Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Les Larmes des Cigognes - Lawren Schneider

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

4 #AvisPolar
1 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

TAMBOV, 1943
Louis n’arrivait pas à trouver le sommeil. Peut-être devenait-il fou. « Je crois que j’ai des visions, un peu comme Bernadette, à Lourdes. C’est comme si j’étais rentré dans le corps de ce type. » Il a cogné une femme. De toutes ses forces.

GAMBSTETT, 1986
« Je m’appelle Christophe et j’aimerais vous confier mon secret : je suis capable de voir des choses que vous ne voyez pas... Tout a démarré il y a quelques mois. Ma mère m’a serré dans ses bras. Un câlin de maman. J’ai posé ma main sur sa nuque et… C’est comme si j’avais plongé dans son corps, comme si j’avais vu à travers ses yeux ». Prisonnier dans le camp de Tambov, Louis Waechter est en proie à des visions terriblement réalistes. Quarante-trois ans plus tard, Christophe, son petit-fils, confie à ses amis qu’il a le même don. Ce jour-là il a ouvert une porte qui ne se refermera plus.

Galerie photos

Vos #AvisPolar

  • Lectures noires pour nuits blanches 21 mars 2019
    Les Larmes des Cigognes - Lawren Schneider

    Ce roman est un thriller avec un côté historique et un soupçon de fantastique. Différentes périodes, différentes histoires. Le mélange peut paraître curieux mais le tout est tellement bien construit et ficelé que ce n’est pas du tout gênant, bien au contraire.

    L’histoire commence avec Chris chez un psy. Il raconte son don, sa vie, particulièrement l’année 1986 où il trainait avec une bande de copains. Quatre ados qui un jour décident de dévoiler chacun un secret. Ces confidences vont avoir de lourdes conséquences.
    En même temps, on va suivre Louis, le grand-père de Chris et un"malgré-nous", qui nous raconte son histoire pendant la deuxième guerre mondiale.

    J’ai aimé les deux récits.
    Celui de Chris est plus thriller. Une belle histoire d’amitié, des secrets bien glauques. C’est dur, sordide et ça m’a tenu en haleine du début à la fin.

    L’histoire de Louis m’a aussi de suite embarquée. D’une autre manière, ce récit m’a scotchée. Un pan de l’histoire de France que je ne connaissais pas. C’est bien documenté, instructif et super intéressant. On atteint là aussi des sommets d’horreur et d’atrocités. Ca m’a pris aux tripes et j’ai lu tout l’histoire comme en apnée, peinant à reprendre mon souffle. C’est dur, violent et bouleversant à la fois.

    J’ai aimé comment l’auteur à relié les deux. Ce lien est bien amené, tout s’imbrique à la perfection pour conclure par une fin surprenante et bien trouvée.

    Une très belle découverte cet auteur. Une belle plume qui nous captive d’entrée et nous fait voir les évènements comme si nous y étions. On ne lit pas une histoire, on est dans l’histoire.

    Ce livre est un thriller dur, émouvant, original de par sa construction. Tous les ingrédients pour passer un excellent moment de lecture. Pour moi c’est un coup de coeur et je vous le recommande vivement.

  • Encore Un Livre 19 juillet 2019
    Les Larmes des Cigognes - Lawren Schneider

    J’étais impatiente de lire le nouveau roman de Lawren Schneider, un auteur que je ne connaissais pas, mais il a présenté ce roman d’une façon qui m’a mise en mode " je le veux"..... et bien...je ne regrette pas ! Une excellente lecture, j’ai adoré de A à Z...je vous en parle un peu plus mais pas trop quand même...
    J’ai remarqué que les thrillers construits avec une alternance sur deux périodes ont cette tendance parfois à nous perdre dans la temporalité et les intrigues, encore plus si c’est étoffé avec de nombreux personnages. Ici cela n’a pas été le cas.
    Ce sont 2 récits clairement distincts très bien ficelés, et captivants.
    Chacun possède sa propre intrigue avec pour fil conducteur ce don hérité par deux personnages différents à deux époques différentes.
    L’idée de se servir du don de vision c’est audacieux ! Cela développe ce coté thriller et ca allège le coté historique, cela amène un suspens très addictif, avec de nombreuses questions...
    Je ne raconterai pas l’intrigue, le résumé est clair et donne le ton, mais je tiens vraiment à souligner, une maîtrise parfaite de la narration, la façon dont l’auteur a traité cette partie de l’Histoire alsacienne est très immersive. Un style assez simple au final, pour un roman qui dégage beaucoup d’émotions et de sensations, je dois avouer que j’ai beaucoup de mal à en faire un retour digne de ce nom depuis un moment...
    Il me reste comme une impression de devoir de mémoire, un roman à découvrir, avec des moments effroyables, c’est sombre, c’est noir, et brutal, mais terriblement réaliste....
    Des personnages détestables..dans les deux intrigues.. des prédateurs, des tueurs ...mais chut..je me tais..
    Je ne peux que conseiller ce roman à tous les lecteurs de thrillers..c’est vaste me direz-vous..peut-être, si vous n’aimez pas trop retrouvez le coté historique, mais que vous êtes attiré par cette histoire de visions, allez-y, il n’y a point de superflu... et c’est bien assez comme ça..

  • Aude Lagandré 5 octobre 2019
    Les Larmes des Cigognes - Lawren Schneider

    Le roman s’ouvre dans le cabinet d’un psy, Gabriel Meyer, à Strasbourg à la période de Noël. Un patient, Chris Waechter, la quarantaine, le menace d’une arme à feu pour l’obliger à écouter son histoire. Pour ce faire, il lui faut remonter aux années 80, en 1986 plus précisément, alors qu’il avait 17 ans. Il vivait à Gambstett, petit village alsacien entourés de 3 fidèles amis : Alain, Simon, et Caroline. Lors d’une nième après-midi à « zoner », ils décident de chacun confier leur plus grand secret, celui qu’on ne révèle à personne, celui qui une fois prononcé ne permet aucun retour en arrière possible. Ainsi, Chris révélera le don particulier qu’il possède, mais ce sera sans compter la révélation de Caroline, terrible, innommable qui changera pour toujours la vie du groupe. Après cette journée, plus rien ne sera comme avant : ils auront tous grandi, d’un coup d’un seul, confrontés à l’injustice et à la cruauté du monde des adultes. C’est un pan entier de l’histoire familiale qui va s’ouvrir, évoquant la mobilisation forcée des alsaciens par l’armée allemande et envoyés sur le front russe : ceux que l’Histoire appelle les « malgré-eux. »

    Alors, vous me direz, comment fait Lawren Schneider pour lier plusieurs histoires dans un seul et même roman, celle de ces quatre jeunes, celle de la seconde guerre et du front russe et celle de la rencontre d’un petit-fils et de son grand-père un peu bourru sans se fracasser la tête contre un mur et se prendre les pieds dans le tapis ? En 1986, à l’évocation de ce petit groupe d’adolescents, il réouvre ce temps de ma jeune adolescence me replongeant dans les sons, les odeurs et la musique d’une époque où nous pensions tous être les rois du monde : c’était le temps des sacs US, de Mammouth (l’actuel Auchan), des Peter Stuyvesant qu’on fumait en douce, de l’alcool de quetsche que nos grands parents faisaient eux-mêmes, de Renaud et de son « Mistral Gagnant » qu’on entendait sur toutes les ondes, et de la seconde année des Resto du coeur. Le temps aussi des secrets de famille… Et c’est par le secret de famille que l’auteur parvient à ouvrir les portes du passé en évoquant ce pan de l’histoire un peu honteux, celui des alsaciens, plus français depuis l’annexion, mais pas non plus allemands, peuple bâtard dont on ne savait que faire puisqu’on ne pouvait lui attribuer un camp. L’époque où il fallait choisir son camp…. J’ai quitté à regret ce groupe de jeunes gens si attachants, en ruminant un peu, déçue par la tangente que prenait Lawren Schneider de me plonger sur le front russe d’une guerre dont je pensais tout savoir. La force de ce roman est de finalement constater que je n’en savais quasiment rien, même si je suis alsacienne de naissance. Impressionnant de constater qu’il réussit à lier ces deux parties du roman de manière si naturelle que le lecteur est instantanément pris par les problématiques de l’une, mais aussi par les problématiques de l’autre. « Il venait de décoder une partie des mystères de l’histoire d’une région – sa région- et d’appréhender, non sans crainte, le potentiel inquiétant de ce don héréditaire. »

    Ce roman vous emmène de surprises en surprises, de révélations en révélations et quand vous pensez que c’est terminé, qu’enfin vous connaissez le fin mot de l’histoire, l’auteur en remet une dernière couche et termine en apothéose par une révélation à laquelle je n’avais même pas réfléchi tant j’ai été embarquée, secouée, un peu prisonnière aussi des émotions ressenties.

    Alors oui, je suis touchée en plein coeur parce qu’il parle avec amour de ma région et que j’en suis éloignée. Qu’il me rappelle les petits mots que mes grands parents paternels qui ne parlaient pas français utilisaient pour s’adresser à nous : « Junger » (qu’on pourrait traduire par jeunot) ou en ajoutant « -elé » ( petit suffixe qui évoque le tendresse) à la fin des prénoms ( je m’appelais donc Audelé) et que ce temps, idéalisé, où je me sentais encore protégée et aimée refait surface et déclenche tant de souvenirs et d’émotions. Un peu comme si les barrières du mur construites en devenant adulte étaient tombées le temps de la lecture d’un livre….

    Je remercie Lawren Schneider de m’avoir envoyé son livre, dédicacé, juste parce que l’histoire d’une région nous liait et qu’il a pensé que je pouvais y être sensible. Il ne m’a rien demandé, n’a rien attendu, n’a pas relancé devant le temps que j’ai pris pour le lire, et pour toutes ces raisons là, je l’en remercie infiniment. Moi je ne savais pas à quel point son histoire me toucherait, mais lui le savait…

  • Ju lit les Mots 23 février 2020
    Les Larmes des Cigognes - Lawren Schneider

    J’ai découvert l’auteur avec son premier opus "l’héritage de Lizzie" qui ne m’avait pas complètement convaincu... 

    Pourtant, avec ce titre, cette couverture et ce quatrième de couv, j’ai été intriguée. La couverture simple, avec cette faux ensanglantée, ne pouvait qu’attiser ma curiosité et le titre "bizarre" selon mon fils est typiquement le genre qui me titille...

    J’ai donc embarqué à bord des "larmes des Cigognes" et le voyage a été un grand plaisir. L’auteur s’éloigne du style "polar" ou "thriller" classique pour présenter au lecteur un livre qui mélange les genres et retrace avec maitrise tout un pan de l’histoire alsacienne, pour livrer une intrigue de qualité, avec un zest de paranormal...

    Lawren Schneider fait le lien avec deux périodes, 1986 à Gambstett (Alsace) avec ces 4 ados dont la vie va basculer et Tambov (Russie) 1943, Louis, son passé qu’il traîne comme un fardeau et ces alsaciens déportés de force dans l’armée allemande...

    J’ai été embarquée dans le récit, aussi bien par l’intrigue en elle-même, que par la trame historique, qui se révèle chargée d’informations et surtout lève le voile sur un pan de notre histoire, pour beaucoup (en tout cas pour moi) méconnue... On sent que l’auteur a fait des recherches pour que sa trame historique tienne la route, sans jamais tomber dans le la mièvrerie malgré l’horreur.

    La part de paranormal glissée dans l’intrigue, trouve sa place dans ce thriller-historique, sans jamais le rendre illogique, j’ai trouvé que cela rendait l’histoire plus humaine... Du moins, elle n’entache en rien le souhait de l’auteur, qui est de rendre hommage à ces hommes, déchirés et enrôlés malgré eux.

    Un livre diablement bien construit, des personnages incroyables, maîtrisés, qu’on lit avec avidité, avec une pointe de déception lorsque l’on voit la fin arrivée... J’aurai souhaitée lire quelques chapitres supplémentaires... Pour en savoir plus... Pour comprendre...

    Un livre qui rend hommage à l’Alsace, à ces hommes confrontés à l’horreur, un devoir de mémoire...

    La plume de l’auteur a mûrie depuis son premier opus et je trouve que ce type d’intrigue et de récit est beaucoup plus réussit et travaillé.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.