ans qu’il tue des femmes en les droguant, en leur écrasant les doigts avec un marteau et en les tuant en les étouffant...

    L’autre enquête vient de tomber, un ancien militaire est retrouvé mort chez lui, une balle dans la tête. La thèse du suicide est vite écartée mais il s’agit maintenant de découvrir ce qui a bien pu se passer. Qui aurait de bonnes raisons de s’en prendre à ce pauvre père de famille victime de traumatisme de guerre ?

    J’ai bien aimé mais je trouve que ça manque un peu de rythme dans la première moitié. C’est lent et je n’ai pas réussi à m’attacher aux différents personnages. Mais la seconde moitié est bien plus captivante. Nous suivons le tueur lui-même, nous sommes au cœur de l’action et c’est ce que j’aime ! Les enquêteurs piétinent mais avancent tout de même petit à petit. Et franchement, le dénouement est à la hauteur de cette seconde partie ! J’ai eu des soupçons sur une personne du début à la fin mais j’ai tout faux, c’est un meurtrier complètement hallucinant qui est découvert ! Bravo à l’auteur, c’est réussi !

    Un début un peu lent mais finalement un bon thriller que je recommande.

  • L’atelier de Litote 2 février 2020
    Blessures invisibles - Isabelle Villain

    Quand on a aimé un personnage de roman comme j’ai aimé celui de Rebecca de Lost dans Mauvais Genre, c’est un plaisir de la retrouver aujourd’hui dans Blessures invisibles mais aussi avec de grandes attentes. Un commandant de groupe à la personnalité touchante qui se retrouve à devoir gérer deux enquêtes qui ne la laissera pas souffler et nous non plus. Deux intrigues à résoudre pour deux fois plus de rebondissements et de suspense. Tout d’abord un officier de l’armée est retrouvé mort une balle dans la tête et même si tout fait penser à un suicide, ce n’est pas le cas alors qui avait à tirer profit de la mort du major Maraval ? En second lieu, il semble que le « tueur au marteau » reprenne du service, ce n’est pas un inconnu pour le groupe de Lost, pourtant il arrive toujours à passer entre les mailles du filet. Je me suis laissé prendre par ce thriller psychologique et je n’ai pas pu le lâcher avant la fin. Ce superbe thriller a réussi à maintenir mes neurones en état de veille, fébriles et captivés. Il faut dire que les membres du groupe y sont pour beaucoup, la personnalité des personnages secondaires est ici travaillée en intensité et cela donne du relief aux deux intrigues. « Les méchants » sont de vrais cas et j’ai aimé chercher à savoir qui ils étaient parmi les suspects. Je n’ai pas réussi à démêler les fils brillamment tissés par l’auteure, entre les fausses pistes, les effets de surprise et la cascade des péripéties, j’étais agréablement submergée. Un des thèmes abordé est celui du SSPT, dont j’ai beaucoup entendu parler mais que je connaissais assez peu et le voir ainsi mis en scène c’était enrichissant car les blessures invisibles sont souvent celles qui blessent encore et encore alors que le les blessures physiques sont déjà cicatrisées. Du thriller français de qualité à consommer sans modération.
    http://latelierdelitote.canalblog.com/archives/2020/02/02/37978962.html

  • booksandmartini 10 février 2020
    Blessures invisibles - Isabelle Villain

    J’avais été septique au démarrage de « Mauvaise Genre ». J’avais hâte de commencer « Blessures Invisibles ». Et maintenant... @isabellevill1 ELLE EST POUR QUAND LA SUITE ?!

    L’écriture d’Isabelle Villain reste toujours aussi efficace. On en apprend plus sur certain personnage dans ce tome là. On fini par s’attacher à certains d’entre eux. Je me suis carrément attaché à eux en fait. •
    On a que très peu de répit tout au long de « Blessures Invisible », l’enquête de premier plan nous plonge dans cette grande famille militaire. L’armée et ces silences. Et je reconnais que la fin de cette enquête ma prise de court. Quand l’enquête que l’ont suit depuis au minimum « Mauvais Genre »... Waaaah. Quel final. Je ne m’en remet d’ailleurs encore pas.

  • Musemania 16 février 2020
    Blessures invisibles - Isabelle Villain

    Un livre : deux enquêtes policières. L’une vous mènera dans le milieu militaire après la découverte du corps du major Maraval retrouvé mort d’une balle dans la tête. L’autre enquête, totalement indépendante, fera suite à la réapparition du « Tueur au marteau » qui reprend du service.

    C’était la première fois que je découvrais la plume d’Isabelle Villain et ça a été une super chouette découverte comme je les aime. Pourquoi me demanderez-vous ? Parce qu’il y a du suspens, une bonne dose de triturage des méninges pour découvrir les coupables, des personnages attachants et un final à la hauteur de ce qui a précédé. Une vrai page-turner addictif !

    Si vous me suivez par mon blog ou par les réseaux sociaux, vous devez savoir que, lorsque je lis des livres tirés de séries ou suites, j’aime commencer par les prémisses afin de pouvoir suivre les évolutions des personnages et observer le travail continu de l’auteur. Ici, pour une fois, j’ai dérogé à ma règle. En effet, l’héroïne Rebecca de Lost apparaît dans le thriller « Peine capitale », paru pour la première fois en 2014.

    Cette dérogation ne m’a pas ennuyée dans ma lecture. Certains rappels sont faits et je ne pense pas que cela va m’empêcher de me plonger dans d’autres bouquins d’Isabelle Villain car j’ai beaucoup aimé sa façon de dérouler l’enquête policière. Maniant l’art des fausses pistes avec brio, le lecteur tombe vite dans le panneau pensant avoir tout trouvé. Les rebondissements s’enchaînent et on finit le livre beaucoup trop vite, tant on s’y plaît dans notre nouveau costume d’enquêteur auprès de la brigade du commandant de Lost.

    Merci aux éditions Taurnada pour leur confiance et pour me faire découvrir à chaque fois de belles plumes francophones qui méritent vraiment d’être lues et qu’on parle d’elles. Voilà encore un thriller que j’ai beaucoup aimé. Je sais maintenant qu’avec cette maison d’édition il n’y a que peu (voir pas du tout) de chance d’être déçus !

  • unevietoutesimple 2 mars 2020
    Blessures invisibles - Isabelle Villain

    J’ai eu la chance de pouvoir lire ce roman immédiatement après avoir terminé “Mauvais genre” qui le précède et dont la fin m’aurait frustrée si je n’avais pas pu le faire. De ce fait, je ne peux pas dire que j’ai retrouvé Rebecca et son équipe avec plaisir puisqu’il n’y a pas eu d’interruption. Cela dit, j’ai autant apprécié ma lecture que le tome précédent.

    Comme dans “Mauvais genre”, Isabelle Villain ne se contente pas d’une simple enquête, elle l’insère dans un fait de société (le terme n’est pas forcément bien choisi mais c’est le seul que j’ai en tête au moment de la rédaction de cet article), ici le syndrome de stress post-traumatique (SSPT).

    Lire les deux tomes coup sur coup m’a permis de ne pas oublier les personnages récurrents, de ne pas oublier leurs forces et leurs faiblesses.

    L’auteure a, à nouveau, mis en place tout un tas d’indices, de fausses pistes dans le but de semer le doute dans l’esprit de tout le monde (lecteur compris), le tout sur un rythme dynamique. Cela concerne les deux affaires, celle du militaire (suicide ou meurtre ?) et celle du tueur au marteau. Aussi bien pour l’une que pour l’autre, rien n’est acquis et chaque rebondissement met à mal l’idée que vous vous faites sur le(s) coupable(s).

    Concernant le tueur au marteau, je crois les avoir tous soupçonnés ou presque, même le vrai psychopathe pour finalement changer mon fusil d’épaule et me planter !

    Une fois encore, on sent le travail de recherche derrière l’écriture. Isabelle Villain, ne se contente pas de mettre en place une simple enquête policière, elle fouille, développe pour construire ses personnages et son intrigue. L’ensemble est très bien maitrisé et mine de rien nous apprend des choses sur les procédures, sur le SSPT…

    Pour revenir sur les personnages, j’ai beaucoup apprécié le nouveau médecin légiste. J’aime lorsque les personnages sortent un peu des sentiers battus et j’ai trouvé son personnage très intéressant. Et je me suis vraiment attachée à Rebecca, plus encore que dans “mauvais genre”. Tout ce qu’elle a vécu et vit dans cette histoire la rend plus forte mais elle n’en perd pas pour autant son humanité, elle ne devient pas un flic froid qui n’éprouve plus rien. Il suffit de lire la dernière phrase pour s’en assurer.

    Enfin bref, Isabelle Villain est une personne dont je vais dorénavant suivre les sorties littéraires.

  • Laurent 5 mars 2020
    Blessures invisibles - Isabelle Villain

    Il paraît que les miracles existent ...

    Si ses deux premiers avaient obtenu un prix littéraire, il a fallu attendre la sortie de Mauvais genre en 2018 chez un nouvel éditeur pour consacrer enfin Isabelle Villain en tant qu’auteure de romans policiers affirmée et ... confirmée !
    Comme si cela avait le goût d’un deuxième roman, tout le monde sait que le plus dur est de confirmer après un succès ou une réussite, comment rebondir et exploiter un filon aussi usé jusqu’à la corde depuis l’apparition du genre policier sur les étagères des librairies ?

    Cette crainte de tomber dans un air de déjà-vu, des personnages stéréotypés en veux-tu en voilà, des intrigues linéaires qui sortiraient du champ libre, juste le temps d’une découverte d’un indice et ainsi de suite, d’avoir alors ce sentiment de perdre son temps même si lire un peu plus de 200 pages en deux heures n’est pas la fin du monde, il resterait alors l’âme de ses protagonistes, c’est comme la neige qui tombe, la théorie veut que chaque flocon soit unique, l’émotion suscitée reste encore aujourd’hui le plus précieux des sésames pour capter l’attention du lecteur, que l’on éprouve ou pas de l’empathie pour certains, quand ce n’est pas une aversion pour d’autres, l’essentiel est invisible pour les yeux pour reprendre Antoine Saint-Exupéry, cela tombe sous le sens avec le titre de ce quatrième volet des enquêtes de la commandante Rebecca de Lost, Blessures invisibles.

    Peu importe que vous ayez lu ou pas les précédents opus, l’auteure l’a bien compris, le plus urgent reste de maintenir un haut niveau de tension permanente, au fil des chapitres, d’apporter de nouveaux éclairages sur des personnages-clés, coller au plus près de la réalité quand cela pourrait vite devenir sinon ennuyeux quand on s’y soumet déjà tous les jours par médias interposés, des piqûres de rappel n’ont jamais fait de mal sauf si le risque de surfer sur la vague provoquerait un déluge d’informations, à l’instar de la plupart des livres publiés chez Taurnada Editions, par l’économie des pièces rapportées, l’objectif est d’abord de percuter le lecteur séance tenante, comme un certain phénomène météorologique qui a inspiré le nom de la maison d’édition, comme un tourbillon des mots.

    Meubler le vide existentiel par le biais de séquences courtes mais incisives, en perpétuel mouvement ou la terre ne s’arrête jamais de tourner autour de l’orbite, le style alerte et affûté comme un scalpel, c’est l’expérience et la maturité d’une plume qui poursuit son ascension vers les meilleures de sa catégorie, il n’y pas de secrets d’alcôve qui tienne, une bonne intrigue ne voudra jamais tromper le lecteur dans la construction à l’oeuvre, tant dans la finesse psychologique qui rayonne au travers de chacun que par le rythme narratif propre à vous immerger dans la peau des personnages, principaux ou secondaires n’est pas la pierre angulaire du jour, cela se traduit par des portraits d’hommes et de femmes cabossés par la vie, les jours se succèdent à une cadence infernale, des fêlures que l’on voudrait ne jamais déflorer finissent par se transformer en un bouton de fièvre, au risque de tomber dans le panneau, le prix à payer pourrait être la peine capitale !

    Sauf que toutes âmes battues par les mirages de l’existence, de ces conditions de survie souvent inhumaines, il était peut-être écrit que chacun portera un fardeau tôt ou tard, toute l’épineuse question gravitant autour de ces pions voués soit à la damnation éternelle, soit à la rédemption inespérée, c’est simplement l’essence de la vie qui se dessine et commence enfin à se frayer un chemin entre les pages, au fur et à mesure de la progression de l’histoire, à regarder trop longtemps l’abysse, celle-ci pourrait bien vous renvoyer définitivement son reflet sépulcral, l’alchimie des antagonismes ferait mauvais genre si seulement l’auteure n’avait pas eu la bonne idée d’entremêler deux fils conducteurs afin de mieux égarer le parcours du combattant, l’occasion de fouler des couloirs mythiques qui a fait couler tant d’encre et de sang, ce sentiment étrange de baigner dans un clair-obscur, si l’ancien n’empêche pas les graines de la nostalgie de vous emporter dans ses filets, l’autre n’attend pas l’avenir de tracer sa route ...

    Conquis une nouvelle fois par le regard incisif d’une société bouleversée par des événements récents et majeurs de l’histoire du pays, par des thématiques nouvelles qui apportent un souffle renouvelé, ce fléau du bien et du mal n’a jamais aussi bien porté son nom, quand commence l’un ou finit l’autre, une chose est sûre, à la fin du livre, il existe des zones de turbulence, parfois sous la forme de souffrances irrépressibles, parfois sous la forme de blessures invisibles ...

    Il paraît que les miracles existent ... vous découvrirez bien assez tôt combien l’existence tient parfois à si peu de choses !
    Et c’est sans compter les apparences trompeuses qui rebondissent sous les coups de marteau, le climat baigne dans une étouffante atmosphère ... à toute épreuve !

    Je remercie les éditions Taurnada et Joël Maïssa pour leur confiance et patience de m’avoir permis cette lecture si prégnante, si le thriller n’est jamais loin, le noir de l’apparence vous va si bien avec cette couverture implacable, le cauchemar peut maintenant commencer ...

    Attention où vous mettez les pieds, Blessures invisibles de Isabelle Villain, c’est une bombe littéraire à retardement, vous voilà prévenus !!!

  • Marie Nel 7 mars 2020
    Blessures invisibles - Isabelle Villain

    Il y a des romans comme ça où vous savez avant de les ouvrir que ça va être de bonnes lectures. C’est le cas avec ce livre, et ce pour plusieurs raisons. Déjà et avant tout, parce que je connais déjà l’auteure, Isabelle Villain, pour avoir lu ses trois précédents romans, pas dans l’ordre, mais je n’ai pas pu résister à tous les lire. J’ai eu en plus le plaisir de la rencontrer « en vrai » lors d’un salon littéraire en septembre, j’ai apprécié la façon dont elle parle de ses écrits, elle m’avait d’ailleurs parlé de cette dernière sortie et le peu qu’elle m’en avait dit me donnait déjà envie de le lire. J’étais impatiente en tout cas. Et enfin, je le dis à chaque fois, mais c’est vrai et ce roman le prouve encore, un thriller qui paraît chez Taurnada éditions, c’est la garantie d’un très bon thriller, avec un suspense de dingue, et des retournements de situation inattendues. Je n’ai jamais été déçue par aucun de leurs publications, je regardais leur catalogue, j’ai déjà lu 18 romans sur leur 32 parus, et aucun ne m’a déplue, et je ne dis pas ça par complaisance, c’est exactement ce que je ressens. Comme je dis toujours, cette maison porte bien son nom, c’est une mini tornade à chaque nouvelle parution.

    J’étais donc impatiente de retrouver Rebecca de Lost, commandant de police. Je l’ai rencontrée dans Mauvais genre, j’ai continué à faire sa connaissance dans Peine capitale et Âmes battues, et je suis très contente de la revoir. Vous savez, c’est le genre de personnage auquel on s’attache, que l’on peut même considérer comme un ami. Eh bien, Rebecca de Lost fait partie de ceux là. J’aime beaucoup les romans policiers où il y a un personnage récurrent, qui revient à chaque nouvelle histoire, comme la Kay Scarpetta de Patricia Cornwell ou d’autres comme les enquêteurs du département V de Jussi Adler Olsen. Plus on les rencontre, et plus on a d’affect pour eux, plus ils font partie de notre vie. Je me suis attachée à Rebecca, c’est une femme qui a ses failles, qui a connu des drames qui font qu’elle a parfois du mal à avancer dans la vie. D’ailleurs, une des forces des personnages créés par Isabelle Villain, est que ce sont des écorchés de la vie, tout n’a pas été tout rose pour eux que ce soit dans leur vie privé ou professionnelle et concilier les deux n’est pas toujours évident.
    Blessures invisibles commence peu de temps après Mauvais genre. Rebecca et son équipe sont encore sous le choc des derniers événements, des décès qu’il y a eu, de la résolution de la dernière affaire. Je ne préfère pas trop vous en parler au cas où vous n’ayez pas lu le précédent. Tout ce qu’il faut savoir, c’est que du coup Rebecca est vraiment fragilisée et déstabilisée. Une nouvelle affaire voit le jour lorsqu’on retrouve à son domicile le major Maraval mort, une balle dans la tête, l’arme à la main. Tout pourrait faire penser à un suicide, mais l’équipe de Rebecca n’en est pas convaincue. C’est un homme qui a fait la guerre dans des pays chauds et qui est revenu justement d’une dernière mission au Mali complètement traumatisé. Il souffre d’ailleurs de syndrome de stress post-traumatique. Sa mort est-elle un suicide ou pas ? Rebecca et son équipe vont mener l’enquête, sensible par le sujet. Les blessures ne sont pas toujours visibles, d’où le titre d’ailleurs qui est parfait ici.
    En parallèle, on suit une seconde enquête, que l’on a commencée dans les précédentes histoires, celle de l’affaire du tueur au marteau, cet homme que l’on a connu dans les enquêtes d’avant, qui tue des femmes en écrasant au marteau leurs mains. Aucun indice sur ces meurtres, les recherches piétinent. Pourquoi le meurtrier s’est-il abstenu de crimes pendant plusieurs années ? Qu’a-t-il pu arriver dans sa vie pour qu’il fasse cette coupure ? Et pourquoi a-t-il repris ? De façon assez acharnée en plus. Quels sont ses raisons, s’il peut y en avoir une pour être aussi cruel ! Bref, l’équipe de Rebecca a pas mal de fil à retordre avec ces deux enquêtes.

    Isabelle Villain parle à travers ces personnages et ces crimes de sujets de société importants, comme le stress post-traumatique, un mal qui a été longtemps tabou et dont on parlait que très peu. Ces hommes qui sont partis à la guerre et qui reviennent traumatisés par ce qu’ils ont vécu, souvent lorsqu’ils ont dû tuer des enfants pour survivre eux-mêmes. Les valeurs humaines sont bafouées et il est très difficile de vivre avec toutes ces images. J’ai beaucoup aimé la façon dont l’auteure parle de ça, avec beaucoup de sensibilité et sans fards.
    Les personnages sont toujours aussi bien traités, avec leurs qualités et leurs défauts. Et ça j’aime. J’aime quand ils ne sont pas lisses, qu’ils ont des égratignures, des blessures, mais aussi de belles convictions qui les font se tenir le plus droits possible. Je les ai tous appréciés, Tom, la famille d’Antoine, et les autres enquêteurs. Une mention spéciale pour Mélina, cette jeune inspectrice de l’équipe. On en apprend plus sur elle et sa vie privée, ses difficultés pour avoir un enfant, puisqu’elle est lesbienne et mère célibataire. Elle m’a touchée énormément, je trouve surtout très intéressant que des sujets sociétaux comme le mariage pour tous apparaissent dans les romans, soient traités avec leurs points positifs comme négatifs.

    Et bien sûr, tout cela sublimé par la plume et le style de Isabelle Villain qui, au fur et à mesure des romans, deviennent de plus en plus matures et aboutis. Les phrases courtes au moment des scènes policières donnent ce suspense et ce rythme indispensables à la lecture d’un thriller. Les descriptions sont présentes, mais tout en finesse, sans lourdeurs. Pareil pour les explications des thèmes abordés, elles permettent d’enrichir le texte et donc la lecture. Je me suis encore beaucoup attachée à Rebecca et à tout ce petit monde qui gravite autour d’elle. Et pourtant, le choix narratif de l’auteure n’est pas celui que je préfère pour rentrer dans la tête du héros, puisque c’est écrit à la troisième personne du singulier. Je suis d’habitude plus sensible au « je » qui me permet de rentrer au plus près dans la tête du personnage principal. Et malgré tout, ici, je me suis sentie très proche de Rebecca, je l’ai regardée évoluer comme si je me tenais à côté d’elle, comme si j’étais sa bonne copine à qui elle racontait tout, ses pensées, ses joies, ses peines. Une personne que je suis triste de quitter à la fin de ce quatrième roman passé avec elle. J’avoue, ça a été difficile de terminer cette histoire car je n’avais pas envie de laisser Rebecca et toute son équipe. D’ailleurs, ce quatrième opus voit la conclusion de l’enquête du tueur au marteau, et je peux vous dire de vous préparer et de bien vous accrocher à vos fauteuils, car la résolution dépote. Ouah ! Quelle claque, vraiment ! C’est rare que j’emploie ce mot dans mes avis, je le trouve toujours un peu excessif, mais là, il colle parfaitement à mon ressenti. L’identité du tueur m’a complètement bluffée et glacée les sangs. Et comme à chaque résolution, ça me donne envie de relire ce roman et le précédent, Mauvais genre, pour tout voir avec un œil neuf et en connaissance du meurtrier. Car, ce n’est pas spoiler, on sait très vite, dès le départ, que le tueur au couteau serait une personne qui connaitrait très bien Rebecca. Et donc, bien évidemment, j’ai porté mes soupçons sur certains proches de l’inspectrice, mais j’étais loin de me douter de son identité...je suis restée sur les fesses...

    Bon, je pense que vous l’aurez compris, j’ai passé un très très bon moment avec ce dernier opus de Isabelle Villain. Vous pouvez lire ce quatrième avant Mauvais genre, il vous manquera certaines informations sur les caractères des personnages, mais il est possible de le lire sans avoir lu les autres. Si vous lisez Mauvais genre après, vous aurez l’avantage de connaître l’identité du tueur au marteau et cela peut donner un autre œil à la lecture.
    Ce qui m’attriste le plus, c’est que je me demande s’il y aura de nouvelles enquêtes de l’équipe de Rebecca. La résolution de cette affaire qui a été une sorte de fil rouge me fait me demander s’il y aura à nouveau d’autres histoires avec ces personnages que j’apprécie énormément. Mais bon, quelque soit le choix de Isabelle Villain, je continuerai de la lire et de la suivre, j’aime tellement son style, sa façon de raconter une histoire et de tenir en haleine son lectorat que je ne pourrais pas faire autrement que la lire. Et si en plus, elle est publiée aux éditions Taurnada, je saurais que c’est gage de qualité.

    Je vais arrêter d’être bavarde, mais quand j’aime, j’ai du mal à m’arrêter ! Bien sûr, je vous recommande vivement les romans de Isabelle Villain, et celui-ci en l’occurrence. Un gros coup de cœur pour moi. J’ai déjà hâte de la lire à nouveau ou de lire un nouveau thriller de Taurnada...

  • Maks 8 mars 2020
    Blessures invisibles - Isabelle Villain

    "Blessures invisibles" est un thriller très appréciable à l’écriture addictive qui réussi selon moi à surpasser l’enquête précédente (Mauvais genre, Isabelle Villain 2018), ici nous avons une nouvelle enquête intéressante sur un meurtre maquillé en suicide, en parallèle nous continuons l’enquête du tueur au marteau, et cette fois on en sait plus !!

    Au niveau des personnages, j’ai eu un peu de mal avec, surtout « Rebecca de Lost » qui a un caractère assez ambigu, trop sûre d’elle, nonchalante. Pour les autres ils sont bien à leur place et agrémentent bien l’histoire.

    L’histoire du roman en elle-même (Le meurtre maquillé), est bien sympa, l’enquête est concise et bien calibrée mais tout l’intérêt réside dans l’autre enquête, celle qui court sur plusieurs romans, celle du tueur au marteau, on apprécie de savoir enfin ce qui se passe avec lui, ce qu’il veux, pourquoi ?, comment ?, c’est le point fort du livre.

    Une bonne lecture.

    https://unbouquinsinonrien.blogspot.com/2020/03/blessures-invisibles-isabelle-villain.html

  • Virginie.Aufildelimaginaire 8 mars 2020
    Blessures invisibles - Isabelle Villain

    J’ai découvert la plume d’Isabelle avec la lecture de Mauvais Genre ou j’ai fait la rencontre de Rebecca de Lost et de son équipe. Ce dernier nous laissait un goût très amer ainsi qu’une enquête non résolue.

    Avec Blessures Invisibles, Isabelle Villain nous fait découvrir une partie des coulisses du monde des militaires, ce lieu ou tout le monde protège tout le monde coute que coute et l’on va s’intéresser au syndrome post-traumatique dont ils peuvent souffrir en rentrant de mission.

    Le décès du Major Maraval ne pas être aussi simple à classer que prévu, en apparence cela ressemble à un suicide mais des éléments vont perturber Rebecca qui va pousser certains témoins dans leurs retranchements afin de connaitre enfin la vérité sur cette mort.

    En parallèle de cette enquête notre tueur au marteau va refaire surface et son comportement va devenir plus violent, plus instable au fil des jours, on attend tout comme l’équipe de Rebecca le moment ou il va commettre un impair et se faire prendre.

    Ce roman d’Isabelle Villain va tout simplement vous retourner le cerveau car c’est très simple à chaque fois que vous aurez l’impression que l’enquête ou plutôt les enquêtes vont se résoudre, un nouvel élément va surgir et mettre un bordel incroyable dans ce que vous pensiez.

    J’aime ces romans ou l’auteure nous tient en haleine du début à la fin et nous fait faire des nœuds au cerveau tout en gardant une crédibilité certaine dans les révélations.

    Je suis passée à un cheveu du coup de cœur pour la simple raison que j’aurais aimé que le tueur au marteau ce soit l’autre juste pour donner une cassure de plus à Rebecca, je sais qu’il n’y a pas besoin car on sent bien qu’elle en a bavé mais voilà j’aurais aimé cette conclusion. Même si le tueur au marteau était plus que surprenant et jamais je ne l’aurais soupçonné (ni l’autre d’ailleurs).

    Si vous aimez les polars qui vont vous embrouiller l’esprit, dont le twist final est bien loin de votre pronostic alors foncez découvrir la plume d’Isabelle Villain vous ne serez pas déçu !

    En tout cas c’est une auteure que je vais continuer de lire sans aucune hésitation.

  • Mes évasions livresques 11 mars 2020
    Blessures invisibles - Isabelle Villain

    Quatrième et dernière ? enquête mettant en scène le commandant Rebecca de Lost, Blessures Invisibles réussit à être encore meilleur que le très plébiscité Mauvais Genre.

    Ici, le Tueur au Marteau reste en filigrane au début du roman, pour laisser place au suicide/assassinat du major Maraval, qui se résout de façon assez lapidaire bien que gardant des surprises jusqu’au bout.

    En effet, l’affaire qui préoccupe réellement le commandant de Lost durant les quatre romans qui lui sont consacrés sont bien le Tueur au Marteau, pour le reste, vous pouvez les lire de façon indépendante mais vous louperiez beaucoup sur l’évolution du personnage principal et ce jeu malsain auquel le tueur s’acharne de livre en livre...

    Dans ce roman, l’affaire du major Maraval va permettre au commandant de Lost de se mesurer au machisme et au grand silence que la Grande Muette s’applique à respecter même vis-à-vis des forces de l’ordre.

    L’autre thématique, que j’ai trouvé bien traité est le Syndrome Post Traumatique ou Stress Post Traumatique qui s’abat sur les soldats après des années de mission et qu’ils reviennent à la vie civile. Ces hommes qui sont lâchés dans la nature alors qu’ils sont détruits de l’intérieur et rongés par des cauchemars et qui ont pour conséquence que la personne n’arrive pas à se réinsérer dans la vie civile, se retrouve séparée de sa famille, qui ne peut supporter l’homme revenu, voire se suicide...

    Un constat bien triste et sur lequel il faudrait travailler pour mieux aider ces personnes qui souffrent au retour.

    Blessures Invisibles parlent donc de ce Stress Post-Traumatique : des hommes qui reviennent entier et dont les blessures sont psychologiques et souvent incurables.

    Blessures Invisibles est un très bon roman qui nous livre enfin un combat dantesque entre Rebecca et le Tueur au Marteau, ce qui laissera des traces.

    Que vous dire d’autre à part de découvrir l’auteure Isabelle Villain si ce n’est pas encore fait. Une jolie plume qui donne sa voix au polar francophone.

  • claire07 18 mars 2020
    Blessures invisibles - Isabelle Villain

    tout d’abord merci aux éditions taurnada et à Joel pour ce service-presse.
    je viens de refermer ce livre et encore une belle découverte que ce dernier livre de Isabelle Vilain.
    Je ne sais pas ou commencer tellement je l’ai apprécié.
    Ravie de revoir l’équipe de lost ! Malheureusement pas au grand complet car ils ont perdu un membre
    de leur équipe. (livre précédent)
    Ici nous suivons deux enquêtes.
    Celle d’un militaire "le major mareval" qui s’est suicidé ! Il était atteint de SPT (syndrôme post
    traumatique) Mais Rebecca ne croit pas une seule seconde à la thèse du suicide.
    Et le grand retour du tueur au marteau. Il revient sous les feux de la rampe en envoyant un petit
    message à Rebecca pour lui signaler qu’il a de nouveau envie de jouer.
    J’ai aimer le jeu du chat et de la souris entre Tom et Rebecca ! Vont ils enfin decides de passer leurs
    vies ensemble !?!
    Bref , un roman avec des rebondissements , des personnages attachants et des fausses pistes rythme
    ce livre.
    Un très bon final ! Vraiment je l’ai trouver meilleur que le précédent. On ressent le gros travail de
    recherche de l’auteure pour notre plus grand plaisir et le sien de sortit un livre très abouti !
    Moi qui n’aime pas du tout , tout ce qui touche à la guerre et le milieu militaire j’ai étais
    littéralement happé par cette histoire si bien construite.
    Et je serais au rendez-vous pour le prochain livre de l’auteure et qui sait peux-être retrouverais-je
    Rebecca !

  • Lecturesetgourmandises 20 avril 2020
    Blessures invisibles - Isabelle Villain

    En découvrant la quatrième de couverture, j’avais une petite crainte : celle d’être complètement perdue !

    N’ayant lu aucun autre roman d’Isabelle Villain, je ne connaissais absolument pas l’histoire du « Tueur au marteau » développée dans son précédent roman, « Mauvais Genre ».

    Et pourtant, dès les premières pages, l’histoire coule de source et l’auteure ne manque pas de faire quelques rappels afin de ne pas perdre son lecteur.

    « Blessures invisibles » est une vraie pépite, c’est un thriller simple et puissant avec lequel j’ai passé un superbe moment de lecture. Ici, pas de gore à outrance, la plume d’Isabelle Villain se veut légère et efficace.

    On retrouve dans « Blessures invisibles » les personnages développés dans les précédents romans de l’auteure, notamment les membres de la brigade menée par Rebecca de Lost. On fait rapidement le lien entre chaque personne et à aucun moment je n’ai perdu le fil.

    Malgré un roman court, Isabelle Villain arrive à développer deux enquêtes en parallèle, aussi intéressantes l’une que l’autre. Elle aborde notamment la question épineuse du Syndrome de Stress Post-Traumatique à travers le personnage du Major Maraval et nous entraînera dans le quotidien difficile des militaires de retour de mission qui peuvent développer des traumatismes.

    En parallèle, Rebecca de Lost poursuit son enquête contre le « Tueur au marteau » qui, après être resté en retrait quelques mois, reprend du service et continue de semer la terreur autour de lui.

    J’ai lu le roman d’Isabelle Vilain d’une traite tant j’ai été prise dans l’histoire.

    Je suis dans une période une peu compliquée niveau lecture et « Blessures invisibles » m’a permis de sortir la tête de l’eau. Je recommande vivement !

  • Les livres de Cédrick 11 mai 2020
    Blessures invisibles - Isabelle Villain

    Waouh 🤩 Je viens de terminer "Blessures invisibles" d’Isabelle Villain, toujours aux tourbillonnantes éditions Taurnada, et je suis conquis !

    C’est le second roman de cette auteure et je suis convaincu d’avoir trouvé une grande source de bonheur et de plaisir grâce à la lecture des livres d’Isabelle Villain.
    La plume est légère et très agréable à lire. Les histoires sont denses tout en restant plaisantes et en abordant de ci de là quelques sujets de société. On poursuit l’enquête du "tueur au marteau" tout en étudiant un suicide suspicieux... C’est un vrai bonheur de retrouver Rebecca après "Mauvais genre" mais aussi une certaine tristesse au moment de refermer le livre... Déjà.

    Il y a des livres dont on ne voit jamais le bout et il y a ceux qu’on termine trop vite. On est ici clairement dans ce dernier cas. J’aurais bien aimé quelques pages en plus ! C’était un pur bonheur. Que dire de plus ? Eh bien oui : Lisez-le !

  • lecturesdudimanche 26 mai 2020
    Blessures invisibles - Isabelle Villain

    Au détour d’un salon, j’ai eu la chance de rencontrer Isabelle Villain, dont le thriller « Mauvais Genre » m’avait beaucoup plu (souvenez-vous ici). Elle avait avec elle quelques exemplaires de son nouveau livre alors que la sortie officielle n’était prévue qu’environ un mois plus tard, et vu le suspens qui clôturait l’opus précédent, j’étais évidemment ravie de m’en procurer un exemplaire, dédicacé de surcroît, et de l’entamer dans la foulée !

    On retrouve notre commandant Rebecca de Lost, et c’est un plaisir de renouer avec son groupe, même si tous les membres sont toujours passablement secoués par les tragiques événements qui refermaient le tome précédent. Le cœur un peu en miettes, Rebecca tente de garder le cap, et lorsqu’une enquête sur un suicide douteux atterrit sur son bureau, elle s’y plonge avec pugnacité. Mais c’est sans compter sur son vieil ennemi, le « tueur au marteau », qui joue avec Rebecca comme un chat avec une souris. Il reprend du service, cruel et implacable, et nargue impitoyablement Rebecca et son groupe dont il exige une totale attention.

    Un tome très personnel qui met également l’accent sur un sujet dramatique qui touche les soldats qui opèrent en zones de guerre : Le syndrome de stress post-traumatique, qui est un sujet aussi sensible que tabou dans les sphères militaires. Beaucoup de psychologie, donc, autour de ce thriller qui n’en reste pas moins extrêmement dynamique. Une nouvelle fois, l’auteure sème le doute en troublant son lecteur, l’amenant aux conclusions qu’elle veut qu’il tire pour mieux le piéger dans son tableau final bluffant ! À consommer sans modération !

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.