Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

Adieu Oran - Ahmed Tiab

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

1 #AvisPolar
0 enquêteur
l'a vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

Résumé :

"Ils se tenaient, terrés en silence au fond de la remise qui sentait le gasoil et le cambouis. Ils se serraient les uns contre les autres, partageant la peur, les yeux grands ouverts dans l’obscurité. Le vieux venait juste de passer avec sa longue tige de bambou. Il avait fouetté l’air, écorchant au passage quelques cuisses décharnées, frôlé des épaules hâves et éraflé des joues creuses. Il ne fallait pas pleurer." Ambiance glaçante sous le soleil algérien. Disparitions d’enfants, cadavres parmi les membres de la communauté chinoise installée à Oran... Il se passe des choses étranges dans les bidonvilles qui entourent la ville, sans parler du traitement inhumain réservé aux migrants et du système de plus en plus corrompu et étouffant. Le commissaire Fadil ne peut pas reculer, il le doit à ces enfants que le monde a choisi d’oublier. Mais sa sécurité et celle de ceux qu’il aime n’est bientôt plus assurée. Une enquête violente, portrait sans concession d’une société agonisante : Ahmed Tiab se révèle à la fois magistral et cruel.

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • Fandol 25 juillet 2021
    Adieu Oran - Ahmed Tiab

    Il est toujours bon de partir à la découverte d’un nouvel auteur mais lorsque Lecteurs.com, dans le cadre des Explorateurs du polar, permet de lire un aussi bon livre mêlant suspense, angoisse et cadavres avec la vie quotidienne d’un pays et d’une grande ville comme Oran, l’aventure se révèle passionnante.
    Édité par L’Aube, collection noire, Ahmed Tiab m’a plongé en pleine expansion démesurée de la ville où il est né, avec Adieu Oran. Les Chinois sont là et sont prêts à tout pour faire fructifier leurs affaires, construire toujours plus dans les quartiers périphériques de la ville, eux qui ne sont pas considérés comme des migrants mais comme des expatriés. La différence est énorme.
    Le commissaire Kémal Fadil est au centre de cette histoire qui révèle les rapports compliqués entre la police et l’armée algérienne. Celle-ci, s’appuyant sur la conquête de l’indépendance, a le dessus mais le policier aime Fatou, belle femme noire, ayant quitté son pays, rêvant d’Europe mais engagée comme infirmière auprès des migrants. Le racisme est bien là et ses conséquences sont terribles.
    L’auteur mène son histoire avec beaucoup de maîtrise et donne vraiment envie de découvrir ses quatre premiers polars. Il sait se détacher de son personnage principal pour faire partager la vie des gosses arrachés à leur famille avec de vagues promesses pour être vendus, exploités, violés, battus et livrés à eux-mêmes.
    Le livre regorge d’observations très pertinentes sur la vie quotidienne en Algérie, décrit bien l’état actuel de la société. Il parle de sa jeunesse, de l’emprise toujours plus grande de la religion : « Pétrole et Dieu. Le saint binôme qui prévalait déjà dans les pays du Golfe et l’Arabie Saoudite, s’installait désormais dans un Maghreb où l’Algérie déployait une énergie considérable pour en détenir le leadership. »
    Ahmed Tiab n’oublie pas les séquelles de la guerre d’indépendance, parle du sort réservé aux enfants nés des viols commis par les soldats français. Il nous emmène à Béchar, aux portes du désert, n’oublie pas l’autre jeunesse, la jeunesse « dorée » qui frime dans de grosses bagnoles ou sur des jet-skis.
    Bien sûr, l’auteur a écrit ce polar avant le retrait du président qui voulait se représenter malgré son état de santé et il n’a pas pu parler des manifestations remarquables de dignité qui ont obtenu ce résultat. Malgré cela, son constat est d’une grande lucidité et ne doit pas être oublié dans les mois qui viennent : « Une monarchie vert kaki et moustachue qu’on retrouve sagement alignée derrière le fauteuil présidentiel, un barrage infranchissable d’hommes gras et arrogants montant férocement la garde sur leurs intérêts financiers. »
    Ce polar terrible de lucidité se termine avec des phrases fortes, justes, à propos de l’exil avec un épilogue qui n’est pas sans faire penser à la vie de l’auteur lui-même qui vit en France depuis de nombreuses années.
    https://notre-jardin-des-livres.ove...

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.