Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Cinabre - Nicolas Druart

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

4 #AvisPolar
4 enquêteurs
l'ont vu/lu
1 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

Cinabre, c’est la couleur de l’hôtel le plus chic de Toulouse, étau de velours fréquenté par une clientèle fortunée. Un rouge minéral qui rappelle la couleur du sang.
L’Hôtel Ferdinand fut le théâtre d’un quadruple homicide dans les années 1980. Son directeur, Eugène Ferdinand, y massacra sa famille avant d’être abattu par la police. Toute sa famille sauf Richard, petit dernier miraculé. C’est lui-même qui décidera trente ans plus tard de rouvrir l’établissement… Mais on n’efface pas à coups de travaux monumentaux une réputation sulfureuse.

Les Rois de Pique sont six anciens camarades de promo qui ont fui l’hôpital pour se lancer en indépendants. Lorsque l’un d’eux disparaît après avoir soigné une cliente de l’Hôtel Ferdinand, personne ne semble s’en émouvoir. Seul Elliot Akerman, infirmier sensible et sans concession, va partir à sa recherche.
Pendant ce temps, Toulouse vit sous la terreur d’un tueur qui attaque ses victimes au sabre. Est-il isolé ? Et qui doit se sentir menacé ? Pour le capitaine Aubert et son équipe, c’est le début d’un combat sans fin contre une hydre voilée par des nappes de sang.

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • Chineuse Deculture 20 mai 2022
    Cinabre - Nicolas Druart

    Quelle déception, un début prometteur avec une mise en place intrigante, typologie de crime et héros intéressant. Le verbe est travaillé, les formules ampoulées, Druart sait écrire. Mais le dernier titre du livre se précipite, les ficelles mutent en corde, pas de surprise, et tout ce que vous soupçonniez du début se réalise. a suivre toutefois.

  • Les_lecturesdeflo 4 mai 2022
    Cinabre - Nicolas Druart

    Mais quel bouquin ! Impossible de le lâcher !

    Je suis une nouvelle fois conquise par la plume et l’imagination de Nicolas Druart. Mais où va-t-il chercher de telles histoires ? Il a vraiment le don de transporter son lecteur dans un univers parallèle, dans lequel la folie flirte avec la raison, la fiction avec la réalité, le surnaturel avec le rationnel, un univers imprévisible, stupéfiant et effrayant.

    « Cinabre, c’est la couleur de l’hôtel le plus chic de Toulouse, étau de velours fréquenté par une clientèle fortunée. Un rouge minéral qui rappelle la couleur du sang »

    Je me suis perdue volontairement au coté d’Elliot dans les couloirs du mystérieux hôtel Ferdinand. Plus j’avançais et plus je me demandais comment l’auteur allait s’en sortir.

    Le dénouement est un peu trop tiré par les cheveux à mon goût, mais peu importe, car une chose est certaine, c’est que l’ambiance angoissante m’a donnée les chocottes, et que j’ai pris ENORMEMENT de plaisir à lire ce livre.

    Tout comme L’enclave, Cinabre n’est pas un livre qu’on oublie, car tout les ingrédients qui le composent en font un thriller original et marquant.

    Il dresse au passage un constat accablant sur l’évolution de nos modes de vie. C’est un moyen habille de pointer du doigt un fléau qui ronge notre société.

    Je vous invite à découvrir cet auteur si ce n’est pas encore fait.

  • universpolars 30 avril 2022
    Cinabre - Nicolas Druart

    Je suis - suivre, donc … - cet auteur depuis ses débuts et j’ai remarqué une belle évolution au fil de ses bouquins. Je suis parfois allé à contre-courant avec mes retours, mais j’adhère à ce style qui tend vers le huis clos, l’intrication psychologique, ou les deux à la fois, évidemment. Une sorte de subtilité que j’apprécie beaucoup en ressort bien souvent.

    Ce récit nous amène une fois de plus à Toulouse - bon sang, il pleut beaucoup !! - et le milieu hospitalier n’est jamais très loin. Bien entendu, un auteur parle de ce qu’il connaît, non … ?

    Un vrai massacre perpétré sur une place du centre-ville va déstabiliser les membres de la PJ, ceci de par son mode opératoire. Il faut admettre qu’il n’est pas courant.

    Nous évoluons en fait sur deux axes. Sur l’un, nous suivons la police criminelle qui enquête sur ces agressions et, sur l’autre, nous suivons un infirmier prénommé Elliot, qui s’inquiète de la disparition de l’un de ses collègues, depuis qu’il est allé soigner une patiente dans l’hôtel situé en face de leur cabinet, l’Hôtel Ferdinand. Ne reste plus qu’à tirer la courbe qui va s’élever entre ces axes !

    J’ai beaucoup aimé suivre le personnage d’Elliot, un infirmier très angoissé dans la vie, réservé, qui aime écrire des thrillers à ses heures perdues - une autobiographie monsieur Druart … ? Je ne l’espère pas, du moins pas entièrement. Au niveau psychologique, l’auteur nous démontre d’une façon radicale à quel point un être humain peut changer, ou à quel point on peut le faire changer. Assez subtile.

    Un autre personnage a attiré toute mon inattention. L’Hôtel Ferdinand. Il n’a pourtant rien de lugubre, comme ça, au premier abord, mais je vous assure que c’est justement ça qui inquiète. C’est très paradoxal. Cet établissement va prendre beaucoup de place entre ces pages, mais aussi dans votre esprit. Ce contexte fou et anxiogène m’a fait penser à un thriller récent de Patrick Senécal et, franchement, il y a pire comme référence !

    La morale, le jugement ou encore l’esprit de liberté sont des termes qui vont rythmer ce récit, voire carrément mener la danse. Qu’est-ce qui est bien ou mal ? Qui le définit ? Ces questions vont s’avérer être intéressantes pour les lecteurs de ce bouquin.

    Malgré un dénouement un peu « Rock n’roll », j’ai beaucoup aimé la finalité de cette trame, à savoir qu’un événement isolé et ponctuel peut grandement changer le cours des choses.

    A lire.

  • Musemania 2 avril 2022
    Cinabre - Nicolas Druart

    La plume de Nicolas Druart ne m’est pas inconnue car il y a quasi un an, je l’avais découverte avec l’excellent « L’enclave », un thriller pour lequel j’avais eu littéralement un énorme coup de coeur. Cette année, Nicolas Druart nous propose à nouveau un thriller, « Cinabre » et à nouveau, il a réussi à entièrement me chambouler.

    Ici, on quitte les terres assez sauvages de la vallée du Lot pour rejoindre la ville de Toulouse. On va y visiter l’hôtel le plus chic de la ville, « L’Hôtel Ferdinand ». Ce dernier a connu un épisode terrible dans les années 80, lorsque son propriétaire fut abattu par la police après qu’il ait massacré sa famille, à l’exception de son petit dernier, Richard. A part cela, je ne vous en dirai pas plus pour ne pas gâcher votre potentiel plaisir de lecture.

    Nicolas Druart a, comme pour « L’enclave », fait de son lieu un personnage à part entière. L’Hôtel Ferdinand est finalement un protagoniste dans l’histoire : il vit, se modifie, évolue, transpire ses sentiments. Par les descriptions de l’auteur, on a l’impression d’avoir soi-même logé dans une de ses chambres, d’y avoir parcouru les interminables couloirs et d’en avoir ressenti ses mystères.

    Le suspens est encore une fois bien au rendez-vous. Parfait « page-turner », il vous tiendra en haleine durant plusieurs heures et vous ne souhaiterez qu’une seule chose : en connaître la suite. Le problème évident avec ce type de thriller, c’est qu’il est tellement bon que, même si on veut découvrir le dénouement, on n’a pas envie qu’il se termine.

    J’ai autant apprécié les personnages, les lieux, les enquêtes, l’ambiance pesante, bref : tout. Je n’ai absolument aucun grief à formuler dans cette lecture. Cela ne servirait (mais alors pas du tout) de chercher de midi à quatorze heure des points négatifs, car, pour moi, je n’en trouverai certainement pas.

    Je ne peux que vous conseiller vivement ce bouquin d’une des nouvelles voix du thriller français qui constitue l’un de mes coups de coeur de cette année.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.