Club Sang

Profitez de toutes nos fonctionnalités et bénéficiez de nos OFFRES EXCLUSIVES en vous inscrivant au CLUB.

JE REJOINS LE CLUB SANG

L’Innocence des bourreaux

Club Sang

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour pouvoir participer au Club !

6 #AvisPolar
4 enquêteurs
l'ont vu/lu
0 enquêteur
Veut la voir/lire

L'œuvre vous intéresse ? Achetez-la chez nos partenaires !

En librairie

Et chez vos libraires indépendants

  • Acheter sur Jesoutiensmalibrairie.com
  • Acheter sur lalibrairie.com
  • Acheter sur Place des libraires

Vos #AvisPolar

  • Roxanebouquine 2 septembre 2021
    L’Innocence des bourreaux

    Quand tu as tout prévu et que cela ne se passe pas comme ça devrait !! Cela s’appelle la Vie"

    C’est un peu cette maxime que je mettrais en avant après la lecture de ce roman captivant, prenant, angoissant ... seule la fin m’a surpris négativement .

    Vous prenez des billes blanches ( les personnages) et des billes rouges ( les évènements ) et vous lancez tout cela sur une table de billard ; tous s’entrechoquent avec des conséquences inattendues .. comme dans ce livre

  • celine85 3 avril 2021
    L’Innocence des bourreaux

    Joachim Fallet (Jo) est un junkie qui a besoin de sa dose mais celui-ci n’a pas assez d’argent. Pour en avoir, il décide de faire un braquage dans une supérette. Mais il ne va pas se dérouler comme prévu et va prendre une drôle de tournure…
    Le lecteur peur ressentir de l’angoisse et être happé par cette histoire car finalement les clients de cette supérette sont des personnes comme tout le monde, il peut donc très bien s’identifier à l’un d’entre eux. Après la tournure que va prendre la situation est pour moi un peu tiré par les cheveux. Le point fort est le travail que l’auteure Barbara Abel a fait une nouvelle fois sur la psychologie des personnages, qui sont ici placés en situation de stress et de voir leurs réactions. Un huis clos plutôt bien réussi.

  • kris_k 18 mars 2021
    L’Innocence des bourreaux

    C’est en voyant beaucoup de bonnes critiques sur Barbara Abel, que je me suis dit qu’il fallait que je me lance dans ces livres, c’est donc avec celui-ci que j’ai commencé.
    Je découvre également qu’elle est belge, ça tombe bien, j’avais très envie de lire une auteure bien de chez moi !

    L’histoire commence avec Jo, jeune toxicomane qui besoin de sa dose, mais sans avoir assez d’argent, décide de braquer une supérette, et c’est là que les problèmes commencent…
    Je ne connaissais absolument pas le résumé de ce livre et je m’attendais à une toute autre histoire.
    Un simple braquage m’avait donc un peu refroidi, et le manque d’attachement aux personnages aussi, mais c’est en continuant de tourner les pages, que je me suis rendu compte qu’il y avait bien plus que ça.
    Il s’agit ici d’un livre psychologique, angoissant, parfois un peu tiré par les cheveux, c’est vrai… mais soit… pourquoi pas finalement… et on finit par aimer et se dire qu’un simple braquage peut cacher certaines choses qu’on ne perçoit pas toujours et que Barbara Abel est plutôt douée !

    Je découvre donc Barbara Abel avec un très bon livre psychologique, que j’ai finalement quasiment lu d’une traite !

  • Sangpages 28 avril 2020
    L’Innocence des bourreaux

    Ouverture sur Joachim en pleine crise de manque. La crise de manque qui rend fou décrite dans ces moindres détails. La crise qui fait tout basculer...
    Il n’a plus d’argent pour se payer une nouvelle dose, personne pour l’aider. Une seule solution s’impose à lui : prendre le flingue caché dans son armoire, se rendre à la supérette et la braquer.
    Une belle brochette de gens dans cette superette. Chacun avec ses soucis, sa vie, ses boulets et ce qu’ils peuvent avoir à se reprocher. Des personnes qui se trouvent clairement au mauvais endroit au mauvais moment et qui vont voir leur vie exploser et pas forcément de la manière que tu crois…
    Un événement qui fait tout éclater. Le passé de chacun devient alors le présent de tous.
    A la base, c’est un braquage comme un autre. Comme il s’en produit des centaines un peu partout mais avec Barbara, fallait bien que ça parte en cacahuètes pour pouvoir plonger la tête la première dans la psychologie des personnages et, comme tu le sais, dans ce domaine, elle excelle !
    Toute la panoplie de sentiments humains est disséquée au scalpel au travers de ces personnages. Chacun tient son rôle dans ce braquage des plus rocambolesques pour te conduire à réfléchir sur les liens, sur la vie en général.
    Actuellement en pleine crise avec mon ado d’appartement, je n’ai pu qu’être troublée par Aline et Théo. D’ailleurs, Barbara, aurais-tu une caméra planquée chez moi ? 🤔
    L’auteure te démontre que l’humain placé en situation de stress est capable de tout au détriment des autres pour sauver sa peau ou du moins les apparences. Elle te prend par la main et t’oblige à aller voir chacun d’eux pour te mettre face à ce qu’ils sont mais surtout ce qu’ils sont devenus. De victime à bourreau, la barre n’est pas haute.
    Tous les personnages sont excellents mais j’avoue avoir particulièrement adoré le sarcasme de la vieille chouette qui apporte cette touche franchement humoristique. Bien qu’au-delà du sarcasme, se cache souvent une profonde douleur.
    Le dénouement laisse un certain nombre de portes ouvertes mais l’effet papillon est plus que largement prouvé !
    A toi de voir si ce n’est pas déjà fait 🙂
    En ce temps de confinement, faire ses courses relève du parcours du combattant. La supérette en confinement sous un braquage version Barbara Abel ? Voilà de quoi te faire rester chez toi 😜

  • Karine Straub 13 mars 2020
    L’Innocence des bourreaux

    « L’innocence des bourreaux » est mon premier Barbara ABEL et une très belle découverte.
    Joachim Fallet, jeune junkie rageur est en pleine crise de manque. Il est prêt à tout pour dénicher l’argent qui lui permettra de se procurer sa dose.
    Il réfléchit vite et jette son dévolu sur une petite supérette de quartier, rue des Termes à Paris.
    Là, quelques clients font leurs courses. Des habitués mais aussi des visages inconnus. Des gens normaux… ou presque. Parmi eux, une grand-mère acariâtre et son aide à domicile ; une jeune maman célibataire pétrie de culpabilité ; un couple adultère mal assorti ; l’employé modèle de la supérette et une maman quadra au bord de la crise de nerfs et son ado de 15 ans.
    A partir de ce moment, la routine bascule dans le drame. le cauchemar commence.
    L’auteur a construit son histoire en 3 temps :
    - Elle plante le décor,
    - Elle décrit l’action,
    - Elle approfondit le profil de ses personnages pour mieux nous déstabiliser.
    Son écriture est habile, précise, réaliste, efficace. De fait, on est acteur de sa lecture et plus seulement lecteur.
    La narration est rythmée, pleine de rebondissements, de tension mais également ponctuée d’humour (merci Germaine !), jamais ennuyeuse.
    Une précision toutefois : l’intrigue policière est reléguée au second plan ; ici ce sont les personnages qui sont mis en lumière. On pénètre leurs pensées, on rentre dans leur intimité ; chacun à un rôle bien défini et apporte ainsi son propre point de vue face au drame.
    B. ABEL est maline : elle part d’un fait tout à fait plausible et c’est justement ça qui fait peur. Un livre que j’ai beaucoup aimé et lu d’une traite. Bon, le souci maintenant c’est que j’ai très envie de découvrir les autres récits de l’auteure.

  • LeahBookAddict 22 janvier 2020
    L’Innocence des bourreaux

    J’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire, beaucoup de personnage et de description qui les concerne à assimiler dès le début du roman.
    Certaines scènes pas vraiment crédibles.
    Je suis passé à côté et ça ne l’a pas fait pour moi ...
    Il y a certains livres ou la quatrième de couv est en elle-même spoilante et c’est le cas pour ce roman qui je pense aurait eu plus de surprise pour moi si je ne l’avait pas lu.

Votre #AvisPolar

Votre note :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Bepolar.fr respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. et nous veillons à n’illustrer nos articles qu’avec des photos fournis dans les dossiers de presse prévues pour cette utilisation. Cependant, si vous, lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe constatez qu’une photo est diffusée sur Bepolar.fr alors que les droits ne sont pas respectés, ayez la gentillesse de contacter la rédaction. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.